BnF -Catalogue Général:Centre d’études et de recherches sur le Moyen-Orient

Tout

Notice de collectivité

  • Notice
  • Au format public
Centre d’études et de recherches sur le Moyen-Orient contemporain (Beyrouth) forme internationale français
Markaz al-dirāsāẗ wa-al-abḥāt̲ ʿan al-šarq al-awsaṭ al-muʿāṣir forme internationale arabe translit.-ISO
مركزالدراسات والأبحاث عن الشرق الأوسط المعاصر forme internationale arabe
Nation(s) :  France
Type de la collectivité officielle :  établissement public ou organisation publique à caractère non territorial
Langue(s) :  français, arabe
Responsabilité(s) exercée(s) sur les documents :  Auteur
Naissance :  1977
Mort :  2003-01-01
Centre français de recherche en sciences sociales consacré à l’orient arabe (Jordanie, Liban, Palestine, Syrie et Irak) ; le 01-01-2003, fusionne avec l’Institut français d’archéologie du Proche-orient et l’Institut français de Damas pour donner l’Institut français du Proche-Orient
Adresse :  C/o Ambassade de France au Liban, Valise diplomatique, 128 bis rue de l’Université, 75531 Paris 07 SP
Siège : Ancienne Ecole des Lettres, rue de Damas, BP 2691, Beyrouth.
Antenne (depuis 1988) : BP 830413, Zahran 11 183, Amman, Jordanie
Forme(s) rejetée(s) : 
< CERMOC
< France. Direction générale de la coopération internationale et du développement. Centre d’études et de recherches sur le Moyen-Orient contemporain
Forme(s) associée(s) : 
>> << Après le 1er janvier 2003, voir  :  Institut français du Proche-Orient
Source(s) : 
YIO 2000-2001 . – WL 1997
Identifiant international :  ISNI 0000 0001 2178 9168 , cf. http://isni.org/isni/0000000121789168
Notice n° :  FRBNF11874174
Création :  82/03/24
Mise à jour :  10/11/05
Publicités

BnF -Catalogue Général:Institut français de Damas

Tout

Notice de collectivité

  • Notice
  • Au format public
Institut français de Damas forme internationale français
Al-Maʿhad al-faransī li-l-dirāsāt al-ʿarabiyyaẗ bi-Dimašq forme internationale arabe translit.-ISO
Nation(s) :  France
Type de la collectivité officielle :  établissement public ou organisation publique à caractère non territorial
Langue(s) :  multilingue
Responsabilité(s) exercée(s) sur les documents :  Auteur
Naissance :  1922
Mort :  2003-01-01
Créé le 14-10-1922 sous le nom d’Institut français d’archéologie et d’art musulman à Damas, réorganisé en Institut français de Damas le 31-12-1930 ; le 01-01-2003, fusionne avec l’Institut français d’archéologie du Proche-Orient et le Centre d’études et de recherches sur le Moyen-Orient contemporain de Beyrouth pour donner l’Institut français du Proche-Orient
Adresse :  BP 344, Damas
Forme(s) rejetée(s) : 
< IFD
< IFEAD
< Institut français d’études arabes (Damas)
< Institut français d’archéologie et d’art musulmans (Damas)
Autre(s) forme(s) rejetée(s) (RAMEAU) : 
< EP Damas (Syrie) — Institut français
Forme(s) associée(s) : 
>> << Après le 1er janvier 2003, voir  :  Institut français du Proche-Orient

>> Damas (Syrie) — Palais Azem

Source(s) : 
L’Institut français de Damas au Palais Azem (1922-1946), 1993
Domaine(s) :  370
Identifiant international :  ISNI 0000 0001 2158 1455 , cf. http://isni.org/isni/0000000121581455
Notice n° :  FRBNF11864456
Création :  84/01/18
Mise à jour :  17/01/31

Loïc Pilven:LES CASSE-COUILLES ET LEUR PORTABLE…

Loïc Pilven:LES CASSE-COUILLES ET LEUR PORTABLE…

Loïc Pilven:LES CASSE-COUILLES ET LEUR PORTABLE…

Loïc Pilven:LES CASSE-COUILLES ET LEUR PORTABLE… – > Après une longue et fatigante journée au travail , une jeune femme se cale dans son siège et ferme les yeux pendant que le train part. Dès que le train sort de la gare, l’homme assis en face-vous devinez la suite:ce connard appelle sa femme,sa coquecigrue,son Julot,son patron,son grouillot,sa bonne.Il ne sait plus car il se mélange les numéros mais,gaffe,c’est vous qu’il vient faire chier car il a un bobo à l’âme

Laisser un commentaire

Cahiers de recherches médiévales et humanistes:À propos des CRMH

À propos des CRMH

Les Cahiers de Recherches Médiévales et Humanistes publient des articles portant sur la période médiévale comme sur la Renaissance, mais aussi sur la façon dont l’une et l’autre ont été reçues ou interprétées ultérieurement, du XVIe au XXIe siècle. La revue a vocation interdisciplinaire et les études touchant tout domaine – histoire et littérature au premier chef, mais aussi histoire des sciences, du droit, des religions, etc. – sont les bienvenues.

Les langues officielles des CRMH sont le français et l’anglais ; en fonction du sujet, des travaux en italien, espagnol, portugais et allemand peuvent être proposés. Les CRMH publient deux numéros par an, d’environ 400 pages chacun. Chaque numéro comporte un dossier principal, accompagné d’un ou deux dossiers courts (3/4 articles), ou bien de varia ; de leur côté, les comptes rendus d’ouvrages ne sont publiés qu’en ligne.

Chaque article proposé à la revue sera soumis, de façon anonyme, à une double lecture et ne pourra être publié qu’après approbation du Comité de lecture et du Comité de rédaction.

Dernier numéro en ligne
32 | 2016
Corps du roi en scène

  • Logo Classiques Garnier
  • OpenEdition Journals
OpenEdition

Cahiers de recherches médiévales et humanistes:Le Livre des sentences de l’inquisiteur Bernard Gui, extraits choisis, traduits et présentés par Julien Théry

Le Livre des sentences de l’inquisiteur Bernard Gui, extraits choisis, traduits et présentés par Julien Théry

Julien Véronèse
Référence(s) :

Le Livre des sentences de l’inquisiteur Bernard Gui, extraits choisis, traduits et présentés par Julien Théry, Paris, CNRS, 2010, 271p.

ISBN 978-2-271-06859-0.

Texte intégral

1Le dominicain Bernard Gui († 1331) doit pour beaucoup d’incarner presque à lui seul l’institution inquisitoriale médiévale à sa fameuse Practica inquisitionis, dont des extraits, de nombreuses fois réédités, ont été traduits au milieu des années 1920 par Guillaume Mollat sous le titre de Manuel de l’inquisiteur. Julien Théry livre aujourd’hui, selon les mêmes modalités, ce qui en est pour une bonne part la matrice, à savoir le Livre des sentences, un recueil de décisions de justice témoignant de la longue activité inquisitoriale de l’inquisiteur de Toulouse (1307-1323), conservé dans un manuscrit de la British Library (Add. 4697), redécouvert en 1973, dont l’édition moderne a été publiée en 2002 par Annette Pales- Gobilliard. À la mise en ordre didactique qu’est le Manuel s’ajoute donc désormais, pour le lecteur français, le document non moins ordonné de la pratique, que l’on rêverait de posséder pour d’autres inquisiteurs, tels le non moins célèbre Catalan Nicolas Eymerich († 1399).

2Et quel document ! Un registre de 940 sentences pour 636 personnes jugées (p. II) – ce qui en fait l’une des sources essentielles de l’abondant corpus d’archives laissé par l’inquisition languedocienne dès les XIIIe-XIVe siècles – qui entretient des liens avec d’autres registres ou fragments de registres connus (p. V) et rend compte, pour un bon demi-siècle, de la mémoire documentaire sur laquelle reposait la traque des « hérétiques ». Compilé durant la période d’activité de l’inquisiteur, achevé avant le 19 juin 1323, complémentaire des procès-verbaux réalisés au cours des interrogatoires, et précédé d’index des noms de lieux et des personnes citées en facilitant l’usage, il se décompose en 21 unités (p. XX) : une majorité de sermons généraux (11), cérémonies publiques durant lesquelles, dans l’église ou le cimetière, étaient rendus aux yeux de tous les sentences pouvant engager plusieurs centaines de personnes ; mais aussi des sentences « individuelles » (8) et des décisions (2) concernant une communauté (le bourg fortifié de Cordes) et les livres des juifs de Toulouse, brûlés le 28 novembre 1319.

3Les extraits proposés laissent deviner en creux le formalisme de la procédure (ouverture du temps de grâce, recueil des dépositions-confessions au gré des monitions, sentences) et, au vu de la chronologie de certaines affaires, la longue mémoire de l’institution inquisitoriale : ainsi, par exemple, Phélipa de Toumis (p. 17-22) est-elle condamnée comme relapse le 3 mars 1308 en l’église cathédrale de Toulouse après qu’elle a été une première fois condamnée à des pénitences en mai 1274 et qu’elle en a obtenu la levée. Aussi surprenant que cela puisse paraître au lecteur non averti, les sentences elles-mêmes témoignent, de manière générale, de la volonté de « réconciliation » et de la « bienveillance » de l’inquisiteur, dont le tribunal, en fonction du degré d’implication de l’accusé(e), octroie des pénitences allant du port des croix jaunes (marques infamantes) à la prison à perpétuité (peine la plus fréquente), et dispense parfois des grâces, placées de manière symbolique en tête des sermons généraux. L’inquisiteur entend ainsi, en usant de son pouvoir de lier et de délier, reconstruire la communauté, de nouveau placée, par son action rédemptrice et purgative, sous le sceau de la vraie foi et de l’obéissance. Le bûcher, délégué au pouvoir séculier, est réservé aux relaps dont le serment bafoué n’a plus aucune valeur, et concerne dans le registre quelque 43 personnes, soit 6,7% des accusés. Dans quelques cas, cette sentence frappe les ossements d’individus devenus hérétiques peu avant leur mort, comme par exemple Ricarda Doumergue et Guilhem Ysarn (p. 22-24), dont les maisons sont en sus détruites.

4Alors même que leur éradication est en bonne voie en ce premier XIVe siècle, la majorité des accusés (78,5 %) sont des cathares (le terme en tant que tel n’apparaît jamais), le plus souvent des amis des « bons hommes » ou de ceux que le registre appelle encore des « manichéens ». Les autres sont des Vaudois (1321, p. 175-184) ou des béguins (1322, p. 194-219) adeptes d’une Église pauvre et des spéculations eschatologiques du Spirituel franciscain Pierre de Jean Olivi († 1298). Les sentences, reprenant les aveux recueillis durant l’enquête, en dénoncent parfois les erreurs doctrinales et leurs conséquences sur le plan social (notamment pour l’Église et sa hiérarchie), comme dans le cas des cathares Estèva De Proaudo (p. 25-28) en 1308 et Ameil de Perles (p. 127-131) en 1309, ou du vaudois Jean de Vienne (p. 175-179). Elles dénoncent encore, notamment les plus anciennes, le caractère secret et occulte de la « secte » hérétique (p. 14, 17, 18, etc.) et de ses crimes « énormes », révélé et mis en lumière par l’enquête et l’énoncé public de la sentence, sans toutefois surenchérir dans la diabolisation. Surtout, elles montrent à l’envi tout le poids qu’accorde l’institution inquisitoriale à la confession et au serment dans la recherche de la « vérité » – une confession qu’elle espère immédiatement pleine et entière –, auquel répond in fine le pouvoir d’exclusion ou d’inclusion, temporaire ou définitif, dont est investie sa propre parole. Si le voile se lève en général progressivement au fil des interrogatoires, d’aucuns parviennent, en dépit de la torture (jamais évoquée dans le cadre des sentences) et des monitions, à ne jamais reconnaître de valeur sacramentelle et juridique à cette mécanique de l’aveu et à la refuser de manière farouche, comme c’est le cas notamment du vaudois Jean de Vienne précédemment cité et de son épouse Huguette.

5Le livre de Julien Théry permet ainsi à un large public d’appréhender de manière aussi claire que concrète, par le jeu d’une sélection représentative de cas, la logique en tout point spécifique de la justice inquisitoriale au temps des premiers papes avignonnais.

Pour citer cet article

Référence électronique

Julien Véronèse, « Le Livre des sentences de l’inquisiteur Bernard Gui, extraits choisis, traduits et présentés par Julien Théry  », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2010, mis en ligne le 30 novembre 2010, consulté le 19 janvier 2018. URL : http://journals.openedition.org/crm/12143

Haut de page

Auteur

Julien Véronèse

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page

  • Logo Classiques Garnier
  • OpenEdition Journals
OpenEdition

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus

Riposte-catholique : ” Mgr Ravel annonce un renouvellement des paroisses Accueillir, protéger, promouvoir, intégrer -et varia du 13/1/2018

 

 

Non suivi
Riposte-catholique
 ”  Mgr Ravel annonce un renouvellement des paroisses Accueillir, protéger, promouvoir, intégre
Non suivi
Résistance Républicaine
Resistance Republicaine – Resistance Republicaine Etrange père qui défie les responsables du suicide de Dolly, 14 ans, d’assister aux funérailles Les détenus ont ciseaux, couteaux… pour attaquer les gardiens : pourquoi et
13 janv.
Non suivi
« La Gauche M’a Tuer »
Vos news du 13 janvier 2018 – lagauchematuer.fr Le meilleur de l’opinion de droite chez vous Que pensez-vous de la déclaration du ministre des finances sur le fait qu’il n’y aura plus de nouveaux impôts d’ici la fin
13 janv.
Non suivi
U.S. Department of State
U.S. Department of State Daily Digest Bulletin – Population, Refugees, and Migration: FY 2018 Request for Concept Notes for NGO Projects Benefiting Refugees in Pakistan and Refugee Returnees in Afghanistan 01/12/2018 You are subscribed to Population,
13 janv.
Non suivi
Opus Dei Bureau d’inform.
La vie ordinaire – Opus Dei Textes de Saint Josémaria Partager sur Facebook Partager sur Twitter youtube flickr 13 janvier 2018 La vie ordinaire Alors que nous avons quitté le temps de Noël pour recommencer le temps
13 janv.
Non suivi
Laurence Havel de l’Inst.
“On me prend pour un con” – L’Institut pour la Justice est une association loi 1901 en faveur d’une Justice plus protectrice des citoyens et plus équitable vis-à-vis des victimes. Un souci dans la visualisation? suivez ce
13 janv.
Non suivi
Vers où va-t-on ?
Vers où va-t-on ? – Vers où va-t-on ? Merci, Ennemi ! Posted: 12 Jan 2018 05:26 AM PST Article original de Dmitry Orlov, publié le 4 janvier 2018 sur le site Club Orlov Traduit par le blog http://versouvaton.blogspot.fr À
13 janv.
Non suivi
newsletter
PressTV Newsletter – January 12, 2018 – Trump waives Iran nuclear sanctions: White House US President Donald Trump has waived nuclear-related sanctions against Iran, according to the White House. Pakistan feels ‘betrayed’ by US: Army
13 janv.
Non suivi
Nouvelles de France Port.
[Nouvel article] Ne dîtes plus « smartphone » mais « mobile multifonction » – Eric Martin a publié : »La Commission d’enrichissement de la langue française vient de publier une nouvelle liste de mots techniques étrangers qu’elle a « francisés » : « 
13 janv.
Non suivi
Nouvelles de France Port.
[Nouvel article] Détenus islamistes : l’inquiétude des surveillants de prison – Eric Martin a publié : »Les gardiens de prison expriment leur malaise après l’agression de trois d’entre eux jeudi 11 janvier à Vendin-le-Vieil (Pas-de-Calais). L’auteur des faits est
13 janv.
Non suivi
Nouvelles de France Port.
[Nouvel article] Front national : Jean-Marie Le Pen publiera ses Mémoires avant le cong… – Eric Martin a publié : »C’est un livre qu’on n’attendait plus. Le premier tome de l’autobiographie du fondateur du FN, Jean-Marie Le Pen, sortira le 1er mars prochain, juste avant
13 janv.
Non suivi
Nouvelles de France Port.
[Nouvel article] Notre-Dame-des-Landes : évacuation ou non, les militants déterminés à … – Eric Martin a publié : »Alors que le chef de l’Etat doit se prononcer très prochainement sur le projet de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, les militants de la ZAD affichent leur
13 janv.
Non suivi
Nouvelles de France Port.
[Nouvel article] Сhine : les autorités dynamitent une église géante (il est vrai constr… – Eric Martin a publié : »Dans le cadre d’une campagne de lutte contre les bâtiments construits illégalement, la municipalité de Linfen, dans le nord de la Chine, a ordonné la destruction d’
13 janv.
Non suivi
Nouvelles de France Port.
[Nouvel article] Équateur : la citoyenneté accordée à Julian Assange – Eric Martin a publié : »Le ministre équatorien des affaires étrangères a déclaré que son gouvernement avait accepté d’accorder la citoyenneté au co-fondateur de WikiLeaks. Le gouvernement
13 janv.
Non suivi
Nouvelles de France Port.
[Nouvel article] Trouver à manger au Venezuela (la référence de Jean-Luc Mélenchon) ? L… – Eric Martin a publié : » »C’est tous les jours comme ça, explique Gregori, un jeune chaviste que le journaliste François Cardona a suivi. Et encore, s’il y a de la farine ! En ce moment
13 janv.
Non suivi
Nouvelles de France Port.
[Nouvel article] Envoyé spécial : Robots le meilleur des mondes – Eric Martin a publié : »Hyper-intelligents, dociles, jamais fatigués, ils effectuent des tâches de plus en plus complexes. Mais les robots sont soupçonnés de détruire plus d’emplois qu’ils
13 janv.
Non suivi
Une Minute avec Marie
Libre de tout péché par un don de Dieu – * Libre de tout péché par un don de Dieu — Pour voir cet e-mail dans votre navigateur Modifier ou clore mon abonnement 13 janvier – Le Concile de Trente déclare que Marie est libre de tout péché par
13 janv.
Non suivi
Services Regnum Christi
Méditation sur l’Evangile du Jour – Appel de Lévi Cette méditation est disponible au format audio: Ecouter en ligne. Samedi 13 janvier 2018 Saint Hilaire, évêque et docteur de l’Église Evangile selon St Marc chapitre 2, 13-17 En ce
13 janv.
Non suivi
Michael Hichborn
Your Catholic Week in Review (Scandal Edition!) – BREAKING: Pope Francis recently awarded the Order of St. Gregory to an openly pro-abortion Dutch public figure. View this email in your browser Your Catholic Week in Review (Scandal Edition!) When I
13 janv.
Non suivi
Resistance71 Blog
[Nouvel article] Analyse politique: révolution sociale, mal français et mièvrerie postm… – Résistance 71 a publié : »Et dire qu’il faille se référer au Mexique et à la réflexion d’anarchistes mexicains pour lire/entendre une telle analyse en dit long sur l’échec de la
13 janv.
Non suivi
Nouvelles de France Port.
[Nouvel article] Donald Trump qualifie Haïti et des nations africaines de « pays de mer… – Eric Martin a publié : »Pendant une réunion sur l’immigration, Donald Trump a qualifié Haïti, le Salvador et plusieurs pays d’Afrique de « pays de merde ». « Pourquoi est-ce que
13 janv.
Non suivi
Nouvelles de France Port.
[Nouvel article] 5 kg de pâte, 7 kg de poudre d’amande mais pas de fève pour la galette… – Eric Martin a publié : »Emmanuel Macron rentré de son périple de la Chine à l’Italie, la cérémonie de la galette des rois à l’Elysée va donc se tenir ce vendredi après-midi à l’Élysée.
13 janv.
Non suivi
argoul
[Nouvel article] Jean Raspail, Qui se souvient des hommes – argoul a publié : » Après Le camp des saints, Le jeu du roi, Moi Antoine de Tounens, Jean Raspail poursuit au début des années 1980, livre après livre, son chapelet de désespérance. Dans Qui se
13 janv.
Non suivi
Waking Times
WATCH: Redesigning Reality #012 – DETOX!! – Latest Articles From Waking Times View this email in your browser Facebook Twitter Instagram In the 01/12/2018 edition: The Truth About Vaccines – Free Online Event We are about to witness one of the
13 janv.
Non suivi
Le blog de La Couronne
La lettre de La Couronne – Voir cette lettre de diffusion en ligne Ci-dessous, retrouvez nos derniers articles ; cliquez sur le titre pour lire la suite Monseigneur le Comte de Paris a saisi le Conseil Supérieur de l’
13 janv.
Non suivi
La lettre de Riposte Laï.
Gérard Boyadjian décrit la mort lente de la France, qui fut le pays de la liberté (vidéo) – Problèmes d’affichage ? Affichez cette newsletter dans votre navigateur. Samedi 13 janvier 2018 PIERRE CASSEN Gérard Boyadjian décrit la mort lente de la France, qui fut le pays de la liberté (
13 janv.
Non suivi
The Culture Translator
Dr. King’s Dream – Having trouble viewing this email? View the archive. Vol. 4, Issue 02 | January 12, 2017 Three Things This Week 1. Redefining College Manhood What it is: Male university students enroll less, misbehave
13 janv.
Non suivi
OnePeterFive
Posts from OnePeterFive for 01/12/2018 – The 1P5 Daily Digest For 01/12/2018 View this email in your browser Updates from OnePeterFive Rebuilding Catholic Culture. Restoring Catholic Tradition. In the 01/12/2018 edition: Pope Francis Awards
13 janv.
Non suivi
IBTimes Newsletter
The Money Behind Trump’s Win – IBT Newsletter Behind Trump’s Win: An ‘Extraordinary’ Influx Of Dark Money trump rally According to a new study, donations from anonymous sources in the last days of the campaign were a key
13 janv.
Non suivi
Gold Anti-Trust Action C.
[GATA] Brandon White: Gold is getting top bank asset status in Canada – Brandon White: Gold is getting top bank asset status in Canada Submitted by cpowell on 12:43AM ET Saturday, January 13, 2018. Section: Daily Dispatches 7:43p ET Friday, January 12, 2018 Dear Friend of
13 janv.
Non suivi
The Interim
The Interim: The Crown raises questions about British monarchy – The Interim: The Crown raises questions about British monarchy The Crown raises questions about British monarchy Rule of law means protecting minorities, not pandering to the mob Smoke without fire
13 janv.
Non suivi
Gold Anti-Trust Action C.
[GATA] Big crypto exchange goes dark and users are getting nervous – Big crypto exchange goes dark and users are getting nervous Submitted by cpowell on 12:09AM ET Saturday, January 13, 2018. Section: Daily Dispatches By Camila Russo Bloomberg News Friday, January 12,
13 janv.
Non suivi
Gold Anti-Trust Action C.
[GATA] Treasury’s Mnuchin says there’s no need for a digital dollar – Treasury’s Mnuchin says there’s no need for a digital dollar Submitted by cpowell on 12:00AM ET Saturday, January 13, 2018. Section: Daily Dispatches By Kasia Klimasinska and Saleha Mohsin
13 janv.
Non suivi
ucanews.com
UCA News Weekender: Chinese officials demolish yet another church: in Shanxi – picture January 13, 2018 News Chinese officials demolish yet another church: in Shanxi News Fury over Myanmar military’s Rohingya mass killing News Court deals blow to Filipino woman on death row
13 janv.
Non suivi
La contre-révolution
[Nouvel article] Alain Escada (Civitas) : « Restaurons la vertu de force » – ccr2013 a publié : » RESTAURONS LA VERTU DE FORCE ! Laissez-moi tout d’abord vous souhaiter une bonne et sainte année 2018 ! Mais permettez-moi de vous demander aussi de prendre quelques bonnes
13 janv.
Non suivi
EAQ
Evangile au Quotidien – l’EVANGILE AU QUOTIDIEN « Seigneur, vers qui irions-nous ? Tu as les paroles de la vie éternelle » Jn 6, 68 Samedi 13 janvier 2018 Le samedi de la 1re semaine du temps ordinaire Saint(s) du jour :
13 janv.
Non suivi
PaulCraigRoberts.org
Israel’s Takeover of the Internet – Israel’s Takeover of the Internet It has been learned that major social media and internet service providers have, throughout the past year, been meeting secretly with the United States and Israeli
12 janv.
Non suivi
The Daily Caller
TheDC Evening – DEA Crackdown Bags Senior MS-13 Leader, 16 Others – ‘We sent a message’ – Read more at The Daily Caller – http://www.dailycaller.com&#8230; The Daily Caller Logo Politics | US | Entertainment | Sports Daily Caller DEA Crackdown Bags Senior MS-13 Leader, 16
12 janv.
Non suivi
CatholicCulture.org
Pontifical Academy for…Life? – Replace rationalization with simple fidelity to Christ and the Church. Donate Every contribution counts! Shop: CC Store We earn 5% of your purchase amount. Pontifical Academy for…Life? Dear olivier,
12 janv.
Non suivi
Gaudium Press
GAUDIUM PRESS – Si no consigue abrir el email, haga click aqui. Gaudium Press Inicio | ¿Quiénes somos? | ¿Por qué Gaudium? | Haga parte | Portugués | Últimas Noticias Roma Presentan en Italia libro sobre el Cura
12 janv.
Non suivi
ICH Newsletter
ICH: UN Condemns Trump’s ‘Shithole Countries’ Remark as Racist – – Having trouble viewing this email? Click here Not For Profit – For Justice 100% Non Commercial, Fearless, Forthright & Independent « There is no time left for anything but to make peacework a
12 janv.
Non suivi
Fort Russ
Fort Russ – Fort Russ Putin wants to destroy the Internet: first « fake news » of 2018 POINTLESS DEATH: Jihadist suicide attack is useless as Syrian Army liberates 17 towns in Idlib today Syrian Army
12 janv.
Non suivi
Russie politics
Russie politics – Russie politics Pourquoi le procureur veut interdire le Centre de représentation de Donetsk, mais pas le Comité pour l’autodétermination de la Catalogne Nord? Posted: 11 Jan 2018 11:55 PM PST Le
12 janv.
Non suivi
Webmestres de FranceAgri.
[FranceAgriMer] Newsletter n° 279 – Les nouveautés sur le site de FranceAgriMer du 12 j… – FranceAgrimer Newsletter n° 279 – Les nouveautés sur le site de FranceAgriMer du 12 janvier 2018 Qui sommes-nous ? Investissements d’avenir PIA / P3A Téléprocédures VISIONet (Données en ligne)
12 janv.
Non suivi
Blog lepetitplacide.org
LE PETIT PLACIDE a publié le nouvel article : St Benoît 2018 – Nouvel article sur le blog : http://www.lepetitplacide.org?utm_source=_ob_email&utm_medium=_ob_notification&utm_campaign=_ob_pushmail St Benoît 2018 j’ai cru reconnaître un st Benoît auj
12 janv.
Non suivi
Economy & Markets
Critical issues as we move into 2018 – Staying Ahead of the Crowd There is ZERO chance this tax plan is EVER going work. The new tax plan will NOT grow our economy… unless we fix THIS problem first. You’ll never hear about this
12 janv.
Non suivi
Campaign 18:05
Top 5 stories you need to know today: Cadbury aims to revive founding spirit of generos… – View in web browser | Add to safe senders list Campaign 18:05 The five things you need to know today Most read Cadbury aims to revive founding spirit of generosity in debut campaign from VCCP Simon
12 janv.
Non suivi
Blog amers-cap.com
Canaille le Rouge, le c@rnet, ses p@ges. a publié le nouvel article : Nouvelle devise d… – Nouvel article sur le blog : http://amers-cap.com?utm_source=_ob_email&utm_medium=_ob_notification&utm_campaign=_ob_pushmail Nouvelle devise dans l’air du temps, il ne nous manquerait juste
12 janv.
Non suivi
Ecofin Oil and Gas
Ecofin Oil and Gas – 12/01/2018 – https://www.agenceecofin.com/hydrocarbures Tullow Oil fait une mise à jour de ses activités en Afrique de l’Ouest et annonce ses projets pour 2018 VENDREDI, 12 JANVIER, 2018 twitter Facebook
12 janv.
Non suivi
Blog marc-candelier.com
Blog de Marc Candelier a publié le nouvel article : Philippe Bihouix : Le mensonge de l… – Nouvel article sur le blog : http://www.marc-candelier.com?utm_source=_ob_email&utm_medium=_ob_notification&utm_campaign=_ob_pushmail Philippe Bihouix : Le mensonge de la croissance verte ?
12 janv.

 

LE CONFLIT : Jules CÉSAR (101-44 av. JC)

  Caius Julius Caesar ou Jules CÉSAR est un général, homme d’Etat et écrivain romain. Son destin exceptionnel marque le monde romain et l’historie universelle : ambitieux et brillant, il s’appuya sur le courant réformateur démagogue pour son ascension politique ; stratège et tacticien habile, il repousse les frontières romaines jusqu’au Rhin et à l’Océan Atlantique en conquérant la Gaule, puis utilise ses légions pour s’emparer du pouvoir. Il se fait nommer dictateur à vie et est assassiné peu après par une conspiration de sénateurs. Il est diviniser et son fils adoptif, Octave, vainqueur de Marc-Aurèle, achève la réforme de la République Romaine qui laisse la place au Principat et à l’Empire.

Une carrière de consul et de stratège militaire et politique de premier plan

Jules César est considéré comme le plus illustre des généraux et hommes d’Etat romains. Issu d’une famille patricienne, il servit en Asie avant de rentrer à Rome après la mort de Sylla (-78) – qui l’avait obligé à fuir – dans le but de faire une carrière politique. En route pour Rhodes, où il comptait suivre des cours de rhétorique, il fut capturé par des pirates (ce qui n’était pas très original à l’époque…). Il réussit à lever lui-même le prix de sa rançon, puis il se constitua une petite flotte avec laquelle il capture ses ravisseurs avant de les faire crucifier (châtiment très répandu alliant l’exercice de la peine capitale à l’encontre du condamné et du terrorisme en direction de ses « collègues »…). Il travailla ensuite, avec Pompée, à défaire la constitution de Sylla et commença son ascension politique : prêteur en -62, propreté d’Espagne en -61, il forma le triumvirat avec Pompée et Crassus, et devant consul en -59. Il se fit attribuer le proconsulat de la Gaule cisalpine (plaine du Pô) et de la Narbonnaise. Sa campagne en Gaule cisalpine lui permit de se constituer une base militaire.

Afin de renforcer son pouvoir politique, César était désireux de briller sur le champ de bataille. Il décida d’entreprendre la conquête de la Gaule (en fait des Gaules), menacée par les Germains (et pas seulement par eux). César entrait véritablement dans la carrière militaire, à près de 44 ans.

La Gaule se divisait en trois provinces, la Gaule belgique au nord, la Gaule celtique au centre et l’Aquitaine, en plus de la Gaule cisalpine et de la Narbonnaise qui étaient déjà sous contrôle romain. Les Héveltes (établis en Suisse occidentale), poussés par les Germains vers l’Ouest, menaçaient le territoire (situé entre la Loire et la Saône) occupé par les Éduens qui réclamèrent le secours de Rome, avec laquelle ils étaient alliés. Profitant de l’occasion, César investit la Gaule, obligea les Héveltes à regagner leur pays et écrasa le Germain (Suève) Arriviste qu’il repoussa de l’autre côté du Rhin (-58).

César installa alors ses troupes en Gaule, mais il dut faire face à une coalition belge. A partir de sa base de Vensontio (Besançon), il remonta vers la Belgique (dont la frontière sud se situait au nord de Paris) où il allait livrer un rude combat. Surpris par les ,reviens au bord de la Sambre, il redressa la situation après avoir payé de sa personne (-57). La coalition belge était dissoute. Alors que Publius Crassus, un lieutenant de César, soumettait l’Aquitaine, les Romains affrontèrent un nouvel adversaire, les Vénètes (région de Vannes), dont la puissante flotte fut détruite lors d’une bataille navale (-56). cette victoire permet à César d’envisager la conquête de la Bretagne (Angleterre) dont l’accès maritime était désormais libre.

Après sa campagne du Rhin, où il étouffa une nouvelle menace des Germains, et ses deux expéditions en Bretagne (-55 à -54), César doit affronter une nouvelle fois les Gaulois. Ayant anéanti non sans mal, une armée belge dirigée par le chef des Éburons, Ambiorix, il trouva une nouvel obstacle sur son chemin, en la personne de Vercingétorix, chef de la tribu des Arvernes, placé à la tête d’une coalition gauloise.

Vercingétorix opta pour une tactique de harcèlement tout en cherchant à nouer de nouvelles alliances avec les tribus gauloises, stratégie destinée à épuiser son adversaire physiquement tout en l’isolant politiquement et militairement. Alors que Vercingétorix parvenait à créer des foyers d’insurrection de part et d’autre de la Gaule, les deux hommes se retrouvèrent face à face à Avaricum (Bourges) qu’assiégeaient les Romains. Malgré l’échec cuisant subi par les Gaulois, Vercingétorix parvint à échapper à l’emprise de son adversaire et poussa ses troupes vers le sud, chez lui, en plein territoire arverne. César le poursuivit, mais le siège de Gergovie (au sud de Clermont Ferrand), où s’était réfugié Vercingétorix, se solda par un échec pour les Romains lorsque l’attaque surprise sur la forteresse gauloise échoua, obligeant César à se retirer (printemps -52).

Quelques semaines plus tard, lors du siège d’Alésia (Alise-Sainte-Reine), le général romain eut plus de succès. l’armée gauloise avait tenté de surprendre son adversaire après la retraite de Gergovie, mais la charge de sa cavalerie avait échoué et Vercingétorix se retrouvait à nouveau assiégé. César avait décidé d’affamer l’armée gauloise et les populations civiles réfugiées dans la place forte. Au départ, Vercingétorix pratique la tactique d’harcèlement contre l’assiégeant, depuis la forteresse, avec notamment les assauts de sa cavalerie. Mais ne pouvant empêcher l’ennemi d’effectuer l’encerclement complet de la place, il fit appel à des renforts extérieurs pour le délivrer de l’étau romain. C’est alors qu’il commit ce qui sera son erreur la plus grave, décidant d’envoyer tous ses cavaliers chercher de l’aide extérieure, et affaiblissant ainsi considérablement sa propre position. Lorsque les renforts, venus en grand nombre de toute la Gaule (environ 250 000 fantassins et 8 000 cavaliers), arrivèrent, les assiégés étaient à court de vivres alors que les Romains, eux-mêmes désormais assiégés, aussi commençaient aussi à épuiser leurs provisions. En nette infériorité numérique (de l’ordre de un à six) (mais ce fut presque toujours le cas durant la campagne des Gaules…), les Romains repoussaient héroïquement trois attaques des Gaulois et finissaient par l’emporter. Vercingétorix rendit les armes. La Gaule était (pratiquement, car de nombreuses révoltes eurent lieu encore ensuite) soumise. César pouvait retourner à Rome en héros.

Les campagnes de César en Gaule et ses expéditions en Grande-Bretagne, lui donnèrent l’occasion – qu’il recherchait âprement – de se forger une réputation militaire et de conquérir un pouvoir politique qui lui permettaient de rivaliser avec Pompée, son principal adversaire après la mort de Crassus et la dissolution du triumvirat (-53). César déclencha la guerre civile au cours de l’hiver (-50/-49), après avoir franchi le Rubicon (Alea jacta es, Le sort en est jeté!), et repoussa les troupes de Pompée hors d’Italie avant de les écraser en Espagne. Les combats se poursuivirent sur le théâtre oriental, la bataille décisive ayant lieu à Pharsale, en Thessalie (août -48), et la victoire revenant à l’armée de César face à des troupes deux fois plus nombreuses. César poursuivit Pompée jusqu’en Egypte avant que celui-ci ne soit assassiné par les hommes du roi Ptolémée, qui fut chassé par César et détrôné au profit de Cléopâtre. La célèbre phrase (mais beaucoup de ses phrases furent célébrées à Rome…) de César, Veni vidi, vinci (je suis venu, j’ai vu, j’ai vaincu) a été prononcée à propos de la campagne qu’il mena en Anatolie à son retour d’Egypte, face au roi Pharnace Ier qu’il vainquit à Zana (-47). A peine rentré à Rome, où il se fit conférer la dictature, il dut s’embarquer pour l’Afrique (Tunisie) où ses opposants s’étaient ralliés. A nouveau vainqueur (-46), il mena ensuite une dernière campagne militaire en Espagne qui se termina par son succès à Munda (-45), avant de revenir à Rome pour poursuivre les réformes qu’il avait entreprises. Il fut assassiné l’années suivante, alors qu’il se préparait à partir en guerre contre les Parthes, qui avaient humilié Crassus quelques années auparavant.

César était avant tout un stratège politique, et ses campagnes militaires durent surtout un moyen pour lui de s’approprier le pouvoir suprême. Contrairement aux autres grands capitaines de l’Histoire, il entama sa carrière militaire relativement tard et il ne dut qu’à lui-même d’apprendre les fondements de l’art de la guerre. César savait très exploiter l’instrument militaire en vue des objectifs politiques qu’ils s’étaient fixés, et en ce sens, il possédait l’intelligence de la stratégie à son niveau le plus élevé. Mais il était aussi un remarquable tacticien qui savait se montrer audacieux et tenace. Il était passé maître dans la tactique des sièges lors de ses campagnes en Gaule et savait exploiter l’effet de surprise, comme il le démontra face à Pompée. la rapidité avec laquelle il déplaçait ses troupes surprit un grand nombre de ses adversaires. Il savait bien redresser une situation défavorable et il fut presque toujours vainqueur, n’ayant guère subi que deux échecs importants, à Gergovie et à Dyrrachium. Jules César était sans conteste le plus grand  général de son époque et un incomparable meneur d’hommes.

Toutefois, s’il passa maître dans la conduite de la guerre, César ne fut pas un grand organisateur militaire et moins encore un novateur. S’il exploita au mieux les qualités de ses troupes de légionnaires, il ne sut jamais distinguer les limites que lui imposaient un système reposant presque exclusivement sur le choc de l’infanterie lourde. Il ne changea pas l’organisation des armées romaines et ne tira pas les leçons de la défaite de Crassus face aux troupes de cavaliers-archers parties. face à la cavalerie humide qu’il affronta en Afrique, il avait effectivement modifié son organisation tactique, mais de façon très limitée (il avait créé des corps d’infanterie légère). (BLIN et CHALIAND)

A ce portrait manque toutefois le talent de propagandiste et la fabuleuse fortune qui lui permit de financer des troupes dont le recrutement ne reposait plus sur la conscription. Il sut utiliser ses rapports au Sénat pour magnifier ses hauts faits d’armes sans cacher ses difficultés et relater sa propre expérience de la guerre dans ses Commentaires sur la guerre des Gaules et La guerre civile. A un tel point qu’aujourd’hui encore, ce sont les presque seules sources (heureusement l’archéologie permet de corriger beaucoup de choses) historiques sur cette période de l’Histoire. La romanisation a effacé les traces qui pouvaient exister au niveau littéraire et nous ne connaissons même pas un seul avis non romain sur cette histoire de conquête de la Gaule. Quant à la fabuleuse fortune, elle provient de ses fonds personnels familiaux et d’une grande habileté des équipes d’armée chargées de la répartition des butins, notamment dans les régions les plus riches sans doute du continent européen de cette époque, tant sur le plan agricole (mais l’Egypte est encore le grenier du monde connu, bien avant les désertifications) que sur le plan minier (notamment parce que les autres sources de métaux sont encore inaccessibles aux Romains). On oublie souvent ce dernier aspect, on ne retrouve nulle part dans l’Histoire, une telle appropriation de richesses, avant, et cela va faire dresser la tête de certains, l’occupation allemande de la France durant la Seconde Guerre Mondiale…

 

Le fondateur d’une nouvelle Rome.

Il y a bien un avant César et un après César dans l’Histoire de Rome. Il se situe entre la République et l’Empire, entre une Rome exclusivement méditerranéenne et une Rome européenne, qui élargit ses frontières et se trouve au contact direct, politiquement notamment, avec des peuples, notamment les Germains, qui avec elle vont faire l’histoire de l’Europe d’après l’Antiquité, et enfin entre un univers social dominé par les conflits entre plébéiens et patriciens, à l’issue souvent incertaine, à un autre univers social, alimenté par d’immenses richesses jamais prises auparavant, où domine la figure d’une classe impériale s’appuyant, contre les rivaux patriciens, notamment au Sénat, sur les leaders de la Phèbe, pourtant écarté de la réalité du pouvoir politique.

Sa campagne politique abouti à un césarisme, nom de sa méthode pour accéder au pouvoir et le garder. Tant et si bien popularisé que son nom César deviendra attribut impérial et que ce césarisme est repris à leur compte sciemment par de nombreuses figures politiques au long des siècles par la suite, et par contre-coup est devenu une stigmatisation d’une forme personnelle de pouvoir.

Trop occupé par la politique de l’immédiat, CÉSAR n’a pas le temps d’organiser de façon systématique ses pouvoirs, d’autant que jusqu’à la fin subsiste, dans les camps adverses, une « légitimité » qui conteste la sienne. Cependant, malgré le rythme harcelant des campagnes militaires, il déploie, dès janvier 49, une activité politique, législative et administrative prodigieuse, quoique souvent improvisée, et il songe sûrement à établir son pouvoir quasi absolu sur des bases nouvelles et à accomplir des réformes politiques et sociales fondamentales. Lorsqu’il passe le Rubicon, en janvier 49, César n’est plus que grand pontife ; son proconsulat a expiré et son pouvoir sur ses armées n’est qu’un pouvoir de fait. Il profite de ses pouvoirs religieux pour invalider les élections, y compris celles de son successeur, et retrouve ainsi son proconsulat. Mais pour parer à l’absence de la plupart des sénateurs et des magistrats, aux dérobades de ceux qui restent, il se contente d’utiliser sans ménagement ses droits de vainqueur et prend des mesures de circonstance. Ce n’est que pendant la première campagne d’Espagne qu’une loi lui confère une dictature extraordinaire semblable à celle de Sylla ; il l’utilise pour régler des problèmes économiques et administratifs, pour distribuer à ses partisans les provinces qu’il tient, mais la dépose à la fin de 49, pour se faire élire régulièrement conseil pour 48 – années où il ne met pas les pieds à Rome, le gouvernement en Italie étant assuré par son collègue P. Servilius Isauricus. Après Pharsale, sur proposition de son collègue, il est nommé dictateur une seconde fois, pour un an. En 46, c’est comme consul qu’il combat en Afrique et célèbre ses triomphes (ce qui veut dire festivités plus ou moins « énormes » pour la population…) ; il est encore consul en 45, sans collègue, jusqu’en octobre. Mais entre-temps, sans doute en avril 46, il est nommé dictateur pour la troisième fois, pour dix ans, avec renouvellement chaque année. Il renouvelle en effet cette dictature en avril 45, jusqu’en janvier 44, où il est nommé dictateur à vie.

Sans doute la puissance de CÉSAR, pendant toutes ces années, est le plus souvent une puissance de fait, et il ne s’encombre guère de légalisme. Pourtant il prend soin de se faire octroyer, outre la dictature et le consulat, d’autres pouvoirs ou d’autres titres. Ainsi apparait nettement une marche vers le pouvoir monarchique (aspect qui éclate et déplait beaucoup lors de ses liaisons avec CLÉOPÂTRE), qui devait peut-être, selon des partisans sans doute, aboutir en mars 44 à la restauration de la royauté. Quels que soient les pouvoirs qu’ils disposaient, CÉSAR a en tout cas réalisé, de 46 à 44 surtout, une mainmise totale sur le Sénat, les assemblées populaires, les magistratures. De 47 à 44, entre ses campagnes, il entreprend une série de réformes profondes, en partie inspirée par le « programme » que lui trace alors SALLUSTRE dès 49, et portant sur la composition du Sénat, très élargi, ouvert à des Italiens non romains et même à des Gaulois, portant sur les tribunaux, sur la liste des citoyens (réduction du nombre des bénéficiaires de l’annone), sur la vie économique de l’Italie (mesures en faveur des travailleurs agricoles libres, réduction du nombre des esclaves, lois somptuaires, établissement de colonies). Sont mises en route également des mesures concernant les gouvernements des provinces, sur l’accroissement, au moins provisoire, du nombre des questeurs et des prêteurs, l’apparition des consulats suffects. Sans oublier sur le plan économique, des mesures nettes concernant la dette. Il est évident que jusqu’à sa mort en 44, CÉSAR apparait comme le vainqueur d’une guerre civile et que chacun aspire à l’établissement d’une nouvelle constitution (CICÉRON…). Par-dessus les textes, CÉSAR gouverne grâce à son armée, à sa popularité parmi la plèbe urbaine, à ses clientèles dans la bourgeoisie italienne, grâce à un état-major officieux de partisans souvent remarquables, grâce au ralliement aussi, sincère ou non, de beaucoup d’adversaires, que permet sa fameuse « clémence ». Tous ces traits, ce mélange d’absolutisme et de démagogie, caractérisent ce qu’on appelle le césarisme.  Sa mort ne fait que retarder l’établissement d’une monarchie qui ne dit pas son nom; monarchie essentiellement militaire, mais qui est encore loin de pouvoir étre héréditaire. (Claude NICOLET)

 

Jules CÉSAR, La guerre civile, Paris, traduction de P. FABRE, 1936, réimprimée régulièrement, notamment en 1959 ; La guerre des Gaules, Paris, traduction de L.A. CONSTANT, 2 volumes, Les Belles Lettres, 1926, réimprimé régulièrement également, notamment en 1984. Les deux livres sont également disponible librement sur Internet (sur Wikisource par exemple), mais sans l’appareil critique nécessaire pour leur évaluation. Ce ne sont pas les seuls écrits de Jules CÉSAR. Parmi ceux qui nous sont restés on peut citer : Sur la guerre d’Alexandrie, Sur la guerre d’Afrique, Sur la guerre d’hispanic, ainsi que des morceaux (parfois brefs) de plusieurs ouvrages politiques qui s’inscrivent dans l’activité polémique romaine. La propagande de l’Empire a réalisé un trou parmi ses oeuvres et c’est sans doute à cause d’elle qu’on en trouve seulement des traces. Même les Commentaires sur la guerre des Gaules et les Commentaires sur la Guerre Civile demeurent sans doute incomplets, même si ce que nous en avons est déjà bien conséquents.

John Frederik Charles FULLER, Julius Caesar : Man, Soldier, Tyrant, New Gersey, 1965. Yvan Le Boec, César, chef de guerre, 2015. PLUTARQUE, Vies parallèles, Paris, 1950. SUÉTONE, Vie des douze Césars, Paris, 1961.

Arnaud BLIN et Gérard CHALIAND, Dictionnaire de stratégie, tempus, 2016. Claude NICOLET, Jules César, dans Encyclopedia Universalis, 2014.