The catholic thing:On Sex Robots by David Warren

On Sex Robots

I don’t know who was surprised, but I wasn’t, to read in some electronic tabloid that sex robots can be programmed for rape. Appalled, perhaps – I am often appalled – but hardly surprised. And not being surprised, the quality of one’s outrage is spoilt. One must pretend to be shocked – as people have been doing for as long as they have been having bad sex.

Or so one might say, roguishly. There is a gap – a wide and deep canyon – between what we like to think is common, and what is. The notion of radical evil having been suppressed, in modern “education,” it is now a rift valley.

“How dare you suggest a woman would lie about something like that!”

This is an actual quote I recall (with confidence, word for word) from the critic of a column I once wrote on family court proceedings. I had suggested that it was unwise of the authorities to assume the truth of all female accusations. And vice versa, too, I had noted: men often lie. The human race is generally capable of bearing false witness, and the ability crosses all sexual, racial, and other demographic lines.

True, I had called my critic “Honey,” but that was in a moment of exasperation she had inspired. More circumspectly I tried to explain how law is supposed to work. How it is supposed to entertain the possibility that the accused may be innocent, of the crime specifically alleged. How the law should at least pretend to be blind to just those factors that she, in her feminist enthusiasm, imagined to be crucial.

Give up on principles like that, and the world will become rather as we find it, today: high-tech and crazy.

She said, too, that men treat women like robots. Well, I can remember saying, they must be robots, if they never lie.

Humans are infected with badness, and can be very bad indeed; this anyway is the teaching of our Church. It goes back to Adam. And, incidentally, to Eve. Men and women might prefer different means to their nefarious ends – my observation through the years is that women tend to choose means less violent but more effective. (Which makes sense, given that men are larger.)

Notwithstanding, the propensity to evil is well distributed – “inclusive” as they say.

Some disassembly required.

If the politically correct will avert their eyes, let me add that men are better at rape, women better at seduction. Men seem also better at programming machines, as evidence sex robots seem all to be “female.”

To my mind, sex robots are a “life issue.” While they were not mentioned in Humanae Vitae, nor have been in any other papal encyclical of which I am aware, the teaching of the magisterium can be easily surmised. Sex with a robot is not open to procreation. That’s really all one has to know. It is just masturbation; it is nothing new.

There are additional arguments, but as the first one has destroyed the target, we can save the rest for a longer day.

To the world of course, currently bereft of the idea of evil, except on days when it cannot be denied, the arguments of the Catholic Church, once shared by most other Christian denominations, are of no account.

“That is just your opinion,” I have also been told, by disagreeable commentators. And when I argue that it is not – that I have the opinion entirely at second hand, that it originates in distant antiquity – I no longer have an audience. We say that people today lack a “moral compass,” but I’ve found they lack an intellectual compass, too, having attention deficit disorder instead.

Which, thanks to things like robots, including the little one you hold in your hand, has become almost the universal condition. Why argue with those who are not listening? Who have the means at their disposal to spot squirrels at all times?

The closest thing to a moral compass I have found in the mass media is the Drudge Report. Let me note that it is not a very good moral compass. But one may tell from the sensations it reports what its many readers find morally appalling. Sex robots still strike them as somewhat shameful. Inflatable sex dolls, still ditto, I think. Even among people of little class, neither of these objects seems classy.

But they get used to them.

People used to think a lot of things were icky – I have a list here I’m not eager to share. But if they see enough, they get over it, as doctors get over the sight of blood. Why, I can remember a time when the sight of Playboy in a drugstore magazine rack would cause some consternation. Now I see fifteen examples of pornography each time I consult any “family friendly” network news.

Appalled, but not surprised.

A survey says that Americans are having less sex. Perhaps we might have more, with robots, but if this survey is right, probably not. People get distracted by other robots. Sometimes the sports and financial offerings seem more enticing. And the biological women aren’t competitive anymore, no matter how little they wear; to say nothing of the biological men. They don’t even speak, except for “texting.” Young lovers both glued to their hand-held devices.

People still get hungry, but look what they eat. Promiscuity may still happen, but it’s fingers and keyboard, not flesh. The age of the full-course meal is over.

Like video games, I assume sex robots will become more and more “realistic” – using the contemporary definition of the real. That is to say, better production-value fake. (We speak of “fake news” but what other kind is possible when all the events have been faked, too?)

And now we are facing a new “crisis”: an attempt to dehumanize sin. Fortunately, it cannot be done.

 

De Gaulle et le Québec:Il y a 50 ans…

1
Il y a 50 ans…
Féru d’histoire, matière qu’il enseigna à l’école militaire de Saint-Cyr, Charles de Gaulle porte dans son coeur le Québec, celui de Jacques Cartier, le Malouin, et de Samuel de Champlain, l’homme de Brouage. Il en veut à la France d’avoir lâchement abandonné en 1763 cette terre de culture française, après la défaite de Montcalm face à Wolfe.
L’appel à la liberté
Le général de Gaulle connaît le Canada. Il y a séjourné en 1944, 1945 et en avril 1960. En octobre 64, il note que la Reine Elisabeth, en visite au Québec, a été accueillie par un silence impressionnant. Il aimerait bien retourner saluer « les cousins de la belle province » et leur dire deux ou trois choses dont il a le secret.
L’occasion va lui être fournie par Daniel Johnson1 qui vient d’être nommé à la tête du gouvernement québécois. Johnson a un problème à résoudre, celui de l’égalité des francophones que la commission royale sur le bilinguisme et le biculturalisme a reconnue.
Mais le gouvernement fédéral traîne des pieds. Voilà pourquoi Johnson espère : « …un petit coup de pouce de l’extérieur qui ne peut que nous être profitable, à nous Canadiens français ». À deux reprises il rencontre le général de Gaulle. Il trouve les mots justes : « Le Québec a besoin de vous ».
1 Daniel Johnson (1915-1968). Homme politique québécois. Il est Premier ministre du Québec de 1966 à 1968. Sous le
Comment résister à une telle demande ? Le général comprend les défauts du fédéralisme. Au Canada, les Français sont des citoyens de seconde zone, les vassaux de la reine d’Angleterre. Cela lui est insupportable. Il lui faut un prétexte pour aborder le Québec. C’est la foire internationale de Montréal qui le lui donne. Il hésite, car une foire n’est guère un lieu propice à une action politique digne de la France. Et, d’autre part, à Ottawa, le gouvernement fédéral tique sur le voyage et reçoit avec peu d’amabilité le représentant du général.
« On va m’entendre… »
Ottawa tousse sur ce voyage. Tant mieux. De Gaulle décide d’être encore plus grand que d’habitude.
C’est à bord du Colbert, navire-amiral de notre
slogan ‘ Québec d’abord ! ‘, Johnson mène l’Union nationale à la victoire à l’élection générale québécoise de 1966.
2
flotte de l’Atlantique, qu’il embarque à Brest le
15 juillet 1967, avec l’intention de « faire des
vagues ».
« La visite du Chef de l’État français, sous le
prétexte de l’Expo 67, était minutieusement
planifiée, à commencer par son arrivée » nous
précise Brian Myles du journal Le Devoir2. « Pour
éviter de passer au préalable par la capitale
fédérale, de Gaulle avait refusé de prendre
l’avion ». Il était venu en bateau pour être
contraint d’arriver par la ville de Québec le 23
juillet.
Après une escale à Saint-Pierre-et-Miquelon, il
confie au colonel Desgrées du Lou, un de ses aides
de camps : « On va m’entendre là-bas. Je vais en
surprendre plus d’un… » Quand le colonel tente
de savoir ce qu’il compte dire, le général se
contente de sourire et reste silencieux.
Le 23 juillet, le Colbert mouille au pied de la
citadelle de Québec. De Gaulle a revêtu sa tenue
de général. Daniel Johnson et le Gouverneur
général du Canada, Roland Michener, l’accueillent.
La foule siffle le « God save the Queen » et
chante « La Marseillaise ». Le ton du séjour est
donné.
Une marche triomphale.
Le 24 juillet, suivant le
chemin du Roy3, la
marche triomphale se
poursuit vers Montréal
dans une ambiance de
kermesse populaire4.
Chaque maire prononce
quelques mots. À Dannacona, de Gaulle déclare
« Je vois le présent du Canada français, c’est-à-
2 Le Devoir est un quotidien d’information publié à Montréal,
au Québec.
3 Le Chemin du Roy relie la ville de Québec à celle de
Montréal.
dire un pays vivant au possible, un pays qui prend
en main sa destinée. Vous êtes un nouveau
morceau du peuple français. Votre peuple
canadien-français, français-canadien, ne doit
dépendre que de lui-même ».
À Trois Rivières, il récidive : « Quoi qu’il ait pu
arriver, nous sommes maintenant à l’époque où le
Québec, le Canada français, devient maître de
lui-même.
4 Daniel Johnson accompagne le Général à bord d’une limousine
Lincoln Continental
Le Québec est une province du Canada, dont la
capitale est Québec et la principale métropole
Montréal. Sa langue officielle est le français.
Situé dans la partie est du Canada, entre l’Ontario
et les provinces de l’Atlantique, le Québec partage
sa frontière sud avec les États-Unis et est traversé
par le fleuve Saint-Laurent qui relie les Grands Lacs
à l’océan Atlantique. Avec une superficie de 1 667
441 km2, le Québec est la plus grande province
canadienne, et la deuxième plus vaste entité
territoriale après le Nunavut.
Le Québec compte une population de huit millions
de personnes composée principalement d’une
majorité de francophones, et d’une minorité
d’anglophones et d’autochtones. Il s’agit de la seule
province canadienne à avoir le français comme
seule langue officielle, comprise par 94,6 % de la
population. En 2006, la proportion de Québécois de
langue maternelle française était de 79 %, tandis
qu’elle était de 8,3 % pour l’anglais.
3
Il le devient pour le bien des communautés
voisines du Canada tout entier. »
La foule est de plus en plus dense.
Quand de Gaulle arriva finalement à l’Hôtel de
ville de Montréal, au début de la soirée du 24
juillet, de 15 000 à 20 000 personnes (selon Le
Devoir du 25 juillet 1967) agitaient devant lui le
fleurdelisée et le tricolore. Elles brandissaient
aussi des pancartes revendicatrices (« Appuyez
la lutte pour la libération » ; « France libre,
Québec libre ») qui sont sûrement tombées
dans l’oeil du général. C’était l’époque où les
Québécois, comme les Premières Nations
d’aujourd’hui, aspiraient à l’autonomie et à
la reconnaissance de leur caractère
distinct.5
Inlassablement, le Général répète : « La
France a le devoir de vous aider. Il y a
longtemps qu’elle vous doit quelque chose ».
Il parle même de son ami Johnson. Le
Général est debout dans la voiture. Enfin
Montréal où l’attendent cinq cent mille personnes
et des centaines de pancartes. Le peuple crie sa
joie et ses ambitions : « Le Québec aux
Québécois » et « Notre État français, nous
l’aurons ». Le Général est ému. Cet accueil le
bouleverse. Le Maire de Montréal, M. Drapeau,
est un homme prudent, un fédéraliste convaincu.
Il ne veut pas d’esclandre. Le Général lui demande
la permission de parler au peuple du Balcon de
l’Hôtel de Ville. « Les invités sont sur la terrasse
et vont vous écouter » lui répond-il. De Gaulle
s’entête. La foule, rien que la foule. « Il n’y a pas
de micro sur le balcon » lui fait savoir Jean
Drapeau. Stupéfaction du Général qui est vite
rassuré par son garde du corps, Paul Comiti, qui
le mène devant … un micro.6
Marcel Masse, ministre de l’Éducation et ministre
délégué auprès des Chefs d’États, accompagne le
Président français. « J’étais dans la voiture qui
suivait celle du Général. Il y avait des milliers de
personnes sur la rue Sherbrook et je sentais une
5 « De Gaulle et sa célèbre déclaration » de Brian Myles
6 Selon les principaux collaborateurs du Général, mais
également son fils l’amiral Philippe de Gaulle, il n’a jamais été
prévu que le l’homme du 18 juin 1940 s’adressât à la foule. Le
certaine libération psychologique. C’était leur
fierté de pouvoir s’afficher comme francophones
». Tout le long du parcours et le lendemain
de l’évènement, de Gaulle répétait aussi que la
France avait aussi besoin du Québec. De son côté,
M. Beaulieu7, affirme que de Gaulle est venu au
Québec « pour appuyer le mouvement
nationaliste et indépendantiste ». Et il ajoute :
« ça été le début d’une relation plus étroite avec
la France. C’est un héritage que le général de
Gaulle a laissé au Québec et à la francophonie »8.
Vive le Québec Libre !
Devant son micro, sur le balcon, Charles de Gaulle
improvise. « Ce soir, ici, et tout le long de ma
route, je me trouvais dans une atmosphère du
même genre que celle de la Libération… » Et il
annonce que la France « a conclu avec le
gouvernement du Québec… des accords pour que
les Français, de part et d’autre de l’Atlantique,
travaillent ensemble à une même oeuvre
française ». Encore quelques phrases, puis le
traditionnel remerciement et enfin… « Vive
Montréal ! Vive le Québec ! Vive le Québec…
libre ! Vive le Canada français et vive la France ».
La foule hurle sa joie pendant de longues minutes.
Maurice Couve de Murville, son ministre des
Affaires étrangères, est abattu. Les indépendantistes
dansent. Ils n’en attendaient pas tant du
Général. Celui-ci avait promis qu’on allait l’entendre…
On l’a entendu. Le gouvernement canadien
n’apprécie pas. Mais pas du tout. La presse
Maire avait envisagé une très conventionnelle adresse aux
notables.
7 Mario Beaulieu (1930-1998) homme politique et sénateur
du Canada.
8 Eve Lévesque, agence de presse QMI
4
anglaise se déchaîne. De Gaulle y est traité
comme « un éléphant en furie », voire une « bête
puante avec laquelle il est inutile d’engager un
concours de crachats ».
Le Général jubile pendant l’inauguration du
pavillon français de la Foire internationale. Il a
payé la dette que Louis XV devait aux Canadiens
français… mais « les choses ne sont pas réglées.
Elles commencent seulement » dira le Général,
lors du Conseil des ministre qui suivra sa visite à
la Belle Province.
Ottawa en colère
Lors de la visite du Général, Claude Morin9 se
trouvait derrière le chef de l’État français
lorsque De Gaulle s’exprima. « Ma première
réaction, ça été de penser à la tête qu’ils feraient
à Ottawa et ça m’a bien amusé » se souvient-il.
« Ce n’est pas un accident que cette déclaration »
a toujours rappelé Claude Morin. En avril 1967, il
s’était rendu à Paris pour préparer la visite du
président français, et se souvient très bien d’une
longue conversation avec le conseiller diplomatique
du général, René de Saint-Légier, relatée
dans son ouvrage Mes premiers ministres.
9 Claude Morin, professeur, essayiste et homme politique
québécois, né le 16 mai 1929 à Montmorency, près de
Québec.
En 1964 toujours, Morin est nommé secrétaire du Comité
parlementaire de la Constitution, créé par l’Assemblée
nationale pour se pencher sur la réforme du fédéralisme
canadien. En juillet 1965, il devient aussi président de la
commission interministérielle des relations extérieures,
instituée en août 1965 par décret gouvernemental et dont la
fonction est de susciter et de coordonner les initiatives
internationales du Québec. C’est à partir de la réflexion de ce
« Soyez sûr que le général ne se contentera pas,
au Québec, d’inaugurer des chrysanthèmes »,
avait dit Saint-Légier. Claude Morin s’en souvient
d’autant mieux qu’il n’avait jamais entendu
pareille expression auparavant. « De Gaulle
voulait dire des choses significatives. »
Cette version est totalement accréditée par
Alain Peyrefitte ministre de Charles de Gaulle. La
phrase fatidique n’a pas été le fait d’une
improvisation, pas plus, ajoute-t-il, que l’Appel du
18 juin 1940 incitant les Français à résister à
l’occupation allemande. Il est venu, affirme-t-il, à
Montréal en 1967 afin d’exhorter les Canadiens
français à préserver leur identité française.
« L’appel à la liberté, lancé le 24 juillet, n’eut
rien de fortuit », avance-t-il.
« En réalité, le Général, tout au long du chemin du
Roy, puis à Montréal, use d’une technique
éprouvée ; il dit, il décrit le monde, non point tel
qu’il est, mais tel qu’il aurait dû être, tel qu’il
aurait souhaité qu’il fût, et c’est sur les bases
ainsi décrites – ou rétablies – qu’il va falloir
construire l’avenir » nous rappellera Philippe
Seguin10.
450 télégrammes émanant de groupes politiques
canadiens demandent au 1er ministre, Lester
Pearson, d’annuler la visite de Charles de Gaulle à
Ottawa. Le Général ira juste rencontrer des
étudiants.
Le 31 juillet, lors du Conseil des ministres qui se
tient à l’Élysée, le Président déclare laconiquement
: « La France ne pouvait se désintéresser
des populations québécoises ».10 ans plus
tard, le leader indépendantiste québécois René
Levesque11 dira que ce 24 juillet 67 « la
conscience québécoise a été revivifiée ».
Comité et à la suite d’une décision du premier ministre Daniel
Johnson, père, que ce domaine d’action s’ajoutera, en 1967,
à la mission initiale du ministère, qui sera désormais connu
sous le nom de ministère des Affaires intergouvernementales.
Sauf pour quelques périodes, ce ministère relèvera du
premier ministre lui-même.
10 « Le Québec de Monsieur Séguin » de Louis Cornellier
11 René Lévesque (1922 – 1987). Journaliste, animateur de
radio et de télévision et homme politique québécois
(indépendantiste).
5
11 janvier : Les « giscardiens » prennent de plus en plus
leurs distances avec leurs alliés gaullistes. Le Général
s’énerve et lance : « on ne gouverne pas avec des
mais… »
24 janvier : le haut comité de la population et de la
famille souhaite la libération de la contraception… (Voir
Lucien Neuwirth ICI et dans « Une révolution en
héritage »)
16 février : Le public se précipite à l’exposition « Trésor
de Toutankhamon » qui montre les trésor d’un jeune
Pharaon égyptien.
A la fermeture le 4 septembre 67, 1,25 millions de
visiteurs s’y sont rendus.
Le tombeau du jeune pharaon mort à 19 ans en 1324 avant J.C
Le discours du Général
« C’est une immense émotion qui remplit mon coeur en voyant devant moi la ville française de
Montréal. Au nom du vieux pays, au nom de la France, je vous salue de tout mon coeur. Je vais
vous confier un secret que vous ne répéterez pas. Ce soir ici, et tout le long de ma route, je me
trouvais dans une atmosphère du même genre que celle de la Libération. Outre cela, j’ai constaté
quel immense effort de progrès, de développement, et par conséquent d’affranchissement vous
accomplissez ici et c’est à Montréal qu’il faut que je le dise, parce que, s’il y a au monde une ville
exemplaire par ses réussites modernes, c’est la vôtre. Je dis c’est la vôtre et je me permets
d’ajouter c’est la nôtre.
Si vous saviez quelle confiance la France, réveillée après d’immenses épreuves, porte vers vous, si
vous saviez quelle affection elle recommence à ressentir pour les Français du Canada et si vous
saviez à quel point elle se sent obligée à concourir à votre marche en avant, à votre progrès ! C’est
pourquoi elle a conclu avec le Gouvernement du Québec, avec celui de mon ami Johnson, des
accords, pour que les Français de part et d’autre de l’Atlantique travaillent ensemble à une même
oeuvre française. Et, d’ailleurs, le concours que la France va, tous les jours un peu plus, prêter ici,
elle sait bien que vous le lui rendrez, parce que vous êtes en train de vous constituer des élites,
des usines, des entreprises, des laboratoires, qui feront l’étonnement de tous et qui, un jour, j’en
suis sûr, vous permettront d’aider la France.
Voilà ce que je suis venu vous dire ce soir en ajoutant que j’emporte de cette réunion inouïe de
Montréal un souvenir inoubliable. La France entière sait, voit, entend, ce qui se passe ici et je
puis vous dire qu’elle en vaudra mieux.
Vive Montréal ! Vive le Québec !
Vive le Québec libre !
Vive le Canada français ! Et vive la France ! »
6
2 mars : les métallurgistes de Saint-Nazaire se mettent
en grève. Le conflit durera jusqu’à la signature d’un
accord, le 1er mai.
8 mars : Après Les parapluies de Cherbourg, le cinéaste
Jacques Demy surprend son monde et enchante son
public avec Les demoiselles de Rochefort qui révèle le
tandem des deux soeurs, Catherine Deneuve et Françoise
Dorléac.
12 mars : élections législatives. Les gaullistes gardent la
majorité, mais le second tour est difficile. Faible
majorité.
18 mars : au large de la Cornouaille britannique, le
pétrolier « Torrey-Canyon » fait naufrage et déclenche
une marée-noire qui atteint les côtes du nord de la
Bretagne et l’est du Cotentin. Le plan Orsec est
déclenché le 10 avril, lequel mobilise 6000 soldats.
29 mars : à l’arsenal de Cherbourg, en présence de
Charles de Gaulle, la Marine lance le Redoutable,
premier sous-marin atomique français. Le submersible
peut envoyer 16 missiles à 2000 kms. La force de frappe
française dispose désormais de son bras armé.
2 mai : la Grande-Bretagne réitère sa candidature à
l’entrée dans le marché commun.
2 juin : Il condamne en Conseil des ministres tout pays
coupable d’agression au Proche-Orient. La France
suspend les livraisons d’armes à sept pays arabes et à
Israël.
4 juin : Françoise Durr remporte le tournoi de tennis de
Roland Garros.
29 juin : Michel Rocard devient secrétaire national du
PSU.
14 juillet : Tour de France. Le britannique Tom Simpson
succombe à une crise cardiaque lors de la montée du col
du Ventoux. Le dopage a tué un champion.
23 juillet : Roger Pingeon remporte le Tour de France.
24 juillet : à Montréal, Charles de Gaulle lance son « Vive
le Québec libre ! »
13 août : Tremblement de terre dans les Pyrénées. Les
villages d’Arette, Lanne, Larrau et Montory sont
partiellement détruits.
18 août : Les ordonnances rendent obligatoire la
participation des salariés aux bénéfices de l’entreprise.
6 septembre : en voyage en Pologne, Charles de Gaulle
évoque une Europe « de l’Atlantique à l’Oural ».
1er octobre : La TV couleur
entre en service.
22 décembre : à Paris, la
voie expresse rive droite est inaugurée.

The catholic thing: “Evolution Has No Martyrs” James by V. Schall, S.J.

“Evolution Has No Martyrs”

James V. Schall, S.J.

Tuesday, July 18, 2017

In 1951, some 1500 people gathered in the crypt of St. Odile’s Church in Paris where the Semaines des Intellectuels Catholiques met to hear lectures on hope. The speakers were notable: Gabriel Marcel, Jean Daniélou, Yves Congar, and Josef Pieper, who recounts the evening in the second volume of his autobiography, Not Yet the Twilight. The topic of Pieper’s lecture concerned the hope of martyrs, currently a lively topic, perhaps more urgent in 2017 than in 1951.

Pieper did not notice that Pierre Teilhard de Chardin was also present “at his feet” in the crypt. But a biography of Teilhard, written ten years later, reproduced a letter of his about Pieper’s lecture. Teilhard did not like it. The point of Pieper’s lecture was that “you would do better not to speak of human hope at all if there is no hope for the person who is willing to be killed for sake of truth and justice.” From the point of the one undergoing persecution, the situation is, humanly speaking, precisely “hopeless.”

When we read this passage today, unlike Pieper in Paris, we are confronted with the Muslim “martyrs.” In carrying out Allah’s mandate, they are martyrs if they are killed while killing infidels who are, by definition, guilty because they are not Muslim. So in some convoluted way, being killed while killing infidels is an act of heroic virtue. In ages of great philosophical and theological confusion, even the noblest acts can be made to seem their opposite.

The issue with Teilhard, however, revealed a different scenario. Pieper’s point was this: If no hope of a transcendent life as a result of martyrdom were possible for this particular person who is killed, the act itself would be incoherent. Pieper explains the context of his position: “It is written nowhere that human history, in its temporal aspect, will simply end with the victory of reason and justice.” That is, the martyr cannot anticipate that his act of accepting death for the sake of truth will result in improving the lot of himself or of those who follow him in this life.

A death may uphold the Socratic principle that “it is never right to do wrong,” but it does not follow that others will be converted to this view or follow it. Martyrdom is not a formula for political reform. We have no record that the people who voted to condemn Socrates ever gave it a second thought. Aristotle left Athens so that the same city would not “kill the philosopher twice.” He feared, probably rightly, that Athens learned nothing from the first killing.
Image: 21 Martyrs of Libya by Tony Rezk

In his letter, Teilhard thought that Pieper’s view was “defeatist.” He was not looking at the long run. Most modern ideologies from liberalism and Marxism to environmentalism follow this pattern. The human race is young. In the “biosphere,” at some point within time, these things will be worked out.

For them, what is wrong is not located within the hearts and wills of individual persons confronted with immediate issues in time. To justify it, the martyr supposedly can expect improvement within history as a result of his act. But even if the blood of martyrs does have salutary effects, they do not redound directly to the one killed. That is the whole point of Pieper’s approach about hope.

In Pieper’s view, Teilhard confuses “evolution and history.” Martyrs live within time. Evolution goes on relentlessly apart from human input, unless one wants to make the human mind itself an instrument of evolution. In that case, it would no longer be precisely evolution.

“Naturally, blood witness can only be spoken of meaningfully within the realm of history, while evolution knows no martyrs.” These are remarkable words. “Blood witness” within the realm of history means that some event occurred in which some individual person is killed for upholding a truth that does not change. If such a thing happened “automatically,” it might be interesting but it would not be meaningful. We could not say that it stood for truth.

The sentence “Evolution knows no martyrs” penetrates to the core of the issue. A martyr is not a species. If dinosaurs ever existed but became extinct before human beings ever appeared on the planet, we cannot call their disappearance a “martyrdom.” The “survival of the fittest,” Chesterton once remarked, means the “survival of those who have survived.”

The martyr does not survive. That is the point. In this world, he is dead, for good. His witness may or may not live on among us. He dies unwilling to cross the line that separates good and evil. Those who do cross this line still die, just at some other time. This is why, without final judgment, the world is incomplete. The alternative to martyrdom is living on and on in this world without dying, without hope. To repeat, “Evolution has no martyrs.”
© 2017 The Catholic Thing. All rights reserved. For reprint rights, write to: info@frinstitute.org The Catholic Thing is a forum for intelligent Catholic commentary. Opinions expressed by writers are solely their own.

About the Author
Latest Articles

James V. Schall, S.J.
James V. Schall, S.J.

James V. Schall, S.J., who served as a professor at Georgetown University for thirty-five years, is one of the most prolific Catholic writers in America. Among his recent books are The Mind That Is Catholic, The Modern Age, Political Philosophy and Revelation: A Catholic Reading, Reasonable Pleasures, and, new from St. Augustine’s Press, Docilitas: On Teaching and Being Taught.
Comment on this column at:

Copyright 2017 The Catholic Thing. All Rights Reserved. Site designed by Hyperdo Media. Developed by Fiat Insight

Martin Luther, – medias-presse.info

Martin Luther, la face cachée d’un révolutionnaire (
medias-presse.info

Martin Luther, la face cachée d’un révolutionnaire (Angela Pellicciari)
par Ex Libris

Angela Pellicciari est une historienne et une spécialiste des rapports entre la papauté et la franc-maçonnerie.

Si les catholiques ont de tout temps subi les calomnies et les persécutions, à partir de 1517, la persécution contre l’Eglise se renforce parce que, à la suite de Luther, de nombreuses nations devenues protestantes voient leur haine contre Rome justifiée par la prédication de cet ex-moine augustinien devenu le « Moïse allemand ».

Ce livre nous rappelle que la haine envers Rome que Luther manifeste par ses paroles, ses œuvres et ses gravures, tout au long de sa vie publique, a conduit à une attaque militaire contre les nations catholiques ainsi qu’à une attaque culturelle menée à travers une réécriture systématique de l’histoire.

Le protestantisme va mener à la fin de la vérité théologique. Selon Luther, chacun peut interpréter la Parole de Dieu en se fiant à l’assistance personnelle de l’Esprit Saint. En résulte une interprétation autant subjective que fantaisiste de la volonté de Dieu. C’est la dissociation de la liberté avec la vérité. Franc-maçonnerie, despotisme éclairé, jacobinisme, révolutions en découleront. Et les nations protestantes vont aussi donner naissance à la première internationale de l’histoire : l’internationale protestante, divisée sur tout, sauf sur la haine anti-catholique.

Aujourd’hui, dans de nombreux milieux, y compris se disant catholiques, on tient presque pour acquis que Luther avait raison et l’Eglise catholique tort. Ce livre se propose de remettre les pendules à l’heure et d’esquisser les contours essentiels à la compréhension de la Réforme luthérienne, à partir de documents et en examinant de près les écrits de Luther, même ceux dont la presse et les livres évitent de parler.

Un livre précieux en ces temps de grande confusion.

Martin Luther, Angela Pellicciari, éditions Téqui, 158 pages, 14,50 euros

A commander en ligne sur le site de l’éditeur
Ex Libris | juillet 13, 2017 à 6:32 | Étiquettes : Angela Pellicciari | URL : http://www.medias-presse.info/?p=76876

Nouvel article sur medias-presse.info :« De la véritable nature de la monnaie » (Valérie Bugault et Jean Rémy) par VALERIE BUGAULT

Nouvel article sur medias-presse.info

« De la véritable nature de la monnaie » (Valérie Bugault et Jean Rémy)
par VALERIE BUGAULT

« De la véritable nature de la monnaie »

Valérie Bugault et Jean Rémy

Alors que les économistes, formés pour être les gardiens du temple financier actuel, sont unanimes pour dire que la monnaie est, notamment mais essentiellement, un instrument de stockage de la valeur, Jean Remy et moi-même avons démontré dans notre ouvrage intitulé « Du nouvel esprit des lois et de la monnaie » (publié en juin 2017 aux éditions Sigest) que la monnaie est, de façon bien plus fondamentale, un service rendu à la collectivité par une puissance publique légitime. La monnaie n’est en aucun cas une marchandise dotée d’une valeur intrinsèque, et n’est donc pas non plus, contrairement à ce que d’aucun affirme (cf. https://insolentiae.com/ca-y-est-la-monnaie-electronique-en-or-arrive-ledito-de-charles-sannat/), un instrument de stockage de la valeur. En décider autrement revient à justifier tout l’édifice financiariste et dogmatique actuel, c’est-à-dire, in fine, à justifier le contrôle des monnaies par quelques banquiers anonymes, par le biais du jeu séculaire des banques centrales et des marchés subséquents de taux de change et d’intérêt.

La conception d’une monnaie-marchandise est, de façon structurelle, un empêchement rédhibitoire à ce que la monnaie joue pleinement le rôle pour lequel elle a été créée : celui de faciliter les échanges. En effet, une monnaie-marchandise a pour principale caractéristique d’être accaparée ; il en résulte, de façon mécanique, le fait que la gestion monétaire devient, à terme, réalisée par des intérêts privés, exactement contraires à l’objectif d’intérêt général auquel le concept de monnaie répond. Un pas plus loin, nous avons démontré dans notre ouvrage que pour être pleinement efficace, une monnaie doit être émise par des instances politiques légitimes, c’est-à-dire des instances politiques dont le rôle est effectivement de garantir l’intérêt général.

Pour comprendre ce qu’est la monnaie, il faut se référer aux temps les plus anciens qui ont vu sa naissance et ses premiers développements, c’est-à-dire s’ouvrir aux découvertes de l’archéologie. Il faut également se référer à la sémantique et à la nature réelle des choses, et non pas rester dans la scolastique. Les apparences actuelles de la monnaie, en tant qu’instrument de réserve de valeur (autrement dit une « monnaie-marchandise »), reposent sur des analyses qui ont été entièrement élaborées et renouvelées depuis quatre siècles par des individus intéressés à faire croire que la monnaie était foncièrement un bien, c’est-à-dire une réserve de valeur, de façon à justifier la conservation du contrôle de cette dernière par des banquiers tout-puissants.

Dans ce contexte, il est tout à fait essentiel de comprendre que les crypto-monnaies qui émergent actuellement reposant sur la technologie des blockchains (le bitcoin étant la plus connue), dont tout un chacun parle beaucoup sans les connaître vraiment, ne diffèrent aucunement de la monnaie-marchandise telle qu’actuellement, généralement et frauduleusement, conçue. Ces crypto-monnaies sont en effet structurellement tout à la fois un instrument de circulation des biens et une réserve de valeur. Techniquement, la valeur de ces monnaies dématérialisées est entre les mains des « mineurs » qui réalisent de facto et dans le même temps une communauté d’utilisateurs. Quelle que soit la dénomination de la crypto-monnaie (bitcoin ou autres) ces « mineurs » peuvent ou non se connaître et peuvent ou non réaliser une collusion d’intérêts. Dans l’hypothèse où ces « mineurs » se connaîtraient préalablement, ils réaliseraient une société de fait dont chacun d’eux détiendraient une part du capital. Dans tous les cas, les émetteurs des premières quantités d’une cryptomonnaie sont obligatoirement des « mineurs » de leur propre monnaie. La façon dont ils conçoivent la comptabilisation de cette monnaie ainsi créée est d’ailleurs très révélatrice : elle rentre dans leur capital ; ils pourront ainsi profiter d’une façon continue de l’accroissement de sa valorisation. S’il semble excessif a priori d’estimer que d’une façon générale en matière de blockchain tous les « mineurs » d’une crypto-monnaie particulière réalisent et génèrent une collusion d’intérêt dans l’objectif de contrôler ladite monnaie, il est en revanche des points obscurs du concept de blockchain que l’on ne peut pas, sous prétexte de naïveté, passer sous silence.

Premièrement, ce concept de monnaie dématérialisée (crypto-monnaie) est apparu fort opportunément en 2009 à la suite de la crise financière de 2007 elle-même organisée par les plus hautes instances bancaires en partenariat étroit avec les instances politiques américaines qui ont organisé et géré la dérégulation financière au niveau mondial. Il semble inutile ici de revenir sur toute la construction de l’édifice monétaire et financier que nous avons décrit par ailleurs.

Deuxièmement, l’actuelle demande pour les bitcoins a été considérablement accrue par le fait d’actes de piratages informatiques, les rançons réclamées par lesdits pirates devant être libellées en bitcoins.

Troisièmement, l’existence de ces crypto-monnaies réalise la création de circuits financiers parallèles, que l’on pourrait appeler « de l’ombre », en complète infraction avec toutes les règles péniblement édictées afin de réguler un tant soit peu la circulation des monnaies officielles.

Pour résumer, en tant que « monnaie-marchandises », toutes les crypto-monnaies issues de la technologie blockchain sont, de façon structurelle, susceptibles d’accaparement ; elles sont même précisément « une invitation à l’accaparement », tout comme l’or l’a été en son temps. Par ailleurs, toutes ces nouvelles crypto-monnaies échappent, de façon fonctionnelle et structurelle, à tout contrôle public et citoyen.

La caractéristique de monnaie-marchandise rend, de fait, extrêmement suspectes les crypto-monnaies, tout comme le sont les monnaies classiques actuelles. L’histoire nous apprend que de l’accaparement des monnaies-marchandises a résulté la domination économique et politique par une petite minorité d’individus qui se sont rendus maîtres « du fait monétaire ». Il résulte de l’application de ce schéma une disparition du sens de ce qu’est la politique par une domination intégrale du « fait politique » par le « fait économique ».

Ne rééditons pas avec des crypto-monnaies l’erreur historique ayant consisté à considérer la monnaie comme une marchandise ; peu importe le support, matériel ou dématérialisé de la monnaie, seule compte sa raison d’être qui est, de façon conceptuelle, un service rendu à la collectivité, celui de fluidifier les échanges. Nous vivons actuellement une ère d’imposture universelle dont la seule façon de sortir est d’analyser sans concession les fondamentaux historiques de toutes les constructions humaines, dont la monnaie ainsi que le « fait politique » font essentiellement partie.

The catholic thing: The Three Ages of the Interior Life: History and Liturgy by Rev. Jerry J. Pokorsky

The Three Ages of the Interior Life: History and Liturgy

Rev. Jerry J. Pokorsky

Sunday, July 16, 2017

The desire to be holy is natural to us. But the pursuit of holiness should be reasonable, compatible with human nature and open to the ineffable mysteries of God. Christianity extends over the entire history of the human race and in so doing not only reveals the eternal love of God but the dignity and the sanctification of history as well.

Our individual return to God must be understood within the context of the spiritual journey of the entire People of God in history. In our lonely spiritual battles, we participate in the same spiritual struggles of our forefathers, and we can look to their example for guidance.

The spiritual classic The Three Ages of the Interior Life by Father Reginald Garrigou-Lagrange, O.P. provides a roadmap for our struggle and quest, we enter into communion with Him.

The first age is the “Purgative Way,” where we in prayer identify our sins against God and repent of them. The second age is the “Illuminative Way,” when we contemplate God’s self-revelation and apply the truths of faith to ourselves. The third age is the “Unitive Way,” the pinnacle of holiness where we enter into communion with God.

But the Three Ages are not only stages of personal prayer. They describe distinct communal and historical dimensions. Examining the Three Ages, in outline form, can help us enter into the mystery of God’s revelation over the entire expanse of history.

The essential message of the Old Testament is the first tenet of the Decalogue: “You shall have no other gods before me.” (Ex. 20:3) In preparation for the Redeemer, it was necessary to purify the Chosen People of all false worship, setting them apart from every other nation. The history of the Old Testament is a history of God’s fidelity to His people, the worship of the One God, with repeated relapses into false worship. The preaching of John the Baptist sums up the essential “Purgative Way” of the Old Testament in a single sentence: “Repent, for the kingdom of heaven is at hand!” (Mt. 3:2, NAB)

In the “fullness of time,” Jesus Christ, the Second Person of the Blessed Trinity, is born into the world. He is God’s Word made flesh (John 1: 14) and “the image of the invisible God, the firstborn over all creation.” (Col. 1:15) For He is “the way and the truth and the life” and “no one comes to the Father” except through Him. (John 14:6) The Person and teachings of Christ represent the “Illuminative Way” in our return to God.

Jesus wants us to be holy, to be in communion with Him. “For this is why the Word became man, and the Son of God became the Son of man: so that man, by entering into communion with the Word and thus receiving divine sonship, might become a son of God.” (St. Irenaeus) “The only-begotten Son of God, wanting to make us sharers in his divinity, assumed our nature, so that he, made man, might make men gods.” (Saint Thomas Aquinas)
Father Reginald Garrigou-Lagrange, O.P.

Holiness is our destiny ordained by God.

The Church is the Sacrament of Christ, and His instrument of this communion. On Pentecost – upon the Descent of the Holy Spirit – the Church was born. Through the Holy Spirit, Mary and the disciples are definitively incorporated into the Mystical Body of Christ. This mysterious communion is truly the “Unitive Way.” Through the Church and her Sacraments, we intimately encounter the risen Lord and deepen our communion with Him.

But the Three Ages apply not only to us individually and as a people in history; they can help us understand the purpose and structure of the Mass. Indeed, the Mass can be said to be a mysterious “microcosm” of all salvation history (although the Mass is really quite the opposite, ushering us into eternity!).

The Mass is not only the unbloody re-presentation of Cross and Resurrection; the entire history of salvation is re-presented with every liturgical event. Hence we can expect the liturgy to reflect the Three Ages: the Old Testament Purgative Way, illumination of the teachings of Christ, and ultimate union with Him through the Church.

The “Purgative Way” is in the Penitential Rite where we place ourselves in the presence of God, express sorrow and repent of our sins: “through my fault, through my fault, through my most grievous fault.”

We move directly to the Illuminative Way, the readings of the Liturgy of the Word, where God reveals Himself through Scriptures and where the priest explains and applies the Word of God to our lives, as we ponder His revelation.

The Liturgy of the Eucharist is indeed the “Unitive Way.” We stand at the foot of the Cross during the Consecration and conclude with our encounter with the Resurrected Christ in Holy Communion, the Real Presence of Jesus under the appearance of mere bread and wine.

The Three Ages encompass the entire history of man. And the sacred liturgy represents the Three Ages for our sanctification in communion with one another. Our quest for holiness, therefore, must include a love for Scriptures and the Sacraments – and a true love of the history of salvation represented at Mass. After all “with the Lord one day is like a thousand years and a thousand years like one day.” (2 Peter 3:8 NAB)

Even the distractions are part of the worship. There are countless precedents for every naughty kid and bad homily in the history of the People of God.

So for purposes of holiness, it’s worth paying close attention to every one of the words and actions of the Mass.

Media presse infos:Preuve de l’authenticité du Saint-Suaire par Hristo Xiep

Nouvel article sur medias-presse.info

Preuve de l’authenticité du Saint-Suaire
par Hristo Xiep

Encore un coup porté au puissant lobby négationiste, refusant d’admettre la divinité du Christ et l’authenticité du Saint-Suaire. Cette fois-ci, la preuve semble irréfutable : selon le quotidien italien de centre-droit La Stampa, dans son numéro du 11 juillet, des chercheurs italiens ont découvert que le tissu de l’artefact comprenait des nanoparticules de créatinine avec des éléments endommagés de ferrihydrite (ocre ferreuse), inhérente à la ferritine, une protéine qui permet le stockage du fer dans le corps. Selon le professeur Giulio Fanti de l’Université de Padoue, ce fait a montré que la «structure particulière, la taille et la répartition des nanoparticules ne pouvaient pas être dues à des artefacts apposés au fil des siècles sur le tissu du suaire». Le chef d’étude Elvio Carlino, professeur à l’Institut de Cristallographie de Bari, ajoute que «À l’aide des microscopes électroniques et microscopes grand angle à rayons X, nous avons réalisé une analyse de microscopie atomique du suaire. Grâce à cela, nous avons pu examiner pour la première fois les propriétés nanométriques des fibres de bois provenant du suaire de Turin».

Cette nouvelle vient après un premier coup de boutoir à la thèse des incroyants après les révélations faites en mai et dont MPI avait déjà parlé, à savoir la découverte d’une pièce romaine à l’effigie de Tibère César déposée sur l’œil gauche du Christ, et sur l’œil droit un lepton de cuivre à l’effigie du consul Lentulus, en poste en Palestine quand Pilate était gouverneur.

Voilà de quoi fermer le clapet des négationnistes genre Sciences & Avenir qui le 23 avril 2015 osait encore prétendre que le Saint-Suaire avait été « fabriqué au Moyen-âge », mais également aux intégristes conciliaires tels le blog paroissiens-progressistes dans son article du 10 mai 2013. Rappelons qu’une étude soviétique en était arrivée aux mêmes conclusions dans les années 80.

Rappelons que le suaire est celui d’un homme, mort, d’âge moyen, taille 1.80 m environ, bien bâti, cheveux longs, barbu, moustachu, de race blanche (alors que les romains se rasaient le visage et que les juifs portaient la barbe et les cheveux longs depuis au moins l’époque de Moïse et ne se rasaient la barbe qu’en signe de deuil), ses cheveux tombant jusqu’au niveau inférieur des omoplates, détail jamais représenté sur une image du Christ et qui n’est connu que depuis 1920, coutume juive de l’antiquité. Cet homme se présente couché sur le dos, tête un peu fléchie en avant, bras tendus, mains croisées sur le pubis, genoux légèrement pliés, pieds croisés et en hyperextension ; il s’agit d’un corps pris par la rigidité cadavérique.

Cette découverte de l’authenticité du Saint-Suaire est peut-être un signe avant coureur d’évènement de portée biblique. Prions et attendons…

Hristo XIEP