Abbayes et chapîtres entre Sambre et Meuse (VIIème siècle-XIème siècle ) par von Alain Dierkens

Beihefte der Francia
Bd. 14
1985
Copyright
Das Digitalisat wird Ihnen von perspectivia.net, der Online-Publi-kationsplattform der Stiftung Deutsche Geisteswissenschaftliche Institute im Ausland (DGIA), zur Verfügung gestellt. Bitte beachten Sie, dass das Digitalisat urheberrechtlich geschützt ist. Erlaubt ist aber das Lesen, das Ausdrucken des Textes, das Herunterladen, das Speichern der Daten auf einem eigenen Datenträger soweit die vorgenannten Handlungen ausschließlich zu privaten und nicht-kommerziellen Zwecken erfolgen. Eine darüber hinausgehende unerlaubte Verwendung, Reproduktion oder Weitergabe einzelner Inhalte oder Bilder können sowohl zivil- als auch strafrechtlich ver-folgt werden.
ALAIN DIERKENS
ABBAYES ET CHAPITRES ENTRE SAMBRE ET MEUSE
3 > « ( / 3 6<M
BEIHEFTE DER FRANCIA
Herausgegeben vom Deutschen Historischen Institut Paris
Band 14
ABBAYES ET CHAPITRES
ENTRE
SAMBRE ET MEUSE
(VIIe-XIe siècles)
Contribution à l’histoire religieuse des campagnes du Haut Moyen Age
von Alain Dierkens
t
JAN THORBECKE VERLAG SIGMARINGEN 1985
ALAIN DIERKENS
ABBAYES ET CHAPITRES
ENTRE
SAMBRE ET MEUSE
(VIIe – XIe siècles)
Contribution à l’histoire religieuse des campagnes du Haut Moyen Age
Préface de Georges DESPY
1
JAN THORBECKE VERLAG SIGMARINGEN 1985
CIP-Kurztitelaufnahme der Deutschen Bibliothek Dierkens, Alain:
Abbayes et Chapitres entre Sambre et Meuse: (7e—11e siècles); contributions à l’histoire religieuse des cam-pagnes du Haut Moyen Âge / von Alain Dierkens. Préf. de Georges Despy. – Sigmaringen: Thobecke, 1985.
(Beihefte der Francia; Bd. 14) ISBN 3-7995-7314-3 NE: Francia / Beihefte
BEIHEFTE DER FRANCIA
Herausgeber: Prof. Dr. Karl Ferdinand Werner
Redaktion: Dr. Hartmut Atsma
Deutsches Historisches Institut, 9 rue Maspéro, F-75116 Paris
Verlagsadresse: Jan Thorbecke Verlag GmbH & Co., Sigmaringen
© 1985
b
y Jan Thorbecke Verlag GmbH & Co., Sigmaringen
Gesamtherstellung: M. Liehners Hofbuchdruckerei GmbH & Co., Sigmaringen
Printed in Germany
ISSN
0178-1952 • ISBN 3-7995-7314-3
TABLE DES MATIÈRES
PRÉFACE, par Georges Despy 11
Avant-Propos 13
Introduction 16
Avertissement 20
Sources et Bibliographie 21
PREMIÈRE PARTIE:
ÉTUDES MONOGRAPHIQUES DES ABBAYES ET DES CHAPITRES
DE L’ENTRE-SAMBRE-ET-MEUSE (VIF-XI* siècles)
CHAPITRE I: L’ABBAYE SAINT-PIERRE DE MOUSTIER-SUR-SAMBRE 65
A. L’abbaye de Moustier à l’époque mérovingienne: fondation de saint Amand? 65
B. L’abbaye de Moustier-sur-Sambre à l’époque carolingienne: les reliques de saint Frédégand 67
C. L’abbaye de Moustier aux Xe et XIe siècles 68
CHAPITRE II: L’ABBAYE SAINT-PIERRE – PUIS CHAPITRE SAINT-FEUILLEN –
DE FOSSES 70
A. L’abbaye de Fosses à l’époque mérovingienne: Feuillen et Ultain 70
1.
Feuillen et Ultain 70
a. Saint Feuillen et la fondation de l’abbaye de Fosses d’après l’Addita-mentum Nivialense de Fuillano 71
b. Remarques complémentaires sur les circonstances de la mort de saint Feuillen 74
2.
Fondation de l’abbaye: chronologie 75
B. L’abbaye de Fosses à l’époque carolingienne 76
C. L’abbaye-puis chapitre-de Fosses aux Xe et XIe siècles 78
1.
L’abbatiat laïc de Gisèle et la donation à l’évêché de Liège 78
2.
La mutation de l’abbaye de Fosses en chapitre de chanoines séculiers … 80
3.
Le chapitre de Fosses au Xe siècle 82
4.
Le chapitre de Fosses au XIe siècle 85
5.
L’élévation des reliques de Feuillen (1086) et ses conséquences 88
5
CHAPITRE III: L’ABBAYE SAINT-PIERRE DE LOBBES 91
A. L’abbaye de Lobbes à l’époque mérovingienne 91
1.
La fondation de l’abbaye de Lobbes :Landelin et Ursmer 91
a. Landelin 92
b. Ursmer 95
c. Hidulphe 98
2.
Les cellae d’Aulne et Wallers 100
3.
L’abbatiat d’Ermin 103
4.
Amoluin, Vulgise, AbeletThéoduin 104
B. L’abbaye de Lobbes à l’époque carolingienne (c. 750-c. 881) 106
1.
L’abbaye de Lobbes du milieu du VIIIe siècle à 864 107
2.
L’abbaye de Lobbes sous l’abbatiat laïc des Carolingiens 109
C. L’abbaye de Lobbes, de la fin du IXe au XIe siècle 111
1.
Lobbes, abbaye épiscopale (889-957) 111
a. L’acte d’Arnoul de Carinthie du 15 novembre 889 112
b. Abbatiats des évêques de Liège, de Francon à Farabert (884-953) …. 113
c. Abbatiats des évêques de Liège Rathier et Baldéric (953-c. 957) 116
2.
L’abbaye de Lobbes, abbaye ^indépendante* (957-c. 1050) 119
a. Abbatiats d’Erluin et d’Alétran à Hériger (957-1007) 119
b. Abbatiats d’Ingobrand, Richard et Hugues (1007-1053) 125
3.
Deux dépendances de l’abbaye de Lobbes: le chapitre Saint-Ursmer
de Lobbes et la cella d’Aulne 126
a. La cella d’Aulne 126
b. Chapitre Saint-Ursmer de Lobbes 127
D. Liste des abbés et des membres connus de l’abbaye de Lobbes (c. 750-1053) 129
1.
Abbaye »régulière« (c. 750-864) 129
2.
Abbatiat laïc des Carolingiens (864-c. 881) 129
3.
Abbatiat séculier des évêques de Liège (884-c. 957) 130
4.
De957àl053 131
E. L’architecture de l’abbaye de Lobbes, du IXe au XIe siècle 132
1.
L’église abbatiale Saint-Pierre 132
2.
L’église cimétériale et paroissiale Notre-Dame, puis Saint-Ursmer 134
3.
L’église Saint-Paul 136
4.
L’église Saint-Jean à »Beaumont« 136
6
CHAPITRE IV: L’ABBAYE SAINT-PIERRE – PUIS SAINT-BERTUIN – DE MALONNE 137
A. L’abbaye de Malonne à l’époque mérovingienne 137
1.
La vie de saint Bertuin, d’après la VitaBertuini 138
2.
La valeur de la Vita Bertuini 141
B. L’abbaye de Malonne à l’époque carolingienne 143
C. L’abbaye de Malonne aux Xe et XIe siècles 144
CHAPITRE V: DEUX PETITS ÉTABLISSEMENTS RELIGIEUX DE LA VALLÉE
DU VIROIN: SALLES ET COUVIN (IXe-Xe siècles) 145
A. L’abbaye bénédictine Notre-Dame de Salles 145
B. Couvin, prieuré de l’abbaye Saint-Germain-des-Prés 147
CHAPITRE VI: LES ABBAYES NOTRE-DAME D’HASTIÈRE ET NOTRE-DAME
DEWAULSORT 149
A. L’abbaye Notre-Dame d’Hastière 149
1.
Avant le rattachement à l’abbaye deWaulsort (969) 149
a. Les sources diplomatiques 149
al. L’acte de Charles le Simple (912-915) 149
a2. L’acte d’Adalbéron de Metz (945) 151
b. Esquisse historique, jusqu’en 969 155
2.
Le rattachement à l’abbaye de Waulsort (969) 155
a. L’interpolation de l’acte de 969 155
b. Hastière, prieuré de Waulsort 158
c. Architecture de Notre-Dame d’Hastière 160
B. L’abbaye Notre-Dame de Waulsort 161
1.
La fondation de l’abbaye 161
a. Les sources contemporaines 162
al. La charte épiscopale de Raoul de Laon pour
Saint-Michel-en-Thiérache (945) 162
a2. La charte comtale de Robert de Namur pour Waulsort (946) …. 164
a3. La charte royale d’Otton Ier pour Waulsort (946) 166
a4. La Vita Kaddroe (982-983) 167
b. La fondation de l’abbaye: chronologie 172
c. Les fondateurs :Eilbert et Hersent 174
cl. L’Eilbertlégendaire 175
c2. Eilbert, seigneur de Florennes? 176
c3. L’Eilbert historique 184
c4. Waulsort, fondation de la famille de Florennes? 186
7
2.
Waulsort au Xe et au début du XIe siècle 187
a. L’abbaye de Waulsort jusqu’en 969 187
b. Waulsort, abbaye épiscopale 189
c. Waulsort, abbaye irlandaise 192
3.
Liste des abbés et des membres connus de l’abbaye de Waulsort (jusqu’au milieu du XIe siècle) 195
CHAPITRE VII: L’ABBAYE SAINTS-PIERRE-ET-EUGÈNE DE BROGNE
(SAINT-GÉRARD) 197
A. Le dossier hagiographique de saint Eugène à Brogne 198
1.
Le sermo de adventu sancti Eugenii martyris (925-945) 199
2.
Miracula et Virtutes Eugenii (dernier quart du Xe siècle) 200
B. La fondation de l’abbaye de Brogne 206
1.
Les sources 206
a. Les actes et diplômes 206
b. Les données annalistiques 213
c. Gérard de Brogne et les reliques 217
2.
Gérard et la fondation de l’abbaye de Brogne (919-959) 220
a. Gérard de Brogne 220
b. Brogne en 918-923 221
c. Moines ou chanoines? 224
C. La »réforme« de Gérard de Brogne 229
1.
Saint-Ghislain 230
2.
Saint-Pierre et Saint-Bavon de Gand 232
3.
Saint-Bertin 238
4.
Saint-Riquier 239
5.
Saint-Amand 240
6.
Saint-Rémi de Reims 241
7.
Salles 242
8.
L’influence de la » réforme* de Gérard 243
a. Saint-Wandrille 243
b. Autres exemples 244
9.
Synthèse : la »réforme« de Gérard de Brogne. Caractères généraux 245
D. Brogne au Xe et au début du XIe siècle 247
1.
Fin de l’abbatiat de Gérard (953-959) 247
2.
Brogne dans la seconde moitié du Xe siècle et au début du XIe siècle 248
3.
Liste des abbés, dignitaires et moines de l’abbaye 253
4.
Architecture de l’abbaye et de l’église paroissiale de Brogne 254
a. L’église paroissiale 255
b. Le complexe monastique 256
8
CHAPITRE VIII: L’ABBAYE SAINT-JEAN-BAPTISTE ET LE CHAPITRE
SAINT-GENGULPHE DE FLORENNES 260
A. La fondation du chapitre Saint-Gengulphe et de l’abbaye Saint-Jean-Baptiste. Cadre chronologique 261
B. L’abbaye Saint-Jean-Baptiste et le chapitre Saint-Gengulphe de Florennes
dans la première moitié du XIe siècle 268
1.
Historique 268
2.
Histoire institutionnelle 273
C. Liste des abbés et des membres connus de l’abbaye et du chapitre
de Florennes (première moitié du XIe siècle) 275
D. Architecture de Saint-Jean-Baptiste et de Saint-Gengulphe de Florennes . . . 277 CHAPITRE IX: LE CHAPITRE SEIGNEURIAL NOTRE-DAME DE WALCOURT 280
DEUXIÈME PARTIE: QUELQUES ÉLÉMENTS DE SYNTHÈSE
CHAPITRE I: LES ABBAYES DE L’ENTRE-SAMBRE-ET-MEUSE À L’ÉPOQUE
MÉROVINGIENNE: ASPECT RELIGIEUX 285
A. L’abbé et la règle 285
1.
La règle monastique à l’époque mérovingienne 286
2.
L’abbaye de Lobbes: abbés et règle 288
a. Landelin 288
b. Ursmer 289
c. Ermin 291
d. LeVIIFsiècle 292
3.
L’abbaye de Fosses: abbés et règle 293
a. Abbés 293
b. Règle monastique 296
4.
L’abbaye de Malonne 296
5.
Abbas-episcopus: Vévëque de monastère 297
B. Caractéristiques insulaires 300
1.
L’abbaye de Lobbes 300
2.
L’abbaye de Malonne 302
3.
L’abbaye de Fosses 303
a. Lzparochia Fursei 303
b. Vie monastique et cultes à Fosses 309
C. Moines et ermites 312
D. Architecture monastique à l’époque mérovingienne 314
9
CHAPITRE II: L’ENTRE-SAMBRE-ET-MEUSE AUX MAINS DES PIPPINIDES
(C.650-C.750) 318
A. La frontière entre l’Austrasie et la Neustrie 318
B. La politique monastique des Pippinides dans l’Entre-Sambre-et-Meuse. . . . 320
1.
Fosses, fondation des Pippinides 321
2.
Lobbes, fondation épiscopale puis abbaye pippinide 321
3.
Malonne, fondation privée 325
4.
Moustier, fondation pippinide? 325
5.
Eléments de synthèse 326
CHAPITRE III: LES TRAITÉS DE MEERSEN ET DE RIBÉMONT (870-880):
LEUR IMPORTANCE POUR L’ENTRE-SAMBRE-ET-MEUSE 328
CHAPITRE IV: L’ENTRE-SAMBRE-ET-MEUSE FUT-ELLE TOUCHÉE
PAR LES INVASIONS NORMANDES? 330
CHAPITRE V: VIE RELIGIEUSE ET »RÉFORMES« MONASTIQUES
DANS L’ENTRE-SAMBRE-ET-MEUSE (Xe-XF siècles) 332
A. Quelques remarques préliminaires 332
B. Les abbayes nouvelles au Xe siècle: Brogne et Waulsort 336
C. Les anciennes abbayes au Xe siècle 338
D. La réforme de Richard de Saint-Vanne 340
Conclusion 345
Table des figures et des planches 350
Index 353
10
PREFACE
Au début de l’automne de l’année 1973, M. Dierkens entamait sous ma direction sa licence en histoire: deux ans plus tard, il défendait son mémoire de fin d’études, consacré à l’abbaye mosane d’Aldeneik pendant le haut moyen âge: ce travail était reçu »avec la plus grande distinction* et son auteur en publia dès 1976 diverses parties sous la forme d’une série d’articles qui furent d’emblée fort remarqués. Aussitôt conquise sa licence en histoire, il en entamait une autre, en archéologie médiévale, sous la direction de mon collègue et ami Pierre Bonenfant: un deuxième mémoire de fin d’études, relatif aux cimetières mérovingiens de Franchimont dans l’Entre-Sambre-et-Meuse, fut couronné des mêmes lauriers en septembre 1977 et cet ouvrage fut publié en 1981.
Une entrée aussi retentissante dans le monde des jeunes chercheurs ne pouvait que conduire à une consécration rapide. Grâce à des mandats de recherche du Fonds National de la Recherche Scientifique, M. Dierkens allait, en six ans, concevoir, rédiger et défendre, toujours avec »la plus grande distinction^ une thèse de doctorat de quelque neuf cents pages dont j’eus le privilège d’être le promoteur et qui voulait appréhender le phénomène de l’implantation du christianisme dans les campagnes de l’Entre-Sambre-et-Meuse du milieu du VIF siècle à celui du XIe. Grâce à sa formation double – historien et archéologue du haut moyen âge – il espérait, en manoeuvrant sur un terrain représentatif (une région géographiquement homogène, un pays de limites ecclésiastiques stables mais de frontières politiques mouvantes entre 650 et 925), aborder tous les aspects de la christianisation: objets de culte et édicules chrétiens dans les nécropoles mérovingiennes; histoire des institutions monastiques et canoniales par un réexamen des sources écrites et l’analyse des bâtiments anciens de ces établisse-ments; modalités de la mise en place du réseau des églises paroissiales.
La tâche était colossale: il fallait relire d’un oeil neuf des dizaines de sources narratives et hagiographiques; rediscuter de la véracité d’innombrables chartes et diplômes (que l’on pense aux chartriers truffés de pièges diplomatiques de Florennes, de Brogne ou de Waulsort); récrire l’histoire d’une quinzaine d’abbayes ou de chapitres fondés les uns au milieu du VIF siècle, les autres au début du Xe, les derniers dans la première moitié du XF; associer l’histoire architecturale à l’histoire religieuse; tenter de dresser une carte des paroisses primitives et en suivre les démembrements dus à la croissance démographique et à l’expansion de l’économie agraire.
De ce travail considérable paraît aujourd’hui une partie notable, celle qui est consacrée aux abbayes et aux chapitres fondés dans l’Entre-Sambre-et-Meuse entre 650 et 1050. M. Dierkens a cru devoir me demander de préfacer cet ouvrage: il me met dans une situation bien embarrassante car il serait indécent que je fasse moi-même l’éloge de ce volume dans la mesure où son auteur affirme qu’il a acquis sa formation au Séminaire d’histoire du moyen âge de l’Université de Bruxelles. N’aurais-je point l’air de vouloir utiliser à mon profit la maxime selon laquelle »on juge l’arbre à ses fruits«?
De toute manière, les commissaires de sa thèse de doctorat l’ont déjà jugée: la critique dira la valeur de cet ouvrage. Mais je pense que les spécialistes reconnaîtront
11
bien vite les qualités du lecteur de textes du haut moyen âge, l’ingéniosité parfois diabolique dans la mise en oeuvre de la documentation, les perspectives très larges dans l’interprétation des mouvements politiques et religieux qui marquèrent l’histoire de ces monastères et de ces chapitres, qu’il s’agisse des fondations des Pipinnides, du rôle du monachisme irlandais ou encore de la ^réforme* de Brogne.
Je n’aurai qu’un reproche à adresser à l’auteur de ce volume et il est d’ordre personnel, par conséquent très grave. Il arrive dans la carrière d’un homme, même s’il se croit toujours jeune, de constater brusquement qu’il a pris de l’âge. C’est à Alain Dierkens, devenu depuis peu mon jeune collègue, que je dois cette découverte amère: le premier chapitre de son ouvrage est une renovatio du début de mon propre mémoire de licence d’autrefois ; le sixième est une histoire entièrement renouvelée d’une abbaye sur laquelle j’avais écrit, dans une partie de ma thèse de doctorat, il y a quelques années, des pages que la critique avait, à l’époque, jugées définitives …
Je voudrais dire, enfin, toute ma gratitude à K. F. Werner. En acceptant de faire paraître le présent ouvrage dans les »Beihefte« de Francia, il permet à une collaboration amicale et profonde, née entre les médiévistes de Bruxelles et l’Institut historique allemand de Paris sur les bords du Rhin à Xanten en octobre 1980 lors du XVIe Colloque de l’Institut, de se poursuivre et, je l’espère vivement, de se développer encore dans les années à venir grâce à plusieurs programmes communs de recherches.
Georges Despy
12
AVANT-PROPOS
A l’origine du présent ouvrage se trouve un travail beaucoup plus vaste et plus ambitieux, présenté comme thèse de doctorat en Philosophie et Lettres (Histoire) à l’Université Libre de Bruxelles le 17 février 1983 sous le titre L’implantation du christianisme dans les campagnes de l’Entre-Sambre-et-Meuse: abbayes et paroisses (VIIème-XIème siècles). Dans cette thèse, je m’étais assigné comme but de tenter une analyse exhaustive, pour une région limitée mais homogène sur le plan géographique et riche du point de vue documentaire, du phénomène de christianisation, depuis les premières manifestations du christianisme jusqu’aux prémices de la réforme grégo-rienne. Dans cette optique, il convenait d’accorder une grande attention à l’archéolo-gie (principalement pour les périodes romaine et mérovingienne) et à l’histoire des paroisses et des circonscriptions administratives plus larges, doyennés et archidiaco-nés. Les résultats de l’enquête furent décevants: les fouilles archéologiques, pourtant abondantes dans cette région, se révélèrent d’un maigre apport; les objets à caractère chrétien – dont l’interprétation reste d’ailleurs difficile – n’apparaissent pas avant le VIF siècle et n’autorisent guère de conclusions positives; les très rares fouilles d’édifices religieux sont, elles aussi, peu concluantes en ce qui concerne la pénétration effective de la religion du Christ. Les recherches menées en matière d’histoire paroissiale m’ont permis de proposer des reconstitutions de paroisses primitives ou de domaines anciens de l’Entre-Sambre-et-Meuse, mais la chronologie même de l’établis-sement des plus anciennes paroisses et l’identité des fondateurs des premières églises ne peuvent être valablement précisées avant l’époque carolingienne.
Après réflexion, il a donc semblé préférable de ne pas publier telle quelle cette thèse de doctorat, mais d’en développer, en les remaniant, les chapitres, homogènes et complémentaires, d’histoire monastique et canoniale. En dépit d’une présentation volontairement sèche et analytique – sur laquelle je m’expliquerai plus loin -, l’ouvrage ainsi conçu pourra, je crois (et je l’espère), rendre quelques services aux médiévistes et aux historiens du christianisme.
*
Lorsqu’on met le point final à un ouvrage aussi ardu que celui-ci, il est particulière-ment agréable de remercier tous ceux qui ont contribué à sa réalisation, fût-ce par un mot d’encouragement, une question judicieuse, une référence bibliographique qui avait échappé à l’attention, une simple marque d’intérêt.
Ma gratitude s’exprime, en premier lieu, pour M. Georges Despy, professeur à l’Université Libre de Bruxelles et directeur du séminaire d’histoire médiévale de l’U.L.B., qui a accepté de diriger la thèse qui est à l’origine de cet ouvrage qu’il a, de plus, bien voulu préfacer. Toujours disponible, il me procura de judicieux conseils et répondit avec bienveillance et efficacité à mes questions. Je lui dois ma formation d’historien et cette thèse – comme le présent livre – est un peu le fruit de la méthode qui me fut enseignée. Pour cette même raison, je tiens à dire ma dette envers MM. Jean-
13
Jacques Hoebanx, André Uyttebrouck et Pierre Bonenfant et à les remercier pour les avis et les renseignements qu’ils me donnèrent tout au long de mon travail. En évoquant ainsi ma formation d’historien et d’archéologue, toute entière guidée – je l’espère – par le principe du libre-examen défendu par l’Université Libre de Bruxelles, s’impose le souvenir de quelques professeurs trop tôt disparus : Jean Préaux qui, avec son érudition souriante, m’a guidé dans la compréhension de textes difficiles; François Masai qui, partiellement responsable de mon sujet de thèse, m’a aidé à clarifier certaines questions relatives à la règle de saint Benoît et à la vie monastique du Haut Moyen Age; Guy Cambier qui, avec patience et minutie, a relu avec moi quelques écrits hagiographiques.
Quand s’est posé le problème de la publication de la présente étude, j’ai demandé auxilium et consilium à M. Karl Ferdinand Werner, directeur de l’Institut Historique Allemand de Paris; son accueil chaleureux a dépassé mes espérances et je tiens à le remercier tant pour ses avis et conseils que pour la possibilité qu’il m’a offerte de publier cet ouvrage dans les collections de son Institut. A PI.H.A., j’ai reçu de nombreux renseignements de Martin Heinzelmann, D. Lohrmann et W. Paravicini. J’y ai surtout pu compter sur l’aide et l’extrême amabilité de Mme U. Hugot, ainsi que sur l’amitié et l’efficacité d’Hartmut Atsma, que je remercie de tout coeur.
Des séjours à l’abbaye de Maredsous m’ont permis de travailler dans d’excellentes conditions et de clore certains des dossiers les plus complexes de l’Entre-Sambre-et-Meuse médiévale. Je le dois bien sûr à l’accueil du Père Abbé de Maredsous, dom Nicolas Dayez, à la richesse exceptionnelle de la bibliothèque de l’abbaye et à l’aide amicale de dom Pierre-Patrick Verbraken, directeur de la Revue Bénédictine, mais aussi – et surtout – à dom Daniel Misonne qui connaît remarquablement le passé monastique de nos régions. Daniel Misonne m’a reçu à bras ouverts, me donnant en lecture de nombreux travaux inédits, discutant de telle interprétation que j’avais cru pouvoir proposer, me communiquant telle source dont l’importance m’avait échappé; je lui dois mon amicale reconnaissance.
Ma thèse était presque entièrement terminée lorsque mourut dom Nicolas Huyghe-baert qui – du moins me l’avait-il souvent affirmé – attendait avec impatience la fin de mon travail pour en prendre connaissance. Sur bien des points, il y aurait retrouvé les opinions dont, presque en s’excusant, il m’avait fait part, le regard malicieux. Je ne suis pas près d’oublier la longue promenade que, lors d’une visite à son abbaye de Saint-André-lez-Bruges, je fis avec lui sur la route qu’emprunta Gérard de Brogne ramenant, en 944, les reliques de Saint-Wandrille.
La thèse de doctorat qui est à la base du présent ouvrage a été réalisée grâce à un mandat accordé par le Fonds National de la Recherche Scientifique. Elle a bénéficié de l’aide que m’ont accordée, à des titres divers, de très nombreux historiens et archéologues, parmi lesquels je tiens à citer ici Claire Billen (U.L.B.), Claude Carozzi (Université d’Aix-en-Provence), Cari Deroux (U.L.B.), Jean-Marie De Smet (Katho-lieke Universiteit Leuven), Jean-Pierre Devroey (U.L.B.; je dois beaucoup à son amitié et à sa générosité scientifique), Christian Dupont (alors Université de Besan-çon; je tiens à le remercier tout spécialement), Jean-Marie-Duvosquel (Crédit Communal, Bruxelles), Nancy Gauthier (Université de Rouen), Hervé Hasquin (U.L.B.), Jean-Louis Kupper (Université de l’Etat à Liège), Ariette Laret (U.L.B.), Claude Lorren (Université de Caen), André Matthys (Service National des Fouilles,
14
Bruxelles), Joseph Mertens (Université Catholique de Louvain et Katholieke Univer-siteit Leuven), Jacques Nazet (Archives de l’Etat à Tournai et U.L.B.), Jean-Marie Sansterre (U.L.B.), Jean Stengers (U.L.B.), Daniel van Overstraeten (Archives Générales du Royaume, Bruxelles), Manfred van Rey (Archives de la ville de Bonn), Matthias Werner (Université de Cologne), Albert Wayens, lan Wood (Université de Leeds) et Chantai Zoller-Devroey. Une place à part doit être réservée à M. André Dasnoy, conservateur du Musée Archéologique de Namur, qui m’a transmis de précieux documents conservés dans son Musée, à M. Heli Roosens, alors directeur du Service National des Fouilles, qui m’a permis de consulter des dossiers conservés dans son service et à Michèle Arcq, qui a dessiné les plans repris dans ce livre.
Françoise Muret, ingénieur au C.N.R.S., a lu avec soin le manuscrit de ma thèse; elle en a, pendant de longues heures, corrigé la forme et évité bien des imperfections. Souvent, elle m’a proposé de nouvelles interprétations. Son attention m’a évité des contradictions et des erreurs. La somme de ses efforts est, à mes yeux, un don d’amitié que je n’oublierai pas et auquel je dois beaucoup.
Faut-il le dire, c’est à ma femme, Françoise, que je tiens à dédier ce travail dont elle a été la principale victime. Si j’ai pu le rédiger, c’est grâce à son aide, à sa compréhension et à son amour.
Bruxelles, juillet 1984
15
INTRODUCTION
Faute de défrichements préliminaires, il est assurément prématuré de tenter une vaste synthèse de la christianisation de la Gaule du Nord et de l’implantation des monastères et des chapitres de chanoines en Lotharingie. Il a donc semblé plus utile, actuellement, de se limiter et de se pencher sur une région géographiquement restreinte, en utilisant le maximum de sources et en les soumettant à une critique systématique; le même type de travail pouvant (et devant), mutatis mutandis, être appliqué ultérieurement à d’autres régions. Compte tenu de la forte dépendance qu’une telle démarche implique vis-à-vis de l’état de la documentation, l’inconvénient majeur est de laisser dans l’ombre des pans entiers de la problématique; mais l’avantage principal est de pouvoir construire sur une base solide, éprouvée, sans vouloir à tout prix suppléer aux lacunes des sources par un raisonnement abstrait ou des comparaisons arbitraires.
Espace limité, mais concernant une période relativement large: des premières manifestations du christianisme (en l’occurrence, le milieu du VIF siècle) aux prémices de la »réforme grégorienne* (qui, on le sait, bouleversa totalement la vie religieuse de l’Occident dès le milieu du XIe siècle) et à l’arrivée des ordres nouveaux, monastiques et canoniaux (Cisterciens et Prémontrés, surtout). Encore fallait-il trouver une région qui se prêtât à un pareil examen. A des limites administratives, forcément inadéquates pour la totalité des quatre siècles à traiter, j’ai préféré une région géographique relativement homogène et susceptible ainsi de mieux mettre en évidence d’éventuelles divergences ou constantes. Le cadre retenu est la partie du diocèse de Liège comprise entre la Meuse, la Sambre (qui se jette dans la Meuse à Namur) et la vallée d’un autre affluent de la Meuse, le Viroin – cette dernière région, autour de Couvin et de Hierges, faisant actuellement l’objet de recherches approfondies de Georges Despy et de Claire Billen. Il eût été illusoire de ne traiter que du plateau central d’Entre-Sambre-et-Meuse et de négliger les vallées de la Sambre et de la Meuse où se sont établies des abbayes aussi importantes que Lobbes et Waulsort. Par contre, j’ai cru possible de ne pas envisager les villes de Dinant et de Namur, dont la christianisation et le développe-ment, totalement différents de ceux des campagnes, auraient constitué un tout autre travail. L’Entre-Sambre-et-Meuse offrait, de plus, un autre intérêt: elle a en effet constitué une région-frontière sur le plan religieux (diocèses de Cambrai et de Liège, c’est-à-dire provinces ecclésiastiques de Reims et de Cologne) et sur le plan politique (Austrasie et Neustrie à l’époque mérovingienne; Francie occidentale et Francie orientale au Xe siècle). Elle a connu une efflorescence monastique remarquable dans les années 650 et au cours du Xe siècle et, attrait supplémentaire, certaines abbayes donnent lieu à des dossiers parmi les plus épineux.
*
Un ouvrage tel que celui-ci est, nécessairement, fortement tributaire des recherches d’histoire religieuse médiévale menées depuis un siècle en Belgique; un aperçu, même rapide, de l’historiographie en cette matière permet, je crois, d’expliquer pourquoi ce
16
travail – qui pourrait, à première vue, apparaître seulement comme une monographie régionale belge – a pu trouver place dans les Beihefte der Francia, collection qui apriori est centrée sur la France et l’Allemagne et non sur les états limitrophes.
Sur le double plan de l’historiographie et de la recherche historique, la Belgique offre, précisément, l’avantage d’être située entre l’Allemagne et la France; ce qui implique obligatoirement pour l’historien belge d’être à l’écoute de façons souvent différentes – voire divergentes – de comprendre et d’écrire l’histoire. L’existence de deux langues nationales renforce encore cette constatation puisque la Flandre, aujourd’hui volontiers attirée par l’historiographie anglaise ou allemande, relevait au Moyen Age du royaume de France alors que l’histoire des régions à l’est de l’Escaut -en très grande partie francophones – est tournée vers l’Empire germanique. Les circonstances linguistiques particulières de la Belgique ont donc, elles aussi, induit une double ouverture vers les ouvrages français et allemands, réduisant ainsi la barrière qui, trop souvent, isole les écoles historiques et les traditions historiographiques.
C’est sur le modèle allemand qu’à la fin du siècle dernier furent fondés les »séminaires d’histoire« des universités belges, suscitant ainsi un fort développement de la critique des textes, notamment hagiographiques (qu’il suffise de rappeler l’Etude sur les Vitae des saints mérovingiens que Léon van der Essen publia en 1907), et de la diplomatique (la Table chronologique des chartes et diplômes, commencée par Alphonse Wauters dès 1866, se révèle ici d’une importance capitale), au détriment parfois de vues plus synthétiques ou plus vastes. En matière d’histoire religieuse, la Belgique a bénéficié – et bénéficie encore – d’un autre avantage considérable: celui d’abriter le siège des Bollandistes et d’importantes revues d’histoire ecclésiastique (Revue Bénédictine, Analecta Bollandiana, Revue d’Histoire Ecclésiastique, Sacris Erudiri, Analecta Praemonstrantensia,… sans parler de revues comme Le Moyen Age ou la Revue belge de Philologie et d’Histoire); à Bruxelles, à Louvain, à Maredsous ou ailleurs, des historiens qui se trouvaient donc à la pointe de la recherche internationale et qui avaient accès à de vastes bibliothèques spécialisées ont consacré une grande partie de leurs recherches à l’histoire religieuse de la Belgique ou de leurs régions d’origine. L’oeuvre de dom Ursmer Berlière, du P. Maurice Coens ou du P. Edouard de Moreau est, à cet égard, exemplaire.
Autant d’énergie et de compétences consacrées à un territoire relativement exigu n’est évidemment pas sans conséquence historiographique. Dès 1890, dom Berlière mettait au point le plan du Monasticon Belge – entreprise aujourd’hui presque achevée -, alors qu’en France par exemple, le premier (et seul) volume de la collection similaire date de 1974. Autre conséquence, presque toutes les abbayes »belges« bénéficient de monographies de bonne qualité (ce qui ne veut pas dire qu’il s’agit toujours d’études fondamentales !), du moins pour ce qui concerne leur origine ou leur histoire d’avant 1200; à nouveau, le contraste avec la situation des établissements religieux de la France du Nord, notamment, est éloquent. Autre implication encore, l’existence d’une excellente Histoire de l’Eglise en Belgique (jusqu’en 1633), accom-pagnée de précieuses cartes et d’un commentaire détaillé: E. de Moreau y a rassemblé, en une synthèse critique, les acquis les plus récents de la recherche et a, de cette façon, assuré aux études ultérieures une base stable et souvent originale. Certes, les terrains insuffisamment exploités restent importants: histoire canoniale (voir néanmoins les études de Charles Dereine, Georges Despy et Ludo Milis) ou histoire économique des
17
abbayes au Bas Moyen Age (études de Jean-Jacques Hoebanx et Adriaan Verhulst), par exemple.
Dans cette optique, le présent travail s’inscrit exactement dans la ligne des recherches d’histoire religieuse réalisées en Belgique depuis le début du siècle: critique des sources, catalogue d’abbés, hagiographie, histoire politique et institutionnelle des établissements religieux, archéologie monumentale, etc. Ma dette est d’ailleurs immense envers nombre d’ouvrages anciens (comme le Monasticon Belge, l’Histoire de l’Eglise du P. de Moreau ou l’Etude sur les Vitae de L. Van der Essen) ou récents (la thèse de Jean-Louis Kupper sur Liège et l’Empire aux XF-XIF siècles ou son catalogue critique des évêques de Liège d’avant 1200), le plus souvent belges mais aussi étrangers (les travaux d’E. Ewig; les thèses récentes de M. van Rey, M. Werner, Fr. Felten ou Nancy Gauthier, par exemple).
L’originalité des recherches consignées ici se trouve ailleurs. En effet, la base méthodologique en est le recours sytématique à toute la documentation disponible, et à elle seule, c’est-à-dire – j’y insiste – en renonçant à suppléer aux lacunes des sources par des généralités ou des parallèles et en évitant ainsi les stéréotypes ou les lieux communs qui grèvent l’historiographie et empêchent un renouvellement éventuel de la problématique. Ce sont donc les dossiers monographiques des abbayes et des chapitres (dossiers de lecture et de consultation souvent ardues) qui forment l’arma-ture d’un travail où les vues synthétiques ont été délibérément réduites.
La première partie de l’ouvrage regroupe ces dossiers. Le plan de chaque monogra-phie n’est pas rigoureusement uniforme, puisqu’il tient compte de l’historiographie particulière de chaque établissement religieux. Des abbayes avaient déjà fait l’objet de vastes études approfondies (la thèse de J. Warichez sur Lobbes, le mémoire de L. Noir sur Fosses, les recherches de G. Despy et D. Misonne sur Waulsort et Hastière), alors que d’autres ne bénéficiaient encore d’aucune vue générale (notamment Brogne ou Florennes). Il a donc fallu parfois reprendre une présentation critique des documents de base, tandis qu’ailleurs un renvoi aux articles et livres parus dispensait de redites inutiles et fastidieuses. Dans un cas cependant, il a été indispensable, dans le cadre d’un dossier monographique, de dépasser les limites géographiques strictes auxquelles je me suis astreint: celui de Brogne/Saint-Gérard, dont l’histoire est incompréhensible sans une tentative de synthèse du mouvement »réformateur« de Gérard.
La seconde partie, beaucoup plus brève, comporte quelques éléments de synthèse, quelques rapprochements que, sur la base des données rassemblées dans la première partie (et uniquement sur cette base), j’ai cru raisonnable de proposer: la nature -politique et religieuse – des fondations religieuses de la seconde moitié du VIF siècle, l’influence des invasions normandes dans l’Entre-Sambre-et-Meuse, les notions de réforme et de restauration monastique du Xe siècle. D’autres parallèles – qui auraient peut-être pu être développés ici – sont évoqués seulement dans le cadre des dossiers monographiques s’ils ne m’ont pas paru suffisants pour une synthèse originale: architecture monastique des Xe et XIe siècles, nature des chapitres de chanoines des Xe et XF siècles (chapitres seigneuriaux et chapitres résultant de l’évolution d’anciennes abbayes bénédictines), etc.
18
En conclusion enfin, je m’attarde quelque peu sur la constatation la plus originale qui se dégage de l’examen des établissements religieux de l’Entre-Sambre-et-Meuse: le rôle fondamental, tant au VIF qu’au Xe siècle, des frontières politiques pour la fondation d’abbayes, replacées ainsi dans un contexte politique global trop souvent négligé.
19
AVERTISSEMENT
J’ai volontairement opté pour une présentation affirmative des hypothèses chaque fois qu’elles m’apparaissaient comme très vraisemblables, au risque de paraître manquer de prudence ou de négliger des nuances dont je reste parfaitement conscient.
Les notes, délibérément allégées et limitées aux seules données directement utiles, sont numérotées par chapitre. Les renvois aux notes sans indication de page réfèrent toujours aux notes du chapitre même.
La bibliographie est, en principe, arrêtée au début de 1982. Quelques additions ont cependant été apportées pour des publications parues en 1983 et 1984.
20
SOURCES ET BIBLIOGRAPHIE
Sigles et abréviations
AA SS Acta Sanctorum
AA SS Belgii Acta Sanctorum Belgii
AA SS OSB Acta Sanctorum Ordinis sancti Benedicti
A. B. Archaeologia Belgica
A. B. B. Archives et Bibliothèques de Belgique
A. C. A. M. Annales du Cercle Archéologique de Mons
A. F. A. H. B. Annales de la Fédération Historique et Archéologique de Belgique
A. F. A. M. Association Française d’Archéologie Mérovingienne
A. G. R. Archives Générales du Royaume
A. H. E. B. Analectes pour servir à l’Histoire Ecclésiastique de la Belgique
A. I. A. L. Annales de l’Institut Archéologique du Luxembourg (Arlon)
A. L. M. A. Archivum Latinitatis Medii Aevi. Bulletin Du Cange
An. Boll. Analecta Bollandiana
Annales E. S. C. Annales. Economie. Sociétés. Civilisation.
A. P. A. E. Anciens Pays et Assemblées d’Etat
A. S. A. B. Annales de la Société royale d’Archéologie de Bruxelles
A. S. A. N. Annales de la Société Archéologique de Namur
A. S. A. Niv. Annales de la Société d’Archéologie (…) de Nivelles et du Brabant Wallon
B. A. R. British Archaeological Reports
B. C. A. L. O. Bulletin de la Commission royale pour la publication des Anciennes Lois et
Ordonnances
B. C. R. A. A. Bulletin des Commissions Royales d’Art et d’Archéologie
B. C. R. H. Bulletin de la Commission Royale d’Histoire
B. C. R. M. S. Bulletin de la Commission Royale des Monuments et Sites
B. C. R. T. D. Bulletin de la Commission Royale de Toponymie et de Dialectologie
B. E. C. Bibliothèque de l’Ecole des Chartes
Ber. R. G. K. Bericht der Rômisch-Germanischen Kommission
B. H. L. Bibliotheca Hagiographica Latina. Bruxelles, 3 vol., 1898-1899-1911
B. I. A. L. Bulletin de l’Institut Archéologique Liégeois
B. S. A. H. D. Lg. Bulletin de la Société d’Art et d’Histoire du Diocèse de Liège
B. S. S. L. L. Bulletin de la Société Scientifique et Littéraire dans le Limbourg Bull. M. R. A. H. Bulletin des Musées Royaux d’Art et d’Histoire
Bull. S. A. C. Bulletin de la Société Royale d’Archéologie de Charleroi
Bull. S. R. A. B. Bulletin de la Société Royale d’Archéologie de Bruxelles
C. C. Chambre des Comptes
C. C. M. Cahiers de Civilisation Médiévale
C. H. E. S. Contributions à l’Histoire Economique et Sociale
C. L. A. Codices Latini Antiquiores
C. R. A. I. B. L. Comptes-rendus de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres
D. A. Deutsches Archiv fur Erforschung des Mittelalters D. Dr. Can. Dictionnaire de Droit Canonique
D. E. Fr. Dictionnaire des Eglises de France
21
Dictionnaire d’Histoire et de Géographie Ecclésiastiques
Documents et Rapports de la Société Archéologique (…) de Charleroi
Fruhmittelalterliche Studien
Index Scriptorum Operumque Latino-Belgicorum Medii Aevi. Nouveau
répertoire des oeuvres médiolatines belges, publié sous la direction de
L. GENICOT et P. TOMBEUR:
t.
I: VII-IXe siècles, par A. STAINIER. Bruxelles, 1973;
t.
II: Xe siècle, par P.FRANSEN et H. MARAITE. Bruxelles, 1976;
t.
III, 1 : XIIe siècle. OEuvres hagiographiques, par M. MCCORMICK avec la
coll. de P.FRANSEN. Buxelles, 1977;
t.
111,2: XIIe siècle. OEuvres non hagiographiques, par M. MCCORMICK.
Bruxelles, 1979.
Le Moyen Age
Lexikon fur Théologie und Kirche
Monumenta Germaniae Historica
Diplomata
Epistolae
Leges
Scriptores
Scriptores rerum merowingicarum
Mitteilungen des Instituts fur ôsterreichische Geschichtsforschung
Musées Royaux d’Art et d’Histoire (de Bruxelles)
Neues Archiv
Patrologie Latine
Revue Belge d’Archéologie et d’Histoire de l’Art
Revue Bénédictine
Revue Belge de Philologie et d’Histoire
Reallexikon der Germanischen Altertumskunde (2e éd.)
Revue Historique Ardennaise
Revue d’Histoire Ecclésiastique
Revue d’Histoire de l’Eglise de France
Rheinische Vierteljahrsblàtter Settimana Mendola Atti délia Settimana di Studio del Centro di Studi Medievali (Mendola) Settimane Settimane di Studio del Centro Italiano di Studi sull’Alto Medioevo
(Spoleto)
Par souci de concision, j’ai délibérément allégé les notes. La bibliographie qui suit ne comprend que les études que j’ai utilisées à plusieurs reprises de façon explicite (celles qui ne sont mises à profit qu’une fois sont citées in extenso, à leur place, dans le texte) et non les ouvrages généraux ou les articles fondamentaux qui, même s’ils m’ont effectivement beaucoup aidé, n’ont pas été utilisés nommément.
A. SOURCES IMPRIMÉES
Pour des raisons évidentes, les sources d’archives m’ont été d’une aide limitée; quand cela s’est révélé nécessaire, on en trouvera les références dans le texte.
Comme de nombreuses éditions de textes, littéraires ou diplomatiques, comportent une importante introduction historique, on en trouvera quelques-unes mentionnées dans la bibliographie proprement dite.
D. H. G. E.
D. R. S. A. C.
Fr. St.
G. T.
I
II
111,1
111,2
Le M. A.
L.Th.K.
M. G. H.
DD
Ep.
LL
SS
SSRM
M. I. O. G.
M. R. A. H.
N.A.
P.L.
R. B. A. H. A.
R. Bén.
R.B.P.H. ‘
R. G. A.
R. H. A.
R. H. E.
R. H. E. F.
Rh.V.
22
1.
Sources narratives et hagiographiques
Additamentum Nivialense de Fuilano; éd. B. KRUSCH, MGH SSRM, IV (Hanovre-Leipzig,
1902),
p. 449-451. – BHL 3211; GT, I, p. 13. Annales Bertiniani; éd. F. GRAT, J. VIEILLARD et S. CLEMENCET, Annales de Saint-Bertin.
Paris, 1964. Annales Blandinienses; éd. GRIERSON, Annales, p. 1-73. – GT, II, p. 39-41 et III, 2, p. 43-44. Annales Elmarenses; éd. GRIERSON, Annales, p. 74-115. Annales Elnonenses; éd. GRIERSON, Annales, p. 132-175.
Annales Elnonenses minores; éd. G. H. PERTZ, MGH SS, V (Hanovre, 1844), p. 10-20. Annales Floreffienses; éd. L.BETHMANN, MGH SS, XVI (Hanovre, 1859), p. 618-626. -GT,
III,
2,
p. 56. Annales Formoselenses; éd. GRIERSON, Annales, p. 116-131. – GT, II, p. 13. Annales Laubacenses; éd. G. H. PERTZ, MGH SS, I (Hanovre, 1826), p. 7-15 et 52-55. – GT,
II,
p. 13. Annales Laubienses; éd. G. H. PERTZ, MGH SS, IV (Hanovre, 1841), p. 9-20 et 20-25. – GT,
II,
p. 69 et III, 2, p. 164-165. Annales Leodienses; éd. G. H. PERTZ, MGH SS, IV (Hanovre, 1841), p. 9-20. – GT, II, p. 67. Annales Leodienses-Fossenses; éd. G. H. PERTZ, MGH SS, IV (Hanovre, 1841), p. 28-32. –
GT, III, 2, p. 160-161. Annales Lobbienses; éd. G.WAITZ, MGH SS, XIII (Hanovre, 1881), p. 224-235. – GT, II,
p. 69. Annales Mettenses priores; éd. B.DE SIMPSON. Hanovre-Leipzig, 1905 (MGH, Scriptores
rerum germanicarum in usum scholarum). Annales Vedastini; éd. B. DE SIMPSON, Annales Xantenses et Vedastini. Hanovre-Leipzig, 1909
(MGH, Scriptores rerum germanicarum in usum scholarum). ANSELME, Gesta episcoporum Tungrensium, Traiectensium et Leodiensium; éd. R. KÔPKE,
MGH SS, VII (Hanovre, 1846), p. 134-234. -GT, II, p. 35 (= GestapontificumLeodicensis
Ecclesiae) ANSON,Vita Ermini (Erminonis) abbatis Lobbiensis; éd. W. LEVISON, MGH SSRM, VI
(Hanovre-Leipzig, 1913), p. 461-470. – BHL 2614; GT, I, p. 21. ANSON, Vita prima Ursmari abbatis Lobbiensis; éd. W. LEVISON, MGH SSRM, VI (Hanovre-Leipzig, 1913), p. 445-461. – BHL 8416; GT, I, p. 29-31. AUBRY DE TROISFONTAINES, Chronica; éd. P. SCHEFFER-BOICHORST, MGH SS, XXIII
(Hanovre-Leipzig, 1874), p. 631-950. Auctarium Gemblacense ad chronographiam Sigeberti; éd. L. BETHMANN, MGH SS, VI
(Hanovre, 1844), p. 385-392. – GT, III, 2, p. 71-73. BÈDE LE VÉNÉRABLE, Historia ecclesiastica gentis Anglorum; éd. B. COLGRAVE et R. A. B.
MYNORS, Bede’s Ecclesiastical History of the English People. Oxford, 1969. BERNIER (d’Homblières), Vita Hunegundis monialis; éd. STILTINGUS, AASS, Aug., V,
p. 227-232. – BHL 4046. Cantatorium Sancti Huberti; éd. K. HANQUET, La chronique de Saint-Hubert dite Cantato-
rium. Bruxelles, 1906. – GT, III, 2, p. 130-132. Chronicon Laureshamense; éd. G. H. PERTZ, MGH SS, XXI (Hanovre, 1869), p. 334-454. Chronicon S. Andreae Castri Cameracensis; éd. L. BETHMANN, MGH SS, VII (Hanovre,
1846),
p. 526-550. La chronique liégeoise de 1402; éd. E. BÂCHA. Bruxelles, 1900. COLOMBAN, Régula monachorum et Régula coenobialis; éd. G. S. M. WALKER, Sancti Colum-
bani opéra. Dublin, 1957, p. 122-143 et 142-181. EGINHARD, Translatio ss. Marcellini et Pétri; éd. G. WAITZ, MGH SS, XV, 1 (Hanovre, 1887),
p.
239-264. – BHL 5233.
23
Epistolae variorum inde a saeculo nono medio usque ad mortem Karoli II imperatoris col-
lectae; éd. E.DÙMMLER, MGH Ep., VI (= Epistolae Karolini aevi, IV) (Berlin, 1925),
p.127-206. FLODOARD, Annales; éd. PH. LAUER, Annales de Flodoard. Paris, 1905. FOLCUIN, Gesta abbatum Lobbiensium; éd. G. H. PERTZ, MGH SS, IV (Hanovre, 1841),
p. 52-74. – GT, I, p. 97. FOLCUIN, Gesta abbatum Sithiensium; éd. O. HOLDER-EGGER, MGH SS, XIII (Hanovre,
1881),
p. 607-635. – GT, I, p. 95. FOLCUIN, Miracula sancti Ursmari Lobbiensis abbatis; éd. HENSCHENIUS, AASS, Apr., II,
p. 561-570 (de la 3e éd.). – BHL 8420; GT, I, p. 168-169. FREDEGARII chronicorum liber quartus cum continuationibus; éd. J.M. WALLACE-HADRILL.
Londres, 1960. FULBERT DE CHARTRES, Vita Auberti episcopi Cameracensis; éd. GHESQUIERE, AASS Belgii,
III
(Bruxelles, 1785), p. 538-564. – BHL 861. De fundatione et lapsu monasterii Lobbiensis; éd. G. WAITZ, MGH SS, XIV (Hanovre, 1883),
p. 548-554. – GT, III, 2, p. 163-164. De fundatione et lapsu monasterii Lobbiensis notitia brevis; éd. G.WAITZ, MGH SS, XIV
(Hanovre, 1883), p. 554-555. – GT, III, 2, p. 14. Gesta abbatum Lobbiensium continuata; éd. W. ARNDT, MGH SS, XXI (Hanovre, 1869),
p. 307-333. – GT, III, 2, p. 162-163. Gesta episcoporum Cameracensium; éd. L. BETHMANN, MGH SS, VII (Hanovre, 1846),
p.393-489. Gesta episcoporum Tungrensium, Traiectensium et Leodiensium abbreviata; éd. J. HELLER,
MGH SS, XXV (Hanovre-Leipzig, 1880), p. 129-135. Gesta sanctorum patrum Fontanellensis coenobii (Gesta abbatum Fontanellensium). Edition
critique par dom F. LOHIER et dom J.LAPORTE. Rouen-Paris, 1936. GILLES D’ORVAL, Gesta episcoporum Leodiensium; éd. J. HELLER, MGH SS, XXV (Hanovre-Leipzig, 1880), p. 1-129. GISLEBERT DE MONS, Chronicon Hanoniense; éd. L. VANDERKINDERE, La chronique de
Gislebert de Mons. Bruxelles, s.d. (1904). GONZON, Miracula sancti Gengulphi Florinensis; éd. HENSCHENIUS, AASS, Mai, II,
p. 647-652 (de la 3e éd.). – BHL 3330; GT, II, p. 157-159. HARIULF, Chronicon Centulense; éd. F. LOT, Chronique de l’abbaye de Saint-Riquier (Ve s.-
1104).
Paris, 1894. – GT, III, 2, p. 116-118. HARIULF, Vita Arnulfi episcopi Suessionensis; éd. CUPERUS, AASS, Aug., III, p. 230-259. –
BHL 703-705; GT, III, 1, p. 33-35. HERIGER, Gesta pontificum (episcoporum) Tungrensium et Leodiensium; éd. R. KÔPKE,
MGH SS, VII (Hanovre, 1846), p. 164-189. – GT, I, p. 99. HERIGER, Vita tertia metrica sancti Ursmari Lobbiensis metrica; éd. K. STRECKER, MGH
Poetae latini Medii Aevi, V (Leipzig, 1937), p. 174-208. – BHL 8419; GT, I, p. 167. HERIGER (?), Translatio Landoaldi, Landradae et sociorum; éd. GYSSELING-KOCH, Diplomata
Belgica, I, p. 234-244, n° 138. – BHL 4700-4706; GT, I, p. 155. HILLIN, Miracula beati Foillani martyris; éd. R. DE BUCK, AA SS, Oct., XIII (Bruxelles, 1883),
p. 417-426. – BHL 3078; GT, II, p. 155-157. HILLIN, Vita quarta metrica sancti Foillani praesulis; éd. R.DE BUCK, AASS, Oct., XIII
(Bruxelles, 1883), p. 395-408. – BHL 3076; GT, II, p. 155. Historia Mosomensis monasterii; éd. G. WAITZ, MGH SS, XIV (Hanovre, 1883), p. 600-618. Historia Walciodorensis monasterii; éd. G.WAITZ, MGH SS, XIV (Hanovre, 1883),
p. 503-533. – GT, III, 2, p. 299-300. HUCBALD DE SAINT-AMAND, Vita Amati episcopi; éd. Catalogus codicum hagiographicorum
Bibliothecae Regiae Bruxellensis. Pars I, II (Bruxelles, 1889), p. 43-59. – BHL 362-365.
24
HUCBALD DE SAINT-AMAND, Vita S. Rictrudis Marcianensis abbatissae; éd. PAPEBROCHIUS,
AASS, Mai, II, p. 81-88 (de la 3e éd.). – BHL 7247. HUGUES (DE LOBBES), Fundatio monasterii Lobbiensis; éd. G.WAITZ, MGH SS, XIV
(Hanovre, 1883), p. 543-548. – GT, III, 2, p. 133. Inventio et miracula sancti Gisleni Hanoniensis; éd. O. HOLDER-EGGER, MGH SS, XV, 2
(Hanovre, 1888), p. 576-579. – BHL 3554; GT, I, p. 141. Inventio et miracula sancti Vulfranni; éd. J.LAPORTE. Rouen, 1938. – BHL 8740. Inventio sanctorum Innocentium apud Bronium; éd. D. MISONNE, Saints Innocents,
p. 300-303. -GT, III, 1, p. 19. JACQUES DE GUISE, Annales … Hannoniae; éd. E. SACKUR, MGH SS, XXX (Hanovre, 1896),
p. 44-334. JEAN (DE GORZE), Miracula Glodesindis abbatissae Mettis; éd. G. H. PERTZ, MGH SS, IV
(Hanovre, 1841), p. 236-238. – BHL 3563-3564. JEAN (DE SAINT-AMAND), Vita Eusebiae abbatissae Hammaticensis; éd. G. HENSCHENIUS,
AASS, Mart., II, p. 447-450 (de la 3e éd.). – BHL 2736. JEAN DE VANDIÈRES, Vita Johannis Gorziensis abbatis; éd. G. H. PERTZ, MGH SS, IV
(Hanovre, 1841), p. 337-377. – BHL 4396. JOCUNDUS, Translatio s. Servatii episcopi; éd. R. KÔPKE, MGH SS, XII (Hanovre, 1856),
p. 85-126. – BHL 7632. JOCUNDUS, Vita Servatii episcopi; éd. BOEREN, Jocundus, p. 135-213. – BHL 7617-7638. JONAS DE BOBBIO, Vita sancti Vedastis episcopi Atrebatensis; éd. KRUSCH, MGH SSRM, III
(Hanovre, 1896), p. 406-413. – BHL 8501-8503. Liber Historiae Francorum; éd. B. KRUSCH, MGH SSRM, II (Hanovre, 1888), p. 238-328. Miracula prima sancti Bavonis Gandensis; éd. O. HOLDER-EGGER, MGH SS, XV, 2 (Hanovre,
1888),
p. 588-597. – BHL 1054; GT, II, p. 127-129. Miracula sancti Eugenii Toletani episcopi; éd. D. MISONNE, Miracles, p. 280-285. – BHL 2691 ;
GT, I, p. 135. Miracula sancti Huberti Leodiensis episcopi; éd. DE SMEDT, AASS, Nov., I (Bruxelles, 1887),
p. 819-822. – BHL 3996; GT, I, p. 73. Miracula Ursmari Lobbiensis. Continuationes; éd. G.HENSCHENIUS, AASS, Apr., II,
p. 561-570 (de la 3e éd.). – BHL 8421-8424; GT, I, p. 169 et II, p. 229-231. Miracula sancti Ursmari in itinere per Flandriam facta; éd. G. HENSCHENIUS, AASS, Apr., II,
p. 570-575 (de la 3e éd.). – BHL 8425; GT, II, p. 231. Monumenta Broniensia; éd. L. VON HEINEMANN, MGH SS, XV, 2 (Hanovre, 1888),
p. 646-654. PAUL, Vita prima beati Foillani martyris; éd. R. DE BUCK, AA SS, Oct., XIII (Bruxelles, 1883),
p. 383-385. – BHL 3070; GT, II, p. 149-151. RAINIER, Inventio et miracula sancti Gisleni Hanoniensis; éd. A. PONCELET, dans An. Boll., V,
1886,
p. 239-288. – BHL 3556; GT, II, p. 167. RATHIER, Vita secunda sancti Ursmari Lobbiensis abbatis; éd. MABILLON, AASS OSB, III,
p.
250-255 (2e éd., p. 244-249). – BHL 8417; GT, I, p. 163. Régula sancti Benedicti; éd. J.NEUFVILLE et A. DE VOGUE, La règle de saint Benoît. Paris,
6
vol.
, 1971-1972; éd. E. MANNING et H. ROCHAIS, Règle de saint Benoît. Rochefort, 1980. Régula Magistri; H. VANDERHOVEN, FR. MASAI et P. B. CORBETT, Aux sources du monachisme
bénédictin, I: La Règle du Maître (…)• Bruxelles-Anvers-Amsterdam, 1953. ROBERT (DE WAULSORT), Vita Forannani Walciodorensis abbatis; éd. PAPEBROCHIUS, AA SS,
Apr., III, p. 816-823 (de la 3e éd.). – BHL 3080; GT, III, 1, p. 70-71. RODOLPHE (DE SAINT-TROND), Gesta abbatum Trudonensium I—XIII; éd. R. KÔPKE, MGH
SS, X (Hanovre, 1852), p. 213-317; éd. C. DE BORMAN, Chronique de l’abbaye de Saint-Trond. Liège, 1877, I, p. 1-242. – GT, III, 2, p. 224-226.
25
Sermo de adventu sancti Eugenii Toletani ad monasterium Broniense; éd. D. MISONNE, Translation, p. 99-101. – BHL 2692; GT, I, p. 133-134.
Sermo de adventu sanctorum Wandregisili, Ansberti et Vulframni in monte Blandinium vocato; éd. N. HUYGHEBAERT, Translation, p. 3-58. – BHL 8810; GT, III, 1, p. 149-150.
Sermo in tumulatione ss. Quintini, Victorici et Cassiani; éd. O. HOLDER-EGGER, MGH SS, XV, 1 (Hanovre, 1887), p. 271-273. – BHL 7020.
SIGEBERT DE GEMBLOUX, Gesta abbatum Gemblacensium; éd. G. H. PERTZ, MGH SS, VIII (Hanovre, 1848), p. 523-557. – GT, II, p. 87-89.
SIGEBERT DE GEMBLOUX, Vita Deoderici Mettensis episcopi; éd. G. H. PERTZ, MGH SS, IV (Hanovre, 1841), p. 461-483. – BHL 8055; GT, II, p. 223.
SIGEBERT DE GEMBLOUX, Vita Wicberti Gemblacensis; éd. G. H. PERTZ, MGH SS, VIII (Hanovre, 1848), p. 507-516. – BHL 8882; GT, II, p. 239.
THEOBALD, Vita Gummari confessons; éd. T. PAAPS, De h. Gummarus in de literatuur, de liturgie en de volksvereering. Critische studie. Anvers, 1944. – BHL 3696-3697.
Translatio et miracula sancti Bertuini episcopi; éd. C. SMET, AA SS Belgii, V (Bruxelles, 1789), p. 183-189. – BHL 1310.
Translatio sancti Eloquii Latiniacensis; éd. D. MISONNE, Eilbert, p. 206-213. -BHL 2517; GT, II, p. 145.
Translatio brachii Rigoberti episcopi Remensis; éd. W. LEVISON, MGH SSRM, VII (Hanovre-Leipzig, 1920), p. 80. – BHL 7254.
Virtutes sancti Eugenii Toletani episcopi; éd. D. MISONNE, Miracles, p. 258-279. – BHL 2689 et 2690; GT, I, p. 136-137.
Virtutes sancti Fursei abbatis Latiniacensis; éd. B. KRUSCH, MGH SSRM, IV (Hanovre-Leipzig, 1902), p. 440-449. – BHL 3213.
Virtutes sanctae Gertrudis Nivialensis abbatissae; éd. B. KRUSCH, MGH SSRM, II (Hanovre, 1888), p. 464-471. – BHL 3495; GT, I, p. 18-19.
Virtutes sanctae Gertrudis Nivialensis abbatissae. Continuatio; éd. B. KRUSCH, MGH SSRM, II (Hanovre, 1888), p. 471-474. – BHL 3499; GT, I, p. 23.
Visio cuiusdam inclusi (Florinensis); éd. D. MISONNE, Eilbert, p. 175-177, annexe 30. – GT, II, p. 47-49.
Vita Adalberonis secundi episcopi Mettensis; éd. G. H. PERTZ, MGH SS, IV (Hanovre, 1841), p. 659-672. – BHL 29.
Vita prima Aldegundis Malbodiensis abbatissae; éd. W. LEVISON, MGH SSRM, VI (Hanovre-Leipzig, 1913), p. 79-90. – BHL 244; GT, I, p. 33-34.
Vita Amandi episcopi prima; éd. B. KRUSCH, MGH SSRM, V (Hanovre-Leipzig, 1910), p. 428-449. – BHL 332.
Vita Amandi secunda (= Suppletio Milonis); éd. B. KRUSCH, MGH SSRM, V (Hanovre-Leipzig, 1910), p. 45CM83. – BHL 333.
Vita Anstrudis abbatissae Laudunensis; éd. W. LEVISON, MGH SSRM, VI (Hanovre-Leipzig, 1913), p. 64-78. – BHL 556.
Vita Balderici episcopi Leodiensis; éd. G. H. PERTZ, MGH SS, IV (Hanovre, 1841), p. 724-738. – GT, III, 1, p. 39-40.
Vita Bertuini episcopi et sancti Maloniensis; éd. W. LEVISON, MGH SSRM, VII (Hanovre-Leipzig, 1920), p. 175-182. – BHL 1306; GT, I, p. 35.
Vita sancti Bertulfi Rentiacensis; éd. O. HOLDER-EGGER, MGH SS, XV, 2 (Hanovre, 1888), p. 631-641. – BHL 1316; GT, II, p. 137-139.
Vita metrica sancti Clementis; éd. K. STRECKER, MGH Poetae latini medii aevi, V (Leipzig, 1937), p. 108-145.
Vita Dagoberti III (sic) régis Francorum; éd. B. KRUSCH, MGH SSRM, II (Hanovre, 1888), p. 509-524.-BHL 2081.
26
Vita Dodonis abbatis Waslerensis; éd. R. DE BUCK, AA SS, Oct., XII (Bruxelles, 1867), p. 634-637. – BHL 2207.
Vita secunda sancti Foillani praesulis et martyris; éd. R. DE BUCK, AA SS, Oct., XIII (Bruxelles, 1883), p. 385-390. – BHL 3071; GT, II, p. 151.
Vita tertia sancti Foillani; éd. R. DE BUCK, AA SS, Oct., XIII (Bruxelles, 1883), p. 391-395. -BHL 3073-3075; GT, II, p. 151-153.
Vita sancti Fursei abbatis Latiniacensis; éd. B. KRUSCH, MGH SSRM, IV (Hanovre-Leipzig, 1902), p. 434-440. – BHL 3209-3210.
Vita sancti Gerardi Broniensis abbatis; éd. VON HEINEMANN, MGH SS, XV, 2 (Hanovre, 1888), p. 655-673. – BHL 3422-3423; GT, II, p. 159-161.
Vita sanctae Gertrudis abbatissae Nivialensis; éd. B. KRUSCH, MGH SSRM, II (Hanovre, 1888), p. 453-464. – BHL 3490; GT, I, p. 14-15 et 17.
Vita Gudwali episcopi; éd. G. HENSCHENIUS, AA SS, Jun., I, p. 732-736 (de la 3e éd.). – BHL 3688; GT, III, 1, p. 80.
Vita Hadelini abbatis; éd. J. BOLLANDUS, AA SS, Feb., I, p. 377-381 (de la 3e éd.). – BHL3733; GT, I, p. 143.
VitaHarlindisetRelindis (Reinulae)Masacensium abbatissarum; éd. G.HENSCHENIUS, AASS, Mart., III, p. 384-389 (de la 3e éd.). – BHL 3755; GT, I, p. 69.
Vita prima Hugberti Leodiensis episcopi; éd. W. LEVISON, MGH SSRM, VI (Hanovre-Leipzig, 1913), p. 471-496. – BHL 3993; GT, I, p. 23-24.
Vita Kaddroe abbatis; éd. G. HENSCHENIUS, AA SS, Mart., I, p. 473-480 (de la 3e éd.). – BHL 1494.
Vita prima Landiberti Leodiensis episcopi; éd. B. KRUSCH, MGH SSRM, VI (Hanovre-Leipzig, 1913), p. 299-384. – BHL 4677; GT, I, p. 25-26.
Vita metrica sancti Landelini Crispiniensis abbatis; éd. K. STRECKER, MGH Poetae latini medii aevi, V (Leipzig, 1937), p. 211-225. – BHL 4698a; GT, I, p. 153.
Vita prima sancti Landelini Crispiniensis abbatis; éd. W. LEVISON, MGH SSRM, VI (Hanovre-Leipzig, 1913), p. 433-444. – BHL 4696; GT, I, p. 151-152.
Vita Mononis prima (brevior); éd. R. DE BUCK, AA SS, Oct., VIII (Bruxelles, 1853), p. 363-369. – BHL 6005.
Vita Norberti archiepiscopi; version A; éd. WILMANS, MGH SS, XII (Hanovre, 1856), p. 663-703. – version B; éd. PAPEBROCHIUS, AA SS, Jun., I, p. 807-832 (de la 3e éd.). -BHL 6248-6249.
Vita Notgeri episcopi Leodiensis; éd. KURTH, Notger, II, p. 10-15.
Vita béate Rolendis virginis; éd. COENS, Vita Rolendis, p. 336-347. – BHL 7293.
Vita prima Theodardi episcopi Traiectensis; éd. J. DEMARTEAU, S. Théodard et S. Lambert. Vies anciennes. Liège, 1886-1890, p. 35-47. – BHL 8046.
2.
Sources diplomatiques
Album belge de diplomatique
Album belge de diplomatique. Recueil de fac-similés pour servir à l’étude de la diplomatique
des provinces belges au Moyen Age, publié sous la direction d’H. PIRENNE. Jette-Bruxelles,
1909.
BARBIER
, Floreffe, II
V.
BARBIER, Histoire de Pabbaye de Floreffe, de l’ordre de Prémontré, t. II: Documents.
Namur, 2e éd., 1892. BARBIER, Florennes
V.
BARBIER, Documents concernant le chapitre de Saint-Gengoux à Florennes, dans
A. H. E. B., 2e s., V, 1888, p. 385-485.
27
BARBIER, Fosses
V.
BARBIER, Documents extraits du cartulaire du chapitre de Fosses, dans A. H. E. B., IV,
1867, p. 396-422; IX, 1872, p. 47-50; XIII, 1876, p. 361-385 et 492-493. BARBIER, Obituaire
J. BARBIER, Obituaire de l’abbaye de Brogne ou de Saint-Gérard, dans A. H. E. B., XVIII,
1882,
p. 289-370. BAUTIER, Recueil … Eudes
R. H. BAUTIER, Recueil des actes d’Eudes, roi de France (888-898). Paris, 1967. BAUTIER, Recueil … Louis II
R. H. BAUTIER et al., Recueil des actes de Louis II le Bègue, Louis III et Carloman II, rois de
France (877-884). Paris, 1978. BERLIÈRE, Documents inédits I
U. BERLIÈRE, Documents inédits pour servir à l’histoire ecclésiastique de la Belgique,
I.
Maredsous, 1894. BORMANS-SCHOOLMEESTERS, Cartulaire de Saint-Lambert (C.S.L.)
ST. BORMANS et E. SCHOOLMEESTERS, Cartulaire de l’Eglise Saint-Lambert de Liège, I. Bru-xelles, 1893. BROUWERS, Cens et rentes
D. D. BROUWERS, L’administration et les finances du comté de Namur, du XIIIe au XVe
siècle. Sources. I. Cens et rentes du comté de Namur au XIIIe siècle. Namur, 3 vol.,
1910-1926.
CALMET
, Lorraine
dom CALMET, Histoire (…) de Lorraine. Nancy, 7 vol., 1747-1757. Chroniques liégeoises
Chroniques liégeoises inédites, éd. S. BALAU, I. Bruxelles, 1913. DE CLERCQ, Concilia Galliae
Concilia Galliae A. 511-A. 695, cura et studio Caroli DE CLERCQ. Turnhout, 1963. DELISLE, Rouleaux des morts
L. DELISLE, Rouleaux des morts du IXe au XVe siècle. Paris, 1866. DESPY, Waulsort
G. DESPY, Les chartes de l’abbaye de Waulsort. Etude diplomatique et édition critique,
1:946-1199.
Bruxelles, 1957. D’HERBOMEZ, Gorze
A. D’HERBOMEZ, Cartulaire de l’abbaye de Gorze. Paris, 1898. DEVILLERS, Aine
L.DEVILLERS, Mémoire sur un cartulaire et sur les archives de l’abbaye d’Aine. Mons,
1863.
DUFOUR
, Recueil … Robert Ier
J. DUFOUR, Recueil des actes de Robert Ier et de Raoul, rois de France (922-936). Paris,
1978.
DUVIVIER
, Actes et documents
L. DUVIVIER, Actes et documents anciens intéressant la Belgique. Bruxelles, 1898. -Nouvelle
série. Bruxelles, 1903. GENICOT-ALLARD, Sources
L. GENICOT et R.-M. ALLARD, Sources du droit rural du quartier d’Entre-Sambre-et-Meuse.
Bruxelles, 2 vol., 1968-1982. GLÔCKNER, Codex Laureshamensis
K. GLÔCKNER, Codex Laureshamensis, I. Darmstadt, 1929. GYSSELING-KOCH, DD Belgica
M. GYSSELING et A. C. F. KOCH, Diplomata Belgica ante annum millesimum centesimum
scripta. Bruxelles, 2 vol., 1950.
28
HALKTN-ROLAND, Stavelot, I ou Recueil, I
J.HALKIN et C.G. ROLAND, Recueil des chartes de l’abbaye de Stavelot-Malmédy,
I.
Bruxelles, 1909. HALPHEN-LOT, Recueil … Lothaire et Louis V
L. HALPHEN et F. LOT, Recueil des actes de Lothaire et de Louis V, rois de France (954-987).
Paris, 1908. HANSAY, Lobbes
ALF. HANSAY, Chartes de l’ancienne abbaye de Lobbes, dans B. C. R. H., 5e s., X, 1900,
p.83-95. KOCH, Oorkondenboek
A. C. F. KOCH, Oorkondenboek van Holland en Zeeland tôt 1299,1: Eind van de 7e eeuw tôt
1222.
La Haye, 1970. JAFFE, Monumenta Corbeiensia
Monumenta Corbeiensia, éd. PH. JAFFE. Berlin, 1864 (Bibliotheca rerum germanicarum, I). LAHAYE, Brogne
L.LAHAYE, Chartes de l’abbaye de Brogne, dans B. C. R. H., LXXVI, 1907, p. 663-708. LAHAYE, Walcourt
L.LAHAYE, Cartulaire de la commune de Walcourt. Namur, 1889. LAUER, Recueil … Charles le Simple
PH. LAUER, Recueil des actes de Charles III le Simple, roi de France. Paris, 2 vol., 1940-1949. LAUER, Recueil … Louis IV
PH. LAUER, Recueil des actes de Louis IV, roi de France (936-954). Paris, 1914. Liber memorialis Romaricensis
Liber memorialis Romaricensis, éd. E. HLAWITSCHKA, K. SCHMID et G. TELLENBACH.
(MGH, Libri Memoriales, I). Dublin-Zurich, 2 vol., 1970. Liber traditionum
Liber traditionum sancti Pétri Blandiniensis, éd. A. FA YEN. Gand, 1906. MATTHIEU, Leernes
E.MATTHIEU, Donation de l’autel de Leernes au chapitre de Lobbes, dans B. C. R. H.,
LXXVI, 1907, p. 534-536. MGH, Briefe der deutschen Kaiserzeit, I
Die Briefe des Bischofs Rather von Verona, éd. FR. WEIGLE. Weimar, 1949. MGH Conc, II
Concilia Aevi Karolini, éd. A. WERMINGHOFF. Hanovre, 2 vol., 1906-1908. MGHDD
Diplomata regum et imperatorum Germaniae, I: Conradi I, Henrici I et Ottonis I, éd.
TH. SICKEL. Hanovre, 1879-1884. – II: Ottonis II et Ottonis III, éd. TH. SICKEL. Hanovre,
1888-1893. –
III:
Henrici II et Arduini, éd. H. BRESSLAU et al. Hanovre, 1900-1903. – IV:
Conradi II, éd. H. BRESSLAU et al. Hanovre-Leipzig, 1909. -V: Henrici III, éd. H. BRESSLAU
et P. KEHR. Berlin, 1931. – VI: Henrici IV, éd. D. VON GLADISS et A.GAWLIK. Berlin-
Weimar, 1941-1978. MGH DD Karol., III
Diplomata Karolinorum, III: Lotharii I et Lotharii II, éd. TH. SCHIEFFER. Berlin, 1966. MGH DD ex stirpe Karol. II-IV
Diplomata regum Germaniae ex stirpe Karolinorum, II : Karoli III, éd. P. KEHR. Berlin,
1937. –
III:
Arnolfi, éd. P. KEHR. Berlin, 2eéd., 1955. -IV: Zwentiboldiet Ludoviciinfantis,
éd. TH. SCHIEFFER. Berlin, 1960. MGH DD Merov.
Diplomata regum Francorum ex stirpe Merowingica. Diplomata maiorum domus regiae.
Diplomata spuria; éd. K. A. F. PERTZ. Hanovre, 1872.
29
MGH. Form.
Formulae Merowingici et Karolini aevi, éd. K. ZEUMER; MGH Formulae. Hanovre, 1886. MIRAEUS-FOPPENS, Op. dipl.
AUBERTI MIRAEI (…), Opéra diplomatica et historica (…). Editio secunda auctior et
correctior IOANNES FR. FOPPENS. Louvain, 4 vol., 1723-1748. PIOT, Chartes
CH. PIOT, Inventaire des chartes des comtes de Namur, anciennement déposées au château de
cette ville. Bruxelles, 1890. PONCELET, Hugues de Pierrepont
E.PONCELET, Actes de Hugues de Pierrepont (1200-1229). Bruxelles, 1946. PROU-VIDIER, Saint-Benoît
M. PROU, AL. VIDIER (et H. STEIN), Recueil des chartes de l’abbaye de Saint-Benoît-sur-Loire. Paris-Orléans, 5 vol., 1907-1932. RAMACKERS, Papsturkunden I et IV
J.RAMACKERS, Papsturkunden in Frankreich. I: Niederlanden (…). Berlin, 2 vol.,
1933-1954.
IV:
Picardie
. Gottingen, 1942. REIFFENBERG, Monuments
DE REIFFENBERG, Monuments pour servir à l’histoire des provinces de Namur, de Hainaut et
de Luxembourg, I. Bruxelles, 1844. ROLAND, Gembloux
C G. ROLAND, Recueil des chartes de l’abbaye de Gembloux. Gembloux, 1921. ROUSSEAU, Actes
F.ROUSSEAU, Actes des comtes de Namur de la première race (946-1146). Bruxelles, 1937. TESSIER, Recueil … Charles le Chauve
G.TESSIER et al., Recueil des actes de Charles II le Chauve, roi de France. Paris, 3 vol.,
1943-1955.
WALRAET
, Philippe le Noble
PH. WALRAET, Actes de Philippe Ier, dit le Noble, comte et marquis de Namur (1196-1212).
Bruxelles, 1949. WAMPACH, Urkundenbuch
C. WAMPACH, Urkunden- und Quellenbuch zur Geschichte der altluxemburgischenTerrito-
rien bis zur burgundischen Zeit, I. Luxembourg, 1935. WISPLINGHOFF, Rheinisches Urkundenbuch
E. WISPLINGHOFF, Rheinisches Urkundenbuch. Altère Urkunden bis 1100. Erste Lieferung:
Aachen-Deutz. Bonn, 1972.
B. BIBLIOGRAPHIE
Abbaye de Saint-Gérard
L’abbaye de Saint-Gérard. Mille ans d’histoire. (Catalogue de l’exposition). Maredsous, 1-28
octobre 1959. Actes du colloque saint Géry
Saint Géry et la christianisation dans le nord de la Gaule, Vime- IXème siècles (Cambrai, 5-7
octobre 1984). Actes édités par M.ROUCHE. Lille, à paraître. ALBRECHT, Mùnzwesen
G. ALBRECHT, Das Miinzwesen im niederlothringischen und friesischen Raum vom 10. bis
zum beginnenden 12.Jahrhundert. Hambourg, 1959. ANGENENDT, Irische peregrinatio
A. ANGENENDT, Die irische Peregrinatio und ihre Auswirkungen auf dem Kontinent vor dem
Jahre 800, dans: Die Iren, I, p. 52-79.
30
ANGENENDT, Monachi peregrini
A. ANGENENDT, Monachi peregrini. Studien zu Pirmin und den monastischen Vorstellungen
des friihen Mittelalters. Munster, 1972. ANGENENDT, Willibrord
A. ANGENENDT, Willibrord im Dienste der Karolinger, dans: Annalen des historischen
Vereins fur den Niederrhein, CLXXV, 1973, p. 63-113. ARNOULD, Aulne
M.-A. ARNOULD, Un village disparu de la Sambre liégeoise: Aulne, dans: Mél. Stiennon,
p.1-22. ARNOULD, Lobbes
M.-A. ARNOULD, Lobbes dans le fait sambrien, dans: Rencontres. Cahiers de l’Institut
provincial de l’Education et des Loisirs, 1959, p. 70-86. ARNOULD, Thuin
M.-A. ARNOULD, La destruction par les Hainuyers des fortifications liégeoises de la Sambre
(1408-1410),
dans: D.R.S. A.C., LVII, 1974-1978, p. 81-118. Art mosan
L’art mosan. Journées d’études (Paris, février 1952). Actes édités par P. FRANCASTEL. Paris,
1953.
Aspect
s du monachisme
Aspects du monachisme en Normandie (IVème-XVIIIème siècles). Actes du colloque scientifi-que de 1’ » Année des abbayes normandes« (Caen, 18-20 octobre 1979), publiés sous la
direction de L. MUSSET. Paris, 1982. ATSMA, Monastères urbains
H. ATSMA, Les monastères urbains du nord de la Gaule (à l’époque mérovingienne), dans:
R. H. E. F., LXII, 1976, n° 168, p. 163-187. AUBRUN, Limoges
M. AUBRUN, L’ancien diocèse de Limoges, des origines au milieu du XIe siècle. Clermont-
Ferrand, 1981. BAERTEN, Ansfrid
Les Ansfrid au Xe siècle. Contribution à l’histoire des relations familiales, dans: R. B. P. H.,
XXXIX,
1961, p. 1144-1158. BAIX, Actes
FR. BAIX, Les actes des comtes de Namur de la première race (946-1146), dans: Namurcum,
XVI,
1939,
p. 61-64. BAIX, Aubert
FR. BAIX, Aubert, dans: D. H. G. E., V (Paris, 1931), col. 222-225. BAIX, Bertuin
FR.BAIX, Bertuin, dans: D. H. G. E., VIII (Paris, 1934), col. 1108-1110. BAIX, Brogne
FR.BAIX, Brogne, dans: D. H. G. E., X (Paris, 1938), col. 818-832. BAIX, Hagiographie
L’hagiographie à Stavelot-Malmédy, dans: R. Bén., LX, 1950, p.20-162. BAIX, Hubert
FR.BAIX, Saint Hubert, dans: La Terre Wallonne, XVI, 1927, p. 106-122, 200-222; XVII,
1927-1928, p. 348-364; XIX, 1928-1929, p. 65-86 et 169-179. BAIX, Sainte-Croix
FR.BAIX, Les Miracles de la Sainte-Croix à Brogne, dans: A. S. A. N., XLV, 1950,
p.253-261. BAIX, Solignac
FR. BALX, Saint Remacle et les abbayes de Solignac et de Stavelot-Malmédy, dans: R. Bén.,
LXI,
1951, p. 167-207.
31
BAIX, Souvenir
FR. BALX, Le souvenir de saint Remacle dans le Namurois, dans: Mél. Courtoy, p. 173-184. BAIX, Stavelot-Malmédy
FR. BAIX, Etude sur l’abbaye et principauté de Stavelot-Malmédy. Première partie: L’abbaye
royale et bénédictine (des origines à l’avènement de S. Poppon, 1021). Paris-Charleroi,
1924.
BAIX
, Walhère
FR.BAIX, Le nom de saint Walhère, dans: A. S. A. N., XXXII, 1973, p. 263-281. BALAU, Sources
S. BALAU, Etude critique des sources de l’histoire du pays de Liège au Moyen Age. Bruxelles,
1903.
BARBIER
, Bertuin
Saint Bertuin, évêque, fondateur de l’abbaye de Malonne. Namur, 1898. BARBIER, Malonne
V.
BARBIER, Histoire de l’abbaye de Malonne. Namur, 1894. BARBIER, Moustier
V.
BARBIER, Le chapitre noble de Moustier-sur-Sambre. Namur, 1885. Benedictus en zijn monniken
Benedictus en zijn monniken in de Nederlanden (480-1980). I: Benedictus in de Neder-
landen. – II: Monniken en monialen in de Nederlanden. – III: Aspecten van het monastiek
leven in de Nederlanden. Cat. exposition Gand, 25 octobre 1980-4 janvier 1981. Gand,
1980.
BENTON
, Péronne
J.F. BENTON, Préface de: Charters of St.-Fursy of Péronne, éd. by W. M. NEWMAN.
Cambridge Mass., 1977, p. VII-XXIII. BEQUET, Intaille
A. BEQUET, L’intaille carolingienne de l’abbaye de Waulsort, dans: A. S. A. N., XVIII, 1889,
p. 1-16. BERLIÈRE, Abbaye de Saint-Gérard
U. BERLIÈRE, L’abbaye de Saint-Gérard, dans: Messager des Fidèles, V, 1888, p. 169-181 et
216-223.
BERLIÈRE
, Coup d’oeil
U. BERLIÈRE, Coup d’oeil historique sur l’ordre bénédictin en Belgique dans le passé et dans le
présent, dans: Revue liturgique et Monastique, XIV, 1929, 7-8 (numéro spécial publié à
l’occasion du XIVe centenaire de la fondation du Mont-Cassin), p. 438-522. BERLIÈRE, Ministère paroissial
U. BERLIÈRE, L’exercice du ministère paroissial par les moines, (1) dans le Haut Moyen Age,
(2) du XIIe au XVIIIe siècle, dans: R. Bén., XXXIX, 1927, p. 227-250 et 340-364. BERLIÈRE, Monasticon Belge, I
U. BERLIÈRE, Monasticon Belge, I: Provinces de Namur et de Hainaut. Maredsous, 2 vol.,
1890-1897.
BERLIÈRE
, Réformes
U. BERLIÈRE, L’étude des réformes monastiques des Xe et XIe siècles, dans: Bulletin de
l’Académie Royale de Belgique. Classe des Lettres (…), 5e s., XVIII, 1932, p. 137-156. BERLIÈRE, Vita Gerardi
U. BERLIÈRE, Etude sur le Vita Gerardi Broniensis, dans: R. Bén., IX, 1892, p. 157-172. BERNARD, Régnier
CL. BERNARD, Etude sur le domaine ardennais de la famille des Régnier, dans: Le M. A.,
LXIII, 1957, p. 1-21. BIELER, Irland
L.BIELER, Irland, Wegbereiter des Mittelalters. Olten-Lausanne-Fribourg, 1961.
32
BILLEN, Châtelet/Pont-de-Loup
CL. BILLEN, De la villa du IXe à la seigneurie du XIVe siècle: le domaine de Pont-de-Loup et
Châtelet, dans: Centenaire du séminaire, p. 107-126. BILLEN, Roeulx
CL. BILLEN, Pour une relecture des sources relatives aux débuts de l’abbaye Saint-Feuillen du
Roeulx, dans: A. F. A. H. B., XLVII: Nivelles 1984, à paraître. BOEREN, Jocundus
P.C. BOEREN, Jocundus, biographe de saint Servais. La Haye, 1972. BÔHMER-OTTENTHAL, Regesta imperii
J. F. BÔHMER et E. von OTTENTHAL, Regesta Imperii. II, 1 : Die Regesten des Kaiserreiches
unter Heinrich I. und Otto I. (919-973). Innsbruck, 1908 (nv. éd., 1967). BONENFANT, Carte
P. BONENFANT, Le duché de Lothier et le marquisat de Flandre à la fin du XIe™ siècle (1095).
Bruxelles-Paris, 1932 (Atlas de Géographie Historique de la Belgique, carte III). BONENFANT, Malines
P. BONENFANT, AUX origines de Malines, dans: Dancwerc. Opstellen aangeboden aan Prof.
Dr. D.Th. Enklaar. Groeningen, 1959, p. 96-108. BONENFANT, Malonne
P. BONENFANT, Note sur un passage de la Vie de saint Bertuin de Malonne, dans: Mél.
Courtoy, p. 185-190. BONENFANT, Pagus de Brabant
P. BONENFANT, Le pagus de Brabant, dans: Bulletin de la Société Belge d’Etudes Géographi-ques, V, 1935, p. 25-76. BORCHGRAVE, Walcourt
J. DE BORCHGRAVE D’ALTENA, Le trésor et le mobilier de l’église Saint-Materne de Walcourt,
dans: Bull. S.R.A.B., 1938, p. 49-72. BORGNET, Fosses
J.BORGNET, Cartulaire de la commune de Fosses. Namur, 1867. BORMANS, Gérard
ST. BORMANS, Gérard (saint), dans: Biographie Nationale, VII (Bruxelles, 1883),
col. 619-623. BORMANS, Fausse bulle
ST. BORMANS, Une fausse bulle du pape Etienne VIII, dans: Bulletin de l’Académie Royale de
Belgique, 2e s., XLVII, 1879, p. 271-296. BORMANS, Rogations
ST. BORMANS, Notice concernant l’institution des Rogations et certaines offrandes publiques
que faisaient autrefois, le jour de Saint Marc, à l’abbaye de Lobbes, les habitants de différentes
localités voisines, dans: B. C. R. H., 2e s., VIII, 1856, p. 313-324. BOUTEMY, Olbert
A.BOUTEMY, Un grand abbé du XIe siècle: Olbert de Gembloux, dans: A. S. A. N., XLI,
1935,
p. 43-85. BOUTEMY, Recueil
A. BOUTEMY, Recueil de textes historiques latins du Moyen Age. Textes narratifs, VIIe-XIIe
siècle. Bruxelles, 1943. BOVESSE-LADRIER, A travers
J.BOVESSE et FR. LADRIER, A travers l’histoire du Namurois. Catalogue analytique et
explicatif de l’exposition permanente de documents VIIIe-XXe siècle (aux Archives de l’Etat à
Namur). Bruxelles, 1971. BRIGODE, Architecture (religieuse)
S. BRIGODE, L’Architecture religieuse dans le Sud-Ouest de la Belgique. I. Des origines à la
fin du XVe siècle, dans: B. C. R. M. S., I, 1949, p. 85-353.
33
BRIGODE, Lobbes
S. BRIGODE, Les anciennes abbatiales et l’église carolingienne Saint-Ursmer de Lobbes, dans:
A. F. A. H. B., XXXIII: Tournai 1949, I, p. 162-210 (2e éd. avec complément, 1973). BROUETTE, Feuillen
E. BROUETTE, Feuillen, dans: D. H. G. E., XVI (Paris, 1967), col. 1344-1351. BROUETTE, Fosses
E. BROUETTE, Fosses-la-Ville, dans: D. H. G. E., XVII (Paris, 1971), col. 1217-1223. BROUETTE, Fursy
E. BROUETTE, Fursy, dans: D. H. G. E., XIX (Paris, 1979) col. 476-483. BROUETTE, Gobert
E.BROUETTE, Le mémorial de saint Gobert en l’église de Fosses-la-Ville, dans:
B. S. A. H. D. Lg., XLVIII, 1968, p. 75-89. BROUETTE, Obituaire
E. BROUETTE, Fragment d’un obituaire de l’abbaye de Florennes, dans: Namurcum, XXX, 1956, p. 50-51. BROUETTE, Waulsort
E. BROUETTE, Essai de datation du pseudo-original de la charte du comte Robert (de Namur) pour l’abbaye de Waulsort (2 juin 946), dans: Studia monastica, XV, 1973, p. 277-286.
BRUWIER, Domaine
M. BRUWIER, Le domaine des comtes de Hainaut, du Xe au XIIIe siècle, dans: Le
gouvernement des principautés au Moyen Age: la Basse Lotharingie du Xe au XIVe siècle.
(Actes du) colloque d’Histoire médiévale, 9 et 10 mai 1969 (= Revue de l’Université de
Bruxelles, 1970, p. 409-509), p. 491-509. BULLOUGH, Missions
D. BULLOUGH, The Missions to the English and Picts and their Héritage (to c. 800), dans: Die
Iren, I, p. 80-98. BUR, Mouzon
M.BUR, A propos de la chronique de Mouzon, dans: C. C. M., XXVI, 1983, p. 287-296. CAJOT, Normands
F. CAJOT, Les Normands dans le Namurois, dans: A. S. A. N., XIV, 1877, p. 225-239. CAROZZI, Au-delà
CL. CAROZZI, La géographie de l’au-delà et sa signification pendant le Haut Moyen Age,
dans: Settimane, XXIX: Popoli et paesi nella cultura altomedievale (Spoleto, 23-29 aprile
1981).
Spolète, 1983, p. 423-481. CAROZZI, Dagobert
CL. CAROZZI, La vie de saint Dagobert de Stenay: histoire et hagiographie, dans: R. B. P. H.,
LXII, 1984, p. 225-258. Cat. Art mosan et arts anciens
Art mosan et arts anciens du pays de Liège. (Catalogue d’exposition) Liège, septembre-octobre 1951. Liège, 1951. Cat. Childéric-Clovis
Childéric-Clovis. 1500* »* anniversaire 482-1982. (Catalogue d’exposition) Tournai, 24
avril-30 juin 1982. Tournai, 1982. Cat. Floreffe
Floreffe. 850 ans d’histoire. Vie et destin d’une abbaye de Prémontrés. Floreffe, 1973. Cat. Hesbaye
Trésors d’art de la Hesbaye liégeoise et ses abords. (Catalogue d’exposition) Lexhy 1972.
Bruxelles, 1972. Cat. Rochefort
Trésors d’art de l’ancien doyenné de Rochefort. (Catalogue d’exposition) Musée de
Rochefort, 25 juin-18 septembre 1966. Bruxelles, 1966.
34
Cat. Thuin
Trésors d’art et d’histoire de la Thudinie. (Catalogue d’exposition) Lobbes, 2 août-30
septembre 1976. Bruxelles, 1976. Cat. Waremme
Trésors d’art et d’histoire de Waremme et de sa région. (Catalogue d’exposition) Mu-sée régional de Waremme – église d’Oleye, 5 octobre-18 novembre 1979. Liège,
1979.
Centenair
e du séminaire
Centenaire du séminaire d’histoire médiévale de l’Université Libre de Bruxelles (1876-1976),
éd. G. DESPY. Bruxelles, 1977. CHOUX, Décadence
J. CHOUX, Décadence et réforme monastique dans la province de Trêves (855-959), dans:
Gérard de Brogne, p. 204-223. CLOSON, Alexandre Ier
J. CLOSON, Alexandre Ier de Juliers, évêque de Liège, 1128-1135, dans: B. S. A. H. D. Lg.,
XIII,
1902,
p. 403-473. COENEN, Abbaye de la Sambre
J. COENEN, Trois abbayes de la Sambre: Malonne, Aulne et Floreffe, dans: Chronique
archéologique du pays de Liège, XXIII, 1932, p. 58-59. COENEN, Lobbes
J. COENEN, Les églises de l’abbatiale de Lobbes, dans:,Leodium, XXVII, 1934, p. 23-37. COENS, Cunibert
M. COENS, Les vies de saint Cunibert et la tradition manuscrite, dans: An. Boll., XLVII,
1929,
p. 338-367. COENS, Forannan
M. COENS, L’étole de saint Forannan, abbé de Waulsort et la rage. Un cas de concurrence
déloyale?, dans: Mél. Courtoy, I, p. 257-263. COENS, Litanies
M. COENS, Anciennes litanies de saints, dans: M. COENS, Recueil d’études bollandiennes.
Bruxelles, 1963, p. 129-322. COENS, Malonne
M. COENS, Note sur un ancien manuscrit de Malonne, dans: An. Boll., LUI, 1935,
p.130-139. COENS, Paysages mosans
M. COENS, Paysages mosans dans l’hagiographie médiévale, dans: Mél. Rousseau,
p.171-180. COENS, Sigebert III
M. COENS, Deux actes de Sigebert III en faveur de saint Cunibert, dans: An. Boll., LVI,
1938,
p. 370-382. COENS, Vita Rolendis
M. COENS, La »Vita Rolendis* dans sa recension gerpinnoise, dans: An. Boll., LXXVIII,
1960, p. 328-355. Columbanus
Columbanus and Merovingian Monasticism, éd. by H.B. CLARKE and M. BRENNAN.
Oxford, 1981. COTTINEAU, Répertoire
L. H. COTTINEAU, Répertoire topo-bibliographique des abbayes et prieurés. Mâcon, 2 vol.,
1935.
COURTOY
, Intaille
F. COURTOY, Un souvenir namurois au British Muséum. L’intaille de Waulsort, dans:
Namurcum, XXV, 1950, p. 28-31.
35
COURTOY, Reliquaires
F. COURTOY, Les reliquaires de saint Feuillien à Fosses, dans: Namurcum, VII, 1930,
p. 49-59. CREPIN, Fosses
J. CREPIN, Le monastère des Scots à Fosses, dans: La Terre Wallonne, VIII, 1922, p. 357-385
et IX, 1923, p. 16-26. CREPIN, Roeulx
J.CREPIN, L’abbaye de Saint-Feuillen du Roeulx et le chapitre de Fosses, dans: La Terre
Wallonne, XIII, 1925-1926, p. 101-119. CROONENDAEL, Namur
P. DE CROONENDAEL, Chronique contenant Testât ancien et moderne du pays et comté de
Namur (…); éd. comte de LIMMINGHE. Bruxelles, 2 vol., 1878-1879. DASNOY, Centres religieux
A. DASNOY, Quelques vestiges archéologiques trouvés à proximité des centres religieux mérovingiens: Andenne, Amay, Liège, Lobbes, dans: Actes du colloque »L’art des invasions en Hongrie et en Wallonie« (Mariemont 1979), à paraître.
DAUPHIN, Richard (de Saint-Vanne)
H. DAUPHIN, Le bienheureux Richard de Saint-Vanne de Verdun (|1046). Louvain-Paris, 1946.
DE CLERCQ, Législation religieuse I et II
C. DE CLERCQ, La législation religieuse franque. Etude sur les actes des conciles et les capitulaires, les statuts diocésains et les règles monastiques. I: De Clovis à Charlemagne (507-814). Paris-Louvain, 1936. II: De Louis le Pieux à la fin du IXe siècle (814-900). Anvers, 1958.
DE GAIFFIER, Clément-Caddroe
B. DE GAIFFIER, Notes sur le culte des SS. Clément de Metz et Caddroe, dans: An. Boll., LXXXV, 1967, p. 21-43.
DELANNE, Nivelles
BL.DELANNE, Histoire de la ville de Nivelles. Nivelles, 1944 (= A. S. A. Niv., XIV). DE LAPLACE, Saint-Bertin
H. DE LAPLACE, Les abbés de Saint-Bertin d’après les anciens monuments de ce monastère.
Saint-Omer, 2 vol., 1854. DEL MARMOL, Brogne
E. DEL MARMOL, L’abbaye de Brogne ou de Saint-Gérard, dans: A. S. A. N., V, 1857-1858,
p. 225-286 et 373-450. DEL MARMOL, Frêne
E. DEL MARMOL, Frêne près de Profondeville, dans: A. S. A. N., II, 1851, p. 333-340. DE MARNE, Namur
J.-B. DE MARNE, Histoire du comté de Namur. Bruxelles, 1754. DE MOREAU, Amand apôtre
E. DE MOREAU, Saint Amand, apôtre de la Belgique et du Nord de la France. Louvain,
1927.
D
E MOREAU, Amand évangélisateur
E. DE MOREAU, Saint Amand, le principal évangélisateur de la Belgique. Bruxelles,
1942.
D
E MOREAU, Histoire de l’Eglise, I, II, III, t. compl.
E. DE MOREAU, Histoire de l’Eglise en Belgique. I: La formation de la Belgique chrétienne,
des origines au milieu du Xe siècle. Bruxelles, 2e éd., 1945. – II: La formation de l’Eglise
médiévale. Bruxelles, 2e éd., 1945. – III: L’Eglise féodale 1122-1378. Bruxelles, 1945. – t.
compl.: Circonscriptions ecclésiastiques, chapitres, abbayes, couvents avant 1559. Cartes
(avec la collab. de J.DEHARVENG et A. DE GHELLINCK). Bruxelles, 1948.
36
DE MOREAU, Vita Amandi
E. DE MOREAU, La »Vita Amandi prima* et les fondations monastiques de saint Amand,
dans: An. Boll., LXVII, 1949, p. 447-464. DENS, Hastière
C. DENS, L’ancienne église abbatiale d’Hastière, dans: A. S. A. B., XXXI, 1923, p. 42-52. DEPREZ, Politique castrale
R. DEPREZ, La politique castrale dans la principauté épiscopale de Liège du Xe au XIVe siècle,
dans: Le M. A., LXV, 1959, p. 501-538. DEREINE, Chanoines
CH.DEREINE, Chanoines, dans: D. H. G. E., XII (Paris, 1953), col. 353-405. DEREINE, Chanoines réguliers
CH. DEREINE, Les chanoines réguliers au diocèse de Liège avant saint Norbert. Bruxelles,
1952.
DEREINE
, Clercs et moines
CH. DEREINE, Clercs et moines au diocèse de Liège du Xe au XIIe siècle, dans: A. S. A. N.,
XL, 1, 1949, p. 183-203. DEREINE, Saint-Gengulphe
CH. DEREINE, Les origines du chapitre Saint-Gengulphe de Florennes, dans: Mél. Courtoy,
I,
p. 287-293. DEREINE, Walcourt
G. DEREINE, La légende de Notre-Dame de Walcourt. Namur, s.d. (1975). DE SMET, Vita Gerardi
J.-M. DE SMET, Recherches critiques sur la Vita Gerardi abbatis Broniensis, dans: Gérard de
Brogne, p. 5-61. DESPY, Abbaye de Moustier
G. DESPY, Moustier-sur-Sambre, abbaye mérovingienne, dans: A. S. A. N., XLV, 1, 1949,
p.147-161. DESPY, Actes pontificaux
G. DESPY, Note sur deux actes pontificaux inédits du XHIe siècle concernant le statut des
chanoinesses séculières, dans: B. C. R. H., CXV, 1950, p. 427-442. DESPY, Actes pour Moustier
G. DESPY, Deux actes pontificaux inédits du XIIIe siècle pour le chapitre de Moustier-sur-Sambre, dans: Bulletin de l’Institut Historique Belge de Rome, XXV, 1949, p. 5-11. DESPY, Afflighem
G. DESPY, Les Bénédictins en Brabant au XIIèmc siècle: la »chronique de l’abbaye
d’Afflighem«, dans: Problèmes d’Histoire du Christianisme, XII (Bruxelles, 1983),
p. 51-116. DESPY, AU coeur de l’Occident carolingien
G. DESPY, AU coeur de l’Occident carolingien, dans: Histoire de la Wallonie (éd. L. GENI-
COT). Toulouse, 1973, p. 103-109. DESPY, Capitulum
G. DESPY, Note sur le sens de Capitulum, dans: A. L. M. A., XX, 1950, p. 245-254. DESPY, Chanoinesses
G. DESPY, Les chapitres de chanoinesses nobles en Belgique au Moyen Age, dans:
A. F. A. H. B., XXXVI: Gand 1955, p. 169-179. DESPY, Chapitre de Moustier
G. DESPY, Histoire du chapitre noble de Moustier-sur-Sambre au Moyen Age. Mémoire de
licence: U. L. B., Histoire médiévale, 1948. DESPY, Chimay
G. DESPY, Deux actes faux fabriqués au chapitre de Chimay: la ^charte de fondation
d’Erlebold de 887« et la »bulle de Lucius III de 1182«, dans: Mél. Stiennon, p. 115-128.
37
DESPY, Cuites
G. DESPY, L’exploitation des cuites en Brabant du IXème siècle aux environs de 1300, dans:
Villa-Curtis-Grangia. Economie rurale entre Loire et Rhin, de l’époque gallo-romaine au
XIP^-XIIP™ siècle, éd. W.JANSSEN et D.LOHRMANN. Munich, 1983, p. 185-204. DESPY, Dinant
G.DESPY, Note sur le »portus« de Dinant aux IXe et Xe siècles, dans: Mél. Niermeyer,
p. 61-69. DESPY, DUCS de Basse-Lotharingie
G. DESPY, Les actes des ducs de Basse-Lotharingie du XIe siècle, dans: Maison d’Ardenne,
p. 65-132. DESPY, Floreffe
G. DESPY, Note sur le domaine carolingien de Floreffe, dans: Mél. Courtoy, I, p. 191-198. DESPY, Fosses
G. DESPY, Tonlieu et marché à Fosses-la-Ville, du Xe au XIIIe siècle, dans: Acta Historica
Bruxellensia, III (Bruxelles, 1974), p. 85-100. DESPY, Mémoires de licence
G. DESPY, Les mémoires de licence en histoire médiévale à l’Université Libre de Bruxelles,
1966-1970,
dans: C. H. E. S., VI, 1970-1971, p. 157-236. DESPY, Naissance des villes
G. DESPY, Naissance de villes et de bourgades, dans: La Wallonie. Le pays et les hommes, I,
p.93-129. DESPY, Psautier
G. DESPY, Note sur un psautier insulaire du VIIIe siècle conservé aux Archives de TEtat à
Namur, dans: Scriptorium, IX, 1955, p. 109-111. DESPY, Psautier-hymnaire
G. DESPY, Le scriptorium de Tabbaye de Waulsort au XIe siècle. La provenance du psautier-hymnaire Munich, Bayer. Staatsbibl. Clm. 13067, dans: Le M. A., LIX, 1953, p. 87-115. DESPY, Sclayn
G. DESPY, Henri IV et la fondation du chapitre de Sclayn, dans: Mél. Rousseau, p. 221-236. DESPY, Sécularisation de Moustier
G. DESPY, La sécularisation de Tabbaye de Moustier-sur-Sambre en chapitre de chanoinesses
séculières, dans: A. S. A.N., XLV, 2, 1950, p. 263-276. DESPY, Soye
G. DESPY, A propos du rachat des corvées paysannes au Haut Moyen Age: une charte de
Gembloux de 964 est-elle vraie ou fausse?, dans: A. F. A. H. B., XLV: Comines 1980, III,
p. 97-106. DESPY, Stavelot
G. DESPY, Les chartes privées de Tabbaye de Stavelot pendant le Haut Moyen Age (748-991),
dans: Le M. A., LXII, 1956, p. 249-277. DESPY, Villes et campagnes
G. DESPY, Villes et campagnes aux IXe et Xe siècles: l’exemple du pays mosan, dans: Revue du
Nord, L, 1968, p. 145-168. DESPY, Watermael
G. DESPY, Le domaine de Watermael au début du Xe siècle, dans: Cahiers bruxellois, IV,
1959,
p. 1-8. DESPY, Waulsort
Voir supra, Sources diplomatiques. DESPY-BILLEN, Couvin
G. DESPY et CL. BILLEN, Le peuplement rural dans la région de Couvin pendant le Haut
Moyen Age, dans: Au pays des Rièzes et des Sarts, n° spécial II (XXtae anniversaire). Cul-des-
Sarts,
1980, p. 11-32.
38
DESPY-DUPONT, Saint-Hubert
A.DESPY-MEYER et P.P. DUPONT, Abbaye de Saint-Hubert, dans: Monasticon Belge, V:
Province de Luxembourg. Liège, 1975, p. 9-83. DESPY-ROUWEZ, Couvin
G. DESPY et CHR.ROUWEZ, Le tarif de tonlieu de Couvin de 1258, dans: Acta Historica
Bruxellensia, III (Bruxelles, 1974), p. 63-83. DE STURLER, Cloîtres orientaux
J. DE STURLER, A propos des cloîtres orientaux des régions mosanes … et d’ailleurs, dans:
Mél. Rousseau, p. 583-606. DÉVISSE, Hincmar
J. DÉVISSE, Hincmar, archevêque de Reims 845-882. Genève, 3 vol., 1976. DEVROEY, Brogne
J.-P. DEVROEY, Documents inédits de Tabbaye Saint-Pierre de Brogne au XIe siècle, dans:
B.C.R.H., CXLVIII, 1982, p. 205-227. DEVROEY, Florennes
J.-P. DEVROEY, Note critique sur le diplôme de l’empereur Conrad II pour Tabbaye de
Florennes (1033), dans: Francia, XII, 1984, à paraître. DEVROEY, Polyptyques
J.-P. DEVROEY, Recherches sur l’histoire rurale du Haut Moyen Age, 800-1050. Les
polyptyques de Saint-Rémi de Reims et de Saint-Pierre de Lobbes. Thèse de doctorat:
U.L.B., Histoire médiévale, 4 vol., 1981-1982. DEVROEY-DIERKENS, Avouerie
J.-P. DEVROEY et A. DIERKENS, L’avouerie dans TEntre-Sambre-et-Meuse au Haut Moyen
Age, dans: L’avouerie en Lotharinigie. Actes des 2e Journées Lotharingiennes (Luxembourg,
1982).
Luxembourg, 1984, p. 43-94. DE WAHA, Sigebert
M. DE WAHA, Sigebert de Gembloux faussaire? Le chroniqueur et les ^sources anciennes* de
son abbaye, dans: R. B. P. H., LV, 1977, p. 989-1036. D’HAENENS, Ermin
A.D’HAENENS, Ermin, dans: D. H. G. E., XV (Paris, 1963), col. 783-785. D’HAENENS, Gérard de Brogne (Saint-Ghislain)
A.D’HAENENS, Gérard de Brogne à Tabbaye de Saint-Ghislain, dans: Gérard de Brogne,
p.101-118. D’HAENENS, Gerardo
A.D’HAENENS, Gerardo, abate di Brogne, santo, dans: Bibliotheca Sanctorum, VI (Rome,
1965),
col. 178-180. D’HAENENS, Hongrois
A. D’HAENENS, Les invasions hongroises dans l’espace belge (954/955). Histoire ou historio-graphie?, dans: C.C.M., IV, 1961, p. 423-440. D’HAENENS, Invasions normandes
A. D’HAENENS, Les invasions normandes en Belgique au IXe siècle. Le phénomène et sa
répercussion dans l’historiographie médiévale. Louvain, 1967. DHONDT, Subdivisions
J.DHONDT, Les subdivisions du pagus de Hainaut, dans: A. C. A. M., LIX, 1945,
p.115-122. DIERICKX, Gérard van Brogne
M. DIERICKX, De h. Gérard van Brogne. Bronnen, Gérard jeugd en Stichting van de abdij van
Brogne, dans: Ons Geestelijk Erf, XVIII, 1944, p. 48-125. DIERKENS, Aldeneik
A. DIERKENS, Les origines de Tabbaye d’Aldeneik (première moitié du VIIIe siècle). Examen
critique, dans: Le M. A., LXXXV, 1979, p. 389-432.
39
DIERKENS, Aldeneik au IXe siècle
A. DIERKENS, L’abbaye d’Aldeneik au IXe siècle, dans: A. F. A. H. B., XLIV: Huy 1976,1,
p.135-142. DIERKENS, Biesme
A. DIERKENS, Note sur un passage de la Vita Dagoberti: Dagobert II et le domaine de Biesme,
dans: R. B. P. H., LXII, 1984, p. 259-270. DIERKENS, Création des doyennés
A. DIERKENS, La création des doyennés et des archidiaconés dans l’ancien diocèse de Liège
(début du Xème siècle?). Quelques remarques de méthode, dans: A. F. A. H. B., XLVII:
Nivelles 1984, p. 258-259 et dans: Le M. A., à paraître. DIERKENS, Gerpinnes
A. DIERKENS, Le culte de sainte Rolende de Gerpinnes au Moyen Age. Hagiographie
et archéologie, dans: Problèmes d’Histoire du Christianisme, XII (Bruxelles, 1983)
p. 25-50. DIERKENS, Hanzinne
A. DIERKENS, Note sur un acte perdu du maire du palais Carloman pour Tabbaye Saint-
Médard de Soissons (c. 745), dans: Francia, XII, 1984, p. 635-644. DIERKENS, Indiculus
A. DIERKENS, Superstitions, christianisme et paganisme à la fin de l’époque mérovingienne. A
propos de VIndiculus superstitionum etpaganiarum (mars 744), dans: Magie, sorcellerie et
parapsychologie, éd. H. HASQUIN. Bruxelles, 1984, p. 9-26. DIERKENS, Lobbes
A. DIERKENS, La production hagiographique à Lobbes au Xèmc siècle, dans: R. Bén., XCIII,
1983,
p. 245-259. DIERKENS, Nivelles
A. DIERKENS, L’abbaye de Nivelles dans la seconde moitié du VIIème siècle, dans: Actes du
colloque saint Géry, à paraître. DIERKENS, Ragenuphle
A. DIERKENS, Le culte de sainte Ragenuphle et le(s) chapitre(s) d’Incourt aux XIèmc et XIIèmc
siècles, dans: La Belgique rurale du Moyen Age à nos jours. Mélanges offerts à Jean-Jacques
Hoebanx. Bruxelles, 1985, à paraître. DIERKENS, Vita Hadelini
A. DIERKENS, Un aspect de la christianisation de la Gaule du Nord à l’époque mérovingienne:
la »Vita Hadelini« et les découvertes archéologiques d’Anthée et de Franchimont, dans:
Francia, VIII, 1980, p. 613-628. DIERKENS, Waulsort-Hastière
A. DIERKENS, AUX origines des abbayes de Waulsort et d’Hastière: domaines anciens et
paroisses primitives, dans: Notes waulsortoises, III, p. 7-31. DINZELBACHER, Vision
P. DINZELBACHER, Vision und Visionsliteratur im Mittelalter. Stuttgart, 1981. DOLBEAU, Catalogue
FR. DOLBEAU, Un nouveau catalogue des manuscrits de Lobbes aux XIe et XIIe siècles, dans:
Recherches Augustiniennes, XIII, 1978, p. 3-36 et XIV, 1979, p. 191-248. DOLBEAU, Rathier
FR. DOLBEAU, Un sermon inédit de Rathier pour la fête de saint Donatien, dans: An. Boll.,
XCVIII, 1980, p. 335-362. DUBOIS, Bathilde
J. DUBOIS, Sainte Bathilde (vers 625-680), reine de France (641-655), fondatrice de Tabbaye
de Chelles, dans: Paris et Ile-de-France, Mémoires, XXXII, 1981, p. 13-30. DUCHESNE, Fastes
L.DUCHESNE, Fastes épiscopaux de l’ancienne Gaule. Paris, 3 vol., 1894-1915.
40
DUCHESNE, Origines
L.DUCHESNE, Origine du culte chrétien. Etude sur la liturgie latine avant Charlemagne.
Paris, 5e éd., 1925. DUPONT, Walcourt
M. DUPONT, La ville de Walcourt au Moyen Age. Mémoire de licence, U.L.B.: Histoire
médiévale, 1969 (cfr. DESPY, Mémoires de licence, p. 211-214). DUPRAZ, Royaume
L. DUPRAZ, Le royaume des Francs et l’ascension politique des maires du palais au déclin du
VIIe siècle (656-680). Contribution à l’histoire du regnum Francorum pendant le troisième
quart du VIIe siècle. Fribourg, 1948. DUPRAZ, Chronologie nouvelle
L. DUPRAZ, Essai sur une chronologie nouvelle des règnes de Clotaire III (657-673) et de
Childéric II (662-675), dans: Revue Suisse d’Histoire, II, 1952, p. 525-568. DUVIVIER, Hainaut ancien
CH. DUVIVIER, Le Hainaut ancien. Mémoire en réponse à la question »Quelles étaient
l’importance et les limites du pagus Hainoensis jusqu’au XIe siècle«. Mons, 1864. DUVOSQUEL, Cession de Maroilles
J.-M. DUVOSQUEL, La cession de Tabbaye de Maroilles en Hainaut par Charles le Simple à
l’Eglise de Cambrai (920), dans: Valenciennes et les anciens Pays-Bas. Mélanges offerts à Paul
Lefrancq. Valenciennes, 1976, p. 175-180. DUVOSQUEL, Humbert
J.-M. DUVOSQUEL, La charte de donation de saint Humbert pour Tabbaye de Maroilles en
Hainaut (18 mars 674), dans: B. C. R. H., CXXXVI, 1970, 2-4, p. 143-177. DUVOSQUEL, Politique de sécularisation
J.-M. DUVOSQUEL, L’abbaye de Maroilles en Hainaut et la politique de sécularisation des
Carolingiens, dans: A. P. A.E., LVI, 1972, p. 1-12. EBLING, Prosopographie
H. EBLING, Prosopographie der Amtstràger des Merowingerreiches, von Chlothar II (613)
bis Karl Martell (741). Munich, 1974. ECKEL, Charles le Simple
A. ECKEL, Charles le Simple. Paris, 1899. Eremitismo
L’eremitismo in Occidente nei secoli XI e XII. Atti délia seconda Settimana, Mendola. Milan,
1965.
EWIG
, Aquitaine
E. EWIG, L’Aquitaine et les pays rhénans au Haut Moyen Age, dans: C. C. M., I, 1958,
p. 37-54 (réimpr. dans: Spàtantikes und frànkisches Gallien, I, p. 553-572). EWIG, Ardennes
E.EWIG, Les Ardennes au Haut Moyen Age, dans A. P. A. E., XXVIII, 1963, p. 3-38
(réimpr. dans: Spàtantikes und frànkisches Gallien, I, p. 523-552). EWIG, Bischofslisten
E. EWIG, Beobachtungen zu den Bischofslisten der Merowingischen Konzilien und Bischofs-
privilegien, dans: Landschaft und Geschichte. Festschrift Franz Pétri. Bonn, 1970,
p. 171-193 (réimpr. dans: Spàtantikes und frànkisches Gallien, II, p. 427-455). EWIG, Bistum Kôln
E. EWIG, Das Bistum Kôln im Fruhmittelalter, dans: Annalen des Historischen Vereins fur
den Niederrhein, CLV-CLVI, 1954, p. 205-243 (réimpr. dans: Spàtantikes und frànkisches
Gallien, II, p. 91-125). EWIG, Chrodegang
E. EWIG, Saint Chrodegang et la réforme de l’église franque, dans: Saint Chrodegang.
Communications présentées au colloque tenu à Metz à l’occasion du XIIe centenaire de sa
41
mort. Metz, 1967, p. 25-53 (réimpr. dans: Spàtantikes und frànkisches Gallien, II,
p. 232-259). EWIG, Descriptio Franciae
E.EWIG, Descriptio Franciae. Francia, Austria, Neustria, dans: Karl der Grofie, I: Persôn-
lichkeit und Geschichte (hrsg. v. H. BEUMANN). Diisseldorf, 1965, p. 143-177 (réimpr. dans
Spàtantikes und frànkisches Gallien, I, p. 274-322). EWIG, Friihes Mittelalter
E.EWIG, Rheinische Geschichte, I, 2: Friihes Mittelalter. Diisseldorf, 1980. EWIG, Grimoald
E.EWIG, Noch einmal zum Staatsreich Grimoalds, dans: Spéculum Historiae. Festschrift
Johannes Spoerl. Fribourg-Munich, 1965, p. 454-457 (réimpr. dans: Spàtantikes und
frànkisches Gallien, I, p. 573-577). EWIG, Kônigsgedanken
E. EWIG, Zum christlichen Kônigsgedanken im Frùhmittelalter, dans: Das Kônigtum. Seine
geistigen und rechtlichen Grundlagen. Constance, 1956 (Vortràge und Forschungen, III),
p. 7-73 (réimpr. dans: Spàtantikes und frànkisches Gallien, I, p. 3-71). EWIG, Milo
E. EWIG, Milo et eiusmodi similes, dans: Sankt Bonifatius. Gedenkgabe zum 1200. Todestag.
Fulda,
1953 (19542), p. 412-440 (réimpr. dans: Spàtantikes und frànkisches Gallien, II,
p. 189-219). EWIG, Petrus
E.EWIG, Der Petrus- und Afrakult im spàtrômischen und frànkischen Gallien, dans:
Zeitschrift fur Kirchengeschichte, LXXI, 1960, p. 215-251 (réimpr. dans: Spàtantikes und
frànkisches Gallien, II, p. 318-354). EWIG, Rheinischer Besitz
E.EWIG, Rheinischer Besitz westfrànkischer Kirchen, dans: Archiv fur Mittelrheinische
Kirchengeschichte, X, 1958, p. 341-346 (réimpr. dans: Spàtantikes und frànkisches Gallien,
II,
p. 182-188). EWIG, Spàtantikes und frànkisches Gallien
E. EWIG, Spàtantikes und frànkisches Gallien. Gesammelte Schriften (1952-1973), hrsg. von
HARTMUT ATSMA. Zurich-Munich, 2 vol., 1976-1979. EWIG, Teilreiche
E.EWIG, Die frànkische Teilreiche im 7.Jahrhundert (613-714), dans: Trierer Zeit-schrift, XXII, 1953, p. 85-144 (réimpr. dans: Spàtantikes und frànkisches Gallien, I,
p. 172-230). EWIG, Teilungen
E.EWIG, Die frànkischen Teilungen und Teilreiche (511-613). Wiesbaden, 1953 (réimpr.
dans: Spàtantikes und frànkisches Gallien, I, p. 114-171). EWIG, Trier
E. EWIG, Trier im Merowingerreich. Civitas, Stadt, Bistum, dans: Trierer Zeitschrift, XXI,
1952, 1-2,
p. 5-367. FAIDER, Namur (Manuscrits)
P.FAIDER et al., Catalogue des manuscrits conservés à Namur (Musée Archéologique,
Evêché, Grand Séminaire, Muséum Artium S. J., etc.). Gembloux, 1934. FAVREAU, Mentem sanctam
R. FAVREAU, Mentem sanctam, spontaneam, honorem Deo et patriae liberationem. Epigra-
phie et mentalités, dans: Mél. Stiennon, p. 235-244. FELTEN, Àbte
FR. FELTEN, Àbte und Laienàbte in Frankreich, Studie zum Verhàltnis von Staat und Kirche
im friiheren Mittelalter. Stuttgart, 1980.
42
FlNSTERWALDER, Mission
P. W. FINSTERWALDER, Wege und Ziele der irischen und angelsàchsischen Mission im
frànkischen Reich, dans: Zeitschrift fur Kirchengeschichte, XLVII, 1928, p. 203-226. FISCHER, Ebroin
J.FISCHER, Der Hausmeier Ebroin. Wilkau-Hasslau, 1954. FISEN, Flores
B.FISEN, Flores ecclesiae Leodiensis (…). Lille, 1647. FISEN, Sancta Legia
B.FISEN, Sancta Legia Romanae ecclesiae filia (…). Liège, 1696. FÔRSTEMANN, Namenbuch I
E. FÔRSTEMANN, Altdeutsches Namenbuch. Band I: Personennamen. 2e éd., Bonn, 1900. de FONT-REAULX, Charles le Simple
J.DE FONT-REAULX, Les diplômes de Charles le Simple, dans: Annales de l’Université de
Grenoble, n. s., section Lettres-Droit, XIX, 1943, p. 29-49. FOSSIER, Picardie
R. FOSSIER, La terre et les hommes en Picardie jusqu’à la fin du XIIIe siècle. Paris-Louvain,
2 vol., 1968. FOURNIER, Basse-Auvergne
G. FOURNIER, Le peuplement rural en Basse-Auvergne durant le Haut Moyen Age. Paris,
1962.
FRANÇOIS
, Saint-Gérard
G.FRANÇOIS, Notice archéologique sur l’ancienne abbaye de Saint-Gérard. Maredsous,
1956.
FRANK
, Klosterbischôfe
H.FRANK, Die Klosterbischôfe des Frankenreiches. Munster, 1932. FRIART, Fursy
N. FRIART, Histoire de saint Fursy et de ses deux frères saint Feuillen et saint Ultain. Lille,
1913.
FRITZE
, Confessio
W. H. FRITZE, Universalis gentium confessio. Formeln, Tràger und Wege universalmissio-
narischen Denkens im 7. Jahrhundert, dans: Fr. St., III, 1969, p. 78-130. FUHRMANN, Monasteries
J. P. FUHRMANN, Irish Médiéval Monasteries on the Continent. Washington, 1927. GAIER-LHOEST, Dinant
J. GAIER-LHOEST, L’évolution topographique de la ville de Dinant au Moyen Age. Bruxelles,
1964.
Galli
a christiana, III, IX et XIII
Gallia christiana in provincias ecclesiasticas distributa, t. III (Paris, 1725), IX (Paris, 1751) et
XIII
(Paris, 1785). GALLIOT, Namur
F. GALLIOT, Histoire générale ecclésiastique et civile de la ville et province de Namur. Liège, 6 vol., 1788-1791.
GANSHOF, Belgique carolingienne
F.-L. GANSHOF, La Belgique carolingienne. Bruxelles, 1958. GANSHOF, Brogne
F.-L. GANSHOF, Note sur une charte de saint Gérard pour Tabbaye de Brogne, dans: Mél.
Courtoy, I, p. 219-255. GANSHOF, Carbonaria
F.-L. GANSHOF, Carbonaria silva, dans: Handwôrterbuch zur deutschen Rechtsgeschichte,
I
(Berlin,
1971), col. 589-590.
43
GANSHOF, Féodalité
F.-L. GANSHOF, Qu’est-ce que la féodalité?. 5e éd. Paris, 1982. GAUTHIER, Moselle
N. GAUTHIER, L’évangélisation des pays de la Moselle. La province romaine de Première
Belgique entre Antiquité et Moyen Age (IIIe—VIIIe siècles). Paris, 1980. GAUZE, Feuillen
J. GAUZE, Saint Feuillen (…) et ses trois bienheureux compagnons, martyrisés en haine de la
Foi Tan 655. (Nivelles), 1970. GAUZE, Pierre carolingienne 1
J. GAUZE, La pierre carolingienne de Nivelles (dite de saint Feuillen), dans: Le Folklore
Brabançon, 1961, n° 151, p. 418-428. GAUZE, Pierre carolingienne 2
J. GAUZE, La pierre carolingienne de Nivelles (dite de saint Feuillen). Rectification apportée à
l’étude de cette épitaphe, dans: Le Folklore Brabançon, 1963, n° 157, p. 93-96. GENICOT, Chapitre de Huy
L.-FR. GENICOT, Le chapitre de Huy au tournant des XIIe et XIIIe siècles. Vie commune,
domaine et prévôté, dans: R. H. E., LIX, 1964, p. 5-51. GENICOT, Cryptes (extérieures)
L.-FR. GENICOT, Les cryptes extérieures du pays mosan au XIe siècle: reflet typologique du
passé carolingien?, dans: C. C. M., XXII, 1979, p. 337-347. GENICOT, Economie rurale, I, II et III
L. GENICOT, L’économie rurale namuroise au Bas Moyen Age (1199-1429), I: La seigneurie
foncière. Namur, 1943. – II: Les hommes – La noblesse. Namur, 1960. – III: Les hommes –
Le commun. Louvain-la-Neuve-Bruxelles, 1982. GENICOT, Eglises mosanes
L.-FR. GENICOT, Les églises mosanes du XIe siècle. Livre I : Architecture et société. Louvain,
1972.
GENICOT
, Eglises romanes
L.-FR. GENICOT, Les églises romanes du pays mosan. Témoignage sur un passé. Celles, 1970. GENICOT, Evolution des dons
L. GENICOT, L’évolution des dons aux abbayes dans le comté de Namur, du Xe au XIVe
siècle, dans: A. F. A. H. B., XXX: Bruxelles 1935, p. 133-148. GENICOT, Florennes
L.-FR. GENICOT et A. LANOTTE, Notes complémentaires sur la collégiale de Florennes, dans:
Florinas, XII, 1967, p. 4-8. GENICOT, Hubert
L. GENICOT, Aspects de saint Hubert, dans: Leodium, LXIII, 1978, p. 5-18. GENICOT, Lobbes
L. GENICOT, Donations de villae ou défrichements. Les origines du temporel de Tabbaye de
Lobbes, dans: Miscellenea historica in honorem Alberti De Meyer. Louvain-Bruxelles, 1946,
I,
p. 287-296. GENICOT, Monastères et principautés
L. GENICOT, Monastères et principautés en Lotharingie du Xe au XIIIe siècle, dans:
L. GENICOT, Etudes sur les principautés lotharingiennes. Louvain, 1975, p. 59-139. GENICOT, Namurois
L. GENICOT, Le Namurois politique, économique et social au Bas Moyen Age. Notices de
l’Atlas historique du comté et de la province de Namur. Namur, 1964 (= A. S. A. N., LU,
1964).
GENICOT
, Sainteurs et alleutiers
L. GENICOT, Nobles, sainteurs et alleutiers dans le Namurois du XIe siècle, dans: Album
J.Balon. Gembloux, 1968, p. 117-123.
44
Gérard de Brogne
Gérard de Brogne et son oeuvre réformatrice. Etudes publiées à l’occasion du millénaire de sa
mort (959-1959). Maredsous, 1960 (= R. Bén., LXX, 1960, 1). GOTTLOB, Chorepiskopat
TH. GOTTLOB, Der abendlàndische Chorepiskopat. Bonn, 1928. GOUGAUD, Abbayes-évêchés
L. GOUGAUD, La question des abbayes-évêchés bretonnes, dans: Revue Mabillon, XII, 1922,
p. 90-104. GOUGAUD, Irlandais dans tradition populaire
L. GOUGAUD, Les saints irlandais dans les traditions populaires des pays continentaux, dans:
Revue Celtique, XXXIX, 1922, p. 199-226 et 255-358. GOUGAUD, Irlandais hors d’Irlande
L. GOUGAUD, Les saints irlandais hors d’Irlande. Louvain-Oxford, 1936. GOUGAUD, Rome et Rhin
L. GOUGAUD, Sur les routes de Rome et sur le Rhin avec les »peregrini« insulaires, dans:
R. H. E., XXIX, 1933, p. 253-271. GOUGAUD, Surnuméraires
L. GOUGAUD, Les surnuméraires de l’émigration scottique (VT-VIIP siècles), dans: R. Bén.,
XLIII, 1931, p. 296-302. GRAMAYE, Namurcum
J.-B. GRAMAYE, Antiquitates comitatus Namurcensis libris septem comprehensae. Louvain,
1670 (= 1608).
GRAUS
, Hagiographie
FR. GRAUS, Volk, Herrscher und Heiliger im Reich der Merowinger. Studien zur Hagiogra-phie der Merowingerzeit. Prague, 1965. GRAUWEN, Norbertus
W. M. GRAUWEN, Norbertus, aartsbisschop van Maagdenburg (1126-1134). Bruxelles, 1978. GRIERSON, Abbots of St. Bavo’s
PH. GRIERSON, The early abbots of St. Bavo’s of Ghent, dans: R. Bén., XLIX, 1937,
p. 29-61. GRIERSON, Abbots of St. Peter’s
PH. GRIERSON, The early abbots of St. Peter’s of Ghent, dans: R. Bén., XLVIII, 1936,
p.129-146. GRIERSON, Annales
PH. GRIERSON, Les Annales de Saint-Pierre de Gand et de Saint-Amand. Annales Blandi-
nienses. Annales Elmarenses. Annales Formoselenses. Annales Elnonenses. Bruxelles, 1937. GROSJEAN, Notes 1957
P. GROSJEAN, Notes d’hagiographie celtique, 38-41, dans: An. Boll., LXXV, 1957, 3-4,
p.379-420. GROSJEAN, Notes 1960
P. GROSJEAN, Notes d’hagiographie celtique, 45, dans: An. Boll., LXXVIII, 1960, 3-4,
p.364-369. GYSSELING, Namurois bilingue
M. GYSSELING, Le Namurois, région bilingue jusqu’au VIIIe siècle, dans: B. C. R. T. D.,
XXI,
1947,
p. 201-210. GYSSELING, Toponymisch Woordenboek
M. GYSSELING, Toponymisch Woordenboek van België, Nederland, Luxemburg, Noord-
Frankrijk en West-Duitsland (vôôr 1226). Bruxelles, 2 vol., 1960. Hagiographie
Hagiographie, cultures et sociétés, IVe-XIIe siècles. Actes du colloque organisé à Nanterre et
à Paris (2-5 mai 1979). Paris, 1981.
45
HALLINGER, Consuetudo
K. HALLINGER, Consuetudo. Begriff, Formen, Forschungsgeschichte, Inhalt, dans: Unter-
suchungen zu Kloster und Stift. Gôttingen, 1980, p. 140-166. HALLINGER, Gorze-Kluny
K. HALLINGER, Gorze-Kluny. Studien zu den monastischen Lebensformen und Gegen-
sàtzen im Hochmittelalter. Rome, 2 vol., 1950-1951. HEIDRICH, Titulatur
LHEIDRICH, Titulatur und Urkunden der arnulfingischen Hausmeier, dans: Archiv fiir
Diplomatik, XI-XII, 1965-1966, p. 71-279. HEITZ, Architecture carolingienne
C. HEITZ, L’architecture religieuse carolingienne. Paris, 1980. HELLERSTRÔM, Zwôlfzahl
E.HELLERSTRÔM, Zur Zwôlfzahl der Mônche bei Reformbegriffen, dans: Studien und
Mitteilungen zur Geschichte des Benediktiner-Ordens, LXXXVIII, 1977, p. 590-596. HENNIG, Irlandkunde
J. HENNIG, Irlandkunde in der festlàndischen Tradition irischer heiiiger, dans: Die Iren, II,
p.686-696. HERRMANN-MASCARD, Reliques
N. HERRMANN-MASCARD, Les reliques des saints. Formation coutumière d’un droit. Paris,
1975.
Histoir
e et méthode
Acta Historica Bruxellensia. IV: Histoire et méthode. Bruxelles, 1981. HLAWITSCHKA, Herkunft
E. HLAWITSCHKA, Zur landschaftlichen Herkunft der Karolinger, dans: Rh. V., XXVII,
1962,
p. 1-17. HODÙM, Arnoul
A. HODÛM, La réforme monastique d’Arnoul le Grand, comte de Flandre, dans: Bul-letin trimestriel de la Société académique des Antiquaires de la Morinie, XVIII, 1957,
p. 577-603. HOEBANX, Abbaye de Nivelles
J.-J. HOEBANX, Abbaye de Nivelles, dans: Monasticon Belge, IV: Province de Brabant,
vol. 1. Liège, 1964, p. 269-303. HOEBANX, Nivelles
J.-J. HOEBANX, L’abbaye de Nivelles, des origines au XIVe siècle. Bruxelles, 1952. HUBERT, Vie commune
J. HUBERT, La vie commune des clercs et l’archéologie, dans: Settimana Mendola, I: La vita
comune del clero nei secoli XI e XII. Milan, 1962, I, p. 90-116. HUGHES, Church
K. HUGHES, The Church in early Irish Society. Londres, 1966. HUGUES, C. R. Notes 1957
K.HUGUES, Compte-rendu de P.GROSJEAN, Notes 1957, dans: Irish Historical Studies,
XII,
1960-1961,
p. 61-64. HUYGHEBAERT, Adventus Gerulphi
N. HUYGHEBAERT, Un texte prémontré méconnu: TAdventus (secundus) S. Gerulphi in
Tronchinium (XIIe siècle), dans: Analecta Praemonstratensia, LVI, 1980, p. 5-20. HUYGHEBAERT, Bertulfe
N. HUYGHEBAERT, La consécration de l’église abbatiale de Saint-Pierre de Gand et les
reliques de saint Bertulfe de Renty, dans: Corona gratiarum. Miscellanea … E. Dekkers
oblata. Bruges-‘s Gravenhage, 1975, II, p. 129-141. HUYGHEBAERT, Documents nécrologiques
N. HUYGHEBAERT, Les documents nécrologiques. Turnhout, 1972.
46
HUYGHEBAERT, Femmes laïques
N. HUYGHEBAERT, Les femmes laïques dans la vie religieuse des XIe et XIIe siècle dans la
province ecclésiastique de Reims, dans: Settimana Mendola, III: I laici nella »societas
christiana* dei secoli XI e XII. Milan, 1968, p. 346-395. HUYGHEBAERT, Moine
N. HUYGHEBAERT, Le moine face au monde du XIXe siècle, dans: R. Bén., LXXXIII, 1973,
p. 258-277. HUYGHEBAERT, Moines et clercs
N. HUYGHEBAERT, Moines et clercs italiens en Lotharingie (VIIIe-XIIe siècles), dans:
A. F. A. H. B., XXXIII: Tournai 1949, II, p. 95-111. HUYGHEBAERT, Oudenburg
N. HUYGHEBAERT, Abbaye de Saint-Pierre à Oudenburg, dans: Monasticon Belge, III:
Province de Flandre Occidentale, vol. 1. Liège, 1960, p. 49-85. HUYGHEBAERT, Quelques chartes
N. HUYGHEBAERT, Quelques chartes épiscopales fausses pour Saint-Pierre au Mont-
Blandin à Gand forgées aux XIIème et XIIIème siècles, dans: B.C.R.H., CXLVIII, 1982,
p.1-90. HUYGHEBAERT, Radbod
N. HUYGHEBAERT, Examen de la charte de Radbod Ier, évêque de Noyon et de Tournai, pour
Saint-Pierre de Gand (994), dans: B. C. R. H., CXXXII, 1966,1, p. 1-35. HUYGHEBAERT, Translation
N. HUYGHEBAERT, Une translation de reliques à Gand en 944. Le Sermo de adventu
sanctorum Wandregisili, Ansberti et Vulframni in Blandinium. Bruxelles, 1978. HUYGHEBAERT, Vulfram
N. HUYGHEBAERT, L’énigme des reliques de saint Vulfram, archevêque de Sens, dans: R.
Bén., LXXXVII, 1977, p. 180-194. Die Iren
Die Iren und Europa im friiheren Mittelalter, éd. H. LÔWE. Stuttgart, 2 vol., 1982. JACQUES, Profondeville
FR. JACQUES, Profondeville, » villa à l’extrémité du domaine*, dans: Mél. Rousseau,
p. 377-386. JACQUES, Rétablissement
FR. JACQUES, Le rétablissement du culte catholique à Namur après la Révolution. Les
paroisses de la ville et de sa banlieue. Gembloux, 1962. JACQUES, Vocables
FR. JACQUES, Vocables d’églises et de chapelles en Belgique, dans: A. F. A. H. B., XLIV:
Huy 1976, III, p. 693-723. JAMES, Archaeology
E.JAMES, Archaeology and the Merovingian Monastery, dans: Columbanus and Merovin-
gian Monasticism. Oxford, 1981, p. 33-55. JAMES, Ireland
E.JAMES, Ireland and Western Gaul in the Merovingian Period, dans: Mél. Hughes,
p. 362-386. JEANMART, Fosses
J.JEANMART, Histoire de la ville de Fosses. La collégiale Saint-Feuillen. Fosses, 1970. JONCKHEERE, Chemins
J. JONCKHEERE, Chemins anté-romains de TEntre-Sambre-et-Meuse, dans: A. F. A. H. B.,
XVII:
Dinant 1903, I, p. 459-486. JORIS-DESPY, Cornelimunster
A. JORIS et G. DESPY, Etude sur une charte privée, rédigée à Huy en 866, pour Tabbaye de
Cornelimunster, dans: B. C. R. H., CXXVI, 1960, p. 103-134.
47
JOSIS-ROLAND, Walcourt 1970-1971
FR.JOSIS-ROLAND, La basilique Notre-Dame de Walcourt, dans: B. C. R. M. S., n. s., I,
1970-1971,
p. 65-106. JOSIS-ROLAND, Walcourt 1979
FR.JOSIS-ROLAND, La basilique Notre-Dame à Walcourt. Mohiville, 1979. KAIRIS, Fosses
A. STASSIN (= C. KAIRIS), Notice historique sur la ville de Fosses. Liège, 1858. KIENAST, Herzogstitel
W. KIENAST, Der Herzogstitel in Frankreich und Deutschland (9. bis 12.Jahrhundert).
Munich-Vienne, 1968. KOCH, Gérard de Brogne
A.CF. KOCH, Gérard de Brogne et la maladie du comte Arnould Ier de Flandre, dans:
Gérard de Brogne, p. 119-126. KRÛGER, Sithiu
K.-H. KRÛGER, Sithiu/Saint-Bertin als Grablege Childerichs III. und der Grafen von
Flandern, dans: Fr. St., VIII, 1974, p. 71-81. KUBACH-VERBEEK, Romanische Baukunst
H.E. KUBACH et A.VERBEEK, Romanische Baukunst an Rhein und Maas. Katalog der
vorromanischen und romanischen Denkmàler. Berlin, 3 vol., 1976. KUPPER, Conventio
J.-L. KUPPER, Une »conventio« inédite entre Tévêque de Liège Théoduin et le comte Albert
II
de Namur (1056-1064), dans: B. C. R. H., CXLV, 1979, p. 1-24. KUPPER, Leodium
J.-L. KUPPER, Leodium, dans: Séries episcoporum ecclesiae catholicae occidentalis, ab initio
usque ad annum MCXCVIII. Séries V: Germania. Tomus I: Archiepiscopatus Coloniensis.
Stuttgart, 1982, p. 43-83. KUPPER, Liège
J.-L. KUPPER, Liège et l’Église impériale (XIe-XIF siècles). Paris, 1981. KUPPER, Otbert
J.-L. KUPPER, Otbert de Liège: les manipulations monétaires d’un évêque d’Empire à l’aube
du
XIIe siècle, dans: Le M. A., LXXXVI, 1980, p. 355-385. KUPPER, Raoul de Zàhringen
J.-L. KUPPER, Raoul de Zàhringen, évêque de Liège (1167-1191). Contribution à l’histoire de
la politique impériale sur la Meuse moyenne. Bruxelles, 1974. KURTH, Notger
G. KURTH, Notger de Liège et la civilisation du Xe siècle. Liège, 2 vol., 1905. KURTH, Waha
G. KURTH, L’inscription dédicatoire de l’église de Waha, dans: B. C. R. H., 5e s., X, 1900,
p.97-123. KYLL, Siedlung
N. KYLL, Siedlung, Christianisierung und kirchliche Organisation der Westeifel, dans:
Rh. V., XXVI, 1961, p. 159-241. LAHAYE, Waulsort
L.LAHAYE, Etude sur Tabbaye de Waulsort, de Tordre de Saint-Benoît. Liège, 1889
(=
B. S. A. H. D. Lg., V, 1889, p. 211-500). LAMBOT, Florennes
C. LAMBOT, Edifices et curiosités de Tabbaye de Florennes, dans: Florinas, X, 1965, 1-2,
p. 1-38. LAMBOT, Fosses
C. LAMBOT, Les membres du chapitre de Fosses dans le dernier quart du XIe s., dans:
A. S. A. N., XLVII, 2,1954, p. 421-438 (réimpr. dans: R. Bén., LXXIX, 1969, p. 288-303).
48
LAMBOT, Martyrium
C. LAMBOT, L’oratoire du martyrium de saint Feuillen à Fosses, dans: A. F. A. H. B., XXXV: Courtrai 1953, V, p. 549-556 (réimpr. dans: R. Bén., LXXIX, 1969, p. 281-287).
LANOTTE-GENICOT, Saint-Gengulphe
A. LANOTTE et L.-FR. GENICOT, L’ancienne collégiale Saint-Gengulphe à Florennes, dans:
B. C. R. M. S., XV, 1964, p. 157-205. LAPORTE, Gérard de Brogne
J. LAPORTE, Gérard de Brogne à Saint-Wandrille et à Saint-Riquier, dans: Gérard de Brogne,
p.142-166. LAPORTE, Monastères
J. LAPORTE, Les monastères francs et l’avènement des Pippinides, dans: Revue Mabillon,
XXX,
1940
(n° 117), p. 1-30. LAUER, Intaille
PH. LAUER, (Communication), dans: Bulletin de la Société nationale des Antiquaires de
France, 1908, p. 102-107. LAUER, Louis IV
PH. LAUER, Le règne de Louis IV d’Outre-mer. Paris, 1900. LAUER, Robert Ier et Raoul
PH. LAUER, Robert Ier et Raoul de Bourgogne, rois de France (923-936). Paris, 1910. LECLERCQ, Mérites
J. LECLERCQ, Mérites d’un réformateur et limites d’une réforme, dans: Gérard de Brogne,
p. 232-240. LEFEBVRE, Auberto
CH. LEFEBVRE, Auberto, dans: Bibliotheca Sanctorum, II (Rome, 1962), col. 581-582. LEJEUNE, Recherches
R. LEJEUNE, Recherches sur le thème: les chansons de geste et l’Histoire. Paris-Liège, 1948. LEMAIRE, Lobbes
R. LEMAIRE, De karolingische Sint-Ursmaruskerk te Lobbes (Henegouwen). Bruxelles,
1949.
LEMARIGNIER
, Fidèles
J.-FR. LEMARIGNIER, Les fidèles du roi de France (936-987), dans: Mél. Brunel. Paris, 1955,
II,
p. 138-162. LEMARIGNIER, Privilèges d’exemption
J.-FR. LEMARIGNIER, Etude sur les privilèges d’exemption et de juridiction ecclésiastique des
abbayes normandes, depuis les origines jusqu’en 1140. Paris, 1937. LESNE, Propriété ecclésiastique
E. LESNE, Histoire de la propriété ecclésiastique en France, vol. I: Époques romaine et
mérovingienne. Lille, 1909. – vol. II: La propriété ecclésiastique et les droits régaliens à
l’époque carolingienne. Lille, 2 vol., 1922-1926. LEVISON, AUS rheinischer und frànkischer Friihzeit
W. LEVISON, AUS rheinischer und frànkischer Friihzeit. Ausgewàhlte Aufsàtze. Diisseldorf,
1948.
LEVISON
, Cellanus
W. LEVISON, ZU den Versen des Abtes Cellanus von Péronne, dans: Zeitschrift fur Keltische
Philologie, XX, 1936, p. 382-390 (réimpr. dans: Aus rheinischer und frànkischer Friihzeit,
p. 551-556). LEVISON, England
W. LEVISON, England and the Continent in the eighth Century. Oxford, 1946. LEVISON, Willibrord
W. LEVISON, A propos du calendrier de saint Willibrord, dans R. Bén., L, 1938, p. 37-41
(réimpr. dans: Aus rheinischer und frànkischer Friihzeit, p. 342-346).
49
LOT, Derniers Carolingiens
F. LOT, Les derniers Carolingiens. Lothaire, Louis V, Charles de Lorraine (954-991). Paris,
1891.
M
e LAUGHLIN, Droit
T. P. Me LAUGHLIN, Le très ancien droit monastique de l’Occident. Etude sur le développe-ment général du monachisme et ses rapports avec l’Église séculière et le monde laïque de saint
Benoît de Nursie à saint Benoît d’Aniane. Ligugé et Paris, 1935. MAERE, Fosses
R. MAERE, La tour de la collégiale de Fosses, dans: A. S. A. N., XLIII, 1939, p. 198-226. Maison d’Ardenne
La Maison d’Ardenne Xe-XF siècles. Actes des journées Lotharingiennes (24-26 octobre
1980).
Centre Universitaire (de) Luxembourg (= Publications de la Section Historique de
l’Institut Grand-Ducal de Luxembourg, XCV, 1981). MARIEN, Malonne
Frère MARIEN, Les églises successives de Malonne au pays de Liège, dans: B. I. A. L., XLI,
1911,
p. 187-222. MARTENE-DURAND, Voyage
E.MARTENE et U.DURAND, Voyage littéraire de deux religieux bénédictins. Paris, 1724. MASAI, Manuscrits à peinture
FR. MASAI, Les manuscrits à peintures de Sambre et Meuse aux XIe et XIIe siècles. Pour une
critique d’origine plus méthodique, dans: C. C. M., III, 1960, p. 169-189. Mél. Arnould
Recueil d’études d’histoire hainuyère offertes à Maurice-A. Arnould, éd. J.-M. GAUCHIES et
J.-M. DUVOSQUEL. Mons, 2 vol., 1983. Mél. Bonenfant
Hommages au professeur Paul Bonenfant (1899-1965). Etudes d’histoire médiévale dédiées à
sa mémoire par les anciens élèves de son séminaire à l’Université Libre de Bruxelles.
Bruxelles, 1965. Mél. Brunel
Recueil des travaux offerts à M. Clovis Brunel (…) par ses amis, collègues et élèves. Paris,
2 vol., 1955. Mél. Courtoy
Études d’histoire et d’archéologie namuroises dédiées à Ferdinand Courtoy. Namur, 2 vol.,
1952.
Mél
. Halphen
Mélanges d’histoire du Moyen Age L. Halphen. Paris, 1951. Mél. Hugues
Ireland in early Mediaeval Europe. Studies in Memory of Kathleen Hugues, éd. by
D.WHITELOCK, R. MCKITTERICK and D.DUMVILLE. Cambridge, 1982. Mél. Masai
Miscellanea codicologica F. Masai dicata MCMLXXIX, éd. P. COCKSHAW, M.-C. GARAND
et P.JODOGNE. Gand, 1979, 2 vol. Mél. Niermeyer
Miscellanea mediaevalia in memoriam J. F. Niermeyer. Groeningen, 1967. Mél. Rousseau
Etudes sur l’histoire du pays mosan au Moyen Age. Mélanges Félix Rousseau. Bruxelles,
1958.
Mél
. Stiennon
Clio et son regard. Mélanges d’histoire, d’histoire de l’art et d’archéologie offerts à Jacques
Stiennon. Liège, 1982.
50
MERTENS, Fosses
J. MERTENS, Recherches archéologiques dans la cathédrale de Saint-Feuillen à Fosses, dans:
B. C. R. M. S., IV, 1953, p. 135-184. MERTENS, Routes
J. MERTENS, Les routes romaines de la Belgique. Bruxelles, 1957. MERTENS, Sous-sol archéologique
J. MERTENS, Le sous-sol archéologique de la collégiale de Nivelles. Nivelles, 1979. MILIS, Kerstening
L. MILIS, Kerstening en kerkelijke instellingen tôt circa 1070, dans: Algemene Geschiedenis
der Nederlanden, I (Haarlem, 1981), p. 265-285. MISONNE, Arnoul de Morialmé
D. MISONNE, La charte d’Arnoul de Morialmé en faveur de Tabbaye de Waulsort (15 juillet
1087),
dans: A. S. A. N., LUI, 1, 1965, p. 67-79. MISONNE, Autel portatif
D. MISONNE, Un précieux autel portatif à Brogne au XIIe siècle, dans: Namurcum, XXXVI,
1964,
p. 49-55. MISONNE, Brogne
D. MISONNE, Brogne, dans: Lexikon des Mittelalters, II, 1 (Munich-Zurich, 1982),
col. 708-709. MISONNE, Chapitres séculiers
D. MISONNE, Chapitres séculiers dépendant d’abbayes bénédictines au Moyen Age dans
l’ancien diocèse de Liège, dans: Settimana Mendola, I: La vita commune del clero nei secoli
XI
e XII. Milan, 1962, I, p. 412-432. MISONNE, Charles le Simple
D. MISONNE, Le diplôme de Charles le Simple accordant l’immunité à Tabbaye de Brogne,
dans: R. Bén., LXXIII, 1963, p. 57-72. MISONNE, Couvin
D. MISONNE, Y eut-il un monastère bénédictin à Couvin?, dans: Au pays des Rièzes et des
Sarts, n° spécial II (XX*™ anniversaire). Cul-des-Sarts, 1980, p. 33-39. MISONNE, Diplôme d’Otton Ier
D. MISONNE, Le diplôme de l’empereur Otton Ier relatif à Waulsort (16 décembre 969), dans:
Archiv fur Diplomatik, IX-X, 1963-1964, p. 42-52. MISONNE, Eclosion
D. MISONNE, L’éclosion et l’épanouissement des abbayes bénédictines dans TEntre-Sambre-et-Meuse, dans: Histoire et Enseignement, XIV, 1964, p. 9-21. MISONNE, Eilbert
D. MISONNE, Eilbert de Florennes. Histoire et légende. La geste de Raoul de Cambrai.
Louvain, 1967. MISONNE, Eloque
D. MISONNE, Les sources littéraires de la vie de saint Eloque et les amplifications walciodo-
riennes de la translation, dans: R. Bén., LXXI, 1961, p. 338-365. MISONNE, Etienne
D. MISONNE, Etienne de Liège, le psautier de Lothaire et le légendier de Saint-Lambert, dans:
Mél. Masai, I, p. 123-130. MISONNE, Forannan
D. MISONNE, L’éloge de Forannan, abbé de Waulsort, dans la charte de Robert de Namur,
dans: A. P. A. E., XXXVIII, 1966, p. 51-60. MISONNE, Gérard
D. MISONNE, Gérard de Brogne, dans: D. H. G. E., XX, col. 724-740.
51
MISONNE, Hautmont
D. MISONNE, Une nouvelle forme des Annales d’Hautmont (1096-1124), dans: R. Bén.,
XCIV, 1984, p. 229-244. MISONNE, Intaille
D. MISONNE, L’intaille carolingienne de Waulsort et Eilbert le fondateur de Tabbaye, dans:
Namurcum, XXXV, 1963, p. 50-57. MISONNE, Kaddroe
D. MISONNE, Etude littéraire et historique sur la Vita sancti Kaddroe. Mémoire de licence,
U.C.L.: Histoire, 1957-1958. MISONNE, Landelin
D. MISONNE, Un écrit de saint Gérard de Brogne relatif à une relique de saint Landelin, dans:
An. Boll., LXXXIII, 1965, p. 75-80. MISONNE, Manuscrit
D. MISONNE, Manuscrit exécuté au Xe siècle dans le scriptorium de Brogne, dans: R.Bén.,
LXXIV, 1964, p. 308-315. MISONNE, Metz
D. MISONNE, Les membres du chapitre cathédral de Metz au Xe siècle. Une liste destinée au
»
Libe
r Memorialis* de Saint-Amand ?, dans: Mél. Stiennon, p. 495-508. MISONNE, Miracles
D. MISONNE, Les miracles de saint Eugène à Brogne. Etude littéraire et historique. Nouvelle
édition, dans: R.Bén., LXXVI, 1966, p.231-291. MISONNE, Moine Kaddroe
D. MISONNE, Le moine Kaddroe et ses fondations de Saint-Michel-en-Thiérache, de
Waulsort et de Saint-Clément de Metz, dans: Au Pays des Rièzes et des Sarts, XXII, 1981,
n°85, p. 414-424. MISONNE, Obituaire
D.MISONNE, L’obituaire primitif de Tabbaye de Florennes, dans: R.Bén., LXXII, 1962,
p. 96-108. MISONNE, Reliques
D. MISONNE, Gérard de Brogne et sa dévotion aux reliques, dans: Sacris Erudiri, XXV, 1982
(=
Liber amicorum dom N. Huyghebaert), p. 1-26. MISONNE, Restauration
D. MISONNE, La restauration monastique du XIXe siècle. Questions de méthodologie, dans:
R.Bén., LXXXIII, 1973, p. 33-48. MISONNE, Saint-Michel
D. MISONNE, La charte de Raoul de Laon relative à l’établissement de moines scots à Saint-Michel-en-Thiérache (3février 945), dans: R.Bén., LXXIV, 1964, p.298-307. MISONNE, Saint-Rémy
D. MISONNE, Gérard de Brogne à Saint-Rémy de Reims, dans: Gérard de Brogne,
p. 167-176. MISONNE, Saints Innocents
D. MISONNE, L’intervention des saints Innocents à Tabbaye de Brogne en 1116, dans:
A. S. A.N., LUI, 1966, p. 293-303. MISONNE, Salles
D. MISONNE, Une intervention de saint Gérard de Brogne au monastère de Salles près de
Chimay, dans: D. R. S. A. C, LI, 1963-1965, p. 263-269. MISONNE, Tours
D. MISONNE, La charte de Saint-Martin de Tours en faveur de Gérard de Brogne, dans:
R.Bén., LXX, 1960, p. 540-561.
52
MISONNE, Translation
D. MISONNE, La légende liturgique de la translation de saint Eugène de Saint-Denis à Brogne,
dans: R.Bén., LXXIV, 1964, p. 98-110. Mônchtum, Episkopat und Adel
Mônchtum, Episkopat und Adel zur Griindungszeit des Klosters Reichenau (hrsg. von
ARNO BORST). Sigmaringen, 1974. MÙLLER, Heribert
H.MÙLLER, Heribert, Kanzler Ottos III. und Erzbischof von Kôln. Cologne, 1977. MÛLLER-KEHLEN, Ardennen
H. MÛLLER-KEHLEN, Die Ardennen im Friihmittelalter. Untersuchungen zum Konigsgut in
einem karolingischen Kernland. Gôttingen, 1973. MORLET, Noms de personnes
M.-TH. MORLET, Les noms de personnes sur le territoire de l’ancienne Gaule, du VIe au XIIe
siècle. Paris, 2 vol., 1968. MOYSE, Origines
G. MOYSE, Les origines du monachisme dans le comté de Besançon (Vc-Xc siècles), dans:
B. E. C, CXXXII, 1973, p. 21-104 et 369-485. MOYSE, Réglementation
G. MOYSE, Monachisme et réglementation monastique en Gaule avant Benoît d’Aniane,
dans: Sous la règle de saint Benoît. Paris, 1982, p. 3-19. NAZET, Crises et réformes
J. NAZET, Crises et réformes dans les abbayes hainuyères du IXe au début du XIIe siècle, dans:
Mél. Arnould, I, p. 461-^96. NAZET-DUVOSQUEL-VAN OVERSTRAETEN, Jacques de Guise
J. NAZET, J.-M. DUVOSQUEL et D. VAN OVERSTRAETEN, Jacques de Guise et l’intervention de
Brunon de Cologne dans les abbayes et les chapitres du Hainaut du milieu du Xe siècle, dans:
Etudes régionales. Annales du Cercle archéologique et folklorique de La Louvière et du
Centre, VIII, 1970, p. 47-61. NOIR, Fosses
L. NOIR, Le chapitre de Saint-Feuillen de Fosses, des origines à 1455. Mémoire de licence
U.L.B.: Histoire, 1967-1968 (cfr. G. DESPY, Mémoires de licence, p. 195-197). NOLET-BOEREN, Kerkelijke Instellingen
W. NOLET et P. C. BOEREN, Kerkelijke instellingen in de Middeleeuwen. Amsterdam, 1951. NONN, Hastière
U. NONN, Die gefàlschte Urkunde des Grafen Widerich fiir das Kloster Hastière und die
Vorfahren der Grafen von Luxemburg, dans: Rh. V., XLII, 1978, p. 52-62. NONN, Karl Martell
U.NONN, Das Bild Karl Martells in den lateinischen Quellen vornehmlich des 8. und
9.Jahrhunderts, dans: Fr.St., IV, 1970, p. 70-137. Notes waulsortoises, I, II et III
Notes waulsortoises, rassemblées par ALBERT WAYENS, 1.1 (Waulsort, 1981), t. II (Waulsort,
1982)
et t. III (Waulsort, 1984). OEDIGER, Kôln I
FR. W. OEDIGER, Die Regesten der Erzbischof e von Kôln im Mittelalter. 1:313-1099. Bonn,
1954-1961.
PARISOT
, Haute-Lorraine
R. PARISOT, Les origines de la Haute-Lorraine et sa première maison ducale (959-1033).
Nancy, 1909. PARISOT, Lorraine
R. PARISOT, Le royaume de Lorraine sous les Carolingiens (843-923). Paris, 1899.
53
PARISSE, Gorze
M. PARISSE, Le nécrologe de Gorze. Contribution à l’histoire monastique. Nancy,
1971.
PARISSE
, Maison d’Ardenne
M. PARISSE, Généalogie de la Maison d’Ardenne, dans: Maison d’Ardenne, p. 9-40. PARISSE, Mouzon
M. PARISSE, La fondation de Tabbaye de Mouzon en 971, dans: R. H. A., VII, 1972,
p. 11-20. PARISSE, Noblesse lorraine
M.PARISSE, La noblesse lorraine, XF-XIIF siècle. Lille-Paris, 2 vol., 1976. PARISSE, Saint-Denis
M. PARISSE, Saint-Denis et ses biens en Lorraine et en Alsace, dans: Bulletin Philologique et
Historique (jusqu’à 1610), 1967, vol. 1., p. 233-256. Patrimoine monumental, V, IX et X
Le patrimoine monumental de la Belgique. Wallonie. Vol. 5: Province de Namur, arrondisse-ment de Namur. Liège, 2 vol. et 1 fasc, 1975 et 1983. – Vol. 9: Province de Namur,
arrondissement de Philippeville. Liège, 2 vol., 1982. – Vol. 10: Province de Hainaut,
arrondissement de Thuin. Liège, 2 vol., 1983. PETITJEAN, Flawinne
O.PETITJEAN, Notes historiques sur Flawinne ancien et moderne. Namur, 1952. PLATELLE, Cambrai-Lille
H. PLATELLE, Les origines. Le Moyen Age, dans: Les diocèses de Cambrai et de Lille (sous la
dir. de P.PIERRARD). Paris, 1978, p. 7-93. PLATELLE, Gérard (de Brogne)
H. PLATELLE, L’oeuvre de saint Gérard de Brogne à Saint-Amand, dans: Gérard de Brogne,
p.127-141. PLATELLE, Imposture
H. PLATELLE, Erreur sur la personne. Contribution à l’histoire de l’imposture au Moyen
Age, dans: Mélanges de Science Religieuse, XXXIV, 1977, p. 117-145. PLATELLE, (Temporel de) Saint-Amand
H. PLATELLE, Le temporel de Tabbaye de Saint-Amand des origines à 1340. Paris, 1962. POIRIER-COUTANSAIS, Reims
FR. POIRIER-COUTANSAIS, Gallia monastica, I: Les abbayes bénédictines du diocèse de
Reims. Paris, 1974. PONCELET, Lettre
A. P[ONCELET], Une lettre de saint Jean, évêque de Cambrai, à Hincmar de Laon, dans:
An. Boll., XXVII, 1908, p. 384-390. POSWICK, Prieuré de Wallers
R.F. POSWICK, Moustier-en-Fagne: le prieuré de Wallers, dans: Au Pays des Rièzes et des
Sarts, XXII, 1981, n°87, p. 587-593. POSVICK, Wallers
R. F. POSWICK, Moustier-en-Fagne, le monastère de Wallers, dans: Publications de la Société
d’histoire régionale de Rance, VIII, 1970-1975 (1976), p. 59-84. PRINZ, Friihes Mônchtum
FR.PRINZ, Friihes Mônchtum im Frankenreich. Kultur und Gesellschaft in Gallien, den
Rheinlanden und Bayern am Beispiel der monastischen Entwicklung (4. bis 8. Jahrhundert).
Munich-Vienne, 1965. PYCKE, Fulrad
J.PYCKE, Fulrad, dans: Biographie Nationale, XLI (Bruxelles, 1979), col. 315-318. REID, Rather
P.L.D. REID, Tenth-Century Latinity: Rather of Verona. Malibu, 1981.
54
REJALOT, Hastière
TH. REJALOT, Hastière-Notre-Dame. Description de l’ancienne église monastique, précédée
d’un aperçu historique sur le prieuré bénédictin. Gembloux, 1937. REUSENS, Archéologie chrétienne
E. REUSENS, Eléments d’archéologie chrétienne. 2e éd. Aix-la-Chapelle, 2 vol., 1885. Rhin-Meuse
Rhin-Meuse. Art et civilisation 800-1400. (Catalogue de l’exposition) Cologne, mai-juillet
1972/Bruxelles, septembre-octobre 1982. Liège-Cologne, 1972. RICHE, Carolingiens
P. RICHE, Les Carolingiens, une famille qui fit l’Europe, Paris, 1983. RICHTER, Irland
M.RICHTER, Irland im Mittelalter. Kultur und Geschichte. Stuttgart, 1983. ROBBINS-BITTERMANN, Irish Monks
H. ROBBINS-BITTERMANN, The influence of Irish Monks on Merovingian diocesan organiza-
tion, dans: The American Historical Review, XL, 1934-1935, p. 232-245. ROISIN, Hagiographie cistercienne
S. ROISIN, L’hagiographie cistercienne dans le diocèse de Liège au XIIIe siècle. Louvain-
Bruxelles, 1947. ROLAND, Avoués de Fosses
C. G. ROLAND, Les plus anciens avoués de Fosses, dans: A. S. A. N., XXIX, 1910,
p. 105-110. ROLAND, Castor
C. G. ROLAND, Le castor dans la toponymie, dans: A. C. A. Enghien, VI, 1898-1907,
p. 9-26. ROLAND, Evolution
J.ROLAND, Du régime domanial au régime féodo-seigneurial. Evolution des conditions
sociales, dans: Le Guetteur wallon, LV, 1979, 3, p. 81-87. ROLAND, Gerpinnes 1911
C. G. ROLAND, Chartes namuroises inédites (3e série), XII: Gerpinnes, dans: A. S. A. N.,
XXX,
1911,
p. 246-251. ROLAND, Gerpinnes 1934 A
J. ROLAND, Notes sur l’ancienne paroisse de Gerpinnes, des origines au XIe siècle, dans: Bull.
S. A. C, VI, 1934, 3-4, p. 33-35. ROLAND, Gerpinnes 1934 B
J. ROLAND, Gerpinnes, terre liégeoise ?, dans: Bulletin de la Société Royale »Le Vieux Liège*,
n°19: juin-juillet 1934, p. 293-294. ROLAND, Gerpinnes 1937
J. ROLAND, Comment Gerpinnes devint une »franchise«, dans: Bulletin de la Société Royale
»Le Vieux Liège«, n°44: août-septembre 1937, p. 216-217. ROLAND, Gerpinnes 1940
J. ROLAND, Gerpinnes, dans: L. LOSSEAU et A. LOUANT, Le Hainaut. Encyclopédie provin-ciale, I (Frameries, 1940), p. 14-37. ROLAND, Gerpinnes 1976
J. ROLAND, Le domaine mérovingien de Gerpinnes et son évolution sous la poussée féodo-
seigneuriale, dans: A. F. A. H. B., XLIV: Huy 1976, I, p. 125-128. ROLAND, Gerpinnes 1977
J. ROLAND, Le domaine mérovingien de Gerpinnes et son évolution sous la poussée féodo-
seigneuriale, dans: Le Guetteur Wallon, 1977, p. 6-13. ROLAND, Gerpinnes 1978
J.ROLAND, Histoire de la seigneurerie hautaine de Gerpinnes, dans: D. R. S. A. C, LVII,
1974-1978, p. 57-79.
55
ROLAND, Inscription
C. G. ROLAND, Inscription dédicatoire de l’église de Saint-Gérard (1038), dans: A. S. A. N.,
XXVI,
1905,
p. 255-258. ROLAND, Manassés
C. G. ROLAND, Un croisé ardennais: Manassés de Hierges, dans: Revue Historique
Ardennaise, XIV, 1907, p. 197-312. ROLAND, Meuse
C. G. ROLAND, La Meuse de Revin à Andenne, dans: A. S. A. N., XXIX, 1910, p. 81-96. ROLAND, Morialmé
C. G. ROLAND, Les seigneurs de Morialmé avant le quinzième siècle, dans: A. S. A. N.,
XXXV,
1922,
p. 1-81. ROLAND, Orchimont
C. G. ROLAND, Orchimont et ses fiefs. Anvers, 1895 (extrait des Annales de l’Académie
d’Archéologie de Belgique). ROLAND, Pagi
C. G. ROLAND, Les pagi de Lomme et de Condroz et leurs subdivisions. Etude de géographie
historique, dans: A. S. A. N., XXXIV, 1920, p. 1-126. ROLAND, Rochefort
C. G. ROLAND, Les seigneurs et comtes de Rochefort, dans: A. S. A. N., XX, 1893,
p. 63-144 et 329-448. ROLAND, Rumigny-Florennes
C. G. ROLAND, Histoire généalogique de la maison de Rumigny-Florennes, dans:
A. S. A. N., XIX, 1891, p. 59-304 (cité ici d’après le tiré-à-part) et XX, 1893, p. 27-40. ROLAND, Texte manuscrit
C. G. ROLAND, Un texte manuscrit des Miracula S. Gengulphi, dans: A. S. A. N., XXVI,
1905,
p. 259-261. ROLAND, Toponymie
C.G. ROLAND, Toponymie namuroise. Namur, 1899 (= A. S. A. N., XXIII). ROLAND, Walhère
C. G. ROLAND, Etude critique de la vie de saint Walhère, dans: La Terre wallonne, XIV,
1926,
p. 233-266. ROUCHE, Aquitaine
M.ROUCHE, Des Wisigoths aux Arabes, l’Aquitaine (418-781). Naissance d’une région.
Paris, 1979. ROUCHE, Cambrésis
M.ROUCHE, Un acte privé carolingien de l’Église de Cambrésis, dans: C. R. A. I. B. L.,
1980,
p. 360-372. ROUSSEAU, Histoire de Namur
F.ROUSSEAU, A travers l’histoire de Namur, du Namurois et de la Wallonie. Recueil
d’articles de Félix Rousseau, publié à l’occasion de son nonantième anniversaire. Bruxelles,
1977.
ROUSSEAU
, Carolingiens
F.ROUSSEAU, Les Carolingiens et TArdenne, dans: Bulletin de l’Académie Royale de
Belgique. Classe des Lettres (…), 5e s., XLVIII, 1962, p. 187-221 (réimpr. dans: ROUSSEAU,
Histoire de Namur, p. 243-277). ROUSSEAU, Brogne
F.ROUSSEAU, Les chartes de Brogne du fonds de Stassart, dans: B. C. R. H., CXXV, 1959,
p. 347-378. ROUSSEAU, Falmagne
F. ROUSSEAU, Un lignage namurois au XIIe siècle. Les Falmagne, dans: R. B. P. H., I, 1922,
p. 463-474 (réimpr. dans: ROUSSEAU, Histoire de Namur, p. 17-28).
56
ROUSSEAU, Fausses étymologies
F.ROUSSEAU, Fausses étymologies créatrices de légendes, dans: Mélanges de linguistique
romane offerts à Jean Haust. Liège, 1939, p. 355-373. ROUSSEAU, Materne
F.ROUSSEAU, La légende de saint Materne et du dieu Nam à Namur, dans: A. S. A. N.,
XXXV,
1922,
p. 181-221 (réimpr. dans: ROUSSEAU, Histoire de Namur, p. 29-69). ROUSSEAU, Meuse
F. ROUSSEAU, La Meuse et le pays mosan en Belgique. Leur importance historique avant
le
XIIIe siècle. Namur, 1930 (= A. S. A. N., XXXIX, 1930, 1). Réimpr. anast. Bruxelles,
1977.
ROUSSEAU
, Walcourt
F. ROUSSEAU, Walcourt. Haut lieu de Wallonie, dans: Le Guetteur Wallon, 1961, p. 33-45. ROUSSEAU-COURTOY, Excursions
F. ROUSSEAU et F. COURTOY, Excursions du Congrès Archéologique de Namur. Notices
(=
A. F. A. H. B., XXXI: Namur 1938, III). SABBE, Deux points
E. SABBE, Deux points concernant l’histoire de Tabbaye de Saint-Pierre du Mont-Blandin
(Xe-XF siècles), dans: R.Bén., XLVII, 1935, p. 52-71 (réimpr. dans: SABBE, Miscellanea,
p. 45-60). SABBE, Gérard de Brogne
E. SABBE, Etude critique sur la biographie et la réforme de Gérard de Brogne, dans: Mél.
Rousseau, p. 497-524 (réimpr. dans: SABBE, Miscellanea, p. 195-216). SABBE, Miscellanea
Miscellanea E. Sabbe. Bruxelles, 3 vol., s.d. SABBE, Richard de Saint-Vanne
E. SABBE, Notes sur la réforme de Richard de Saint-Vanne dans les Pays-Bas, dans:
R. B. P. H., VII, 1928, p. 551-570 (réimpr. dans: SABBE, Miscellanea, p. 7-18). SACKUR, Cluniacenser
E. SACKUR, Die Cluniacenser in ihrer kirchlichen und allgemein-geschichtlichen Wirksam-
keit bis zur Mitte des elften Jahrhunderts. Halle, 2 vol., 1892-1894. SCHMITZ, Ultain
PH.SCHMITZ, Ultain, dans: Biographie Nationale, XXV (Bruxelles, 1930-1932), col.
907-908.
SCHOOLMEESTERS-LAHAYE
, Brogne
E. SCHOOLMEESTERS et L. LAHAYE, Une charte inédite de Radulphe de Zaehringen en faveur
du monastère de Saint-Gérard de Brogne, dans: Leodium, III, 1904, 11, p. 125-128. SCHROEDER, Sigefroid
J. SCHROEDER, Le comte Sigefroid de Luxembourg et la réforme de Tabbaye d’Echternach
(973),
dans: Maison d’Ardenne, p. 283-298. SCHUMACHER, Sigebert
J. SCHUMACHER, Sigebert de Gembloux, Vita et passio sancti Theodardi episcopi et martyris,
dans: B. S. A. H. D. Lg., LI, 1975, p. 1-43. SEMMLER, Iren
J. SEMMLER, Iren in der lothringischen Klosterreform, dans: Die Iren, H, p. 941-957. SEMMLER, Pippin III
J. SEMMLER, Pippin III. und die frànkischen Kloster, dans: Francia, III, 1975, p. 88-146. SEMMLER, Sukzessionskrise
J. SEMMLER, Zur pippinidisch-karolingischen Sukzessionskrise (714-723), dans: D. A.,
XXXIII,
1977,
p. 1-36. SIGAL, Miracula
P.-A. SIGAL, Histoire et hagiographie: les Miracula aux XI*™ et XIP™ siècles, dans: Annales
57
de Bretagne et des Pays de l’Ouest, LXXXVII, 1980, fasc. 2 (= L’Historiographie en
Occident, du Ve au XVe siècle), p. 237-257. SILVESTRE, Cause
H. SILVESTRE, Sur une des causes de la grande expansion de Tordre canonial dans le diocèse de
Liège aux Xe et XIe siècles, dans: R. B. P. H., XXXI, 1953, p. 65-74. SILVESTRE, Eracle
H. SILVESTRE, Comment on rédigeait une lettre au Xe siècle. L’épître d’Eracle de Liège à
Rathier de Vérone, dans: Le M. A., LVIII, 1952, p. 1-30. SILVESTRE, Heriger
H. SILVESTRE, Heriger de Lobbes (f 1007) avait lu Dracontius, dans: Le M. A., LXIX, 1963
(==
volume jubilaire 1888-1963), p. 121-127. SNIEDERS, Hagiographie
I.
SNIEDERS, L’influence de l’hagiographie irlandaise sur les Vitae des saints irlandais de
Belgique, dans: R. H. E., XXIV, 1928, p. 596-627 et 828-867. Sous la règle de saint Benoît
Sous la règle de saint Benoît. Structures monastiques et sociétés en France, du Moyen Age à
l’époque moderne. (Actes du colloque tenu à T) Abbaye bénédictine Sainte-Marie de Paris,
23-25
octobre 1980 (éd. J. DUBOIS). Paris, 1982. SPROEMBERG, Lothringische Politik
H.SPROEMBERG, Die lothringische Politik Ottos des Grofien, dans: Rh. V., XI, 1941,
p. 1-101. SPROEMBERG-DUVOSQUEL, Gérard Ier
H.SPROEMBERG et J.-M. DUVOSQUEL, Gérard Ier, évêque de Cambrai, dans: Biographie
Nationale, XXXV (Bruxelles, 1969), col. 286^299. STEURS, Empel
W. STEURS, Un domaine de Toxandrie pendant le Haut Moyen Age: Empel en Brabant
septentrional, dans: Centenaire du séminaire, p. 59-105. STIENNON, Art carolingien
J. STIENNON, L’art carolingien, dans: La Wallonie, Lettres-Arts, I, p. 220-229. STIENNON, Confluent
J. STIENNON, Histoire et archéologie: du Confluent au pays mosan en 1050, de Liège à Saint-Michel de Cuxa en 1970. Une tradition séculaire de relations intellectuelles, dans: Les Cahiers
de Saint-Michel de Cuxa, II, 1971, p. 67-75. STIENNON, Guifred
J. STIENNON, Routes et courants de culture. Le rouleau mortuaire de Guifred, comte de
Cerdagne, moine de Saint-Martin du Canigou (fl049), dans: Annales du Midi, LXXVI,
1964,
p. 305-314. STIENNON, Heriger
J. STIENNON, Une description peu connue de l’Aquitaine par Heriger de Lobbes (fl007),
dans: Annales du Midi, LXXII, 1960, p. 273-286. STIENNON, Moines et chanoines
J. STIENNON, Moines et chanoines du pays mosan et du confluent au XIe siècle. Contribution
à l’étude des mentalités médiévales, dans: Les Cahiers de Saint-Michel de Cuxa, III, 1972,
p.131-146. STIENNON, Vies de saints
J. STIENNON, Des vies de saints au rayonnement des écoles liégeoises: une culture qui donne et
qui reçoit, dans: La Wallonie, Lettres-Arts, I, p. 77-97. STRUBBE-VOET, Chronologie
E. STRUBBE et L. VOET, De chronologie van de middeleeuwen en de moderne tijden in de
Nederlanden. Anvers-Amsterdam, 1960.
58
TOLLENAERE, Sculpture
L. TOLLENAERE, La sculpture sur pierre de l’ancien diocèse de Liège à l’époque romane.
Gembloux, 1957. TOUSSAINT, Walcourt
Chanoine TOUSSAINT, Histoire civile et religieuse de Walcourt. Namur, 1887. TRAUBE, Perrona
L. TRAUBE, Perrona Scottorum. Ein Beitrag zur Uberlieferungsgeschichte und zur Palaeo-
graphie des Mittelalters, dans: Sitzungsberichte der philos.-philol. und histor. Classe der
Kônigl. bayer. Akademie der Wissenschaften, 1900, p. 469-537 (réimpr. dans: L. TRAUBE,
Vorlesungen und Abhandlungen, III: Kleine Schriften, hrsg. von S. BRANDT. Munich, 1920,
p. 95-119). TRELCAT, Crespin
L.TRELCAT, Histoire de Tabbaye de Crespin, de Tordre de saint Benoît. Paris, 2 vol., s.d. VAN CALOEN, Hastière
G. VAN CALOEN, Hastière-Notre-Dame ou Hastière-par-delà, dans: A. S. A. N., XVII,
1886,
p. 1-22. VAN DER ESSEN, Etude
L.VAN DER ESSEN, Etude critique et littéraire sur les Vitae des saints mérovingiens de
l’ancienne Belgique. Louvain, 1907. VAN DER ESSEN, Vie de saint Bertuin
L.VAN DER ESSEN, La plus ancienne vita de saint Bertuin de Malonne, dans: A. H. E. B.,
XXXII,
1906,
p. 6-23. VANDERKINDERE, Formation territoriale
L. VANDERKINDERE, La formation territoriale des principautés belges au Moyen Age.
I (2e éd.) et II. Bruxelles, 1902. VAN DER LINDEN, Forêt Charbonnière
H. VAN DER LINDEN, La forêt Charbonnière, dans: R. B. P. H., II, 1923, p. 203-214. VAN DER STRAETEN, Hunégonde
J. VAN DER STRAETEN, Sainte Hunégonde d’Homblières. Son culte et sa vie rythmique, dans:
An. Boll., LXXII, 1954, p. 39-74. VAN DOREN, Furseo
R.VAN DOREN, Furseo, dans: Bibliotheca Sanctorum, V (Rome, 1964), col. 1321-1322. VAN MINGROOT, Datering van de gesta
E.VAN’MINGROOT, Kritisch onderzoek omtrent de datering van de »Gesta episcoporum
Cameracensium«, dans: R. B. P. H., LUI, 1975, p. 281-332. VAN OVERSTRAETEN, Annales Gisleni
D. VAN OVERSTRAETEN, Une source perdue de Jacques de Guise: les Annales Sancti Gisleni,
dans: A. P. A. E., LVI, 1972 (= Liber memorialis Emile Cornez), p. 13-62. VAN OVERSTRAETEN, Saint-Ghislain
D.VAN OVERSTRAETEN, Les noms successifs de Saint-Ghislain, dans: A. B. B., XXXVIII,
1967,
p. 215-227. VAN REY, Lùtticher Gaue
M. VAN REY, Die Liitticher Gaue Condroz und Ardennen im Frùhmittelalter. Untersuchun-gen zur Pfarrorganisation. Bonn, 1977. VAN REY, Patrons
M. VAN REY, Les saints patrons des églises paroissiales du pagus de Lomme de l’ancien diocèse
de Liège, dans: A. F. H. A. B., XLV: Comines 1980, fasc. 3 (Comines, 1983), p. 247-266. VANRIE, Incorporation
A.VANRIE, Notes sur l’incorporation des églises paroissiales au Moyen Age, dans: Mél.
Bonenfant, p. 47-55.
59
VAN VERWEKE, Saint-Wandrille
H. VAN VERWEKE, Saint-Wandrille et Saint-Pierre de Gand (IXe et Xe siècles), dans: Mél.
Niermeyer, p. 79-92. VAUCHEZ, Sainteté
A. VAUCHEZ, La sainteté en Occident aux derniers siècles du Moyen Age, d’après les
procès de canonisation et les documents hagiographiques. Ecole Française de Rome,
1981.
VERBEEK
, Aufienkrypta
A.VERBEEK, Die Aussenkrypta. Werden einer Bauform des friihen Mittelalters, dans:
Zeitschrift fur Kunstgeschichte, XIII, 1950, p. 7-38. VERBEEMEN, Meersen
J. VERBEEMEN, L’ordre géographique suivi dans le traité de Meersen (870) et son importance
pour la localisation de quelques abbayes y mentionnées, dans: A. B. B., XXXV, 1964,
p.155-185. VERCAUTEREN, Homblières
F. VERCAUTEREN, Note sur un texte du cartulaire d’Homblières et sur un passage de la Vita
altéra sanctae Hunegundis, dans: Mél. Brunel, p. 651-659. VERHULST, Sint-Baafsabdij
A. VERHULST, De Sint-Baafsabdij te Gent en haar grondbezit (VIIe-XIVe eeuw). Bruxelles,
1958.
VERLINDEN
, Esclavage I
CH. VERLINDEN, L’esclavage dans l’Europe médiévale. I: Péninsule ibérique. France.
Bruges, 1955. VERLINDEN, Robert le Frison
CH. VERLINDEN, Robert Ier le Frison, comte de Flandre. Etude d’histoire politique. Anvers-Paris-La Haye, 1935. Vos, Lobbes
J.Vos, Lobbes, son abbaye et son chapitre, ou Histoire complète du monastère de
Saint-Pierre à Lobbes et du chapitre de Saint-Ursmer à Lobbes et à Binche. Louvain, 2 vol.,
1865.
L
a Wallonie. Le pays et les hommes, I
H. HASQUIN (dir.), La Wallonie. Le pays et les hommes. Histoire, économie et sociétés. I:
Des origines à 1830. Bruxelles, 1975. La Wallonie. Lettres-Arts, I
R. LEJEUNE et J. STIENNON (dir.), La Wallonie. Le pays et les hommes. Lettres, Arts,
Culture. I: Des origines à la fin du XVIe siècle. Bruxelles, 1977. WARICHEZ, Lobbes
J.WARICHEZ, L’abbaye de Lobbes depuis les origines jusqu’en 1200. Louvain, 1909. WAUTERS, Table
A.WAUTERS, ST.BORMANS et J.HALKIN, Table chronologique des chartes et diplômes
imprimés concernant l’histoire de la Belgique, t. I—III, VII, XL Bruxelles, 1866-1907. WEISGERBER, Irenwelle
L. WEISGERBER, Eine Irenwelle an Maas, Mosel und Rhein in ottonischer Zeit ?, dans: Aus
Geschichte und Landeskunde. Forschungen und Darstellungen Franz Steinbach … gewid-
met. Bonn, 1960, p. 727-751. WENTZEL, Bergkristall
H. WENTZEL, Der Bergkristall mit der Geschichte der Susanna, dans: Panthéon, XXVIII,
1970,
p. 365-372. WERNER, Adelsfamilien
M. WERNER, Adelsfamilien im Umkreis der friihen Karolinger. Die Verwandtschaft Irminas
von Oeren und Adelas von Pfalzel. Sigmaringen, 1982.
60
WERNER, Iren und Angelsachsen
M. WERNER, Iren und Angelsachsen in Mitteldeutschland. Zur vorbonifatianischen Mission in Hessen und Thuringen, dans: Die Iren, I, p. 239-318.
WERNER, Lùtticher Raum
M. WERNER, Der Lùtticher Raum in friihkarolingischer Zeit. Untersuchungen zur Geschichte einer karolingischen Stammlandschaft. Gôttingen, 1980.
WEYN, Thuin
G.WEYN, Les avoués de Thuin. Contribution à l’histoire de Tabbaye de Lobbes et des seigneurs de Marchienne, Mont-sur-Marchienne et Montigny-le-Tilleul, dans:
D. R. S. A. C, LVIII, 1979-1981, p. 73-168. WICHMANN, Adalbero
K. WICHMANN, Adalbero L, Bischof von Metz (929-962), dans: Jahrbuch der Gesellschaft fur Lothringische Geschichte und Altertumkunde, III, 1891, p. 105-174.
WILSDORF, Honau
CHR. WILSDORF, Le monasterium Scottorum de Honau et la famille des ducs d’Alsace au VIIIe siècle. Vestiges d’un cartulaire perdu, dans: Francia, III, 1975, p. 1-87.
WISPLINGHOFF, S. Maximin
E. WISPLINGHOFF, Untersuchungen zur friihen Geschichte der Abtei S. Maximin bei Trier, von den Anfàngen bis etwa 1150. Mayence, 1970.
WOLFRAM, Urkunde
G. WOLFRAM, Die Urkunde Ludwigs des Deutschen fur das Glossindekloster in Metz von
875
November 25, dans: M. I. Ô. G., XI, 1890, p. 1-27. WOLLASCH, Gérard
J.WOLLASCH, Gérard von Brogne und seine Klostergriindung, dans: Gérard de Brogne,
p. 62-82. WOOD, Vita Columbani
I.WOOD, The Vita Columbani and Merovingian Hagiography, dans: Peritia, I, 1982,
p. 63-80. WYMANS, Circonstances
G.WYMANS, Les circonstances de la mort de Saint Feuillien, dans: Annales du Cercle
archéologique et folklorique de la Louvière et du Centre, I, 1962-1963, p. 107-121. WYMANS, Saint-Feuillien du Roeulx
G.WYMANS, L’abbaye de Saint-Feuillien du Roeulx, en Hainaut (1125-1300). Averbode,
1967.
ZiMMERMAN
, Lùtticher Bistum
H.ZIMMERMAN, Der Streit um das Lùtticher Bistum vom Jahre 920/921. Geschichte,
Quellenund Kirchenrechtshistorischer Bedeutung, dans: M. I. Ô. G., LXV, 1957, p. 15-52. ZIMMERMAN, Papstregesten
H. ZIMMERMAN, Papstregesten 911-1024 (= Regesta Imperii, II, 5). Vienne-Cologne, 1969.
61

PREMIÈRE PARTIE:
ÉTUDES MONOGRAPHIQUES DES ABBAYES ET DES CHAPITRES DE L’ENTRE-SAMBRE-ET-MEUSE (VII’-XP SÎECLES)

CHAPITRE I: L’ABBAYE SAINT-PIERRE DE MOUSTIER-SUR-SAMBRE
A. L’ABBAYE DE MOUSTIER À L’ÉPOQUE MÉROVINGIENNE: FONDATION DE SAINT AMAND?
Les sources relatives à l’abbaye de Moustier-sur-Sambre sont particulièrement rares avant le XIIIe siècle1. On a même mis en cause la fondation du monastère à l’époque mérovingienne2 et son existence à l’époque carolingienne.
Une tradition médiévale et moderne attribue la fondation de Moustier à saint Amand3. Si l’on accepte la fondation par saint Amand en personne, une chronologie précise peut être proposée: entre 648 et 651, dates probables de l’épiscopat d’Amand au diocèse de Tongres-Maastricht4, les seules qui puissent être retenues pour une activité directe du saint dans cet évêché. En l’absence d’arguments autres qu’une tradition tardive, on se ralliera à la proposition prudente de G. Despy, suivie par le Père De Moreau5: l’abbaye de Moustier »fait partie du premier mouvement de floraison monastique, sous l’influence de saint Amand, vers le milieu du VIIe siècle«6.
1
C’es
t une des deux raisons qui expliquent la brièveté de cette notice. L’autre réside dans le fait que Tabbaye de Moustier a bénéficié d’études exhaustives pour le Haut Moyen Age (DESPY, Chapitre de Moustier; DESPY, Abbaye de Moustier; DESPY, Sécularisation de Moustier; DESPY, Actes pour Moustier; DESPY, Capitulum, p. 250-251); je me rallie pleinement à la totalité des conclusions de ces travaux, sauf sur la consistance et l’origine du domaine primitif de l’abbaye. Par ailleurs, aucune trouvaille archéologique probante n’a, pour les époques romaine et mérovingienne, été faite sur le territoire de Moustier. On peut négliger les pages de PH. TORCK, Le chapitre noble de Moustier-sur-Sambre, dans: Pays de Namur, n°79, janvier 1982, p. 25-27.
2
Chronique
s liégeoises inédites; éd. S. BALAU, I (Bruxelles, 1913), p. 12; DE MOREAU, Amand apôtre, p. 211 et 234-235; DE MOREAU, Eglise en Belgique, I, 1940, p. 115 (dans la 2e édition, p. 130, n. 1 et p. 381, opinion moins tranchée suite aux travaux de G. Despy); DE MOREAU, Amand évangélisateur, p. 59; DESPY, Abbaye de Moustier, p. 149-150.
3
Premièr
e attestation de cette tradition dans la première continuation des Gesta abbatum Trudoniensium (VIII), datée d’entre 1136 et 1138; cfr. infra, n. 8. Pour l’historiographie de cette tradition, voir BARBIER, Moustier, p. 15-16 et, surtout, DESPY, Abbaye de Moustier, p. 147-151.
4
D
E MOREAU, Amand apôtre, p. 167-195 et 317-319; DE MOREAU, Eglise en Belgique, I, p. 86-88 et 343; DE MOREAU, Amand évangélisateur, p. 31-35; DESPY, Abbaye de Moustier, p. 153. Pour les dates de l’épiscopat d’Amand, voir KUPPER, Leodium, p. 51-52 ou, légèrement différent, DIERKENS, Nivelles.
5
Avan
t la mise en évidence du texte des Gesta de Saint-Trond (cité infra, n. 8) par G. Despy, les historiens trouvaient la première mention de cette tradition dans les Gesta episcoporum Leodiensium de Gilles d’Orval, du XIIIe siècle (éd. HELLER, p. 31), repris par la chronique liégeoise dite de 1402 (éd. BÂCHA, p. 48).
6
DESPY
, Abbaye de Moustier, p. 159; DE MOREAU, Eglise de Belgique, I, p. 391; DE MOREAU, Vita Amandi, p. 463-464. Gilles d’Orval, dans ses Gesta episcoporum Leodiensium (éd. HELLER, MGH, SS, XXV, p. 31), se fait l’écho d’une tradition selon laquelle une abbesse du nom d’Itte est enterrée à Moustier, devant l’autel Saint-Nicolas; on a souvent identifié Itte comme la fondatrice de Nivelles et on
65
En tout état de cause, il semble bien que l’abbaye de Moustier ait été fondée sur une terre du fisc ou, plus vraisemblablement, sur une terre qui appartenait aux Pippinides7. Dans ce cas, on disposerait d’une présomption supplémentaire pour accepter une fondation par saint Amand.
L’abbaye de Moustier était dédiée à saint Pierre8; l’église paroissiale, distincte de l’église abbatiale et à la collation de l’abbesse, était au titre de Notre-Dame9.
Rien ne permet de préciser le statut religieux exact de l’abbaye de Moustier; la vraisemblance pousse à supposer qu’il s’agissait, dès sa fondation, d’une abbaye de moniales. La règle suivie démarquait peut-être la règle de saint Benoît; en tout état de cause, il semble abusif de supposer – comme les Gesta abbatum Trudoniensium suivis par la majeure partie de l’historiographie – que c’est la seule règle bénédictine qui fut alors retenue10. La sécularisation progressive de l’abbaye date de la fin du XIIe et du début du XIIP siècle11.
n’a dès lors eu aucune peine à montrer l’aberration de cette hypothèse (par ex. DE MARNE, Namur, p. 65, n. z qui fait d’ailleurs dire à Gilles d’Orval que Itte est la fondatrice de Moustier; ce que le chroniqueur liégeois n’affirme nulle part). On sait en effet qu’Itte de Nivelles fut enterrée à Nivelles; de plus la titulature de l’autel à saint Nicolas plaide pour une date tardive. On peut donc supposer que le témoignage de Gilles d’Orval repose sur une interprétation abusive. Toutefois, on ne peut exclure l’existence d’une abbesse de Moustier dénommée Ide/Itte, sans qu’il soit possible de préciser les dates de son abbatiat.
7
ROUSSEAU
, Meuse, p. 54; DESPY, Chapitre de Moustier, p. 99; DESPY, Abbaye de Moustier, p. 160-161 ; DESPY, Floreffe, p. 194.
8
Premièr
e mention de cette titulature, une nouvelle fois, dans la première continuation des Gesta de Saint-Trond: Fuit iste Rodolphus natus de villa quae sita est supra Sambram fluvium, nomine Monasterium, ubi habetur abbatia sacrarum monialium nigras vestes ferentium, locusque est in honore sancti Pétri apostoli constructus a sancto Amando episcopo (éd. KÔPKE, p. 272 ou éd. de BORMAN, I, p. 119). Voir DESPY, Abbaye de Moustier, p. 152; DE MOREAU, Vita Amandi, p. 464. A remarquer aussi l’emploi du mot locus dans le sens de monastère.
9
BARBIER
, Moustier, p. 93-95; DE MOREAU, Histoire de l’Eglise, t. compl., p. 311: église médiane (archidiaconé de Hainaut; doyenné de Gembloux). G. Despy (Chapitre de Moustier, p. 63 et n. 4) suppose que, lors de la fondation de l’abbaye, il n’y avait pas d’église paroissiale à Moustier; à la p. 70, il suggère que l’église paroissiale fut fondée par l’abbaye. C’est probablement dans cette église paroissiale que saint Norbert célébra la messe en mai 1119, lorsqu’en voyage avec Hugues de Fosses entre Cambrai et Fosses, il apaisa un conflit à Moustier (Vita Norberti, version A, éd. WILMANS, MGH SS, XII, p. 676, VII; version B, éd. PAPEBROCHIUS, AASS, Juin, I, p.817-818, XXXII; sur ceci, ROUSSEAU, Actes, p. CV et GRAUWEN, Norbertus, p. 41 et n. 224).
10
Sur Moustier comme abbaye bénédictine, BARBIER, Moustier, p. 1-13 et 15 (n. 1, avec bibliogr.); BERLIÈRE, Monasticon, I, p. 62-63. On estime parfois que cette hypothèse, présentée le plus souvent avec prudence, se trouverait renforcée s’il se vérifiait que Moustier est bien une fondation d’Amand (DESPY, Sécularisation, p. 264-265). Sur la règle de saint Benoît au milieu du VU*1″‘ siècle, cfr. infra, p. 285-287. Sur une règle de moniales démarquant la règle bénédictine et suivie dans le bassin mosan à la fin du VU*- ou au début du VHI* »* siècle (ms. Bruxelles, B. R., II 7538; = LOVE, C. L. A., X, p. 33, n° 1555); cfr. D. DE BRUYNE, Un feuillet oncial d’une règle de moniales, dans: R. Bén., XXXV, 1923, p. 126-128; FR. MASAI, Fragment en onciale d’une règle monastique inconnue démarquant celle de saint Benoît, dans: Scriptorium, II, 1948, p. 215-220; FR. MASAI, Deux éditions d’un fragment en onciale d’une règle de moniales, dans: Scriptorium, V, 1951, p. 123—124; FR. MASAI, dans: Cat. Art mosan et arts anciens, p. 63 et 158, n°45; DIERKENS, Aldeneik, p. 428 (avec bibliogr. compl.).
11
Cfr. abbatia sacrarum monialium nigras vestes ferentium du texte cité supra, n. 8. Ce témoignage n’est pas décisif. La Vita Lutgardis de Thomas de Cantimpré, écrite entre 1246 et 1249 (ROISIN, Hagiographie
66
B. L’ABBAYE DE MOUSTIER-SUR-SAMBRE À L’ÉPOQUE CAROLINGIENNE:
LES RELIQUES DE SAINT FRÉDÉGAND
Un texte diplomatique et un récit hagiographique illustrent seuls l’existence de Moustier au IXe siècle. Un acte de 866 relatif au domaine de Soye, contigu à celui de Moustier, décrit minutieusement la villa de Soye »quam déterminât (…) ad occiden-tem res sancti Lamberti«12; il s’agit, sans aucun doute, de Moustier dont on apprend, à cette occasion, qu’elle appartenait alors à Saint-Lambert de Liège13. Cette dépendance lui donnait le statut d’abbaye épiscopale; ce qui explique que Moustier n’est pas reprise dans le texte du traité de Meersen de 870H. Le récit hagiographique est la Vita Gummari, adressée au milieu du XIe siècle par Theobald au chapitre de Lierre: on y rapporte qu’à l’approche des Normands, en 83615, les moines de Deurne transportè-rent, en un lieu non nommé, les reliques de l’abbé fondateur de leur abbaye, saint Frédégand16. Par ailleurs, une tradition ininterrompue, attestée dès la fin du Xe
cistercienne, p. 52; DESPY, Sécularisation, p. 268, n. 31) n’évoque-t-elle pas une monialis nigra de Moustier (AASS, Juin, IV, p. 198) alors qu’un capitulum est déjà mentionné à Moustier en 1194. Ce port du vêtement bénédictin par les religieuses séculières de Moustier est d’ailleurs un des reproches faits explicitement à la communauté lors d’une enquête épiscopale de 1289 (acte de Jean de Flandre, 6 avril 1289: A. H. E. B., IV, 1867, p. 506): nigrum superpellicium et super caput quasi vélum ad instar monialium ordinis sancti Benedicti deferunt et hactenus detulerunt; cfr. DESPY, Sécularisation, p. 270-271 et n. 44.
12
Ed. K. GLÔCKNER, Codex Laureshamensis, I (Darmstadt, 1929), p. 318. Sur cet acte (souvent daté erronément de 863), voir DESPY, Abbaye de Moustier, p. 154; DESPY, Floreffe, p. 193-195; DESPY, Soye, p. 99-100; DE MOREAU, Vita Amandi, p. 463.
13
Premières mentions explicites de Moustier comme possession de l’Eglise de Liège, dans deux actes de 1155 (Adrien IV, Città di Castello, 24 juillet et Frédéric Ier, Trente, 7septembre): éd. BORMANS-SCHOOLMEESTERS, C.S.L., I, p. 74-76, n° XLV (p. 75: Monasterium super Sambram) et p. 76-80, n°XLVI (p. 77: Monasterium super Sambram). Cf. DESPY, Abbaye de Moustier, p. 153.
14
DESPY, Abbaye de Moustier, p. 160-161; cfr. infra, p. 328-329.
15
L’arrivée des Normands dans la vallée de l’Escaut en 836 est bien attestée par les Annales Fuldenses (D’HAENENS, Invasions normandes, p. 43 et n. 3 et 4) qui évoquent la destruction d’Anvers et de Witla. Aucun texte précis ne parle de Deurne avant la Vita Gummari, dont D’Haenens considère les renseignements comme peu valables (ibidem, p. 267-270 et 323-324), sauf si l’on admet l’hypothèse d’A. Verhulst selon laquelle la mention Quortolodora d’un acte de 726 (mais connu uniquement par une copie de la fin du XIIe siècle) se rapporte à Deurne: A. VERHULST, Het ontstaan en de vroeger topografie van Antwerpen, van de romeinse tijd tôt het begin van de 12de eeuw, in: De Stad Antwerpen van de romeinse tijd tôt de 17de eeuw, Bruxelles, 1978, p. 13-40, aux p. 22-23 (et n. 33, p. 39: lire une formule du type quod dicitur Dorna). Cette hypothèse a été confirmée, semble-t-il, par J. Lampo dans une étude encore inédite; voir J. LAMPO, Quortolodora: de zoektocht naar een klooster, dans: A. F. A. H. B., XLVI: Hasselt 1982, programme, p. 66-67 (résumé d’une communication, où l’auteur défendait aussi la valeur des renseignements de la Vita Gummari, citée dans la note suivante).
16
THEOBALD, Vita Gummari, XIII; éd. PAAPS, p. 58-59: Per fluvium igitur qui dicitur Schinday advillam Turninum venerunt /Normani/, ubi erat monasterium sancti Fredegandi confessons. Sed Deus, propter iniquitatem inhabitantium, exosus locumy reliquias eius iussit alto transportai ut nullum esset obstaculum contra desolationem.
67
siècle17, situe les reliques de Frédégand à Moustier, où elles bénéficièrent, pendant le Moyen Age et les Temps Modernes, d’un culte important18.
L’absence de tout témoignage sur d’éventuels dégâts qu’auraient causés les Nor-mands vers 880 à Moustier19 permet de supposer la persistance de l’abbaye de Moustier. Cependant une tradition rapportée notamment par Gramaye20, fait état d’une destruction par les Normands, suivie d’une restitutio (en 901) par une noble dame Ermengarde, sous l’épiscopat d’Etienne et l’abbatiat d’Ebroin, author et director restitutae disciplinae, puis d’une reconstruction de l’église de Moustier (en 926)21. L’origine de cette allégation est inconnue: Ebroin est inconnu par ailleurs et l’identité d’Ermengarde ne peut être précisée. Il apparaît dès lors difficile pour l’historien d’utiliser ces indications22.
C. L’ABBAYE DE MOUSTIER AUX Xe ET XIe SIÈCLES
On doit, par contre, considérer avec plus d’indulgence une autre tradition déjà attestée dans la première moitié du XVIe siècle23: Ermesinde, femme du comte de Namur Albert Ier, aurait donné, en 1020, son domaine de Gerpinnes à l’abbaye de Moustier24.
17
Ubi requiescit sanctus Fredegandus gloriosus et virtutibus probatissimus confessor (éd. KOEPKE, MGH SS, X, p. 272; éd. DEBORMAN, I, p. 119): cette mention se trouve dans la première continuation des Gesta de Saint-Trond, écrite entre 1136 et 1138, mais peut être rapportée au milieu du XIe siècle (cfr. DESPY, Abbaye de Moustier, p. 152 et 154). On peut encore descendre la première attestation du culte de Frédégand à Moustier à la fin du Xe siècle ou au tout début du XIe. En effet, la Vita Mononis brevior (éd. DE BUCK, AASS, Oct., VIII, p. 367, lectio 2) cite Frédégand parmi les Scotti, entre les saints Fursy, Ultain et Feuillen d’une part et les saints Bertuin et Eloque d’autre part, tous honorés dans le pays mosan. Il semble légitime de déduire de cette mention dans une Vita de portée strictement locale et citant uniquement des saints connus à Nassogne ou aux environs immédiats, l’existence d’un culte à Frédégand dans la vallée de la Sambre ou de la Meuse, c’est-à-dire à Moustier. On signalera ici la présence d’une dent de saint Frédégand, au XIIIe siècle au plus tard, dans la châsse de saint Oger à Hanzinne; c’est ce qu’indique un authentique de reliques, daté du XIIIe siècle, remarqué lors de l’ouverture de la châsse le 30 août 1892 (LEJEUNE, Recherches, p. 107, n. 1 ; (G. MORIN), La reconnaissance officielle des reliques de saint Oger à Hanzinne, dans : L’Ami de l’Ordre, LXI, n° 130 : dimanche 14 mai 1899, p. 2 ; DIERKENS, Gerpinnes, p. 49-50).
18
Sur ce culte, voir DESPY, Abbaye de Moustier, p. 155-159; DESPY, Actes pour Moustier; BARBIER, Moustier, p. 16; M. COENS, Un calendrier obituaire de Saint-Laurent de Liège, dans: An. Boll., LVIII, 1940, p. 48-78 (à la p. 69 et n. 3); M. COENS, Martyrologes belges manuscrits de la bibliothèque des Bollandistes. I. Martyrologe de Munsterbilzen, dans: An. Boll., LXXXV, 1967, p. 113-127 (f° 62 v°).
19
Moustier n’est pas citée dans la liste des Gesta episcoporum Leodiensium abbreviata. De plus, la vallée de la Sambre ne semble pas avoir été touchée par les invasions normandes; cfr. infra, p. 330-331.
20
GRAMAYE, Antiquitates, f° 19 r°; GALLIOT, Namur, IV, p. 185; Gallia Christiana, III, col. 580; BARBIER, Moustier, p. 16. Dans une des ^Chroniques liégeoises* éditées par S. Balau (Ms BRII, 2325, f° 31 : BALAU, Chroniques, I, p. 12), on trouve déjà[Stephanus] fundavit monasterium monialium super Sambriamy anno Domini 926.
21
Sur tout ceci, DESPY, Chapitre de Moustier, p. 28.
22
II est cependant tentant de faire le rapprochement avec la noble Ermengarde ou Ermesinde qui aurait fait don du domaine de Gerpinnes à Moustier, peut-être au début du XIe siècle; cfr. infra, p. 68-69.
23
GRAMAYE, Namurcum, f° 34 r°; GALLIOT, Namur, IV, p. 31-32. J. Roland (Gerpinnes 1977, p. 10) cite encore deux manuscrits de la première moitié du XVIe siècle (A. E. Namur, Arch. eccl., n° 1619).
24
GRAMAYE, Namurcum, f° 34 r°: Gerpinia municipium sacris profanisque titulis nobile Dominium dono Ermesindis datum collegio Monasteriensi vice-comitatu nobile et advocatia Rollonsia gentis olimpropria. Iure civium donataper Ermesendem Lotharingiam Albertiprimi coniugem. Les nombreuses erreurs et invraisemblances de ce passage sont relevées par ROLAND, Gerpinnes 1977, p. 10-11.
68
On a beaucoup discuté de l’identité de cette Ermesinde et, en tenant compte de ce que l’avouerie locale de Gerpinnes était, au début du XIIe siècle, aux mains d’une branche des Rumigny-Florennes25, Joseph Roland proposait de l’identifier avec la femme d’Arnoul Ier de Florennes qui, devenue veuve au tout début du XIe siècle, aurait alors cédé Gerpinnes à Moustier26 tout en gardant l’avouerie pour sa famille27. La première mention sûre de l’appartenance de Gerpinnes au patrimoine de Moustier se lit dans un passage non interpolé de l’acte de 1133 relatif à l’avouerie de Gerpinnes28. Si l’on accepte la tradition locale sur une donation en 1020 (ce qui ne me semble pas indispensable), je ne vois pas pourquoi on refuserait l’identification d’Ermesinde avec la femme d’Albert Ier29, même si une détention de l’avouerie locale par Alard de Châtelet30 ferait plutôt opter pour l’hypothèse de J. Roland31.
25
En 1133, l’avoué de Gerpinnes était Alard de Châtelet. Cfr. notamment ROLAND, Gerpinnes 1911, p. 246-251; BILLEN, Châtelet/Pont-de-Loup, p. 109; DIERKENS, Gerpinnes, p. 40-41.
26
ROLAND, Evolution, p. 82; ROLAND, Gerpinnes 1976, p. 126; ROLAND, Gerpinnes 1977, p. 10-11; ROLAND, Gerpinnes 1978, p. 58; voir aussi DESPY, Chapitre de Moustier, p. 73. En 1934, J. Roland avait supposé, sans preuve, que Gerpinnes était devenue propriété du fisc après les invasions normandes avant d’être donnée à Moustier en 920 (ROLAND, Gerpinnes 1934 A, p. 35). En 1940, le même auteur supposait, sans plus de preuve, que Gerpinnes était une propriété comtale de Namur (ROLAND, Gerpinnes 1940, p. 13).
27
Une discussion de Pacte de 1133 sort totalement de la présente étude. Je me contenterai donc de signaler que la version dont nous disposons (éd. ROLAND, Gerpinnes 1911, p. 249-251) est une falsification du XIVe siècle, destinée à établir les droits de la principauté de Liège à Gerpinnes et à contester ainsi ceux du comte de Namur. C’est l’abbesse de Moustier, en butte à de réels abus du comte, avoué du chapitre, qui a suscité la falsification de l’acte de 1133 par lequel le comte de Namur acquiert l’avouerie de Gerpinnes. L’évêque de Liège n’a, contrairement aux allégations de l’acte, jamais eu de droit sur l’avouerie de Gerpinnes; l’avouerie locale, prévue en 1133, est notamment attestée dans les censiers du comte de Namur en 1265, 1289 et 1294 (BROUWERS, Cens et rentes, I, 1, p. 153 et 277 et I, 2, 2, p. 375). Sur cet acte, d’abord considéré comme vrai, DESPY, Chapitre de Moustier, p. 103-105; ROLAND, Gerpinnes 1911, p. 246-251 ; ROLAND, Gerpinnes 1934 B, p. 293-294 (qui contiennent cependant les fondements de son article de 1977); ROLAND, Gerpinnes 1937, p. 216-217; ROLAND, Gerpinnes 1940, p. 19-20. La falsification a été mise en évidence par ROLAND, Gerpinnes 1977, p. 7-9 et Gerpinnes 1978, p. 68-69, qui ne précise pas en quoi consistait l’acte original et sur quelles parties du document portait l’indiscutable interpolation. Dans un autre article (Evolution, p. 86), Joseph Roland place »Pachat de l’avouerie de Gerpinnes (par) le comte de Namur à la fin du XIIe siècle*; cette date me semble injustifiable et résulte probablement d’une erreur de fiches.
28
Acte de 1133; éd. ROLAND, Gerpinnes 1911, p. 250: villa que in appendiciis est Monasterii ecclesie.
29
ROUSSEAU, Actes, p. XLIII-XLVI (le comte Albert Ier est mort peu avant 1011 et sa femme était la fille de Charles de France).
30
Cfr. supra, n. 25.
31
Comme l’équivalence entre les prénoms Ermengarde, Ermentrude et Ermesinde est attestée avec certitude au Moyen Age, on peut rattacher à la donation de Gerpinnes à Moustier des traditions tardives selon lesquelles Moustier dut son redressement à une Ermengarde (cfr. supra, p. 68) au point d’être parfois appelée Monasterium Ermengardis ad Sabim (BARBIER, Moustier, p. 16). Sur l’équivalence des prénoms, ROLAND, Rumigny-Florennes, p. 28, n. 1 ou infra, p. 87, n. 155.
69
CHAPITRE II:
L’ABBAYE SAINT-PIERRE – PUIS CHAPITRE SAINT-FEUILLEN – DE FOSSES
A. L’ABBAYE DE FOSSES À L’ÉPOQUE MÉROVINGIENNE: FEUILLEN ET ULTAIN
Aux époques mérovingienne et carolingienne, l’histoire du monastère de Fosses est étroitement liée à celle de Tabbaye double de Nivelles *. Des sources contemporaines2 et des fouilles archéologiques récentes3 permettent d’appréhender, avec une bonne certitude, le déroulement des événements qui se sont succédé, à Fosses comme à Nivelles, dans les années 650, ainsi que les toutes premières années de l’existence de l’abbaye de Fosses. Par contre, entre la fin du VIIe siècle et le deuxième quart du IXe siècle, on ne dispose d’aucun élément positif.
1.
Feuillen et Ultain
Pour les origines du monastère de Fosses et l’oeuvre de son fondateur, l’Irlandais saint Feuillen4, le texte fondamental fut découvert à la fin du XIXe siècle5: intitulé par B. Krusch, Additamentum Nivialense de Fuillano6, cet appendice à la Vita Fursei (la vie mérovingienne de Fursy, frère de Feuillen) fut probablement rédigé à Nivelles par un moine de l’abbaye aux hommes de Nivelles, entre le 16 janvier 656 (inventio des
1
De
s excellentes monographies existent sur ces deux abbayes au Moyen Age; je puis donc me contenter d’y renvoyer pour l’heuristique, la critique des sources, la bibliographie: NOIR, Fosses; HOEBANX, Nivelles; HOEBANX, Abbaye de Nivelles. La notice relative à Fosses dans le Monasticon Belge est dépassée et devrait être réécrite; un rapide panorama de l’histoire de Fosses a paru récemment (BROUETTE, Fosses). Sur les origines de Nivelles, éléments dans DIERKENS, Nivelles.
2
Principalemen
t la Vita Fursei, écrite à Péronne au début de la seconde moitié du VIIe siècle (en 656?; cfr. infra, p. 304, n. 147), et la Vita Geretrudis prima composée, vers 670, à Nivelles par un moine irlandais ou, du moins, fortement influencé par le milieu irlandais.
3
Fouille
s sous les collégiales de Nivelles et de Fosses, à Sainte-Brigide et Sainte-Agathe de Fosses.
4
Su
r saint Feuillen (irlandais: Fâelân), on dispose d’une synthèse remarquable due au père Grosjean (Notes 1957) où l’on trouvera toutes les références complémentaires nécessaires. Les travaux parus après cette date sont repris dans BROUETTE, Feuillen, col. 1350-1351 et BROUETTE, Fosses, col. 1222-1223; l’aspect liturgique et l’histoire du culte de Feuillen sont traités, de main de maître, par le père R. De Buck (AASS, Oct., XIII, p. 429-445). Les sources hagiographiques relatives à l’histoire de Feuillen sont discutées par NOIR, Fosses, p. 3-23 et 32; les plus anciennes d’entre elles sont énumérées – avec rapide status quaestionis – dans GENICOT-TOMBEUR, II, p. 149-157. On négligera, pour ce qui concerne l’hagiographie, les lignes non dépourvues d’erreurs de BROUETTE, Feuillen, col. 1346.
5
Catalogu
s codicum hagiographicorum latinorum antiquiorum saeculo XVI qui asservantur in Biblio-theca Nationali Parisiense. Bruxelles-Paris, I, 1889, p. 195-196, d’après le ms. 2768a du Xe siècle.
6
Cit
é dorénavant Additamentum dans le texte, A.N.F. dans les notes.
70
restes de Feuillen) et le 17 mars 659 (décès de sainte Gertrude), vraisemblablement en 6577.
a. Saint Feuillen et la fondation de Tabbaye de Fosses d’après l’Addi-tamentum Nivialense de Fuillano
Après le décès de saint Fursy8, frère des saints Feuillen et Ultain9, le monastère anglo-saxon de Cnobheresburg10 dont Feuillen était devenu abbé après le départ de Fursy sur le continent11 est, en 650, pris par les troupes de Penda, roi de Mercie, et de son allié, le roi Aetelhere. Un retour inespéré d’Anna, roi d’Est-Anglie, sauve Feuillen et ses moines. Après le rachat des moines captifs12, Feuillen s’embarque pour le continent et emporte avec lui les reliques, les objets de culte et les livres de son abbaye13. Arrivé à
7
Su
r PA.N.F., voir surtout GROSJEAN, Notes 1957, p. 379-420 et NOIR, Fosses, p. 3-8. Il en existe deux adaptations françaises, dues respectivement à E. Jamart (Le petit Brabançon de Nivelles et du Brabant Wallon, 26 janvier 1901, p. 2, col. 6) et à J. Gauze (Feuillen, p. 38-44), ainsi qu’une traduction allemande (BIELER, Irland, p. 105-106). La meilleure édition scientifique est due à Bruno Krusch (MGH SSRM, IV, p. 449-451 et 780) mais devrait être refaite (GROSJEAN, Notes 1957, p. 379-381 et Notes 1960, p. 365, n. 3). Le terminus post quem (656) sera discuté plus bas; le terminus ante quem (659) a été adopté après la démonstration de GROSJEAN, Notes 1957, p. 387-393, suivie notamment par BIELER, Irland, p. 105-106 et par EWIG, Grimoald, p. 456-457; J.-J. Hoebanx a fait preuve d’une excessive prudence (Nivelles, p. 56, n. 3 et Abbaye de Nivelles, p. 278). HUGHES, CR Notes, p. 61 propose, mais sans preuve, un terminus ante quem de 656-657; ce qui placerait l’A.N.F. entre 656 et 657. Je donnerai plus loin quelques éléments qui confirment cette datation et autorisent de placer la rédaction de l’A.N.F. en 657 (infra, p. 304, n. 147).
8
Su
r saint Fursy, mort le 16 janvier 649 ou 650, voir la bibliographie et les éléments donnés infra, p. 306-307. Cfr. notamment GROSJEAN, Notes 1957, p. 389-391, n. 1 et p. 393; GOUGAUD, Irlandais hors d’Irlande, p. 108-113; VAN DOREN, Furseo; BENTON, Péronne, p. XIV-XV; BIELER, Irland, p. 103-105; ou, BROUETTE, Fursy, col. 476-483 (qui situe la mort du saint le 16 janvier 648 ou 649).
9
Su
r Ultain, dont on fait parfois le successeur de Feuillen comme abbé de Fosses, voir infra, p. 293-295.
10
L’identification traditionnelle de Cnobheresburg avec Burgh Castle (Suffolk), un des forts du litus saxonicum, a été récemment mise en doute par J. CAMPBELL, Bede’s Words for Places, dans Names, Words and Graves. Early Médiéval Settlement (éd. P. H. SAVYER). Leeds, 1979, p. 34-54 (à la n. 6 de la p. 36); JAMES, Archaeology, p. 50, n. 26 et BULLOUGH, Missions, p. 88, n. 25. Pour l’identification traditionnelle, on se référera au livre de H. DAHL, The Roman Camp and the Irish Saint at Burgh Castle. Londres, 1913 ou encore GROSJEAN, Notes 1960, p. 365, n. 5, et BROUETTE, Fursy, col. 477 (avec bibliogr. compl.).
11
Vita Fursei, VIII; éd. KRUSCH, p. 438: Fuilanum sanctum …, cui etiam sortito monasterii et animarum dereliquit curam. – BEDE, Historia, II, 19; éd. COLGRAVE-MYNORS, p. 274-276. Le départ de Fursy vers le continent, suivi par la fondation de l’abbaye de Lagny, est habituellement daté des années 640-641.
12
Le père Grosjean (Notes 1960) suggérait que le trésor monétaire de la fameuse tombe de Sutton Hoo ^pourrait être arrivé en Est-Anglie, en réponse à l’appel de Feuillen, afin de lui permettre de racheter ses moines prisonniers* (p. 367); il appuyait sa démonstration sur un passage d’A.N.F. et sur la datation, vers 650, de la tombe de Sutton Hoo. Or, la sépulture de Sutton Hoo est celle du roi d’Est-Anglie, Raedwald, décédé en 624-625 et le texte de l’A.N.F. (monacbis …de captivitate redemptis) ne parle pas d’un appel de Feuillen. Dès lors, l’hypothèse ingénieuse du père Grosjean ne peut pas être retenue. Pas plus, d’ailleurs, que celle de Luc Noir (Fosses, p. 63) qui voyait dans ce même passage de l’A.N.F., un indice suggérant que Feuillen suivait la règle de saint Comgall de Bankor, qui évoque la pratique de la délivrance des captifs: le texte de l’A.N.F. est trop vague et le rachat de ses moines par Feuillen, trop logique pour qu’on puisse en inférer une quelconque réglementation religieuse.
13
A.N.F. ; éd. KRUSCH, p. 449: Monacbis enim de captivitate redemptis, sanctis quoque inventis reliquiisy sacro altaris ministerio et libris in navi oneratis. A rapprocher de la Vita Bertuini, IV; éd. LEVISON, p. 179-180 (cfr. infra, p. 139). lan Wood interprète ce passage comme montrant l’usage d’un autel portatif (WOOD, Vita Columbani, p. 73).
71
Péronne, où repose son frère Fursy, il est reçu par le patrice Erchinoald, maire du palais de Neustrie14. Puis, il se rend à Nivelles15 où il est accueilli par Itte, veuve du maire du palais d’Austrasie, Pépin l’Ancien, et sa fille Gertrude, qui avaient fondé une abbaye peu auparavant16 à l’instigation de saint Amand17. Avec l’appui de son fils Grimoald, le nouveau maire du palais d’Austrasie, Itte fait donation à Feuillen d’un de ses domaines personnels – la villa de Bebrona18 – pour qu’il y établisse un monastère d’hommes. Jusqu’au jour de sa mort (le 8 mai 652)19, Itte fournit à la nouvelle communauté, l’aide nécessaire20. Feuillen se rend régulièrement à Nivelles21 où il joue le rôle de directeur spirituel de l’abbaye double; la première communauté de l’abbaye aux hommes de Nivelles semble d’ailleurs avoir été constituée de moines irlandais ou, du moins, de religieux formés au monachisme irlandais, vraisemblablement sous l’influence de Feuillen22.
14
A.N.F. ; éd. KRUSCH, p. 449: ipsepostremum Francorumpetivit terras, atque in eodem loco, quo beatus Furseus sepultus est, a supradicto Erchinoaldo patricio suscepti sunt. Sur Erchinoald, EBLING, Prosopo-graphie, p. 137-139.
15
On a longuement disserté sur une phrase de l’A.N.F. (Quo non multo post a patricio viros peregrinos despiciente expulsi sunt; éd. KRUSCH, p. 449-450) et on s’est interrogé sur les raisons de cette expulsion. Le Père Grosjean retient surtout l’hypothèse selon laquelle Erchinoald n’aurait pas aimé voir s’implanter, à côté de son abbaye de Péronne, une nouvelle abbaye irlandaise (Notes 1957, p. 389); L. Noir insiste, quant à lui (Fosses, n. 2, aux p. 48-49), sur l’interprétation minimaliste à accorder au verbe expulsi sunt. Cette expulsio est discutée plus loin, p. 305-309.
16
Sur la date de fondation de Nivelles et sur celle de l’épiscopat de saint Amand, voir DIERKENS, Nivelles.
17
DE MOREAU, Amand apôtre, p. 193-195; DE MOREAU, Amand évangélisateur, p. 34-35; DE MOREAU, Vita Amandi, p. 460-461.
18
A.N.F. ; éd. KRUSCH, p. 450 : In villa quae ex nomine fluminis decurrentis nuncupatur Bebrona, ordinate monasterium religiosorum Foilnanus construxit monachorum, predicta Dei famula Itane cuncta necesseria ministrante. Le nom de Bebrona n’a survécu, à Fosses, que dans le nom de la Biesme qui traverse encore aujourd’hui la ville de Fosses (ROLAND, Toponymie, p. 16,40, 95,100-101); il évoque le castor (ROLAND, Castor, p. 12-13 et 23-26). Quant au toponyme de Fosses, il figure déjà dans l’A.N.F. (éd. KRUSCH, p. 452: in loco … celeberrimo, nominato alio nomine Fossas). On a voulu voir dans cette mention une addition (avant 900, puisque le premier manuscrit de l’A.N.F. est du IXe siècle) au texte original de l’Additamentum (GROSJEAN, Notes 1957, p. 384). Néanmoins le nom de Fosses figure aussi dans la Vita Geretrudis, composée vers 670 et donc légèrement postérieure à l’A.N.F. (Vita Geretrudis, VII; éd. KRUSCH, p. 462: in monasterio quod vocatur Fossuense).
19
GROSJEAN, Notes 1957, p. 387 et 393; HOEBANX, Nivelles, p. 55.
20
L’hagiographe énumère quelques-uns des bienfaits d’Itte (A.N.F., p. 450): distribution d’aumônes, soins aux pauvres, accueil des peregrini, hospitalité, dons pour le culte divin, fondation de Nivelles.
21
Les Vitae postérieures de Feuillen insistent plus encore sur ce rôle; elles rapportent même qu’une fois Fosses fondée, Feuillen a confié le gouvernement de la nouvelle abbaye à son frère Ultain pour pouvoir revenir auprès de Gertrude (Vita prima, IV: AASS, Oct., XIII, p. 384; Vita secunda, VIII: AASS, Oct., XIII, p. 388). Trente kilomètres environ séparaient Nivelles de Fosses, située sur la voie de Dinant à Nivelles; sur les chemins qui permettaient des relations rapides entre les deux communautés monasti-ques, voir surtout DELANNE, Nivelles, p. 146-147 et 183 ainsi que les cartes de JONCKHEERE, Chemins; ROUSSEAU, Meuse ou FANCHAMPS, Tonlieux, p. 207-208 et 215. Sans insister sur la vitesse moyenne des transports par route au Moyen Age (GROSJEAN, Notes 1957, p. 399, suppose 5 km/h pour des chevaux chargés et montés; comparer avec Y. RENOUARD, Information et transmission des nouvelles, dans: L’histoire et ses méthodes, éd. CH. SAMARAN. Paris, 1961, p. 95-142, aux p. 110-117, et P. BONENFANT, Un clerc cathare en Lotharingie au milieu du XII*1″‘ siècle, dans: Le Moyen Age, LXIX, 1963, p. 271-280, à la n. 41, p. 279), il importe de faire remarquer qu’une demi-journée devait suffire pour aller de Nivelles à Fosses. C’est aussi ce que montre un épisode de la Vita Geretrudis, datée de vers 670 (éd. KRUSCH, p. 462; cf. infra, p. 295). Sur ce point, voir surtout GROSJEAN, Notes 1957, n. 3 des p. 394-395.
22
HOEBANX, Nivelles, p. 57-60.
72
Après avoir célébré, à Nivelles, la messe de la veille de la Saint Quentin (30 octobre) et fait quelques recommandations aux seniores fratres de Nivelles pour le cas où il décéderait en chemin, Feuillen reprend la route. Détourné par un homme qui lui proposait l’hospitalité, il passe la nuit dans un hameau non nommé23. Au petit matin, il est assassiné avec ses trois compagnons24; leurs chevaux, biens et vêtements sont vendus25. Leurs corps, enterrés dans une fosse sous une porcherie voisine, ne sont découverts que 77 jours après26, grâce aux efforts conjugués de Gertrude et des moines de Fosses (16 janvier 656)27. Grimoald et Didon, évêque de Poitiers, qui se trouvaient à Nivelles28, se rendent à la rencontre du cortège funèbre qui ramenait en grande pompe les quatre corps à Nivelles. Après que les moines et moniales de Nivelles aient prélevé
23
Les Vitae postérieures seront plus précises sur l’endroit de ce hameau. La vita prima, due à Paul, un moine (ou chanoine) de l’abbaye de Nivelles qui vivait peut-être à la fin du Xe siècle ou au début du siècle suivant, parle de la silva coenobio sanctae Gertrudis contigua, quae Sonefia dicitur (AA SS, Oct., XIII, p. 384, § 4). La vita secunda, un peu postérieure, reprend les mêmes données et cite la villa quae vocatur Sonefia (AASS, Oct., XIII, p. 388, §9). La vita quarta, vie métrique composée par Hillin de Fosses à l’extrême fin du XIe siècle, parle d’abord de la forêt Charbonnière (nemori Charbeneriensi), près de la villa de Sonephia et du lieu nommé Ampolines (AASS, Oct., XIII, p. 403, §33 et 34). Hillin, dans les Miracula Foillani qu’il a composés vers 1100, donne les précisions suivantes: inpago Hainaugia nomine, in nemore nuncupato Charbeneria, loco qui dicitur Ampolinis, contermino parochiae vici qui vocatur Sterpeis (AASS, Oct., XIII, p. 417, § 1). La tradition veut que l’abbaye Saint-Feuillen du Roeulx, qui fut créée à l’endroit décrit par Hillin, se soit établie sur le lieu même du martyre de Feuillen (les actes de 1125 et 1137 relatifs à la fondation du Roeulx, éd. MIRAEUS-FOPPENS, Op. dipl., I, p. 103, col. I et éd. BARBIER, A. H. E. B., IV, 1867, p. 399-400, reprennent ces détails; mais il s’agit d’un faux: WYMANS, Circonstances, p. 119-120). Sur ce dossier complexe, on se rapportera surtout à WYMANS, Saint-Feuillen du Roeulx, p. 25-28; WYMANS, Circonstances, p. 115-120; GROSJEAN, Notes 1957, p. 401-406; CREPIN, Roeulx, p. 107-108, en attendant la parution de l’étude de Claire Billen sur Saint-Feuillen du Roeulx (Roeulx).
24
II n’est pas utile d’ouvrir ici le dossier relatif aux compagnons de Feuillen et au sort de leurs corps (status quaestionis dans DE BUCK, AA SS, Oct., XIII, p. 432-433 et dans GROSJEAN, Notes 1957, p. 407-419): Contre l’avis de J. Gauze (GAUZE, Pierre carolingienne 1; Pierre carolingienne 2; Feuillen, suivi par certains historiens dont A. D’HAENENS dans: Benedictus en zijn monniken, II, p. 41-42, n. 116), on ne peut tenir compte, pour l’histoire des reliques de Feuillen et de ses compagnons, de la fameuse »pierre de saint Feuillen* (pi. I, c), trouvée lors des fouilles de 1951 sous la collégiale de Nivelles, non loin de la tombe mérovingienne de Gertrude: voir la notice du catalogue Sainte Gertrude de Nivelles. Histoire et Folklore (Nivelles, 7 septembre-10 novembre 1974), p. 9, n° 4 et surtout MERTENS, Sous-sol archéolo-gique, p. 30-31, qui propose la lecture, définitive à mes yeux: Hic requiescunt membra inlata beata memoria Sinevvaloni qui fuit interfectus nonis iuniis (ou iuliis).
25
A.N.F. ; éd. KRUSCH, p. 451 : Et res sic multis latuit diebus, quia eorum vestimenta et caballos et quicquid habebant foras transmittentes longe habitantibus vendiderunt.
26
Le nombre de 77 est typique de l’hagiographie irlandaise ou d’influence irlandaise (GROSJEAN, Notes 1957, p. 381); Y inventio des restes de Feuillen a eu lieu un 16 janvier, c’est-à-dire le jour anniversaire de la mort de Fursy: Hoc numéro mistice in multis divine scripture locis adnotante, ipso die inventa quo beatus Furse us f rater eius ad Dominum de corpore migravit (A.N.F. ; éd. KRUSCH, p. 451). Sur le chiffre 7: H. MEYER et R. SUNSTRUP, Zum Lexikon der Zahlenbedeutungen im Mittelalter. Einfuhrung in die Méthode und Probeartikel: die Zahl 7, dans: Fr. St., XI, 1977, p. 1-73.
27
Pour la date précise du 13 janvier 656 pour Y inventio et, donc, du matin du 31 octobre 655 pour l’assassinat de Feuillen, je me rallie aux conclusions d’EwiG, Grimoald et de GROSJEAN, Notes 1957; cfr. aussi HUGHES, CR Notes, p. 61.
28
Grimoald et l’évêque Didon, décrit en termes flatteurs dans l’A.N.F., se trouvaient à Nivelles, non locorum sanctorum visitandi gratia, mais bien pour comploter et préparer le coup d’Etat de Grimoald; c’est, du moins, l’hypothèse très vraisemblable de GROSJEAN, Notes 1957, p. 391-392.
73
quelques reliques29, le corps de Feuillen est conduit à Fosses, selon le désir exprimé par le saint avant sa mort30.
b. Remarques complémentaires sur les circonstances de la mort de saint Feuillen
Les circonstances du meurtre de Feuillen ont suscité des remarques nombreuses: où se rendait Feuillen après avoir célébré la messe du 30octobre? Où a-t-il été assassiné?31. En voici quelques aspects.
Contrairement à la plupart des auteurs qui, à partir d’une compréhension littérale de Y Additamentum, faisaient de Nivelles le lieu où fut célébrée la messe du 30 octobre et envisageaient ensuite un retour à Fosses où Feuillen devait célébrer la messe de la Saint Quentin (31 octobre)32, le père Grosjean se basait sur une critique textuelle interne et prenait en considération la tradition qui faisait mourir Feuillen dans la forêt de Seneffe, à l’emplacement de la future abbaye du Roeulx; il proposait, sur cette base, que la messe de Nivelles n’était que la première étape d’un long voyage qui devait conduire Feuillen de Fosses à Péronne ou Lagny33. Pour G. Wymans, au contraire, Feuillen a quitté Fosses le 30 octobre pour se rendre à Nivelles en vue d’y chanter la messe de la Saint Quentin et c’est du chemin de Fosses à Nivelles qu’il a été indûment détourné34.
La structure de la phrase-clé de Y Additamentum semble claire et, à mes yeux, n’autorise pas de contestation35: Feuillen a bien célébré la messe à Nivelles. De plus, si l’on admet la date du 31 octobre donnée, pour la mort de Feuillen, dans les martyrologes les plus anciens36, on ne peut dater la messe de Nivelles que du 30 octobre37. Enfin, l’auteur de Y Additamentum ne dispose que de deux éléments sûrs: le départ de Feuillen et Y inventio de son corps; le long récit sur les raisons du
29
A.N.F.; éd. KRUSCH, p. 451: Atque in monasterium sanctarum virginum susceptus, reliquiis ab eo sumptis veneranter …ad proprium deportatur monasterium.
30
A.N.F. ; éd. KRUSCH, p. 450: … senioribus supplicans fratribus, ut corpus illius, sicubi inter vias mori contigisset, a fratribus semper cum eo laborantibus … requireretur.
31
Sur ce point, voir les quelques indications de la n. 23. Il ne semble pas y avoir de raison objective pour refuser la tradition (sur laquelle les Nivellois comme les Fossois étaient d’accord au Xe siècle), selon laquelle Feuillen mourut au Roeulx. Hillin de Fosses évoque d’ailleurs, vers 1100, dans ses Miracula Foillani une église de bois, déjà fort ancienne, élevée à l’endroit du martyre et décrit, avec une grande précision topographique, de nombreux miracles qui y ont été effectués (AA SS, Oct., XIII, p. 417-418, §§ 1-8); cfr. BILLEN, Roeulx et supra, n. 23.
32
EWIG, Grimoald, p. 456.
33
GROSJEAN, Notes 1957, p. 398; NOIR, Fosses, p. 52.
34
WYMANS, Circonstances, p. 112; BROUETTE, Feuillen, col. 1347.
35
A.N.F.; éd. KRUSCH, p. 450: Foilnanus … pro utilitate gregis sibi commissi, iter adgrediens (,) die vigiliarum sanctissimi martyris Quintini (,) missarum sollempnia in Nivialensi ecclesia decantans, senioribus supplicans fratribus …, valedicens omnibus profectus est. La succession des quatre participes présents indique un déroulement chronologique d’éléments réels et on ne peut, en aucune façon, comprendre decantans dans le sens de decanturus supposé par WYMANS, Circonstances, p. 113.
36
Exemples connus dès le VIIIe siècle; cfr. GROSJEAN, Notes 1957, p. 382, n. 5. Voir aussi infra, p. 311.
37
Dès lors, que le die vigiliarum sanctissimi martyris Quintini porte sur iter agrediens, sur decantans ou sur les deux participes, ne change la chronologie que de quelques heures dans la journée du 30 octobre. Contrairement à ce que suppose G.Wymans qui en fait l’argument majeur de sa démonstration (WYMANS, Circonstances, p. 110-112).
74
détour de Feuillen et sur les circonstances et la date du meurtre est une construction pieuse à laquelle on ne peut accorder crédit38. Dès lors, on ne peut aller loin dans l’hypothèse; Feuillen, voyageant fréquemment dans le cadre de son activité religieuse39, se rend à Nivelles le 30octobre, y célèbre la messe et, avant de partir, recommande aux moines de Nivelles de demander aux moines de Fosses40 de rechercher ou de réclamer, le cas échéant, son corps. Il part, soit pour Fosses par le chemin qu’il connaissait bien mais dont il aurait été détourné pour des raisons inconnues, soit pour un autre lieu où il était attendu41. Il est impossible de savoir quand, inquiets, les moines de Fosses et les moines et moniales de Nivelles commencèrent leurs recherches42.
2.
Fondation de l’abbaye: chronologie
La fondation même de l’abbaye de Fosses est mal connue. Le site choisi est, selon toute probabilité, l’emplacement d’une villa romaine dont des éléments ont été retrouvés sous l’actuelle église Saint-Feuillen43. On a pendant longtemps prétendu que la première abbaye ne fut pas fondée sur le site de l’actuelle collégiale44.
Une lecture critique des textes45, les résultats des fouilles de 1951-52 et de celles, encore inédites, de 197546 ont permis de réfuter cette thèse, même si le plan des constructions élevées par Feuillen et ses compagnons est totalement inconnu47.
38
Ceci infirme les conclusions que G. Wymans croit pouvoir tirer de la mention eadem nocte (WYMANS, Circonstances, p. 113-114).
39
Pro utilitate gregis sibi commissi peut renvoyer à Fosses, Nivelles ou, moins vraisemblablement, à une population dont il avait participé à la conversion.
40
II semble en effet logique de voir dans les senioribus fratribus, les frères de l’abbaye aux hommes de Nivelles; dans les fratribus semper cum eo laborantibus, les moines de Fosses. Sur le moment de cette recommandation, je partage les vues de WYMANS, Circonstances, p. 114.
41
A.N.F. ; éd. KRUSCH, p. 451 : Cum ad dictumplacitum minimepervenissent peut renvoyer à n’importe quel rendez-vous, par exemple la messe de Saint Quentin que Feuillen avait promis de célébrer à Fosses ou encore une étape dans son éventuel voyage vers Lagny ou Péronne. GROSJEAN, Notes 1957, p. 400, n. 1 traduit ad dictum placitum par »à l’endroit convenu*.
42
Les deux mois et demi qui séparent le départ de Feuillen de Yinventio de son corps, ont laissé toute latitude aux Nivellois et aux Fossois de se contacter, de s’interroger, de s’inquiéter, de commencer -ensemble ou non – leurs recherches. Cette hypothèse prudente était déjà celle de CREPIN, Roeulx, p.102.
43
MERTENS, Fosses, p. 169-170. Cette villa était peut-être le centre du domaine pippinide de Bebrona (DESPY, Fosses, p. 97).
44
Mais bien au lieu-dit »En Leiche«; cfr. CREPIN, Fosses, p. 360-362 (avec discussion des propositions antérieures); ROUSSEAU-COURTOY, Excursions, p. 94; MAERE, Fosses, p. 197.
45
NOIR, Fosses, p. 50-51; BROUETTE, Fosses, col. 1218; LAMBOT, Martyrium, p. 281-282.
46
En 1975, on a découvert des murs qui ^pourraient être les vestiges de la première implantation du monastère mérovingien peu après 650« (J.JEANMART, Fosses-la-Ville: collégiale Saint-Feuillen, dans: Archéologie, 1975, 2, p. 81-82).
47
On pourrait penser à des bâtiments en bois, fréquents à l’époque mérovingienne (LAMBOT, Martyrium, p. 32, n. 2; BROUETTE, Fosses, col. 1218; CREPIN, Fosses, p. 359). La Vita Foillani prima précise que les premières cellules des moines étaient distinctes (fratrumper cellulas habitatione distincta: éd. DE BUCK, p. 384, chap. IV), mais c’est peut-être là le résultat d’un anachronisme dû à un moine ou chanoine qui écrivait à Nivelles plus de quatre siècles après la fondation de Fosses.
75
L’église était dédiée à saint Pierre48; la titulature à saint Feuillen, postérieure, est déjà attestée à la fin du Xe siècle49.
Quant à la date de fondation, on peut déduire des événements rappelés ci-dessus, qu’elle eut lieu entre 650 (exactions de Penda en Est-Anglie, qui motivent le départ de Feuillen)50 et le 8 mai 652 (mort d’Itte), vraisemblablement en 651. Cette »fourchette« chronologique étroite montre la rapidité avec laquelle se sont succédé les faits depuis l’arrivée de Feuillen sur le continent51.
B. L’ABBAYE DE FOSSES À L’ÉPOQUE CAROLINGIENNE
Aucune source ne parle de l’existence de l’abbaye de Fosses au VHP siècle52 et il faut attendre les environs de 830 pour trouver, sous la plume d’Eginhard53, une mention de Fosses qualifiée de monasterium Scottorum: un miracle aurait été effectué sur un
48
Premières mentions d’une dédicace à saint Pierre dans la Vita metrica Foillani et les Miracula Foillani, tous deux écrits par Hillin vers 1100 (éd. DE BUCK, p. 420 et 423), et dans un acte de 1096 (ad altare majus quod in honore Sancti Pétri… situm est: éd. A. H. E. B., IV, 1867, p. 397-398; sur la date – 1096 et non 1095 – ROLAND, Avoués de Fosses, p. 106, n. 2 et KUPPER, Otbert, p. 376, n. 80).
49
Fosses est, en effet, désigné comme monasterium Sancti Foillani et comme coenobium beati Foillani, dans les Virtutes (VII) et les Miracula (II) de saint Eugène, probablement écrits dans le dernier quart du Xe siècle; cf. MISONNE, Miracles, p. 265 et 283. Au XIe siècle, on trouve mention d’une double titulature à saint Pierre et à saint Feuillen; en effet, dans ses Miracula Foillani (III, 21 ; éd. DE BUCK, p. 423), Hillin parle d’une vénérable veuve (Ermentrude) qui s’installa Castro Fossensi, iuxta monasterium beati Pétri, apostolorum principis, ac venerandi martyris Foyllani (l’événement rapporté se passe vers 1080, mais il ne fut mis par écrit que vers 1100) et d’un cierge donné à l’autel ad honorem Dei martyrisque Foyllani (Miracula Foillani, IV, 30: éd. DE BUCK, p. 424). Selon C. LAMBOT, Martyrium qui s’appuie sur les Miracula Foillani, XXX (AASS, Oct., XIII, p. 424), l’oratoire dédié à saint Feuillen était distinct de l’église Saint-Pierre jusqu’à l’élévation des reliques de 1086 et à la construction, peu après, d’une nouvelle collégiale (Fosses III); c’est possible (infra, p. 84-85 et 90).
50
Sur la chronologie des événements anglo-saxons, voir surtout F. M. STENTON, The East-Anglian Kings of the Seventh Century, dans: The Anglo-Saxons. Studies in some Aspects of their History and Culture presented to Bruce Dickins (éd. P. CLEMOES). Londres, 1959, p. 43-52; BIELER, Irland, p. 105-106; GROSJEAN, Notes 1957, p. 389-391 (avec bibliographie complémentaire et discussion des sources). Ajouter notamment P. H. SAWYER, From Roman Britain to Norman England. Londres, 1978, p. 29-31, 38-39 et 93; Fr. STENTON, Anglo-Saxon England. Oxford, 3ème éd., 1971, p. 81-82 et 84-85.
51
L’année 651 semble seule pouvoir concilier le déroulement des événements, tel que le présente l’A. N. F. : d’une part, l’arrivée de Feuillen sur le continent en 650, son expulsion de Péronne puis son accueil à Nivelles, le temps mis par Itte qui n’a pu donner immédiatement un de ses importants domaines à un étranger inconnu; d’autre part, la mention explicite du soin qu’Itte mit, avant sa mort, à favoriser la jeune communauté de Fosses. On peut, en tout cas, rejeter la date de 648 proposée par les Annales Leodienses: Fundatio ville Fossensis per sanctam Gertrudem (éd. PERTZ, p. 11).
52
Dans la Vita Rolendis que je propose de dater du milieu du XIIIe s. (DIERKENS, Gerpinnes, p. 39-42), l’hagiographe rapporte que Rolende, mourante, aspire à se rendre à Fosses (Vita Rolendis, V; éd. COENS, p. 340: castelloque Fossensi aspirans) et que la mère de Rolende procéda à d’importantes donations à Saint-Feuillen (Vita Rolendis, VIII; éd. COENS, p. 343: ad Fossense castellum preteriens, erarii sui partem in ecclesia beati Foillani distribua). Le premier passage résulte probablement d’une extrapolation de l’hagiographe (voir DIERKENS, Gerpinnes, p. 39); le second peut rappeler une réalité que l’on placera dès lors à l’extrême fin du VIIIe siècle. Sur cette date, voir DIERKENS, Gerpinnes, p.43-46.
53
Dans la Translatio ss. Marcellini et Pétri (IV, 14; éd. WAITZ, p. 262), texte dont le livre IV a été rédigé entre 830 et 834. Voir surtout A. KLEINCLAUSZ, Eginhard. Paris, 1942, p. 201 et M.BONDOIS, La translation des saints Pierre et Marcellin. Paris, 1907.
76
moine de Fosses, le 21 juin 828, en pèlerinage à Saint-Servais de Maastricht54. En 870, Fosses est citée dans le texte du traité de Meersen, parmi les abbatiae attribuées à Charles le Chauve55; ce qui confirme son statut d’abbaye royale56.
C’est de cette époque que date la première église57 mise au jour sous la collégiale actuelle; le fouilleur la date de la fin du VIIIe ou du IXe siècle58. Cet édifice, de plan basilical avec transept, sera remplacé au siècle suivant (sous Notger?) par le somptueux bâtiment religieux où se dérouleront les importantes cérémonies de 108659.
Aucune source digne de foi ne permet de prendre en considération la tradition tardive faisant état d’une destruction de Fosses, située le plus souvent en 879 ou 880, lors d’hypothétiques expéditions des Normands dans la vallée de la Sambre60, vallée qui – je le rappellerai plus loin – semble pourtant avoir été totalement épargnée61. A Fosses même, lorsqu’on sculpte, à la fin du XIIIe siècle, la pierre tombale de saint Gobert, on n’hésite pas à situer l’élévation des reliques du saint en 88062; ce qui montre qu’on ne croyait pas alors à une présence de Normands à Fosses. Les Gesta abbreviata des évêques de Liège, du milieu du XIIIe siècle, n’y font d’ailleurs aucune allusion63. On signalera, toujours dans le même sens, que le texte des actes de 907 et 908 relatifs à Fosses laisse supposer qu’aucune catastrophe ne s’était abattue sur la fondation de Feuillen64. Quant à la destruction totale de l’église I de Fosses, elle est réelle mais n’a rien à voir avec les Normands: datée de la fin du Xe siècle, elle est préalable à l’édification du nouvel édifice65.
Signalons également une possible allusion à Fosses, dans une lettre qu’un Scottus, qui résidait dans la vallée mosane, près de Namur, envoya à Tévêque Francon entre 854
54
Translatio ss. Marcellini et Pétri, IV, 14; éd. WAITZ, p. 262: Hic homo de monasterio Scottorum, quod Fossae vocatur, se venisse Dothiumque appellari dicebat. On possède ainsi le nom d’un membre de la communauté de Fosses, Dothius, au début du IXe siècle.
55
Annales Bertiniani, a° 870; éd. GRAT-VIELLARD-CLEMENCET, p. 174.
56
Cfr. infra, p. 328-329. Fosses, abbaye pippinide, devint abbaye royale avec l’accession de Pépin III à la royauté (751) et garda ce statut jusque vers 906-907, lorsqu’elle fut acquise par l’évêché de Liège (infra, p. 78-80). On rappellera aussi que Charlemagne avait »nationalisé« les biens des pérégrins qui, désormais, relevaient de la royauté carolingienne; cfr. LESNE, Propriété ecclésiastique, II, 1, p. 2 et 11; DE MOREAU, Histoire de l’Eglise, I, p. 229; NOIR, Fosses, p. 270.
57
Ou plutôt la seconde, si les suppositions de J. Jeanmart (citées supra, n. 46) se confirment.
58
MERTENS, Fosses, p. 172.
59
MERTENS, Fosses, p. 172-175; LAMBOT, Martyrium, p. 286-287; NOIR, Fosses, p. 82-86. Cfr. infra, p. 83-85.
60
KURTH, Notger, I, p. 177; KAIRIS, Fosses, p. 13; CAJOT, Normands, p. 225-239; NOIR, Fosses, p. 66; BERLIÈRE, Monasticon Belge, I, p. 57; WEISGERBER, Irenwelle, p. 729.
61
Cfr. infra, p. 330-331.
62
BROUETTE, Gobert, p. 77-79; BROUETTE, Fosses, col. 1218-1219 (qui rapporte aussi la tradition du martyre de saint Fébry). Daniel Misonne m’a, quant à lui, fait part de ses doutes sur les hypothèses de Brouette: selon lui, les saints Gobert et Fébry, jouissant du même degré de fête que les saints irlandais honorés à Fosses (Feuillen, Ultain, Fursy, Brigide, etc.), sont peut-être également des saints irlandais (Gobert pour Gobanus/Gobain, par ex.) ou des moines de Fosses.
63
Gesta episcoporum Leodiensium abbreviata; éd. HELLER, p. 130-131. Le nom de Fosses n’est même pas cité dans l’ouvrage – presque exhaustif sur la question – de D’HAENENS, Invasions normandes; voir les remarques critiques de CREPIN, Fosses, p. 17-19.
64
NOIR, Fosses, p. 67, n. 2. Cfr. infra, p. 78-80.
65
MERTENS, Fosses, p. 173; LAMBOT, Martyrium, p. 282; NOIR, Fosses, p. 82. Cfr. infra, p. 83-85.
77
et 87766. On peut en effet supposer que c’est à Fosses que s’était arrêté le prêtre irlandais et qu’il écrivit à Francon pour se plaindre d’un vol dont il a été victime lors d’un voyage sur la Meuse67.
C. L’ABBAYE – PUIS CHAPITRE – DE FOSSES AUX Xe ET XIe SIÈCLES
1.
U abbatiat laïc de Gisèle et la donation à Vévëché de Liège
Un acte du 26 octobre 90768 se révèle d’un intérêt capital pour l’histoire de Fosses: on y apprend l’existence d’un abbatiat laïc – conféré à une femme, bien que Fosses soit une abbaye masculine – et la donation de l’abbaye à l’Eglise de Liège. Conservé en original69, indiscutablement vrai70, ce diplôme de Louis l’Enfant mérite une analyse attentive.
Le préambule insiste sur la nécessité pour le souverain d’accéder aux demandes de ses fidèles, surtout quand elles concernent les églises qui lui ont été confiées (ecclesiarum sibimet comissarum). L’exposé précise qu’une défunte illustris femina, Kisala (Gisèle), avait cédé à l’Eglise de Liège71 en précaire, l’abbaye de Fosses72; que, par conséquent, elle en a joui de l’usufruit viager et reçu en bénéfice alias res episcopii; et qu’à la mort de la donatrice, l’évêque de Liège Etienne demande à Louis l’Enfant confirmation de cette donation73. Dans le dispositif, le roi d’Allemagne fait mettre par
66
Ed. DUMMLER, MGH Ep., VI, p. 196-197, n° IV/51.
67
Ed. DUMMLER, MGH Ep., VI, p. 196-197: Notum sit vestrae pietatis visceribus (se. Franconis), quod causa orationis Roma revertens prope hoc monasterium, … homines qui mecum erant in eadem navi, spolia mea rapuerunt. Le vol a été perpétré par un serviteur d’un chapelain épiscopal, avec la complicité d’un serviteur d’un autre chapelain épiscopal, qui cum quodam sacerdote nomine Odacras in castello iuxta Namucum habitat. Le contexte suggère que le monasterium où se rendait l’irlandais Electus (ego nomine Electus scottigena presbyter dignitate) était situé non loin de Namur; mais on ne peut exclure qu’il s’agisse de la colonia Scottorum de Liège (cfr. WEISGERBER, Irenwelle, p. 730-731).
68
Voir surtout éd. SCHIEFFER, MGH DD ex stirpe Karol., IV p. 181-182 (DLK 55), avec liste des éditions. On y ajoutera NOIR, Fosses, p. 221-222.
69
A.E.Lg., Arch. eccl., Chartrier de Saint-Lambert, n°2.
70
Schieffer (MGH DD ex stirpe Karol., IV, p. 181) y voit une oeuvre d’Ernestus B, à la chancellerie impériale.
71
Acte de 907; éd. SCHIEFFER, MGH DD ex stirpe Karol., IV, p. 182: ad monasterium sanctae Mariae et sancti Lantperti, ubi illius episcopi domus estprincipalis et ubipresenti tempore vir venerabilis Stephanus nomine episcopus esse dinoscitur.
72
Act
e de 907; éd. SCHIEFFER, MGH DD ex stirpe Karol., IV, p. 182: abbatiam Fosses nominatam inpago Lominse in comitate Perengarii. Un acte de janvier 908 précise abbatiam nomine Fossas… inpago ac in comitate Lummensi constitutam, cuius nunc adest cornes Perengarius (éd. SCHIEFFER, MGH DD ex stirpe Karol., IV, p. 184). Sur cette mention de Bérenger, comte de Lomme, voir ROUSSEAU, Actes, p. XXII.
73
A la prière d’Etienne, on ajoutera la supplicatio de deux fidèles du roi, l’archevêque Hatton et le comte Kepehart/Gebhard. La présence de Gebhard qui fut dux regni quod a multis Hlotharii dicitur est particulièrement intéressante; cfr. KIENAST, Herzogstitel, p. 314, 375-376 et 446 (avec bibliogr. compl.).
78
écrit (auctoritatis nostrae preceptum) que l’abbaye de Fosses, avec ses dépendances, appartient perpetualiter à l’évêché de Liège74.
On peut donc décomposer comme suit, les étapes de l’histoire de Fosses:

Loui
s l’Enfant a donné (donavimus) à Gisèle, inproprium, l’abbaye de Fosses75. La date de cette donation n’est pas connue; pas plus que celle de la rédaction de l’acte qui devait la sanctionner76. Pour autant qu’on s’en tienne aux termes de l’acte et qu’on attribue, de façon minimaliste, donavimus au seul Louis d’Enfant77, on possède le terminus post quem de 900; la mort de Gisèle, suivie de peu par la rédaction de l’acte d’octobre 907, en est le terminus ante quem7*.

Gisèl
e conclut avec l’évêché de Liège un contrat de précaire (per cartamprecariam): elle donne Fosses à Liège moyennant la jouissance viagère des revenus de son abbatiat laïc dans cette abbaye et les quelques autres biens cédés en bénéfice. La date des deux actes qui entérinaient le contrat de précaire n’est pas précisée79.

A
la mort de Gisèle, les biens retournent, comme prévu dans le contrat80, à l’évêché de Liège. Ce qu’Etienne fait confirmer le 26 octobre 907. Il est vraisemblable que le décès de Gisèle est de peu antérieur à la rédaction de l’acte.
Le personnage de Gisèle est connu: fille de Lothaire II et de sa concubine Waldrade, parente de Zwentibold, veuve du viking Godefroid81, elle reçut, après la mort de son
74
Acte de 907; éd. SCHIEFFER, MGH DD ex stirpe Karol., IV, p. 182: supradicta abbatia Fosses cum omnibus rébus, magnis et parvis, nomen habentibus et ad eam iuste pertinentibus pro remedio animae nostrae parentumque nostrorum ad predictum episcopatum perpetualiter possidenda constat.
75
Acte de 907; éd. SCHIEFFER, MGH DD ex stirpe Karol., IV, p. 182 : quia nos ipsi cum nostrae auctoritatis praecepto in proprium donavimus.
76
L’existence de cet acte est établi par cum nostrae auctoritatis praecepto (n. 75).
77
Text
e cité n. 75. L’insistance sur nos ipsi … donavimus et la totalité de l’acte qui emploie, comme d’habitude, le »nous« majestatif plaident, à mes yeux, pour une identité du donateur de Fosses avec le souscripteur de l’acte. Contra, NOIR, Fosses, p. 72.
78
Une tradition tardive, attestée notamment par Anselme de Liège, entre 1052 et 1056 (Gesta pontificum Leodicensis aecclesiae, XIX; éd. KOEPKE, p. 200) puis par Aubry de Troisfontaines (Chronica, a°890; éd. SCHEFFER-BOICHORST, p. 747), le continuateur de Sigebert de Gembloux (Auctarium Gemblacense, a° 890; éd. BETHMANN, p. 391) et Gilles d’Orval (Gesta episcoporum leodiensium, II, 37; éd. HELLER, p. 50), fait de Fosses une acquisition de l’évêque de Liège Francon en 889 ou 890, en même temps que l’évêque de Liège acquiert l’abbaye de Lobbes. Outre l’emploi anachronique du praepositura pour désigner Fosses, cette date ne peut être retenue que si l’on admet une interprétation maximaliste du donavimus de l’acte de 907 et vaudrait alors, peut-être, pour la date du contrat de précaire. C’est peu vraisemblable. Dans le même sens, KAIRIS, Fosses, p. 14, mentionne un acte du 15 novembre 888 (lire 889), par lequel le roi Arnoul aurait donné Fosses à Francon; cet acte ne concerne pas Fosses mais Lobbes (éd. KEHR, MGH DD ex stirpe Karol., III, p. 94-96, n°64); cfr. infra, p. 112-113.
79
L’existence d’un acte est établie per cartamprecariam de l’acte de 907 et per prestariam de l’acte de 908 (MGH DD ex stirpe Karol., IV, p. 182 et 184). Sur l’existence de deux actes, un pour le propriétaire concédant et un par le tenancier bénéficiaire, voir, par ex., GANSHOF, Féodalité, p. 30-32, qui signale aussi (p. 31) que »le terme de prestaria était parfois employé pour désigner la charte émanant du concédant*.
80
Acte de 907; éd. SCHIEFFER, MGH DD ex stirpe Karol., IV, p. 182:… ea ratione, ut post obitum suum (se. de Gisèle) utque res ex integro illuc reverterentur.
81
Voir notamment HOEBANX, Nivelles, p. 110; SCHIEFFER, MGH DD ex stirpe Karol., IV, p. 36-38, D 21 ; NOIR, Fosses, p. 68. Cfr. les actes de Zwentibold du 30 juillet 896 (propinqua nostra nomine Kisla, gloriosissimi régis Lotharii filia) et du 26 juillet 897 (dilectissime neptis nostre Gissele): éd. SCHIEFFER; MGH DD ex stirpe Karol., IV, DZ 11 et 16. Voir aussi D’HAENENS, Invasions normandes, p. 123 et n. 164, avec bibliographie.
79
mari, la charge abbatiale de Nivelles82 et l’abbatiat de Fosses83; elle possédait d’autres biens, à titre personnel84. Gisèle et sa mère Waldrade ont donné à l’abbaye de Fosses, un calice d’or que le chapitre vendit, en 1096, pour acquérir la seigneurie de Vaux-Borset, de Garnier de Grez partant pour la croisade85. Les circonstances de son abbatiat à Fosses ne sont pas connues ; on ne sait si elle en fut la première abbesse laïque ou si, plus vraisemblablement, la charge abbatiale était déjà alors aux mains de laïcs86. De même, rien ne permet d’établir l’existence à la fin du IXe ou au début du Xe siècle, d’une mense conventuelle à Fosses, pendant de celle de Nivelles, l’autre abbaye détenue par Gisèle87.
Si la date exacte du passage de Fosses au rang d’abbaye épiscopale ne peut donc être établie, on trouve mention explicite de ce statut, outre l’acte de 907, dans un acte du 5février 908 (abbatiam nomine Fossasperprestariam a Gisla … acquisitam)ss, puis, régulièrement, en 980, 987-988, 1006, 1070 et 115589.
2.
La mutation de Vabbaye de Fosses en chapitre de chanoines séculiers
Le premier texte90 à parler de chanoines à Fosses est le récit hagiographique des Virtutes de saint Eugène, rédigé probablement dans le dernier quart du Xe siècle par un moine de Brogne91: Adelelmus, archidiacre de Hainaut (?) au diocèse de Liège, apprend que les reliques d’Eugène pénètrent sur le territoire soumis à sa juridiction et, accompagné d’une abondante foule de laïcs et de clercs de l’abbaye de Fosses, va à la
82
Voir l’acte de Zwentibold du 26 juillet 897 (quasdam res Nyvialensi abbaciae sibi concesse) et l’acte de Louis l’Enfant du 20 octobre 906 (Liutgardus vassalus Gislae venerabilis abbatissae)-, cfr. éd. SCHIEFFER, MGH DD ex stirpe Karol., IV, D Z 16 et D. LK 50; ou KOCH, Oorkondenboek, I, p. 37-38, n° 22. Sur ceci, voir surtout HOEBANX, Nivelles, p. 109-111.
83
On a parfois tiré argument de cette double fonction abbatiale pour inférer des liens organiques entre Nivelles et Fosses encore au Xe siècle. Cfr. infra, p. 303-309.
84
Gisèle reçoit notamment de Zwentibold inproprium la villa de Seffent, détachée à cette occasion du fisc du palais d’Aix (30 juillet 896: éd. SCHIEFFER, MGH DD ex stirpe Karol., IV, D Z 11 ou, en dernier lieu, éd. WISPLINGHOFF, Rheinisches Urkundenbuch, I, p. 29-31, n°20).
85
Acte publié dans les A. H. E. B., IV, 1867, p. 396-398: accepto ab eadem ecclesia aureo calice non modici ponderis, videlicet viginti marcarum etfirtonis, quem a Waldrade regine et Gisle abbatisse temporibus ob reverentiam pie memoriae eadem ecclesia sibi retinuerat. Ce texte a été utilisé par BROUETTE, Gobert, p. 83 et n. 3, mais d’après une étude de Crepin (Le Messager de Fosses, 20 août 1933); voir aussi CREPIN, Fosses, p. 22-23 et LAMBOT, Fosses, p. 302, n. 2 (avec référence complémentaire à l’obituaire inédit de Fosses). Sur la date, KUPPER, Otbert, p. 376, n. 80 et, auparavant, ROLAND, Avoués de Fosses, p. 106, n.2.
86
Ceci est rendu plus vraisemblable encore par le fait que Fosses était l’abbaye royale; cfr. supra, p. 77.
87
Sur la mense conventuelle de Nivelles au IXe siècle, voir HOEBANX, Nivelles, p. 106-109.
88
Ed. SCHIEFFER, MGH DD ex stirpe Karol., IV, p. 183-184 (DLK 57).
89
Voir respectivement MGH DD, II, p. 238, n°210 (980); MGH DD, II, p. 445-446 ou C.S.L., I, p. 23-24 (987-988); C.S.L., I, p. 25-27 (1006); C.S.L. I, p. 34-36 (1070); C.S.L., I, p. 76-80 et 74-76 (1155). Lorsque, en 980, l’évêché de Liège acquit des droits comtaux, Fosses fut soustraite du comté de Lomme pour devenir une enclave liégeoise en terre »namuroise«.
90
Le dernier texte à évoquer, sans équivoque, le statut de monastère bénédictin de Fosses est la Translatio ss. Marcellini et Pétri des années 830: monasterium Scottorum quodFossae vocatur (IV, 14; éd. WAITZ, p. 262). Cfr. supra, p. 76-77.
91
MISONNE, Miracles, p. 239-240 et 242. Sur ce texte, voir infra, p. 200-201.
80
rencontre du cortège92. Ce passage procède d’une extrapolation de quelques lignes, plus vagues, du Sermo de adventu S. Eugenii, oeuvre contemporaine de saint Gérard et écrite du vivant de l’évêque Richer93: Adelelmus réunit une foule de fidèles (clercs, hommes et femmes) dont l’origine n’est pas précisée94; dom Misonne voit dans ces clercs l’entourage de l’archidiacre et le clergé des environs95.
En bonne critique, il n’est évidemment pas possible de rapporter cette mention des chanoines de Fosses à la date de l’arrivée des reliques d’Eugène au diocèse de Liège, en août 919 %. Jusqu’aux récentes éditions du dossier hagiographique de saint Eugène, il est vrai, on ne pouvait se servir que de la Vita Gerardi écrite vers 1075 ou de l’édition souvent défectueuse des Virtutes de saint Eugène97. L’historiographie de Fosses a donc pris pour argent comptant, les allégations des Virtutes et placé en 919 le terminus ante quem de la mutation de l’abbaye bénédictine de Fosses en un chapitre de chanoines séculiers98. Luc Noir, par exemple, retient l’intervalle entre 907 et 919, avec une préférence pour le début de cette période99.
Il faut avouer que tout élément positif ou définitif manque. L’on pourrait supposer avec autant de vraisemblance que cette sécularisation est l’oeuvre des évêques Francon100, Etienne101 ou Richer102 dont on connaît les sympathies canoniales, voire
92
Virtutes Eugenii, VII; éd. MISONNE, Miracles, p. 263: qui (= Adelelmus) cum audisset cluentissimum Christi testem simulque pontificem intra parrochiam sibi commissam deferri, copiosa sibi iuncta ex monasterio sancti Foillani clericorum ac laicorum turma, venit obviam sancti (…). Sur ce passage, voir infra, p. 203.
93
MISONNE, Translation, p. 108-109; MISONNE, Miracles, p. 231. Sur ce texte, voir infra, p. 199-200.
94
Sermo de adventu Eugenii; éd. MISONNE, Translatio, p. 110,1. 93-95: Cuius (= Stephani episcopi) iussu atque praecepto archidiaconus Adhelelmus, collecto coetu innumerabilis multitudinisfidelium clericorum virorum ac mulierum, … deportaverunt. Voir infra, p. 199-200 (où la citation est replacée dans son contexte).
95
MISONNE, Translation, p. 107.
96
Sur cette date, voir infra, p. 221-223.
97
Sur le dossier de saint Eugène, voir infra, p. 198-206.
98
Tradition historiographique: par ex. BROUETTE, Fosses, col. 1219; BERLIÈRE, Monasticon, I, p. 58; CREPIN, Fosses, p. 21 et 23-24 (tantôt sous 918, tantôt sous 928); ROUSSEAU-COURTOY, Excursions, p. 94; LAMBOT, Fosses, p. 302 (sub 928).
99
NOIR, Fosses, p. 72-74. Eliminant successivement Francon (qui n’était pas encore »nu propriétaire* de l’abbaye et, selon Noir, ne pouvait donc en disposer), Richer (devenu évêque en 920/921) et l’abbesse laïque Gisèle (qui n’avait aucune raison de procéder à ce changement de statut religieux), Noir s’arrête à l’évêque Etienne dont il rappelle les sympathies pour l’ordre canonial.
100
Même si l’on estime que la sécularisation est nécessairement postérieure à la donation de Fosses à l’évêché de Liège, comme la date du contrat de précaire entre Gisèle et l’évêque n’est pas connue avec précision, il est loisible de faire intervenir Francon dans la décision (évêque de 855/856 au 9 janvier 901), encore que je croie cette solution peu vraisemblable (supra, n. 78). LAMBOT, Fosses, p. 302, n’exclut pas une sécularisation par la volonté de Gisèle.
101
Aux arguments donnés par L. Noir (Etienne était ancien chanoine de Metz; son intérêt pour l’ordre canonial est attesté par Folcuin de Lobbes et, indirectement, par son activité de liturgiste: NOIR, Fosses, p. 73-74), on peut ajouter que c’est Etienne qui est évêque en 907, à la mort de Gisèle, et que c’est donc lui qui reçut Fosses pour l’évêché de Liège. De plus, les Virtutes de saint Eugène de Brogne évoquent le passage d’Etienne à Fosses (Virtutes, VIII; éd. MISONNE, Miracles, p. 263). CREPIN, Fosses, p. 20-21, estime que, le plus vraisemblablement, ce fut Etienne qui procéda à la sécularisation.
102
En effet, si la translatio des restes d’Eugène date bien de 919, on ne peut considérer cette date comme terminus valable sous la plume d’un auteur de la fin du Xe siècle (date des Virtutes). On pourrait donc retenir Richer, évêque dès 920/921, dont les Gesta abbreviata évoquent l’activité dans la sécularisation d’abbayes bénédictines (cfr. infra, p. 330-331).
81
d’un autre évêque du Xe siècle103. Il semble cependant plus probable que cet important changement dans la vie religieuse de l’abbaye se soit produit suite à la donation à l’Eglise de Liège d’une abbaye affaiblie par les sécularisations, c’est-à-dire dans le premier quart du Xe siècle104.
3.
Le chapitre de Fosses au Xe siècle
En plus de l’acte de 980 par lequel Notger met fin au différend concernant les bancroix dues à Lobbes105, deux éléments seulement nous sont connus de l’activité du chapitre de Fosses au Xe siècle: un déplacement provisoire des reliques de Feuillen lors des invasions hongroises de 954-955 et la construction d’une nouvelle grande collégiale sur le site de l’église de Fosses. L’histoire générale de la ville de Fosses nous indique, par ailleurs, l’importance grandissante prise par cette cité à la fin du Xe siècle. En effet, en 974, l’empereur Otton II accorde à l’évêque Notger le droit d’instituer à Fosses un tonlieu, un marché et un atelier monétaire106. C’est aussi à Notger qu’on attribue traditionnellement la construction de l’enceinte107 et du castrum épiscopal de Fos-ses108; l’expansion économique de la ville dès la fin du Xe siècle est bien assurée109. Si l’on en croit Hillin de Fosses qui écrivait un siècle et demi après les événements de 954-955, les reliques de saint Feuillen furent mises à l’abri des incursions hongroises, dans Y oppidum voisin de Frêne, sous Lustin no; Fosses, en effet, n’était pas fortifiéein et les clercs et laïcs de Fosses estimèrent nécessaire de protéger le corps de Feuillen112.
103
L’historiographie fait volontiers de Notger, le responsable de la mutation de Fosses en chapitre de chanoines (par ex. BORGNET, Fosses, p. 10; BERLIÈRE, Monasticon, I, p. 58, ou plus récemment F. ROUSSEAU et F. COURTOY, Excursions, p. 94). Mais, dans ce cas, le changement aurait été trop récent pour autoriser l’anachronisme des Virtutes puisque Notger monta sur le siège épiscopal le 23 avril 972, quelques années avant la rédaction des Virtutes.
104
C’est-à-dire sous Etienne (supra, n. 99 et 101). Dans le même sens, DESPY, Fosses, p. 18.
105
L’acte de 980 concerne des bancroix détournées, à leur profit, par les abbayes de Fosses et de Nivelles, lésant ainsi l’abbaye de Lobbes, bénéficiaire légitime: cfr. infra, p. 123. Pour l’acte de 980 (éd. Vos, Lobbes, I, p. 333-334), cfr. DIERKENS, Création des doyennés.
106
Ed. SICKEL, MGH DD, II, 1, p. 10O-101 (DO I, p. 85) ou C.S.L., I, p. 18-19. Sur cet acte, voir DESPY, Fosses, p. 86; ROTTHOF, Reichsgut, p. 76.
107
Par ex. la Vita Notgeri, VI; éd. KURTH, Notger, II, p. 12 : Notgerus extra civitatem Fossensem ecclesiam condidit et muro eidem ecclesiae circumdato et turribus in defensionem mûri constitutis, intus religione etforis eam communivit valida castri complexione (texte écrit entre la fin du XIe siècle et le milieu du XIIe). Il s’agit de l’agglomération ecclésiastique (comprenant la collégiale, les bâtiments du chapitre et la munitio épiscopale); sur les enceintes de Fosses et la topographie de la ville, voir DESPY, Fosses, p. 91-95. J. Mertens a dirigé les fouilles destinées à préciser la chronologie du castrum et de l’enceinte de Fosses, mais les résultats en sont inédits (cfr. Archéologie, 1954, 2, p. 439).
108
Pour le contexte général, voir DEPREZ, Politique castrale, p. 504 ou DESPY, Fosses, p. 94.
109
DESPY, Fosses, passim. Comme indice de ce développement, on peut citer la présence de Fosses parmi les possessiones capitales de Liège en 980 (C.S.L., I, p. 19-20).
110
Miracula Foillani, I, 9; éd. DE BUCK, p. 418: Ungaris sive barbaris olim Galliae nostrae partes depopulantibus, quia nondum locus fossis fuerat circumdatus, consilio tam laicorum quam clericorum, venerandum sancti martyris corpus delatum est in vicinum oppidum quod nuncupatur Fraxinus, super ripam Mosae convenienter situm in rupibus (texte reproduit dans D’HAENENS, Hongrois, p. 427). L’identification de Fraxinus comme Frêne est évidente; cfr. DEL MARMOL, Frêne, p. 333-340 et JACQUES, Profondeville, p. 380, n. 11.
111
Quia nondum locus fossis fuerat circumdatus (texte cité supra, n. 110). Cfr. aussi supra, n. 107.
112
consilio tam laicorum quam clericorum (texte cité supra, n. 110).
82
Si les termes ungaris sive barbaris désignent bien les Hongrois et non les Normands113, la date de la translation peut être fixée en 954 ou au début de 955114. Cependant Hillin est proche de Sigebert de Gembloux115 »qui use de l’argument des invasions hongroises dans un but hagiographique précis«; le témoignage des Miracula Foillani pourrait donc n’être qu’un »cliché«116. Je crois cependant qu’il reflète une réalité: la peur des chanoines de Fosses à l’annonce des invasions hongroises et que, dès lors, il peut servir d’indice pour la vénération portée à Feuillen au milieu du Xe siècle117. Quoi qu’il en soit, le texte ne dit pas que le corps du saint est resté à Frêne jusqu’à l’élévation de 1086118; au contraire même, certains paragraphes des Miracula et des éléments indirects119 infirment catégoriquement cette hypothèse aberrante, pourtant unanime-ment reprise dans l’hagiographie120. Selon toute vraisemblance, et pour autant que le corps de Feuillen ait jamais quitté Fosses au Xe siècle, l’absence des reliques du fondateur de l’abbaye a été de courte durée.
Les fouilles archéologiques sous la collégiale de Fosses ont révélé que, vers la fin du Xe siècle121, un édifice de grandes dimensions (Fosses II) a été construit sur le site de la
113
On connaît, en effet, quelques exemples où le terme Hungari, alors rapproché de Hunni, désigne sous la plume d’auteurs tardifs, les Normands; cfr. D’HAENENS, Invasions normandes, p. 241-242 (exemple de vers 1070).
114
Sur la date de ces invasions attestées avec certitude à Lobbes par un passage des Gesta abbatum Lobbiensium de Folcuin, voir D’HAENENS, Hongrois, p. 423-424, 434 et 438 (avec bibliographie complémentaire); pour Lobbes, infra, p. 117.
115
Hillin dédie à Sigebert sa Vita metrica Foillani (éd. DE BUCK, p. 395); voir aussi D’HAENENS, Hongrois, p. 427 ou LAMBOT, Martyrium, p. 283.
116
D’HAENENS, Hongrois, p. 427.
117
Dans ce sens, DESPY, Fosses, p. 94, n. 27. Voir aussi supra, n. 110 et le cas de Brogne (infra, p. 242-243).
118
C’est pourtant cette affirmation qui est reproduite par la plupart des auteurs qui ont traité de Fosses (on a même proposé de voir dans une grotte de Frêne, dénommée la »grande église*, le lieu où furent déposées les reliques de Feuillen); voir BROUETTE, Feuillen, col. 1348; BROUETTE, Fosses, col. 1219 (bibliogr.); CREPIN, Fosses, p. 24-25 (avec nuances); DE BUCK, dans: AASS, Oct., XIII, p. 434; DEL MARMOL, Frêne, p. 334; LAMBOT, Fosses, p. 295; GENICOT, Cryptes, p. 339 (qui situe erronément Frêne en France); LAMBOT, Martyrium, p. 283 et 285 (qui s’étonne qu’Hillin »ne relate rien du voyage de retour* de Frêne à Fosses; ce qui est bien sûr logique puisque les reliques de Feuillen avaient fait retour depuis plus d’un siècle!).
119
Par exemple, la rédaction de la Vita secunda et de la Vita tertia Foillani (NOIR, Fosses, p. 8-18, avec bibliographie; vitae antérieures à la fin du XIe siècle), la construction de Fosses II, l’appellation, dans les Virtutes Eugenii, de Fosses par le nom de Feuillen (supra, n. 49) ou encore la mention de Feuillen dans divers écrits liturgiques (infra, p. 311), autant de preuves du culte de Feuillen au Xe siècle, cfr. WEISGERBER, Irenwelle, p. 729; ce qui est totalement incompatible avec l’abandon pendant cinquante ans des reliques de Feuillen à quelques kilomètres de Fosses. Voir aussi l’indicatif présent (requiescit) utilisé au chap. X des Miracula Foillani (éd. DE BUCK, p. 419) ou encore les visites d’Engèle, sanctimonialis de Nivelles, à Fosses au Xe siècle (Miracula Eugenii, II; éd. MISONNE, Miracles, p. 283 et commentaire de la p. 250, avec n. 7).
120
Voir cependant les réserves de F. COURTOY, dans: Namurcum, XXX, 1956, 2, p. 34.
121
La chronologie proposée par J. Mertens (Fosses, p. 172-173) est un peu plus large: fin Xe- début XIe s. Mais, d’après des recherches plus récentes de J. Jeanmart, un sarcophage du Xe siècle a été mis au jour et permettrait ainsi de préciser la chronologie; cfr. un bref article de l’Echo du Centre (La Louvière), 8 septembre 1975. On espère une publication de ces fouilles de J. Jeanmart qui donne la stratigraphie qui fait toujours défaut.
83
E
a Fig. 1 Plan restitué de l’église de Fosses à la fin du Xe siècle (Fosses II). D’après MERTENS, Fosses, plan II
précédente église (Fosses I, du VIIIe ou IXe siècle) préalablement démolie122 (fig. 1). C’est dans cette église, comprenant peut-être un cloître oriental123, que se déroulèrent les cérémonies de 1086 et, à cette occasion, Hillin nous en décrit le luxe et la richesse124. On peut placer, avec prudence mais avec vraisemblance, l’édification de Fosses II sous l’épiscopat de Notger125. Par ailleurs, les Miracula Foillani évoquent l’existence, aux côtés de la collégiale, d’un petit oratoire à saint Feuillen, en bois126, qui ne sera détruit que lors de la construction de Fosses III (église romane de la fin du XIe siècle et du début du XIIe siècle) et probablement intégré dans la crypte construite alors127. Il
122
MERTENS, Fosses, p. 170-172. Il n’est pas possible de dire si cette destruction fut volontaire ou accidentelle.
123
DE STURLER, Cloîtres orientaux, p. 585-586, attribuait erronément les vestiges du possible cloître à Fosses III qui a, au contraire, conduit à la destruction du cloître oriental; le nouveau cloître fut construit au Nord (DE STURLER, Cloîtres orientaux, p. 585).
124
Textes rassemblés et commentés par LAMBOT, p. 286-287 (Miracula Foillani, III, 25 et 28; éd. DE BUCK, p. 423-424. – HILLIN, Vita metrica Foillani, VIII, 50; éd. DE BUCK, p. 408).
125
La destruction de Fosses I (cf. supra, n. 122) et donc la construction ex nihilo de Fosses II ont pu justifier les termes ecclesiam condidit de la Vita Notgeri (supra, n. 107) ou même les affirmations plus tardives de la fondation du chapitre de Fosses par Notger (supra, n. 107); voir LAMBOT, Martyrium, p. 282; BROUETTE, Fosses, col. 1221; CREPIN, Fosses, p. 26.
126
LAMBOT, Martyrium, p. 282-285.
127
Sur Fosses III, voir surtout MERTENS, Fosses, p. 173-180. Autres éléments, notamment bibliographi-ques, infra, p. 89-90.
84
semble abusif de prendre dans son sens technique, la qualification de martyrium qu’Hillin donne à cet édifice128 et d’y voir le lieu de repos des reliques de Feuillen129.
4.
Le chapitre de Fosses au XIe siècle
Les sources de l’histoire religieuse de Fosses au XIe siècle sont extrêmement peu nombreuses: quelques actes relatifs au temporel du chapitre130 et une mention dans le rouleau mortuaire de Guifred de Cerdagne131. On me permettra donc d’insister sur deux documents, postérieurs aux limites chronologiques de ce travail, qui, seuls, évoquent la constitution du chapitre de Fosses au XIe siècle132. De la même façon, je dirai quelques mots de l’élévation des reliques de saint Feuillen en 1086; cette cérémonie ponctue en effet une évolution liturgique commencée au Xe siècle lorsque l’ancienne abbaye bénédictine fut transformée en chapitre séculier133.
Au verso du premier folio du premier tome d’une Bible du début du XIe siècle134 figurent deux listes parallèles de trente noms, en regard de chacun desquels est indiqué un psaume135. Dom C. Lambot, qui les a étudiées, a pu établir avec certitude que ces listes reprenaient le nom des membres du chapitre de Fosses; il les a datées, avec la plus grande précision possible, des environs de 1075136 et des environs de 1086137. Elles
128
Miracula, IV, 30; éd. DE BUCK, p. 424: in oratorio pro veneratione martyrii praesulis. LAMBOT, Martyrium, p. 284, prend ce terme dans son acception littérale technique; de plus, comme les Miracula ne sont conservés que par un seul manuscrit, martyrii peut être une mauvaise graphie pour martyris qui désigne souvent Feuillen dans cet écrit hagiographique. L’hypothèse de dom Lambot a été reprise notamment par HUYGHEBAERT, Femmes laïques, p. 358.
129
Voir, notamment, les éléments de vénération de Feuillen cités supra, n. 119. On y ajoutera un sacramentaire de la première moitié du Xe siècle, utilisé par un prélat qui célébrait la messe de saint Feuillen (sacramentaire D47 du séminaire de Padoue); cfr. Die âlteste erreichbare Gestalt der » Liber Sacramentorum anni circuli* der rômischen Kirche (Cod. Pad. D47, fol. 11 r°- 100 r°), éd. K. MOHLBERG et A. BAUMSTARK. Munster, 1927, p. XXXVI. Fr. Masai suppose que ce sacramentaire faisait partie des manuscrits emportés avant 931 par Rathier de Lobbes avant qu’il ne devienne évêque de Vérone (Manuscrits à peinture, p. 172 et n. 13); cette hypothèse est parfaitement recevable.
130
Actes de 1092 (éd. REIFFENBERG, Monuments, I, p. 126) et de 1096 (éd. BARBIER, A. H. E. B., IV, 1867, p. 396-398).
131
Ed. DELISLE, Rouleaux des morts, p. 87, titulus, n°67: Tota Foillani Fossensis contio sancti Kanigoni monacbispraestat solatiapatris (…). Sur ce rouleau, daté de 1050, voir surtout infra, p. 250 et 253, n. 478.
132
Découverts et publiés par dom C. Lambot (Fosses); cfr. aussi NOIR, Fosses, p. 77 et 223-224.
133
Supra, p. 80-82.
134
Paris, B.N., ms. latin 14239.
135
LAMBOT, Fosses, p. 297 et 299, montre que ces listes furent établies »pour un exercice collectif de piété*; à chacun des trente chanoines, était attribuée une section de cinq psaumes, permettant des récitations ininterrompues du psautier.
136
De nombreux chanoines de la première liste sont mentionnés aussi dans la seconde, mieux datée (vers 1086). Certaines différences (prévôt, doyen) montrent une antériorité relative; l’estimation de LAMBOT, Fosses, p. 300, semble raisonnable.
137
Date établie d’après la mention d’Ermentrude (ce qui implique, comme on le verra plus loin, un terminus post quem de 1076, date de l’accession à l’épiscopat d’Henri de Verdun) et celle du prévôt Bérenger, mentionné à la date de 1086 dans les Miracula. La date de la mort d’Ermentrude (1089?) donne un terminus ante quem. Voir LAMBOT, Fosses, p. 298-300.
85
permettent notamment de compléter la liste des prévôts et des doyens qui se sont succédé à Fosses dans la seconde moitié du Xle siècle. On connaît comme prévôts, Bérenger Ier (1057)138, Hugues (vers 1075)139, Bérenger II (1086)140, Jean Militis (1092)H1, Otbert (1096)142, Ratbode (HOO)143; comme doyens, Arnold (1057)144, Libuin (vers 1075)145 et Wéry (vers 1086)146. Par ailleurs, la présence de trente chanoines rapproche le chapitre de Fosses de ceux de Saint-Paul et de Saint-Jean l’Evangéliste à Liège où Notger établit aussi trente chanoines147.
La lecture attentive des noms contenus dans les listes atteste notamment que le recrutement des chanoines de Fosses était surtout local148. Tous les noms cités sont, comme on s’y attend, des noms d’hommes, sauf le dernier nom de la liste de »vers 1086«, Ermentrude149. Grâce aux Miracula d’Hillin de Fosses et à quelques autres documents, nous connaissons les raisons et les circonstances de la mention de cette noble dame comme titulaire de la trentième prébende canoniale de Fosses, en remplacement de Robert de Gerpinnes mentionné vers 1075150. Une matrona, dont Hillin ne nous donne pas le nom, parente de l’évêque Henri de Verdun, décida, devenue veuve, de s’installer à Fosses iuxta monasterium beati Pétri ac venerandi martyris Foyllani pour y mener une vie plus parfaite; chaque année, à la Saint Michel, elle offrait un important repas aux membres du chapitre151 et elle sollicita de l’évêque de Liège une prébende pour en affecter les revenus à l’entretien de l’église152. Henri de
138
Acte perdu; cfr. LAMBOT, Fosses, p. 294 et n. 2.
139
Liste I: LAMBOT, Fosses, p. 290, n° 22.
140
HILLIN, Miracula, III, 21; éd. DE BUCK, p. 423. Liste II: LAMBOT, Fosses, p. 290, n°6.
141
LAMBOT, Fosses, p. 294 et n. 4.
142 A.H.E.B., IV, 1867, p. 398.
143
HILLIN, Miracula, II, 19; éd. DE BUCK, p. 421. Cfr. aussi acte perdu (LAMBOT, Fosses, p. 294, n. 6).
144
Acte perdu (mentionné aussi n. 138; cfr. LAMBOT, Fosses, p. 294, n. 7).
145
Liste I: LAMBOT, Fosses, p. 289, n° 15.
146
Liste II: LAMBOT, Fosses, p. 290, n° 28.
147
Elément judicieusement relevé par LAMBOT, Fosses, p. 302-303 : Notger porta de 20 à 30 le nombre des chanoines de Saint-Paul et crée 30 prébendes canoniales dans sa fondation de Saint-Jean. Selon C. Lambot, c’est Notger, dont on souligne volontiers le rôle à Fosses (voir supra, n. 107), qui aurait fixé à 30 le nombre de chanoines de Fosses. Sur les origines de Saint-Jean de Liège, voir J. DECKERS, Notger et la fondation de la collégiale Saint-Jean l’Evangéliste à Liège, dans: La collégiale Saint-Jean de Liège. Mille ans d’art et d’histoire (éd. J. DECKERS), Liège, 1981, p. 13-19.
148
Les quelques lieux (précisés pour éviter la confusion entre homonymes) sont tous locaux: Tamines, Arbre, Fosses, Gerpinnes, Marcinelle ou Marchienne-au-Pont, Sinna (Wez-de-Chine sous Surice). Seul Aquae (Aix-la-Chapelle?) ferait exception – voir LAMBOT, Fosses, p. 291-293 et 300 -, mais ce toponyme est fort courant et pourrait dès lors désigner un lieu voisin de Fosses.
149
Liste II: LAMBOT, Fosses, p. 290, n° 30 (Ermendrudis).
150
Liste I: LAMBOT, Fosses, p. 290, n° 30 (Rothbertus de Gelpin). L’ordre des prébendes restant constant dans les deux listes, il ne fait pas de doute qu’Ermentrude a succédé à Robert de Gerpinnes, probablement décédé.
151
HILLIN, Miracula, III, 22; éd. DE BUCK, p. 423: sub die qua memoria archangeli Michaelis celebris et jocunda habebatur fratribus ab ea suis expensis annua refectio diligenter administrabatur. Comme le relève LAMBOT, (Fosses, p. 297, s. de la n. 8 et p. 298, n. 7), le chapitre de Fosses ne reçut d’Ermentrude aucune propriété foncière, puisqu’elle ne pouvait disposer des parcelles de ses domaines (cfr. Miracula, III, 22, suite).
152
HILLIN, Miracula, III, 21, éd. DE BUCK, p. 423: Henrico piae memoriae episcopo, sibi in proximo sanguine, quod in corde h aérer et professa est impetririque sibi praebendam inter canonicos… humiliter deprecata est (.. ). Episcopus … petitionibus ejus acquievit… partim pro consanguinitate, partim pro ingenuitate, partim quod ad utilibus refertur, pro profecta ecclesiae.
86
Verdun lui accorde cette faveur exceptionnelle et elle put ainsi participer étroitement à la vie quotidienne des chanoines. En 1086, c’est elle qui fit don, pour les reliques de Feuillen, d’une nouvelle châsse qu’Hillin décrit minutieusement153. Il ne fait aucun doute que la matrona des Miracula est bien PErmentrude qui figure sur la seconde liste de Fosses154. Une récente enquête a permis de vérifier et de confirmer une hypothèse émise par dom Lambot. Cette parente d’Henri de Verdun est Ermentrude (ou Ermengarde), comtesse de Montaigu155, devenue veuve en 1067156 qui, peu après, prit le voile et devint veuve consacrée des mains de Henri de Verdun157. Ermentrude de Montaigu ne fut pas inhumée à Fosses158, tout comme Henri de Verdun qui avait pourtant choisi de reposer en cet endroit159. On connaît les raisons qui empêchèrent l’inhumation du corps de l’évêque, amator loci160, dans la collégiale de Fosses161, mais
153
HILLIN, Miracula, III, 23; éd. DE BUCK, p. 423. On a judicieusement fait remarquer la très grande parenté entre la châsse de Fosses et celle, légèrement plus tardive (1130—1150, mais première moitié du XIe siècle, dans sa partie ancienne), de saint Hadelin de Celles, aujourd’hui à Visé (cfr. notamment COURTOY, Reliquaires, p. 52, n. 4). La châsse de Fosses fut probablement détruite dans l’incendie de 1174: la translatio dans une nouvelle châsse est attestée en 1232.
154
Démonstration définitive dans LAMBOT, Fosses, p. 295-297.
155
LAMBOT, Fosses, p. 297-299. Voir aussi BAIX, Walhère, p. 278 (sur l’équivalence des prénoms Ermengarde/Ermentrude/Ermesinde) et HUYGHEBAERT, Femmes laïques, p. 362-363. La solution définitive du problème se trouvera, avec toute la bibliographie nécessaire, dans KUPPER, Liège, p. 306-307 et 318 (n. 39 et 49); la thèse de J.-L. Kupper a servi de base à J. Stiennon dans son introduction historique au catalogue d’une exposition de 1979 (J. STIENNON, Cadre historique avant 1830, dans: Cat. Waremme, p. 21-28, aux p. 21 et 23). Voir l’étude de J.-L. KUPPER, Mulier nobilissima Ermengardis nomine. Contribution à l’histoire de la seigneurie rurale en Lotharingie (XIème siècle), à paraître dans: Actes des Troisièmes Journées Lotharingiennes (Luxembourg 26-27octobre 1984).
156
Elle avait épousé Arnould, comte de Hesbaye, mort en 1040, puis Gozelon, comte de Montaigu et de Behogne; cfr. LAMBOT, Fosses, p. 297-298 (avec bibliogr. compl.). Sur Ermengarde, voir surtout VANDERKINDERE, Formation territoriale, II, p. 125, 141-142 et 166-178 avec la n. 2 de la p. 166. En attendant l’étude annoncée par J.-L. Kupper (Liège, p. 307, n. 96; supra, n. 155), je suis ici l’opinion traditionnelle sur Ermengarde.
157
LAMBOT, Fosses, p. 298.
158
Un acte du 5 février 1078 (éd. BORMANS-SCHOOLMEESTERS, C.S.L., I, p. 38-43, avec la date erronée de 1079) par lequel Ermentrude (appelée là Ermengarde) fait diverses donations au chapitre de Saint-Lambert, in anniversariis meo et suo (= Henrici Leodiensium episcopi) sive in luminaribus ecclesie in loco illo ubi communiter voluerimus requiescere. Or on sait que Henri de Verdun souhaitait reposer à Fosses (cfr. note suivante); il eût donc été logique qu’Ermentrude soit enterrée dans l’église qu’elle favorisa plus que toute autre (voir aussi infra, n. 162).
159
Un acte de 1092 (PIOT, Chartes Namur, p. 1, n° 1; éd. REIFFENBERG, Monuments, I, p. 125-126) est très clair sur ce point: Henri de Verdun avait donné son alleu de Boignée au chapitre de Fosses pour y constituer perpetuum eleemosynae memoriale et sepulturam corporis sui; en effet, eam (se. ecclesiam Fossensem) prae ceteris locum sepulturae sibi delegavit illucque corpus suum morte resolutum fidelibus ac domesticis déferre praecepit. Cfr. surtout KUPPER, Liège, p. 307 et n. 96.
160
HILLIN, Miracula, III, 24; éd. DE BUCK, p. 423.
161
Henri de Verdun mourut, en effet, à Huy; les chanoines de la collégiale de Huy ensevelirent son corps auprès de celui de l’évêque Théoduin qui, lui, avait choisi ce lieu de sépulture (acte de 1066, publié par L.-FR. GENICOT, Chapitre de Huy, p. 36-42). Il s’ensuivit un conflit entre les collégiales de Fosses et de Huy pour la possession du corps d’Henri et pour la célébration de l’obit lié à sa sépulture; cfr. l’acte de 1092 mentionné supra n. 159 qui donne raison à Fosses contre Huy, mais qui ne fut pas suffisant pour faire exhumer et transférer le corps de l’évêque.
87
non celles qui présidèrent à l’enterrement d’Ermentrude à l’abbaye de Rees, sur la rive droite du Rhin162.
L’épisode d’Ermentrude montre non seulement la faveur dont jouissait Fosses auprès des évêques de Liège, mais encore l’état de la vie religieuse dans la collégiale. Il est en effet manifeste que pour qu’Ermentrude puisse disposer d’une prébende et qu’une femme soit ainsi rattachée à une institution religieuse masculine, la vita communis ne devait plus être suivie avec rigueur163 et le régime de la prébende commune devait déjà être abandonné au profit de trente prébendes individuelles164. Dans ce cas, on assisterait à Fosses à un exemple particulièrement précoce d’abandon de la vie commune à laquelle étaient tenus les chanoines séculiers165.
5.
L’élévation des reliques de Feuillen (1086) et ses conséquences
Ermentrude fit exécuter une châsse pour y faire reposer les reliques de Feuillen166. Celle-ci fut achevée en 1086 d’après un programme inconographique du prévôt Bérenger167; ce prévôt demanda à Tévêque Henri de Verdun de rehausser, par sa présence, la cérémonie de l’élévation des reliques168. Peu avant ce jour, les reliques furent exposées sur l’autel; laïcs et religieux accoururent et procédèrent à de nombreuses donations169. Le 3 septembre 1086170 a lieu la translatio’, la foule était si dense que les fidèles ne pouvaient ni faire marche arrière, ni approcher du reliquaire, à tel point que les chanoines étaient parfois dans l’incapacité de chanter les offices voire de dire la messe171. Henri de Verdun décida de faire sortir le reliquaire en procession in platea qua de Castro contra solis ortum exiturxn, trois miracles se produisirent173. Après un sermon, Tévêque créa, pour commémorer la translatio, une fête annuelle et établit que, pour les journées des 2, 3 et 4 septembre de chaque année, les marchands et pèlerins bénéficieraient d’une pax pour leur permettre de commercer ou de prier à Fosses174.
162
LAMBOT, Fosses, p. 298; VANDERKINDERE, Formation, II, p. 176.
163
Démonstration et références dans NOIR, Fosses, p. 87-98.
164
NOIR, Fosses, p. 94-96.
165
Voir surtout DESPY, Histoire canoniale, p. 984-986; DESPY, Capitulum; NOIR, Fosses, p. 87-88.
166
Cf. supra, p. 87 et n. 153.
167
HILLIN, Miracula, III, 23; éd. DE BUCK, p. My.praefato igiturpraeposito (= Berengario) consultente, dictante suamque operam adhibente.
168
HILLIN, Miracula, III, 24; éd. DE BUCK, p. 423.
169
HILLIN, Miracula, III, 25; éd. DE BUCK, p. 423.
170
Date donnée par les Miracula (III, 29; éd. DE BUCK, p. 424): anno Incarnationis Dominicae millesimo octogesimo sexto, tertio nonas septembris, indictione nona.
171
HILLIN, Miracula, III, 25 ; éd. DE BUCK, p. 423-424 : quorum frequentia sic in ecclesia Deo deservientes impediebat, ut nec in choro canonice psallerent nec missarum solemnia de more celebrarent.
172
HILLIN, Miracula, III, 28; éd. DE BUCK, p. 428.
173
HILLIN, Miracula, III, 26-28; éd. DE BUCK, p. 428-429.
174
HILLIN, Miracula, III, 29; éd. DE BUCK, p. 424. Sur ce texte, voir notamment GENICOT, Namurois, p. 176 et DESPY, Fosses, p. 87-89.
88
Fig. 2 Plan restitué de l’église de Fosses à la fin du XIe siècle (Fosses III). D’après MERTENS, Fosses, plan II
Alors que la ville de Fosses prend une importance croissante175 et que le chapitre de Fosses augmente son pouvoir176, le culte de Feuillen, ainsi relancé177, va susciter un développement de l’église canoniale. L’église de Fosses II était à la fois trop petite et peu commode; les difficultés survenues en 1086 avaient montré la nécessité impérieuse d’une conception mieux adaptée aux besoins nouveaux, notamment aux pèlerinages. Les efforts portèrent d’abord sur le massif occidental178 et, surtout, sur la crypte en hors-d’oeuvre (pi. III, b et fig. 2). Les termes très précis d’un acte passé à Fosses sur les reliques de Feuillen179 montrent que la crypte et le nouvel arrangement du choeur,
175
DESPY, Fosses, p. 89-97 et 100. Il est significatif que l’acte dit d’inféodation du comté de Hainaut à la principauté de Liège en 1071 fut passé à Fosses où l’évêque Théoduin avait convoqué ses fidèles (e. a. GISLEBERT DE MONS, Chronicon Hanoniense, VIII; éd. VANDERKINDERE, p. 11-12); sur cet acte, VERLINDEN, Robert le Frison, p. 81-82; A. HANSAY, L’acte d’inféodation du comté de Hainaut à l’Église de Liège en 1071, dans: B. S. A. H. D. Lg., XIII, 1902, p. 45-58; F.-L. GANSHOF, Note sur le rattachement féodal du comté de Hainaut à l’Église de Liège, dans: Miscellanea J. Gessler, Anvers, 1948,1.1, p. 508-521 (aux p. 509-510 et 513-514). Déplus, on a conservé quelques monnaies frappées à Fosses (cfr. supra, p. 82, l’acte de 974) sous l’épiscopat d’Otbert (1091-1119); cfr. ALBRECHT, Mùnzwesen, p. 43; MAERE, Fosses, p. 198 et DESPY, Fosses, p. 90. Le tonlieu (cfr. supra, l’acte de 974) est attesté, pour la première fois dans les Miracula Foillani, sous le prévôt Ratbode (vers 1100: Miracula, II, 19; éd. DE BUCK, p. 421-422; cfr. DESPY, Fosses, p. 89-90).
176
NOIR, Fosses, p. 76-151.
177
Les arguments donnés supra, n. 119 et 129, en faveur d’une continuité du culte de Feuillen au Xe siècle sont aussi partiellement valables pour le XIe siècle. Il est indéniable que l’élévation de 1086 donna un nouvel essor au culte de Feuillen.
178
Massif occidental contemporain de la crypte, c’est-à-dire datant de l’extrême fin du XIe siècle ou du tout début du XIIe siècle; cf. MERTENS, Fosses, p. 176-179; LAMBOT, Martyrium, p. 282; MAERE, Tour de Fosses. Sous la tour se trouvaient une crypte (avec un puits) et un autel qui servait probablement pour le service paroissial (MERTENS, Fosses, p. 179, avec réf. compl.; GENICOT, Eglises mosanes, p.201; NOIR, Fosses, p. 142-143).
179
A. H. E. B., IV, 1867, p. 396-398: ad altare majus quod in honore sancti Pétri in cancello ejusdem ecclesie situm est supra corpus ejusdem domini Foillani martiris, quod in (lire: de}) superiore altari, ubi corpus ejus quiescit, delatum fuerat. En plus des autels consacrés à saint Pierre et à saint Feuillen et se
89
commencés après la cérémonie de 108618°, étaient déjà fonctionnels en 1096181. D’autres modifications furent apportées; le choeur fut isolé de la crypte et du déambulatoire par une clôture de pierre182 pour permettre aux chanoines de ne pas être dérangés par les pèlerins183. Entre 1086 et les premières décennies du XIIe siècle, on assiste donc à Fosses, à un parfait synchronisme entre l’élévation des reliques, l’exécution d’une châsse, la création d’une fête liturgique liée à une foire, la conception nouvelle de l’église pour répondre aux besoins du culte et la rédaction d’une nouvelle Vita Foillani (vita metrica = vita quarta) suivie d’un livre de Miracula, dus à la plume du cantor de Fosses, Hillin184.
trouvant dans la partie supérieure du choeur, la crypte contenait un autel à Notre Dame (cfr. les dessins très clairs de GENICOT, Eglises romanes, p. 68 et fig. 82 et Eglises mosanes, p. 162, fig. 85). On a parfois soutenu que la crypte de la fin du XIe siècle avait englobé le petit oratoire en bois, dédié à saint Feuillen, qu’évoque Hillin (Miracula, IV, 30 et 31; cf. LAMBOT, Martyrium, p. 284-286; GENICOT, Cryptes, p. 338-339); c’est possible.
180
La démonstration de LAMBOT, Martyrium, p. 286-287, semble définitive sur ce point; voir aussi, notamment, GENICOT, Cryptes, p. 338-339 ou GENICOT, dans: Rhin-Meuse, I, p. 118.
181
NOIR, Fosses, p. 83-84, n. 1. Sur la crypte de Fosses, voir surtout GENICOT, Eglises romanes, p. 67-69; GENICOT, Eglises mosanes, p. 131; GENICOT, Cryptes, p. 338-339; R. MAERE, Cryptes au chevet du choeur dans les églises des anciens Pays-Bas, dans: Bulletin Monumental, XCI, 1932, p. 81-119 (aux p. 110-116); VERBEEK, Aussenkrypta, p. 12 (fig. 7) et 27 (n° 14). LAMBOT, Martyrium, p. 285 (n. 2) et 286 estime que le texte de 1096 reflète la situation de Fosses II; il décrit cependant trop exactement la situation de Fosses III pour que l’on puisse retenir cette hypothèse. Sur Fosses III, voir aussi KUBACH-VERBEEK, Romanische Baukunst, I, p. 294-297 et L.-FR. GENICOT, Fosses, dans: D.E.F., Vc, p. 45-46.
182
Sur ce point, NOIR, Fosses, p. 85; MERTENS, Fosses, p. 145-146; TOLLENAERE, Sculpture, p. 230 (fragment sculpté du jubé retrouvé lors des fouilles de 1951-52). Cette clôture de pierre fut détruite en 1568 par les iconoclastes (BORGNET, Fosses, p. 150).
183
Supra, n. 171.
184
Vita metrica et Miracula; éd. DE BUCK, p. 395-408 et 417-426.
90
CHAPITRE III: L’ABBAYE SAINT-PIERRE DE LOBBES
A. L’ABBAYE DE LOBBES À L’ÉPOQUE MÉROVINGIENNE
1.
La fondation de l’abbaye de Lobbes: Landelin et Ursmer
Les problèmes relatifs à la fondation de Lobbes et à la vie de l’abbaye à l’époque mérovingienne sont très liés aux personnalités des saints Landelin et Ursmer et, dans une moindre mesure, d’Hidulphe et de saint Ermin (ou Irminon). On examinera donc successivement les biographies de Landelin et d’Ursmer, puis celle d’Hidulphe avant d’envisager leur rôle dans deux cellae annexées à Lobbes – Aulne et Wallers – et les abbatiats de la première moitié du VIIIe siècle. Comme j’ai exposé ailleurs mon opinion sur les sources hagiographiques relatives à Landelin et Ursmer et leur chronologie (relative et absolue), je me contenterai de reprendre ici le stemma récapitulatif1:
ERMIN, Vita Ursmari prima (perdue) lre moitié du VIIIe s.
ANSON, Vita Ursmari secunda 3e quart du VIIIe s.
Vita Landelini prima 920-931 1
RATHIER, Vita Ursmari tertia 939-945
HERIGER, Vita Ursmari metrica vers 965 I
FOLCUIN, Gesta abbatum Lobbiensium comm. c. 968-971 achevés c. 975-980/990
Vita Landelini metrica c. 968-971
Interpolations de la Vita Ursmari de Rathier et de la Vita Ermini d’Anson
Vita Dodonis fin Xe s.
FULBERT DE CHARTRES,
Vita Auberti
1015
Gesta episcoporum Cameracensium vers 1024-1025
J
— HUGUES le Prieur, Fundatio …
\—De fundatione et lapsu monasterii Lobbiensis
1
DIERKENS
, Lobbes, p. 257; étude dans laquelle j’ai omis d’utiliser l’article, pourtant fondamental, de SILVESTRE, Heriger.
91
a. Landelin
Sur la plupart des événements de la vie de Landelin, c’est la Vita Landelini en prose, écrite à Crespin vers 920-930, qui donne les renseignements les plus complets; elle servira donc de base à mon exposé critique.
Landelin2 serait né, au temps du roi Dagobert3, d’une famille franque »noble«, à Vaux dans le pagus de Cambrai4. Il est confié à l’évêque de Cambrai Aubert qui l’instruit avec soin et qui souhaite, plusieurs années après, que Landelin devienne clerc5. Détourné de cette voie par des parents, il fuit et vit en brigand6. Lors d’un de ses nombreux forfaits, il a une vision qui lui enjoint de faire amende honorable et de
2
Le
s versions divergent sur le nom même du saint (voir DIERKENS, Lobbes, p. 250, n. 23 et p. 253, n. 40): pour la Vita Landelini en prose, Landelin est le nom de baptême du saint et Maurosus, un nom destiné à cacher sa véritable identité pendant ses méfaits (Vita Landelini, I; éd. LEVISON, p. 428-439). Selon Folcuin, Morosus serait le vrai nom du saint, changé en Landelinus après son retour au sein de l’Eglise (Gesta abbatum Lobbiensium, I; éd. PERTZ, p. 56), alors que pour la Vita Landelini metrica, Maurosus n’est qu’un »nom de guerre* pris par Landelin (Vita Landelini metrica, I, v. 71, 85, 176-179; éd. STRECKER, p. 213 et 215-216). Enfin, Heriger de Lobbes croit que Landelinus est le cognomen de Morosus, véritable nom du saint (Vita Ursmari metrica, v. 99 et 115-116; éd. STRECKER, p. 181-182). Le nom de Landelinus semble bien attesté au Haut Moyen Age, au contraire de celui de Morosus (FÔRSTEMANN, Namenbuch, I, col. 1004; MORLET, Noms de personnes, I, p. 156-157, 168-169 et II, p. 80; S. DEYTS et CL. ROLLEY, Une plaque-boucle mérovingienne inscrite, dans: Revue Archéologique de l’Est, XXII, 1971, p. 403-407); on inclinera donc plus volontiers pour l’hypothèse des deux Vitae Landelini: Morosus serait un cognomen ou un nom de guerre (à comprendre dans le sens classique du mot: d’humeur difficile, pénible, maussade) de Landelinus. En tout état de cause, c’est ce dernier nom qui passa à la postérité. Indications anthroponymiques dans l’article d’Aldo Luisi, Il nome dei Mauri nella tradizione letteraria greco-latina, dans: Invigilata Lucernis, II, 1980, p. 207-216. Il faut signaler ici qu’il existe un autre saint Landelin mérovingien (VIP-VHIe siècles), ermite et martyr en Bade; mais sa Vita démarque la Vita de Landelin de Crespin-Lobbes; voir l’article de J. VANDERSTRAETEN, La vie de saint Landelin, ermite et martyr du pays de Bade, dans: An. Boll., LXXIII, 1955, p. 66-118 – à lire avec les remarques judicieuses d’H. SILVESTRE, dans: R. B. P. H., XXXV, 1957, p. 1184-1185.
3
Dagober
t Ier (623-639). Voir infra, p. 94 et les indications de Levison (MGH, SSRM, VI, p. 438-439, n. 7). Je crois en effet, avec Nancy Gauthier (Moselle, p. 263 et 267), qu’il faut compter les années de règne de Dagobert II en Austrasie à partir de 676 et que, contrairement à une hypothèse souvent défendue, Dagobert ne régna pas une première fois sur la Gaule entre 656 et 661-662. Dès lors on ne peut concilier l’épiscopat d’Aubert qu’avec une naissance de Landelin sous Dagobert Ier.
4
Vita
, I; éd. LEVISON, p. 438: Landelinus exprogenie celsa Francorum ac nobilissima inpago Camaracensi et in villa quae vocatur Vallis temporibus Dagoberti inclyti régis exstitit oriundus. Seule la Vita Landelini en prose donne le nom de Vallis (Vaulx, dép. Pas-de-Calais, arr. Arras); la Vita Landelini metrica (v. 84; éd. STRECKER, p. 213) précise seulement in patria Cameracensi vocitata et la Vita Ursmari metrica d’Hériger (I, v. 102 ; éd. STRECKER, p. 182) parle d’Haginoense solo. La mention de Dagobert figure aussi dans la Vita Landelini metrica (v. 80; éd. STRECKER, p. 213), alors que Folcuin situe les méfaits de Landelin, tempore quo (…) Lotharius agebat in sceptris, c’est-à-dire sous Clotaire III (657-673) (Gesta abbatum Lobbiensium, I; éd. PERTZ, p. 56). Enfin, l’origine franque et noble de Landelin est explicitement citée dans d’autres sources hagiographiques: praeclue Francorum celsaque propagine natum (HERIGER, Vita Ursmari metrica, v. 101; éd. STRECKER, p. 181), nobilis in patribus (Vita Landelini metrica, v. 86; éd. STRECKER, p. 213).
5
L
a Vita Landelini (I; éd. LEVISON, p. 439) précise qu’Aubert, beatus pontifex, baptisa lui-même Landelin et lui donna le goût des Écritures. Dans le même sens, Vita Landelini metrica, v. 91-98 (éducation) et 99-103 (éd. STRECKER, p. 213-214) et HERIGER, Vita Ursmari metrica, I, v. 103-105 (éd. STRECKER, p. 182).
6
Vit
a Landelini, I et II; éd. LEVISON, p. 439-440. – Vita Landelini metrica, v. 125-147, 158-174 et 175-204; éd. STRECKER, p. 214-216.
92
rejoindre Aubert. Pris de peur, il obéit, fait pénitence dans un monastère7, puis devient clerc des mains d’Aubert8. Après un premier voyage à Rome, il est nommé diacre par Aubert et est tenté par des pratiques cénobitiques9. Au retour d’un second voyage à Rome, Aubert le fait prêtre10. Enfin, suite à un troisième voyage à Rome où il était accompagné par deux disciples – Adelin et Domitien11 – il reçoit d’Aubert l’autorisation de construire des bâtiments monastiques à Lobbes12; puis édifie deux autres monastères, à Aulne et à Wallers, qu’il dédie à saint Pierre13. Il quitte alors Lobbes où il laisse une veneranda fratrum congregatio, non sans l’avoir richement dotée14, et fonde un quatrième monastère à Crespin, où il mourra et sera enterré15.
7
Su
r le retour à Cambrai: Vita Landelini, III; éd. LEVISON, p. 440. – Vita Landelini metrica, v. 205-215; éd. STRECKER, p. 216. – HERIGER, Vita Ursmari metrica, I, v. 119-120; éd. STRECKER, p. 182. -FOLCUIN, Gesta abbatum Lobbiensium, I; éd. PERTZ, p. 56. La Vita Landelini (III; éd. LEVISON, p. 440) fait, seule, allusion à une pénitence (sub saeculari habitu in monasterio degens agebat praeteritorum poenitentiam criminum), mais ne précise pas où se situe le monastère dans le diocèse de Cambrai, probablement dans la ville épiscopale. Sur Cambrai à l’époque mérovingienne, voir P. C. BOEREN, Contribution à l’histoire de Cambrai à l’époque mérovingienne. Maastricht-Vroonhoven, 1940; M.ROUCHE, Topographie historique de Cambrai durant le Haut Moyen Age (Ve-Xe siècles), dans: Revue du Nord, LVII, 1976, p. 339-347; M.ROUCHE, Cambrai, du comté mérovingien à l’évêque impérial, dans: Histoire de Cambrai, sous la dir. de L.TRENARD. Lille, 1982, p. 11-42.
8
Vit
a Landelini, III; éd. LEVISON, p. 440. – Vita Landelini metrica, v. 215-219; éd. STRECKER, p. 216-217. Folcuin et Heriger sont muets sur ce point.
9
Vit
a Landelini, IV; éd. LEVISON, p. 440-441: ad diaconatus ordinationem. – Vita Landelini metrica, v. 221-247; éd. STRECKER, p. 217: levitam consecrat esse. Heriger (Vita Ursmari metrica, I, v. 122-126 et 130-132; éd. STRECKER, p. 182-183) ne parle pas d’une ordination au titre de diacre. Sur les voyages à Rome, cfr. infra, p. 139, n. 16.
10
Vita Landelini, V; éd. LEVISON, p. 441: presbiterii suscepit officium. – Vita Landelini metrica, v. 251-260; éd. STRECKER, p. 217-218: ac summis gradibus preditat presbiteratus. – HERIGER, Vita Ursmari metrica, I, v. 133-134; éd. STRECKER, p. 183: sumit et inde gradum sub eodem presbiteratus.
11
Vita Landelini, V; éd. LEVISON, p. 441. – Vita Landelini metrica, v. 276-300; éd. STRECKER, p. 218. Folcuin et Heriger sont muets sur ce voyage à Rome; cfr. DIERKENS, Lobbes, p. 250, n. 23.
12
La Vita Landelini (V; éd. LEVISON, p. 441) ne parle pas explicitement de la fondation du monastère par Landelin, mais seulement d’habitations monastiques qui seront achevées par ses successeurs: ibi construxit sibi et discipulis suis monasteriales habitationes et quod ille Deo annuente fideliter coepit, postmodum a successoribus qui per eius ministerium in loco eodem aggregati sunt, féliciter estperactum. Plus loin, la Vita Landelini (V; éd. LEVISON, p. 441-442) suggère pourtant, sans équivoque, que c’est bien un monastère que Landelin a édifié: construxit aliud monasterium (àpropos d’Aulne) (.. ) et tertium coenobium (à propos de Wallers); veneranda fratrum congregatio (…) non egeret bis, quae monacbis feruntur esse congruentia. La Vita Landelini ne fait aucun rapprochement entre le lieu où s’élève l’abbaye de Lobbes et celui où Landelin effectua ses crimes; ce thème apparaîtra, très net, dans les récits postérieurs, notamment la Vita Ursmari metrica d’Hériger (I, v. 139-140); éd. STRECKER, p. 183), les Gesta de Folcuin (I; éd. PERTZ, p. 56) ou la Vita Landelini metrica (v. 328-352 et 398-413; éd. STRECKER, p. 219-222). Sur ce thème, voir, en dernier lieu, DESPY, Afflighem, surtout p. 66-72.
13
Vita Landelini, V; éd. LEVISON, p. 441-442. – Vita Landelini metrica, v. 366-388 et 389-396; éd. STRECKER, p. 221. Heriger ne cite ni Aulne, ni Wallers; Folcuin en attribue la fondation à Ursmer. Sur ceci, voir infra, p. 100-102.
14
Vita Landelini, V; éd. LEVISON, p. 442. Les autres textes sont muets sur la munificence de Landelin.
15
Sur la fondation de Crespin en deux temps (oratoriolum à saint Martin; puis abbaye Saint-Pierre) et sur les tentatives d’Adelin et de Domitien, voir les détails dans la Vita Landelini (VI-VIII; éd. LEVISON, p. 442-444) et la Vita Landelini metrica (v. 422-529; éd. STRECKER, p. 222-225: fin très rapide; l’auteur est moine de Lobbes et ne tient pas à valoriser Crespin). Heriger (Vita Ursmari metrica, I, v. 149-152; éd. STRECKER, p. 183) et Folcuin (Gesta abbatum Lobbiensium, I; éd. PERTZ, p. 56) ne font que citer la fondation de Crespin. Sur les reliques de Landelin à Crespin, voir notamment MISONNE, Landelin, p. 75-80 et MISONNE, Reliques, p. 6, où il est question d’un reliquaire du début du Xe siècle.
93
Quelle est la valeur de cette Vita Landelini} Elle consigne une tradition dont la Vita Ursmari metrica d’Hériger est peut-être un autre écho16. Certaines de ses affirmations sont des topoi fréquents: les voyages à Rome (avec l’importance du chiffre trois, qui souligne la progression spirituelle de Landelin; clerc, diacre, prêtre et, enfin, fondateur d’abbaye), l’origine noble de sa famille, la mort édifiante et les vertus chrétiennes et monastiques du saint. Le rôle d’Aubert est, à l’évidence, gonflé abusivement; cela tient au fait que l’auteur de la Vita était un moine de Crespin, abbaye donnée depuis peu (en 920) à l’évêché de Cambrai. Comme points positifs du récit, il faut retenir la naissance de Landelin à Vaulx, ses liens avec l’évêque Aubert, son action à Lobbes (fondements de l’abbaye) et à Crespin (fondation de l’abbaye), ainsi qu’à Aulne et à Wallers17; on peut aussi considérer comme vraisemblable sa »conversion« après une période de méfaits, ainsi que quelques renseignements précis sur Crespin. Le problème majeur est d’ordre chronologique: quand vécut Landelin et de quand date son arrivée dans la vallée de la Sambre?
La Vita Landelini ne donne que deux indices: Landelin est né sous la royauté de Dagobert et il fut protégé par Aubert. Il ne peut s’agir que de Dagobert I (623-639), puisque l’activité d’Aubert, comme évêque de Cambrai est attestée dès 650 environ18 et que son décès se place avant 670, peut-être en 66919. Les données annalistiques et les textes tardifs fixent la fondation de Lobbes en 63720; deux actes faux (un acte de donation de Dagobert I à Landelin et une confirmation par l’évêque Aubert) sont, sur cette base, datés de 640 et 64221. Il est pourtant évident qu’à prendre la Vita à la lettre
16
J’ai supposé ailleurs que l’auteur de la Vita Ursmari metrica n’avait pas sous les yeux la Vita Landelini ; ces deux textes sont donc deux aspects d’une même tradition, à moins de supposer – et c’est l’hypothèse la plus vraisemblable – qu’Hériger avait un souvenir relativement précis de la Vita Landelini, lue ou entendue peu auparavant. Cfr. DIERKENS, Lobbes, p. 249-250.
17
Sur ceci, DIERKENS, Lobbes, p. 254-256, où l’on montre les mobiles de Folcuin qui, seul, affirme une fondation d’Aulne et de Wallers par Ursmer.
18
Vita Fursei, X; éd. KRUSCH, p. 439. – Virtutes Fursei, XXX; éd. KRUSCH, p. 448.
19
Voir, par exemple, BAIX, Aubert, col. 223-224; LEFEBVRE, Auberto, col. 581 (avec renvoi aux sources et bibliographie); DUCHESNE, Fastes, III, p. 110-111 (avec renvoi aux sources; Duchesne précise aussi que si la Vita Auberti, des environs de 1015, présente Dagobert Ier et Aubert comme contemporains, c’est sous l’influence d’actes faux: infra, n. 21). Sur la date de la mort d’Aubert (669?) et de la nomination de son successeur Vindicien, en 670, voir DUVOSQUEL, Humbert, p. 166, n. 1 ; PONCELET, Lettre, p. 385 et n. 2-3; PLATELLE, Cambrai-Lille, p. 16 et 327; FRITZE, Confessio, p. 85-87 et n. 22-23.
20
Annales Laubienses, a° 637; éd. PERTZ, p. 11. Détail des dates: Vos, Lobbes, I, p. 40, n. 3; WARICHEZ, Lobbes, p. 14-15, n. 2.
21
Les actes prétendument mérovingiens, qu’on doit ajouter au dossier de saint Landelin, sont des faux évidents conçus à une période tardive (XP-XIIe siècles) en se servant notamment de la Vita Landelini, dans l’intérêt de la gestion et du temporel de Crespin (actes de 640 et de 642) et de Wallers (actes de 691 et 697); il n’y a pas lieu d’entrer ici dans le détail de leur confection. Acte de Dagobert Ier pour Landelin, daté du 16 avril 640 (éd. Vos, Lobbes, I, p. 408-411 ou éd. PERTZ, MGH DD merov., Spuria Dagoberti n° 51, p. 168-169); confirmation de l’acte précédent par Aubert, évêque de Cambrai, datée de 642 (éd. Vos, Lobbes, I, p. 412-413); acte de Pépin II pour Ursmer, daté du 15 novembre 691 (éd. Vos, Lobbes, I, p. 413-415 ou éd. PERTZ, MGH DD merov., Spuria Pippini II n°2, p. 210); acte de Pépin II pour Dodon, daté du 15novembre 697 (éd. Vos, Lobbes, I, p. 415-418 ou éd. PERTZ, MGH DD merov., Spuria Pippini II n°4, p. 211-212). La véracité des deux premiers (640 et 642) a encore été défendue en 1910 (abbé TRELCAT, Deux diplômes anciens, dans: Bulletin (de la) Société d’études de la province de Cambrai, XV, 1910, p. 240-251; article condamné sans appel par une note critique d’A. PONCELET, dans: An. Boll., XXXI, 1912, p. 498). Sur ces actes, qui mériteraient une étude approfondie, voir les
94
(Landelin baptisé par Aubert déjà évêque, sous l’épiscopat duquel se déroule en totalité sa longue évolution spirituelle), une date de fondation de Lobbes placée avant 650 est impossible, puisqu’Aubert n’a pu être évêque avant les années 63022. Diverses interprétations sont possibles pour sauvegarder la date traditionnelle qui ferait de Lobbes le plus ancien monastère de la vallée de la Sambre. Il semble cependant préférable de concilier la chronologie habituellement admise pour l’épiscopat d’Au-bert (troisième quart du VIIe siècle)23 et l’affirmation de Folcuin qui situe l’action de Landelin sous le fils de Clovis II, Clotaire III qui régna en Neustrie de 657 à 67324, pour dater la fondation de Lobbes des environs de 66025.
b. Ursmer
On dispose, pour retracer la vie de saint Ursmer, d’une vita écrite dans le troisième quart du VIIIe siècle par Anson, moine de Lobbes, et dédiée à l’abbé Théodulphe auquel Anson succédera en 776; ce texte repose notamment sur le texte perdu d’une Vita Ursmari écrite par saint Ermin, successeur d’Ursmer comme abbé de Lobbes de 713 à 737. A la vita d’Anson, on ajoutera quelques renseignements originaux donnés par les Gesta de Folcuin et la Vita Ursmari metrica d’Hériger26.
éléments rassemblés par HEIDRICH, Titulatur, p. 255-258; DIERKENS, Lobbes, p. 256; DIERKENS, Indiculus, p. 17-18, n. 45. De la même façon, on considérera comme non fondées les dates données par les Annales Laubienses (annales commencées, apparemment, au début du XIe siècle puis régulièrement continuées) et la Fundatio d’Hugues le Prieur, des environs de 1150, qui citent respectivement les années 637 et 638 pour les débuts de Lobbes (Annales Laubienses, a° 637; éd. PERTZ, p. 11 et HUGUES, Fundatio; éd. WAITZ, p. 544, qui dépend manifestement des Annales Laubienses). La chronologie proposée par J. Schumacher, en note de son édition de la Vita Theodardi de Sigebert, mêle les traditions et doit être considérée comme inconsistante (SCHUMACHER, Sigebert, p. 25, n. 3; les renseignements fournis dans les notes de cet article sont d’ailleurs, à de rares exceptions près, tout à fait fantaisistes). Il n’y a par contre aucune raison de douter de la véracité d’un diplôme perdu pour Crespin, de Clovis II (mort en 657) ou plus vraisemblablement de Clovis III (mort en 695); cfr. auctoritatem quandam, qualiter Clodoveus rex Francorum iam olim res quasdam in pago Hainau et in comitatu Thessandrico consistentes monasterio Crispiniensi (…) contulerit (acte du 26 octobre 855; éd. SCHIEFFER, MGH DD Karol., III, p. 383-384: D. Loth. II n° 1). Sur cet acte, éléments dans DIERKENS, Lobbes, p. 248, n. 17.
22
Contrairement à ce qu’affirment DUCHESNE (Fastes, III, p. 110-111) et DE MOREAU (Histoire de l’Eglise, I, p. 62), la liste des présences au concile de Clichy en 626-627 (éd. DE CLERCQ, Concilia Galliae, p. 296-297) ne reprend pas le nom de Bertoaldus, hypothétique prédécesseur d’Aubert. Sur la date de ca. 630, voir par exemple, BAIX, Aubert, col. 223-224.
23
Par exemple, DE MOREAU, Histoire de l’Eglise, I, p. 344.
24
FOLCUIN, Gesta abbatum Lobbiensium, I; éd. PERTZ, p. 56. On remarquera ici que l’activité de Landelin s’est presque exclusivement exercée en Neustrie et au diocèse de Cambrai. Ceci va dans le sens d’une réfutation de l’identification du Dagobertus rex avec Dagobert II, roi austrasien (supra, n. 3). Pour les dates du règne de Clotaire III, voir par exemple DUVOSQUEL, Humbert, p. 165-166, n. 5; GAUTHIER, Moselle, p. 266 (et n. 39); DUBOIS, Bathilde, p. 19 et 27.
25
C’était notamment la date proposée par WARICHEZ, Lobbes, p. 15, n. 2. On signalera ici, pour mémoire, le livre de E. TRELCAT, Les saints de Crespin: saint Landelin, saint Adelin, saint Domitien, saint Aybert. Vie de saint Landelin, fondateur de l’abbaye de Crespin. Cambrai, 1912 (en particulier les p. 94-100, où l’auteur s’efforce, sans succès, de réfuter certaines argumentations de L. VAN DER ESSEN), qui n’a aucune valeur historique pour les époques anciennes mais qui donne quelques éléments intéressants sur les cultes de Landelin et de ses disciples aux Temps Modernes et à l’époque contemporaine.
26
Voir DIERKENS, Lobbes, passim. On négligera, évidemment, la fausse charte de donation d’Aldegonde pour Maubeuge (662-675), souscrite par les saints Aubert, Amand, Ouen et Ursmer (!); voir, en dernier lieu, l’analyse de DUPRAZ, Chronologie nouvelle, p. 563-564, n°l.
95
Saint Ursmer est né à Floyon, en Thiérache27, d’une famille noble28. Sa naissance est annoncée par deux prémonitions29. Il reçoit une éducation soignée, accordant une place majeure à la vie monastique et aux Saintes Ecritures30. Ses nombreuses qualités31 lui valent une fonction d’enseignement religieux32, le titre de prêtre puis celui d’évêque33. De Pépin H, il reçoit le pouvoir de racheter les captifs34 et il se signale par ses pratiques d’abstinence et par ses mortifications35. Ursmer, thaumaturge, réalise de nombreux miracles à l’abbaye de Maubeuge36. Il devient abbé de Lobbes37, puis, se sentant trop âgé, il confie la charge abbatiale à son disciple Ermin et se retire38. A sa
27
ANSON, Vita Ursmari, I; éd. LEVISON, p. 453: inpago Hainau vel Teoracense, in villa quae vocata est Fleon ; repris par Rathier (Vita Ursmari, II, éd. MABILLON, p. 251) et par Heriger (Vita Ursmari metrica, I, v. 204-205; éd. STRECKER, p. 185: Teoracio pago … villa quamfama Fleon vocitavit). Voir aussi les indications complémentaires de Folcuin, Gesta abbatum Lobbiensium, XLIII et XLIV (éd. PERTZ, p. 73-74). Sur Floyon (dép. Nord, arr. Avesnes) au Haut Moyen Age, on pourra négliger l’étude au titre prometteur de G. DELOFFRE, Histoire de Floyon. Les origines et les seigneurs de 1250 à 1464, dans: Mémoires (de la) Société Archéologique et Historique de l’arrondissement d’Avesnes, XXIV, 1973, p.61-124.
28
Seul Heriger parle de la nobilitas d’Ursmer: nobilitate cluens (Vita Ursmari metrica, I, v. 202; éd. STRECKER, p. 185).
29
ANSON, Vita Ursmari, prologue et I; éd. LEVISON, p. 453-454. – RATHIER, Vita Ursmari, II; éd. MABILLON, p. 251-252. – HERIGER, Vita Ursmari metrica, I, v. 213 et 237-596; éd. STRECKER, p. 185-196. – FOLCUIN, Gesta abbatum Lobbiensium, II; éd. PERTZ, p. 56-57.
30
ANSON, Vita Ursmari, II; éd. LEVISON, p. 454: minime saeculariter sed monasterialiter ac regulariter. -RATHIER, Vita Ursmari, III; éd. MABILLON, p. 252. – HERIGER, Vita Ursmari metrica, I, v. 606-630; éd. STRECKER, p. 197.
31
Liste des qualités: ANSON, Vita Ursmari, II; éd. LEVISON, p. 455-457. – RATHIER, Vita Ursmari, III; éd. MABILLON, p. 252. – HERIGER, Vita Ursmari metrica, I, v. 637-682; éd. STRECKER, p. 197-199.
32
ANSON, Vita Ursmari, II, éd. LEVISON, p. 455: ad instructionem fratrum.
33
HERIGER, Vita Ursmari metrica, I, v. 683-685; éd. STRECKER, p. 199: sacerdos etpontifex. Anson ne parle pas d’une fonction comme sacerdos, mais parle d’Ursmer comme episcopus iam ordinatus (Vita Ursmari, II; éd. LEVISON, p. 455). Ce faisant, Anson brûle trop ostensiblement la chronologie; Rathier transforme dès lors ce passage (Vita Ursmari, IV; éd. MABILLON, p. 252: pastoralem deinde cathedram adeptus). Sur la fonction épiscopale d’Ursmer, voir les tentatives d’explications de Folcuin (Gesta abbatum Lobbiensium, III; éd. PERTZ, p. 57); cf. infra, p. 290-291 et 300.
34
ANSON, Vita Ursmari, II; éd. LEVISON, p. 257: Ursmarus (…) redemptor captivorum, siquidem a Pippino potestatem redimendi acceperat. Cet intéressant détail, omis par Rathier, a été repris par Heriger (Vita Ursmari metrica, I, v. 697-700; éd. STRECKER, p. 199). Cfr. DIERKENS, Lobbes, p. 249, n. 21.
35
ANSON, Vita Ursmari, III; éd. LEVISON, p. 457-458. – RATHIER, Vita Ursmari, V; éd. MABILLON, p. 252-253. – HERIGER, Vita Ursmari metrica, I, v. 729-730 et 736-798; éd. STRECKER, p. 200-202.
36
ANSON, Vita Ursmari, IV-VII; éd. LEVISON, p. 458-460 (le miracle du chap. V ne concerne pas Maubeuge). – RATHIER, Vita Ursmari, VI-IX; éd. MABILLON, p. 263-255. – HERIGER, Vita Ursmari metrica, II, v. 1-156; éd. STRECKER, p. 202-206.
37
Anson ne dit rien sur la nomination d’Ursmer à l’abbatiat de Lobbes; seul le contexte montre sans équivoque qu’Ursmer était bien abbé (Vita Ursmari, VIII; éd. LEVISON, p. 460). La Vita Auberti, oeuvre de Fulbert de Chartres écrite vers 1015, fait d’Ursmer, le successeur de Landelin à Lobbes et de la nomination d’Ursmer, l’oeuvre de Landelin lui-même (Vita Auberti, XI; éd. GHESQUIERE, p. 546); cfr. DIERKENS, Lobbes, p. 250-251, n. 25.
38
Les versions données par les différents textes hagiographiques, sont incompatibles. Pour Anson, dans la Vita Ursmari, VIII (éd. LEVISON, p. 460), c’est Ursmer qui souhaite se retirer et, auparavant, optantibus cunctis, il transmet le pouvoir abbatial à Ermin, discipulus suus, et lui enseigne la façon de diriger le troupeau qui lui est confié. Ermin suit les injonctions de son maître qui meurt peu après. Le même Anson, dans la Vita Erminonis postérieure à la Vita Ursmari, présente une autre version plus conforme à la règle bénédictine: Ursmer, devenu très âgé et infirme, demande à ses spirituales filii de pouvoir se retirer. Après avoir remis sa charge – la différence est capitale -, il persuade la communauté d’élire
96
mort, il est enterré dans l’église Notre-Dame qu’il a fait construire sur la colline qui domine l’abbaye39.
Parmi les éléments complémentaires fournis au Xe siècle, on retiendra le rôle de Pépin II et d’Hidulphe dans la nomination d’Ursmer au siège abbatial de Lobbes40 et les dates du 26 août 697 (consécration de l’église abbatiale de Lobbes aux saints Pierre et Paul)41 et du 18 avril 713 (mort d’Ursmer)42. On signalera aussi quelques divergen-ces, notamment sur la passation des pouvoirs à Ermin43 et sur la fondation des abbayes d’Aulne et de Wallers attribuées à Ursmer par Folcuin44. Le même Folcuin insiste sur le rôle missionnaire d’Ursmer en Thiérache et en Flandre et y voit l’origine de certaines possessions de l’abbaye de Lobbes45.
Des quelques miracles rapportés par la Vita Ursmari d’Anson, on peut notamment retenir les liens d’Ursmer avec sainte Aldegonde et l’abbaye de Maubeuge; Ursmer a
Ermin, élu par la voix unanime omnium clericorum ac laicorum (Vita Ermini, V; éd. LEVISON, p. 464). La version de Rathier est, sur ce point, peu claire (Vita Ursmari, X; éd. MABILLON, p. 255), tout comme celle d’Hériger (Vita Ursmari metrica, II, v. 165-179; éd. STRECKER, p. 207) pour qui Ursmer, sentant sa mort prochaine, fait nommer Ermin pour lui succéder: il y a manifestement désir de donner un ton orthodoxe à la passation des pouvoirs. Plus net, Folcuin suggère une décision d’Ursmer et ne fait pas allusion à l’accord de la communauté monastique de Lobbes (Gesta abbatum Lobbiensium, V, éd. PERTZ, p. 58: antequam (Ursmarus) decederet, se vivo sanctum Erminum successorem sibi substituerai). Cfr. infra, p. 301-302.
39
ANSON, Vita Ursmari, VIII; éd. LEVISON, p. 461 : cuius discipuli exsequias dévote célébrantes, sepelierunt eum onorifice in Laubace suo monasterio in ecclesia, quae sita est in cacumine montis, ad cuius radiées situm est monasterium, et aedificata in onore sanctae Mariae semper virginis, Dei genitricis. Dans le même sens, RATHIER, Vita Ursmari, X; éd. MABILLON, p. 255. – HERIGER, Vita Ursmari metrica, II, v. 205-220; éd. STRECKER, p. 208. – FOLCUIN, Gesta abbatum Lobbiensium, IV; éd. PERTZ, p. 57.
40
HERIGER, Vita Ursmari metrica, I, v. 192-196; éd. STRECKER, p. 185. – FOLCUIN, Gesta abbatum Lobbiensium, IV; éd. Pertz, p. 56. Voir aussi infra, p. 321-325.
41
FOLCUIN, Gesta abbatum Lobbiensium, IV; éd. PERTZ, p. 57: In exordio regiminis sui ecclesiam, quae ante id temporis erat inconsecrata, consecravit, dedicans illam Domino in honore principis apostolorum Pétri simulque doctoris gentium Pauli et omnium apostolorum Christi. Folcuin précise la date de cette dedicatio: le sept des calendes de septembre.
42
Anson et Heriger ne donnent aucune date; Rathier précise le jour: 18 avril (Vita Ursmari, X; éd. MABILLON, p. 255: quarto decimo Kalendas mait). L’année se trouve notamment dans Folcuin (Gesta abbatum Lobbiensium, V; éd. PERTZ, p. 58).
43
Supra, n. 38.
44 Infra, p. 100-102.
45
FOLCUIN, Gesta abbatum Lobbiensium, IV; éd. PERTZ, p. 57-58. – WARICHEZ, Lobbes, p. 175; PLATELLE, Cambrai-Lille, p. 17. Cette affirmation, véritable »lieu commun* dans l’hagiographie lobbaine, semble cependant reposer sur un raisonnement a posteriori: c’est la liste de biens possédés par Lobbes en Flandre qui a poussé les hagiographes à en trouver l’origine dans le succès de la prédication d’Ursmer. Dans certains cas, on a pu montrer que le rôle d’Ursmer a été exagérément grossi: ainsi, la Vita Arnulfi du début du XIIe siècle (IV, 92; éd. CUPERUS, p. 249-250) affirme, d’après la seniorum traditio, que l’église Saint-Pierre d’Oudenburg fut fondée par Ursmer; cette église n’est cependant pas antérieure au milieu du VIIIe siècle (voir HUYGHEBAERT, Oudenburg, p. 56-57 et n., avec bibliogr. compl.). Quant au rôle missionnaire d’Ursmer en Thiérache, il semble plus vraisemblable (voir infra, p. 290 sur le titre épiscopal du saint). Sur le topos d’Ursmer, évangélisateur des Flandres, voir, par ex., les lignes de la Fundatio d’Hugues de Lobbes, c. 1150 (éd. WAITZ, p. 544), qui place même Ursmer sous les ordres de saint Amand et un autre passage du même texte (éd. WAITZ, p. 547) sur Oudenburg et Affligem. Pour le cas d’Affligem, voir, en dernier lieu, les importantes remarques de DESPY, Afflighem, p. 73-76. Sur le prieur Hugues, cfr. la note d’U. BERLIÈRE, Hugues, prieur de Lobbes, dans: R. Bén., IX, 1892, p. 41.
[
Ba’/eri?ch
e ] Sta; >l itliothek
L M:= J
97
confié sa propre nièce à Aldegonde46 et sur quatre miracles, trois au moins ont été réalisés à Maubeuge47.
c. Hidulphe
Le dossier hagiographique et historique d’Hidulphe (ou Hildulphe) est si complexe qu’il est hors de question de donner ici un aperçu de toutes les recherches qu’il a occasionnées. Les premières mentions d’Hidulphe dans les sources narratives lobbai-nes se trouvent dans la Vita Ursmari metrica, écrite par Heriger vers 96548 puis dans les Gesta abbatum Lobbiensium de Folcuin49 qui en reprend les termes: Hidulphe, unus de proceribus maioribus regni, serait intervenu pour faire nommer Ursmer abbé de Lobbes. A Lobbes, une légende se développa qui conduisit à faire d’Hidulphe un des principaux bienfaiteurs de l’abbaye: à la fin de sa vie, entré comme moine à Lobbes, il aurait donné ses très nombreuses propriétés à son abbaye50. D’autres sources hagiographiques font état d’interventions d’Hidulphe à Mons (où sa femme, Aya, se serait retirée)51 et à Saint-Ghislain52. Sur cette tradition, dont l’importance liturgique croîtra au point de donner lieu à la canonisation populaire d’Aya et d’Hidulphe et de susciter des cultes locaux53, s’en greffera une seconde, née à Moyenmoutier dans les Vosges; ce monastère, en effet, aurait été fondé à la fin du VIIe siècle ou au début du siècle suivant par un Hidulphe, saint évêque dont l’historicité est garantie par une mention, à la date du 11 juillet, dans le calendrier de saint Willibrord54, mention qui confirme la tradition locale et l’hagiographie qui prendra naissance à Moyenmoutier dès le milieu du Xe siècle55.
46
ANSON, Vita Ursmari, VI (éd. LEVISON, p. 459): Ursmarus habebat neptem in monasterio suprascripto quod vocatur Malbodium, quam ipse parvulam sanctae commendaverat Aldegundae.
47
Les chap. IV, VI et VII de la Vita Ursmari d*Anson ont sûrement lieu à Maubeuge; le lieu du chap. V n’est pas indiqué (éd. LEVISON, p. 458-460). Ces miracles, réalisés dans des circonstances précises, ont probablement été connus d*Anson par la Vita Ursmari perdue écrite par saint Ermin.
48
HERIGER, Vita Ursmari metrica, I, v. 701-706; éd. STRECKER, p. 199: a quo (— Pipino) forte gregis recipit regimen Lobiensis/Hidulfo, ceu vulgo ferunt, intervenientejqui de proceribus fuerat maioribus unus/ compater Ursmari, ceu fertur et ipse beati/incrementatorque loci quam maxime nostri/ …
49
FOLCUIN, Gesta abbatum Lobbiensium, II; éd. PERTZ, p. 56: a Pippino … evocatus, idem monasterium regendum (Ursmarus) accepitper Hyldulphi interventum qui erat unus de proceribus regni maioribus.
50
Etat achevé de la légende au milieu du XIIe siècle: HUGUES, Fundatio monasterii Lobbiensis, I et II; éd. WAITZ, p. 544, 545 et 547. Cfr. encore le De fundatione et lapsu monasterii Lobbiensis, écrit anonyme de la fin du XIIe siècle (II et III; éd. WAITZ, p. 548-549).
51
Sur Aya, panorama critique des sources dans FR. BAIX, Aya (sainte), dans: D. H. G. E., V (Paris, 1931), col. 1259-1260. On mentionnera ici l’existence d’une autre Aya qui aurait vécu à l’époque mérovin-gienne: la mère de sainte Ragenuphle, honorée à Incourt; cfr. DIERKENS, Ragenuphle.
52
Voir les travaux en cours de D. Van Overstraeten, à qui je dois d’ailleurs de précieux renseignements bibliographiques sur Hidulphe.
53
Par ex. HENSCHENIUS, De S. Aya et De S. Hidulpho, dans: AA SS, respectivement Avril, II, p. 575-578 et Juin, V, p. 495-496; ou encore C. SMET, De S. Hidulpho duce et S. Aya ejus conjuge, dans: AASS Belgii, V (Bruxelles, 1789), p. 533-544.
54
Voir GAUTHIER, Moselle, p. 342-343 (et n. 408), qui se réfère aussi à la Vita Maximini, écrite à Saint-Maximin de Trêves dans la seconde moitié du VIIIe siècle: on y lit qu’Hidulphe portait le titre épiscopal.
55
Panorama de la littérature hagiographique dans la notice de R.VAN DOREN, Idulfo, abate du Moyenmoutier, dans: Bibliotheca Sanctorum, VII (Rome, 1966), col. 645-646, à laquelle on ajoutera surtout A. LAURENT, Saint Hydulphe, fondateur de Moyenmoutier, dans: La vie diocésaine de Saint-Dié, 1969, n°9 (1er mai) et 10 (15mai), p. 181-185 et 202-208. Voir surtout les pages décisives de GAUTHIER, Moselle, p. 340-343.
98
Hidulphe est enterré à Lobbes; saint Hildulphe, à Moyenmoutier56. Les deux traditions se sont confondues: à Lobbes où on conserve le tombeau d’Hidulphe (dont les reliques furent transportées à Binche, dans l’église Saint-Ursmer, le 4 avril 1409)57, on mentionne dans les Annales locales le décès d’Hidulphe (Hildulfus dux) en 70758. Lors de la rédaction de la vita tertia de saint Hidulphe de Moyenmoutier, vers 1044-104859, Humbert accole au jour du 11 juillet (dies natalis sûr du fondateur de son abbaye), l’année 70760. On a ensuite beaucoup discuté de la possible identité des deux Hidulphe, entraînée par la similitude des dates de mort (!) et, parfois, on a pu proposer que Lobbes aurait repris à Moyenmoutier l’année 70761.
De toute évidence, les deux traditions ont un point de départ différent: deux homonymes presque contemporains ont oeuvré, l’un, ecclésiastique (episcopus), dans l’orbite de Willibrord et au diocèse de Trêves, l’autre, laïc (dux), dans l’entourage de Pépin II et au diocèse de Cambrai. Quant à la date de 707, elle ne vaut que pour Hidulphe de Lobbes car, si l’on peut éventuellement mettre en cause l’ancienneté de la plaque tombale ou de la tradition légendaire développée aux Xe-XIF siècles, il semble déraisonnable de contester la valeur des Annales Laubacenses dont la première tranche (687-737) ne peut avoir été écrite bien après cette date: la première continuatio couvre les années 741-76862. Les Annales Laubienses qui consacrent à Hidulphe et à Aya une notice plus longue ne sont, quant à elles, pas antérieures au début du XIe siècle63.
Quoi qu’il en soit, ce qui apparaît comme établi au sujet d’Hidulphe, c’est qu’un dux de ce nom, appartenant à l’aristocratie neustrienne ralliée aux Pippinides, fut à l’origine du choix d’Ursmer par Pépin II; qu’il procéda à des donations en faveur de Lobbes, abbaye où, en 707, il sera enterré: le respect que Lobbes marqué, dès le VIIIe siècle, pour sa mémoire et sa tombe, ne peut s’expliquer autrement64.
56
Indications sur les reliques d’Hidulphe dans la notice de R. VAN DOREN, citée supra, n. 55.
57
Sur Hidulphe, voir, par exemple, R. VAN DOREN, Idulfo di Lobbes, dans: Bibliotheca Sanctorum, VII (Rome, 1966) col. 645; G.SPAHR, Hidulf, dans: L.Th.K., 2e éd., V (Fribourg, 1960), col. 322; WARICHEZ, Lobbes, p. 6; GENICOT, Lobbes, p. 292.
58
Annales Laubacenses, a° 707; éd. PERTZ, p. 7: Hildulfus dux obiit; requiescit in Laubaco monasterio. Annales Laubienses, a°707; éd. PERTZ, p. 12.
59
Sur la Vita Hidulphi tertia d’Humbert, voir GAUTHIER, Moselle, p. 341. A rapprocher de M. BERNARD, Les offices versifiés attribués à Léon IX (1002-1054), dans: Etudes grégoriennes, XIX, 1980, p. 89-164 (àlap.91).
60
Voir quelques bonnes remarques de CH. PFISTER, Les légendes de saint Dié et de saint Hidulphe, dans: Annales de l’Est, III, 1889, p. 396-407.
61
Eléments dans GAUTHIER, Moselle, p. 341-342.
62
Texte donné supra, n. 58. Voir E. HLAVITSCHKA, CR de EBLING, Prosopographie, dans: Rh. V., XLII, 1978, p. 533-537 (aux p. 535-536).
63
Annales Laubienses, a° 707; éd. PERTZ, p. 12.
64
Le sarcophage de saint Hidulphe à Lobbes a disparu (la notice de TOLLENAERE, Sculpture, p. 267 désigne en fait le sarcophage dit de saint Abel). On en conserve un relevé graphique sommaire (une simple croix); cfr. E. REUSENS, Archéologie chrétienne, I, p. 206, fig. 208 et Vos, Lobbes, I, pi. entre les p. 160 et 161.
99
2.
Les cellae d’Aulne et Wallers
Pour comprendre la fondation et le statut des »abbayes« d’Aulne et Wallers, il faut se rappeler que ces deux cellae sont au centre des préoccupations des hagiographes de Lobbes au Xe siècle65, or c’est précisément au début de ce siècle qu’apparaissent les premières mentions explicites relatives à l’érection d’Aulne comme de Wallers. Les Vitae Ursmari et Ermini d’Anson, de la seconde moitié du VIIIe siècle, sont muettes sur les deux cellae et il faut attendre la Vita Landelini en prose, rédigée vers 920-930 à Crespin, pour trouver le récit de leur fondation par Landelin. Avant cette dernière date, il est question des deux cellae d’Aulne et de Wallers (cella in Alna et cella in monasterio Wasler) dans la liste brève des biens appartenant à Saint-Pierre de Lobbes, établie vers 889 w. Mais, dans le traité de Meersen de 870, Wallers est seule mentionnée parmi les abbatiae attribuées à Charles le Chauve67, alors qu’Aulne n’y figure pas68. En dépit des affirmations de Folcuin69, c’est à Landelin que revient la fondation d’Aulne et de Wallers. Ces deux établissements religieux, établis après Lobbes et avant Crespin, sont dédiés à saint Pierre70: Aulne, fondée inpago Sambreo, sur la Sambre, dans le domaine voisin de celui de Lobbes, ressortissait au diocèse de Maastricht-Liège71, tandis que Wallers, établie dans les Fagnes du pagus Templutensis, relevait du diocèse de Cambrai72. La Vita Landelini ne précise pas le statut de ces fondations de Landelin, qualifiées respectivement de monasterium et de coenobium73; là’ Vita Landelini en vers, qui dépend de la Vita en prose, n’est pas plus explicite74. Folcuin, par contre, s’étend plus longuement sur cette question et précise qu’Aulne et Wallers sont soumises à Lobbes; il en attribue la fondation à Ursmer75. De plus, pour Wallers, il signale que le premier supérieur fut Dodon, disciple d’Ursmer76; les quelques détails
65
DIERKENS, Lobbes, surtout, p. 254-256.
66
Ed. DEVROEY, Polyptyques, Annexe II, Lobbes, p. 16-17. Sur cette source, infra, p. 113.
67
Annales Bertiniani; éd. VIEILLARD-GRAT-CLEMENCET, p. 174: Wasloi. Le traité mentionne aussi, comme abbatia, Crispinno (Crespin). Cfr., en dernier lieu, NAZET, Crises et réformes, p. 474 et 489.
68 Infra, p. 100 et 328-329.
69
FOLCUIN, Gesta abbatum Lobbiensium, IV; éd. PERTZ, p. 57.
70
Vita Landelini, V; éd. LEVISON, p. 441—442: monasterium quod fulget principis apostolorum sacris pigneribus (Aulne); quod ut superiora clavigeri régis superni, sancti scilicet Pétri, consecrari fecit (Wallers).
71
Vita Landelini, V; éd. LEVISON, p. 441. Sur le pagus Sambriensis, éléments dans DIERKENS, Hanzinne; dans WEYN, Thuin, p. 72-77, et dans ARNOULD, Aulne, p. 4, 7 et n. 48.
72
Vita Landelini, V; éd. LEVISON, p. 442. L’étendue et la nature du pagus Templutensis sont mal définies; cf. DHONDT, Subdivisions, p. 118-119, qui donne les mentions mais ne résout pas les problèmes. Il faut toujours recourir à DUVIVIER, Hainaut ancien, p. 110-114, qui propose d’identifier le pagus Templutensis comme synonyme de Fagne.
73
Vita Landelini V; éd. LEVISON, p. 441-442.
74
Vita Landelini metrica, v. 366-388 (Aulne) et 389-396 (Wallers); éd. STRECKER, p. 221. Les mentions de constructions en marbre (v. 374: construxit clarum diverso marmorae templum; v. 393: more suo sancto constructans marmorae templum) sont bien sûr des exagérations poétiques. La Vita Ursmari metrica d’Hériger et la Vita Ursmari de Rathier ne parlent ni d’Aulne, ni de Wallers.
75
Folcuin, Gesta abbatum Lobbiensium, IV; éd. PERTZ, p. 57: monasterium quoque in Alna ipse construxit et Lobiis subie cit. Monasterium quoque Waslare dictum, versus Teoraciae saltum, in f imbus Faniae aedificavit, cui et Dodonem praefecit.
76
Folcuin (Gesta abbatum Lobbiensium, IV; éd. PERTZ, p. 57) parle de Dodon comme d’un homme saint, instruit par Ursmer qui lui accorde de vivre en ermite dans une cellule in eodem Fania saltu, où il
100
qu’il donne ensuite sur celui-ci formeront – avec la tradition locale – l’armature de la Vita Dodonis77.
La Vita de ce saint local, auparavant considérée comme antérieure à la plupart des textes hagiographiques lobbains78, est étroitement tributaire des Gesta de Folcuin. Selon moi, elle fut rédigée par un moine de Lobbes délégué à Wallers à l’extrême fin du Xe siècle79. Selon ce texte, Dodon naquit à Vaux dans le pagus de Lomme, du temps de Pépin II et alors qu’Ursmer était déjà abbé de Lobbes80. Ursmer baptisa et éduquale jeune garçon, lui apprit les Saintes Ecritures81. Devenu adulte, Dodon fit don de ses biens au monastère de Wallers, où Ursmer l’établit comme supérieur82. Très vite cependant, Dodon opta pour une vie érémitique; il construisit une cellule (cellula) non loin de son monastère83. C’est de cet ermitage qu’il prêcha l’exemple et fit de nombreux miracles84. C’est là aussi qu’il mourut en odeur de sainteté85. En 844, à la demande de l’abbé de Lobbes Hartbert, l’évêque de Cambrai Thierry procède à la dédicace de l’église de Wallers86 mais c’est l’évêque Dodilon de Cambrai (887-903) qui effectue la première exaltation des reliques de Dodon87. La seconde translation a lieu, peu après, sous Fulbert (934-956) et alors que Liutbert était provisor loci8*. C’est à ce
mourut; Folcuin mentionne aussi que le corps de Dodon fut transféré à Wallers où il jouit d’une vénération méritée.
77
Vit
a Dodonis, ed DE BUCK, p. 634-638. Sur Dodon, voir surtout POSWICK, Wallers, passim.
78
On trouvera la bibliographie dans POSWICK, Wallers, p. 64 (et n.) et 70.
79
Démonstration dans DIERKENS, Lobbes, p. 256 et n. 54-55. Je ne crois pas fortuite la filiation directe de la Vita Dodonis par rapport aux Gesta de Folcuin, écrit polémique achevé peu de temps après que Rathier ait géré Aulne et Wallers (infra, p. 122). La Vita Dodonis, qui suit le chap. IV des Gesta et est donc postérieure (de peu?) à c. 970, fut peut-être »commandée« par Folcuin après son rétablissement comme abbé de Lobbes (c. 972) pour resserrer les liens entre Wallers et l’abbaye-mère.
80
Vita Dodonis, III; ed. DE BUCK, p. 634. De cette affirmation, on peut tirer un terminus post quem pour la naissance de Dodon: vers 681, date où Pépin agebat in sceptris. Ce terminus ne doit d’ailleurs pas être très éloigné de la date réelle si l’on admet que saint Ursmer (« f » 713) a consacré Dodon, supérieur de Wallers (cfr. la bonne argumentation de VAN DER ESSEN, Etude, p. 133, n. 5). On remarquera au passage que le plan même de ce chapitre est calqué sur les Vitae d’Anson et la Vita Landelini en prose; le vocabulaire reprend souvent celui des Gesta de Folcuin.
81
Vita Dodonis, IV; ed. DE BUCK, p. 635.
82
Vita Dodonis, V; ed. DE BUCK, p. 635, on remarquera que jamais Folcuin et la Vita Dodonis n’utilisent le terme dyabbas pour qualifier la fonction de Dodon: ceci ne peut que renforcer la thèse de la dépendance de Wallers vis-à-vis de Lobbes. Les Gesta des évêques de Cambrai parlent, quant à eux, de nomination de Dodon par Landelin (Gesta, II, 33; ed. BETHMANN, p. 463: beatus Landelinus monasterium ad paucos fratres condidit, cui sanctum Dodonem bonae memoriae virum prefecit).
83
La Vita Dodonis (V; ed. DE BUCK, p. 635) situe la cellula, non longe a suo (= Dodonis) monasterio.
84
Vita Dodonis, VI; ed. DE BUCK, p. 635.
85
Vita Dodonis, VII; ed. DE BUCK, p. 635.
86
La Vita Dodonis ne parle pas de cette consécration demandée par l’abbé de Lobbes; cfr. Anno etiam 844 (Tbeodoricus) dedicavit monasterium in Vaslero, petente Hariberto abbate (Gesta episcoporum Cameracensium, I, 43; ed. BETHMANN, p. 417).
87
La Vita Dodonis (VIII-IX; ed. DE BUCK, p. 636) présente l’action de Dodilon comme une décision épiscopale. Voir DIERKENS, Création des doyennés.
88
Vita Dodonis, X-XI; ed. DE BUCK, p. 636-637; la traduction habituelle de provisor loci par prévôt semble trop radicale. On notera, au passage, les renseignements donnés sur le sarcophage (mérovingien) de Dodon et sur son culte aux IXe et Xe siècles.
101
même Liutbert qu’on doit une reconstruction des bâtiments abbatiaux après avoir recueilli les fonds nécessaires en faisant voyager les reliques de Dodon89.
Rien de semblable à Aulne. Ce qui accentue les différences entre les deux établissements, qu’on peut résumer par le tableau suivant:
Wallers
Aulne
diocèse
saint local et culte traité de Meersen liste brève (c. 889)
Cambrai
Dodon
(abbatia) Wasloi
cella in monasterio Wasler
Liège
/
/90
cella in Alna
Ce tableau fait apparaître, sans équivoque, un statut différent à Aulne et à Wallers; seule Wallers était considérée comme abbaye possédant une personnalité propre, alors qu’Aulne n’était qu’une dépendance de Lobbes. Comme il n’y a aucune raison de supposer que, lors de leur fondation par Landelin, Aulne et Wallers avaient reçu un statut différent91, on est amené à déduire des éléments que j’ai rappelés, une évolution divergente des deux institutions. Une double explication, complémentaire, se présente:

Auln
e était voisine de Lobbes, au point que leurs domaines étaient contigus; une dépendance directe était donc possible alors que Wallers, plus éloignée, devait avoir un responsable sur place, et donc un supérieur nommé par l’abbaye-mère de Lobbes;

Waller
s était une carte jouée par les Pippinides à la fin du VIIe siècle; ils avaient en effet tout intérêt à développer, au diocèse de Cambrai et en Neustrie, une dépendance de Lobbes, abbaye sur laquelle ils avaient prise92. Dans cette optique, on comprend mieux l’intérêt et la nécessité de promouvoir, à Wallers, le culte d’une figure de proue étroitement liée à Lobbes et à son saint abbé Ursmer93.
89
A rapprocher des voyages des reliques de saint Ursmer vers 1060 (infra, p. 134) et, surtout, de saint Ghislain vers 930 (D’HAENENS, Gérard de Brogne, p. 111, avec références).
90
L’absence d’Aulne dans le texte du traité de Meersen ne semble pas devoir être expliquée par un statut épiscopal. Ce n’est qu’en 889 qu’Aulne et Wallers, passant sous le contrôle épiscopal, perdirent leur caractère d’établissements royaux: Aulne, cédée directement à l’Eglise de Liège, fut rattachée à la mense épiscopale alors que Wallers resta dépendance de Lobbes. Voir, par exemple, les lignes très nettes d’Hugues de Lobbes vers 1150: Fundatio, ed. WAITZ, p. 545; sur tout ceci, voir infra, p. 112-113. Il ne reste, dès lors, pour expliquer l’absence d’Aulne en 870, que le fait qu’Aulne, n’ayant alors pas d’abbé, n’est pas considérée comme abbatia.
91
Sur ce point, voir infra, p. 314 et 321-322.
92
Rappelons ici que la désignation d’Ursmer et d’Ermin comme abbés-évêques de Lobbes est une décision pippinide; voir aussi infra, p. 321-325.
93
Sur cet aspect politique, voir infra, p. 322-323.
102
3.
L’abbatiat d’Ermin
La vie d’Ermin, second abbé de Lobbes, qui succéda vers 713 à Ursmer94, est rapportée par Anson dans un bref texte hagiographique rédigé dans le troisième quart du VIIIe siècle, entre 751 et 76895, et, probablement, après la Vita Ursmari qu’il dédia à l’abbé Théodulphe96. Quelques rares détails sont ajoutés par Folcuin mais la Vita Ermini est, en fait, notre seule source97. Le laps de temps réduit qui s’est écoulé entre l’abbatiat d’Ermin (c. 713-737) et la rédaction de la Vita, a permis à Anson de recueillir des éléments précis et des témoignages sûrs98; on peut considérer cette Vita comme un texte de bon aloi et lui accorder confiance99.
Ermin100 naquit à Herly, dans le pagus de Laon101; ses parents, des Francs assez riches102, lui firent donner une bonne éducation religieuse, à l’issue de laquelle il fut nommé prêtre103. Ses nombreuses qualités lui valurent l’amitié du saint abbé de Lobbes, Ursmer104. Ermin avait été confié à Tévêque de Laon Madelgaire105, dont Hailedaldus, puissant personnage du palais de Pépin II106, obtint que le jeune prêtre
94
Cfr. supra, p. 96-97.
95
La Vita Ermini (IX; ed. LEVISON, p. 468-469) montre que la Vita a été écrite sous Pépin le Bref (f 768), après son arrivée au pouvoir (regnum) et de son vivant. Voir, par exemple, VAN DER ESSEN, Etude, p. 75; D’HAENENS, Ermin, col. 763. L’attribution de la Vita Ermini à Anson est précisée par Folcuin (Gesta abbatum Lobbiensium, IX; ed. PERTZ, p. 59).
96
A dire vrai, la chronologie relative entre les deux écrits d*Anson ne peut être établie avec certitude; seule la vraisemblance (et notamment la comparaison des deux prologues et dédicaces) suggère l’antériorité de la Vita Ursmari. Cfr. DIERKENS, Lobbes, p. 247.
97
Folcuin renvoie d’ailleurs explicitement à la Vita Ermini d’Anson: maxime cum descriptio vitae eius dicat de eis satis habunde (Gesta abbatum Lobbiensium, V; ed. PERTZ, p. 59).
98
Les prophéties lui ont été rapportées par un disciple d’Ermin, Fladbertus, moine (venerabilis vir) de Lobbes, testis valde idoneus: porro quae narro, eo referente, cognovi (Vita Ermini, VI; ed. LEVISON, p. 465). Par ailleurs on a bien l’impression qu’Anson est un de ces moines décrits à la troisième personne, dans le chap. VIII de la Vita (ed. LEVISON, p. 467-468).
99
Voir notamment VAN DER ESSEN, Etude, p. 75-77; D’HAENENS, Ermin, col. 763.
100
J’utiliserai la forme Ermin/Erminus, la plus courante dans la tradition lobbaine. Anson, quant à lui, emploie Erminon (Ermino; Irmino; Armino).
101
Le nom d’Herly, Ercliacum devenu plus tard villa sancti Ermini (Saint-Erme; dép. Aisne, arr. Laon), n’est pas donné par la Vita Ermini. Il n’y a cependant pas lieu de remettre en question l’identification traditionnelle; voir, par exemple, WARICHEZ, Lobbes, p. 116; D’HAENENS, Ermin, col. 763; etc. La Vita précise seulement in pago Laudonense (Vita Ermini, I; ed. LEVISON, p. 462).
102
ANSON, Vita Ermini, I; ed. LEVISON, p. 462: non infimisparentibus, sed ex mediocrigente Francorum.
103
ANSON, Vita Ermini, I; ed. LEVISON, p. 462:propter incomparabilem vitam et religionem devotissimam ad presbiterii honorem sublimatus est.
104
ANSON, Vita Ermini, II; ed. LEVISON, p. 462; Ursmer est qualifié de sanctus Dei Ursmarus episcopus atque abbas. On peut rappeler ici qu’Ermin, après avoir été élevé à la charge abbatiale de Lobbes, composa un recueil (perdu) de Virtutes d’Ursmer: ANSON, Vita Ursmari, VIII; ed. LEVISON, p. 460.
105
ANSON, Vita Ermini, I; ed. LEVISON, p. 462: se commendavit cuidam pontifia nomine Madelgario. Madelgaire est l’un de six coepiscopi cités dans le privilège de 692 pour Montier-en-Der; PARDESSUS, Diplomata, n° 423; cfr. EWIG, Rheinischer Besitz, p. 344 et Bischofslisten, p. 193. On trouve une autre mention de Madelgaire dans un intéressant passage de la Vita de sainte Anstrude, abbesse de Saint-Jean de Laon; passage sur lequel je reviendrai plus loin (infra, p. 291, n. 48; Vita Anstrudis, XVII; ed. LEVISON, p. 173).
106
ANSON, Vita Ermini, III; ed. LEVISON, p. 463: homo magnus inpalatio Pippini, filius Ansegisi, nomine Hailedaldus. On a parfois voulu identifier cet Hailedaldus avec Hidulphe; sur ceci, voir infra, p. 291.
103
Ermin107 puisse se rendre à Lobbes et y aider Ursmer108. Là il fit un apprentissage monastique109 et, lorsqu’ Ursmer abandonna le pouvoir abbatial, il lui succéda110. Ses vertus furent innombrables; parmi celles-ci, le don prophétique l’emporte nette-ment111. Il mourut le 25 avril 737112.
L’hagiographe évoque la piété d’Ermin113, ses rapports étroits avec les Pippinides et, particulièrement avec Charles Martel1H et quelques-uns de ses voyages, à Floyon115 et à Saint-Amand116. A l’abbaye de Lobbes, il a consacré, à son propre usage, un oratoire à la Vierge Marie117.
4.
Amoluin, Vulgise, A bel et Théoduin
Si Folcuin avoue ne plus connaître le nom des adiutores et cooperatores de saint Landelin et de saint Ursmer118, il cite trois noms en rapport avec saint Ermin. Cependant, explique-t-il, il ne sait s’il s’agit de cooperatores ou de successeurs d’Ermin qui seraient alors coabbates et gubernatores de Lobbes119. Du premier, l’évêque Amoluin, Folcuin ne connaît que le nom120. Le second, l’évêque Vulgise, est enterré à
107
Ermin était alors un de prêtres attachés à l’épiscopat, peut-être un des chanoines du chapitre cathédral: unus de tuis presbiteris (ANSON, Vita Ermini, III; ed. LEVISON, p. 463).
108
ANSON, Vita Ermini, III; ed. LEVISON, p. 463: ut permutas (…) Erminonem ire ad monasterium quod vocatur Laubacis atque ibidem stabiliter permanere, ubi sanctus Ursmarus pater monachorum esse cernitur, ut illuc coeptum opus ad finem felicem per ducat.
109
ANSON, Vita Ermini, III—IV; ed. LEVISON, p. 463-464, où Ton voit le passage d’Ermin à un statut régulier; stabiliter permanere, obtemperare regulam, oboedientiam exibere maioribus et caritatis dilectionem minoribus.
110
Les textes contradictoires sur les modalités de cette succession ont été rappelés plus haut, p. 96 et n. 38. Il est vraisemblable que le titre épiscopal porté par Ermin lui a été accordé en même temps que la charge abbatiale (infra, p. 291-292). ANSON, Vita Ermini, V; ed. LEVISON, p. 464.
111
ANSON, Vita Ermini, VI-X; ed. LEVISON, p. 465-470. Deux de ces miracles ont été repris dans BOUTEMY, Recueil, p. 17-19.
112
ANSON, Vita Ermini, XII; ed. LEVISON, p. 470: anno septingentesimo et trigesimo septimo ab incarnatione Domini nostri Iesu Christi VII Kal. Maias. Sur les reliques d’Ermin, voir le curieux épisode rapporté par les Gesta abbatum Lobbiensium continuata (chap. XV; ed. ARNDT, p. 318-319): en 1104, on remplace le corps d’Ermin par celui de Théodulphe lors de différends entre le prieuré d’Herly (Saint-Erme) et le seigneur voisin. Cfr. WARICHEZ, Lobbes, p. 116-118 et, en dernier lieu, PLATELLE, Imposture, p. 134-135.
113
ANSON, Vita Ermini, VI, VIII, IX, XI ; ed. LEVISON, p. 465-470, où l’on voit l’importance apportée par Ermin aux dévotions et à la prière.
114
ANSON, Vita Ermini, VI, VII, VIII, IX; ed. LEVISON, p. 465-470. Sur ceci, voir infra, p. 323-324; NONN, Karl Martell, p. 78.
115
ANSON, Vita Ermini, VII; ed. LEVISON, p. 466.
116
ANSON, Vita Ermini, X; ed. LEVISON, p. 469-470.
117
ANSON, Vita Ermini, VIII; ed. LEVISON, p. 467: sanctus vero Ermino… orabat in oratorio quodsibimet ipsi dedicaverat in onore sanctae Mariae semper virginis et sancti Iohannis evangelistae et sancti Andreae.
118
FOLCUIN, Gesta abbatum Lobbiensium, II; ed. PERTZ, p. 56: nec defuerunt adiutores et cooperatores in praedicti loci augmentatione quam plures, licet nomina eorum exciderint.
119
FOLCUIN, Gesta abbatum Lobbiensium, V; ed. PERTZ, p. 58: (Erminus) habuit etiam et cooperatores sive successores eiusdem loci gubernatores et coabbates (…); qui utrum sibi vicissim successerint an sancto Ermino spiritualibus occupato rébus locum in commune tractaverint, nichil certi reliquit antiquitas.
120
FOLCUIN, Gesta abbatum Lobbiensium, V; ed. PERTZ, p. 58: dommum Amulvinum aeque episcopum. Voir FRANK, Klosterbischôfe, p. 33 et GHESQUIÈRE, AASS Belgii, VI (Tongerlo, 1794), p. 367-368.
104
Lobbes où on célèbre son obit121. Le troisième, l’évêque Abel, scotus génère, aurait été également évêque de Reims; c’est du moins ce que Folcuin a appris, à Reims, lors de conversations avec l’archevêque Adalbéron122.
Selon toute apparence, c’est le titre épiscopal de ces trois personnages qui a poussé Folcuin à envisager que, au même titre que les abbés-évêques Ursmer et Ermin notamment, ils aient porté le titre d’abbés de Lobbes. Rien ne permet de le suivre sur ce point123. Il est, par contre, plus intéressant de s’interroger sur leurs rapports avec Lobbes même s’il convient d’être prudent dans les hypothèses. On connaît, en effet, un évêque Vulgise124 que Charles Martel a envoyé – entre c. 716 et c. 727 – à Maastricht pour y procéder, avec saint Hubert, à l’élévation des reliques de saint Servais125. De
121
FOLCUIN, Gesta abbatum Lobbiensium, VII; ed. PERTZ, p. 59: Invenimus in nostris perantiquis martyrologiis quod dies natalitii eius sic adnotatur: pridie nonas februari in Laubaco monasterio depositio sancti Vulgisi episcopi. Sed et mausoleum in quo conditus iacet, inpromptu est cernere. Cfr. le dossier rassemblé par GHESQUIÈRE, AA SS Belgii, VI, p. 364-366.
122
FOLCUIN, Gesta abbatum Lobbiensium, VI et VII; ed. PERTZ, p. 58-59, sur le sarcophage dit de saint Abel (du VIIIe siècle?), voir infra, p. 317, n. 231. Sur le dossier d’Abel, importantes indications dans GHESQUIÈRE, AASS Belgii, VI, p. 353-364.
123
Au chapitre III des Gesta abbatum Lobbiensium (ed. PERTZ, p. 57), Folcuin s’interroge semblablement sur les raisons du titre épiscopal porté par les abbés Ursmer et Ermin.
124
Le titre d’episcopus ne peut pas être expliqué dans l’état actuel de nos connaissances; il ne s’agit pas d’un évêque attaché au siège d’un évêché; on peut penser à un episcopus adpraedicandum: c’est, en effet, au début du VIIIe siècle, que l’épiscopat »liégeois« prit en charge l’évangélisation de la Toxandrie et de la région au nord de Maastricht, avec l’appui des Pippinides (cfr. aussi l’action contemporaine de saint Willibrord). Mais on ne peut exclure un abbas-episcopus. Sur ceci, voir infra, p. 292-293.
125
Dans les Miracula Servatii composés par Jocundus vers 1080 (BOEREN, Jocundus, p. 49), on peut lire que Vimperator Charles dédie sa victoire de Poitiers à saint Servais et fait procéder, par saint Hubert assisté d’un évêque Vulgise, à l’élévation des reliques de Servais à Maastricht: communiprotinus consilio mittitur ad eum (= Servatium) magnae vitae episcopus nomine Vulvegisus. Venit ille Traiectum cum multis oblationibus et ad verbum imperatoris munera preciosa patrono illi donavit. (…) His féliciter adimpletis, venit ad imperatorem Vulvegisus episcopus (…) (JOCUNDUS, Translatio S. Servatii, V et XIII; ed. KÔPKE, p. 94 et 96). On a souvent souligné la faible valeur historique des renseignements donnés par Jocundus. Mais, compte tenu des procédés historiques et littéraires de Jocundus (procédés aujourd’hui bien connus), on peut proposer l’hypothèse suivante que P. C. Boeren – qui ne connaissait pas la mention de Vulgise dans les Gesta de Folcuin – n’a pu formuler. Jocundus, comme d’autres écrivains de la seconde moitié du XIe siècle (cfr. par ex. LEJEUNE, Recherches, p. 20 et 37; BOEREN, Jocundus, p. 100), attribue à Vimperator Charlemagne des actes de Charles Martel; par ailleurs, la mention de la bataille de Poitiers (tout à fait anachronique, puisque saint Hubert est mort en 727) se rapporte, comme l’avait pressenti Boeren (Jocundus, p. 97-98) à la bataille de Toulouse du 9 juin 721, dont M. Rouche a, tout récemment encore, montré l’importance (Aquitaine, p. 112-113; M. ROUCHE, Arabes ou Occitans? Les vaincus de Poitiers, dans: L’Histoire, n°45: mai 1982, p. 20-27; ou, auparavant, Les Aquitains ont-ils trahi avant la bataille de Poitiers?, dans: Le M. A., 1968, p. 5-26). Dès lors, le passage des Miracula de Jocundus (dont on trouvait déjà un écho sous la plume de G.HENSCHENIUS, AASS, Mai, III, p. 208-230, aux p. 216-217) serait l’écho déformé par la plume tendancieuse de Jocundus, d’une réelle élévation des reliques de Servais sous l’épiscopat d’Hubert et à l’initiative de Charles Martel; le lien de causalité translatio/victoire de 732 (lire 721) ne semble, par contre, pas être plus qu’un hasard de dates: 7 juin pour la translatio, 9 juin pour la bataille de Toulouse. Sur le développement – toujours dans le contexte pippinide – du culte de saint Servais au début du VIIIe siècle, voir les importantes indications de WERNER, Lùtticher Raum, p. 248-250 (surtout n. 58, p. 249). Sur Vulgise, voir aussi WARICHEZ, Lobbes, p. 22, n. 1 et FRANK, Klosterbischôfe, p. 33 et n. 4. On espère de nouvelles lumières sur le culte de saint Servais à l’occasion du colloque Sint Servatius, bischop van Tongeren-Maastricht. Het vroegste christendom in het Maasland (Alden Biesen-Tongres-Maastricht 7-9 novembre 1984).
105
même, on sait qu’un évêque Abel fut ordonné à Reims par saint Boniface en 744 avec l’appui de Carloman; Abel ne put cependant se maintenir à cette place mais resta dans l’entourage de Boniface126.
L’identité de Vulgise, enterré à Lobbes, avec son homonyme envoyé de Charles Martel, tout comme celle d’Abel, dont le souvenir est conservé à Lobbes, avec l’évêque de Reims soutenu par Carloman, est plausible. Les données chronologiques fournies par Folcuin – qui opère le rapprochement entre les noms d’Abel et de Vulgise et celui d’Ermin, abbé de 713 à 737 – confirment cette hypothèse127.
De plus, on peut noter que Carloman, par un acte perdu daté des Estinnes, le 6 février 744128, donne à Lobbes l’importante villa de Fontaine-Valmont, contiguë au domaine primitif de l’abbaye129; l’abbé de Lobbes était alors Théoduin, qui succéda vraisemblablement à Ermin en 737130 et qui resta à la tête de l’abbaye jusqu’en 751 au plus tard131.
B. L’ABBAYE DE LOBBES À L’ÉPOQUE CAROLINGIENNE (C. 750 – c. 881)
Pour retracer l’histoire de Lobbes pendant la période carolingienne, on dispose d’un double fil conducteur: les Gesta abbatum Lobbiensium de Folcuin et les Annales Laubienses. Mais ces deux sources, rédigées à la fin du Xe siècle132, doivent sur certains points être complétées ou corrigées par de rares textes contemporains des événements, textes parmi lesquels le liber memorialis de l’abbaye de Remiremont (vers 863) revêt une importance primordiale. La valeur de ce liber et des renseignements qu’il contient (notamment une liste d’abbés et de moines, tant morts que vivants, de Lobbes) a été, tout récemment encore, prouvée et appuyée par l’édition définitive du texte133. Par
126
Sur cette difficile question, voir EWIG, Milo, p. 429-420 et, en dernier lieu, l’excellente synthèse de GAUTHIER, Moselle, p. 364—365 (avec références aux sources). EWIG, Chrodegang, p. 45 n’hésite pas à faire de l’évêque de Reims un ancien moine de Lobbes. Voir aussi FRANK, Klosterbischôfe, p. 34-36 et DIERKENS, Hanzinne.
127
Sur les implications de ces identifications, infra, p. 321-325.
128
Acte perdu dont la date et une partie de la souscription sont données par FOLCUIN, Gesta abbatum Lobbiensium VI; ed. PERTZ, p. 58; cfr. HEIDRICH, Titulatur, p. 275, n°50. J’ai expliqué ailleurs pourquoi je date l’acte de 744 et non de 745 comme la totalité des historiens; cfr. DIERKENS, Indiculus, P- 17.
129
De Vecclesia intégra Saint-Martin de Fontaine dépendaient les chapelles Sainte-Barbe de Fosteau et Saint-Nicolas de Leers, chapelles dont l’existence n’est pas attestée avant le XVIème siècle.
130
C’est aussi l’hypothèse de WARICHEZ, Lobbes, p. 21 qui admet une succession »sans intermédiaire* d’Ermin à Théoduin et de Théoduin à Théodulphe.
131
La date de 751 (cf. WARICHEZ, Lobbes, p. 21 (n. 4) et 23) est déduite d’un passage de Folcuin qui dit que l’abbatiat de Théodulphe commença sous Xeprinceps Pépin II post facto rege (en 751): FOLCUIN, Gesta abbatum Lobbiensium, VIII; ed. PERTZ, p. 59. Cfr. infra, p. 108, n. 139.
132
Sur la date de rédaction des Gesta de Folcuin, voir DIERKENS, Lobbes, p. 253-254; sur celles des Annales Laubienses, par ex. WARICHEZ, Lobbes, p. XXV ou M. VAN BLEYENBERGHE, dans: Rapport sur les travaux du séminaire historique pendant l’année académique 1901-1902, dans: Annuaire de l’U.C.L., LXVII, 1903, p. 336-379, aux p. 346^356 (surtout p. 346-350).
133
Voir l’édition HLAWITSCHKA-SCHMID-TELLENBACH, MGH, Liber memorialis, I (Dublin-Zurich, 1970; pour Lobbes, I, p. 16-17), avec longue introduction historique. Cette édition éclipse totalement celle d’A. EBNER, Der liber vitae und die Nekrologien von Remiremont, dans: Neues Archiv, XIX,
106
ailleurs, les pages de J. Warichez sur Lobbes carolingienne ne sont susceptibles que de peu de retouches; mon exposé, sommaire, s’appuiera donc sur elles134. En se basant sur les quelques éléments sûrs de l’histoire de l’abbaye, on peut distinguer deux phases majeures dans l’existence de Lobbes entre le milieu du VIIIe siècle et la fin du IXesiècle: après une période que l’on pourrait qualifier de régulière, pendant laquelle se sont succédés des abbés »ecclésiastiques«135, fut instauré – par suite d’une usurpation, véritable coup d’Etat – un régime d’abbatiat laïc au profit des membres de la dynastie carolingienne136.
1.
L’abbaye de Lobbes du milieu du VIIIe s. à 864
On se rappellera qu’à la tête de Lobbes se succédèrent les deux abbés-évêques Ursmer (c. 680-713) et Ermin (713-737), puis l’abbé Théoduin qui reçut de Carloman la villa de Fontaine-Valmont137. J’ai aussi émis l’hypothèse que sous l’abbatiat de Théoduin se trouvaient, parmi les religieux résidant à Lobbes, des évêques (soit des monachi-episcopi, soit des episcopi ad praedicandum, voire des évêques de diocèse provisoire-ment établis à Lobbes) qui remplissaient les nécessaires fonctions épiscopales en dehors des évêques diocésains de Cambrai et de Maastricht-Liège138. A la mort de
1894,
p. 47-83 (pour Lobbes, p. 63-65). Le liber memorialis de Remiremont contient, pour Lobbes, d’abord une liste de fratres vivants (à la tête desquels figure l’abbé Hartbert), puis une liste des frères défunts (liste qui commence par les noms des abbés de Théodulphe à Eggard). La lecture des 271 nomina defunctorum et des 78 nomina fratrum autorise quelques questions destinées à rester sans réponse sûre: ces noms représentent-ils la totalité de la communauté de Lobbes pendant un siècle environ (de c. 750 à 863)? De plus, aux fratres, vivants ou morts, sont ajoutés – comme c’est souvent le cas dans les libri vitae ou des libri memoriales (cfr. MISONNE, Metz, p. 501-503) – les noms de familiers, de donateurs, de bienfaiteurs insignes: notamment deux évêques de Cambrai, Halitgaire (816/817-830) et son prédécesseur Hildoard (798-816), et huit femmes (un nom au milieu de la liste, sept à la fin). On peut aussi s’interroger sur la nature du document qui a servi aux Lobbains de base à la liste qu’ils ont envoyée à Remiremont (s’il s’agit d’un document nécrologique, l’ordre des noms est peut-être celui des jours du calendrier); à comparer avec MISONNE, Metz, surtout p. 503-505. Pourquoi ce document commence-t-il à Théodulphe et ne cite-t-il pas les abbés Ursmer, Ermin et Théoduin ou le prévôt Martin? On remarquera enfin que VAmaluuinus et le Vulgises qui figurent dans les nomina defunctorum sont des homonymes des évêques monastériaux (dont il a été question supra, p. 104) qui n’avaient pas à figurer dans le Liber Memorialis à la fois parce que leur mort est antérieure à l’abbatiat de Théodulphe et que – pas plus qu’Abel ou Hidulphe – ils ne devaient être moines de Lobbes.
134
WARICHEZ, Lobbes, p. 30-42.
135
Folcuin (Gesta abbatum Lobbiensium, IX; ed. PERTZ, p. 59) parle, à propos de l’abbé Hildéric, d’une usurpation. Cet avis – qui s’explique peut-être parce que cet abbé ne fut pas élu régulièrement, ou par la qualité canoniale et non monastique d’Hildéric – semble la conséquence d’un anachronisme, dû à des circonstances particulières à l’évêché de Liège au Xe siècle; en tout cas, il ne va pas à l’encontre du qualificatif » régulier* utilisé pour cette première période carolingienne de l’histoire de Lobbes.
136
Très peu de temps après le moment où, pour des raisons que j’exposerai plus loin (p. 111 ), l’abbatiat laïc est abandonné par la dynastie carolingienne au profit de Francon, déjà alors évêque de Liège (en 881), le roi Arnoul de Carinthie sanctionnera ce changement par un acte fondamental (889) et rattachera institutionnellement Lobbes à l’évêché de Liège (voir infra, p. 112). A ce propos, on parle parfois d*incorporation de Lobbes à l’évêché de Liège (par ex. GANSHOF, Belgique carolingienne, p. 135); ce terme me semble cependant inadéquat: je réserverai le terme d’incorporation pour un statut paroissial (dans ce sens, VANRIE, Incorporation, p. 47-55), alors que, pour Lobbes, il ne s’agit que d’un cas particulier d’institutionalisation de l’abbatiat séculier.
137
Supra, p. 106.
138 Infra, p. 292-293 et 297-299.
107
Théoduin (avant 751)139, c’est un nouvel abbé-évêque qui est nommé, Théodulphe, dédicataire de la Vita Ursmari d’Anson H0. Avec le changement de régime politique, en 751, les besoins de l’abbaye de Lobbes changèrent aussi; du moins, aux yeux des Carolingiens, qui, une fois devenus rois, n’ont plus eu aucun intérêt à favoriser le système de l’épiscopat monastérial. Tout au contraire, il devenait indispensable de pouvoir surveiller étroitement les abbayes en les assujettissant aux pouvoirs central et épiscopal: une fois que le contrôle de la nomination de l’évêque diocésain ne posait plus de problème, l’abbé-évêque ne représentait plus un éventuel appui, mais un virtuel danger, à cause d’une possible indépendance141. Tout normalement donc, le successeur de Théodulphe, Anson – dont la Vita Ermini témoigne des options nettement favorables aux futurs Carolingiens142 – porte le seul titre abbatial143.
Sans insister sur les abbatiats d’Abbon, Hildéric et Ramnéric – dont on ne connaît que les noms144 -, il faut mettre en évidence les abbatiats de Fulrad et d’Eggard. Sous le premier, qui resta abbé de Saint-Quentin et qui cumula donc les deux abbatiats, eut lieu l’élévation des reliques d’Ursmer, le 26 mars 823, durant l’épiscopat d’Halit-gaire145. Sous le second se produisit à Lobbes la première ordinatio, due à l’évêque de Cambrai Thierry146: les Gesta episcoporum Cameracensium précisent même la date de cette cérémonie (le 16 novembre 832) et sa nature exate, une ordinatio clericorum147. On ne sait cependant, s’il s’agit d’une ordination sacerdotale reçue par des moines ou, moins vraisemblablement, d’une ordination de prêtres séculiers dans l’église abbatiale de Lobbes. Avec raison, me semble-t-il, J. Warichez opte pour la première hypo-
139
FOLCUIN, Gesta abbatum Lobbiensium, VIII; ed. PERTZ, p. 59: Tbeoduino igitur abbati successit sanctus Theodulphus episcopus in provisione predicti loci, partim sub Pippino praefato principe post facto rege, novem vero annis sub Carolo regepost vero imperatore. Le parallélisme des formules principe post facto rege et regepost vero imper atore montre que post doit être considéré comme adverbe et que donc l’abbatiat de Théodulphe commença sous le principat (majorât) de Pépin III, c’est-à-dire avant 751. C’est à une semblable conclusion que conduit le port du titre d’abbé-évêque, inutile après cette date (cfr. infra, n. 141). – Je ne vois aucune raison d’adopter le point de vue défendu par E.EWIG (Chrodegang, p. 43 et n. 87), selon qui Théodulphe fut aussi évêque diocésain de Cambrai.
140
ANSON, Vita Ursmari, prol.; ed. LEVISON, p. 453.
141
Dans ce sens, je rappellerai plus loin (p. 299) que la disparition du système de l’abbatiat épiscopal a lieu dans la seconde moitié du VIIIe siècle et qu’il existe des parallèles chronologiques à l’exemple de Lobbes.
142
En particulier, Vita Ermini, VI-IX; ed. LEVISON, p. 465-469, où les épisodes rapportés montrent les liens entre Ermin et Charles Martel. Les termes utilisés, notamment au cours du récit de l’annonce de la naissance de Pépin III, indiquent nettement qu’Anson partage les sentiments qu’il attribue à Ermin.
143
FOLCUIN, Gesta abbatum Lobbiensium, IX; ed. PERTZ, p. 59: Anso buncsequitur in regimine vir bonus et sanctus, abbas tantum et non episcopus (suivent quelques lignes sur la valeur des écrits d’Anson, que Folcuin – comme Rathier, cfr. DIERKENS, Lobbes, p. 247 – n’estime pas très grande).
144
FOLCUIN, Gesta abbatum Lobbiensium, IX; ed. PERTZ, p. 59. – Annales Laubienses, a°800; ed. PERTZ, p. 13. – Liber memorialis de Remiremont; ed. HLAWITSCHKA-SCHMID-TELLENBACH, p. 17. Sur Tordre de succession de ces abbés, je suis la démonstration de WARICHEZ, Lobbes, p. 32-33 et de PYCKE, Fulrad, col. 316.
145
FOLCUIN, Gesta abbatum Lobbiensium, IX-X; ed. PERTZ, P. 59-60. – ANNALES LAUBIENSES, a°823; ed. PERTZ, p. 13. Sur Fulrad (oncle et non neveu de Ramnéric), voir WARICHEZ, Lobbes, p. 32-33 et PYCKE, Fulrad, col. 315.
146
FOLCUIN, Gesta abbatum Lobbiensium, XI; ed. PERTZ, p. 60. Annales Laubienses, a°835; ed. PERTZ, p. 13. Sur Eggard, voir WARICHEZ, Lobbes, p. 33-34.
147
Gesta episcoporum Cameracensium, I, 43; ed. BETHMANN, p. 417.
108
thèse148; dans ce cas, on se trouverait devant une étape capitale pour comprendre la desserte d’églises paroissiales par les moines, étape qui ne serait pas sans influence sur la christianisation des campagnes de l’Entre-Sambre-et-Meuse et qu’on ne peut s’empêcher de rapprocher des lettres épiscopales de Gerbaud et Walcaud, de peu antérieures149.
L’abbé suivant – Hartbert, originaire de l’abbaye de Corbie – laissa, aux dires de Folcuin, un excellent souvenir150; cette image flatteuse doit probablement beaucoup au contraste marqué avec l’abbatiat de son éphémère successeur, Hubert, responsable du déclin de Lobbes. Il n’en reste pas moins qu’en près de trente ans d’abbatiat, Hartbert ne ménagea pas ses efforts pour embellir son monastère et pour en valoriser les bâtiments et le patrimoine151. Parmi les cérémonies à mettre à son actif, on doit mentionner la dédicace de nouveaux bâtiments religieux de la cella de Wallers, due à Thierry de Cambrai en 844152. A la fin de son abbatiat, vers 863, on comptait à Lobbes 78 moines153.
2.
L’abbaye de Lobbes sous Vabbatiat laïc des Carolingiens
En 864, se produisit une des césures majeures de l’histoire de Lobbes: le frère de Teutberge (et donc beau-frère de Lothaire II), Hubert, envahit l’abbaye, peut-être à l’instigation du roi de Bavière Carloman154 et se proclama abbé à la place d’Hartbert, renvoyé à Corbie155. Il mourut la même année, tué dans la haute vallée du Rhône156: la netteté des mesures radicales qu’il a réussi à prendre malgré la brève durée de son abbatiat montre bien la signification et le but de son usurpation. Il scinda en deux
148
WARICHEZ, Lobbes, p. 34.
149
Voir, en particulier, l’instruction pastorale envoyée, vers 800, par l’évêque Gerbaud à ses parocbiani des pagi de Condroz, de Hesbaye, d’Ardenne et de Lomme, sur le baptême et les connaissances requises des parrains lors de cette cérémonie. Cfr. E. SCHOOLMEESTERS, Le droit diocésain liégeois à l’époque carolingienne, dans: Leodium, II, 1903, p. 15-19 et 33-36; C. DE CLERCQ, Le droit diocésain liégeois à l’époque carolingienne. Notes complémentaires, dans: Leodium, XXIII, 1930, p. 23-40; DE CLERCQ, Législation religieuse, I, p. 274-281; DE MOREAU, Histoire de l’Eglise, I, p. 312-317. En dernier lieu, voir l’éd. commentée de W. A. ECKHARDT, Die Kapitulariensammlung Bischof Ghaer-balds von Lùttich. Gôttingen, 1955 (dont la chronologie semble définitive) et C. DE CLERCQ, Bisschop Gerbald van Luik en zijn Karolingische bisdom (87&-910), dans: Historische Bijdragen, uitgegeven door de Geschiedkundige Kring van Sint-Truiden. Saint-Trond, 1968, p. 40-41. Sur Gerbaud, en dernier lieu, voir KUPPER, Leodium, p. 57.
150
FOLCUIN, Gesta abbatum Lobbiensium, XII; ed. PERTZ, p. 60. Annales Laubienses, a0 835 et 864; ed. PERTZ, p. 13-14. Sur Hartbert, voir WARICHEZ, Lobbes, p. 34-36 (qui exclut, avec raison, de la liste des abbés de Lobbes, un certain Hugues, que les Annales Lobbienses (a° 825; ed. WAITZ, p. 232) plaçaient comme abbé avant Eggard).
151
Voir, en particulier, la tentative de mener un aqueduc, à travers la forêt lobbaine, pour augmenter le rendement des moulins de l’abbaye. Voir aussi pour l’histoire architecturale de Lobbes, infra, p. 134.
152
Gesta episcoporum Cameracensium, I, 43; ed. BETHMANN, p. 417. Cfr. supra, p. 101.
153
Nombre des nomina fratrum monasterii Laubias du Liber memorialis de Remiremont de c. 863 (ed. HLAVITSCHKA-SCHMID-TELLENBACH, p. 16). Cfr. supra, p. 106-107, n. 133.
154
Acte de 889; ed. KEHR, MGH DD ex stirpe Karol., III, p. 95: Hucbertus abbas (…) reliqua utilitati genitoris nostri régis serviturus. Sur cet acte fondamental, voir infra, p. 112-113.
155
FOLCUIN, Gesta abbatum Lobbiensium, XII; ed. PERTZ, p. 60-61. – Annales Laubienses, a°864; ed. PERTZ, p. 14.
156
WARICHEZ, Lobbes, p. 37-38; PARISOT, Lorraine, p. 261-262.
109
parties (très inégales, aux dires de Folcuin)157 le patrimoine de Tabbaye, en laissa une à la disposition des moines et disposa de l’autre pour lui-même et ses fidèles158. La constitution de deux menses (conventuelle et abbatiale) est donc, ici, bien datée de 864 – c’est-à-dire beaucoup plus tard que pour d’autres riches abbayes159 – et s’explique par des raisons militaires. Ce faisant, Hubert instaura un régime d’abbatiat laïc qui, sous cette forme, dura dix-sept ans160 et, sous un aspect légèrement différent, près d’un siècle161; c’est assurément la constitution d’une mense abbatiale qui explique les amputations importantes du patrimoine de Lobbes. A cet égard, il est caractéristique qu’en 889, lorsqu’Arnoul de Carinthie, donnant Lobbes à l’évêché de Liège, prétend faire revenir Tabbaye à l’état antérieur à l’intrusion d’Hubert162, il ne modifie pas le système des menses; il se contente d’attribuer directement à Francon et à ses successeurs, la mense dont avaient bénéficié successivement de nombreux Carolin-giens: Lothaire II, Charles le Chauve et ses fils Carloman et Louis le Bègue, Louis le Germanique, puis Hugues – le fils adultérin de Lothaire II et de Waldrade163. C’est, je crois, en toute conscience que ces souverains ont entamé le patrimoine de Lobbes, hypothéquant ainsi l’avenir religieux de Tabbaye. Peu de temps après que Lothaire II ait lui-même, en 864, à la mort d’Hubert, pris en main l’abbatiat laïc de Lobbes, il fit faire par Tévêque de Cambrai Jean une description des revenus des villae de la mense conventuelle164. La comparaison de cette descriptio villarum165 et de la liste des villae dont, en 889, Tabbaye touchait la dîme (et qui reflète probablement l’état du temporel de Lobbes en 864)166 montre l’importance des pertes subies en un quart de siècle. La descriptio de 868-869 et les termes de l’acte d’Arnoul de 889 sont des éléments qui témoignent de ce que Lobbes, jusqu’alors relativement préservée des empiétements
157
FOLCUIN, Gesta abbatum Lobbiensium, XII; ed. PERTZ, p. 60: delegans victui fratrum villulas et eas parvi redditus, ut placuit delegatori.
158
FOLCUIN, Gesta abbatum Lobbiensium, XII; ed. PERTZ, p. 60. – Acte de 889; ed. KEHR, MGH DD ex stirpe Karol., III, p. 94-96.
159
Par exemple, à Saint-Pierre de Gand (817) ou Saint-Amand (822). Cfr. GANSHOF, Belgique carolingienne, p. 137-138; DE MOREAU, Histoire de PEglise, I, p. 216-220; PLATELLE, Temporel de Saint-Amand, p. 72-83; VERHULST, Sint-Baafs, p. 28-43. Certaines constitutions de menses sont néanmoins postérieures, par ex. à Marchiennes (876); cfr. DE MOREAU, Histoire de PEglise, I, p. 215; LESNE, Propriété ecclésiastique, II, 1, p. 179 et II, 2, p. 178 et 184.
160
Jusqu’en 881, date où Francon reçut l’abbatiat séculier; cfr. infra, p. 111.
161
Jusqu’en 957, quand l’évêque de Liège Baldéric Ier nomma abbé de Lobbes, Erluin de Gembloux; cfr. infra, p. 118-119.
162
Acte de 889; ed. KEHR, MGH DD ex stirpe Karol., III, p. 95: dedimus ipsam abbatiam cum omni integritate (…), velut Harbertus eiusdem ecclesiae abbas, tempore praedecessorum nostrorum, noscitur tenuisse. Voir infra, p. 112-113.
163
FOLCUIN, Gesta abbatum Lobbiensium, XIII-XIV; ed. PERTZ, p. 61. – Annales Laubienses, a° 870-887; ed. PERTZ, p. 15. Sur cette succession, voir WARICHEZ, Lobbes, p. 38-41.
164
FOLCUIN, Gesta abbatum Lobbiensium, XIII; ed. PERTZ, p. 61. Sur les mentions de ce polyptyque, voir le tableau de DEVROEY, Polyptyques, I, 1, p. 46.
165
Je crois, avec J.-P. Devroey (Polyptyques, I, 1, p. 47-49), que le polyptyque de 868 est bien le texte que, depuis Warichez en 1909, les historiens appellent descriptio villarum. Voir l’éd. DEVROEY, Polyptyques, annexe II, Lobbes, p. 1-15.
166
Acte de 889; ed. KEHR, MGH DD ex stirpe Karol., III, p. 95. Sur la date de cette liste brève (ed. DEVROEY, Polyptyques, annexe II, Lobbes, p. 16-20), je crois définitives les conclusions de J.-P. Devroey (Polyptyques, I, 1, p. 61).
110
laïcs167, pâtit désormais de ce qu’on appelle volontiers la ^politique de sécularisation* des Carolingiens; et, de façon paradoxale, elle paraît d’autant plus en souffrir qu’elle en avait été protégée préalablement.
Quant aux invasions normandes des années 880-882, elles ont probablement touché certains biens de Lobbes situés non loin de l’Escaut (notamment le petit chapitre de Zegelsem)168, mais – et de l’aveu même de Folcuin – pas l’abbaye elle-même. Les reliques d’Ursmer, d’Ermin et d’autres saints avaient été mises à l’abri au château de Thuin, voisin de Lobbes qui en avait alors la propriété169. C’est probablement dans le cadre des invasions normandes et de l’action énergique de Régnier et de l’évêque Francon170, que celui-ci obtint l’abbatiat laïc de Lobbes: la coïncidence des dates semble éloquente. Francon devient abbé séculier de Lobbes en 881 ou dans les premiers jours de 882171 au détriment d’Hugues qui avait conclu une alliance avec le chef normand Godefroid, son futur beau-frère172. On peut aussi supposer que c’est au cours de son abbatiat de Lobbes que Francon connut le moine Teutherus, qu’il fit ordonner chorévêque de Liège, tout comme le clerc liégeois Béricon173.
C. L’ABBAYE DE LOBBES, DE LA FIN DU IXe SIÈCLE AU XIe SIÈCLE
1.
Lobbes, abbaye épiscopale (889-957)
Ainsi l’abbaye de Lobbes fut-elle, dans la seconde moitié du IXe siècle, l’objet des convoitises des souverains ou de leurs bâtards qui occupèrent l’abbatiat jusqu’aux environs de 881-882, date où l’évêque de Liège Francon obtint Lobbes en bénéfice et cumula ainsi la charge épiscopale avec l’abbatiat de Lobbes. En 889, il obtint du roi Arnoul de Carinthie que Lobbes soit institutionnellement rattachée à l’évêché; cette dépendance est lourde de conséquences puisque, dès ce moment, l’abbaye – située au diocèse de Cambrai (province de Reims) – est mise sous la tutelle des évêques de Liège (province de Cologne). A Lobbes donc, deux pouvoirs s’affrontent: au spirituel, l’évêque de Cambrai a la prééminence alors qu’au temporel, c’est l’évêque de Liège qui
167
Ce qui ne veut évidemment pas dire que les Pippinides et les Carolingiens n’y avaient pas exercé leur politique religieuse, mais seulement qu’ils n’avaient pas empiété, par des sécularisations notamment, sur le temporel de Lobbes.
168
FOLCUIN, Gesta abbatum Lobbiensium, XVI; ed. PERTZ, p. 62. Sur ce passage, voir surtout WARICHEZ, Lobbes, p. 119 et D’HAENENS, Invasions normandes, p. 29, 139 (n. 132) et 215-217. Cfr. aussi infra, p. 330-331.
169
FOLCUIN, Gesta abbatum Lobbiensium, XVI; ed. PERTZ, p. 62: sed nostrorum patronorum non necesse fuit longius asportari, quoniam adiacens Tbudinii castrum, idque nobis proprium et munitissimum fecerat affluentes indempnes haberi.
170
FOLCUIN, Gesta abbatum Lobbiensium, XVII; ed. PERTZ, p. 62.
171
Démonstration définitive: WARICHEZ, Lobbes, p. 41.
172
En 882, Godefroid épousera, en effet, Gisèle (née, comme Hugues, de Lothaire II et de Waldrade); c’est cette même Gisèle qui deviendra, à la mort de Godefroid, abbesse laïque de Nivelles et de Fosses (supra, p. 78-80).
173
Affirmation à modérer par les bonnes remarques, sur Béricon, de D’HAENENS, Invasions normandes, p. 216, n. 38. On remarquera qu’un moine du nom de Teutherus figure, parmi les fratres vivants, dans le Liber memorialis de Remiremont, c. 863 (ed. HLAVITSCHKA-SCHMID-TELLENBACH, p. 16). Cfr. aussi DIERKENS, Création des doyennés et infra, p. 130.
m
détient les droits du propriétaire et, jusqu’en 957, d’abbé séculier. Cette dualité de pouvoirs s’exercera parfois dans un esprit de collaboration, mais, à d’autres moments, Lobbes acquerra un poids politique majeur.
a. L’acte d’Arnoul de Carinthie du 15 novembre 889174
Arnoul de Carinthie donne à l’Eglise épiscopale de Tongres-Liège, l’abbaye de Lobbes que l’évêque Francon détenait en bénéfice, à la condition que la moitié du temporel de l’abbaye reste affectée à la mense conventuelle et avec l’obligation de fêter, à Lobbes et à Liège, Yobit de son père Carloman et le jour de son élévation à la dignité royale175.
Francon, qui détenait l’abbaye de Lobbes in beneficium176, obtint que le cumul de la charge abbatiale de Lobbes avec l’épiscopat de Liège ne soit pas une simple union personnelle, dont il bénéficierait à titre exceptionnel, mais bien une règle institution-nelle. L’abbaye de Lobbes, d’abbaye royale – statut qu’elle reçut sous Ursmer et Pépin II -, devint abbaye épiscopale; pendant la première partie de son existence épiscopale, Lobbes fut directement dirigée par l’évêque, qui était aussi abbé séculier; après 957, les évêques conservent la possession de Lobbes mais nomment des abbés réguliers.
En procédant à ce changement fondamental de statut, Arnoul précise les conditions auxquelles il transmet Lobbes, avec toutes les possessions et tous les droits de cette abbaye177: Lobbes est cédée dans l’état où Hartbert – c’est-à-dire le dernier abbé régulier avant les mainmises »royales« – l’a tenue178. Cependant, et malgré cette formule, Arnoul entérine les dilapidations du temporel de Lobbes, effectuées par Hubert, le beau-frère de Lothaire II, qui avait expulsé Hartbert et avait occupé l’abbatiat laïc de Lobbes en 864; Hubert, rappelons-le, avait divisé en deux le patrimoine de Lobbes, affectant une moitié à la subsistance des moines et s’attribuant la seconde partie, tant pour son propre usage que pour des distributions à ses fidèles179. Arnoul, en 889, précise que les moines ne pourront être privés de la medietas abbatiae que leur avait laissée Hubert180 mais n’envisage pas de leur restituer des biens pris sur
174
Ed. KEHR, MGH DD ex stirpe Karol., III, p. 94-96, D. A. 64; la date ne pose aucun problème (Data XVII cal. decembr. anno incarnationis dominicae DCCCLXXXVIIII, indictione VII, anno II regni domini Arnulphi serenissimi régis; actum Franconouurt curte regia).
175
Sur cet acte, voir, par ex., WARICHEZ, Lobbes, p. 43-46; DEVROEY, Polyptyques, I, p. 60-61.
176
Acte de 889; ed. KEHR, MGH DD ex stirpe Karol., III, p. 95: quondam abbatiam Laubias nominatam, quam ipse iam multo tempore a praedecessoribus nostris in beneficium visus est accepisse. La formule iam multo tempore et la mention des praedecessores d’Arnoul permettent de rapporter le début de l’abbatiat de Francon en 881 ou au tout début de 882 (WARICHEZ, Lobbes, p. 41-42); Francon était évêque de Liège depuis 854 et on peut donc considérer comme mal informé le témoignage des Annales Laubienses selon lequel Francon fut abbé de Lobbes avant de devenir évêque (ed. PERTZ, p. 15, a° 890: Franco abbas Lobiensium in episcopum Leodiensem translatus, acquisivit episcopatui abbatiam Laubiensem). Cfr. aussi KUPPER, Leodium, p. 59-60.
177
Arnou
l donne abbatiam cum omni integritate sua; suit l’énumération des biens et droits cum ecclesiis, cellulis, vicis ac villis (…) exitibus et redditibus, tributis decimis quaesitis vel etiam inquirendis … cum omni integritate (la formule est donc répétée).
178
Acte de 889; velut Harbertus eiusdem ecclesiae abbas tempore praedecessorum nostrorum noscitur tenuisse. Cfr. supra, p. 109 (sur Hartbert).
179
Sur Hubert, supra, p. 109-110.
180
Acte de 889; ed. KEHR, MGH DD ex stirpe Karol., III, p. 95: ita tamen ut medietatem eiusdem abbatiae, quam Hucbertus abbas (…) monacbis solam reliquerat – reliquam utilitati régis genitoris nostri serviturus retinuerat – ipsa predicta medietate monacbi nunquam priventur.
112
l’autre moitié; la cause en est évidente: la seconde medietas constituait la mense abbatiale, le beneficium de Francon et, pour une petite partie, avait été distribuée par Hubert, utilitati régis genitoris nostri serviturus, et il ne pouvait léser ni son fidèle Francon, ni les fidèles d’Hubert, allié (éphémère) de son père181. Arnoul tient néanmoins pour certain (certum babemus) que, si la vie régulière est rétablie à Lobbes, Francon souhaitera majorer la mense conventuelle. C’est dans cette optique que le diplôme de 889, praedicti episcopi piissima rogati petitione, accorde à la porta vel hospitale de l’abbaye, la totalité des dîmes du temporel de Lobbes182.
Le diplôme de 889 est recopié intégralement dans les Gesta abbatum Lobbiensium de Folcuin, où il est précédé d’un bref résumé: Folcuin y signale que les decimaeomnes indominicatae dont il est fait état dans l’acte, sont affectées adportam monasterii in usus pauperum et peregrinorum183.
Nous avons conservé quelques documents de la pratique, relatifs aux mesures décidées en 889: une liste des biens de Lobbes (la »liste brève« dont on faisait à tort une partie du polyptyque de 868-869) énumère les domaines où Lobbes lève la dîme184; quelques additions au polyptyque de 869-869 (à la descriptio villarum, comme l’on appelait précédemment) et qui précisent le temporel affecté à différents offices de l’abbaye (coûtre de l’église Saint-Pierre, porterie et hôpital)185.
b. Abbatiats des évêques de Liège, de Francon à Farabert (884-953)
Dans l’état actuel des sources, il ne semble pas que la gestion, par les évêques de Liège, de l’abbaye de Lobbes ait eu des caractéristiques remarquables. L’évêque paraît avoir délégué ses pouvoirs à un prévôt et, peut-être, à un (ou plusieurs) doyen(s) qu’il nommait pour régir la communauté en son nom186. Ces nominations ne sont pas toutes – insistent Folcuin et le prieur Hugues notamment- fonction de la compétence: les évêques auraient rendu vénales ces charges renouvelables annuellement187 et ce seraient surtout Richer (922-945) et Farabert (947-953) qui auraient développé le
181
Sur Carloman et Hubert, voir, par ex., VANDERKINDERE, Principautés, I, p. 19-23 ou PARISOT, Lorraine, passim. Je n’ai trouvé nulle part d’explications concluantes sur les liens entre Hubert et Carloman auxquels l’acte de 889 (supra, n. 180) fait allusion.
182
Acte de 889: décimas omnes indominicatas cum alia medietate eispermittimus habere adportam vel hospitale. Voir aussi infra, n. 184. On signalera ici l’hypothèse de J.-P. Devroey (Polyptyques, I, 1, p. 49), selon laquelle Arnoul aurait lui-même procédé à la donation d’une villa (Aibes) à l’abbaye de Lobbes.
183
FOLCUIN, Gesta abbatum Lobbiensium, XV; ed. PERTZ, p. 61.
184
DEVROEY, Polyptyques, I, p. 61 (et éd., annexe II, Lobbes, p. 16-20), qui montre que la liste brève a été établie lors du partage de 889, pour préciser les villae dont l’abbaye de Lobbes touche les dîmes.
185
DEVROEY, Polyptyques, I, p. 62-66 (et éd., annexe II, Lobbes, p. 12-14).
186
WARICHEZ, Lobbes, p. 46; On trouve des mentions de prévôts dans les Gesta de Folcuin (infra, n. 227) et dans la Fundatio d’Hugues le Prieur (ed. WAITZ, p. 545, 1. 20: sub préposais qui ab eis (episcopis) constituebantur); quelques lignes plus loin, Hugues loue la nomination deprepositos par Alétran (ed. WAITZ, p. 545,1. 45); sur l’un de ceux-ci, Gosbert, voir infra, p. 132. Je ne connais, par contre, d’autre mention de doyen que le decanus fratrum, mentionné dans la Descriptio villarum de 868-869 (ed. DEVROEY, Polyptyques, annexe II, Lobbes, p. 2) et donc antérieurement à la régie épiscopale; c’est peut-être une conséquence d’un possible abandon provisoire (entre 864 et 889) de l’observance bénédictine à Lobbes; ce poste a donc pu être supprimé en 889.
187
FOLCUIN, Gesta abbatum Lobbiensium, XIX et XXI; ed. PERTZ, p. 63-64. Cfr. WARICHEZ, Lobbes, p. 49-50.
113
système188. Richer, comme Etienne avant lui, aurait marqué une plus grande sympathie pour Tordre canonial et aurait négligé les monastères189. Sous Farabert, la vénalité des charges aurait été telle que Lobbes était appelée, vers 950, Argentea vallis, c’est-à-dire, pour gloser l’expression, considérée comme une »poule aux oeufs d’or«190; Farabert lui-même n’a pas hésité à briser une somptueuse couronne, cadeau royal à Lobbes, pour s’emparer des pierres précieuses qui la décoraient191.
A la mense abbatiale appartenaient divers domaines importants; parmi ces posses-sions, on doit citer la cella d’Aulne192 et le château de Thuin dont la valeur stratégique provoqua la destruction193: ce castrum, refuge – on s’en souviendra – de la commu-nauté lobbaine et des habitants des environs lors des invasions normandes de 881194, fut rasé par le comte de Hainaut Régnier III qui y voyait un dangereux point d’appui de la militia liégeoise. Ce n’est que sous Notger que le site de Thuin put à nouveau être fortifié195.
On a conservé un acte de Louis l’Enfant, du 20 octobre 906, relatif à un échange de biens qui appartenaient à Lobbes; Tévêque de Liège Etienne y agit, dit-on, per consensum fratrum Laubiensis monasterii196. La nature de la commutatio est intéres-sante, puisque Liutard, vassal de Tabbesse Gisèle (abbesse laïque de Nivelles et de Fosses)197, abandonne un manse à Waudrez et acquiert, totum et ad integrum, la chapelle Saint-Martin de Haine avec ses dépendances (dont les dîmes). On comprend que Hugues le Prieur ait pu être choqué par une pareille politique d’acquisition de terres et de cessions d’églises et de dîmes, alors que vers 1150, on assistait, tout au contraire, à un mouvement de restitutions de dîmes et d’églises198. Entre autres causes, l’acte de 906 peut donc expliquer pourquoi Hugues réprouve tant la gestion des
188
Ceci d’après Folcuin; Hugues le Prieur ne fait aucune distinction entre les évêques (ed. WAITZ, p. 545). Warichez (Lobbes, p. 49) me semble déformer les propos de Folcuin (cités infra, n. 190: rursus sub eo), en désignant nommément l’évêque Hugues comme auteur de ces pratiques simoniaques.
189
FOLCUIN, Gesta abbatum Lobbiensium, XIX; ed. PERTZ, p. 63: Nam sub eo apud nos omnia fuere venalia. Siquidem annua, non dicam obedientiae, quod quidem regulare est, sed ministeriorum commutatio, eorundemque dura coemtio, quicquid apud nos optimum erat, exhauserat, reliquum parasitorum turba abligurierat.
190
FOLCUIN, Gesta abbatum Lobbiensium, XXI; ed. PERTZ, p. 64: Rursus sub eo (- Faraberto), utpridem sub Ricbario, apud nos cuncta fuerunt venalia, adeo ut locus idem aparasitis Argentea diceretur vallis.
191
FOLCUIN, Gesta abbatum Lobbiensium, XXI; ed. PERTZ, p. 64. Le texte parle seulement d’une corona regalis aurea (…) miri operis et non minimiponderis; on a parfois pensé que cette corona était une ^couronne de lumière*. Cette interprétation (par ex. COENEN, Lobbes, p. 26-27) est possible, mais je crois plutôt qu’il s’agit d’une vraie couronne, comme on en a trouvé dans des trésors royaux, épiscopaux ou abbatiaux du Haut Moyen Age.
192
Cette appartenance, explicite seulement vers 1150 dans la Fundatio d’Hugues le Prieur (ed. WAITZ, p. 545: Alna (…) inpartem cessit episcopi Leodiensis), est tout à fait vraisemblable quand on envisage la façon dont Rathier et Baldéric en disposèrent. Cfr. ARNOULD, Aulne, p. 5.
193
FOLCUIN, Gesta abbatum Lobbiensium XXV; ed. PERTZ, p. 66.
194
Supra, p. 111.
195
Voir, par exemple, DEPREZ, Politique castrale, p. 502-503; ARNOULD, Thuin, p. 97-105.
196
Ed. SCHIEFFER, MGH DD ex stirpe Karol., IV, p. 174-175, D. LK 50.
197
Supra, p. 78-80.
198
Sur le mouvement de restitution de dîmes, d’autels et d’églises, conséquence de la » réforme grégorienne* la littérature est très vaste; en plus des travaux de G. Devailly, on se reportera surtout aux nombreux articles de Chr. Renardy pour le diocèse de Liège.
114
évêques de Liège qu’il considère comme partiellement responsables de la décadence de Lobbes.
Le même acte de 906 signale que le bien cédé à Liutard – la capella de Haine -appartenait à Notre-Dame de Lobbes199; ceci montre que chacune des églises du monastère de Lobbes avait une personnalité juridique (un demi-siècle plus tard, Rathier obtiendra d’ailleurs cette abbatiola sancti Ursmari en bénéfice)200. Il ne semble, par ailleurs, pas abusif de mettre en rapport l’accroissement du temporel de Notre-Dame avec le succès, alors croissant, du culte de saint Ursmer qui y était enterré201.
De l’abbatiat des évêques de Liège entre 889 et 953, quelques traits sont connus. C’est un moine de Lobbes, Teutherus, qui fut choisi- avec le clerc de Liège, Béricon -pour exercer la fonction de chorévêque lorsque Francon délégua une partie de ses pouvoirs épiscopaux202. Etienne procéda, entre 901 et 911 (?), à la consécration de la nouvelle église abbatiale de Lobbes, en accord avec l’ordinaire du lieu, Dodilon de * Cambrai; chacun des deux évêques consacra une partie de l’édifice203. Etienne obtiendra, en 908, un diplôme royal de Louis l’Enfant dans lequel sont rappelées la cession à Liège de quelques biens importants (parmi lesquels Lobbes et Fosses) et la faculté, pour l’évêque, de disposer librement de ces biens204. Lors de la querelle qui, à la mort d’Etienne (19 mai 920), opposa Hilduin – clerc de Saint-Lambert, soutenu par le duc Gislebert et l’archevêque de Cologne Hermann – à Richer – abbé de Prùm, favorisé par Charles le Simple et l’archevêque de Reims Fulcon205 -, Lobbes semble avoir pris parti pour Hilduin; en tout cas, un des plus illustres moines de Lobbes, Rathier, n’hésite pas à suivre Hilduin dans son exil (doré) en Italie et Folcuin (qui n’aime pourtant pas Rathier) vilipende volontiers Richer206.
199
Acte de 906 : adpartem ecclesie sancte Marie Laubiensis monasterii et plus loin, ex racione sancte Mariae per consensum fratrum Laubiensis monasterii (ed. SCHIEFFER, MGH DD ex stirpe Karol., IV, p. 175). Sur Notre-Dame puis Saint-Ursmer de Lobbes, infra, p. 127-128.
200
Infra, p. 121 et DIERKENS, Lobbes, p. 254-255.
201
En 889, Lobbes était: ubi sanctus Ursmarus corporaliter quiescit ubi etiam in sancti Pétri honore dedicata constat ecclesia (ed. KEHR, MGH DD ex stirpe Karol., III, p. 95); les reliques de saint Ursmer prévalaient donc sur le titre officiel du monastère. Sur le culte d’Ursmer, voir aussi, DIERKENS, Lobbes, p.252.
202
FOLCUIN, Gesta abbatum Lobbiensium, XVII; ed. PERTZ, p. 62. Comme Ta bien vu Parisot (Lorraine, p. 255, n. 5), le témoignage des Annales Lobbienses (a° 870; ed. PERTZ, p. 232) ne peut être retenu, car il confond l’attitude de Francon lors du conflit opposant Lothaire II et Teuberge et pendant les invasions normandes.
203
Sur ceci, voir infra, p. 132-133; la date de 920 souvent retenue pour cette double consécration doit être abandonnée puisque le successeur de Dodilon à l’évêché de Cambrai est mentionné en décembre 911 ; cfr. STRUBBE-VOET, Chronologie, p. 262.
204
Ed. SCHIEFFER, MGH DD ex stirpe Karol, IV, p. 183-185, D. LK. 57.
205
FOLCUIN, Gesta abbatum Lobbiensium, XIX; ed. PERTZ, p. 63. Bibliographie détaillée et sources dans PARISOT, Lorraine, p. 632-639 et ZIMMERMAN, Lùtticher Bistum, p. 16-39.
206
FOLCUIN, Gesta abbatum Lobbiensium, XIX; ed. PERTZ, p. 63 (cfr. supra, n. 17). Selon une ingénieuse hypothèse d’A. Vogel (Ratherius von Verona und das 10. Jahrhundert. Iena, 1854, p. 13 et 24), Hilduin se serait réfugié à Lobbes après que le pape ait consacré Richer et en serait même devenu abbé; c’est là qu’il aurait rencontré Rathier. H. Zimmermann, à bon droit, a réfuté cette suggestion (Lùtticher Bistum, p. 35-36).
115
c. Abbatiats des évêques de Liège Rathier et Baldéric (953-c. 957)
Entre 953 et 959, Lobbes connut une des périodes les plus mouvementées et les plus confuses de son existence; les violents conflits qui opposèrent la communauté lobbaine à Tévêque Baldéric Ier et à Poncle de celui-ci, le comte de Hainaut Régnier III, sont liés aux personnalités controversées de Rathier et du premier abbé de Gembloux, Erluin, prévôt de Lobbes. Quelques digressions sont nécessaires pour comprendre la nature des troubles à Lobbes, au début de la seconde moitié du Xe siècle, dont certaines conséquences seront encore perceptibles vers 970-972.
Rathier, né vers 890, fut offert par ses parents à Saint-Pierre de Lobbes, où il fit profession. A l’extrême fin de 921 ou peu après, il suivit Hilduin en Italie après que celui-ci eût été évincé du siège épiscopal de Liège; Rathier fut nommé évêque de Vérone en août 931207. Emprisonné à Pavie (936-939), il fut ensuite exilé à Corne et c’est dans cette ville qu’il retrouva un manuscrit de la Vita Ursmari d’Anson, Vita dont il écrivit une nouvelle mouture qu’il envoya – entre 939 et 945 – à ses frères de Lobbes208. Après un séjour en France, il revint en Lotharingie en 944 et fut autorisé par l’évêque Richer à résider à Lobbes209. A la Noël 944, il refusa l’abbatiat de Saint-Amand210; deux ans après, Rathier reprit possession de son évêché de Vérone (946-948) d’où il fut à nouveau chassé211. Après quelques voyages – entrecoupés d’un nouveau séjour à Lobbes à la fin de 951 ou au début de 952212 -, Rathier fut appelé à Cologne auprès de Brunon qu’Otton Ier venait de nommer archevêque de Cologne et duc de Basse-Lotharingie213. C’est grâce à l’appui de Brunon que Rathier fut nommé évêque de Liège à la mort de Farabert214; Rathier entra en fonction le 25 septembre 953 et, à ce titre, devint aussi abbé de Lobbes215. Il se heurta à une forte opposition:
207
Sur la vie de Rathier, les exposés de Warichez (Lobbes, p. 51-52), de G. Kurth (Rathier, dans: Biographie Nationale, XVIII [Bruxelles, 1905], col. 772-783) ou de dom Berlière (Monasticon Belge, I, p. 206) sont relativement dépassés. En plus de différents articles de Fr. Weigle et de l’introduction par celui-ci de son édition des lettres de Rathier (MGH, Briefe der deutschen Kaiserzeit, I), on verra Ratherii Veronensis. Opéra minora (ed. P.L. D. REID). Turnhout, 1976, p. XXIV-XXXI ou, plus récemment, REID, Rather, p. 1-6; DOLBEAU, Rathier, p. 335-336 et 349-351. Ajouter GENICOT-TOMBEUR, Index, I, p. 107-125 et 157; SILVESTRE, Eracle; DIERKENS, Lobbes; etc. Fr. Dolbeau prépare une monographie sur Rathier dont on espère la parution très prochaine.
208
Ed. WEIGLE, MGH, Briefe der deutschen Kaiserzeit, I, p. 27-29, n°4. Voir FOLCUIN, Gesta abbatum Lobbiensium, XX; ed. PERTZ, p. 64. Cfr. aussi DIERKENS, Lobbes, p. 247.
209
FOLCUIN, Gesta abbatum Lobbiensium, XX; ed. PERTZ, p. 64.
210
Praeloquia; ed. MIGNE,P. L., CXXXVI, col. 315-316. Le chanoine Platelle (Temporel, p. 117, n. 32 et Gérard de Brogne, p. 137 et n. 3) confond cette offre faite, à Laon, à la Noël 944 (offre refusée par Rathier) et l’achat, par Rathier, de l’abbatiat de Saint-Amand, en 968 (infra, p. 121).
211
Par ex. REID, Rather, p. 3-5.
212
Voir, par exemple, deux lettres d’octobre-novembre 951, envoyées par Rathier de Lobbes respective-ment au pape Agapet II et aux évêques d’Italie, de Gaule et de Germanie: ed. WEIGLE, MGH, Briefe der deutschen Kaiserzeit, I, p. 33-43 (n° 7; à la p. 40; allusion à la solitudo recherchée par Rathier à Lobbes) et 43-45 (n° 8; lettre suscrite Ratherius peccator et exut). Notons que les Praeloquia ont été terminés à Lobbes en 952; cfr. GENICOT-TOMBEUR, I, p. 107-109; BUR, Mouzon, p. 288; L. GENICOT, A propos d’un Festschrift, dans: R. H. E., LXXIV, 1979, p. 23-30 (aux p. 27-28).
213
FOLCUIN, Gesta abbatum Lobbiensium, XXII; ed. PERTZ, p. 64.
214
FOLCUIN, Gesta abbatum Lobbiensium, XXIII; ed. PERTZ, p. 64-65. Farabert est mort le 28 août 953; cfr. KUPPER, Leodium, p. 63-65.
215
WARICHEZ, Lobbes, p. 50-51.
116
d’abord celle de Paristocratie locale, menée par Régnier III, lequel ne voyait pas d’un oeil favorable la nomination d’un évêque réputé pour ses positions doctrinales rigides et qui, de plus, passait pour une créature de Brunon216; ensuite celle du clergé liégeois dont, affirme Folcuin, la moralité n’était pas à l’abri des critiques217.
Le 23 décembre 954, Rathier fêtait la Noël à Lobbes; une conspiration – menée par Régnier III – renversa alors à Liège l’évêque légitime et plaça, sur le trône de Saint-Lambert, Baldéric Ier, le propre neveu de Régnier218. Rathier n’eut d’autre recours que de démissionner, en ayant la jouissance de quelques revenus dont on l’avait gratifié, notamment l’abbaye d’Aulne219. Revenu en Italie, il y écrivit de nombreux ouvrages doctrinaux et d’autres, polémiques, qui soit attaquaient Baldéric, soit justifiaient sa propre attitude220. En 968, on le verra, Rathier abandonna définitivement l’évêché de Vérone pour rentrer en Lotharingie221.
L’abbatiat de Baldéric fut, à Lobbes, marqué par un événement majeur: l’irruption des Hongrois en 954-955 et l’attaque de l’abbaye de Lobbes le 2 avril 955222. Après avoir tenté de parlementer et d’acheter la sauvegarde de l’abbaye contre une imposante rançon, les moines de Lobbes durent, en effet, abandonner l’église Saint-Pierre et se réfugier, en l’absence d’une bonne fortification à Thuin223, dans l’église Notre-Dame (Saint-Ursmer) de Lobbes. Seul un miracle, que rapporte Folcuin, sauva la commu-nauté du massacre et mit les Hongrois en fuite224.
Baldéric était conscient de la dette qu’il avait envers son oncle, dont l’appui l’avait fait évêque; il favorisa donc Régnier, en le gratifiant de possessions épiscopales (on a parfois supposé, mais sans bon argument, que Régnier fut abbé laïc de Lobbes)225 aussi bien qu’en fermant les yeux devant des excès trop visibles. Ce fut le cas à Lobbes lorsque Régnier n’hésita pas, en 955 ou 956, à violer l’immunité de l’abbaye en
216
FOLCUIN, Gesta abbatum Lobbiensium, XXIII; ed. PERTZ, p. 64-65.
217
FOLCUIN, Gesta abbatum Lobbiensium, XXIII; ed. PERTZ, p. 64-65. Sur l’attitude intransigeante de Rathier vis-à-vis des moines et des religieux en général, voir FR. WEIGLE, Ratherius von Verona im Kampf um das Kirchengut. 961-968, dans: Quellen und Forschungen aus italienischen Archiven und Bibliotheken, XXVIII, 1938, p. 1-35.
218
Récit dans FOLCUIN, Gesta abbatum Lobbiensium, XXIII; ed. PERTZ, p. 65.
219
ANSELME, Gesta episcoporum Leodiensium, XXIII; ed. KÔPKE, p. 201. Voir surtout, pour Aulne, le Dialogus confessionalis, écrit vers 960 à Aulne (?): ed. MIGNE, P. L., CXXXVI, col. 393-444 (en particulier col. 414 sur un monastère dédié à saint Pierre – et qu’on doit identifier avec Aulne). On ajoutera les quelques lignes sur Lobbes dans le prologue de la Phrenesis, écrit de Rathier datant d’avril 955 – mai 956; cfr. ed. WEIGLE, MGH, Briefe der deutschen Kaiserzeit, p. 54-66, lettre 11 (à la p. 59) et une lettre de Rathier datée de Vérone, août-septembre 965, où il est fait allusion à Lobbes (ed. WEIGLE, MGH, Briefe der deutschen Kaiserzeit, I, p. 115-118, lettre 22).
220
FOLCUIN, Gesta abbatum Lobbiensium, XXIV; ed. PERTZ, p. 65.
221 Infra, p. 120-121.
222
Sur la chronologie de l’incursion hongroise de 954-955, voir D’HAENENS, Hongrois, p. 424-425.
223
Supra, p. 114.
224
Récit circonstancié de FOLCUIN, Gesta abbatum Lobbiensium, XXV (ed. PERTZ, p. 65-67); commen-taire de D’HAENENS, Hongrois, p. 434 et 438-39 (à la n. 119, p. 434, A. D’HAENENS, fait remarquer que le récit est identique dans les Gesta de Folcuin et les Miracula Ursmari du même Folcuin; ce qui n’a rien de surprenant, puisque les Miracula sont des extraits des Gesta réarrangés; cfr. DIERKENS, Lobbes, p. 252 et n. 33).
225
WARICHEZ, Lobbes, p. 54-55; J.-M. DUVOSQUEL, dans NAZET-DUVOSQUEL-VAN OVERSTRAETEN, Jacques de Guise, p. 54; BRUWIER, Domaine, p. 495.
117
s’emparant d’un certain Oduin qui s’était réfugié à Notre-Dame de Lobbes et en le décapitant dans Y atrium, devant le narthex de l’église226. C’est ainsi également que Régnier remplaça, au poste de prévôt de Lobbes, Blitard – moine de Lobbes qui avait régulièrement été nommé à cette fonction227-par son favori, Erluin228, premier abbé de Gembloux229. L’opposition dont témoigna la communauté lobbaine envers Erluin se marqua à plusieurs reprises; une fois même, les moines rossèrent le prévôt qui ne trouva son salut qu’auprès de l’avoué Bernard230. La coupe déborda lors d’un Noël fêté à Lobbes (956?); Erluin avait invité Régnier et Baldéric et le repas fut sacrilège231. Peu après, Erluin, qui s’était rendu à Biesmerée pour y vendre la récolte (vente destinée à payer des dettes), fut une nouvelle fois battu par les moines et la population locale et n’échappa à la mort que de justesse232. Par réaction, Erluin, nommé (évidemment par Baldéric) abbé de Lobbes peu après (en 957?), chassa de Lobbes la quasi-totalité des moines233. Le 20 octobre 957, trois de ceux-ci n’hésitèrent pas à attaquer le dortoir des
226
FOLCUIN
, Gesta abbatum Lobbiensium, XXVI; ed. PERTZ, p. 67-68.
227
FOLCUIN, Gesta abbatum Lobbiensium, XXVI; ed. PERTZ, p. 68:… donecadpraepositurae honorem qui tune maior habebatur, amoto Blitardo ipsius monasterii monacho, invitis licet fratribus provehere-tur. Dans le même sens, SIGEBERT, Gesta abbatum Gemblacensium, XV; ed. PERTZ, p. 531.
228
FOLCUIN, Gesta abbatum Lobbiensium, XXVI; ed. PERTZ, p. 67-68.
229
Je continue en effet, malgré un article récent de M. de Waha, à considérer Erluin comme le premier abbé de Gembloux. Pour M. de Waha (Sigebert, p. 1023-1025), les deux passages des Gesta de Folcuin qui rattachent Erluin à Gembloux et permettent donc l’identification d’Erluin, prévôt de Lobbes, avec Erluin, premier abbé de Gembloux, sont des interpolations faites à Lobbes, d’après les Gesta abbatum Gemblacensium de Sigebert. Ce serait Sigebert qui, pour vieillir la fondation de Gembloux de près d’un demi-siècle, aurait délibérément créé – par dédoublement d’Erluin (II), abbé de Gembloux de 991 à 1012 – un Erluin (I), nommé par saint Guibert à Gembloux et protégé de Régnier III à Lobbes. Je me dissocie de l’hypothèse de M. de Waha pour diverses raisons qu’il serait trop long d’expliquer ici; les deux principales en sont un passage de la Vita Kaddroe (sur celui-ci, voir infra, p. 171) qui montre que Gembloux est nécessairement plus ancienne que ne le suppose M. de Waha et qu’Alétran, abbé de Lobbes, avait aussi une fonction à Gembloux (ce qui rétablit la véracité possible d’une lettre d’Erluin à Alétran [de 963?], lettre que M. de Waha, Sigebert, p. 999 et A. D’Haenens, Hongrois, p. 431 estiment forgée de toutes pièces par Sigebert). La seconde raison majeure est, précisément, le témoignage de Folcuin: si on peut, à la rigueur, accepter avec M. de Waha (Sigebert, p. 1024) que le premier passage relatif à Erluin et à la fondation de Gembloux par Guibert, rompt un chiasme ou une narration antithétique (mais, à dire vrai, je ne vois ni ^coupure du récit*, ni changement de style), le second passage (où l’on voit Erluin, aveugle, regagnant Gembloux par la Sambre et l’Orneau) ne donne prise à aucune critique. M. de Waha l’a bien senti et n’élimine ce passage que par une affirmation générale (»les mêmes remarques peuvent s’appliquer à l’autre usage (…); ici aussi, il y a coupure du récit*). D’autres arguments encore pourraient être avancés; je reviendrai sur la question ailleurs. Qu’il suffise de préciser ici qu’en dehors de cela, bien des points de la démonstration, d’une rare perspicacité, de M. de Waha me semblent définitivement acquis, comme la date et les mobiles du faux acte de 946.
230
FOLCUIN, Gesta abbatum Lobbiensium, XXVI; ed. PERTZ, p. 68: ad Bernardum tune advocatum confugit. Cet avoué Bernard ne peut être mieux identifié; cfr. DEVROEY-DIERKENS, Avouerie, p. 49-50 et infra, n. 283.
231
Récit détaillé de FOLCUIN, Gesta abbatum Lobbiensium, XXVI; ed. PERTZ, p. 58.
232
FOLCUIN, Gesta abbatum Lobbiensium, XXVI; PERTZ, p. 68. On peut s’interroger sur le lieu de vente de la récolte de Biesmerée; on pense d’abord à un marché local, comme celui de Fosses mentionné en 974 (DESPY, Fosses, p. 86; supra, p. 82).
233
On n’a pas assez vu, me semble-t-il, l’importance des quelques mots de Folcuin, ad abbatempromotus, pour l’histoire institutionnelle de Lobbes: ils infirment l’hypothèse d’un abbatiat laïc de Régnier III et s’opposent à ce que l’évêque Eracle ait porté le titre abbatial de Lobbes. Voir aussi infra, p. 119-120.
118
moines, à tirer Erluin de son lit et, non loin du cloître, à lui crever les yeux et à lui couper une partie de la langue, avant de le renvoyer à Gembloux234.
Le sort tourna: Régnier III235 fut condamné par Brunon et exilé en 958236; Baldéric mourut le 20 avril 959. Brunon nomma à l’épiscopat le doyen de Bonn, Eracle (21 août 959); et c’est, sans nul doute, à l’instigation du même Brunon qu’Eracle, quelques mois plus tard, nommait un abbé régulier à Lobbes. Lorsque Baldéric avait nommé Erluin à l’abbatiat, il avait, sans le vouloir, rompu le sytème établi par Francon, selon lequel l’abbatiat de Lobbes revenait à l’évêque de Liège: Eracle n’a pas porté le titre abbatial de Lobbes. C’est donc en 957 qu’il faut, je crois, placer la fin de la régie directe de Lobbes par l’évêque de Liège237.
2.
L’abbaye de Lobbes, abbaye » indépendante* (957-c. 1050)
a. Abbatiats d’Erluin et d’Alétran à Heriger (957-1007)
En 957, Erluin fut nommé abbé de Lobbes, mais son abbatiat effectif fut bref puisque, comme je viens de le rappeler, le 20 octobre de cette année-là il fut aveuglé et mutilé238. La gestion de Lobbes – dont il restait l’abbé nominal – était alors assurée par son second, Alétran, dont on a supposé qu’il fut »abbé intérimaire* de Gembloux et de Lobbes pendant quelques années239. Avec la mort de l’évêque Baldéric Ier et la nomination – le 21 août 959 – de son successeur Eracle, Erluin perdait un appui précieux: Eracle n’estima pas nécessaire qu’Erluin conservât le double titre abbatial de Gembloux et de Lobbes; maintenant Erluin à Gembloux, il titularisa Alétran à Lobbes240. Cette nomination se fit, selon toute apparence, avec l’accord des moines de
234
FOLCUIN, Gesta abbatum Lobbiensium, XXVI; ed. PERTZ, p. 68. La date est donnée par SIGEBERT, Gesta abbatum Gemblacensium, XV; ed. PERTZ, p. 532.
235
Folcuin (Gesta abbatum Lobbiensium, XXVII; ed. PERTZ, p. 69) rapporte qu’une croix en orfèvrerie, cassée par les moines de Lobbes sous l’abbatiat d’Erluin, a été offerte à Régnier III in redemptione sua, c’est-à-dire pour se faire pardonner le traitement infligé à Erluin. Ceci est d’une importance capitale pour mon propos: le don à Régnier III n’a pu se faire qu’après octobre 957 mais avant juin 958 (date de la disgrâce et de l’exil de Régnier III en Bohême; cfr. par exemple, SPROEMBERG, Lothringische Politik, p. 57). Or, Folcuin place l’événement dans son récit de l’abbatiat d’Alétran, officiellement nommé abbé par l’évêque Eracle, c’est-à-dire en 960 ou, en tout cas, après le 21 août 959. Loin de conclure à une erreur de Folcuin qui se serait contredit, je considère ceci comme un indice corroborant l’hypothèse de dom Misonne (Kaddroe, p. 106-110; cfr. infra, p. 171) selon qui Alétran aurait été abbé » intérimaire* de Gembloux et de Lobbes et aurait ainsi assuré la gestion de ces deux institutions, gestion qu’Erluin aveugle ne pouvait plus exercer. La nomination abbatiale d’Alétran à Lobbes aurait ainsi »régularisé«, en 960, une situation de fait depuis la fin de 957.
236
SPROEMBERG, Lothringische Politik, p. 57; BERNARD, Régnier, p. 3; VANDERKINDERE, Formation territoriale, II, p. 17.
237
Je vais ici à Pencontre de la totalité des historiens de Lobbes qui placent unanimement, lors de la nomination d’Alétran par Eracle en 960, la fin de la régie directe de l’abbaye par les évêques de Liège.
238
Supra, p. 118.
239
Supra, n. 229 et infra, p. 171, n. 148.
240
Selon les sources de Gembloux (surtout Sigebert, Gesta abbatum Gemblacensium, XV-XVII; ed. PERTZ, p. 532), Erluin Ier se maintint à Gembloux jusqu’à sa mort, le 10 août 987 (?); on ne sait qui joua, à partir de la titularisation d’Alétran à Lobbes, le rôle de »second« de l’abbé nominal. On a conservé le texte d’une lettre dont Sigebert nous dit qu’elle a été envoyée à Alétran, par Erluin, pour lui annoncer la création d’une confrérie à Gembloux (cette lettre porte le millésime de 963 et doit être placée entre le 1er janvier et le 1er février de cette année; cfr. supra, n. 229 et ROLAND, Gembloux, p. 18). Cfr. SIGEBERT, Vita Wigbertif XIX; ed. PERTZ, p. 515.
119
Lobbes et fut accompagnée d’une série de mesures destinées à donner à Lobbes une plus grande indépendance et à lui restituer une partie de son temporel241. Folcuin cite les villae de Jumet (villa donnée en précaire à un certain Folcuin et à ses fils), de Strée (qui consituait le beneficium d’un Adélard) et de Gozée (tenue en précaire par un Héribrand)242. On a du reste conservé l’acte par lequel Eracle restitue Jumet à l’abbaye de Lobbes; l’exposé montre que l’évêque procédait à cette cession dans le cadre de la restauration (restauratio) de l’abbaye qui, dit-il, avait été presque détruite sous ses prédécesseurs243. L’archevêque Brunon mourut le 10 octobre 965; l’abbé Alétran-qui était resté paralysé pendant deux ans244 – décéda moins d’un mois après, le 9 novembre 965245. Eracle porta son choix, pour succéder au vieil Alétran, sur un jeune moine de Saint-Bertin, Folcuin, dont l’ordination eut lieu à Cologne le 25 décembre 965246. Folcuin dont la nomination fut imposée aux moines de Lobbes247 se heurta très vite à l’opposition de certains d’entre eux, notamment de ceux qui aspiraient à un retour de Rathier, alors à Vérone. Rathier ne tarda d’ailleurs pas à annoncer son retour en Lotharingie; on a conservé les textes d’une lettre qu’il envoya, en ce sens, à l’impératrice Adélaïde (15-24 juin 968)248 et d’une réponse à une lettre similaire, perdue, de l’évêque Eracle (juin-octobre 968)249. Eracle s’y montre empressé et déférent à l’extrême250; on ne peut oublier qu’avant sa nomination épiscopale, Eracle,
241
FOLCUIN, Gesta abbatum Lobbiensium, XXVII; ed. PERTZ, p. 69: omnia ad regulam (Aletrannus) correxit. Cfr. aussi infra, n. 243.
242
FOLCUIN, Gesta abbatum Lobbiensium, XXVII; ed. PERTZ, p. 69: ad cuius supplementum domnus Evracrus restituens ei villas ante abalienatas: Gimiacum videlicet, quam Folquinus quidam sibi etfiliis in precariam acquisierat, et Stratam quam Adelardus in beneficio habebat, et Gosiniacas quam Heribrandus aeque in precariam tenebat et alia nonnulla. Si Ton suit J.-P. Devroey (Polyptyques, I, 1, p. 49), c’est Otton Ier qui aurait pris l’initiative de la restitution de Gozée.
243
Acte de 960-965; ed. HANSAY, Lobbes, p. 84-85: de restauratione Laubiensis coenobii sollicitus quod pêne destructum predecessorum nostrorum temporibus.
244
FOLCUIN, Gesta abbatum Lobbiensium, XXVII; ed. PERTZ, p. 69: postquam biennio paralysi dissolutus est. Voir aussi le chapitre XXXVI des Gesta (ed. PERTZ, p. 72; = Miracula Ursmari, IV; ed. HENSCHENIUS, p. 563) qui fait allusion à un miracle opéré sur une aveugle dont s’occupait Alétran: et abbas Aletrannus paralisi laborabat.
245
FOLCUIN, Gesta abbatum Lobbiensium, XXVII; ed. PERTZ, p. 69. – Annales Laubienses, a°965; ed. PERTZ, p. 17.
246
Sur l’élection de Folcuin et son ordination, à Cologne (!), par l’évêque de Cambrai Ingram, voir FOLCUIN, Gesta abbatum Lobbiensium, XXVIII; ed. PERTZ, p. 69. On y verra notamment que la nomination de Folcuin est due à Eracle qui fait effectuer la consécration par son collègue de Cambrai: domnus Evracrus Folcuinum … praefecit abbatem; quem … ibidem (= Coloniae) ordinari fecit. Ordinatus est ergo ab Ingranno Cameracensi episcopo. Un récent article de Ph. George (Noble, chevalier, pénitent, martyr. L’idéal de sainteté d’après une Vita mosane du XIIe siècle, dans: Le Moyen Age, 1983, p. 357-380, à la p. 359, n. 6) a attiré mon attention sur la Vita Folquini episcopi Morinensis (ed. O. HOLDER-EGGER; MGH, SS, XV, 1, p. 423-430. – B. H. L. 3079). Cette Vita, adressée à la communauté monastique de Saint-Bertin, fut composée par Folcuin, déjà abbé de Lobbes (Folquinus peccator, quem Laubiensium dicunt abbatem), donc entre 968 et 990, et témoigne des liens qui ont continué à unir Folcuin à son ancienne abbaye.
247
FOLCUIN, Gesta abbatum Lobbiensium, XXVII; ed. PERTZ, p. 69: recitata prius et lecta fratrum electione; les moines de Lobbes sont, en fait, placés devant la décision épiscopale qu’ils ne peuvent que ratifier.
248
Ed. WEIGLE, MGH, Briefe der deutschen Kaiserzeit, I, p. 179-180, n°31 : habitare in monasterii mei desidero solitudine et ibi Dominum expectare. Cfr. aussi SILVESTRE, Eracle, p. 11, n. 30.
249
Ed. SILVESTRE, Eracle, p. 4-6 (et passim: analyse parfaite du texte).
250
SILVESTRE, Eracle, p. 7-8, 14-15, 19 et 25.
120
doyen de Bonn, faisait partie de la curia de l’archevêque Brunon et qu’il y fut l’élève de Rathier vers 950251.
A son retour, à la fin de 968, Rathier qui avait volontairement renoncé à sa charge épiscopale de Vérone252 put d’abord acheter au roi Lothaire (qui était, rappelons-le, le neveu de Brunon et d’Otton Ier) l’abbaye de Saint-Amand253, abbaye qu’il abandonna bien vite au profit d’Aulne, mise à sa disposition par Eracle254. Après un bref passage à l’abbaye d’Hautmont que, d’après Folcuin, Rathier aurait achetée et où il aurait transporté des vêtements religieux et des objets liturgiques qui avaient appartenu à Lobbes255, le bouillant évêque »honoraire« revint une nouvelle fois à Aulne256. Folcuin devait craindre le vieux Rathier, alors octogénaire, et lui attribua les revenus des villae de Strée et de Gozée (restituées depuis peu) ainsi que les abbatiolae de Saint-Ursmer (c’est-à-dire l’église Notre-Dame-et-Saint-Ursmer de Lobbes) et de Wal-lers257. Cela ne suffit pas; Rathier envahit Lobbes et, avec l’accord tacite d’Eracle, chassa Folcuin258. Craignant la vengeance de Folcuin et de sa parentèle, il fortifia le cloître de l’abbaye et n’hésita pas à dépenser pour cela le reste de sa fortune et même à aliéner certains de ses domaines259.
Le conflit semblait insoluble; la mort d’Eracle (28 octobre 971) permit de le régler. Notger devint évêque avant le 14 avril 972260; il réunit quelques moines de Lobbes et les abbés Werenfrid de Stavelot et Heribert de Saint-Hubert et procéda à une enquête
251
SILVESTRE, Eracle, p. 7, 12 (n. 33) et 29 (n. 56).
252
FOLCUIN, Gesta abbatum Lobbiensium, XXVIII; ed. PERTZ, p. 69. Cfr. aussi SILVESTRE, Eracle, p. 1, n. 1.
253
FOLCUIN, Gesta abbatum Lobbiensium, XXVIII; ed. PERTZ, p. 69: a Lothario rege mercatus est Sancti Amandi abbatiam; qua vix una nocte potitus, eam ut erat mirae levitatis vir, derelinquens (…). Cfr. aussi PLATELLE, Temporel, p. 117-118 et PLATELLE, Gérard de Brogne, p. 137. En 968, il y avait à Saint-Amand vacance du siège abbatial suite au décès de l’abbé; infra, p. 240-241.
254
FOLCUIN, Gesta abbatum Lobbiensium, XXVIII; ed. PERTZ, p. 69: Alnam revertitur villam quam munificientia domini episcopi promuerat. L’évêque dont il est question ici est Eracle; on ne peut pas croire, en effet, que Folcuin fait allusion à la cession d’Aulne effectuée en 954-955 au profit de Rathier par Baldéric Ier (infra, p. 126-127) car, dans cette hypothèse, Rathier aurait gardé la gestion d’Aulne après son retour en Italie.
255
FOLCUIN, Gesta abbatum Lobbiensium, XXVIII; ed. PERTZ, p. 69. Cfr. NAZET, Crises et réformes, p. 483.
256
FOLCUIN
, Gesta abbatum Lobbiensium, XXVIII; ed. PERTZ, p. 69. La notion d’évêque » honoraire* est, en fait, celle que suggère la lettre d’Eracle à Rathier (968); cfr. SILVESTRE, Eracle, p. 9.
257
FOLCUIN, Gesta abbatum Lobbiensium, XXVIII; ed. PERTZ, p. 70: Dederat autem ei et abbas (= Folcuinus) cum consensu fratrum villas Stratam et Gosiniacas, et abbatiolam Sancti Ursmari et aliam quam Waslare monasterium vocant. Voir aussi infra, p. 127.
258
FOLCUIN, Gesta abbatum Lobbiensium, XXVIII; ed. PERTZ, p. 70: (Folcuinus) sciens sic quoque episcopum velle.
259
FOLCUIN, Gesta abbatum Lobbiensium, XXVIII; ed. PERTZ, p. 70: Rathier vend notamment une ecclesia santi Dionisii qu’il avait achetée à un comte Robert, peut-être le comte Robert de Namur avec qui Rathier semble avoir eu de bonnes relations (infra, n. 264). Cette ecclesia n’est pas Saint-Denis-en-Broqueroie comme on le soutient trop souvent (voir les bonnes pages de M. REVELARD, Les origines de l’abbaye de Saint-Denis-en-Broqueroie, dans: Annales du Cercle Archéologique et Folklorique de La Louvière et du Centre, II, 1964-1965, p. 45-54 (aux p. 48-51, avec bibliogr.) et ID., dans: Trésors d’art de Saint-Denis-en-Broqueroie. Saint-Denis, 1968, p. 19-20), mais Saint-Denis-Bovesse près de Gembloux (ROUSSEAU, Actes, p. XXXIV).
260
KUPPER, Leodium, p. 67. L’épitaphe de Rathier est publiée dans la P. L., CXXXVI (Paris, 1853), col. 142.
121
minutieuse261. On parvint à un compromis; Folcuin rentrait en charge et Rathier continuait à jouir des revenus d’Aulne262. Folcuin n’hésite même pas à parler de réconciliation263. Rathier mourut à Namur le 25 avril 974 et fut enterré dans l’église Saint-Ursmer de Lobbes264.
De l’abbatiat de Folcuin, on a conservé – outre les Gesta abbatum Lobbiensium rédigé sur le modèle des Gesta abbatum Sithiensium qu’il avait lui-même écrits en 961-962265 et un recueil des Miracula Ursmari266 – plusieurs témoignages de prospé-rité économique et artistique. Folcuin fut, en fait, le témoin et l’acteur principal de la restauration de Lobbes; ses efforts portèrent aussi bien sur la réfection des bâtiments religieux267 ou la constitution d’une bonne bibliothèque268 que sur la détermination précise des droits de son abbaye. Il bénéficia notamment de l’appui de Notger et du moine Heriger, écolâtre de Lobbes et »secrétaire« de Notger.
Folcuin s’attacha successivement à faire confirmer par l’empereur, les droits et le statut de Lobbes (973), à faire préciser par Notger certains droits contestés dont Lobbes devait bénéficier (980) puis à obtenir du pape, une bulle de confirmation générale des droits de Lobbes. Parallèlement, il décide de donner un nouvel essor au culte de saint Ursmer269 et, à cette fin, établit un chapitre de chanoines dans l’église Notre-Dame, chapitre étroitement dépendant de l’abbaye proprement dite270. Ces différents points méritent l’attention.
En 973 – c’est-à-dire quelques mois après le retour de Folcuin à l’abbatiat de Lobbes – Notger obtient de l’empereur Otton II un diplôme par lequel le souverain confirme le statut d’immunitas de Lobbes et renouvelle ses privilèges: que Lobbes soit placée sub nostra constituta tuitione et qu’elle jouisse de la defensio impériale sub perpétua emunitate271. Otton II précise aussi les limites de la tuitio nostrae munitatis en
261
FOLCUIN, Gesta abbatum Lobbiensium, XXVIII; ed. PERTZ, p. 70. Sur cet épisode, voir KURTH, Notger, I, p. 52-54; WARICHEZ, Lobbes, p. 64-66; BAIX, Stavelot-Malmédy, p. 141; BERLIÈRE, Monasticon Belge, II, p. 77.
262
FOLCUIN, Gesta abbatum Lobbiensium, XXVIII; ed. PERTZ, p. 76.
263
FOLCUIN, Gesta abbatum Lobbiensium, XXVIII; ed. PERTZ, p. 70.
264
FOLCUIN, Gesta abbatum Lobbiensium, XXVIII; ed. PERTZ, p. 70: qui (- Ratherius) postea apud Namurcum, cum ibi forte cum comité aliquantulum moraretur, vita decessit. Sur ce séjour à Namur, voir, par ex. ROUSSEAU, Actes, p. XXXIV-XXXV.
265
Infra, p. 128 et DIERKENS, Lobbes, p. 251-252.
266
DIERKENS, Lobbes, p. 252 et n. 34.
267
Infra, p. 133. On rapprochera des travaux architecturaux menés à bonne fin par Folcuin, la réalisation de nombreuses pièces d’orfèvrerie et divers embellissements; cfr. surtout FOLCUIN, Gesta abbatum Lobbiensium, XXIX; ed. PERTZ, p. 70-71 et les commentaires de WARICHEZ, Lobbes, p. 293-296; STIENNON, Heriger, p. 281-282; COENEN, Lobbes, p. 27. Il s’agit de peintures sur le ciborium de l’église abbatiale, de la confection de deux antependia en argent (l’un pour Saint-Pierre, l’autre pour Saint-Ursmer), d’un luminaire, de deux cloches et d’un remarquable ambon pour Saint-Ursmer.
268
FOLCUIN, Gesta abbatum Lobbiensium, XXIX; ed. PERTZ, p. 71. – Gesta abbatum Lobbiensium continuata, I; ed. ARNDT, p. 309: Recensuit quantum librorum in armario (…) et quantum addiderit scripto etiamposteris reliquit. Ce catalogue a été retrouvé et publié par WARICHEZ, Lobbes, p. 254-256, n. 4; voir aussi DEVROEY, Polyptyques, I, p. 48 et DOLBEAU, Catalogue, p. 3 et 16. Cfr. aussi les remarques d’H. SILVESTRE, dans: Bulletin de Théologie Ancienne et Médiévale, XIII, 1981, p. 48-52.
269
On doit notamment à Folcuin, la rédaction de Miracula Ursmari; voir DIERKENS, Lobbes, p. 252.
270
MISONNE, Chapitres séculiers, p. 416-419; voir infra, p. 127-128.
271
Ed. SICKEL, MGH DD, II, p. 63-64, D.O. II 53. La véracité de cet acte, rédigé hors chancellerie, n’a jamais été mise en doute. Il est jugé à ce point important que, lorsqu’en 1162, un moine de Lobbes
122
déterminant laprecincta abbatiale (= praecinctus ouprocinctus), déjà en vigueur sous ses prédécesseurs272: ce territoire comprend les villae d’Anderlues, Mont-Saint-Martin, Ossogne, Wihéries et Hantes, et suit des cours d’eau (Rabion, Heure, Sambre)273. La tuitio impériale s’étend aussi à la totalité des villae cédées à Lobbes par la munificence royale274. Autre domaine abordé dans l’acte, le choix de l’avoué est laissé à l’abbé et aux moines; l’avoué gouvernera, où et quand il y sera invité, sine ulla inquietudine comitis aut centenarii velvicedomini275. Otton II confirme l’attribution à la mense conventuelle de la totalité des dîmes dues à l’abbaye276. Il stipule que l’église Notre-Dame sera le siège d’un chapitre de douze chanoines, soumis à l’abbé et aux moines; ces chanoines disposeront des ressources de Ressaix et de Waudrez ainsi que des églises de Thuin et de Leernes277. Enfin, Otton précise que l’abbé de Lobbes sera ordonné, de façon régulière, secondum constitutionem Leodiensis episcopi272.
En 980, après un synode épiscopal où, suite à une plainte de Folcuin, a été examiné le dossier des bancroix dues à Lobbes279, Notger précise que certaines églises du pagus de Darnau devaient se rendre, le 25 avril, à Lobbes d’après une décision prise ab antiquis2*0 et que si elles persistent à aller à Nivelles ou à Fosses, elles seront frappées d’anathème281. La liste des témoins, réunis à Lobbes le 25 août 980282, est particulière-décidé de continuer les Gesta de Folcuin, le premier fait qu’il mentionne dans sa chronique est précisément le diplôme d’Otton II (Immunitatem ecclesiae nostrae … innovari primum, postea …a Iohannepapa autoritate apostolica confirmariobtinuitabbas Fulcuinus: Gesta continuata, I; ed. ARNDT p. 308). Commentaire de Pacte, par ex., WARICHEZ, Lobbes, p. 67, 157 et 226-228.
272
Acte de 973; ed. SICKEL, MGH DD, II, p. 63: Ambitum quoque monasterii quem precinctam vocant, sicut ab antecessoribus nostris determinatus est nos quoque concedimus.
273
Sur ces limites (précises) dans Pacte de 973 qu’il faut comprendre comme des limites inclusives, WARICHEZ, Lobbes, p. 226-227 (et n.) et WEYN, Thuin, p. 78 et 87-90.
274
Acte de 973 ; ed. SICKEL, MGH DD, II, p. 63 : in cunctis villis eidem abbatie concessis regia munificentia victui fratrum inibi commanentium deservientibus.
275
Acte de 973; ed. SICKEL, MGH DD, II, p. fâifacultatem quoque (abbas et fratres) habeant super haec omnia sibi advocatum eligendi qui cum eis (…) loca supramemorata tueatur atque gubernet ubi invitatur. Sur Pavouerie à Lobbes, WARICHEZ, Lobbes, p. 234-241 et DEVROEY-DIERKENS, Avouerie, p. 47-50.
276
Act
e de 973; ed. SICKEL, MGH DD, II, p. 64: Munificentia quoque imperiali confirmamus eisdam fratribus décimas omnes indominicatas totius abbatiae, tam de ecclesiis beneficiatis quam et eorum victui deputatis. Voir plus haut, Pacte de 889; ed. KEHR, MGH DD ex stirpe Karol., III, p. 96.
277
Acte de 973; ed. SICKEL, MGH DD, II, p. 64. Voir infra, p. 127-128.
278
Acte de 973; ed. SICKEL, MGH DD, II, p. 64.
279
Ed. Vos, Lobbes, I, p. 333-334, n° 9 (25 avril 980). Malgré la très mauvaise tradition de Pacte (un placard in f°, Institutio supplicationum generalium quae vulgo Bancruces vocantur. Mons, 1706), tradition qui est responsable de l’orthographe des lieux et, peut-être, de l’addition de villages qui devaient les bancroix, je crois vrai Pacte de Notger de 980. J.-L. Kupper m’a fait l’amitié de vérifier dans ses dossiers destinés au recueil des Actes des princes-évêques de Liège, les notes relatives à l’acte de 980 pour Lobbes; comme moi, il penche pour la véracité de l’acte, malgré sa forme » modernisée* et fortement altérée. Sur les bancroix en général et celles de Lobbes en particulier, voir DIERKENS, Création des doyennés (avec bibliogr. compl.).
280
Acte de 980; ed. Vos, Lobbes, I, p. 434: si quis deinceps banc eleemosynam Ecclesiae ab antiquis statutam avertere voluerit, anathema sit.
281
Acte de 980; ed. Vos, Lobbes, I, p. 334. Sur les bancroix de Fosses, DIERKENS, Création des doyennés.
282
Acte de 980; ed. Vos, Lobbes, I, p. 334: Actum Lobbiis anno ab incarnatione Domini nongentisimo octogesimo, indictione octava, in festivitate ipsa (— in festivitate s. Marcï), sub testibus istis… Cette date est celle de Pacte, et non celle du synode – tenu probablement à Liège – au cours duquel Notger a examiné le dossier.
123
ment intéressante; on y trouve notamment l’avoué Bernard et deux frères de Folcuin, Gommaire et Godescalc283.
La bulle pontificale accordée à Lobbes le Ier février 990 représente, en quelque sorte, le testament de Folcuin qui mourra sept mois plus tard284. Elle consacre les efforts de l’abbé pour rétablir Lobbes dans ses droits et pour lui redonner un peu du prestige dont elle avait joui aux VIIIe et IXe siècles. A cet égard, la concession à l’abbé par le pape Jean XV de l’anneau d’or et des sandales lors de la célébration de la messe et des pouvoirs subdiaconaux est symbolique285; Lobbes jouira d’ailleurs dans l’évêché de Liège d’un prestige moral qui vaudra à son abbé la seconde place dans la hiérarchie diocésaine, juste après l’évêque286. La bulle reprend les grandes lignes du diplôme de 973 qui lui a été présenté comme Vorurkunde, notamment sur le rôle et les fonctions de l’avoué287 ou l’existence d’un procinctus immunitatis qui est du ressort exclusif de l’avoué288. A Yimmunitas et la defensio royales, le pape ajoute la tuitio immunitatis nostrae289. La bulle précise encore que près du monastère, délimité par des croix fichées en terre, un territoire possède les mêmes droits religieux que Vatrium de l’église290: il s’étend entre Thuin, le cours du Rabion, la forêt au lieu-dit Ermenrici fagi et le Mons bellus où se dresse l’église Saint-Jean291.
A la mort de Folcuin, enterré à Saint-Ursmer à côté de Rathier (16 septembre 990), le choix de la communauté lobbaine se porta tout naturellement sur Heriger, le collaborateur de Notger292. Les moines de Lobbes écrivirent d’ailleurs une lettre -dont le texte est conservé – à l’évêque de Cambrai Rothard et à l’évêque de Liège Notger, pour leur présenter les mérites de l’abbé qu’ils s’étaient librement choisi et
283
L’avoué Bernard était déjà mentionné, dans les Gesta de Folcuin, à propos des événements de 956 (Gesta, XXVI; ed. PERTZ, p. 68; voir supra, n. 230). Un des frères de Folcuin (il s’agit bien d’un frère par le sang et non d’un moine de Lobbes), Godescalc, était déjà nommé dans les Gesta de Folcuin (Gesta, XXXV; ed. PERTZ, p. 72: … in servitio fratris mei Godescalci); par contre, Gommaire ne semble pas cité ailleurs.
284
Ed. Vos, Lobbes, I, p. 436-438 (1er février 990 = JAFFE-LOEWENFELD, 3837 ou ZIMMERMANN, Papstregesten, p. 272, n° 683).
285
WARICHEZ, Lobbes, p. 161-162.
286
Voir
, par exemple, HUGUES le Prieur, Fundatio, I; ed. WAITZ, p. 545, 1. 24-39. – De fundatione et lapsu, III et XIII; ed. WAITZ, p. 549 et 554. – Gesta abbatum Lobbiensium continuata, I; ed. ARNDT, p.308.
287
Acte de 990; ed. Vos, Lobbes, I, p. 437. Cfr. DEVROEY-DIERKENS, Avouerie.
288
Acte de 990; ed. Vos, Lobbes, I, p. 437. Cfr. supra, n. 272 et 273, et WEYN, Thuin, p. 87-89.
289
Acte de 990; ed. Vos, Lobbes, I, p. 437: qui advocatus tam in villis eorum quam et circa Monasterium procinctum immunitatis sicut hactenus absque violentia vel comitis vel cuiuslibet sub comité agentis teneat.
290
Acte de 990; ed. Vos, Lobbes, I, p. 437: quod autempropius monasterium est, sicut antiquituspositis crucibus munitum est, scilicet velut atrium ecclesiae honoretur.
291
WARICHEZ, Lobbes, p. 160-161.
292
Sur Heriger, l’ouvrage de base reste O. HIRZEL, Abt Heriger von Lobbes (990-1007). Leipzig-Berlin, 1910. Depuis de nombreuses études plus ponctuelles ont paru; par ex., WARICHEZ, Lobbes, p. 67-69; SILVESTRE, Heriger, p. 121-127; STIENNON, Heriger, p. 273-286. Comme le remarque très justement J. Stiennon (Heriger, p. 275, n. 5), Heriger mériterait une biographie critique, portant notamment sur les oeuvres qu’il aurait écrites sous son nom, sous celui de Notger ou de façon anonyme (liste dans GENICOT-TOMBEUR, I, passim; sur une de ces oeuvres, DIERKENS, Vita Hadelini, p. 613-620). Cfr. aussi FR. DOLBEAU, Damase, le »Carmen contra paganos« et Heriger de Lobbes, dans: Revue des Etudes Augustiniennes, XXVII, 1981, p. 38-43.
124
pour leur demander de sanctionner leur décision293. La consécration abbatiale d’Hériger se fit, à Lobbes le 21 décembre 990, des mains de l’ordinaire du lieu, Rothard, probablement en présence de Notger294. Comme Folcuin, les efforts d’Hériger portèrent sur l’architecture monastique295 et sur le mobilier religieux296. L’école de Lobbes, qu’Hériger avait dirigée avec tant de succès, forma l’élite intellectuelle du diocèse de Liège et la renommée du scriptorium de Lobbes, dans la première moitié du XIe siècle, fut particulièrement importante297. Les sources ne nous donnent cependant que peu de renseignements précis sur l’abbatiat d’Hériger. Probablement la prospérité matérielle de Lobbes fut-elle à la hauteur du rayonnement culturel de l’abbaye. Heriger mourut le 31 octobre 1007, précédant de peu Notger, décédé le 10 avril 1008. Comme ses prédécesseurs, il fut enterré dans l’église Saint-Ursmer298.
A trois reprises, les évêques de Liège obtinrent des confirmations impériales de leurs possessions, où Lobbes occupe une place de choix299. En 980, notamment, Otton II cède à Notger la potestas publica dans ses différentes possessions, dont Lobbes, citée comme une des possessiones capitales de l’évêché300.
b. Abbatiats d’Ingobrand, Richard et Hugues (1007-1053)
De l’abbatiat d’Ingobrand, moine de Lobbes, on sait seulement qu’il fut marqué par une discipline peu rigide. Les Gesta continuata des abbés de Lobbes parlent d’une gestion tournée vers les puissances du siècle, qui contrastait avec celle de Folcuin et d’Hériger301. Cet abbatiat – qui sera d’ailleurs sévèrement condamné par une assemblée d’abbés réunis par ordre de l’évêque de Cambrai Gérard Ier302 – fut jugé à ce point catastrophique que l’évêque de Liège Woldbodon démit Ingobrand de ses fonctions et le remplaça par Richard de Saint-Vanne303; on ne peut s’empêcher devoir derrière cette décision attribuée à Wolbodon, le poids de l’évêque Gérard dont Lobbes dépendait au spirituel. Ingobrand, renvoyé en 1020, mourut en 1030 à Stavelot où il fut enterre .
293
Gesta episcoporum Cameracensium, I, 106; ed. BETHMANN, p. 445-446. Cfr. aussi KURTH, Notger, II, p. 75-76, n°28.
294
KURTH, Notger, I, p. 89; WARICHEZ, Lobbes, p. 68. Voir Gesta abbatum Lobbiensium continuata, II; ed. ARNDT, p. 309.
295
Infra, p. 133.
296
Gest
a abbatum Lobbiensium continuata, II; ed. ARNDT, p. 309. Voir les commentaires de STIENNON, Heriger, p. 281-282; WARICHEZ, Lobbes, p. 298; COENEN, Lobbes, p. 28.
297
Voir WARICHEZ, Lobbes, p. 256-267 ou différents travaux de J. STIENNON, notamment L’étude des centres intellectuels de la Basse-Lotharingie de la fin du X*™ siècle. Problèmes et méthode, dans: A. F. A. H. B., XXXIII: Tournai, t. II, p. 124-145.
298
Gesta abbatum Lobbiensium continuata, II; ed. ARNDT, p. 309.
299
Acte d’Otton II, 6 janvier 980; ed. SICKEL, MGH DD, II, p. 238-239, D.O. II210. – Acte d’Otton III, s.d. (mai-août 988); ed. SICKEL, MGH DD, II, p. 445-446, D.O. III 45. – Acte d’Henri II, 10 juin 1006; ed. BRESSLAU-BLOCH, MGH DD, III, p. 141-142.
300
Acte d’Otton II, 980; ed. SICKEL, MGH DD, II, p. 238: universaspossessiones eiusdem matris ecclesie quarum iste sunt capitales: Hoium, Fosses, Lobies, Tungres, Maslines, …
301
Gesta abbatum Lobbiensium continuata, III—IV; ed. ARNDT, p. 309-310.
302
Gesta episcoporum Cameracensium, III, 15; ed. BETHMANN, p. 470.
303
Gesta abbatum Lobbiensium continuata, IV; ed. ARNDT, p. 310. Voir aussi WARICHEZ, Lobbes, p. 70-72 et DAUPHIN, Richard de Saint-Vanne, p. 198-199.
304
Annales Laubienses, a° 1030; ed. PERTZ, p. 19.
125
L’abbatiat de Richard s’étendit sur douze ans, du 22 septembre 1020 à 1032 où il démissionna à la suite de désaccords trop nets avec l’évêque de Liège, Réginard305. Pas un seul fait précis ne peut être rapporté à cette période306.
Le successeur de Richard fut un de ses disciples, Hugues, dont le long abbatiat (1033-1053) vit quelques importants travaux à l’église abbatiale et à l’église Saint-Ursmer307; on peut placer alors quelques acquisitions de terres308 et, au point de vue culturel, la rédaction d’un catalogue de la bibliothèque de l’abbaye (1049)309. Il fut enterré près de Folcuin et de Rathier, à Saint-Ursmer310.
3.
Deux dépendances de Vabbaye de Lobbes: le chapitre Saint-Ursmer de Lobbes et la cella d’Aulne
a. La cella d’Aulne
Lorsqu’en 889, Lobbes fut donnée à l’évêché de Liège, Aulne était rattachée à la mense abbatiale et, de ce fait, fit partie du temporel épiscopal311, alors que Wallers, partie intégrante de la mense conventuelle, ne cessa de dépendre institutionnellement de Lobbes.
En 889, très normalement, Aulne est mentionnée dans la »liste brève« des biens où Lobbes lève la dîme: cella in Alna cum appendicibus suis312. C’est probablement pour les mêmes raisons qu’Aulne est reprise, avec les mêmes mots, dans la »liste longue« de la fin du Xe siècle ou du début du XIe313. En fait, depuis 889, k s droits de Lobbes à Aulne sont devenus presque nuls; Aulne – où sera installé un chapitre de chanoines séculiers314 – dépendra directement de l’évêché. C’est à ce titre que Rathier peut
305
Gesta abbatum Lobbiensium continuata, IV; ed. ARNDT, p. 310. Cfr. WARICHEZ, Lobbes, p. 71; DAUPHIN, Richard de Saint-Vanne, p. 197-200 et passim; KUPPER, Liège, p. 359-361 et passim.
306
La littérature historique insère habituellement ici une digression sur la ^réforme de Saint-Vanne* et applique à Lobbes certains effets remarqués à Verdun et dans d’autres monastères soumis à la gestion de Richard. Cfr. infra, p. 340-341.
307
Gesta abbatum Lobbiensium continuata, V; ed. ARNDT, p. 310.
308
En plus du chapitre V des Gesta continuata (supra, n. 145), voir un acte de 1037 (ed. Vos, Lobbes, II, p. 433).
309
Gesta abbatum Lobbiensium continuata, V; ed. ARNDT, p. 310: ex recensita librorum summa, quae per idem tempus de script a est. Le catalogue de 1049 a été retrouvé et édité par E. OMONT (dans: Revue des Bibliothèques, I, 1891, p. 4 sq.) puis par WARICHEZ, Lobbes, p. 271-280 (n. 2). Voir J. GESSLER, Les catalogues des bibliothèques monastiques de Lobbes et de Stavelot, dans: R. H. E., XXIX, 1933, p. 82-96 (aux p. 83-89) et DOLBEAU, Catalogue, p. 3-4 et 16. A lire avec les remarques d’H. SILVESTRE mentionnées supra, n. 268.
310
Gesta abbatum Lobbiensium continuata, V; ed. ARNDT, p. 310.
311
HUGUES, Fundatio, I; ed. WAITZ, p. 545; cfr. WARICHEZ, Lobbes, p. 113. Cfr. supra, p. 114.
312
Ed. DEVROEY, Polyptyques, annexe II, Lobbes, p. 16.
313
Ed. DEVROEY, Polyptyques, annexe II, Lobbes, p. 21 (et 1.1, p. 61-62).
314
ARNOULD, Aulne, p. 3-4 et passim. Les Gesta abbreviata episcoporum Leodiensium, des environs de 1250, font d’Aulne une abbaye détruite par les Normands, puis restaurée par les évêques de Liège au début du Xe siècle et transformée alors en chapitre de chanoines séculiers (ed. HELLER, p. 130-131). La destruction par les Normands est un cliché qu’on peut négliger (cfr. D’HAENENS, Normands, p. 282-283; et supra, p. 111), mais l’existence d’un chapitre s. Marie sanctique Pétri Alnensis au Xe siècle doit être retenue. En tout cas, l’abbé d’Aulne était, au Xlle siècle, chapelain à la cour épiscopale
126
bénéficier des revenus de Vabbatiola d’Aulne, d’abord après son éviction du trône épiscopal de Liège (955) et jusqu’à son retour à Vérone (960)315 puis de son retour en Lotharingie (968) jusqu’à sa mort (974)316; Folcuin précise d’ailleurs que Rathier tint Aulne par décision épiscopale, d’abord celle de Baldéric Ier, puis celle d’Eracle317.
b. Chapitre Saint-Ursmer de Lobbes
L’histoire du chapitre Saint-Ursmer de Lobbes est totalement différente de celle d’Aulne: celle-ci était une dépendance ancienne de Lobbes qui connut une existence autonome après 889, celui-là est une création récente (Xe siècle) qui ne cessa de dépendre de Lobbes318.
On se rappellera que saint Ursmer avait fait construire, à côté de l’église abbatiale Saint-Pierre, une église cimétériale et paroissiale dédiée à Notre-Dame319. Le culte des saints abbés qui y furent enterrés (particulièrement Ursmer et Ermin) conduisit tout naturellement à des donations spécifiques à Notre-Dame320, bien que cette église continuât à dépendre directement de Saint-Pierre ou, plutôt, bien qu’elle continuât à faire partie de l’abbaye Saint-Pierre321. Peu à peu, à côté de la titulature officielle à Notre-Dame, l’église prit celle de Saint-Ursmer322 et (vers 850?) une vaste et somptueuse basilica avait remplacé l’église d’Ursmer323. Les événements de 954 et la sauvegarde de l’abbaye, attribuée à Ursmer, ont dû susciter une nouvelle orientation que l’abbatiat de Folcuin permit de concrétiser324.
Cette église Saint-Ursmer, desservie par des moines de Saint-Pierre, était du ressort exclusif de l’abbé; ainsi, lors du retour de Rathier à Lobbes en 968, Folcuin put, avec l’accord des fratres, en attribuer les revenus à l’ancien évêque de Liège325. Rathier ne disposa pas longtemps de cette charge, qu’il cumulait avec la direction de Wallers et d’Aulne. En 972, lorsque Notger régla le différend qui opposait Folcuin et Rathier, Saint-Ursmer revint à Folcuin et ce n’est probablement pas une coïncidence si, moins d’un an après, est établie à Saint-Ursmer une communauté de douze chanoines
(KUPPER, Liège, p. 237-238) et on sait, par une charte épiscopale d’Albéron II de 1144, que les chanoines séculiers d’Aulne suivirent alors (comme à Malonne en 1147) la règle de saint Augustin (ed. DEVILLERS, Aine, p. 372-373, n°l). Cfr. infra, p. 144.
315
FOLCUIN, Gesta abbatum Lobbiensium, XXIII; ed. PERTZ, p. 65. Supra, p. 117 et n. 219.
316
FOLCUIN, Gesta abbatum Lobbiensium, XXVII; ed. PERTZ, p. 70. Supra, p. 121.
317
Supra, p. 117 et 121.
318
Même après que le chapitre Saint-Ursmer eût, en 1408, quitté Lobbes pour s’installer à Binche, l’abbé de Saint-Pierre en resta prévôt et collateur; cfr. MISONNE, Chapitres séculiers, p. 418-419. Sur le transfert du chapitre Saint-Ursmer à Binche, voir E. ROLAND, La translation du chapitre Saint-Ursmer de Lobbes en l’église Sainte-Marie de Binche et l’institution d’une procession annuelle commémorative (1409), dans: D.R.S. A.C., LU, 1966, p. 1-32.
319
FOLCUIN, Gesta abbatum Lobbiensium, IV; ed. PERTZ, p. 57. Voir supra, p. 97.
320
Voir, par ex., l’acte de 906 (ed. SCHIEFFER, MGH DD ex stirpe Karol., IV, p. 174-175) cité supra, p. 114-115.
321
Je rappellerai plus loin que les abbayes mérovingiennes se composaient souvent de deux ou trois églises complémentaires dont chacune avait une fonction spécifique (infra, p. 315).
322
Première attestation: polyptyque de 868-869 (ed. DEVROEY, Polyptyques, annexe II, Lobbes, p. 1).
323
Sur l’architecture de l’abbaye de Lobbes, infra, p. 132-136.
324
Voir, en particulier, DIERKENS, Lobbes, p. 251-252.
325
FOLCUIN, Gesta abbatum Lobbiensium, XXVIII; ed. PERTZ, p. 70: abbatiola Sancti Ursmari.
127
séculiers, soumise à l’abbé326. Peu après, Folcuin regroupera quelques récits qui faisaient partie de ses Gesta abbatum Lobbiensium, en un recueil autonome de miracles d’Ursmer, recueil qui reçut, de son vivant (donc avant 990), un premier complément327. Ces Miracula Ursmari reflètent le souci de Folcuin d’assurer à la jeune communauté canoniale, une prospérité consécutive au succès du culte d’Ursmer.
Les chanoines disposaient de prébendes qui leur étaient conférées par l’abbé et des revenus des biens attachés à l’autel de Notre-Dame-et-Saint-Ursmer328. De plus, ils bénéficiaient d’une partie des sommes récoltées lors des bancroix annuelles329. Le chapitre canonial était géré par un prévôt, moine de Lobbes330; Yaedituus et le custosde Saint-Ursmer étaient aussi des moines331 et l’on connaît, au XIe siècle, un exemple de chanoine devenu moine de Saint-Pierre332.
On ne peut se prononcer avec certitude sur les raisons qui poussèrent Folcuin à créer un chapitre à Saint-Ursmer; toutefois les deux éléments majeurs qui suscitèrent cette décision sont le culte des reliques d’Ursmer et d’Ermin – culte que Folcuin souhaitait promouvoir – et l’exercice du ministère paroissial333. On y ajoutera le développement d’un cimetière paroissial et, comme ce fut par exemple le cas à Waulsort à la même période334, la politique délibérée d’obtention des sépultures des membres de l’aristo-cratie locale335. Il est dès lors significatif de cette orientation »séculière« que l’école abbatiale fut transférée à Saint-Ursmer, même si un moine continuait à en assurer la direction336.
326
Acte de 973; ed. SICKEL, MGH DD, II, p. 63-64: monasterium autem in montis eiusdem coenobii verticepositum, ubi requiescuntpredictorum corpora sanctorum, ubi est etiam cimiterium fidelium, XII semper canonicis deputetur … ut … abbatis seu monachorum ordinationi subiaceant. Cfr. aussi WARICHEZ, Lobbes, p. 121-122 et MISONNE, Chapitres séculiers, p. 416. Il est évident que le terme abbatiola donné par Folcuin à Saint-Ursmer (cfr. supra, n. 325), s’il n’est pas un léger anachronisme du chroniqueur pourrait montrer qu’en 968, les chanoines habitaient déjà à Saint-Ursmer et que donc l’acte de 973 ne ferait que confirmer un état antérieur. Je préfère cependant l’hypothèse selon laquelle le terme d*abbatiola désigne un membre de \abbatia de Lobbes qui disposait d’une certaine autonomie juridique (temporel propre).
327
DIERKENS, Lobbes, p. 252 et 257.
328
MISONNE, Chapitres séculiers, p. 416-417 (avec références aux textes).
329
MISONNE, Chapitres séculiers, p. 417 et n. 23.
330
MISONNE, Chapitres séculiers, p. 417. Cfr. aussi une mention d’un doyen de Saint-Ursmer (de clericis Gislebertus decanus) dans un acte inédit d’Adélard de Lobbes, daté de 1070 (A. E. Mons, Arch. eccle., ms. 33, f° 135 r° et ms. 115, p. 101-103).
331
Miracula Ursmari, XVI; ed. HENSCHENIUS, p. 565: basilicae aedituus monachus noster, Aldricus nomine. – HUGUES, Fundatio, I; ed. WAITZ, p. 535: sciendum est quodnobis (= monacbis) subiaceat custodemque monachum babeat. Autres textes: MISONNE, Chapitres séculiers, p. 417-418.
332
Miracula Ursmari, XXI; ed. HENSCHENIUS, p. 567 (chapitre écrit après 1090, rapportant un miracle de Tannée 1050): monachus quidam noster, ex clerico conversus, …
333
MISONNE, Chapitres séculiers, p. 430-431.
334
Infra, p. 186 et 192.
335
Par ex. HUGUES, Fundatio, I; ed. WAITZ, p. 546.
336
WARICHEZ
, Lobbes, p. 123-124; MISONNE, Chapitres séculiers, p. 417-418.
128
D. LISTE DES ABBÉS ET DES MEMBRES CONNUS DE L’ABBAYE DE LOBBES
(c.
750-1053)
1.
Abbaye »régulière« (c. 750-864)
– Théodulphe (745/751-776)337
.
mentionn
é au synode d’Attigny de 762338 . dédicataire de la Vita Ursmari d’Anson339

Anso
n (776-4 novembre 800)340

Abbon341

Hildéric342

Fulra
d (avant 823-31 janvier 826)343
.
fai
t procéder, le 26 mars 823, à l’élévation des reliques d’Ursmer344

Ramnéric345

Eggar
d (avant 832-835)346
.
fai
t procéder, le 16 novembre 832, à la première ordination de clercs à Lobbes347
– Hartbert (835-864)348
.
fai
t procéder à la dédicace de la cella de Wallers (nouveaux bâtiments)349
2.
Abbatiat laïc des Carolingiens (864-c. 881)
– Hubert (864) 35°

Lothair
e II (864-8 août 869)351
337
Sur l’abbé-évêque Théodulphe, WARICHEZ, Lobbes, p. 23.
338
Ed. PERTZ, MGH LL, I, p. 30: Theodulphus episcopus de monasterio Laubias (Laubicis?); ou ed. WERMINGHOFF, MGH Concilia, II, p. 73.
339
Supra, n. 140.
340
Supra, n. 143. Voir aussi par ex., WARICHEZ, Lobbes, p. 31-32.
341
Omis par Folcuin, son nom figure entre Anson et Hildéric, dans le liber memorialis de Remiremont; cfr. ed. HLAWITSCHKA-SCHMID-TELLENBACH, p. 17. Sur Abbon, WARICHEZ, Lobbes, p. 32.
342
Supra, n. 135. Voir les bonnes remarques de Warichez (Lobbes, p. 32) sur l’observance bénédictine à Lobbes même sous l’abbatiat d’Hildéric, chanoine et non moine. Hildéric est mentionné en 814 au synode de Noyon; cfr. PYCKE, Fulrad, col. 316.
343
Supra, n. 145; Annales Laubienses; ed. PERTZ, p. 13; PYCKE, Fulrad, col. 316.
344
Supra, n. 145 et infra, p. 134.
345
WARICHEZ, Lobbes, p. 33; PYCKE, Fulrad, col. 316.
346
Supra
, n. 146. En tant qu’abbé, c’est probablement Eggard qui reçut la part réservée à Lobbes par le testament d’Anségise, abbé de Fontenelle/Saint Wandrille (823-833): ad Laubeias coenobium libram unam (Gesta abbatum Fontanellensium, XIII, 7; ed. LOHIER-LAPORTE, p. 116).
347 Supra, n. 146-147.
348
Supra, n. 149 et 150.
349
Supra, n. 151.
350
WARICHEZ, Lobbes, p. 36-37; PARISOT, Lorraine, passim (on corrigera les considérations de Parisot sur Hubert à Lobbes par celles de M. VAN BLEYENBERGHE, dans: Rapport sur les travaux du séminaire historique pendant l’année académique 1900-1901, dans: Annuaire de l’U.C.L., LVI, 1902, p. 278-307, aux p. 289-295).
351
Lothaire II prit lui-même en main les destinées de Lobbes à la mort d’Hubert; il procéda à quelques donations en faveur de son abbaye (FOLCUIN, Gesta abbatum Lobbiensium, XIII; ed. PERTZ, p. 61), peut-être à l’instigation de sa concubine Waldrade. C’est peut-être alors qu’Hugues – qui deviendra abbé de Lobbes en 880-881 (supra, p. 111) – devint moine à Lobbes; cfr. HUGUES, Fundatio, I; ed. WAITZ, P. 548. VOIR WARICHEZ, Lobbes, p. 38-39.
129

Carloman
, fils de Charles le Chauve (870)352

Charle
s le Chauve (870-6octobre 877)353

Loui
s II le Bègue (877-10avril 879)354

Loui
s le Germanique (879-880)355

Hugues
, fils de Lothaire II et de Waldrade (880-881)356.
3.
Abbatiat séculier des évêques de Liège (884-c. 957)
1.
Francon (c. 881-9 janvier 901)357
Sous son abbatiat est mentionné le moine Teutherus qui devient, à l’instigation de Francon, chorévêque de Liège358.
2.
Etienne (901-19mai 920)359
3.
Richer (4novembre 921-23 juillet 945)360
4.
Hugues (945-26 janvier 947)361
5.
Farabert (947-28 août 953)362
6.
Rathier (25 septembre 953-25 décembre 954)363
7.
Baldéric Ier (25décembre 954-957 – f 20avril 959)364
Le nom de plusieurs moines de Lobbes au moment des invasions hongroises de 954-955 est connu: le moine Hubert qui négocia la sauvegarde de l’abbaye; les moines, déjà âgés, Teutmar et Théodulphe, tués à Saint-Pierre de Lobbes par les Hongrois; le moine Théodulphe qui cacha une partie du trésor abbatial et emporta le reste pour le mettre à l’abri365.
352
II n’y a pas de raison de supposer que Charles le Chauve a lui-même occupé la charge abbatiale de Lobbes avant de la céder à son fils Carloman. Aux termes du traité de Meersen d’août 870, Lobbes revenait à Charles le Chauve; cfr. Annales Bertiniani, a° 870; ed. GRAT-VIELLARD-CLEMENCET, p. 174 (Laubias). La cession de Lobbes à Carloman est mentionnée par Folcuin (Gesta abbatum Lobbiensium, XIV; ed. PERTZ, p. 61) et par les Annales Laubienses (a° 870; ed. PERTZ, p. 14). Carloman, révolté contre son père, fut jugé au synode d’Attigny en 870 et dépouillé alors de ses charges; cfr. WARICHEZ, Lobbes, p. 39 (et n. 4).
353
FOLCUIN, Gesta abbatum Lobbiensium, XIV; ed. PERTZ, p. 61. – Annales Laubienses, a°873; ed. PERTZ, p. 15: remanet abbatia in manupatris (- Caroli Calvi) per annos quinque. Cfr. WARICHEZ, Lobbes, p. 40.
354
Annales Laubienses, a° 873; ed. PERTZ, p. 15: deinde in manu filii eius Ludovici per anno duos. Manifestement, Folcuin confond Louis le Germanique et Louis le Bègue: Gesta abbatum Lobbien-sium, XV; ed. PERTZ, p. 61. Cfr. WARICHEZ, Lobbes, p. 40.
355
Annales Laubienses, a° 873; ed. PERTZ, p. 15: deinde in manu alterius Ludovici Germanorum régis per annos duos. Cfr. WARICHEZ, Lobbes, p. 40.
356
Annales Laubienses, a° 873; ed. PERTZ, p. 15: donec (Ludovicus) eam Hugoni, filio Lotharii ex Valdrada, dédit. Il s’agit vraisemblablement du Hugo quidam, mentionné par Folcuin (Gesta abbatum Lobbiensium, XIII; ed. PERTZ, p. 61). Sur Hugues, voir, par ex., WARICHEZ, Lobbes, p. 40-41 ou PARISOT, Lorraine, surtout p. 442-479.
357
Bibliographie dans KUPPER, Leodium, p. 59-60.
358
Supra, n. 173 et p. 115 (mention de Teutherus dans le Liber memorialis de Remiremont).
359
Bibliographie dans KUPPER, Leodium, p. 60-61 et dans MISONNE, Etienne, p. 123-130.
360
Bibliographie dans KUPPER, Leodium, p. 61-62 et dans ZIMMERMANN, Lùtticher Bistum, p. 16-39.
361
Bibliographie dans KUPPER, Leodium, p. 62-63 et dans WISPLINGHOFF, S. Maximin, p. 46-49.
362
Bibliographie dans KUPPER, Leodium, p. 63.
363
Supra, n. 207; ajouter KUPPER, Leodium, p. 64-65.
364
Bibliographie dans KUPPER, Luttich, p. 66.
365
Ces quatre moines sont mentionnés par Folcuin (Gesta abbatum Lobbiensium, XXV; ed. PERTZ, p. 66) : Mittitur e collegio nostro Hucbertusfratrer, patiens laboris etfugitans quietis, et semet inpendere
130
En 955 ou 956, le prévôt Blitard fut remplacé par Erluin; celui-ci devint abbé en
957 366
4. De 957 à 1053
1. Erluin (957-960)367
2.
Alétran (960-9 novembre 965)368
3.
Folcuin (25 décembre 965-16 septembre 990)369 3bis. Rathier (fin 970-972)370
4.
Heriger (21 décembre 990-31 octobre 1007)371
5. Ingobrand ( 1007-1020)372
6.
Richard de Saint-Vanne (22 septembre 1020-1032)373
7.
Hugues (10 juin 1033-5décembre 1053)374
8.
Adélard (1053-13 janvier 1077 ou 1078)375
paratus ob amorem loci et sancte religionis, pacisci cum illis (…). Obtruncantur duo de monacbis Teutmarus et Theodulphus (…). Thesaurum ecclesiae et optima quaeque Theodulphus alius ad munitionem quandam partim transportaverat, partim in ipsa ecclesia terra obstruserat.
366
Supra, p. 118.
367
II a été dit plus haut qu’Erluin fut nommé abbé de Lobbes, entre la Noël 956 et octobre 957, et qu’il garda le titre d’abbé de Lobbes et de Gembloux jusqu’à ce que Alétran, qui exerçait les fonctions d’abbé » intérimaire*, soit titularisé à Lobbes en 960.
368
FOLCUIN, Gesta abbatum Lobbiensium, XXVII (ed. PERTZ, p. 69) et XXXVI (ed. PERTZ, p. 72: miracle réalisé par Ursmer alors qu’Alétran était paralysé, vers 964-965; = Miracula Ursmari; IV, ed. HENSCHENIUS, p. 563). Alétran est nommé dans la charte de restitution de la villa de Jumet à Lobbes (ed. HANSAY, Lobbes, p. 84-85); il est probablement en 963 le destinataire d’une lettre d’Erluin de Gembloux (ed. ROLAND, Gembloux, p. 17-18, n°6: supra, n. 240). Enfin, Alétran est cité comme abbé (intérimaire) de Gembloux par la Vita Kaddroe, XXVI (ed. HENSCHENIUS, p. 478; infra, p. 171, n. 148). Sur Alétran, voir aussi HUGUES, Fundatio, I (ed. WAITZ, p. 545,1. 22 et 43) et le De fundatione et lapsu anonyme (ed. WAITZ, p. 551, chap. X).
369
Sur Folcuin, voir surtout ses Gesta abbatum Lobbiensium, XXVIII-XXIX (ed. PERTZ, p. 68-71) et passim; ainsi que les Gesta continuata, I (ed. ARNDT, p. 308-309). Il est mentionné dans des actes de 973 (ed. SICKEL, MGH, DD, II, p. 63-64), 980 (ed. Vos, Lobbes, I, p. 433-434), 990 (ed. Vos, Lobbes, I, p. 436-438). L’acte épiscopal de 980 cite aussi le nom de deux frères de Folcuin, Godescalc et Gommaire (cfr. supra, n. 283). Cfr. aussi BERLIÈRE, Monasticon Belge, I, p. 208-209. Cfr. aussi supra, n. 246 (Vita Folcuini) et, peut-être, n. 242 (Jumet).
370
Sur la brève usurpation par Rathier de l’abbatiat de Lobbes: FOLCUIN, Gesta abbatum Lobbiensium, XXVIII; ed. PERTZ, p. 69-70 et supra, p. 121.
371
Gesta abbatum Lobbiensium continuata, II; ed. ARNDT, p. 309. Sur Heriger, supra, n. 292. Voir aussi BERLIÈRE, Monasticon Belge, I, p. 209.
372
Gesta abbatum Lobbiensium continuata, III; ed. ARNDT, p. 309-310. – Gesta episcoporum Camera-censium, III, 15; ed. BETHMANN, p. 470. Ingobrand assista à l’élection abbatiale d’Olbert à Gembloux en 1012 (SIGEBERT, Gesta abbatum Gemblacensium, XXVI; ed. PERTZ, p. 535-536; cfr. BOUTEMY, Olbert, p. 62-63). Sur Ingobrand, BERLIÈRE, Monasticon Belge, I, p. 209 et WARICHEZ, Lobbes, p.69-70.
373
Gesta abbatum Lobbiensium continuata, IV; ed. ARNDT, p. 310. Voir surtout DAUPHIN, Richard de Saint-Vanne, p. 197-200 et KUPPER, Liège, p. 359-361; ou, de façon plus générale, BERLIÈRE, Monasticon Belge, I, p. 209-210 et WARICHEZ, Lobbes, p. 70-72.
374
Gesta abbatum Lobbiensium continuata, IV; ed. ARNDT, p. 310. Voir aussi BERLIÈRE, Monasticon Belge, I, p. 210 et WARICHEZ, Lobbes, p. 72-73. Hugues est mentionné dans un acte inédit de Théoduin pour Lobbes, daté de 1050 (A. E. Mons, Arch. eccl., ms. 33, f° 135 r°).
375
Gesta abbatum Lobbiensium continuata, VI; ed. ARNDT, p. 310-311. Voir aussi BERLIÈRE, Monasti-con Belge, I, p. 210 et WARICHEZ, Lobbes, p. 73-74. La date de 1077 pour la mort d’Adélard est donnée par les Gesta, VI; celle de 1078, par les Annales Laubienses, a° 1078 (ed. PERTZ, p. 21).
131
A ces noms d’abbés, on ajoutera ceux du prévôt Gosbert, en charge vers 964-965 et peut-être encore vers 980-990376, et du doyen Réginard, cité en 1070377. Folcuin mentionne plusieurs dignitaires de l’abbaye sans les nommer, notamment les custodes de Saint-Ursmer378. Vaedituus de Saint-Ursmer vers 980 était un certain Robert379 et, vers 990, un moine appelé Aubry380. Dans le troisième quart du XIe siècle, sous l’abbatiat d’Adélard, on connaît encore le prénom d’un moine, Jean381, et d’un chanoine, Gislebert382.
Par ailleurs, certains moines illustres de Lobbes connurent, comme Rathier, une belle carrière hors de leur abbaye; ainsi Olbert, abbé de Gembloux (1012-1048) et de Saint-Jacques de Liège ( 1020-1048)383 et Thierry, abbé de Saint-Hubert (1055-1086)384. L’évêque d’Utrecht Adelbold avait, quant à lui, d’abord été clerc à Lobbes385.
E. L’ARCHITECTURE DE L’ABBAYE DE LOBBES, DU IXe AU XIe SIÈCLE
Comme j’ai eu l’occasion de le dire, avant l’abbatiat de Folcuin (965-990) et probablement dès l’époque mérovingienne, l’abbaye de Lobbes comprenait trois églises: l’église abbatiale Saint-Pierre, l’église cimétériale et paroissiale Notre-Dame (puis Saint-Ursmer), l’église Saint-Paul. De ces trois églises, seule subsiste aujourd’hui l’église carolingienne Saint-Ursmer386.
1.
L’église abbatiale Saint-Pierre
La consécration de la nouvelle église abbatiale (qui remplaçait la première abbatiale, totalement détruite pour permettre la construction d’un bâtiment plus vaste) fut faite, en commun, par les évêques de Cambrai et de Liège: Etienne de Liège (901-920) et
376
FOLCUIN, Gesta abbatum Lobbiensium, XXXVI; ed. PERTZ, p. 72 = FOLCUIN, Miracula Ursmari, IV; ed. HENSCHENIUS, p. 563. Sur la date de ce miracle (964-965), supra, n. 368. Ce Gosbertuspraepositus, mentionné par Folcuin comme s’il était encore en vie, a été omis par WARICHEZ dans la liste qu’il dresse des prévôts de Lobbes (Lobbes, p. 135, n. 5).
377
Acte inédit de Théoduin, évêque de Liège: A. E. Mons, Arch. eccl., ms. 33 (cartulaire de Lobbes), f° 135; cfr. WARICHEZ, Lobbes, p. 133-134, n. 4. Cet acte cite successivement de monacbis Reginardus decanus et de clericis Gislebertus decanus.
378
FOLCUIN, Gesta abbatum Lobbiensium, XXXV; ed. PERTZ, p. 72 = FOLCUIN, Miracula Ursmari, VIII; ed. HENSCHENIUS, p. 564.
379
FOLCUIN, Gesta abbatum Lobbiensium, XL; ed. PERTZ, p. 73 = FOLCUIN, Miracula Ursmari, V; ed. HENSCHENIUS, p. 563.
380
Miracula Ursmari, XVI; ed. HENSCHENIUS, p. 565 (chapitre écrit du vivant de Folcuin).
381
Miracula Ursmari, XXIV; ed. HENSCHENIUS, p. 589 (chapitre écrit après 1090).
382
Acte de 1069; ed. MATTHIEU, Leernes, p. 536.
383
BOUTEMY, Olbert. Voir aussi G. CAMBIER, L’école juridique de Lobbes et la genèse doctrinale des Investitures, dans: Rencontres, 1959, 1-2, p. 93-97.
384
En dernier lieu, notice dans le Monasticon Belge, V: Province de Luxembourg. Liège, 1975, p. 9-83, aux p. 32-36 (P.-P. DUPONT et A. DESPY-MEYER).
385
BERLIÈRE, Ministère paroissial, p. 241, JI. 24 (avec bibliogr.).
386
J’ai regroupé ailleurs les données relatives à l’architecture de l’abbaye de Lobbes à l’époque mérovingienne; cfr. infra, p. 315-317.
132
Dodilon de Cambrai (888-901/911), ce qui donne la date de 901-911387. Cette consécration sanctionne des travaux commencés bien auparavant, peut-être même au milieu du IXe siècle388. Il fut alors fait largement usage de matériaux de remploi, probablement romains, notamment des colonnes et des chapiteaux389. Tout comme la première église, le plan de la seconde (basilical?)390 ne peut être précisé valablement; on sait avec certitude que le bâtiment avait un clocher391 et un cloître392. Folcuin donne quelques détails sur l’agencement intérieur393. Aux environs de l’an mil, Heriger fit construire, à l’ouest de l’église, une chapelle dédiée à saint Benoît et consacrée par Notger394.
Cette église pré-romane, dont Folcuin célébrait la beauté, fut jugée trop petite pour répondre aux nouveaux besoins du culte395. Au début du XIe siècle, commencèrent les travaux de la troisième abbatiale – qui ne fut détruite qu’en 1550396 -: une première consécration date de 1036397 mais, faute de ressources, c’est sous l’abbatiat d’Adélard (1053-1077) seulement que l’édifice fut terminé. Adélard fut l’un des premiers, selon
387
La consécration par Etienne de Liège et Dodilon de Cambrai a été consignée par des inscriptions sur les bases des colonnes; les termes suggèrent que chaque évêque a consacré une partie de l’église (FOLCUIN, Gesta abbatum Lobbiensium, XVIII; ed. PERTZ, p. 62: in basibus columnarum, quis quam partem dedicaverit, inpromptu est cernere). C’est sans raison que J. Coenen parle de croix inscrites (COENEN, Lobbes, p. 26). Sur la date, FOLCUIN, Gesta abbatum Lobbiensium, XVIII et Gesta episcoporum Cameracensium, I, 65 (ed. BETHMANN, p. 424).
388
S. Brigode (Architecture, p. 112-113; Lobbes, IV, p. 10-11) s’appuie surtout sur une affirmation de Folcuin: banc ergo novellam dedicationem, ne forte iterata aut antea infecta fuerit, si quis requirit, paucis absolvemus (Gesta, XVIII; ed. PERTZ, p. 62), pour proposer une date vers 800; celle-ci semble beaucoup trop précoce. De même J. Coenen parle d’une construction consécutive aux invasions normandes, mais n’avance aucun argument probant (COENEN, Lobbes, p. 25-26). Une datation aux environs de 850 semble vraisemblable.
389
FOLCUIN, Gesta abbatum Lobbiensium, XVIII; ed. PERTZ, p. 62. Voir les déductions et remarques de COENEN, Lobbes, p. 25-26; BRIGODE, Architecture, p. 111-112 et Lobbes, p. 9-10; GENICOT, Eglises mosanes, p. 77; KUBACH-VERBEEK, II, p. 677.
390
Hypothèse raisonnable de COENEN, Lobbes, p. 26; BRIGODE, Architecture, p. 113; BRIGODE, Lobbes, p. 10; GENICOT, Eglises mosanes, p. 77 et n. 3.
391
Voir le chap. XXIX des Gesta de Folcuin qui mentionne une cloche donnée par Folcuin à l’église Saint-Pierre (ed. PERTZ, p. 71).
392
FOLCUIN, Gesta abbatum Lobbiensium, XXVI et XXIX; ed. PERTZ, p. 68 et 70: hocillo lapide cinxit et facta contignatione, asseribus cum ferreis clavis texit; sur ceci, BRIGODE, Architecture, p. 114 et Lobbes, p. 11. Coenen mélange les informations de Folcuin et celles des Annales Laubienses, a° 1162, qui valent pour la troisième abbatiale (COENEN, Lobbes, p. 27; cfr. aussi le catalogue Friihe Holzkirchen im nôrdlichen Europa. Hambourg, 1982, p. 542 où Lobbes, située dans le département du Bas-Rhin, est erronément identifiée avec Laubach).
393
FOLCUIN, Gesta abbatum Lobbiensium, XXIX; ed. PERTZ, p. 70-71. Eléments repris par COENEN, Lobbes, p. 26-27; WARICHEZ, Lobbes, p. 292-298; BRIGODE, Lobbes, p. 10-11.
394
Gesta abbatum Lobbiensium continuata, II; ed. ARNDT, p. 309: (Herigerus) construxit hoc oratorium ad occidentalem ecclesiae plagam, in honorem sancti Benedicti, quod ab eodem Nothgero episcopo dedicari fecit. Les doutes de S. Brigode (Architecture, p. 156, n. 2; Lobbes, p. 11, n. 4) semblent excessifs: les termes indiquent bien une chapelle intégrée dans l’église.
395
STIENNON, Art carolingien, p. 224.
396
BRIGODE, Architecture, p. 156; BRIGODE, Lobbes, p. 12-13.
397
Gesta abbatum Lobbiensium continuata, V; ed. ARNDT, p. 310: anno ordinationis eius IVqui erat ab incarnatione Domini MXXXVI, tertio dedicatur ecclesia Lobiensis idibus februarii, ab Reginardo Leodiensi et Gerardo Cameracensi episcopis.
133
toute apparence398, à utiliser délibérément les voyages des reliques pour financer les travaux de construction d’une église. En 1060, les reliques d’Ursmer furent transpor-tées en Flandre où elles suscitèrent un extraordinaire engouement populaire399. Les quelques renseignements dont nous disposons sur cette abbatiale indiquent qu’il s’agissait d’une église de type mosan, avec avant-corps massif contenant deux chapelles occidentales400; la couverture de bois fut remplacée par des ardoises401.
2.
L’église
cimétériale et paroissiale Notre-Dame, puis Saint-Ursmer
Comme l’église carolingienne a survécu (avec quelques additions de la fin du XIe siècle ou du début du siècle suivant) et qu’à ce titre, elle revêt une importance décisive pour la compréhension et la connaissance de l’architecture du Haut Moyen Age, la bibliogra-phie relative à Saint-Ursmer est très vaste402 (pi. III, a et fig. 3).
Il est inutile de revenir sur les nuances du raisonnement (aujourd’hui unanimement accepté) qui conduisit Simon Brigode à voir dans la plus grande partie de l’église actuelle (la nef et les deux transepts), une construction carolingienne, consécutive à Yelevatio des reliques d’Ursmer, en 823, par Halitgaire, évêque de Cambrai et Fulrad, abbé de Lobbes403 et datant donc probablement du milieu du IXe siècle404. Folcuin ne parle, à aucun moment, de travaux à l’église Saint-Ursmer405; ce qui permet a silentio
398
P. HELIOT et M.-L. CHASTANG, Quêtes et voyages de reliques au profit des églises françaises au Moyen Age, dans: R. H. E., LIX, 1964, p. 789-822 et LX, 1965, p. 5-32; surtout p. 796 et 801. Voir aussi BRIGODE, Lobbes, p. 12. P. Heliot et M.-L. Chastang omettent de considérer les voyages (antérieurs à celui de Lobbes) des reliques de saint Ghislain vers 930 (cfr. D’HAENENS, Gérard de Brogne, p. 111) et ceux des reliques de saint Dodon à Wallers, au milieu du Xe siècle (Vita Dodonis, XIII; ed. DE BUCK, p. 636). Autre exemple de voyage de reliques omis par Heliot et Chastang, le cas de saint Taurin à Gigny, vers 1158; cfr. J.-CL. SCHMITT, Le saint Lévrier. Guinefort, guérisseur d’enfants depuis le XIIIe siècle. Paris, 1979, p. 145-149 (et n. 15, p. 147). Sur la quête itinérante comme phénomène hagiographique, voir, par ex., M.HEINZELMANN, Translationsberichte und andere Quellen des Reliquienkultes. Turnhout, 1979, p. 83 ou G. PHILIPPART, L’édition médiévale des légendiers latins dans le cadre d’une hagiographie générale, dans: Hagiography and Médiéval Literature. A Symposium. Odense, 1981, p. 127-158, à la p. 134.
399
Voir le récit des nombreux miracles effectués en 1060, édités sous le titre Historia miraculorum in circumlatione per Flandriam (écrit anonyme contemporain: c. 1060): ed. HENSCHENIUS, AA SS, Avril, II (ed. PALME, 1866), p. 570-575 et extraits: ed. HOLDER-EGGER, MGH SS, XV, 2, p. 837-842. Sur le but de ce voyage – double: affirmer les droits de Lobbes sur ses possessions en Flandre et attirer les donations – voir Gesta abbatum Lobbiensium continuata, VI; ed. ARNDT, p. 311. Sur le rôle d’Adélard dans l’achèvement de l’abbatiale, ibidem: venerabilis igitur abbas opus intermissum tandem repetiit, nec instar prioris recens aedificium consummasse contentus; suit la description de nombreuses additions: une chapelle Saint-Jean-Baptiste à l’Ouest, un cloître au Nord, un puits.
400
BRIGODE, Architecture, p. 156; BRIGODE, Lobbes, p. 11-12; COENEN, Lobbes, p. 28-29.
401
Annales Laubienses, a° 1162; ed. ALEXANDRE, p. 105: Hoc anno ecclesia Lobbiensis, quaeprius ligneis ac vilibus tegulis operta fuerat, lapideis et tegulis ornari coepit.
402 Infra, p. 315-317.
403
FOLCUIN, Gesta abbatum Lobbiensium, X; ed. PERTZ, p. 60. – J. Pycke (Fulrad, col. 316) doute- sans raison, à mes yeux – de la bonne information de Folcuin sur ce point.
404
Par ex. BRIGODE, Architecture, p. 116-117; BRIGODE, Lobbes, p. IV-V et 15-16; GENICOT, Eglises mosanes, p. 78.
405
On cite volontiers, pour démontrer l’existence de travaux à Saint-Ursmer, au milieu du Xe siècle, un passage de Folcuin (Gesta abbatum Lobbiensium, XXVI; ed. PERTZ, p. 68): quem inermem (-Oduinum) ab ipsis sanctorum sepulchris, que tune forte patebant, (Raginerus) extrahit. Cette
134
Fig. 3 Plan de l’église Saint-Ursmer de Lobbes. D’après GENICOT, Eglises mosanes, p. 50, fig. 42. a. Vers 830; b. 1076-1105; c. sans date; d. remanié 1076-1095
d’attribuer les modifications observables par Pexamen du monument (tour-clocher et l’ensemble choeur-crypte actuel) au prévôt Olbaud dans le dernier quart du XIe siècle. L’église carolingienne, à trois nefs aux supports alternés406 et deux transepts, reprend les caractéristiques connues de l’architecture du IXe siècle: porche avec large tribune occidentale, inclinaison à 30° de la toiture au vaisseau, absence de tout décor mural, porche axial407. Le choeur oriental à chevet plat, était légèrement surélevé408; un puits y était creusé409. Tout récemment, Luc Genicot a proposé, avec d’excellents arguments, de rattacher à l’église proprement dite, une crypte orientale extérieure qui aurait servi de base aux travaux d’Olbaud410; c’est dans cette crypte, où se trouvaient les sarcophages d’Ursmer, d’Ermin et d’Hidulphe411, que se pressaient les pèlerins412.
interprétation (par exemple, GENICOT, Eglises mosanes, p. 49 et n. 79; HEITZ, Architecture carolingienne, p. 159 et p. 247, n. 44) semble abusive puisquepatebant, en latin classique, se traduit de façon générale par »être ouvert, être accessible, … « et peut donc faire allusion à un manque de surveillance des tombeaux d’Ursmer et d’Ermin, restés accessibles, et non à des travaux et à un chantier qui auraient laissé ouverte la crypte de l’église.
406
Voir
, en ce sens, BRIGODE, Architecture, p. 124-126; BRIGODE, Lobbes, p. 27-28; GENICOT, Eglises mosanes, p. 49. La découverte d’un chapiteau pré-roman est particulièrement importante: TOLLE-NAERE, Sculpture, p. 266; M. C. LALEMAN, Lobbes, Kapiteel, dans: Benedictus en zijn monniken, III, p. 30, n° 395.
407
GENICOT, Eglises mosanes, p. 49; HEITZ, Architecture carolingienne, p. 159-160; STIENNON, Art carolingien, p. 224. Mention de l’atrium au milieu du Xe siècle; cfr. supra, n. 226.
408
Sur le choeur primitif, BRIGODE, Architecture, p. 131-132 et Lobbes, p. 32-33 qui rectifie certains avis de LEMAIRE, Lobbes, p. 17-20.
409
Miracula Ursmari, XVII; ed. HENSCHENIUS, p. 566 (fin Xe siècle). Cfr. COENEN, Lobbes, p. 34-35; GENICOT, Eglises mosanes, p. 51.
410
GENICOT, Cryptes extérieures, p. 343-344 (et déjà GENICOT, Eglises mosanes, p. 133 et KUBACH-VERBEEK, II, p. 677 et 681; auparavant encore COENEN, Lobbes, p. 36-37 et A.VERBEEK, Die Aussenkrypta. Werden einer Bauform des friihen Mittelalters, dans: Zeitschrift fiir Kunstgeschichte XIII, 1950, p. 7-38 (p. 29, n° 25).
411
Infra, p. 317.
412
Miracula Ursmari, XVI; ed. HENSCHENIUS, p. 565 (vers 980-990).
135
C’est dans l’église du IXe siècle que se réfugièrent les moines de Lobbes lors des incursions hongroises de 954-955; ce qui constitue une preuve implicite de la solidité de l’édifice pré-roman413.
La continuatio des Gesta de Folcuin décrit longuement les modifications faites à l’église Saint-Ursmer par le prévôt Olbaud, sous l’abbatiat d’Arnoul (1078-1093)414; l’évêque de Liège procéda à la consécration du nouvel édifice le 20 janvier 1095415. L’effort d’Olbaud porta d’une part sur la tour de façade, d’autre part sur l’agrandisse-ment de l’ancien choeur, qui s’avance ainsi sur l’ancienne crypte extérieure, elle aussi remaniée416. Cette nouvelle disposition de la crypte, exactement contemporaine des travaux d’aménagement de la crypte Saint-Feuillen de Fosses, est évidemment à expliquer par les exigences du culte des reliques417. C’est aussi de la fin du XIe siècle que datent la construction du cloître (ou d’un nouveau cloître), d’un oratoire dédié à saint Nicolas et d’un autel Saint-Lambert dans la crypte418.
3. Lyéglise Saint-Paul
La seule mention d’une église Saint-Paul (dont on ne connaît d’ailleurs pas la fonction) au Haut Moyen Age est donnée par Folcuin qui rapporte que, lors des incursions hongroises de 954, l’église Saint-Pierre fut épargnée mais que l’église Saint-Paul, située non loin de l’église abbatiale et, probablement, dans l’enceinte claustrale, fut incendiée419. Folcuin la fit recouvrir et lui annexa une domus infirmorum*10. On ne sait rien sur son plan421.
4.
L’église Saint-Jean à »Beaumont«
Sur la rive droite de la Sambre, sur une colline nommée Beaumont, fut édifiée sous Folcuin, une église Saint-Jean sur laquelle on ne dispose pas de renseignements architecturaux précis422.
413
FOLCUIN, Gesta abbatum Lobbiensium, XXV; ed. PERTZ, p. 65-67. Cfr. D’HAENENS, Hongrois, p. 434 et 438-439; GENICOT, Eglises mosanes, p. 283.
414
Gesta abbatum Lobbiensium continuata, VII-VIII; ed. ARNDT, p. 311-313.
415
Gesta abbatum Lobbiensium continuata, VIII; ed. ARNDT, p. 313.
416
GENICOT, Eglises mosanes, p. 51-52 et 132-134; BRIGODE, Lobbes, p. 35-42 (crypte et choeur) et 42-48 (tour); BRIGODE, Architecture, p. 157-164 et 165-168; COENEN, Lobbes, p. 35-37.
417
M. C. LALEMAN, Lobbes, dans: Benedictus en zijn monniken, III, p. 35-37, n°400.
418
Gesta abbatum Lobbiensium continuata, VII-VIII; ed. ARNDT, p. 311-313.
419
FOLCUIN, Gesta abbatum Lobbiensium, XXV; ed. PERTZ, p. 67: ecclesia Sancti Pauli incensa et ecclesia maiori temptata sed miseratione Dei salvata.
420
FOLCUIN, Gesta abbatum Lobbiensium, XXIX; ed. PERTZ, p. 70: (Folcuinus) ecclesiam Sancti Pauli quam Hungari incenderant, retexit, cui domum infirmorum annexit.
421
COENEN, Lobbes, p. 27, n. 1.
422
FOLCUIN, Gesta abbatum Lobbiensium, XXX; ed. PERTZ, p. 71. Contrairement à ce qu’affirme COENEN, Lobbes, p. 27, n. 1, cette église a bien été achevée: l’acte pontifical de 990 parle du mons bellus ubi ecclesia Sancti Iohannis nunc est sita (ed. Vos, Lobbes, I, p. 437).
136
CHAPITRE IV:
L’ABBAYE SAINT-PIERRE – PUIS SAINT-BERTUIN –
DE MALONNE
A. L’ABBAYE DE MALONNE À L’ÉPOQUE MÉROVINGIENNE
La seule source de l’histoire de l’abbaye de Malonne pour la période antérieure à la fin du IXe siècle est la Vita latine du saint fondateur de l’abbaye, l’anglo-saxon Bertuin1. La date de rédaction de la Vita Bertuini2 ne peut être établie avec certitude: la langue de l’hagiographe dénote assurément une époque antérieure à la »renaissance« carolin-gienne dont on peut considérer qu’elle se fait sentir dans la première moitié du IXe siècle3. Un terminus post quem donné par la Vita est la mention d’un roi Pépin4; le
1
E
n plus de la Vita, on dispose aussi d’un chapiteau mis au jour par le frère Marien (Malonne, p. 192 et pi. XIII, fig. 1) qui en fait un reste de la «deuxième* église, c’est-à-dire celle du Xe siècle. Comme rien n’atteste la destruction de l’église à la fin du IXe siècle et que, vu le caractère fruste du chapiteau, les critères stylistiques indiquent seulement une période pré-romane, on peut en faire mention ici. Prudente, L. TOLLENAERE (Sculpture, p. 278-279) ne se prononce pas sur la date de cette pièce, alors que KUBACH-VERBEEK (Romanische Baukunst, II, p. 740) la placent vers 1200. Par ailleurs frère Marien (Malonne, p. 190-191) rapporte la découverte, lors des travaux autour de la fontaine dite de saint Bertuin, de murs et de squelettes et propose d’y voir les restes de la première abbatiale de Malonne. Enfin, un peigne liturgique conservé autrefois dans le Trésor de l’abbaye de Malonne et aujourd’hui au Musée d’Art religieux et d’Art mosan de Liège (cfr. pi. I, a-b), a été considéré comme ayant appartenu à Bertuin (MARIEN, Malonne, p. 207-209; chanoine DUBOIS, Le peigne de saint Berthuin de Malonne et les peignes liturgiques, dans: B. S. A. H. D. Lg., IV, 1886, p. 97-122; BARBIER, Malonne, p. 115-118; BARBIER, Bertuin, p. 47-51). On attend toujours une étude sérieuse sur cette intéressante pièce archéologique qu’un premier examen situe, à mes yeux, à l’époque carolingienne, alors que F. Swoboda penche plutôt pour une fabrication islamique du XIIIe ou du XIVe siècle (!) (Trésors du Musée d’Arts religieux et mosan de Liège. Paris, 1981-1982, p. 19-20, n°4: cette datation ne semble pas compatible avec le contexte historique et religieux de ce peigne). – C’est à tort que G. Marlot (Metropolis Remensis Historia sive supplementum Flodoardi. Reims, 1679, II, p. 13) identifiait des reliques conservées à Mouzon, comme étant celles de saint Bertuin. Il s’agit de la moitié du corps de saint Bertulfe de Renty, acquise en 975 à Gand par l’archevêque Adalbéron de Reims; cfr. HUYGHEBAERT, Bertulfe, p. 133-134 et 141.
2
L
a Vita prima – seule utilisée ici – a été éditée par L. VAN DER ESSEN (Vita de saint Bertuin, p. 18-23), puis par W. LEVISON (MGH SSRM, VII, p. 177-182); c’est d’après cette édition que je citerai la Vita. Sur les autres textes hagiographiques relatifs à saint Bertuin, voir HELIN, Index, n°341 ; BARBIER, Malonne, n.
I
(p
. 7); Vie des saints et des bienheureux, XI: Novembre (Paris, 1954), p. 326-327 et surtout VAN DER ESSEN, Etude, p. 83-91 et BAIX, Bertuin, col. 1110; sans oublier COENS, Malonne, p. 130-139. Résumé français de la Vita Bertuini prima: BARBIER, Malonne, p. 7-19 et BARBIER, Bertuin, p. 3-17. On négligera la notice sur Bertuin dans: Pays de Namur, n° 62, mars 1979, p. 22.
3
Au
x arguments donnés par VAN DER ESSEN (Etude, p. 87-89), on ajoutera l’archaïsme de l’orthographe; aux exemples de vocabulaire archaïque, on ajoutera le motparochia cité dans le sens de »diocèse« (chap.
II
et IV; ed. LEVISON, p. 182).
4
Vit
a Bertuini, XIII; ed. LEVISON, p. 182.
137
coup d’Etat de Pépin en 751 donne donc un point de départ assuré. Que l’on considère cette mention comme un anachronisme renvoyant à Pépin II ou une formule faisant référence à Pépin III, importe peu ici: dans le premier cas, il faut que l’idée de la royauté de Pépin et de la dynastie carolingienne soit suffisamment établie pour permettre l’anachronisme; dans le second, on considérera que Bertuin survécut longtemps à sa rencontre avec Pépin et que l’hagiographe raconte, un certain temps après5, la mort du saint; ce qui, dans les deux hypothèses, renvoie au dernier quart du VIIIesiècle au plus tôt. On placera donc, faute d’arguments plus probants, la rédaction de la Vita à la fin du VIIIesiècle ou au début du siècle suivant6.
1.
La vie de saint Bertuin, d’après la Vita Bertuini
Anglo-saxon d’origine noble et fortunée, Bertuin7 fut élevé dans le monastère d’Otbell8, haeréditas etpossessio du saint; une éducation et une vie parfaite font de lui un modèle (chap. I). Au retour de l’office funèbre célébré à la mort de l’évêque dont dépendait Otbell, les prêtres et les habitants du diocèse proposent l’épiscopat à Bertuin qui, après de nombreuses hésitations, accepte. En tant qu’évêque, il parcourt villes et régions (provintias), évangélise les populations, détruit des temples et des idoles et construit9 monastères et églises; il protège les pauvres, les infirmes, les veuves et les orphelins; il réalise des guérisons spectaculaires (chap. II). Une nuit, un ange lui apparaît et lui enjoint de s’exiler vers une terre étrangère et de construire une habitation dans la grande forêt de la Marlagne10 (saltu magno qui vocatur Maghligno); Bertuin s’enquiert de la situation de ce lieu qu’il ne connaît pas. A une description très précise11, l’ange ajoute que Bertuin devra non seulement édifier une cellula mais aussi une église (ecclesia) dédiée à Notre-Dame et qu’il aura à évangéliser la population
5
L
a Vita Bertuini, (XIII-XIV; ed. LEVISON, p. 182) évoque, en effet, de nombreuses activités de Bertuin entre sa rencontre avec Pépin et son décès.
6
I
I y a consensus entre les savants pour la datation de la Vita, même s’ils divergent sur la date de l’activité de Bertuin. VAN DER ESSEN (Etude, p. 89) place encore la rédaction de la Vita au VIIIe siècle, mais après le milieu de ce siècle; LEVISON (MGH SSRM, VII, p. 176), suivi par FRANK (Klosterbischôfe, p. 143), préfère les trois premiers quarts de IXe siècle. Aucun élément positif ne permet de trancher entre la fin du VIIIe siècle et le début du IXe.
7
L
e nom Bertuin est bien d’origine anglo-saxonne (FÔRSTEMANN, Altdeutsches Namenbuch, I, p. 297); voir aussi COENS, Malonne, p. 138-139 à propos de la forme Berahtuuine dans un psautier du XIe siècle.
8
L’emplacemen
t du monastère d’Otbell est inconnu; W. LEVISON (MGH, SSRM, p. 178, n. 2) propose Outwell en Norfolk et se demande s’il ne s’agit pas du même lieu que VUtuuella cité dans le Domesday Book, II, 60. Je considère l’hypothèse de Brouette (Feuillen, col. 1345), selon laquelle Bertuin aurait pu être un moine missionnaire de l’abbaye de Fosses, sans aucun fondement.
9
L
a Vita utilise l’expression restaurare curabat; à prendre l’hagiographe à la lettre, il faut donc supposer une destruction ou un abandon des sanctuaires avant l’action de Bertuin, c’est-à-dire vers 650. A rapprocher du chap. VI de la Vita Vedasti, composée vers 643-646 par Jonas de Bobbio (ed. KRUSCH, p. 40^-410).
10
Vita Bertuini, III; ed. LEVISON, p. 179: Surge, vir sanctissime Bertuine, quia oportet te peregrinare in terra aliéna atque longinqua et ibipraeparare habitaculum tuum in saltu magno, qui vocatur Maghligno (…). ROLAND (Toponymie, p. 221-228) donne les formes dérivées du nom de la Marlagne (»grande forêt*); voir aussi GYSSELING, Namurois bilingue, p. 207-209.
11
Vita Bertuini, III; ed. LEVISON, p. 179: profiscere trans mare partibus Europae provintiae Galliae, et perquire fluvium Samber, rivolum Landuvii.
138
locale (chap. III). Le lendemain matin, Bertuin fait venir ses parents12, leur lègue ses
biens propres13 en les répartissant équitablement et donne le reste aux pauvres, veuves
et orphelins. Il ne garde que quelques reliques, des livres sacrés (libros canonicos) et des
serviteurs qui l’accompagneront pendant son voyage H. Il fait alors ses adieux à ses
ouailles et part, malgré les pleurs et les prières (chap. IV). Arrivé à la mer où un navire
avait été préparé pour lui15, il s’embarque avec ses disciples (discipuli) et bénéficie
d’une traversée favorable. L’ange lui apparaît une seconde fois et lui ordonne de se
rendre avant toute chose à Rome, d’y demeurer deux ans16. Ce que fait Bertuin (chap.
V). A son retour de Rome, il remonte la Sambre depuis Namur; arrivé au Landoir, il
s’enquiert de son chemin auprès d’un gardien de troupeau17 et s’installe dans la forêt
qui lui avait été décrite18 (chap. VI).
A cette époque, une pieuse dame, nommée Roga19, possédait la villa de Fia-
12 Vita Bertuini, IV; ed. LEVISON, p. 179: accersivitparentes et cognatos atque omnes consanguineos suos et
tradidit illis heriditatem suam, monasteria scilicet et praedia et divisit illis unicuique, prout voluit. A
noter le sens large donné à la parenté.
13 Le pluriel monasteria – pour autant qu’il ne corresponde pas à une amplification hagiographique –
indiquerait, une nouvelle fois, le rôle de l’aristocratie dans la christianisation à l’époque mérovingienne.
Quant \praedium, on doit y voir une partie de villa; cfr. pour une période bien plus tardive, GENICOT,
Economie rurale, I, p. 74 et n. 1.
14 Vita Bertuini, IV; ed. LEVISON, p. 179: Nihil secum retinuit nisi tantum libros canonicos et reliquias
sanctorum et puer os, qui in eius aderant obsequium.
15 La mention du bateau prêt à traverser la Manche concorde avec la fréquence des liens entre l’Angleterre
et le continent pendant le Haut Moyen Age (cfr. notamment E. SABBE, Les relations économiques entre
l’Angleterre et le continent au Haut Moyen Age, dans: Le Moyen Age, 1950, p. 169^193 ou,
récemment, LAN WOOD, The Merovingian North Sea. Alingsâs, 1983). Le type de bateau utilisé – décrit
ici avec un léger anachronisme de la part de l’hagiographe – ne peut être déterminé puisque la Vita précise
seulement l’existence de voiles et de rames.
16 Vita Bertuini, V; ed. LEVISON, p. 180: Surge velociter, quia oportet teprius Romam ire et in eadem urbe
biennium clausum commorari; on peut remarquer ici le mot clausum qui évoque – comme, plus loin, le
clausum du chap. XIII – la tendance érémitique de Bertuin. Sur les voyage à Rome – à la foi topos et
réalité – , voir L. GOUGAUD, Sur les routes de Rome et sur le Rhin avec les »peregrini« insulaires, dans:
R. H. E., XXIX, 1933, p. 253-271 ou, plus récemment, B.COLGRAVE, Pilgrimages to Rome in the
seventh and eighth Centuries, dans: Studies in Language, Literature and Culture of the Middle Ages and
Later, ed. E. B. ATWOOD, A. A. HILL et al. Austin, 1969, p. 156-172 ainsi que A. D’HAENENS, Aller à
Rome au Moyen Age. La dynamique de l’attraction romaine avant le XIVe siècle, dans: Bulletin de
l’Institut Historique Belge de Rome, L, 1980, p. 93-129; ANGENENDT, Irische peregrinatio, p. 61-63 et
72-75.
17 Le motpastor n’indique pas nécessairement un pâtre, un gardien de moutons, mais doit être pris dans un
sens plus large.
18 Vita Bertuini, VI; ed. LEVISON, p. 180: Denique cum regressus fuisset ab urbe Roma, pervenit oppido
Namuco ad locum, ubifluvius Samber dirivatur in alveo Mosae. Tune demum cepit proficisci iuxta litus
fluminis Samber et pervenit usque rivolum Landuvii et (…) secutus est crepidinem rivoli et pervenit ad
locum usquepraefatum et nihil reperit nisisaltum magnum etfrutecta densissima veprium et spinarum et
latibula ferarum et speluncas latronum et habitationes demonum. La description de la forêt comme
repère de brigands et refuge de bêtes féroces est plausible mais il s’agit plus vraisemblablement d’un
topos hagiographique. A la fin du chap. VI, l’hagiographe mentionne aussi la bénédiction de l’eau et,
après une citation biblique, utilise l’expression classique, inadéquate ici, castra metatus est.
19 Vita Bertuini, VII ; ed. LEVISON, p. 181 : erat quaedam matrona religiosa nomine Roga in villa Hlopanna,
et haec erat possessio. A rapprocher des termes de la Vita Hadelini, XIII; ed. BOLLANDUS, p. 380:
quaedam potens matrona, nomine Aquila, cujus tune erat Anthegia villa notissima.
139
winne20; elle accorde à Bertuin la permission de s’établir à l’endroit élu, mais Bertuin préfère s’assurer – en offrant une relique à Roga – h possessio du site de la future abbaye pour procurer un refuge aux peregrini à venir (chap. VII)21. Bertuin, aidé par ses serviteurs et des voisins, défriche la forêt et commence à construire son habitation et une église; l’endroit où s’élève cette dernière est désigné par un miracle (chap. VIII). Le fer venant à manquer pour la construction du toit de l’église, Bertuin se rend à Nivelles chez le praeses Erpon22 et, grâce à un miracle, peut emporter une grande quantité de métal23 (chap. IX). Sur le chemin du retour, il multiplie le vin24 (chap. X). Le lendemain, il guérit, grâce à ses prières, un enfant dont les jambes avaient été fracturées par un chariot (chap. XI); un autre jour encore, il guérit, par un signe de croix, un pauvre blessé (chap. XII). Odacre, prince du roi Pépin25, qui résidait dans la villa de Floreffe, donne à Bertuin une possessio le long du Landoir; il conduit le saint
20
Sur la toponymie de Flawinne, voir ROLAND Toponymie, p. 253-254; L. REMACLE, Colonisation germanique et toponymie wallonne, dans: B. C. R. T. D., XIII, 1939, p. 64-80, aux p. 66-68; GYSSELING, Namurois bilingue, p. 205-207.
21
Vita Bertuini, VII; ed. LEVISON, p. 181: Denique flagito: in loco, quem elegerit animus tuus, praepara habitaculum tuum. Et ille: »Nolo ita, ut dicis; sed obsecro te, utpignus accipias et sit mihi inpossessionem, ut peregrini et successores qui post me venturi sunt, habeant susceptionem et hospitium*. Le texte semble clair: Bertuin a acheté la possessio de Malonne contre une relique (pignus accipias)-, le sens depignus ne peut être contesté (NIERMEYER, Lexicon, p. 797). Ce détail, qui montre l’importance des reliques au Haut Moyen Age, peut, bien sûr, avoir été créé par l’hagiographe pour dissimuler une vente ou un marché plus équilibré à nos yeux.
22
Personne n’a, me semble-t-il, proposé d’identification pour ce praeses Erpon; EBLING (Prosopographie, p. 146) cite seulement un Erpo neustrien du tout début du VIIesiècle. Pourtant, un mandement, daté du 3 septembre 643, par lequel Sigebert III tranche en faveur de Cunibert, évêque de Cologne, un litige présenté au plaid royal (ed. COENS, Sigebert III, p. 373-374; cfr. OEDIGER, Kôln, I, p. 22, n° 39) est souscrit par Erpon (Erpo recognovit et subscripsit). COENS (Sigebert III, p. 375) n’identifie pas, non plus, ce référendaire Erpon. Le rapprochement, pourtant, s’impose; le terme praeses de la Vita Bertuini ne doit, bien sûr, pas être compris dans son acception technique (cfr. HEIDRICH, Titulatur, p. 101) mais indique un fonctionnaire important. On trouverait dès lors, dans cette identification, la confirmation d’une hypothèse de P. Bonenfant (Malonne, p. 188) pour qui Erpon serait »un comte qui, pour une raison ou pour une autre, aurait reçu l’administration ou la jouissance du domaine … de Nivelles* (Bonenfant écrivait domaine »abbatial«, ce qui est abusif). En septembre 643, Sigebert III était sous la coupe de Cunibert et de Grimoald (infra, p. 321); la présence d’Erpon zu placitum de 643 puis, trente ans plus tard, dans la terre pippinide de Nivelles s’explique donc aisément. On remarquera aussi que c’est après avoir rencontré Erpon et le princeps Odacre (Vita Bertuini, IX et XIII) que Bertuin est reçu par Pépin IL
23
Cet épisode a été commenté par HOEBANX (Nivelles, p. 68 n. 7) et par BONENFANT (Malonne). P. Bonenfant montre que Niviella est Nivelles en Brabant et évoque la permanence de l’industrie du fer à Nivelles au Moyen Age. Ce dernier point appelle quelques réserves; cfr. une étude annoncée de G. Despy sur les chartes de franchise du duc de Brabant Henri Ier, qui corrigera, sur ce point, G. DESPY et L. ZYLBERGELD, Jodoigne ou Genappe? Sur une charte de franchise d’Henri Ier de Brabant (1211), dans: A. S. A. Niv., XX, 1968, p. 7-31, à la p. 19.
24
Tout ce miracle est directement calqué sur la Bible, comme l’indique aussi la mention de douze disciples.
25
Le princeps Odacre semble inconnu; aucune mention n’en est faite, notamment dans EBLING, Prosopographie. LEVISON (MGH, SS RM, VII, p. 176), qui place l’activité de Bertuin dans la deuxième moitié du VIIIe siècle, se croit autorisé à proposer une identification avec le missus Audacrus, mentionné vers 788; cette hypothèse ne doit pas être retenue (cfr. BAIX, Bertuin, col. 1109). Comme c’était déjà le cas pour le praeses Erpon (supra, n. 22) et le rex Pépin II (infra, n. 32-34), le terme princeps ne doit pas être pris dans son acception technique (cfr. HEIDRICH, Titulatur, p. 78-86).
140
devant le roi Pépin qui lui donne la possessio de cinq villae2b. Bertuin termine alors sa petite habitation pourvue d’un oratoire; il y vit enfermé27 et prêche la bonne parole au peuple qui se presse vers lui (chap. XIII). Sentant sa mort prochaine, il fait venir les frères qui vivaient dans le même monastère28 et leur fait ses adieux29. Les frères psalmodient30 et pleurent; Bertuin meurt. Ses disciples ensevelissent le saint à l’endroit où il fait encore, ajoute le biographe, de nombreux miracles (chap. XIV).
2.
La
valeur de la Vita Bertuini
Dans l’optique du présent travail, deux niveaux de valeur sont à considérer. Le premier tient à la valeur historique de la Vita; le second au contexte politique et religieux de sa rédaction au début de l’époque carolingienne.
La valeur historique du récit et l’activité de Bertuin à Malonne d’abord. Le seul indice chronologique strict donné par la Vita réside dans la mention de Pépin et des donations qu’il aurait faites à Bertuin31. Les auteurs, on l’a vu, se divisent cependant pour savoir s’il s’agit de Pépin III comme y invite la triple mention de son titre de rex52 ou, comme le veut la tradition33, de Pépin II, qualifié abusivement de rex par l’hagiographe; cet anachronisme ne serait pas exceptionnel34. Le contexte général indique plutôt la deuxième moitié du VIIe siècle que le milieu du VIIIe: en effet, les fondations monastiques de la Sambre datent toutes du milieu du VIIe siècle alors que la dernière abbaye fondée au diocèse de Maastricht-Liège avant le IXe siècle semble être
26
Vita Bertuini, XIII; ed. LEVISON, p. 182: Tune demum deduxit illum ad regem Pipinum et retulit ei, quicquid acciderat. Tune Pipinus rex suscepit illum cum magna diligentia et dédit illipossessiones villas V.
27
A
rapprocher du clausum du chap. V (supra, n. 16) et du in quibus solus orasset du chap. I. Sur ceci, par ex. E. VAN WINTERSHOVEN, Recluseries et ermitages dans l’ancien diocèse de Liège, dans: B. S. S. L. L., XXIII, 1905, p. 97-158 (aux p. 140-141).
28
Vita Bertuini, XIV; ed. LEVISON, p. 182: Cumque adpropinquasset dies exitus sui, convocavit fratres, qui in eodem aderant coenobio … ; avec la mention de fratres, plus loin dans le même paragraphe, ce passage est le seul qui évoque une destination monastique de Malonne.
29
A rapprocher de la Vita Hadelini (XVI; ed. BOLLANDUS, p. 381).
30
Cette insistance sur la psalmodie (ceperunt fratres psallere cumfletu et ipse pariter psallebat) peut être mise en relation avec l’introduction de la liturgie romaine dans nos régions; cfr. DUCHESNE, Origines, p. 106-108.
31
Tous les autres noms propres cités (Odacre, Roga ou même le monastère d’Otbell), étant inconnus, ne peuvent donc être retenus comme termini chronologiques. Si l’on accepte l’identification proposée ci-dessus n. 22, la présence d’Erpon qui accueille Bertuin à Nivelles renverrait à la seconde moitié du VIIe siècle.
32
Vita Bertuini, XIII; ed. LEVISON, p. 182. Aux mentions citées supra, n. 26, on ajoutera Odacrus, princeps régis Pipini. C’est l’hypothèse retenue, notamment par LEVISON (MGH SS RM, VII, p. 176), par SEMMLER (Pippin III, p. 90) et par FRANK (Klosterbischôfe, p. 143).
33
En dernier lieu, par exemple, M.S. DUPONT-BOUCHAT et P.P. DUPONT, dans: Dictionnaire des communes de Belgique, Wallonie, I, p. 929. Parmi des dizaines d’exemples: A. RIMOLDI, Bertuino, dans: Bibl. Sanctorum, III (Rome, 1963), col. 137-139; PETITJEAN, Flawinne, p. 11 et 12; BARBIER, Malonne, p. 17, n. 2 et 19; JACQUES, Rétablissement, p. 165 et 188; ROUSSEAU-COURTOY, Malonne, dans: Excursions, p. 86-87; DEREINE, Chanoines réguliers, p. 232; COENEN, Abbayes de la Sambre, p. 58; BOVESSE-LADRIER, A travers …, p. 212; MARIEN, Malonne, p. 188; BERLIÈRE, Coup d’oeil, p. 447 et 517; DESPY, Floreffe, p. 191-192; BARBIER, Bertuin, p. 16-17.
34
Même anachronisme dans la Vita Hadelini (IX; ed. BOLLANDUS, p. 379: ad aures Pipini gloriossimi tune temporis régis), où il s’agit indiscutablement de Pépin II; cfr. DIERKENS, Vita Hadelini p. 615, n. 9.
141
celle d’Aldeneik, dans la première moitié du VIIIe siècle et, plus précisément, à la charnière des deux premiers quarts de ce siècle35. De plus, dans nos régions, la période d’arrivée massive de missionnaires anglo-saxons, irlandais ou aquitains est bien le VIIe siècle. Aucune certitude n’est cependant possible. Toutefois, de l’avis général36, la Vita est de bonne valeur et, abstraction faite des clichés hagiographiques traditionnels, des rappels bibliques et du véritable thème de propagande présentant une figure idéale d’évêque, comporte des éléments historiques qui peuvent être considérés comme bien attestés: l’origine anglo-saxonne de Bertuin (et peut-être des éléments biographiques de son activité en Angleterre), son installation à Malonne37 qui dépendait alors de Flawinne, les donations de Pépin et d’Odacre, la construction d’une église et d’une habitation pourvue d’un oratoire38, la communauté religieuse établie autour de Bertuin39.
La Vita écrite au début de la période carolingienne, s’inscrit dans un contexte politique bien déterminé: celui de la reprise en main par l’épiscopat et la hiérarchie chrétienne, de la vie religieuse. Dès lors, on comprend pourquoi la Vita Bertuini comprend, en plus d’éléments de dévotion ponctuels, un développement long et circonstancié sur le rôle de l’évêque dans son diocèse (Bertuin comme évêque-modèle); c’est là un véritable programme de politique religieuse, fort différent des touches anodines relatives à l’activité de Bertuin comme missionnaire ou des allusions insignifiantes sur le rôle de Bertuin, comme moine et comme abbé. Il n’apparaît pas toujours possible, par conséquent, de savoir ce qui, dans le récit de l’épiscopat de Bertuin en terre anglo-saxonne, correspond à la réalité historique et ce qui ressortit plutôt à la projection dans le passé et dans l’espace de l’image du bon évêque. La personnalité de l’hagiographe ne peut, quant à elle, être qu’approximativement cernée: proche du pouvoir épiscopal et peut-être aussi du pouvoir royal, il devait avoir bien connu l’abbaye de Malonne comme l’indiquent, sans équivoque, la sûreté de ses descriptions géographiques et la précision de ses notes topographiques40.
35
DIERKENS, Aldeneik, p. 419-424; WERNER, Lùtticher Raum, p. 175-184.
36
Opinion contraire: BAIX, Bertuin, col. 1109.
37
On remarquera ici que le nom même de Malonne n’est jamais cité dans la Vita Bertuini prima, qui évoque seulement la Marlagne (chap. III et VI).
38
La Vita Bertuini fait très nettement la distinction entre les deux endroits sacralisés; annoncée dans le chap. III (construere cellulam tuam et aedificare ecclesiam), reprise dans le chap. VIII (cellulam et ecclesiam; locum in quo ecclesiam debuerat construi), elle est explicite dans le chap. XIII: après avoir construit l’église (chap. VIII et IX) et une cellule (chap. VIII, X, XI et XIII), Bertuin prépare un habitaculum parvum cum oratorio. Une nouvelle fois, le parallèle avec la Vita Hadelini s’impose: Hadelin, arrivé à Celles, y construit habitaculum et oratoriolum (VII; ed. BOLLANDUS, p. 379).
39
A comparer avec la Vita Hadelini, XVI; ed. BOLLANDUS, p. 381. La seule mention d’une communauté religieuse est faite lorsque le saint, mourant, appelle ses disciples à ses côtés.
40
On a parfois voulu identifier l’auteur de la Vita Bertuini prima avec un moine de Malonne; par exemple, VAN DER ESSEN, Etude, p. 90. La démonstration de GYSSELING, Namurois bilingue, p. 208 selon qui la Vita Bertuini serait »issue de la plume d’un auteur germanophone* ne me semble pas devoir être prise en considération.
142
B. L’ABBAYE DE MALONNE À L’ÉPOQUE CAROLINGIENNE
Pour l’abbaye de Malonne à l’époque carolingienne, on ne possède qu’un élément sûr; car on ne peut considérer comme valable le texte des Gesta episcoporum Leodiensium abbreviata, du milieu du XIIIesiècle41, qui parle d’une destruction par les Normands en 881-882 et d’une réédification comme chapitre de chanoines séculiers, à l’initiative des évêques de Liège42.
Cet élément sûr est un argument a silentio: Malonne n’est pas citée dans le texte du traité de Meersen de 87043. Certains historiens-particulièrement]. Dhondt, M. Gys-seling et J. Verbeemen – avaient proposé d’identifier Y abbatia de Maalinas avec Malonne44, mais leur démonstration n’emporte pas l’adhésion. La thèse tradition-nelle, défendue en dernier lieu par Paul Bonenfant en 1959, est la seule qui puisse être retenue: Maalinas est bien Saint-Rombaut de Malines, dont la dépendance directe par rapport au diocèse de Liège est attestée par un acte de Charles le Simple de 912-915 et un passage des Gesta abbreviata des évêques de Liège45.
Dès lors l’absence de Malonne en 870 établit que l’abbaye n’était pas royale mais bien épiscopale46. Cette conclusion est d’autant plus importante que la première mention explicite de Malonne comme possession de l’évêché de Liège date seulement de 100647. On comprendrait également mieux pourquoi en 919 ou en 920, l’évêque de Liège Etienne s’est arrêté à Malonne, si cette abbatia appartenait déjà alors à son évêché48.
41
Gesta episcoporum Leodiensium abbreviata; ed. HELLER, p. 130. Sur ce texte et la mention de Malonne (abbatia s. Marie, s. Pétri sanctique Bertuini Maloniensis), voir infra, p. 330-331.
42
Ce texte est pris à la lettre, notamment en ce qui concerne Malonne, par de nombreux auteurs, par ex. BARBIER, Malonne, p. 21; BARBIER, Bertuin, p. 19; JACQUES, Rétablissement, p. 188; DEREINE, Chanoines réguliers, p. 232-233; COENEN, Abbayes de la Sambre, p. 58; MARIEN, Malonne, p. 191; BAIX, Bertuin, col. 1109. Cfr. aussi infra, p. 144.
43
Annales Bertiniani, a° 870; ed. GRAT-VIELLARD-CLEMENCET, p. 172-174. Sur ce texte, voir infra, p.328-329.
44
GYSSELING, Namurois bilingue, p. 207, n. 1 (hypothèse due à J. Dhondt); M. GYSSELING, Een onderzoek naar de etymologie van Mechelen, dans: Mechelse Bijdragen, XI, 1949, p. 16-18 à la p. 18; J. VERBEEMEN, De vroegste geschiedenis van Mechelen, Anvers, 1953 (= Tijdschrift van Geschiedenis en Folklore, XVI, 1953), p. 74, n. 33; J. VERBEEMEN, Meersen, p. 182-183. A remarquer que M. Gysseling, dans son Toponymisch Woordenboek (I, p. 655, 656 et 674), omet toute référence au Maalinas de 870.
45
BONENFANT, Malines, p. 106-107 (avec les n. 52-53). Sur l’acte de Charles le Simple, voir infra, p. 149-151; sur le texte des Gesta abbreviata, voir infra, p. 330-331.
46
Bibliographie sur ce point, infra, p. 328-329.
47
Ed. BORMANS-SCHOOLMEESTERS, Cartulaire de Saint-Lambert, I, p. 25-27, n° XVIII. On notera au passage que Malonne n’est pas citée parmi lespossiones capitales de l’évêché en 980 (ibidem, p. 19-20, n° XIV): cette absence – qui avait abusivement fait supposer à F. Rousseau que »le monastère de Malonne (est) entré un peu avant 1006 dans le patrimoine de Saint-Lambert* (ROUSSEAU, Actes, p. XXXIX) -plaiderait pour la faible importance de Malonne au Xe siècle.
48
Virtutes Eugenii, VIII; ed. MISONNE, p. 263,1.11 (texte de la fin du Xe siècle; cfr. infra, p. 203). De ce texte, on peut déduire l’existence de chemins entre Fosses et Malonne (egrediens a Fossensi coenobio, pervenit Magloniam itinereprospero) et entre Malonne et Brogne (chemin emprunté de nuit et donc bien établi).
143
C. L’ABBAYE DE MALONNE AUX Xe ET XIe SIÈCLES
Ensuite, les sources sont muettes jusqu’en 1147, date où l’évêque Henri de Leez fonde à Malonne une abbaye de chanoines réguliers de l’ordre de Saint-Augustin49.
Cet acte nous apprend notamment qu’en 1147, l’abbaye de chanoines séculiers de Malonne50 connaissait d’importantes difficultés (ruine des bâtiments, atteintes au patrimoine, profanation des autels) et que le prévôt du chapitre, Brunon, s’étant incliné devant les admonestations épiscopales d’Albéron II et d’Henri de Leez, obtint d’être relevé de ses fonctions51. Henri de Leez suit alors une proposition d’Alexandre, évêque de Plock en Pologne, et confie au frère d’Alexandre, Gauthier, prévôt du chapitre épiscopal de Plock52, la direction de la nouvelle communauté canoniale, régulière cette fois, de Malonne; il maintient à l’abbé de Malonne, la fonction de chapelain épiscopal53.
On peut dès lors supposer qu’au XIe siècle, le chapitre de chanoines séculiers de Malonne connut une profonde décadence matérielle et, peut-être, spirituelle54. Le parallèle avec l’histoire de l’abbaye de chanoines séculiers – devenus réguliers en 1144-d’Aulne est significatif55.
49
Ed. BARBIER, Malonne, p. 279-281, n°l. Bibliographie complémentaire dans DEREINE, Chanoines réguliers, p. 232-235 et 263; dans BARBIER, Malonne, passim et dans BERLIÈRE, Monasticon Belge, I, p. 140-148.
50
On ne sait quand l’abbaye bénédictine fondée par Bertuin fut transformée en chapitre de chanoines séculiers. Il s’agit probablement d’une conséquence du passage de Malonne aux mains des évêques de Liège, qu’on pourrait dès lors placer à la fin du IXe ou dans la première moitié du Xe siècle. Ces dates recoupent celles du témoignage des Gesta abbreviata des évêques de Liège, dont on ne peut cependant retenir l’explication (cfr. supra, p. 143). Voir aussi infra, n. 55.
51
Acte de 1147; ed. BARBIER, Malonne, p. 279-280: Inter coeteros autem religionis occasus, parietum lapsus, distractiones fundorum, sacrilegas denudationes altarium, praepositus ecclesiae Maloniensis Bruno, super destructione eiusdem ecclesiae a nobis fréquenter commonitus, tandem ad nos accessit, et sicut temporis foelicis memoriaepraedecessoris nostriAlberonis episcopi, ita quoque ad humilitatis nostrae consultum eiusdem ecclesiae enormem et miserabilem desolationem, silentium et solitudinem retulit, atque ab eius cura, cui subvenire non poterat, absolvi petiit et impetravit.
52
Sur l’origine de ces deux personnages, formés au diocèse de Liège avant d’émigrer en Pologne, voir – en plus d’études de L. Genicot et de J. Stiennon sur les rapports entre pays mosan et Pologne au Moyen Age – DEREINE, Chanoines réguliers, p. 233, n. 5 et F. ROUSSEAU, L’expansion wallonne et lorraine vers l’Est aux XIeet XIIesiècles, dans: Les Dialectes Belgo-Romans, I, 1937, p. 171-198, aux p. 184-185.
53
Acte de 1147; ed. BARBIER, Malonne, p. 280: Et Gualtero (…) ecclesiae curam commisimus, quatenus… canonicos iuxta beati Augustini regulam in ea ordinaret et cum numerus fratrum exposceret, abbas loci eiusdem par manum nostram investiretur, qui iuxta morem ipsius ecclesiae inter coeteros capellanos mihi et successoribus meis, cum necesse fuerit, assister et. Sur l’abbé de Malonne comme chapelain de l’évêque de Liège, voir KUPPER, Liège, p. 237-238.
54
Dereine (Chanoines réguliers, p. 233) insiste sur la différence entre la décadence matérielle et le relâchement moral des clercs, tout en concédant que les deux évolutions sont le plus souvent liées.
55
DEREINE, Chanoines réguliers, p. 231-232; ce n’est qu’en 1147 que des Cisterciens s’installent à Aulne, consacrant ainsi l’échec de la brève tentative d’Albéron II et de l’abbé Raoul (cfr. DEVILLERS, Aulne, p. 371-373). Sur ceci, voir, en dernier lieu, ARNOULD, Aulne, p. 3-4 et passim.
144
r
CHAPITRE V:
DEUX PETITS ÉTABLISSEMENTS RELIGIEUX
DE LA VALLÉE DU VIROIN:
SALLES ET COUVIN (IXe-Xe SIÈCLES)
Bien que la vallée du Viroin soit, en principe, hors de Pespace géographique de cette étude, il a cependant été jugé utile de dire quelques mots de deux petits établissements religieux qui s’y sont développés à la fin du IXeet au Xesiècle. Le prieuré de Couvin, en effet, intervient directement dans l’histoire des origines de Brogne et l’abbaye bénédictine de Salles présente un cas remarquable de fondation à la frontière de deux diocèses, de deux archevêchés et de deux comtés.
A. L’ABBAYE BÉNÉDICTINE NOTRE-DAME DE SALLES
Grâce à une étude capitale de G. Despy *, on sait aujourd’hui que la charte de fondation du chapitre de Chimay par Erlebold, datée de 8872, est un faux rédigé au chapitre de Chimay à la fin du XIIe siècle dans un but politique déterminé: celui d’assurer le passage définitif dans la seigneurie de Chimay (diocèse de Cambrai et comté de Hainaut) du domaine de Salles (diocèse de Liège et comté de Namur)3. G. Despy a, par ailleurs, montré que le noyau du faux acte de 887 était un acte vrai daté du 6 des ides de septembre (8 septembre) 8884 par lequel Erlebold fondait une abbaye bénédictine dédiée à Notre-Dame, dans son domaine de Salles5. C’est cette abbaye de Bénédictins que saint Gérard tenta, en vain, de réformer; cette action du fondateur de Brogne se place vraisemblablement après le retour de Gérard dans son abbaye en 9536 mais on ne peut exclure tout à fait une date plus précoce, par exemple, vers 930-931, sous l’influence de Gislebert7.
1
DESPY
, Chimay, p. 115-128.
2
Su
r cette charte de fondation, voir surtout J. DHONDT, Examen des diplômes anciens concernant Chimay, dans: Publications de la Société d’Histoire et d’Archéologie du pays de Chimay, IV, 1938, p. 7-25 et J. DHONDT, Note sur Pacte de fondation de Sainte-Monégonde de Chimay, dans: B. C. R. H. CVII, 1942, p. 321-335. Les conclusions de J. Dhondt, définitivement ruinées par l’article de G. Despy, avaient été soumises à rude critique par M.-A. ARNOULD, Les origines du chapitre de Chimay, dans: R. B. P. H., XXIV, 1945, p. 586-590.
3
DESPY
, Chimay, surtout p. 121-122 et 125.
4
DESPY
, Chimay, p. 118: Actum villam Salas publiée, VI id. septembr., anno primo excellentissimi Arnulphi régis, c’est-à-dire 888 et non 887, puisque Arnoul ne devint roi qu’en novembre 887.
5
O
n trouvera dans l’article de DESPY, Chimay, p. 118-119, les éléments qui permettent de reconstituer l’acte privé d’Erlebold, bâti sur le modèle de la donatio ad casam Dei des Formulae Lindenbrogenses (ed. ZEUMER, p. 266-267, n°l).
6 Infra, p. 218, 242-243 et 247.
7
Hypothès
e de MISONNE, Salles, p. 269, apparemment suivie par DESPY, Chimay, p. 120-121.
145
Selon G. Despy, la raison de la fondation de Tabbaye de Salles par Erlebold -seigneur dont on ne connaît ni Torigine, ni la résidence principale – serait une conséquence des divisions de PEmpire de Louis le Pieux en 843: »Erlebold, héritier du domaine de Salles, sans doute entré dans sa famille par donation royale, s’était retrouvé, à cause du traité de Verdun de 843, propriétaire de terres en Lotharingie, lui-même étant devenu français; il se débarrassa de son domaine de Salles, situé dorénavant dans le royaume de Lothaire, en y fondant un monastère*8. Il n’y a rien à ajouter à cette hypothèse, si ce n’est, peut-être, qu’en 888, ce n’est pas tant le traité de Verdun qui joue un rôle essentiel que celui de Ribémont (880) qui remplace le fameux traité de Meersen (870) et par lequel le royaume de Germanie s’étend jusqu’à l’Escaut: Erlebold, seigneur »français«, se serait débarrassé de terres germaniques.
De l’existence même du monastère de Salles, on ne sait rien. Il disparut au milieu du Xesiècle sans avoir laissé de traces9. La filiation qu’établissent le faux acte de 887 et une fausse bulle papale de 118710 entre Salles et Chimay11 est probablement née dans l’imagination intéressée du faussaire; les reliques de sainte Monégonde qui auraient été abritées à Chimay après la disparition de Salles ne sont pas attestées avant 1112 et leur ancienneté est sujette à caution12. Dès lors, on doit distinguer deux entités religieuses: l’une, monastère bénédictin, fut fondée en 888 et ne survécut pas au milieu du Xcsiècle; l’autre, chapitre de chanoines séculiers établi à Chimay peut-être vers HOO13, est l’expression de la puissance seigneuriale de la famille de Chimay. Quoi de plus naturel que les faux de »887« et »1182», fabriqués au chapitre seigneurial, servent les intérêts du seigneur local dans sa politique expansionniste14.
8
DESPY
, Chimay, p. 121.
9
O
n a expliqué la disparition de Salles par les invasions normandes, puis par les invasions hongroises (MISONNE, Salles, p. 268), mais cette hypothèse ne peut être retenue; voir D’HAENENS, Hongrois, p. 429 et infra, p. 248, n. 442. Quant aux allégations de certains historiens qui voient se succéder à Salles-Chimay, une abbaye bénédictine, un chapitre de chanoines réguliers suivant la règle de saint Augustin, puis un chapitre de chanoines séculiers (par ex. DEREINE, Chanoines réguliers, p. 234-235), elles se basent sur les actes faux de 887 et de 1182 (infra, n. 10) et ne méritent aucune créance.
10
Ed. DUVIVIER, Actes et documents, II, p. 112. La critique de cette bulle est faite par DESPY, Chimay, qui y voit un faux fabriqué par le chapitre de Chimay à la fin du XIIe siècle, c’est-à-dire en même temps que la falsification de l’acte de 888.
11
Dans le même sens, voir des actes de 1178 et 1182; cfr. DESPY, Chimay, p. 125.
12
Actes de 1112; ed. DUVIVIER, Hainaut ancien, p. 503-505. G. Despy estime que la fausse sainte Monégonde fut » inventée vers 1100 par les chanoines de Chimay qui expliquèrent son acquisition en trafiquant la date de la charte d’Erlebold* ; le corps de la vraie sainte Monégonde, en effet, resta intact – depuis sa mort au VIe siècle – à Tours jusqu’aux destructions des Huguenots au XVIe siècle. On fera cependant remarquer qu’il existe des reliques non corporelles – mais l’acte de »887« parle du corpus de Monégonde – et que dans le domaine voisin de celui de Salles, à Couvin, on vénérait – au début du Xe siècle, au moins – un autre saint de Tours, saint Venant, dont parle Grégoire de Tours.
13
Hypothèse chronologique proposée par DESPY, Chimay, p. 125, sur la base de recherches, encore inédites, concernant la constitution de la seigneurie de Chimay. Cfr. aussi CL. BILLEN, Terre, pouvoir, revenus. La formation de la châtellenie de Chimay, XI^-XH6 siècles, dans: Mélanges Arnould, I, p. 5*-74.
14
Voir la double explication de G. DESPY, Chimay, p. 125, qui met en évidence les intérêts convergents des seigneurs de Chimay (se donner un ancêtre carolingien, Erlebold, et démontrer que la terre de Chimay aux environs de 1200 existait, telle quelle, déjà à la fin du IXe siècle) et du chapitre seigneurial (créer le culte de sainte Monégonde, augmenter son temporel, bénéficier de droits paroissiaux nouveaux).
146
B. COUVIN, PRIEURÉ DE L’ABBAYE SAINT-GERMAIN-DES-PRÉS
Le domaine de Couvin (Cubinium in pago Laumense) fut donné à la célèbre abbaye parisienne de Saint-Germain-des-Prés entre 829 et 872; probablement s’agit-il d’une donation de Louis le Pieux avant sa mort en 84315. En 872, en tout cas, Couvin est rattaché à la mense conventuelle de Saint-Germain16. La gestion de cette terre éloignée devait être confiée à quelques moines; la production locale était envoyée à Saint-Germain, soit directement en nature soit en espèces, somme obtenue par la vente sur place.
Quelques renseignements complémentaires sont donnés par les Virtutes Eugenii17; ils se rapportent à des événements qui se sont déroulés aux environs du 10 au 15 août 919, lors du transfert des reliques d’Eugène de Saint-Denis à Brogne18. Lorsque Gérard arriva à Couvin – la première villa en diocèse liégeois qu’il rencontrait après la traversée de l’évêché de Laon -, il dut abandonner les reliques pendant quelques jours, le temps d’obtenir la permission de l’évêque régulier de les transférer à Brogne19. Il confia la garde de son précieux bagage aux deux moines de Saint-Germain20 qui assuraient l’office divin en l’honneur de saint Venant et qui étaient chargés de la gestion du domaine de Couvin21. Ces deux moines (monachi ex monasterio sancti Germani) étaient seuls délégués du monastère parisien; en aucun cas, il ne s’agit d’une communauté monastique22.
En plus de l’intérêt intrinsèque de ces renseignements, deux éléments retiennent l’attention. D’abord, la présence, à Couvin, de reliques d’un saint illustre, abbé de Saint-Martin de Tours au VPsiècle; on a expliqué leur transfert de Paris (où elles se seraient trouvées dès la fin du VP siècle) à Couvin, par la crainte qu’à la fin du IXe siècle on éprouvait à Paris envers les agressions normandes. Cette hypothèse mettrait en
15
Diplôme de Charles le Chauve, daté de Saint-Denis, le 20 avril 872 (ed. TESSIER, Charles le Chauve, II, p. 305-312, n°363). Cet acte se présente comme une confirmation d’un acte de Louis le Pieux de 829, mais celui-ci ne mentionne pas Couvin; cfr. MISONNE, Couvin, p. 34, qui défend l’hypothèe d’une donation par Louis le Pieux, mais après 829. Je crois plutôt à une donation de Charles le Chauve lui-même comme y invite la formule: sicut in praefato genitoris nostri precepto continetur ac nostro.
16
Ed. TESSIER, Charles le Chauve, II, p. 309-310: delegamus eis has villas infrascriptas: (…) Cubinium etiam in pago Laumense. Cfr. DESPY-BILLEN, Couvin, p. 21 et MISONNE, Couvin, p. 33-34. On signalera ici que Jean-Pierre Devroey a sur le métier une nouvelle étude de la région de Couvin au IXe siècle, basée notamment sur des documents hagiographiques trop vite oubliés.
17
Virtutes Eugenii, V-VI; ed. MISONNE, Miracles, p. 262-263 (et traduction: MISONNE, Couvin, p. 34-35). Ce récit fut amplifié, en 1074, par la Vita Gerardi, (XI; ed. HEINEMANN, p. 661-662). Voir infra, p. 227-228.
18
Les reliques quittèrent Saint-Denis le 29 juillet et arrivèrent à Brogne le 18 août (cfr. supra, p. 222-223). En tenant compte du temps du voyage de Gérard, de Couvin à Liège (aller et retour) et du chemin du cortège solennel de Couvin à Brogne, les dates du 10 (pour l’arrivée) et du 15 août (pour le départ) doivent être proches de la réalité. MISONNE (Couvin, p. 35) propose les environs du 15 août.
19
Sur cette démarche rendue indispensable par un canon du concile de Mayence en 813, voir HERRMANN-MASCARD, Reliques, p. 181-182 et MISONNE, Couvin, p. 37.
20
Les Virtutes Eugenii (V; ed. MISONNE, p. 262) précisent le nom de ces moines, Wérembert et Ermar. L’hagiographe tenait ce récit de bonne source, peut-être même de la bouche de Wérembert.
21
MISONNE, Couvin, p. 37, retient seulement une charge liturgique; cependant la gestion domaniale semble aussi une tâche importante.
22
MISONNE, Couvin, p. 37.
147
évidence la quiétude de la vallée du Viroin pendant la période d’invasions normandes, mais elle n’est pas étayée de façon suffisante23. La seconde constatation tient à la terminologie: pour désigner un prieuré, une cella monastique, l’hagiographe du Xe siècle (tout comme le diplôme de la fin du IXe siècle) utilise le terme neutre de villa24, également employé, en 969, pour désigner Hastière, prieuré de Sainte-Glossinde de Metz25.
La présence monastique de Saint-Germain à Couvin prendra fin à la fin du Xesiècle: l’abbaye parisienne cède cette villa à Robert II, roi de France26, pour être assignée en dot, avec d’autres biens, à sa soeur Hadwige, fille de Hugues Capet, lors de son mariage avec Régnier IV, comte de Hainaut27.
23
Le parallèle avec le cas de Salles-Chimay se base, en effet, sur une interprétation dépassée de la charte de fondation de Sainte-Monégonde; voir, parue après le dépôt du manuscrit de dom Misonne, l’étude de DESPY, Chimay. Cfr. supra, p. 145-146.
24
Supra, n. 16 et 17. A remarquer la n. 23 de MISONNE, Couvin, p. 39, sur le prieuré d’Ossogne, dépendance de Fleury attestée au début du XIIe siècle: en aucune façon on ne peut imaginer que les moines de Saint-Germain seraient venus habiter Ossogne (Misonne prend ainsi le contre-pied de BERLIÈRE, Monasticon, I, p. 57 qui suivait C. G. ROLAND, Manuel du pèlerin de Saint-Hilaire à Matagne-la-petite. Beauraing, 1886, p. 17-18).
25
Infra, p. 157.
26
On doit ici relever la présence à Couvin, prieuré de Saint-Germain, d’une relique provenant de Saint-Martin-de-Tours; les deux abbayes étant détenues depuis le début du Xe siècle par les Robertiens, il ne s’agit peut-être pas là d’un rapprochement fortuit. Quant au passage d’un bien de Saint-Germain à Robert II, abbé laïc de cette abbaye, il s’explique de façon évidente.
27
Charte du roi de France Phihppe Ier de 1061; ed. M. PROU, Recueil des actes de Philippe Ier, roi de France. Paris, 1908, p. 38-41, n° XIII: causa igitur sororis dédit ipsi comiti (= Rainerio comiti Montensium) quasdam villas sancti Vincentii et sancti Germani super Mosam positas; videlicet Cuvinum, Fraxinum, Nimam, Evam, Bens,pro quarum commutatione reddidit monasterio predictorum sanctorum villam sepius nominatam cumbis … Cfr. aussi MISONNE, Couvin, p. 39; DESPY-BILLEN, Couvin, p. 24; DESPY-ROUWEZ, Couvin, p. 66 (dans ces deux articles, on lira évidemment Robert II et non Robert Ier).
148
CHAPITRE VI:
LES ABBAYES NOTRE-DAME D’HASTIÈRE ET NOTRE-DAME
DE WAULSORT
A. L’ABBAYE NOTRE-DAME D’HASTIÈRE
Sur l’histoire de l’abbaye d’Hastière, dans la première moitié du Xe siècle, deux actes surtout méritent un examen attentif: l’un, un diplôme de Charles le Simple daté des années 912-915, entérine la donation d’Hastière à Saint-Lambert de Liège; l’autre, un acte de l’évêque de Metz Adalbéron Ier de 945, montre comment, au mépris des dispositions de 912-915, Hastière appartint au temporel de l’évêché de Metz avant d’être rattaché à la mense conventuelle de l’abbaye Sainte-Glossinde de Metz. L’acte impérial d’Otton Ier pour Waulsort (969) comprend un second dispositif relatif à Hastière; je montrerai qu’il s’agit d’une interpolation du milieu du XIesiècle. On peut cependant dater des environs de 969, le rattachement d’Hastière à l’abbaye de Waulsort, faisant de celle-là un prieuré de celle-ci. Les fondements même du long conflit entre les deux abbayes mosanes peuvent ainsi être expliqués de façon décisive et, je crois, neuve, fort différente en tout cas de la version tendancieuse et peu crédible de la chronique de Waulsort au milieu du XIIe siècle.
1.
Avant le rattachement à Vabbaye de Waulsort (969)
a. Les sources diplomatiques
al. L’acte de Charles le Simple (912-915)1
Charles le Simple, à la requête des comtes et marquis Régnier et Robert, et d’un autre Robert, concède à l’Eglise de Liège, l’abbaye d’Hastière sur la Meuse, dans le comté de Lomme, tenue par le comte Wéry (Wideric ou Wigeric) en vertu d’un précepte royal, à condition que cette abbaye et une autre, dépendant également de l’Eglise de Liège (Tongres), Saint-Rombaut sur le Démer, au comté de Ryen, soient possédées par ledit
1
Ce
t acte ne porte aucune date, ni de lieu ni de temps. Néanmoins, les termes utilisés dans la suscription et la présence du comte Régnier permettent d’établir une date entre 911 et 915: LAUER, Charles le Simple, p. 146, n. 1; BONENFANT, Malines, p. 98-99. On peut préciser encore: le titre rex Francorum, non complété par la formule vir illustris, apparaît seul, pour la première fois, dans les actes de Charles le Simple, le 11 juin 913 alors que la double titulature figure encore dans un diplôme du 12 avril 912: cette dernière date donne donc un terminus post quem indiscutable (FONT-REAULX, Charles le Simple, p. 32-33; J. DE FONT-REAULX, Propos sur les diplômes des derniers Carolingiens, dans: Recueil de travaux offerts à Cl. Brunel. Paris, 1955,1.1, p. 425-435, à la p. 431). Il semble abusif de considérer 913 comme terminus ante quem comme J. de Font-Réaulx (Charles le Simple, p. 43), suivi par R.-H. Bautier (Robert Ier, p. XCIV). On notera au passage qu’en 912-915, l’évêque de Liège était Etienne, ancien élève de l’évêqucde Metz Robert; ces liens entre évêques ont pu jouer dans la donation d’Hastière à Liège.
149
Wigéric, son épouse Cunégonde et un de leurs fils, Adalbéron, jusqu’au décès du dernier survivant; après quoi elles reviendront à Liège2.
Cet acte a bénéficié d’une excellente étude – à mes yeux, définitive – de Paul Bonenfant3; dans un article des ^Mélanges Enklaar*, le savant professeur a défendu, contre J. Dhondt et J. Verbeemen surtout4, l’existence de l’abbaye Saint-Rombaut de Malines en 870 et en 912-915. Au passage il a défini avec précision le sens et les implications de l’acte. On peut tenir pour assuré que l’acte de 912/915 est vrai dans sa totalité et n’a pas été interpolé.
L’acte appartient à une catégorie de contrats de précaire et, plus précisément, de precaria rémunérât oria, par lesquels »un donateur recevait en usufruit un bien de l’église, à qui il en donnait un autre, qu’il reprenait également en usufruit à une ou deux vies*5. Dans le cas précis, Wéry donne à Liège Y abbatia d’Hastière et reçoit l’usufruit d’Hastière et d’une autre abbatia de Liège, Malines. Deux faits sont particulièrement intéressants pour l’histoire d’Hastière:
1.
Wéry possédait (habebat) Hastière per preceptum régale-, ce qui suppose un statut d’abbaye royale6. Dès lors, l’absence d’Hastière dans le texte du traité de Meersen peut servir de terminus post quem pour la fondation de celle-ci. Comme par ailleurs, on sait que c’est Wéry qui a fondé Hastière7 et que les grandes lignes de sa vie sont connues8, on peut supposer que la fondation de l’abbaye d’Hastière, par ce puissant comte, dans une de ses possessions excentriques, date du dernier quart du IXe siècle ou des premières années du Xe siècle.
Le site choisi – au centre d’une vaste paroisse située de part et d’autre de la Meuse -est, comme l’ont montré les fouilles de 1885 sous Notre-Dame, un ancien habitat rural gallo-romain et peut-être aussi mérovingien9; non loin de l’abbaye s’élevait l’église paroissiale, ancien centre probable de christianisation du pays mosan10. Le terme
2
Meilleur
e édition: LAUER, Charles le Simple, I, p. 146-148, n° LXV (à laquelle j’emprunte la plus grande partie de l’analyse).
3
BONENFANT
, Malines, p. 96-108.
4
Référence
s données par BONENFANT, Malines, p. 96-97, n. 3-5. Voir aussi supra, p. 143 (Malonne).
5
GANSHOF
, Belgique carolingienne, p. 90; BONENFANT, Malines, p. 102-105 (et la bibliogr. compl. de la n. 33, p. 103).
6
L
e statut d’abbaye royale d’Hastière est aussi suggéré par l’exposé de l’acte de 945 pour Sainte-Glossinde de Metz (ed. WOLFRAM, p. 17); voir infra, n. 25.
7
Entr
e autres témoignages, le plus significatif est que Wéry est enterré à Hastière: nobilis cornes Wigiricus (…) in eodem monasterio ergastulo solutus mortis est traditus sépulture (acte de 945; ed. WOLFRAM, p. 18). L’acte pontifical de 1180 pour Hastière est plus net: cornes Widericus qui cenobium construxit (ed. DESPY, Waulsort, p. 396).
8
Voir
, par exemple, BONENFANT, Malines, p. 98 ou NONN, Hastière, p. 56-59. Les arguments proposés par VANDERKINDERE, Formation territoriale, II, p. 329 et 395 ont été réfutés dès 1905, par R. PARISOT, Sigefroy, le premier des comtes de Luxembourg, était-il le fils de Wigéric? dans: Annales de l’Est et du Nord, I, 1905, p. 76-83. Voir aussi, en dernier lieu, PARISSE, Maison d’Ardenne, p. 19-20 et 23-24 et SCHROEDER, Sigefroid (avec bibliogr. compl.).
9
Su
r ceci, voir DIERKENS, Waulsort-Hastière, p. 8-14.
10
Hastière était au centre d’un domaine mosan, dont on peut supposer qu’il fut précocement touché par le christianisme. Vont aussi dans ce sens le statut d’Hastière, ecclesia plena et intégra et, peut-être, le fait qu’Hastière était un siège de bancroix. A remarquer ici que le faux acte de 656 – falsification faite à Hastière en 1202 (DESPY, Waulsort, p. 412) d’après les actes de 912-915 et de 945 et un privilège pontifical de 1180 – a retenu, en ce qui concerne l’abbaye, une date parfaitement vraisemblable pour la
150
vague dyabbatia ne permet pas de savoir si Hastière était le siège d’un chapitre de chanoines séculiers ou d’une abbaye bénédictine, de moines ou de moniales. On peut toutefois éliminer l’hypothèse d’une église canoniale: la fonction principale des chapitres seigneuriaux fondés aux Xe et XIe siècles est d’ordre paroissial (il s’agit le plus souvent d’organisation, après augmentation de son effectif, du clergé paroissial) et, subsidiairement, cultuelle (développer le culte du saint local); or, à Hastière, on ne connaît aucun pèlerinage particulier pour cette époque et les fonctions paroissiales sont assumées exclusivement par l’ancienne ecclesia mater. C’est donc vraisemblable-ment une abbaye bénédictine que Wigéric fonda à Hastière; des arguments supplé-mentaires vont plutôt dans le sens d’une abbaye de moniales bénédictines11.
2.
Hastière est considérée comme bien familial. L’abbaye passa donc, à la mort de Wéry vers 916-91912, suivie par celle de Cunégonde (elle-même apparentée à Charles le Simple, probablement la nièce du roi)13, aux mains d’Adalbéron avant qu’il ne devienne évêque de Metz en 929 H. A la mort d’Adalbéron, et suivant les clauses même du contrat, Hastière aurait dû devenir possession de Liège. Comme le montrera l’acte de 945, il n’en sera rien, peut-être parce que les événements politiques de Lotharingie et particulièrement le passage de la Lotharingie au royaume de Germanie en 925, ont rendu caduques les dispositions entérinées par Charles le Simple15; peut-être aussi – et surtout – parce qu’Adalbéron considérait Hastière comme son bien propre (Eigenklo-ster).
a2. L’acte d’Adalbéron (Metz, 6 octobre 945)16
Adalbéron I, évêque de Metz, restaure l’abbaye de Sainte-Glossinde de Metz, lui donne l’abbaye d’Hastière qu’il possédait par une donation parentale et confirme la possession de nombreux biens17.
création de l’église paroissiale d’Hastière, mais tout à fait en contradiction avec la légende, alors bien attestée, d’une fondation par saint Materne. Sur l’acte de 656, voir en dernier lieu, NONN, Hastière, p. 52-56; sur la paroisse primitive d’Hastière, DIERKENS, Waulsort-Hastière, p. 8-14.
11
Cette argumentation a été développée dans DIERKENS, Waulsort-Hastière, p. 12-14. Elle permettrait notamment de comprendre d’autant mieux le passage, en 945, de Y abbatia d’Hastière au rang de prieuré dépendant de Sainte-Glossinde de Metz: les moniales qui vivaient à Hastière avant 945 y sont restées mais sous une nouvelle supérieure, une doyenne choisie par l’abbesse de Sainte-Glossinde de Metz. Cfr. infra, p. 158.
12
NONN, Hastière, p. 57; PARISSE, Noblesse lorraine, I, p. 19-23; PARISSE, Maison d’Ardenne, p. 19.
13
BONENFANT, Malines, p. 98; LAUER, Charles le Simple, I, p. 147, n. 1.
14
Sur Adalbéron Ier, voir surtout WICHMANN, Adalbero, p. 104-174 ou, plus récemment, PARISSE, Maison d’Ardenne, p. 20-21 et SEMMLER, Iren, p. 943-946.
15
Hypothèse de DESPY, Waulsort, p. 409, n. 2.
16
La date de l’acte pose un léger problème: actum Mettis publiée sub diepridie nonas octobris, anno VIIII régnante domino Ottone rege féliciter, indiccione III. La neuvième année du règne d’Otton va du 8 août 944 au 7 août 945, alors que l’acte est daté du 6 octobre de l’indiction III (945); un décalage de quelques mois n’est cependant pas exceptionnel. L’année 945 est d’ailleurs la seule qui puisse être prise en considération (cfr. aussi DESPY, Waulsort, p. 8), encore qu’on trouve parfois, dans la bibliographie ancienne, la date de 944.
17
Meilleure édition: WOLFRAM, Urkunde, p. 17-19, qui éclipse l’édition à laquelle on se réfère le plus souvent: CALMET, Lorraine, nv. éd., II, preuves, p. 200-202. Edition partielle: WAMPACH, Urkunden-buch, I, p. 198-200, n° 158 (avec la date inexacte de 944).
151
Personne n’a contesté la véracité de l’acte d’Adalbéron pour Sainte-Glossinde. A bon droit selon moi; la date un peu hésitante ne suffit pas à rejeter l’autorité d’un acte dont le formulaire et le style littéraire sont, en tous points, comparables à ceux des autres actes rédigés à la chancellerie messine, particulièrement par le chancelier Adalhard18.
Il n’est pas nécessaire de reprendre ici toutes les clauses spécifiques à l’abbaye Sainte-Glossinde19, à sa restauration sous la règle bénédictine20 ou à son temporel21. Cependant, on notera que l’abbesse désignée par Adalbéron est sa nièce Himeltrude22 et que, par voie de conséquence, même cédée à Sainte-Glossinde, Hastière ne perdra pas tout à fait son »statut« d’abbaye familiale. De plus, la cession d’Hastière n’est qu’une clause mineure de l’acte23 et est considérée comme une affaire interne du chapitre épiscopal de Metz, ne nécessitant aucun représentant du comté de Lomme, ni du reste de l’abbaye Sainte-Glossinde.
Le très long exposé peut se décomposer en deux parties: la première, d’une ampleur disproportionnée au véritable but de l’acte, concerne Hastière; la seconde est relative aux motifs et aux moyens de la restauration de l’abbaye Sainte-Glossinde. Les raisons de l’insistance mise sur Hastière sont évidentes: il s’agit de cautionner la véritable »rupture de contrat« qu’Adalbéron va provoquer en donnant à Saint-Etienne de Metz d’abord, à Sainte-Glossinde ensuite, un bien qui aurait dû revenir à l’évêché de Liège. Voici ce qu’apprend l’exposé. Entre autres bienfaits (bénéficia) dont il fut gratifié par
18
La liste des chartes d’Adalbéron est donnée par WICHMANN, Adalbero, p. 173-174. Adalhard est attesté comme chancelier peu avant 942 (FRANÇOIS-TRIBOUILLOT, Metz, III, b, p. 60-61), en 942 (CALMET, Lorraine, nv. éd., II, preuves, p. 188-190), en 944 (CALMET, Lorraine, nv. éd., II, preuves, p. 185-187) et dans l’acte de 945 pour Sainte-Glossinde.
19
Sur Sainte-Glossinde, voir, par exemple, N. DORVAUX, Les anciens pouillés du diocèse de Metz. Nancy, 1902 (Mémoires de la Société d’Archéologie et d’Histoire de la Moselle, t. XVIII), p. 297-298; TH. KLAUSER et R. S. BOUR, Notes sur l’ancienne liturgie de Metz et sur ses églises antérieures à l’an mil, dans: Annuaire de la société d’Histoire et d’Archéologie de la Lorraine, XXXVIII, 1929, p. 497-641 (aux p. 582-583); GAUTHIER, Moselle, p. 336-338. Bibliographie complémentaire: H. W. HERRMANN, Zum Stande der Erforschung der frùh- und hochmittelalterlichen Geschichte des Bistums Metz, dans : Rh. V., XXVIII, 1963, p. 131-199 (à la p. 165).
20
Sur la restauration de Sainte-Glossinde par Adalbéron, la source principale est les Miracula Glodesindis, écrits peu après 951 (c’est-à-dire du vivant d’Adalbéron) par l’abbé de Gorze, Jean. Voir surtout le chapitre XLVI (ed. PERTZ, MGH SS, IV (Hanovre, 1841), p. 237-238). A noter la contemporanéité de la ^restauration* de Sainte-Glossinde et de l’appel de Kaddroe, à Metz (voir infra, p. 170 et 174).
21
II n’existe, à ma connaissance, aucune étude du temporel de Sainte-Glossinde. La source principale sur ce temporel est évidemment l’imposante liste de biens, surtout de vignobles restitués ou/et confirmés à Tabbaye, dans la charte de 945.
22
Acte de 945; ed. WOLFRAM, Urkunde, p. 17: neptem nostram Himiltrudem. – Miracula Glodesindis, XLVI; ed. PERTZ, p. 237: domna Himmiltrude sanguine et (…) spiritu sibipropinqua. La concession d’Hastière à Himeltrude est faite, par Adalbéron, quemadmodum mihi genitor meus… Wigiricusfecit; on peut éventuellement penser à un contrat de type viager: Tabbaye aurait fait retour à TEglise de Metz à la mort d’Himeltrude. Cependant l’acte ne se présente pas sous une forme juridique et on imagine mal un pareil type de contrat qui aurait cependant l’avantage d’expliquer pourquoi Tévêque Thierry Ier, en 969, dispose d’Hastière comme d’un bien épiscopal: Himeltrude, mentionnée en 945, puis en 951 (lors de la translation, par Adalbéron, des reliques de Glossinde: Miracula Glossindis, XLVII; ed. PERTZ, p. 238), est morte avant 972, date où apparaît, dans nos sources, l’abbesse Ode (Voda); cfr. Gallia Christiana, XIII, col. 930.
23
On le verra plus loin, le rôle mineur d’Hastière dans l’acte est dissimulé par un exposé très long, destiné à présenter à l’avantage d’Adalbéron, une véritable rupture de contrat.
152
ses parents – leur éloge est par ailleurs fort intéressant24 -, Adalbéron obtint, après le
décès de son père, la possession de Tabbaye Notre-Dame d’Hastière25. Devenu évêque
de Metz, il demande à Otton Ierd’approuver et de sanctionner par un écrit26 la cession
d’Hastière à l’Eglise de Metz. Une grande multitude de proches d’Otton Ier soutient
Adalbéron qui reçoit \epreceptum requis27. Adalbéron dépose, dès son retour, \zcarta
sur l’autel de Saint-Etienne28.
On observera l’habileté d’Adalbéron pour désamorcer toute contestation éventuelle
de la part de l’évêché de Liège: Adalbéron a reçu de ses parents (dono largitioniseorum)
la possession perpétuelle (perpetuis temporibuspossidendam) de Tabbaye. C’est Otton
qui donne Hastière à Metz: ut eam (abbatiam) aecclesie S. Stephani Metensis (…) sue
principalitatis dono redonaret; il y était poussé non seulement par les prières
d’Adalbéron mais encore par celles de tous les ecclésiastiques du palais, qui approuvaient
la démarche d’Adalbéron: nostrispulsatisprecibus omnib usque palacii rectoribus
quorum maximapollebat multitudine dignam nostram esse petitionem affirmante
bus. L’acte, revêtu d’un sceau, est donné par le roi lui-même: preceptum sigillo
roboratum proprio manu porrexit regia, puis est déposé sur l’autel majeur de Metz:
cartam nobiscum allatam prefati martyris Christi (= Stephani) imposuimus altari.
Ce luxe de précautions explique la donation présentée dans le dispositif; Adalbéron
cède à Sainte-Glossinde Tabbaye d’Hastière pour qu’elle soit rattachée en tout temps
(omni tempore) à la mense conventuelle de Sainte-Glossinde: ad prebendam sanctarum
monialium Deo in annotata aecclesia servientium cum omnibus sibi appendiciis
habeatur subiecta. A ce statut de dépendance institutionnelle, Adalbéron ajoute un
statut de dépendance religieuse, faisant ainsi d’Hastière un prieuré de Sainte-
Glossinde : sub nullius regatur arbitrio (terme vague à dessein) nisi cui abbatissa ipsius
loci commiserit et communis generalitas earundem monialium elegerit. Cette cession
comporte néanmoins une difficulté, voire une contradiction: Adalbéron dispose
d’Hastière comme d’un bien personnel (concessi quemadmodum mihi genitor meus
nobilis cornes Wigiricus fecit) alors que l’exposé expliquait la donation à Saint-Etienne
qui, en droit, est devenu le seul propriétaire du bien: Adalbéron ne pourrait, de ce fait,
agir qu’en tant qu’évêque et non en tant que propriétaire. Ceci montre que la donation
24 Adalbéron y présente ses parents comme des personnages très importants du palatium royal (inpalacio
regum suis temporibus existentium inter primores regni), gratifiés de possessions nombreuses par la
bienveillance royale (eorum liberalitate multarum rerum aeprediorum (…)possessores extiterunt): ed.
WOLFRAM, Urkunde, p. 17. Voir aussi PARISSE, Maison d’Ardenne, p. 19-20 (notamment sur la parenté
de Cunégonde avec Charles le Simple).
25 Ed. WOLFRAM, Urkunde, p. 17: post eorum discessum, abbatiam sancte Dei genitricis perpetueque
virginis Mariae in loco Harsterie in comitatu Lotmensi super fluvium Mosae dono largitionis eorum
perpetuis temporibus possidendam promerui.
26 Ed. WOLFRAM, Urkunde, p. 17:… Ottonis … régis adienspresentiam ipsiuspoposci industriam ut eam
(= Hastière) aecclesie S. Stephani Metensis (…) sue principalitatis dono redonaret et auctoritate regiae
dignitatis iterando confirmaret.
27 Ed. WOLFRAM, Urkunde, p. 17: vir bonus (— Otto) retribuit et sui honoris preceptum sigillo roboratum
proprio manu porrexit regia. Cet acte est perdu.
28 Ed. WOLFRAM, Urkunde, p. 17: cartam nobiscum allatam prefati martyris Christi imposuimus altari.
Pour l’appartenance d’Hastière au patrimoine de Saint-Etienne de Metz, on peut négliger le résumé de
l’étude de CL. SIBERTIN-BLANC, Le temporel de l’évêché de Metz, des origines à 960, dans: Positions des
thèses soutenues par les élèves de la promotion de 1935 (de l’)Ecole nationale des Chartes. Paris, 1935, p.
185-194.
153
à Saint-Etienne est une fiction juridique destinée à justifier la libre donation d’Adalbéron à sa nièce, abbesse de Sainte-Glossinde.
Peut-être trouvera-t-on que la nouvelle interprétation que je propose de l’acte de 945, noircit abusivement Adalbéron Ier. Un fait cependant laisse beaucoup à penser: le moment choisi par Adalbéron pour rompre le contrat passé entre Wéry et Saint-Lambert de Liège est particulièrement opportun. Pour la première fois depuis qu’Adalbéron a été élu évêque (en 929), le siège épiscopal de Liège est en effet vacant: Richer meurt le 23 juillet 945 et son successeur Hugues, abbé de Saint-Maximin de Trêves, sera consacré à une date indéterminée, mais encore en 94529. Adalbéron a donc visiblement profité de l’absence d’un évêque qui aurait pu revendiquer Hastière pour son Eglise, afin d’obtenir, en toute hâte, un acte d’Otton Ier (entre le 23 juillet et le 6 octobre, peut-être encore au mois de juillet)30 puis, pour procéder – avec le luxe de précautions que j’ai évoquées plus haut (donation impériale, accord des potentes, protection de saint Etienne, rôle d’intermédiaire fictif joué par l’évêché de Metz) – à la donation définitive d’Hastière à sa nièce et à l’abbaye Sainte-Glossinde31.
29
Sur la mort de Richer, voir, par exemple, Gilles d’Orval (Gesta, XLII; ed. HELLER, p. 52); la totalité des sources s’accorde d’ailleurs sur cette date (cfr. BÔHMER-OTTENTHAL, Regesta, II, p. 66, n° 127a). Sur la nomination d’Hugues, voir, par exemple, la notice vieillie d’A. LEROY, Hugues Ier, dans: Biographie Nationale, IX (Bruxelles, 1886-1887), col. 652-653, les données de STRUBBE et VOET, Chronologie, p. 280 ou de BÔHMER-OTTENTHAL, Regesta, II, p. 66, n° 127a, et surtout KUPPER, Leodium, p. 62-63.
30
L’acte d’Otton Ier est, en effet, perdu (supra, n. 27); mais on ne peut manquer d’être frappé par la similitude entre certaines formes de l’acte épiscopal de 945 et d’un acte d’Otton Ier délivré à la demande d’Adalbéron Ier, à Aix le 13 juillet 945 (ed. SICKEL, MGH DD, I, p. 149-151, D. O.I70): ce dernier diplôme est une confirmation des biens de la mense conventuelle de l’abbaye Saint-Pierre de Gorze. A cause de cette similitude de fond et de forme, on peut supposer qu’Adalbéron Ier, à Aix le 13 juillet, y était encore lorsqu’on annonça, dix jours après, le décès de Richer: ce qu’on sait de l’itinéraire d’Otton Ier entre juillet et octobre 945 ne s’oppose pas à un séjour prolongé à Aix (BÔHMER-OTTENTHAL, Regesta, II, p. 66). On rappellera que, sous Henri II, Gérard de Florennes a été désigné comme évêque plusieurs jours avant que son prédécesseur ne meure et, a fortiori, avant que la nouvelle de cette mort ne parvienne de Cambrai à Aix; cfr. SPROEMBERG-DUVOSQUEL, Gérard Ier, col. 289-291 et infra, p. 270. Il n’y a donc rien d’improbable à ce que le successeur de Richer, Hugues (infra, n. 31), ait été choisi ou désigné avant même le décès de Richer.
31
A ceux qui objecteraient que la vacance du siège épiscopal de Liège ne peut suffire à expliquer l’absence de toute revendication de la part de l’évêché pour récupérer Hastière, on fera remarquer qu’Hugues, abbé de Saint-Maximin puis évêque de Liège, était un ami d’Adalbéron de Metz et que tous deux participèrent au même mouvement de réforme monastique. Voir, en particulier, la consécration de Saint-Maximin, le 13 octobre 942, en présence des principaux responsables du mouvement de réforme monastique: Agenold de Gorze, Archambaud de Toul, Heribert (Harbert) de Metz, etc. L’abbé Hugues devait accorder une prééminence à Adalbéron, puisque c’est lui qui consacre plusieurs autels dans un diocèse qui n’était pourtant pas le sien … Voir Notae dedicationum S. Maximi Treverensis; ed. SAUERLAND, MGH SS, XV, 2 (Hanovre, 1888), p. 1269-1272, en particulier chap. I (p. 1269-1270). Ajouter les remarques d’HALLiNGER, Gorze-Kluny, I, p. 59-60; de MISONNE, Metz et de WISPLING-HOFF, Trier, p. 49. De plus, les liens entre Saint-Maximin et la famille d’Ardenne à laquelle appartenaient Adalbéron Ier et son frère, le duc de Haute-Lotharingie Frédéric, étaient à ce point forts que Sigefroid (le frère de Frédéric et d’Adalbéron Ier) devint avoué de Saint-Maximin à la fin du Xe siècle et, comme Hugues de Liège lui-même (mort le 24 ou 26 janvier 957), fut enterré à Saint-Maximin (PARISSE, Maison d’Ardenne, p. 235; WISPLINGHOFF, Sankt-Maximin).
154
b. Esquisse historique, de la fondation à 969
Fondée par le comte Wéry vers 900, \yabbatia d’Hastière fait, en 912-915, l’objet d’un contrat de précaire avec l’Eglise de Liège qui, devenue propriétaire théorique d’Hastière, n’en a jamais joui. Par clause contractuelle, Hastière resta le bénéfice de Wéry, puis, à la mort de celui-ci, de sa femme Cunégonde et enfin, à la mort de celle-ci, de leur fils Adalbéron. Devenu évêque de Metz, Adalbéron Ier met à profit un moment doublement favorable (vacance de l’évêché de Liège et modifications de frontières entre la France et l’Empire) pour rompre le contrat de 912-915 et pour faire don, en 945, d’Hastière – qu’il considère comme bien patrimonial – à l’abbaye messine de Sainte-Glossinde qu’il venait de restaurer et dont il avait confié la direction à sa nièce Himeltrude.
Que Y abbatia d’Hastière ait abrité, à l’origine, des chanoines, des moines ou, plus vraisemblablement, des moniales, il est sûr qu’avec la donation à Sainte-Glossinde, Hastière perd toute autonomie; réduite au rang de prieuré dépendant directement de l’abbesse et de la communauté religieuse de Sainte-Glossinde, Y abbatia d’Hastière n’est occupée que par quelques moniales.
2.
Le rattachement à Vabbaye de Waulsort (969)
a. L’interpolation de l’acte de 969 (Pavie, 16décembre 969)
En 969, par un acte que j’examinerai plus en détail à propos de Waulsort, Otton Iercède l’abbaye de Waulsort à l’Eglise de Metz32. A la place de la corroboration annoncée par la formule ut autem hec nostri imperialis decreti auctoritas firmior gratiorque … habeatur, on trouve un second dispositif concernant Hastière: par ordre d’Otton (iussimus) l’abbaye d’Hastière est unie à celle de Waulsort et toutes deux, formant une véritable abbaye double, seront dorénavant régies par le même abbé33. Les historiens, dans leur quasi-totalité, ont vu dans ce second dispositif la trace d’une interpolation; G. Despy, seul – ou presque -, a tenté de réhabiliter la totalité de l’acte et d’expliquer qu’en dépit d’indéniables irrégularités, on peut admettre la véracité du diplôme34. Sa longue démonstration n’a persuadé, cependant, ni dom Misonne, ni E. Wisplinghoff qui, indépendamment l’un de l’autre, ont plaidé pour l’interpolation35. G. Despy lui-même s’est, par la suite, déclaré convaincu par les arguments de Wisplinghoff36. Les arguments présentés par dom Misonne et E. Wisplinghoff ne sont, pourtant, pas tous recevables et, en particulier, ne répondent pas à un argument de fond soulevé par G. Despy: le statut d’union et d’abbaye double déterminé par la charte d’Otton est
32
Ed. SICKEL; MGH DD, p. 522 (D. O. I n° 381); ed. DESPY, Waulsort, p. 329-330; ed. MISONNE, Diplôme d’Otton Ier, p. 45-47.
33
Ed. DESPY, Waulsort, p. 330: Iussimus …ut quendam locum Hasteriam nomine olim a sanctissimo decessore suo antistite Adelberone ex proprio hereditatis iure partibus beati iam crebro nominati prothomartiris Stephani delegatum supradicto cenobio gratia solaminis copularet et quoniam proxima vicinitate iunguntur etiam sub unius dicione ordinacioneque abbatis eadem prefata loca, Walciodorus videlicet atque Hasteria, indissolubili connectione necterentur.
34
DESPY, Waulsort, p. 122-130 (avec bibliogr. compl.).
35
MISONNE, Diplôme d’Otton Ier, p. 42-52; E. WISPLINGHOFF, C. R. de DESPY, Waulsort, dans: Le M. A., LXV, 1959, p. 354-359 et dans: Rh. V., XXIII, 1958, p. 312-314.
36
C’est ce qu’a bien voulu, à plusieurs reprises, me confirmer oralement G. Despy.
155
nettement en retrait par rapport à la politique de Waulsort qui s’est efforcée, au contraire, d’établir à son profit la sujétion et la dépendance d’Hastière37; ce qui limite la portée des objections de dom Misonne38.
Sans reprendre ici la totalité d’un dossier diplomatique complexe, je voudrais montrer qu’il y a bien interpolation, mais que celle-ci, loin d’avoir été rédigée à Waulsort pour réduire le rôle de sa voisine, fut ajoutée à Hastière au début de la seconde moitié du XIe siècle pour imposer une inexistante égalité institutionnelle entre les deux abbayes mosanes.
Dom Misonne a relevé, en plus de l’irrégularité d’ordre diplomatique évoquée ci-dessus (le dispositif remplaçant une corroboration annoncée)39, une anomalie gram-maticale: le premier dispositif serait formé de deux propositions subordonnées – sans proposition principale – et il n’y aurait pas de complément direct aux verbes tradimus et cedimus40. Avec Wisplinghoff et Sickel, je crois qu’en admettant la lecture eum (c’est-à-dire le locus de Waulsort nommé dans l’exposé) et non cum (qui introduit le dispositif), on obtient une proposition parfaitement construite et claire41.
De plus, un élément supplémentaire – d’importance décisive, comme on le verra – a échappé aux savants qui se sont penchés sur le diplôme de 969: Adalbéron aurait donné, ex proprio hereditatis sue (ce qui est, en soi, une première anomalie)42, Hastière à Saint-Etienne de Metz et c’est à ce titre que Thierry, successeur d’Adalbéron à l’épiscopat de Metz, pourrait disposer du bien. C’est faire peu de cas de l’acte de 945 par lequel Adalbéron donnait Hastière omni tempore à la prebenda de Sainte-Glossinde de Metz et faisait de Y abbatia mosane, une dépendance du monastère messin43. Comme l’acte de 945, indiscutablement vrai, ne pouvait être ignoré à Hastière, Waulsort ou Metz, son omission est non seulement décisive pour prouver l’interpolation (ce qu’à mon avis, l’irrégularité diplomatique suffisait à établir)44 mais encore significative du but et de la date de cette falsification.
On peut maintenant reprendre le problème à son origine: le statut d’abbaye double d’Hastière et de Waulsort ainsi que l’égalité institutionnelle entre les deux abbayes n’est pas prouvé par un texte crédible; tout au contraire, comme le montreront la Vita Deoderici de Sigebert de Gembloux et, dans une moindre mesure (puisque ce texte est souvent partial), YHistoria Walciodorensis. Sans compter qu’il faudrait encore expli-quer comment un prieuré de moniales bénédictines ait pu être remplacé, d’un trait de plume, par une abbaye de moines bénédictins.
37
DESPY, Waulsort, p. 124-125.
38
MISONNE, Diplôme d’Otton Ier, p. 51-52.
39
DESPY, Waulsort, p. 126-127; MISONNE, Diplôme d’Otton Ier, p. 47-48; WISPLINGHOFF, C. R. Despy (Le M. A.), p. 357-358; WISPLINGHOFF, C. R. Despy (Rh. V.), p. 313.
40
MISONNE, Diplôme d’Otton Ier, p. 47.
41
WISPLINGHOFF, C. R. Despy (Le M. A.), p. 357, n. 3.
42
Voir supra, p. 149-151, sur le contrat avec Saint-Lambert de Liège; mais comme ce contrat fut rompu unilatéralement, l’anomalie de l’acte de 969 (qui se retrouve déjà en 945) n’implique aucune falsification en 969.
43
Ed. WOLFRAM, Urkunde, p. 17-18: Omni tempore ad prebendam sanctarum monialium Dei in annotata ecclesia servientium habeatur subiecta. Voir cependant l’hypothèse avancée, avec prudence, supra, n. 22.
44
Voir aussi WISPLINGHOFF, C. R. Despy (Le M. A.), p. 357.
156
Le témoignage de Sigebert de Gembloux, qui était alors (vers 1050-1060) écolâtrede Saint-Vincent de Metz, revêt une importance déterminante tant parce qu’il est neutre45 que parce qu’il est antérieur à la falsification de l’acte de 969. L’évêque Thierry, qui venait de recevoir Waulsort par un testamentum d’Eilbert confirmé par un acte d’Otton Ier (l’acte de 969), unit à Waulsort la villa voisine d’Hastière cum appenditiis suis46. Ceci implique d’une part un dédommagement de Sainte-Glossinde47, d’autre part, le retrait des moniales messines48; ces deux faits ne sont rapportés que par la chronique de Waulsort, que je suivrai sur ce point. L’emploi, par Sigebert, du terme villa pour désigner Hastière est du reste significatif, surtout si l’on admet, avec dom Misonne, que la »cession d’Hastière à Waulsort a certainement fait l’objet d’un acte diplomatique de la part de Thierry et que Sigebert semble bien avoir eu cet acte sous les yeux«49: Hastière était alors un domaine où subsidiairement, se trouvait un centre de gestion de l’abbaye de Sainte-Glossinde50. En aucun cas, »il ne s’agissait donc de constituer une nouvelle communauté qui n’aurait rien ou presque rien laissé des avantages économiques* et du surcroît de ressources que procurait à Waulsort la donation de 96951. Waulsort, propriété de l’église de Metz au même titre qu’aupara-vant Sainte-Glossinde, bénéficiait ainsi d’un prieuré dont la gestion – on en conviendra – était plus facile de Waulsort que de Metz.
Reste à dater l’interpolation. Les différents indices relevés par dom Misonne, E. Wisplinghoff et même G. Despy orientent tous vers le XIesiècle52. Par ailleurs, la Vita Deoderici semble montrer que, vers 1050, on en ignorait à Metz l’existence53. Or l’histoire générale d’Hastière et de Waulsort permet de situer la brève période pendant laquelle Hastière pouvait revendiquer, sans opposition de la part de Waulsort, un statut d’égalité: le troisième quart du XIesiècle, sous l’abbatiat de Lambert54. Lambert fut choisi par Poppon de Stavelot – qui lui-même, assuma l’abbatiat en 1035 – pour diriger Hastière et Waulsort lors de la première période de difficultés institutionnelles.
45
A remarquer aussi que ce texte est de bon aloi: voir notamment DESPY, Waulsort, p. 128; MISONNE, Eilbert, p. 171 ; MISONNE, Diplôme d’Otton Ier, p. 48-49 et il serait de mauvaise méthode de dénier toute crédibilité à un texte écrit par Sigebert dans sa jeunesse, sous prétexte qu’il a été pris en délit de falsification dans les Gesta de l’abbaye de Gembloux dont il était moine (DE WAHA, Sigebert). DESPY, Waulsort, p. 194-195 suggère que Sigebert, pour écrire ses quelques lignes sur Eilbert et sur Waulsort, a bénéficié de renseignements venus, directement ou non, de Waulsort (notamment le titre de cornes attribué à Eilbert); comme la falsification est postérieure au texte de Sigebert (ou peut-être contempo-raine, mais Sigebert n’en aurait pas eu connaissance), cette hypothèse ne peut être prise ici en considération.
46
SIGEBERT, Vita Deoderici, VI; ed. PERTZ, p. 467: Ille (= Deodericus) … villam suae ditionis eidem contiguam loco, Hasteriam vocabulo cum apenditiis suis eidem coniuxit coenobio.
47
Sur les tractations entre Thierry et Sainte-Glossinde, cfr. Historia Walciodorensis, XVIII-XX; ed. WAITZ, p. 512-513 (qui gonfle démesurément le rôle de Forannan et d’Eilbert).
48
Historia Walciodorensis, XXI; ed. WAITZ, p. 514. Sur ceci, infra, p. 158.
49
MISONNE, Diplôme d’Otton Ier, p. 51.
50
Le terme de villa étant employé à la même époque pour désigner Couvin, propriété (et prieuré) de Saint-Germain-des-Prés, cfr. supra, p. 148.
51
MISONNE, Diplôme d’Otton Ier, p. 52.
52
II s’agit principalement de la liste des actes et documents qui ont utilisé le texte interpolé de 969.
53
Le bref passage cité supra, n. 46 est inconciliable avec l’interpolation de l’acte de 969.
54
Abbé de c. 1035 à c. 1075; cfr. DESPY, Waulsort, p. 11-12 et 16. Sur ces événements et la liste abbatiale de Waulsort, voir infra, p. 191-192 et 195-196.
157
Tant que vécut Poppon, Lambert suivit la apolitique de savant équilibre« prônée par son maître (c. 1035 à 1048); mais, dès la mort de Poppon, il manifesta sa sympathie exclusive pour Hastière et accorda aux moines d’Hastière, leur propre cimetière et la possibilité, pour les novices de l’école abbatiale d’Hastière, d’y faire profession sans recevoir la bénédiction de Waulsort55. Comme le remarque G. Despy, la seconde partie de l’abbatiat de Lambert (1048-1075) – cet abbé fut d’ailleurs enterré à Hastière – visa à établir un véritable statut d’abbaye double56; il ne s’agissait cependant pas de »restaurer une situation de droit dépassée par les événements survenus depuis un siècle« (c’est-à-dire depuis 969), mais bien de changer fondamentalement le statut d’Hastière, dépendance de Sainte-Glossinde puis de Waulsort. Après les mesures ponctuelles de Lambert, puis la crise provoquée par l’abbatiat simoniaque de Godescalc (c. 1075-c. HOO)57, le souvenir précis des relations entre Hastière et Waulsort s’était estompé; commença alors la véritable polémique …
Si donc l’interpolation fut faite à Hastière, ou, du moins, à l’instigation de Lambert dans le troisième quart du XIesiècle58, on comprend le désir d’occulter complètement le passage d’Hastière sous la juridiction de Sainte-Glossinde, état institutionnel qui eût impliqué la sujétion vis-à-vis de Waulsort. Quant au modèle d’abbaye double proposé par Lambert, il vient en droite ligne de Stavelot-Malmédy où Lambert fit profession et où Poppon le distingua59. Les éléments dont nous disposons sur l’abbatiat de Godescalc montrent un abbé favorable à Hastière; il n’aura rien fait pour contester la falsification de son prédécesseur.
b. Hastière, prieuré de Waulsort
Avec la donation d’Hastière à Waulsort et le départ des moniales qui étaient installées dans cette cella sous la direction d’une doyenne60, Hastière ne paraît pas avoir changé fondamentalement de statut religieux. Certes, la cella n’est plus habitée par des moniales, mais par des sacerdotes (entendons, des moines-prêtres venus de Waulsort)
55
DESPY, Waulsort, p. 11-12.
56
DESPY, Waulsort, p. 12.
57
Sur Godescalc, DESPY, Waulsort, p. 12.
58
L’activité d’un scriptorium autonome à Hastière dans la seconde moitié du XIe siècle est, au demeurant, assurée; voir, par ex., DESPY, Psautier-hymnaire, p. 104-105.
59
On ajoutera que Lambert avait été nommé par Poppon de Stavelot, prieur de Saint-Maximin de Trêves; cette charge lui donna l’occasion de faire montre des qualités d’organisateur qui lui valurent l’abbatiat de Waulsort (Historia Walciodorensis monasterii, L; ed. WAITZ, p. 526). On se rappellera que Saint-Maximin était étroitement liée, à cette époque, à la famille d’Ardenne et qu’Hastière fut fondée par 1’»ancêtre* de ladite famille; on peut donc facilement imaginer que, lors de sa gestion de Saint-Maximin, Lambert ait entendu parler d’Hastière, où reposait le père de Sigefroid (ce dernier était enterré à Saint-Maximin) et qu’arrivé à Waulsort, il se soit souvenu des origines plus illustres – et plus anciennes -d’Hastière. On peut rappeler ici que, contrairement à ce qu’affirment certains, Lambert ne fut pas moine de Saint-Hubert, mais de Stavelot; cfr. DESPY, Psautier-Hymnaire, p. 101-102.
60
Historia Walciodorensis monasterii, XXI; ed. WAITZ, p. 514: Tempore sane illo Hasteriensem villam moniales Sanctae Glodesindis tenebant et in ecclesia eiusdem villae sub imperio et regimine decanae quaedam earum in eadem cella Deo servientes vivebant, et sub iugo et obedientia abbatissae sanctae Glodesindis omnes pariter incedentes, cuncta regebantur. Nutu deinde abbatissae suae regressae ad monasterium suum, locum reliquerent.
158
qui y assurent l’office divin61, mais elle reste dépendance institutionnelle d’une abbaye qui bénéficie des richesses de son temporel. L’abbé Thierry, qui succéda à Forannan en 980 ou en 98162, semble avoir pris des mesures très strictes pour maintenir ce statut de dépendance, même après qu’un incendie, qui avait ravagé Waulsort, ait contraint toute la communauté de Waulsort à s’établir, pendant les travaux de reconstruction, à Hastière63: les moines qui résidaient à Hastière devaient rentrer à Waulsort et, chaque année, y étaient remplacés par d’autres moines64; l’unique cimetière monastique se trouvant à Waulsort, c’est là que tout frère était enterré même s’il décédait à Hastière65; les moines établis (pour un an) à Hastière devaient avoir prononcé leurs voeux à Waulsort66. Ce système strict fut légèrement adouci par Erembert qui, au début du XIe siècle, plaça à Hastière l’école abbatiale de Waulsort et y nomma, comme magister, le moine Rodolphe67; il concéda ensuite à Rodolphe le titre de prévôt (praepositus) d’Hastière68. Rien d’étonnant à ce que Rodolphe, devenu abbé de Waulsort à la mort d’Erembert (1033), porta ses soins à Hastière et la dota d’une nouvelle église69. Peu avant sa mort en 1035, il demande à être enseveli dans les bâtiments qu’il avait fait élever70; cette mesure exceptionnelle fut accordée, non sans qu’elle suscite des troubles entre tenants du statut de dépendance et partisans d’un système plus souple71. Il fallu l’arbitrage de Poppon (en 1035) et la gestion de Lambert pour que la tension s’apaise … provisoirement puisque, avant même que Poppon ait rendu l’âme, Lambert commençait à accorder une certaine autonomie à Hastière72. La mort de Poppon, la seconde partie de l’abbatiat de Lambert puis l’abbatiat simoniaque de Godescalc achevèrent de pourrir la situation73.
61
Historia Walciodorensis monasterii, XXI; ed. WAITZ, p. 514: Itaque inito consilio in eadem Hasteriense ecclesia (…) sacerdotes quatuor constituti sunt, qui eandem ecclesiam ex officio divini famulatus secundum suum ordinem multis diebus rexerunt. Contrairement à l’opinion communément admise (par ex. DESPY, Waulsort, p. 9) et déjà défendue par la chronique de Waulsort (Historia, XL; ed. WAITZ, p. 523 : ce serait Thierry qui aurait remplacé les séculiers par des moines de Waulsort), je ne crois pas que les sacerdotes aient été des prêtres séculiers, mais plutôt des moines-prêtres.
62
Sur ce point de chronologie, infra, p. 190 et 195.
63
Historia Walciodorensis monasterii, XL; ed. WAITZ, p. 523-524.
64
Historia Walciodorensis monasterii, XL; ed. WAITZ, p. 523: decrevit consilio et assensu utrorumque episcoporum, Mettensis atque Leodiensis, ut annuatim monachi ibidem habitantes mutarentur.
65
Historia Walciodorensis monasterii, XL; ed. WAITZ, p. 523: acsi contigerit aliquem ex bis ibidem mori, ad cimeterium Walciodorensis ecclesiae sancitum est precepto eorundem episcoporum et consilio corpus illius referri ut ibi habeat officium sepulturae, quo suae professionis cognoscitur suscepisse benedictionem. Dans le même sens, Historia, XLVIII; ed. WAITZ, p. 526.
66
Passage cité supra, n. 65, in fine: quo suae professionis cognoscitur suscepisse benedictionem.
67
Historia Walciodorensis monasterii, XLIV; ed. WAITZ, p. 524-525: scolam loco removens (à cause du bruit qui empêchait les méditations des moines), eam in Hasteria esse disposuit puerosque ibi usque ad tempus ordinationis beati Benedicti nutrire precepit. Deinde adolescens quidam nomine Rodulfus de Walciodoro assumptus, puerorum magister ab eodem abbate Erenberto in Hasteria constituitur.
68
Historia Walciodorensis monasterii, XLIV; ed. WAITZ, p. 525: postea in eodem prepositus ibidem constitutus preficitur. Plus loin (Historia, XLVIII; ed. WAITZ, p. 525), il est fait eut de Vofficium prepositurae.
69
Historia Walciodorensis monasterii, XLVIII; ed. WAITZ, p. 525-526.
70
Historia Walciodorensis monasterii, XLVIII; ed. WAITZ, p. 526.
71
Historia Walciodorensis monasterii, XLIX; ed. WAITZ, p. 526.
72
Historia Walciodorensis monasterii, LI; ed. WAITZ, p. 526-527.
73
Historia Walciodorensis monasterii, LI-LXXI; ed. WAITZ, p. 527-533.
159
Fig. 4 Plan restitué de l’église Notre-Dame d’Hastière en 1033-1035. D’après GENICOT, Eglises mosanes, p. 74, fig. 49
c. Architecture de Notre-Dame d’Hastière
La chronologie de l’église abbatiale Notre-Dame ne pose aucun problème de datation: les fouilles de 1885 ont mis en évidence la succession suivante74:

un
e église du Haut Moyen Age, mononef à choeur de plan carré, construite pour abriter la communauté religieuse de la fin du IXeou du début du Xesiècle75;

un
e plus grande église, exactement semblable aux collégiales de Celles et de Ciney, dont on peut dater, sans aucun doute, la construction des années 1033-103576 (fig. 4). Une nef à cinq travées et deux collatéraux, une puissante tour axiale, un transept bas, un choeur en sont les principales caractéristiques (pi. IV, a-b; pi. V, a). Les recherches de L.-Fr. Genicot ont montré, après d’autres78, la contemporanéité
74
Sur l’historique de ces fouilles et leur résultat, voir les quelques éléments rassemblés dans DIERKENS, Waulsort-Hastière, p. 12.
75
Pour la date de cette église, voir DIERKENS, Waulsort-Hastière, p. 12.
76
Supra, n. 69. Pour la date, voir aussi DESPY, Waulsort, p. 10, n. 3 et GENICOT, Eglises mosanes, p. 4 et 82-83 (à la p. 83, n. 31, Genicot attribue par distraction la construction à Erembert).
77
L
e plan du choeur disparu peut être établi avec certitude grâce au plan de la crypte découverte lors des fouilles de 1885. Cfr. notamment GENICOT, Eglises mosanes, p. 123 et 126.
78
Notamment A. SCHELLEKENS, Etude sur les dates de la construction de l’église et de la crypte d’Hastière, dans: Revue de l’Art Chrétien, 4e série, XV (= t. LIV), 1904, p. 377-383; REJALOT, Hastière-Notre-Dame, p. 34-35 (qui contredisent les dates données par le même auteur d’après dom van Caloen, ibidem, p. 22). Contra: VAN CALOEN, Hastière, p. 12-14, qui fait de la crypte »un monument remontant à la période primitive de la liturgie catholique* ; DENS, Hastière, p. 47-51, qui imagine (sur quelle base?) une construction partielle vers 1150 et qui date l’église romane de l’épiscopat d’Adalbéron. La chronologie relative de dom van Caloen semble acceptée par M. Laurent (L’église d’Hastière-par-delà, dans: Wallonia, XX, 1912, p. 309-315, cfr. p. 312, fig.), qui en rejette cependant les dates.
160
de la crypte et du choeur79; cette crypte fut détruite et comblée, vers 1264, lors de l’allongement du choeur décidé par l’abbé Allard de Hierges80.
B. L’ABBAYE NOTRE-DAME DE WAULSORT
1.
La fondation de Vabbaye
Les origines de l’abbaye de Waulsort font, depuis plus d’un siècle, l’objet d’une âpre polémique. La raison principale en est que, dès le XIe siècle, un conflit d’influences était né entre les abbayes voisines d’Hastière et de Waulsort, la première revendiquant (à bon droit) une origine plus ancienne et plus illustre, la seconde exigeant (à juste titre aussi, me semble-t-il) la prééminence spirituelle et institutionnelle. Cette lutte suscita des falsifications d’actes vrais, des rédactions d’actes faux, des chroniques et des sources hagiographiques tendancieuses. Il a fallu attendre les années 1950 pour que grâce à G. Despy d’abord, à dom D. Misonne ensuite, ce dossier complexe puisse être utilement exploité… à cette réserve près que les deux historiens arrivent souvent à des conclusions opposées sur la véracité des actes anciens de Waulsort et sur la personna-lité du fondateur de l’abbaye, Eilbert »de Florennes«. Il me semble néanmoins possible de lever quelques malentendus, de rejeter quelques déductions trop rapides et de fournir ainsi une vision claire des origines de Waulsort.
La principale difficulté pour l’historien qui veut reconstituer l’histoire de la fondation de l’abbaye de Waulsort, réside dans la présence de sources à première vue contradictoires: une charte vraie relative à Saint-Michel-en-Thiérache (945), une charte vraie du comte de Namur pour Waulsort (946), deux chartes vraies d’Otton Ier pour Waulsort (946 et 969, cette dernière interpolée en ce qui concerne Hastière), la Vita Kaddroe (écrite à Metz vers 982-983), documents auxquels on ajoutera des renseignements tardifs émanant de sources tendancieuses comme la chronique de Waulsort du milieu du XIIe siècle.
Pour G. Despy, on pouvait faire fond sur les deux chartes de 946 et la Vita Kaddroe, mais la charte de 945 était un faux à négliger sous peine de contradictions. Pour dom Misonne, au contraire, la charte de 945 et le diplôme royal de 946 étaient vrais et permettaient de dater les événements décrits par la Vita Kaddroe – source de valeur -, mais la charte comtale de 946 était interpolée à un endroit capital. Une nouvelle lecture des textes m’a cependant convaincu qu’ils n’étaient pas inconciliables pour autant qu’on les examine bien: je crois, d’accord avec G. Despy, que l’acte de 946 est entièrement vrai et que, suivant dom Misonne, la charte de 945 pour Saint-Michel est elle aussi vraie; l’acte royal de 946 ne pose aucun problème. Quant à la Vita Kaddroe, à laquelle G. Despy et dom Misonne font – à raison – totale créance, elle constitue la trame sur laquelle s’insèrent les éléments des documents diplomatiques.
79
GENICOT, Eglises mosanes, p. 123 et 126, suivi notamment par KUBACH-VERBEEK, Romanische Baukunst, I, p. 355 (avec bibliographie complémentaire).
80
GENICOT, Eglises mosanes, p. 123; GENICOT, Eglises romanes, p. 22; KUBACH-VERBEEK, Romanische Baukunst, I, p. 355. On notera au passage que le psautier-hymnaire de Waulsort, daté des environs de 1075, a conservé les dates du 28 janvier, du 11 novembre et du 16 novembre, respectivement pour la dédicace de la crypte, de la nouvelle église (c’est-à-dire celle de Rodolphe, 1033-1035) et de la tour d’Hastière; cfr. DESPY, Psautier-hymnaire, p. 91-95.
161
Comme la totalité des sources relatives à Waulsort a fait l’objet d’un double examen approfondi, et, le plus souvent, d’éditions irréprochables, il est inutile d’en donner ici une nouvelle description ou de résumer les positions subtiles des historiens qui se sont occupés de Waulsort, depuis Sackur et Lahaye jusqu’à G. Despy et D. Misonne81. Je me contenterai d’un aperçu sommaire de la critique des sources et des raisons qui me font opter pour telle position; j’insisterai plus sur le contenu que sur la forme.
a. Les sources contemporaines
al. La charte vraie de l’évêque Raoul de Laon pour Saint-Michel-en-Thiérache (Laon, le 3 février 945)82
Raoul, évêque de Laon, fait savoir qu’à la requête d’une noble dame nommée Hersent, il cède à perpétuité l’oratoire Saint-Michel-en-Thiérache à des Irlandais qui y mènent la vie monastique83.
C’est probablement en l’absence d’une bonne édition de l’acte de 945 pour Saint-Michel, qu’à l’opposé de dom Mabillon et Ph. Lauer84, de nombreux érudits comme A. Giry, J. Bédier, J. Acher et F. Lot85 ont fait de l’acte de 945 un acte suspect voire faux, opinion reprise en particulier par G. Despy, selon qui la chronologie de la fondation de l’abbaye Saint-Michel-en-Thiérache, telle qu’elle était présentée dans l’acte, est inconciliable avec la Vita Kaddroe, source qu’il estime excellente86. Par ailleurs, plus récemment, dom Misonne a republié la charte et a entrepris, point par point, de passer en revue les objections de fond et de forme formulées contre la véracité
81
Pour la bibliographie complète, on se référera à DESPY, Waulsort; MISONNE, Kaddroe et Eilbert. Les études majeures du XIXe et de la première moitié du XXe siècles sont celles de LAHAYE, Waulsort (1889) et E. SACKUR, Der Rechtsstreit der Kloster Waulsort und Hastière. Ein Beitrag zur Geschichte mittelalterlichen Fàlschung, dans: Deutsche Zeitschrift fur Geschichtswissenschaft, II, 1889, p. 341-389 et Die Waulsorter Fàlschungen, ibidem, V, 1891, p. 156—158. La lecture de la notice sur Waulsort dans le Monasticon Belge (U. BERLIÈRE, au 1.1, Maredsous 1890-1897, p. 39-50 et 166-168) est utile pour montrer l’évolution radicale des conceptions en un siècle. Quant aux monographies sur Waulsort dues au chanoine F. Toussaint (Histoire de l’abbaye de Waulsort et du prieuré d’Hastière, Namur, 1883), à X. Carton de Wiart (Histoire des deux Hastière et de Waulsort. Namur, 1927) et aux abbés Carlier et Blouard (Waulsort. Histoire et archéologie, dans: Le Guetteur Wallon, 1953, p. 336-343, 369-379, 404-414 et 1954, p. 434-442, 453-457, 491-500, 517-522 et 563-571), elles peuvent être négligées dans l’optique de la présente étude.
82
Actum Lauduni, III0 nonas Februarii, anno vero X Ludovico rege régnante. La charte fut délivrée cum consilio fidelium nostrorum et coram presentia senioris nostri videlicet Ludovici régis acprincipum ipsius regni; la présence de Louis IV à Laon est attestée au début de 945 (cfr. LAUER, Louis IV, p. 124). Voir MISONNE, Saint-Michel, p. 307.
83
Ed. MISONNE, Saint-Michel, p. 298-299 (avec références aux éditions antérieures); édition reprise dans MISONNE, Eilbert, p. 120-121, annexe n°l. Je reprends l’analyse de dom Misonne en modifiant seulement (pour les raisons exposées infra et n. 95) un futur (»qui y mèneront la vie monastique*) par un présent.
84
LAUER, Louis IV, p. 124, n. 4; MISONNE, Saint-Michel, p. 300.
85
Références dans MISONNE, Saint-Michel, p. 300-301 et DESPY, Waulsort, p. 189. On trouvera dans ces études un excellent exposé des hypothèses de Giry et de Lot.
86
DESPY, Waulsort, p. 5 (»faux assez malhabile commis par les moines de l’abbaye vermandoise qui l’ont fabriqué d’après la Vita Kaddroe elle-même*) et 189. A la p. 5, on trouve l’argument de fond: »si l’on s’attache à cette date du 3 février 945 (…), il est évident qu’il faut suspecter le témoignage de la charte de Waulsort de juin 946 …«
162
de la charte87. Cette étude est, me semble-t-il, déterminante: aucun argument en faveur du faux ne résiste et, en particulier, il n’y a aucune correspondance verbale entre la Vita Kaddroe et la charte88. Si le récit est, sur certains points, semblable, il ne s’agit en tout cas pas d’un démarquage d’une source par rapport à l’autre. Quant aux incompatibilités chronologiques, elles sont seulement apparentes comme je le montre-rai plus loin. Voici le contenu de la charte de 945:
Il y avait dans la forêt de Thiérache un ancien oratoire dédié à saint Michel, construit en matériaux vils et qui était en ruines89; cet oratoire était tenu en bénéfice par un archidiacre de Laon, Herbert90. Hersent, qualifiée de matrona, décida- avec l’accord d’Herbert – de restaurer Y oratorium91. Le succès du culte de saint Michel en ce lieu crût au point que quelques peregrini irlandais à la recherche d’un endroit où s’installer s’y rendirent à l’instigation d’Hersent92: Saint-Michel leur plut et ils décidèrent de s’établir non loin de là. Hersent demanda ensuite à l’évêque Raoul de céder l’oratoire aux dits servi Dei pour y veiller à l’office divin93. Ce qu’accepte l’évêque, moyennant un cathedraticum annuel d’un sou à payer par les peregrini, tant irlandais que francs94. Cette interprétation littérale de l’exposé et du dispositif de l’acte diffère légèrement de la compréhension traditionnelle: les Scotti ne s’établirent pas à Saint-Michel même, mais non loin de là (ipsius lociperspecta vicinitate). Leur installation dans un lieu reculé (propter remotiora loca) où ils envisagent d’avoir des successeurs (tam ipsi quam eorum sequaces) est antérieure à la donation de l’oratoire Saint-Michel et, à prendre les termes
87
MISONNE, Saint-Michel, p. 301-305. Dans le même sens, SEMMLER, Iren, p. 946-947.
88
MISONNE, Saint-Michel, p. 305 (contre la thèse de Giry reprise par G. Despy; supra, n. 86). Dom Misonne met en évidence non seulement des différences notables entre les deux textes, mais encore le peu de diffusion de la Vita Kaddroe »dont le rayonnement fut très restreint*.
89
Oratorium …ex antiquo fuerat vili scemate constructum, sed postea prope fundotenus destructum (ed. MISONNE, Saint-Michel, p. 299); on peut penser à un oratoire de bois.
90
L’archidiacre Herbert est nommé dans une charte de Tévêque de Laon, Roricon (949-976), successeur de Raoul; la détention d’un oratoire en bénéfice par Herbert est tout à fait possible. Cfr. MISONNE, Saint-Michel, p. 302-303 et 305.
91
Per assensum Herberti nostrae ecclesiae archidiaconi cui idem erat oratorium iure beneficiario collatum, Hersent restaure (ut melius potuit restaurare) la chapelle. La Vita Kaddroe (ed. HENSCHENIUS, p. 476; XX) parle d’une ecclesia ampliata, mais il s’agit probablement d’une seconde restauration, puisque celle dont parle l’acte de 945 est antérieure au renouveau du pèlerinage à Saint-Michel (elle-même bien antérieure à l’arrivée des Scotti) et que l’autre est postérieure (ou contemporaine?) à l’établissement de ces Scotti.
92
Quidem homines hibernicae regionis mare transnavigantes ad nos causa peregrinationis loca in quibus commorari deberent uspiam percurrentes, ad praedictam matronam, angelico ductu ut credimus, pervenerunt (ed. MISONNE, Saint-Michel, p. 299). Les mots ad nos désignent probablement le continent, et non l’évêque Raoul qui aurait alors joué l’intermédiaire entre les peregrini et Hersent; l’expression angelico ductu semble peu compatible avec cette dernière hypothèse.
93
Ut praedictis Dei servis eundem concederemus oratorium, quatinus … ibi dem divinum peregerent officium (ed. MISONNE, Saint-Michel, p. 299). On peut penser à un changement de bénéficiaire de [‘oratorium, les peregrini remplaçant Herbert qui aurait reçu un autre bien en compensation; pourquoi pas cette terre proche de Laon, res… quas archidiaconus… Heribertus …ab antecessore nostro scilicet Rodulfo in iusprorium sub censu sibi obtinuerat et que son neveu rétrocéda à l’Eglise de Laon; cfr. supra, n. 90 et R. POUPARDIN, Cartulaire de Saint-Vincent de Laon, dans: Mémoires de la Société Historique de Paris, XXIX, 1902, p. 190-191.
94
La formule iam dicti servi Dei atque alii peregrini tam suae gentis quam nostrae doit être rapprochée de celle de l’acte comtal de 946 pour Waulsort: cum nonpauca Scottigena atque Francigena… monachorum … turmula (ed. DESPY, Waulsort, p. 324).
163
de l’acte dans leur acception littérale, la donation est, elle-même, postérieure au statut monastique des peregrini; Y acte distingue en effet les servi Dei (expression qui désigne des moines) des alii peregrini tam suae gentis quam nostrae à venir et c’est aux servi Dei qu’est donné l’oratoire95. La date du 3 février 945 n’est donc qu’un terminus ante quem pour l’arrivée des peregrini à Saint-Michel, leur installation et peut-être même leur formation monastique; on remarquera d’ailleurs que la totalité de l’acte est écrite au passé.
a2. La charte du comte Robert de Namur pour Waulsort (Namur, 2 juin 946)%
Le comte de Namur Robert cède son domaine de Mélin dans le pagus Lomacensis, à l’abbaye Notre-Dame de Waulsort, située dans son comté, au même pagus, abbaye dans laquelle reposent les reliques de saint Eloque et que dirige, selon la règle de saint Benoît, l’abbé Forannan97.
Cette charte, conservée en original aux Archives de l’Etat à Namur98, avait été considérée comme suspecte par H. Bresslau sur base de deux points qui lui semblaient anachroniques: les mentions d’une impressio signi du comte de Namur et d’un actum publiée. Ces objections ont été contrées par F. Rousseau et G. Despy99. Plus gênante aurait pu être une erreur dans la date, mais comme l’acte n’a pas été rédigé à la chancellerie royale, une imperfection dans l’année du règne d’Otton ne peut porter à conséquence 10°. Dom Misonne, pour sa part, estime que l’acte est interpolé, qu’on a ajouté un éloge anachronique de l’abbé Forannan101 et, peut-être, antidaté l’acte102; selon lui, la chronologie de la Vita Kaddroe et la véracité de l’acte de 945 rendent impossible la présence de Forannan comme abbé en 946103. Je reviendrai plus loin sur
95
On trouvera peut-être excessive l’importance donnée ici à la distinction entre peregrinus et servus Dei, terme vague auquel j’accorde une signification technique. Voir, cependant, dans le même sens: MISONNE, Charles le Simple, p. 71 et L. LEVILLAIN, dans: Le M. A., XL, 1930, p. 5-7.
96
Actum Namuco publiée sub die IIII nonas iunii, anno ab incarnatione Domini nostri Ihesu Christi DCCCC°XLVI°, et regni serenissimi régis Ottonis XV, indiccione IIII. F. Rousseau (Actes, p. 6) est le premier à avoir fait observer que 946 correspondait à la onzième et non à la quinzième année du règne d’Otton Ier; cfr. infra, n. 100. Sur cette base, dom Misonne a proposé une datation en 951, que l’interpolateur aurait maquillé en 946 (MISONNE, Forannan, p. 60). Comme je crois l’acte entièrement vrai, je ne prendrai pas en considération cette ingénieuse hypothèse.
97
Ed. DESPY, Waulsort, p. 324-325, n. 2 (auquel j’emprunte l’analyse) et, avec quelques corrections, ed. MISONNE, Forannan, p. 53-54, reprise dans MISONNE, Eilbert, p. 138-139, annexe n°9.
98
A. E. Namur, Charmer de l’abbaye de Waulsort, n° 1 (Archives ecclésiastiques, n°2799). Sur cet acte, voir, en dernier lieu, l’analyse de J.BOVESSE, dans: A travers l’histoire nationale, t. I (Bruxelles, Archives Générales du Royaume, 1981), p. 7-10, n°2.
99
ROUSSEAU, Actes, p. 4-7; DESPY, Waulsort, p. 173-175; dans le même sens, WEISGERBER, Irenwelle, p. 734-735.
100
ROUSSEAU, Actes, p. 6; cfr. supra, n. 96.
101
MISONNE, Forannan, p. 56-59.
102
MISONNE, Forannan, p. 60.
103
L’argument complémentaire donné par dom Misonne (Forannan, p. 60: la donation de Mélin par le comte Robert n’est pas reprise dans l’acte royal de septembre 946 pour Waulsort) ne doit pas être retenu: l’acte d’Otton Ier, en effet, ne confirme que la dotation primitive de l’abbaye, c’est-à-dire les biens donnés par Eilbert et Hersent. L’argument de fond est donné en toute clarté (MISONNE, Forannan, p. 57): »la confrontation de la charte de Robert avec celle de Raoul de Laon, la Vita Kaddroe et le diplôme royal aboutit à montrer que la charte du comte de Namur est inconciliable avec des données historiques solidement établies*.
164
cette prétendue incompatibilité chronologique; en tout cas, elle n’est pas suffisante pour rejeter l’acte. Ce qu’admet dom Misonne, qui n’en met pas en cause l’essentiel. Pour lui, on a affaire à pseudo-original, à une copie figurée, peut-être du Xe siècle, en tout cas antérieure au XIIe siècle104.
Les arguments de J. Balon sont totalement inconsistants105, comme ceux d’E. Brou-ette106, qui se basent notamment sur le culte d’Eloque à Waulsort, mais comme Brouette ignorait l’édition définitive, parue douze ans auparavant107, de la vie de saint Eloque, il attribue erronément à Waulsort une translation à Gergny et tire des conclusions aberrantes de la mention des reliques d’Eloque à Waulsort en 946108.
Seul l’exposé de l’acte importe ici ; le dispositif touche à la description du bien cédé et des mancipia qui lui sont attachés. Le comte de Namur, Robert, souhaitait donner un bien de szportio hereditatis à Notre-Dame (adpartes sanctae Dei Genitricis Mariae). Dans son comté, au pagus de Lomme, existait précisément un monasterium dédié à la mère de Dieu: Waulsort, où reposent des reliques de saint Eloque et d’autres saints. L’abbé Forannan (Forondanus) a quitté sa patrie (patria) pour Dieu et vit à Waulsort sous la règle de saint Benoît, avec une turmula de Scotti et de Francs qu’il a lui-même éduquée au service du Christ. La corroboration précise que la donation est faite ad usus servorum Dei sub régula beati Benedicti doctoris monachorum egregii viventium.
Il me faut insister sur un petit point de grammaire qui explique la traduction proposée ci-dessus; il vise les mots suivants: monasterium … Walciodorum … cui (que) praeesse venerabilis abbas Forondanus dinoscitur acprodesse, olim a sua pro Deo exulans patria, cum non pauca Scottigena atque Francigena quam ipse in Christi famulatu educavit monachorum sub régula almipatris Benedicti degencium tur-mula109. Souvent, en effet, on a sollicité abusivement le texte, lui faisant dire que Forannan était présenté comme le premier abbé de Waulsort* 10, que Forannan a formé les moines de Waulsort à la règle bénédictine111 ou encore que Forannan a quitté sa patria avec des Scots et des Francs112.
La grammaire et la ponctuation ne permettent cependant qu’une seule compréhen-sion du texte: Forannan est abbé de Waulsort (cuipraeesse dinoscitur acprodesse) avec une turmula non pauca Scottigena atque Francigena de moines bénédictins. L’incise sur l’exil volontaire ne concerne que Forannan; quant à quam ipse in Christi famulatu educavit, elle fait allusion au rôle de Forannan comme abbé, rôle capital puisque –
104
MISONNE, Forannan, p. 57-59 (paléographie du Xe siècle) et 60 (pseudo-original).
105
J. BALON, L’acte de donation de la villa de Mélin à l’abbaye de Waulsort par Robert Ier, comte de Namur, 2 juin 946, dans: A. P. A. E., XXXVIII, 1966, p. 5-47.
106
BROUETTE, Waulsort.
107
MISONNE, Eloque, en particulier p. 350 (datation au second quart du Xe siècle) et 345-346 (passage relatif à Gergny, mais souvent interprété comme renvoyant à la translation des reliques d’Eloque à Waulsort).
108
BROUETTE, Waulsort, p. 283-285 (propose une falsification au cours du XIIe siècle).
109
DESPY, Waulsort, p. 324.
110
MISONNE, Forannan, p. 56.
111
MISONNE, Forannan, p. 56.
112
BROUETTE, Waulsort, p. 282.
165
comme on le verra plus loin – c’est à lui que revint la mission de remettre sur le droit chemin (in Christi famulatu) des moines qui en avaient été détournés par un abbé indigne113. Le complément sub régula Benedicti porte, quant à lui, sur degencium et montre seulement que la turmula monachorum de Waulsort avait opté pour la règle bénédictine sans qu’il faille faire intervenir Forannan dans ce choix.
a3. La charte vraie du roi Otton Ier pour Waulsort (Reims, 19 septembre 946)1H
Le roi Otton Ier confirme, à l’intervention des évêques Frédéric de Mayence et Hugues de Liège, la fondation de l’abbaye de Waulsort par Eilbert et sa femme Hersent, en faveur d’un groupe de moines insulaires qui pratiquent l’observance bénédictine. Il confirme à l’abbaye la possession de sa dotation primitive qui comprend les villae de Waulsort, Louette-Saint-Denis, Heure et Anthisnes115 et unpraedium à Florennes. Il décrète en outre que l’abbaye sera dirigée par un moine de la colonie primitive insulaire aussi longtemps qu’il en subsistera dans la communauté116.
Cet acte rédigé à la chancellerie royale, peut-être d’après une Vorlage fournie à Waulsort, est entièrement vrai et les quelques scrupules de Sickel qui croyait y déceler une interpolation ont été balayés par G. Despy et dom Misonne117.
Sans entrer ici dans le détail du contenu de la dotation primitive de Waulsort par les fondateurs, on doit relever avec attention l’exposé de l’acte: Otton Ier donne à un nobilis vir, nommé Eilbert, son accord pour que celui-ci édifie à Waulsort sur des terres qui lui appartiennent (sui iuris) un monastère dédié à Notre-Dame118. A Waulsort, Eilbert et sa femme Hersent avaient précédemment accueilli dans une grande ferveur religieuse, des moines (servi Dei) venant d’Irlande (Scotia) peregrina-tionis causa, qui souhaitaient vivre sous la règle de saint Benoît. Eilbert et Hersent leur ont donné de nombreux biens deproprietate sui iuris119. En fin d’acte, Otton ajoute un dispositif complémentaire, visant à ce que ce monasterium soit toujours destiné à l’usage des peregrini et des pauvres, qu’il reste in ditione Scottorum et que l’abbé en soit un Scottus (après la mort du dernier Irlandais, on choisira un abbé aimant Dieu et la
113
Comme on le verra plus loin, il s’agit de l’abbé Godefroid, troisième abbé de Waulsort.
114
Acta XIII. Kalendas octobris anno incarnationis Domini DCCCCXLVI, indictione I, anno domni Ottonis XI. Actum iuxta civitatem Remis dictam.
115
On signalera, au passage, que l’acte mentionne l’existence, à Louette, d’une ecclesia in honore sancti Dionisii et, à Anthisnes, d’une ecclesia in honore sancti Maximini. Cfr. VAN REY, Lùtticher Gaue, p. 608-409 et 710-711.
116
Ed. SICKEL, MGH DD; I, p. 160 (D. O. I 81); ed. DESPY, Waulsort, p. 325-327 (à qui j’emprunte l’analyse), reprise par D. MISONNE, Eilbert, p. 139-141, annexe n° 10.
117
DESPY, Waulsort, p. 160-161; MISONNE, Eilbert, p. 139-140.
118
L’auteur évoque un monasterium in honore sancte Marie semper virginis et une ecclesia in honore sancte Marie constructa (ed. DESPY, Waulsort, p. 326); il s’agit bien d’un seul et même édifice: l’église abbatiale et le monastère portent le même titre. L’église avait probablement aussi un rôle paroissial avant la fondation de l’église paroissiale Saint-Michel, à la collation de l’abbaye; cfr. DIERKENS, Waulsort-Hastière, p. 16.
119
Dédit igiturpredictus vir cum coniuge sua deproprietate sui iuris adprefatum locumpredictis monacbis (…) (ed. DESPY, Waulsort, p. 326).
166
règle de saint Benoît)120. Le monastère de Waulsort portera la qualification de monasterium peregrinorum121.
Un seul point de l’acte a, semble-t-il, fait difficulté: on a parfois considéré que sub régula sancti Benedicti vivere cupientes indiquait que les peregrini ne vivaient pas encore en 946 sous la Règle bénédictine et qu’il s’agissait seulement d’un souhait122. La contradiction avec l’acte comtal de 946 paraissait dès lors évidente puisqu’on parlait là de Bénédictins régis par Forannan123. A nouveau, une plus grande attention accordée aux termes de l’acte aurait évité ces considérations: la concordance des temps (susceperant Dei servos … cupientes …) montre bien que c’est lors de l’accueil des peregrini par Eilbert que ceux-ci manifestaient leur désir de vivre sous la règle bénédictine; cet accueil a eu lieu bien avant l’acte, comme le montre le plus-que-parfait susceperant. Par ailleurs, le terme monachi donné aux destinataires et la nature du second dispositif montrent sans équivoque que le statut bénédictin était d’application à Waulsort en 946 au plus tard. L’interprétation de ce second dispositif fait d’ailleurs référence – on le verra – à l’abbatiat contesté du troisième abbé de Waulsort124.
a4. La Vita Kaddroe (Metz, 982-983)125
Une étude exhaustive de la Vita Kaddroe, due à dom D. Misonne (mais hélas restée inédite), montre que cette Vita, de première valeur, fut rédigée en 982-983, à la demande de l’abbé Immon de Gorze, par un moine de Saint-Clément (Saint-Félix) de Metz126, abbaye où Kaddroe bénéficia, en tant qu’abbé et réformateur, d’un culte né à
120
Decrevimus ut illud monasterium perpetuo in usus peregrinorum et pauperum stabiliatur, firmetur atque corroboretur et semper in ditione Scottorum permaneat et quamdiu aliquis illorum vixerit alius Deum diligens et amator sancte régule efficiatur abbas (ed. DESPY, Waulsort, p. 327). Cette précaution fait allusion, comme l’a judicieusement souligné G. Despy, au troisième abbé (Godefroid, d’origine non-insulaire) et à sa brève et catastrophique gestion de Waulsort (DESPY, Waulsort, p. 161).
121
Ipsum monasterium quia ad hoc noscitur esse constructum, vocetur deinceps monasterium peregrinorum (ed. DESPY, Waulsort, p. 327). On remarquera qu’un demi-siècle au maximum sépare l’érection de Waulsort en monasterium Scottorum et la disparition de l’abbaye bénédictine de Fosses qui portait le même titre (et qui était alors devenue un chapitre de chanoines séculiers): supra, p. 76-77.
122
MISONNE, Eilbert, p. 15; MISONNE, Forannan, p. 57.
123
Ed. DESPY, Waulsort, p. 324. Passage cité supra, p. 165.
124
Infra, p. 170 et supra, n. 120.
125
La date de la Vita Kaddroe est bien établie: elle est dédiée à Immon, abbé de Gorze depuis 982 (Vita Adalberoni secundi, XXVI; ed. PERTZ, MGH SS, IV [Hanovre, 1841], p. 668. – Annales Fuldenses, a°982; ed. J. F. BOEMER, Fontes rerum germanicarum, III, p. 157) et est écrite avant la mort d’Otton II en décembre 983 (Vita Kaddroe, XXIV; ed. HENSCHENIUS, p. 477); d’autres indices confirment cette ^fourchette* chronologique. Sur la date de la Vita Kaddroe, voir MISONNE, Kaddroe, p. 24-33 et 41-42; ou, plus brièvement, DESPY, Waulsort, p. 32-36; DE GAIFFIER, Clément-Caddroe, p. 32-33; MISONNE, Eilbert, p. 167. On signalera ici, sur Kaddroe à Saint-Clément de Metz, les vers 1016-1061 de la Vita Clementis metrica écrite par un moine irlandais de Saint-Clément vers l’an mil: ms. B. R. 10615-10729, f° 175 v°-178 v°; ed. partielle E. DUMMLER, N. A., V, 1880, p. 433-437 avec corrections de TRAUBE, N. A., XI, 1886, p. 643 ; ed. totale (et excellente), K. STRECKER, MGH, Poet. lat. M. A., V, 1, p. 108-145. Sur les Irlandais à Saint-Félix de Metz, cfr., en dernier lieu, SEMMLER, Iren, p. 949-951 et 956-957 (avec bibliogr. compl.).
126
Sur l’identité de ce moine (Eimannus, c’est-à-dire Her(i)mannus?), voir la discussion approfondie de MISONNE, Kaddroe, p. 13-17 et 34-43.
167
la fin du Xe siècle127. La date et la valeur de la Vita ne furent, en fait, jamais contestées et on devra accorder aux chapitres XIX à XXVIII – relatifs à Saint-Michel et à Waulsort-une importance prépondérante.
Le long résumé qui suit fournit, en fait, le cadre de la chronologie relative à l’action de Kaddroe, dont on pourra préciser, grâce aux actes de 945 et 946, quelques termini précis.
XIX.
Kaddroe et d’autres peregrini quittent l’Irlande pour le continent, débarquent à Boulogne et se rendent à Péronne, sur la tombe de saint Fursy128. Non loin de là, une noble matrona, Hersent, souhaitait favoriser l’action de peregrini et, quia erat sterilis, les faire bénéficier de son action et de ses biens129.
XX.
C’est pourquoi lorsqu’elle apprit l’arrivée de Kaddroe et de ses compagnons, elle les fit venir et leur proposa d’élire résidence dans la forêt de Thiérache où s’élevait un oratoire dédié à saint Michel130. L’église fut agrandie; des lieux d’habitations (domibus), construits131; la communauté, constituée de treize moines, élit son supérieur132. Kaddroe, choisi, refusa; et c’est le compagnon de Kaddroe, Maccalan, qui devint le premier supérieur de Saint-Michel. Les Scotti profitèrent pendant longtemps des bienfaits (ibique diu) d’Hersent; puis marquèrent le souhait de devenir
127
Sur le culte de Kaddroe, voir surtout DE GAIFFIER, Clément-Caddroe; ajouter notamment MISONNE, Kaddroe, p. 2-12.
128
Comme le souligne dom D. Misonne (Kaddroe, p. 71-72), ce renseignement est d’une importance capitale pour l’histoire de Péronne (Parronam monasterium) dont on dit trop volontiers – à la suite des Annales de Saint-Vaast (Annales Vedastinii; ed. de SIMSON, MGH SS in usum scholarum, p. 49, a° 880) et du Sermo in tumulatione SS. Quintini, Victorici et Cassiani (ed. HOLDER-EGGER, MGH SS, XV, 1, p. 272) (cfr. D’HAENENS, Invasions normandes, p. 48, 181, 225) – qu’elle fut entièrement détruite par les Normands en 880. D. Misonne émet également l’hypothèse que Kaddroe n’a pu rester à Péronne parce qu’il y avait encore une communauté monastique (Kaddroe, p. 72). On ajoutera au dossier de Péronne au début du Xe siècle, une mention passée inaperçue (ou presque): c’est à Saint-Fursy de Péronne qu’est enterré Charles le Simple, mort en captivité le 7 octobre 929 (ECKEL, Charles le Simple, p. 134 et n. 2, avec renvoi aux sources).
129
Vita Kaddroe, XIX; ed. HENSCHENIUS, p. 476: Non longe erat matrona Hersendis nomine, nobilitate et opibus inclyta, sanctae devotionis ardore plena. Et quia erat sterilis, si quos inveniret sanctae peregrinationis viros, suscipere cogitabat, eis que benefacere propter nomen Domini Salvatoris.
130
Vita Kaddroe, XX; ed. HENSCHENIUS, p. A7d:Audito itaque peregrinorum adventu, mox adest exorans et suadens ut ad se dignentur venire. Qui cum se locum a saeculo eis paratum dixissent quaerere, ubi labore manuum suarum viventes Domino possent servire; gavisa illa ostendit eis locum in sylva Theorascense sacrum B. Michaelis ex nomine.
131
Vita Kaddroe, XX; ed. HENSCHENIUS, p. 476: quem cum habilem suae voluntati dilexissent, et a matrona ecclesia ampliata domibusque constructis manerent (…).
132
Vita Kaddroe, XX; ed. HENSCHENIUS, p. 476: Communi consilio, erant enim tredecim, statuere ut Domnum Kaddroe sibi dominum etpatrem eligerent. Le nombre de treize moines est, évidemment, un rappel biblique; il n’est cependant pas possible de savoir s’il s’agit d’un simple cliché hagiographique ou si, dans la réalité, la première communauté de Saint-Michel a souhaité se rapprocher de l’image biblique (sur ce topos et sa réalité, voir HELLERSTRÔM, Zwôlfzahl, p. 590-596). Lorsqu’en 961, Roricon de Laon restaura l’abbaye Saint-Vincent de Laon sous la direction de Maccalan (qui était – et restera – abbé de Saint-Michel-en-Thiérache), la première communauté était constituée, en plus de l’abbé, de douze moines de Fleury (acte de Roricon, 1er octobre 961; ed. MIGNE, P.L., CXXXIII, col. 951-954). D’autres exemples semblables pourraient être évoqués, particulièrement dans le contexte de la réforme du début du Xe siècle.
168
moines (monasticae religioni coeperunt aspirare). Hersent envoya Maccalan à Gorze, dont l’abbé était Agenold133 et Kaddroe, à Fleury, sous Archambaud (Erkembal-dus)134. Tous deux firent profession monastique dans leur abbaye d’élection.
XXI.
Le temps s’écoula. Hersent fit rappeler Maccalan qui, revenu ad locum olim electum, assura la direction de Saint-Michel. Il y avait135, sur la Meuse, un locus prisco vocabulo Walciodorus nominatus136; Hersent y établit Yordo monastique et en nomma comme prévôt (praepositus), Kaddroe, revenu de Fleury137. Peu de temps après, Maccalan estima qu’il était au-dessus de ses forces de cumuler la cura utriusque loci; il poussa Kaddroe – avec l’appui d’Otton Ier138 – à accepter le titre abbatial de Waulsort139.
133
Vita Kaddroe, XX; ed. HENSCHENIUS, p. 476: domina illa Machalanum Gorziam, scilicet disciplinatui venerabilis Agenaldi … direxit. Agénald (Agenold, Einold) était l’abbé placé à Gorze depuis sa restauration, en 933, par Jean de Vandières (Vita Johannis Gorziensis, XXIX; ed. PERTZ, p. 344-345); il est mentionné comme abbé de Gorze, dans les chartes depuis 935 jusqu’en 967 (D’HERBOMEZ, Gorze, p. 173 à 204, passim). Sur Agenold, voir MISONNE, Kaddroe, p. 89; HALLINGER, Gorze-Kluny, p. 51-59; PARISSE, Gorze, p. 84 et n. 7.
134
Vita Kaddroe, XX; ed. HENSCHENIUS, p. 476: (Hersendis) … Kaddroe vero Floriacum ubi Erkembal-dus vir magnae religionis praeerat, direxit. Archambaud succéda, comme abbé de Fleury, à Odon de Cluny, mort le 18 novembre 942 (Vita Odonis, II, 12; ed. MABILLON, AA SS, OSB, V, p. 170) et restera abbé jusqu’à sa mort survenue entre 950 et 958. En 940 déjà, Archambaud est mentionné comme abbé dans une charte de Fleury (Archembaldus, abbas monasterii sancti Pétri et sancti Benedicti Floriacensis; ed. PROU-VIDIER, Saint-Benoît, I, p. 119-120, n° XLVI), il occupait ce poste d’abbé ^provisoire* en l’absence d’Odon (démonstration concluante de MISONNE, Kaddroe, p. 87-88, n. 2). Je considère comme bien établie l’hypothèse selon laquelle Archambaud cumulait son abbatiat provisoire de Fleury avec l’abbatiat de Saint-Evre de Toul où il est attesté de 935 à 942 (sources dans MISONNE, Kaddroe, p. 87, n. 2). Sur cet important personnage qui commença sa carrière comme moine (puis prévôt) de Cluny avant de faire partie de l’entourage d’Adalbéron, voir par exemple, HALLINGER, Gorze-Kluny, p. 60-62.
135
Vita Kaddroe, XXI; ed. HENSCHENIUS, p. 477: Erat autem locus supra M osam fluvium prisco vocabulo Walciodorus nominatus. Cette phrase apparaît sans aucune transition ou lien logique apparent dans le chap. XXI de la Vita Kaddroe; la succession chronologique des faits a probablement commandé cette rupture du récit.
136
Sur l’étymologie de Waulsort (origine celtique en -durus), voir J. HERBILLON, L’étymologie de Waulsort, dans: Notes Waulsortoises, I, p. 31-32. La pseudo-étymologie savante donnée par l’Historia Walciodorensis monasterii, XVI (Vallis-decora; ed. WAITZ, p. 511) est bien sûr inexacte.
137
Vita Kaddroe, XXI; ed. HENSCHENIUS, p. 477: Hue illum advocans, monasticum ordinem institua, Dominumque Kaddroe a Floriaco reductum, omni conamine renitentem, praepositum ordinavit. La structure de cette phrase est ambiguë; la logique appellerait comme sujet de instituit et ordinavit, Machalanus cité précédemment mais le membre de phrase hune illum advocans (parallèle au début du chapitre qui fait intervenir Hersent qui rappelle Maccalan) ne peut se comprendre qu’en faisant dyillum, Maccalan et d’Hersent, le sujet dyadvocans et donc d’instituit. L’interprétation proposée ici (voir aussi MISONNE, Kaddroe, p. 94, n. 1 et p. 95) fait d’Hersent, la véritable fondatrice et l’initiatrice de la vie régulière bénédictine à Waulsort. La suite de la phrase montre que Maccalan avait été nommé abbé de Waulsort par Hersent.
138
Vita Kaddroe, XXI; ed. HENSCHENIUS, p. 477: Rege tune, post Augusto, Ottone cogente. Cette intervention directe d’Otton n’est pas exceptionnelle; voir MISONNE, Kaddroe, p. 97, n. 1.
139
Vita Kaddroe, XXI; ed. HENSCHENIUS, p. 477: Multi non fluxerunt die s, cum Machalanus videret utriusque loci curam vires suas excedere, salubri consilio multorum petitionem sibi iungens Domnum orabat Kaddroe, ut nomen patris in loco Walciodoro non recusaret suscipere.
169
XXII.
La vie monastique à Waulsort crût; la renommée de Kaddroe se diffusa. Kaddroe fit un miracle en faveur d’un moine, Girerus, qui avait fait profession à Waulsort140.
XXIII.
Hersent fonda le monastère de Bucilly où elle place un virginum chorum141. Kaddroe fit un miracle.
XXIV.
Le renom de Kaddroe continue à croître. Adalbéron Ier, évêque de Metz, pensa faire venir Kaddroe à Metz; sur les conseils – et avec l’appui – d’Agenold (l’abbé de Gorze qui avait formé Maccalan) et d’Anstée (abbé de Saint-Arnoul de Metz)142, il obtint qu’il quitte Waulsort et prenne la direction d’une illustre abbaye de Metz, alors réduite à néant143.
XXV.
Kaddroe qui avait accepté la cura animarum des moines de Waulsort, emmena à Metz plusieurs d’entre eux144. Il installa comme abbé celui que les moines restants avaient choisi: his qui remanserant secundum voluntatem illorum Patrem praefecit145. Cet abbé quitta la via rectitudinis146 et Kaddroe tenta, en vain, de le remettre sur la bonne voie147.
140
Vita Kaddroe, ed. HENSCHENIUS, p. 477:… nomen eius (= Kaddroe)… multos ad agonem sanctae regulae advocabat. Girerus, ancien soldat (ou chevalier?) devenu moine (ad Cbristum nôbilis confugius, militiae cingulum solverat), était manifestement issu de l’aristocratie locale et faisait donc partie de ces Franci dont parle l’acte de Robert de 946 (supra, p. 165).
141
Vita Kaddroe, XXIII; ed. HENSCHENIUS, p. 477. Sur Bucilly, voir MISONNE, Eilbert, p. 12-13 et 42.
142
Vita Kaddroe, XXIV; ed. HENSCHENIUS, p. 477: Ut (Adalbero) amator religiosorum, venerabiles viros Agenoldum et Ansteum ad se advocatos, de viro (= Kaddroe) interrogavit et quomodo ad eum perveniat, inquirit. Agenold et son cousin Anstée apparaissent comme conseillers d’Adalbéron lors de la translation des reliques de sainte Glossinde en 951 (cfr. Miracula S. Glodesindis, XLVII; ed. PERTZ, p. 238). Sur Agenold, voir supra, n. 133. Anstée appartenait au premier groupe monastique de Gorze; nommé en 944 ou 945 abbé de Saint-Arnoul de Metz, peu après la restauration de cette abbaye par Adalbéron en 942, il en resta abbé jusqu’à sa mort en 960 (Vita Johannis Gorziensis, LXVI-LXVII; ed. PERTZ, p. 355-356). Sur Anstée, voir MISONNE, Kaddroe, p. 101 et n. 1; HALLINGER, Gorze-Kluny, p. 67-68; PARISSE, Gorze, p. 85, n. 9.
143
Sur la restauration de Saint-Félix (Saint-Clément), voir surtout DE GAIFFIER, Clément-Caddroe. HALLINGER, Gorze-Kluny n’accorde aucune attention particulière (cfr. p. 48, n. 13) à cette réforme pourtant significative. Un acte perdu cite Kaddroe comme abbé de Saint-Clément en 953 ; cfr. Gallia Christiana, XIII, col. 867.
144
Vita Kaddroe, XXV; ed. HENSCHENIUS, p. 477: Et quia (…) (Kaddroe) curam susceperat animarum, quosdam (monachos) secum a Walciodoro adduxit. La Vita s. Clementis metrica (texte de la fin du Xe siècle ou du début du XIe; cfr. DE GAIFFIER, Clément-Caddroe, p. 33-35) souligne que, du temps de Kaddroe, les peregrini étaient nombreux à Saint-Clément (ed. STRECKER, MGH, Poet. lat. MA, V, p. 143-144, v. 1026-1028); il s’agissait sûrement, pour une partie d’entre eux, de moines de Waulsort. Le caractère irlandais de Saint-Clément fut confirmé à la fin du Xe siècle, non seulement par la nomination comme abbé du Scottus Fingenius pour succéder à Kaddroe (Vita Clementis; ed. STRECKER, p. 144, v. 1059), mais encore par le statut de monasterium Scottorum accordé, en 992, par Otton III au monastère Saint-Symphorien de Metz, restauré par Fingenius (ed. SICKEL, MGH DD, II, p. 493, D.O. III 84, 25janvier 992; clauses à rapprocher de l’acte royal de 946 pour Waulsort, notamment pour la nomination des abbés). Sur Saint-Symphorien, par ex. HALLINGER, Gorze-Kluny, p. 90-92 et MISONNE, Kaddroe, p. 104-105.
145
Vita Kaddroe, XXV; ed. HENSCHENIUS, p. 477.
146
Vita Kaddroe, XXV; ed. HENSCHENIUS, p. 477: qui licet postea a via rectitudinis exorbitaverit, non multum ad illum pertinuit.
147
Vita Kaddroe, XXV; ed. HENSCHENIUS, p. 477. Pour expliquer les tentatives infructueuses de Kaddroe, l’hagiographe a recours à Ezechiel, III, 17, puis passe brutalement à l’abbatiat réussi de Kaddroe à Metz.
170
XXVI-XXVII. Un miracle se produisit lors d’un voyage vers Gorze, suite à une visite de Kaddroe à Waulsort, en compagnie de Womar, abbé de Saint-Pierre de Gand, et d’Alétran, abbé de Gembloux (sic pour Lobbes?)148.
XXVIII.
Un autre miracle eut lieu lors de la rencontre de Kaddroe et du duc Frédéric149. Peu après, lors d’un voyage de Waulsort à Metz, Kaddroe guérit un jeune homme, nutritus peut-être de Waulsort150.
Sans envisager ici la fondation même de Waulsort (ce sera l’objet du chapitre suivant), il est utile de préciser les indices chronologiques que donne la Vita Kaddroe. Du chapitre XXI, on peut déduire un terminus post quem pour la formation monastique de Maccalan et de Kaddroe: Agenold fut abbé de Gorze de 923 à 967151 alors qu’Archambaud présida aux destinées de Fleury de 940 à 950152. Le chapitre XXIV donne les noms d’Agenold déjà cité, d’Anstée, abbé de Saint-Arnoul de 942 à 960153, en plus de celui d’Adalbéron Ier, évêque de Metz de 929 à 962154. Inversement, les chapitres XXVI à XXVIII donnent un terminus ante quem au départ de Kaddroe pour Metz; en effet, Womar fut abbé de Saint-Pierre de 953 à sa mort, en 981155, Alétran, abbé de Lobbes en 960, mourut le 9 novembre 965156; Frédéric Ier, le frère (ou
148
Cet apparent lapsus calami donne un argument décisif contre la thèse de M. de Waha relative aux origines de Gembloux: il ne peut se comprendre que dans le cadre des relations étroites entre Gembloux et Lobbes vers 950-965. Dom Misonne (Kaddroe, p. 106-110) fournit une fine interprétation du titre d’abbas Gemblacensis monasterii donné à Alétran: celui-ci aurait été moine de Gembloux et doit être identifié au «chancelier* du même nom des chartes de 947-953 et »951« (ROLAND, Gembloux, n°s 4 et 5, p. 13-16). Après l’agression des moines de Lobbes qui, le 20 octobre 957, ont attaqué Erluin le rendant infirme (voir supra, p. 118) et incapable de diriger son abbaye, c’est Alétran qui aurait exercé la gestion réelle de Gembloux. Comme Alétran fut nommé abbé de Lobbes en 960, le voyage commun de Kaddroe, Alétran et Womar (abbé à Gand depuis le départ de Gérard en 953; cfr. infra, p. 237), ne peut avoir eu lieu que le 9 septembre (jour de la Saint Gorgon, explicitement cité) 958, 959 ou éventuellement 960. A cet argument logique, dom Misonne en ajoute un autre: pourquoi un abbé de Lobbes se serait-il rendu à Gorze pour y fêter la Saint Gorgon? Lobbes, en effet, ne suivit un mouvement de réforme que sous l’impulsion de Richard de Saint-Vanne au début du Xle siècle. Par contre, la réforme de Gorze a été introduite à Gembloux par le fondateur de l’abbaye, saint Guibert (qui, en 958-960, se trouvait précisément à Gorze!). L’hypothèse de dom Misonne semble recevable et la date de 958-960 peut être retenue pour la visite de Kaddroe mentionnée au chapitre XXVI de la vita (ed. HENSCHENIUS, p. 478). Si l’on opte pour un lapsus calami de l’hagiographe, la date s’en trouve quelque peu modifiée: Alétran fut abbé de Lobbes de 960 à sa mort, le 9 novembre 965, et la Saint Gorgon à laquelle il assista à Gorze, doit donc être placée le 9 septembre d’une année entre 960 et 965.
149
Vita Kaddroe; ed. HENSCHENIUS, p. 478. Le duc Frédéric, nommé dux par Brunon en 959, est – rappelons-le – le frère de l’évêque de Metz Adalbéron Ier; cfr. PARISSE, Maison d’Ardenne, p. 22. Sur les relations de Frédéric et de Kaddroe, voir MISONNE, Kaddroe, p. 115-119. Sur Frédéric, cfr. surtout KIENAST, Herzogstitel, p. 382-384 (avec bibliogr. compl.).
150
Vita Kaddroe, XXVIII; ed. HENSCHENIUS, p. 478: A saepedicto etiam loco Walciodoro scilicet Metim pergebat, et secum iuvenem, quem ipse nutrierat, comitari iusserat. Dom Misonne (Kaddroe, p. 35 et n. 2) suggère que ce jeune homme pourrait être l’auteur de la Vita Kaddroe.
151
Supra, n. 133.
152
Supra, n. 134.
153
Supra, n. 142.
154
Par ex. WICHMAN, Adalbero ou PARISSE, Maison d’Ardenne, p. 20-21.
155 Infra, p. 237-238.
156
Voir surtout l’hypothèse de dom Misonne (supra n. 148), selon laquelle on pourrait retenir une date entre 956 et 960 pour le miracle où intervint Alétran. Sur Alétran, supra, p. 119-120.
171
demi-frère?) d’Adalbéron, fut duc de Lotharingie de 959 à 978157. De ces dates, une seule revêt une importance capitale: celle du début de l’abbatiat d’Archambaud à Fleury158, les autres sont trop larges pour apporter vraiment du neuf à la chronologie de Waulsort.
Un second point à mettre en évidence, c’est que la Vita Kaddroe ne recoupe pas l’acte de 945, qui vise uniquement la desserte de Y oratorium de Saint-Michel et non l’implantation des peregrini en forêt de Thiérache. De l’interprétation que j’ai donnée plus haut de l’acte de 945, on peut seulement déduire que le retour de Maccalan à Saint-Michel et peut-être l’adoption de la règle bénédictine sont antérieurs au 3 février 945.
Enfin, la Vita Kaddroe permet de donner un terminus post quem pour l’arrivée sur le continent de Maccalan, Kaddroe et des peregrini qui les accompagnent: Kaddroe est successivement reçu par le roi scot Constantin III, le roi Eric à York et le roi Edouard à Winchester. Les dates des règnes de ces souverains et le temps que dut prendre le périple de Kaddroe permet de donner, comme terminus, l’extrême fin de 940. L’année 941 semble convenir parfaitement pour l’embarquement de Kaddroe à Hythe et son arrivée à Boulogne159.
b. La fondation de l’abbaye de Waulsort: chronologie
L’exposé du contenu des sources contemporaines a permis de mettre en évidence plusieurs recoupements entre les textes, autorisant ainsi une chronologie plus sûre. G. Despy considérant l’acte de 945 comme faux, la date de 946 pouvait alors servir de terminus ante quem pour les fondations de Saint-Michel et de Waulsort et pour l’abbatiat des quatre premiers abbés de Waulsort (Maccalan, Kaddroe, un abbé indigne dont Y Historia Walciodorensis nous donne le nom: Godefroid, Forannan)160. Pour dom Misonne, au contraire, c’est l’acte comtal de 946 qui est faux; la date de 945 sert de terminus post quem pour ces quatre abbatiats et Forannan ne peut être abbé avant 951161. Sur ces deux canevas, des points parfois majeurs diffèrent, notamment pour le début de l’observance bénédictine, pour le rôle et la personnalité des fondateurs, ou pour les raisons de la fondation de Waulsort. Le tableau suivant permettra de comprendre la succession des événements; les dates qui y figurent entre parenthèses sont données à titre d’hypothèse.
157
PARISSE, Maison d’Ardenne, p. 22; PARISOT, Haute-Lorraine, p. 278-321; KIENAST, Herzogstitel, p. 382-384.
158
Supra, n. 134. De façon surprenante, dom Misonne – qui connaît pourtant la charte de 940 – garde le terminus post quem traditionnel de novembre 942 pour la formation de Kaddroe à Fleury (Kaddroe, p. 88) et, se basant sur le jour de la profession de Kaddroe (la conversion de saint Paul: 25 janvier), donne les dates de 943 (début du séjour de Kaddroe à Fleury) et 944 (profession monastique).
159
Vita Kaddroe, XV-XIX; ed. HENSCHENIUS, p. 475-476. On trouvera tous les éléments de discussion sur ces dates dans MISONNE, Kaddroe, p. 62-70 et Moine Kaddroe, p. 417-418. Le terminus post quem le plus sûr est la nomination d’Edmond comme roi anglo-saxon, à la mort de son frère Athelstan en octobre 939; par ailleurs, Eric serait resté roi de Northumbrie de 937 à 941, date de la nomination d’Olaf Guthfrithson par Edmond.
160
DESPY, Waulsort, p. 3-8.
161
MISONNE, Eilbert, p. 13-16.
172
Saint-Michel
Waulsort
Metz
(941?)
aprè
s oc-tobre 940

Hersen
t relève Yoratorium Saint-Michel; le culte y renaît

de
s peregrini, arrivés à Péronne, sont appelés par Hersent; ils s’installent près de l’oratoire Saint-Michel.
(941/942 ou 942/943?)

Maccalan
, supérieur de la petite communauté, se rend à Gorze; Kaddroe va à Fleury, où, après un noviciat d’un an, il fait pro-fession le 25 janvier (943?).
(944?)

Maccalan
, rappelé à Saint-Mi-chel, y exerce l’abbatiat et y instaure Yordo bénédictin

Eilber
t et Hersent fondent sur leurs terres un monasterium à Waulsort. Maccalan, premier abbé, y instaure Yordo bénédic-tin; Kaddroe, rappelé de Fleu-ry, est prévôt (944?)

aprè
s un bref abbatiat, Macca-lan abandonne sa charge; Kad-droe devient le second abbé.

sou
s l’abbatiat de Kaddroe, le prestige de Waulsort croît. Des Francs s’y font moines et s’y ajoutent à une colonie irlan-daise.
3
févrie
r 945

le
s peregrini de Saint-Michel obtiennent de pouvoir desservir Yoratorium Saint-Michel, qu’ils reçoivent en bénéfice de l’évê-que de Laon

Kaddro
e est nommé abbé de Saint-Félix (Saint-Clément) de Metz, où il emmène quelques moines irlandais de Waulsort (septembre 945?)

Kaddro
e nomme, sur avis de la communauté de Waulsort, le troisième abbé, Godefroid, dont l’abbatiat est catastrophi-que (septembre 945?)

Godefroi
d est destitué après quelques mois. L’Irlandais For-annan est élu quatrième abbé. Il restaure la discipline monasti-que à Waulsort (fin 945 – début 946?)
2
jui
n 946

Rober
t de Namur donne la villa de Mélin à l’abbaye bénédictine de Waulsort.
10
sept. 946

Otto
n Ier confirme la dotation primitive de Waulsort et lui ac-corde le statut de monasterium peregrinorum.

Maccala
n meurt à Saint-Michel le 21 janvier 978,62

Foranna
n meurt à Waulsort le 30 avril 980,63

Kaddro
e meurt à Metz le 6 mars 974 ou 975,64
173
On a remarqué la difficulté de faire coïncider des dates dans les trois colonnes: en fait, pour chaque abbaye, on a un terminus ante quem. Pour Saint-Michel, l’instaura-tion de la règle bénédictine a lieu avec le retour de Maccalan, avant le 3 février 945165. Pour Waulsort, les trois abbatiats de Maccalan, Kaddroe et Godefroid sont antérieurs au 2 juin 946, peut-être même de plusieurs mois puisqu’à cette date, l’abbé Forannan est dit avoir (r)établi le bon ordre à Waulsort166. La chronique de Waulsort donne la date de 944 pour la fondation de Waulsort; je la crois recevable sur ce point167. Si cette année devait se vérifier, on ne pourrait qu’être troublé par le rapprochement entre l’acte de 945 d’Adalbéron de Metz (qui restaure Sainte-Glossinde et lui donne Y abbatia d’Hastière) et l’appel de Kaddroe à Metz168.
c. Les fondateurs: Eilbert et Hersent
L’identité des fondateurs de Waulsort pose d’épineux problèmes de critique histori-que; certes leur nom est connu, tant par des chartes que par la Vita Kaddroe. On sait aussi qu’Eilbert et Hersent ont fondé l’abbaye de Saint-Michel-en-Thiérache et ont restauré l’abbaye d’Homblières. Mais le consensus s’arrête là; quelle est la part respective d’Eilbert et d’Hersent? Les terres sur lesquelles fut bâtie Waulsort, appartenaient-elles à Eilbert ou à Hersent? Eilbert, vassal du comte de Vermandois, a-t-il fondé Waulsort pour résoudre les difficultés insurmontables que créait la possession de terres qui appartenaient depuis peu à l’Empire? Ou, tout au contraire, Eilbert était-il seigneur de Florennes et peut-on vérifier l’assertion de YHistoria Walciodorensi monasterii selon laquelle Eilbert se serait marié et aurait donné ses terres d’Entre-Sambre-et-Meuse à ses beaux-fils, faisant ainsi souche à la fameuse famille de Florennes? G. Despy et D. Misonne arrivent à des conclusions radicalement différen-tes; sans vouloir aborder (et résoudre) cette question complexe qui met en cause, en plus de la crédibilité de la chronique de Waulsort, la chanson de geste dite de Raoul de Cambrai et la véracité de nombreux actes, il me faut cependant situer le dossier qui se révèle d’une importance capitale pour l’histoire de l’abbaye de Waulsort bien sûr, mais aussi de l’abbaye et du chapitre de Florennes, ainsi que – de façon plus générale -pour la compréhension de l’histoire de l’Entre-Sambre-et-Meuse à la fin du Xe et au XIe siècle.
162
FLODOARD, Annales, a° 978; ed. LAUER, p. 164. Voir aussi WEISGERBER, Irenwelle, p. 732-733 et 735; BUR, Mouzon, p. 289; SEMMLER, Iren, p. 947-949 et 956.
163
DESPY, Waulsort, p. 7-8. La Vita Forannani, composée à Waulsort dans la première moitié du XIIe siècle, donne la date de 982 (Vita Forannani, VIII; ed. PAPEBROCHIUS, AA SS, Avril, III, p. 819), mais le successeur de Forannan, Thierry, est mentionné dans une charte vraie bien datée de 981 (ed. DESPY, Waulsort, p. 332-333, n°7); on retiendra donc 980, Tannée citée par l’Historia Walciodorensis monasterii (XXXVI; ed. WAITZ, p. 522). Cfr. aussi SEMMLER, Iren, p. 947.
164
MISONNE, Kaddroe, p. 129-130; SEMMLER, Iren, p. 947-949 et 956.
165
Supra, p. 172. M. Bur (Mouzon, p. 289) n’hésite pas à qualifier Waulsort de ^fondation jumelle de Saint-Michel*.
166
Supra, p. 166.
167
Historia Walciodorensis monasterii, XIV; ed. WAITZ, p. 510. Même avis: DESPY, Waulsort, p. 6; NONN, Hastière, p. 54; WEISGERBER, Irenwelle, p. 734-735 et n. 32.
168
Kaddroe arriva à Metz le jour de la Saint Gorgon (Vita Kaddroe, XXIV; ed. HENSCHENIUS, p. 477), c’est-à-dire le 9 septembre (945); la charte d’Adalbéron date du 6 octobre 945. Cfr. supra, p. 152 (et n. 20).
174
Par souci de concision, je n’évoquerai qu’allusivement la polémique qui s’est développée sur les rapports entre YHistoria Walciodorensis monasterii et la geste de Raoul de Cambrai; on en trouvera tous les éléments, accompagnés d’une critique minutieuse, dans les thèses de G. Despy et D. Misonne169.
cl. L’Eilbert légendaire170
Selon YHistoria Walciodorensis monasterii, Eilbert, fils d’Ebroin et de Berthe, tenait de sa mère la terre de Florennes171. Guerrier valeureux, il n’hésita pas à brûler l’église Notre-Dame de Reims pour récupérer un précieux bijou (Pintaille de Waulsort, dont j’aurai à reparler) à un clerc rémois à qui il l’avait donnée en gage172. Charles le Simple -qui était venu au secours des Rémois – fut fait prisonnier par Eilbert et son frère, le comte Herbert de Vermandois. Il s’ensuivit une guerre qui mit surtout aux prises Raoul de Cambrai – à qui Charles le Simple aurait accordé le fief de Vermandois, laissé vacant par la mort d’Herbert – et les quatre fils d’Herbert soutenus par leur oncle Eilbert, qui s’estimaient lésés par la mesure royale. Le conflit, en dernier ressort, opposa Bernier (fils illégitime d’Eilbert) et Gautier (neveu de Raoul); Eilbert, pris de remords, songea à réparer ses fautes passées173.
D’accord avec sa femme Hersent, Eilbert fonda et dota les abbayes de Saint-Michel-en-Thiérache174, Bucilly175, Homblière176 et trois autres monastères bénédictins177. Eilbert, retiré dans son château de Florennes, décida ensuite de construire, en 944, une septième abbaye, dédiée à Notre-Dame (en réparation de l’incendie de Reims), à Waulsort. Il plaça les biens du monastère sous la protection royale d’Otton, dont il
169
DESPY, Waulsort, p. 175-186; MISONNE, Eilbert, p. 87-114. Parmi les ouvrages consacrés à la Geste de Raoul de Cambrai et qui ont touché aux liens entre la Geste et l’Historia Walciodorensis monasterii, je relèverai, dans l’ordre chronologique de leur parution: P. MEYER et A. LONGNON, Raoul de Cambrai. Chanson de geste, Paris, 1882; J. BEDIER, La légende de Raoul de Cambrai, dans: Revue Historique, XCV, 1907, p. 225-262 et XCVIII, 1908, p. 1-26 (réimpr. J. BEDIER, Les légendes épiques. Paris, 3eéd., 1926,1, p. 335-368; et complément, II, p. 441-468); A. LONGNON, Nouvelles observations sur Raoul de Cambrai, dans: Romania, XXXVII, 1908, p. 193-208 et p. 491-496 (premier complément), et ibidem, XXXVIII, 1909, p. 219-263 (second complément); J. ACHER, Notes sur Raoul de Cambrai, dans: Revue des Langues Romanes, LUI, 1910, p. 101-160; F.LOT, Etudes sur les légendes épiques françaises. I. Raoul de Cambrai, dans: Romania, LU, 1926, p. 75-133 (réimpr. Etudes sur les légendes épiques françaises. Paris, 1958, p. 23-72); P.C. BOEREN, Contribution à l’histoire de Cambrai à l’époque mérovingienne. Masstricht-Vroonhoven, 1940, p. 86-92. Toutes ces études sont résumées et critiquées dans la thèse de G. Despy; on y ajoutera un livre paru depuis (mais qui n’ajoute rien de neuf à la polémique sur Eilbert/Ybert), de P. MATARASSO, Recherches historiques et littéraires sur Raoul de Cambrai. Paris, 1962. Synthèse originale: WAYENS, Notes waulsortoises, I, p. 3S-73, surtout p. 38-39.
170
Par Eilbert » légendaire*, j’entends Eilbert tel qu’il est présenté dans l’Historia Walciodorensis monasterii (et non celui de la Geste de Raoul de Cambrai), dont on trouvera un excellent résumé critique dans MISONNE, Eilbert, p. 47-85.
171
Historia Walciodorensis monasterii, I—III ; ed. WAITZ, p. 505-506. Cfr. MISONNE, Eilbert, p. 47-52.
172
Historia Walciodorensis monasterii, IV; ed. WAITZ, p. 506-507. Sur cette intaille, voir infra, p. 188-189, cfr. aussi MISONNE, Eilbert, p. 53-57.
173
Historia Walciodorensis monasterii, V-VIII; ed. WAITZ, p. 507-508. Cfr. MISONNE, Eilbert, p. 58-59.
174
Historia Walciodorensis monasterii, IX; ed. WAITZ, p. 509. Cfr. MISONNE, Eilbert, p. 60-62.
175
Historia Walciodorensis monasterii, X; ed. WAITZ, p. 509. Cfr. MISONNE, Eilbert, p. 60-62.
176
Historia Walciodorensis monasterii, XI; ed. WAITZ, p. 509-510. Cfr. MISONNE, Eilbert, p. 60-62.
177
Historia Walciodorensis monasterii, XII; ed. WAITZ, p. 510. Cfr. MISONNE, Eilbert, p. 60-62.
175
reçut l’investiture et l’abbatiat178. Revenu à Waulsort, Eilbert fit don à son abbaye du
béryl, l’intaille qui avait causé tant de mal. En 969, Eilbert confia la direction de
Waulsort à un Irlandais, Forannan, qui devint ainsi le premier abbé régulier de
Waulsort179. Après la mort d’Hersent – morte à Bucilly mais inhumée à Saint-
Michel180 -, Eilbert contracta un nouveau mariage mais cette union resta stérile,
comme la première181. Sa seconde épouse avait de son premier mariage deux fils
(Arnoul et Godefroid), à qui Eilbert donna la région (pagus) de Florennes et tous les
biens qu’il possédait sur le bannum de Florennes182. Quelques mesures furent prises
pour lier plus étroitement Florennes et Waulsort183. Enfin, Eilbert fit préparer à
Waulsort un vaste caveau qui devait servir de sépulture à ses proches, ses amis et, plus
tard, à lui-même184. Le 28 mars 977, Eilbert mourut dans son domaine de Fleurus,
alors qu’il avait quitté Waulsort pour se rendre à Homblières185; son corps fut ramené,
en grande pompe, à Waulsort pour y être enseveli.
c2. Eilbert, seigneur de Florennes?
Le récit de la chronique de Waulsort est, comme on l’aura remarqué, fantaisiste sur
presque tous les points, notamment sur le rôle d’Eilbert dans la bataille entre
Vermandois et Cambrésis (récit qui est une démarque de la Geste de Raoul de Cambrai
alors en formation)186 et sur les circonstances et la chronologie de la fondation de
Waulsort (le rôle de Forannan, par exemple, qui est le quatrième et non le premier abbé
de Waulsort)187. La totalité des historiens s’accordent pour considérer YHistoria
comme un récit légendaire et peu scrupuleux; aucun d’entre eux, notamment,
n’accorde une quelconque valeur au tableau généalogique d’Eilbert, tel qu’il est
présenté au début de la chronique188. On a, par ailleurs, pu montrer dans le détail
178 Historia Walciodorensis monasterii, XIII-XV; ed. WAITZ, p. 510. Cfr. MISONNE, Eilbert, p. 63-66.
179 Historia Walciodorensis monasterii, XVI-XXVII; ed. WAITZ, p. 511-518. Cfr. MISONNE, Eilbert,
p. 67-80.
180 Historia Walciodorensis monasterii, XXVIII; ed. WAITZ, p. 518.
181 Historia Walciodorensis monasterii, XXVIII; ed. WAITZ, p. 518:… carnali conubio, eadem coniuge
sterili cum eo permanente, vixit absque liberis. Cfr. MISONNE, Eilbert, p. 81-84.
182 Historia Walciodorensis monasterii, XXIX; ed. WAITZ, p. 519: Haec autem nobilis mulier, ex alio
anteriore marito, binos bonae indolis adolescentulospariens nutrierat, qui comiti morefiliorum (…) non
sicut victrico sed sicut proprio patri ministrabant (…). Cornes (…) inquit: »(…) Quapropter tibi
Godefrido etfratri tuo Arnulfo ob gratiam domini mei régis (…) in testimonio eius et nobilium de curia
pagum Florinensem cum integro suo banno et indominicatum beneficium ex eodem banno liberaliter
trado et (…) castrum ibidem a me constructum cum suis municipalibus et opidum concedo vobis*.
183 Mesures énumérées par l’Historia Walciodorensis monasterii, XXVIX (in fine) et XXX; ed. WAITZ,
p. 519-520. Parmi celles-ci, on peut relever qu’Eilbert demande à ses beaux-fils de s’engager (pour eux
et leurs successeurs) à avoir leur sepultura à Waulsort. Voir infra, p. 186-187 sur l’absence de toute
sépulture de membres de la famille de Florennes à Waulsort.
184 Historia Walciodorensis monasterii, XXXI; ed. WAITZ, p. 520: Eilbert aurait aussi fait transporter
dans le caveau de Waulsort, les restes de ses ancêtres, de ses parents, de son fils Bernier et de son frère
Boson.
185 Historia Walciodorensis monasterii, XXXII; ed. WAITZ, p. 520-521.
186 Voir, en particulier, DESPY, Waulsort, p. 176-186.
187 Supra, p. 174 et infra, p. 189-190.
188 Un seul point de cette généalogie peut être retenu: il semble bien que \efidelis Ebroin qui, en 879, reçut
de Louis le Bègue les domaines d’Anthisnes et d’Heure (domaines qui constituèrent, en 944-946, une
partie de la donation primitive de l’abbaye de Waulsort) soit le père ou, plus vraisemblablement, le
176
l’origine et la finalité (souvent intéressée) de telle affirmation du chroniqueur qui n’hésite pas à infléchir le récit de ses sources ou à déformer sciemment la réalité historique. Ceci est vrai pour les premiers chapitres de YHistoria, concernant le rôle et la personnalité d’Eilbert; ce sera également vrai pour la suite du récit où l’on s’efforcera notamment de glorifier l’abbaye de Waulsort par rapport à Hastière et de montrer la prééminence de celle-là sur celle-ci.
On a pourtant pris au sérieux quelques affirmations de YHistoria du sujet d’Eilbert: entre autres, des allégations du chroniqueur sur Eilbert comme seigneur de Florennes et sur le remariage de celui-ci avec une noble veuve189 que, suivant les Miracula Gengulphi rédigés à Florennes dans le second quart du XIe siècle, on identifie avec Alpaïde, femme de Godefroid, comte en Hainaut190. Cette Alpaïde est, en effet, la mère d’Arnoul de Florennes et de plusieurs autres enfants, dont les noms sont connus par une charte de 981 pour Waulsort191 et par l’obituaire primitif de l’abbaye de
grand-père d’Eilbert. Voir, pour l’acte de 879, ed. DESPY, Waulsort, p. 322-323 (édition reprise, tout récemment, par R. H. BAUTIER, dans son Recueil des actes de Louis II, p. 92-94, n° 31). Sur Ebroin comme père d’Eilbert, DESPY, Waulsort, p. 198-199; sur Ebroin comme grand-père d’Eilbert, MISONNE, Kaddroe, p. 132-133 et Eilbert, p. 49. Les tentatives généalogiques de J.DEPOIN, Recherches sur l’origine d’Eilbert de Waulsort, dans: A.F.A.H.B., XXI: Liège 1909, au t. II, p. 907-916 et dans: B. I. A. L., XXXIX, 1909, p. 121-130, sont sans fondements sérieux. On doit ajouter au dossier d’Ebroin un acte de 855 par lequel l’empereur Lothaire donne à sonfidelis vassalus Ebroin une terre en Hesbaye (ed. SCHIEFFER, MGH, DD Karol, III, p. 309-310, DLoI 138); voir aussi NONN, Hastière, p. 55 et VAN REY, Divisions, p. 175 (qui n’hésite pas à considérer comme valables certaines données de l’Historia sur le pagus de Florennes soi-disant apporté par Berthe lors de son mariage avec Ebroin). Sur les actes relatifs à Ebroin, cfr. aussi MISONNE, Eilbert, p. 135-138.
189
Le plus récent défenseur de cette thèse est dom D. Misonne (Eilbert, en particulier p. 26-34; résumé dans Eilbert de Florennes, dans: Biographie Nationale, XXXV, 1 [Bruxelles, 1969], col. 225-228), dont les conclusions ont été acceptées par de nombreux savants comme L. Genicot (notamment dans sa préface à MISONNE, Eilbert, p. V-VI) et dom N. Huyghebaert (CR de MISONNE, Eilbert, dans R. B. P. H., XLVI, 1968, p. 560-564).
190
GONZON, Miracula Gengulphi, III; ed. HENSCHENIUS, p. 648: Eo tempore Arnulphus, Alpaidis et Godefridi Hainoensis pagi comitis filius, Florinis dominabatur. Cfr., par ex., MISONNE, Eilbert, p. 26-27. En attendant une nouvelle étude sur les comtes de Hainaut aux Xe et XIe siècles (étude que promet G. Despy), on se référera toujours – pour le comte Godefroid – à J. DHONDT, Note critique sur les comtes de Hainaut au Xe siècle, dans: A. C. A. M., LIX, 1945, p. 123-144. Cfr. aussi infra, p. 268, n.43.
191
Ed. DESPY, Waulsort, p. 332-333, n°7. On a beaucoup écrit sur l’identité de cette Alpaïde, que -jusqu’à tout récemment – on identifiait avec une Alpaïde qui céda son domaine de Tourinne-la-Grosse en partie à Hastière et en partie au chapitre Saint-Paul de Liège, un alleu à Jodoigne à Saint-Paul de Liège (c’est-à-dire deux domaines hesbignons, voisins de celui de Grand-Rosière qu’elle donne, en 981, à Waulsort) et qui fonda, sur son domaine d’Hougarde, un chapitre de chanoines séculiers. On estimait évident qu’il s’agissait d’une même Alpaïde, richement possessionnée en Hesbaye. Dernièrement, cependant, on a mis en doute cette identification: dans l’obituaire de Florennes, Alpaïde (la mère d’Arnoul de Florennes) est commémorée au 28 octobre (MISONNE, Florennes, p. 98 et commentaire, p. 99) alors qu’à Saint-Paul de Liège, son obit se fêtait au Ier février (voir, par exemple, P.J. DEBOUXHTAY, Les possessions de la collégiale Saint-Paul de Liège au XIIe siècle, dans: Leodium, XXVI, 1933, p. 45-54, en particulier p. 49, n° 6 qui se réfère au Stipes novus decimarum sancti Pauli necnon bonarum ac redituum a° 1674, f° 1157). A moins d’éléments nouveaux, on doit donc abandonner l’hypothèse traditionnelle, dont la cohérence est pourtant troublante; voir, par ex., ROLAND, Rumigny-Florennes, p. 17-19; DESPY, Waulsort, p. 202, n. 1; J. VAN DER VELPEN, Alpeide stichteres der collégiale kerk van Hoegaarden, dans: Eigen Schoon en de Brabander, XXXVI, 1953, p. 1-17 (article discutable); J. VAN DER VELPEN, Alpeide gravin van Hoegaarden, dans: Eigen Schoon en de Brabander, XXXVII, 1955, p. 14-26 (également très discutable); J.VAN DER VELPEN, Geschiedenis van Hoegaarden. Louvain, s.d. (1959), p. 23-26.
177
Florennes192. Comme Arnoul est le premier seigneur connu de Florennes, on l’identifie volontiers avec le beau-fils d’Eilbert; quant au second beau-fils dont parle YHistoria, Godefroid, on n’en trouve nulle trace, ni dans la charte d’Alpaïde de 981 (et on a dès lors supposé qu’il était mort à cette date)193, ni dans l’obituaire de Florennes194. Cette dernière absence plaide indiscutablement pour une création ex nihilo d’un Godefroid par l’auteur de YHistoria Walciodorensis monasterii195.
Pour confirmer la chronique de Waulsort sur Eilbert comme seigneur de Florennes, on a fait valoir des éléments subsidiaires suivants:

l
a charte royale de 946, par laquelle Otton Ier confirme la fondation de Waulsort, reprend les biens dont Eilbert et Hersent ont fait don à l’abbaye pour en constituer la dotation foncière; parmi ceux-ci, six manses et une brasserie à Florennes (in loco Florines dicto)m. Ce qui prouve qu’Eilbert était possessionné à Florennes; s’il n’a donné que six manses, c’est, affirme-t-on volontiers, qu’il a gardé le reste pour son usage propre197.

un
e charte d’Arnoul de Morialmé, en 1087, mentionne une donation à Waulsort198: in ecclesia Walciodorensi sanctae Dei genitricis Mariae, in qua cornes nobilissimus iacet Eilbertus qui multa bona antecessoribus meis et Florinas gratis donavit, et amicus, et non victricus eorum extitit. Cette formule atteste donc – en plus du titre comtal accordé à Eilbert – qu’en 1087 déjà (pour autant que l’acte soit entièrement vrai), à Florennes et/ou Waulsort, on croyait qu’Eilbert avait donné gratis Florennes aux enfants de sa seconde femme199.

l’obituair
e primitif de Florennes, datant des environs de 1029-1037, comprend les noms des membres de la famille d’Ardenne et de celle de Florennes200 ainsi que quelques noms que l’historien ne peut rattacher directement à ces deux familles201; parmi ceux-ci, au 23 décembre, Hersindis uxor Eilberti202. On ne peut, affirme-t-on dès lors, expliquer la présence d’Hersent dans l’obituaire de Florennes, que par ses liens avec Eilbert203. Les tenants de cette interprétation avouent néanmoins leur étonnement devant l’absence d’Eilbert lui-même204.

u
n des fils d’Arnoul de Florennes – celui qui deviendra abbé de Maroilles puis de Saint-André-du-Cateau – porte le prénom d’Eilbert205; compte tenu de la valeur
192
Ed. MISONNE, Obituaire, p. 97-98. Cet obituaire date d’entre 1029 et 1037 (ibidem, p. 107).
193
Par exemple, ROLAND, Rumigny-Florennes, p. 18.
194
MISONNE, Obituaire, p. 97-98.
195
MISONNE, Obituaire, p. 100; MISONNE, Eilbert, p. 82.
196
Ed. DESPY, Waulsort, p. 325-327, n°3.
197
MISONNE, Eilbert, p. 30.
198
Ed. DESPY, Waulsort, p. 349, n°20 ou ed. MISONNE, Arnoul de Morialmé, p. 70-71 (dont j’accepte la remarque, p. 69-70, sur la signature Isenbardus dictator atque scriptor).
199
Voir, par exemple, MISONNE, Arnoul de Morialmé, p. 67 et 78-79; MISONNE, Eilbert, p. 27 et 30.
200
MISONNE, Obituaire, p. 98-103. Cfr. tableau généalogique, p. 262-263.
201
II s’agit notamment de noms de moines de Florennes et de Saint-Vanne de Verdun; cfr. MISONNE, Obituaire, p. 105-106.
202
Ed. MISONNE, Obituaire, p. 98.
203
MISONNE, Obituaire, p. 103-104; MISONNE, Eilbert, p. 27-29.
204
MISONNE, Obituaire, p. 104.
205
Sur celui-ci, par exemple ROLAND, Rumigny-Florennes, p. 32-33.
178
accordée aux prénoms, cette permanence impliquerait l’appartenance d’Eilbert à la famille de Florennes206. – un texte hagiographique, passé inaperçu des historiens de Florennes jusqu’à sa mise en évidence par D. Misonne en 1967, fait état d’une relique de saint Rigobert, donnée par l’archevêque de Reims, Hugues (le frère du comte de Vermandois), à un nobilissimus servus servorum Dei nommé Hilbertus (qu’on identifie avec Eilbert); per multum tempus, la relique fut honorée à l’endroit où Hilbertus l’avait déposée, puis, novaeprolis succedentibus filiis, elle fut transportée à Florennes, dans l’abbaye Saint-Jean-Baptiste207. Ce récit, écrit à Florennes après 1011 mais encore dans la première moitié du XIe siècle208, corroborerait donc des liens entre Eilbert et Florennes, par l’intermédiaire d’enfants novae prolis, expression où l’on voit tantôt une allusion au second mariage d’Eilbert209, tantôt un argument chronologique qui signifierait les petits-enfants d’Eilbert210.
Les quelques éléments supplémentaires, apportés par certains historiens en faveur de la thèse d’Eilbert seigneur de Florennes, ne doivent même pas être pris en considération; ils ne résistent pas aux arguments donnés, de concert, par G. Despy et D. Misonne.
Les cinq arguments cités plus haut ont été présentés par D. Misonne, qui en déduisait la véracité de la tradition rapportée par YHistoria Walciodorensis monasterii: Eilbert, qui avait des biens dans le nord de la France et était un des grands vassaux du comte de Vermandois, était seigneur de Florennes et avait sous sa juridiction une cinquantaine de villages de l’Entre-Sambre-et-Meuse ainsi que d’autres domaines en Namurois et au diocèse de Liège. Il a effectivement épousé en secondes noces Alpaïde et a laissé au fils aîné de celle-ci, Arnoul, ses possessions en Entre-Sambre-et-Meuse, principalement sa villa et son château de Florennes211.
Pour G. Despy qui, en 1957, ne connaissait ni l’obituaire de Florennes, ni la Translatio Rigoberti, les arguments donnés par la chronique de Waulsort sont inconsistants: Arnoul est seigneur de Florennes, parce qu’il tient ces terres de son père, le comte Godefroid212; la charte d’Arnoul de Morialmé (1087) est entièrement fausse et, en bonne critique, on ne peut rien tirer ni de la mention du prénom d’Eilbert porté par un fils d’Arnoul Ier (et qui montre seulement la vogue de la légende d’Ybert de Ribémont, c’est-à-dire de la Geste de Raoul de Cambrai)213, ni de l’attestation de quelques biens sis à Florennes (biens peu représentatifs dont Eilbert se débarrasse au profit de Waulsort). Pour G. Despy donc, Godefroid (le mari d’Alpaïde et le père d’Arnoul) est seigneur de Florennes alors qu’Eilbert est un ^seigneur français*, vassal
206
MISONNE
, Eilbert, p. 29 et n. 1.
207
MISONNE, Eilbert, p. 175, annexe n° 29. Sur Rigobert, saint obscur, voir, en dernier lieu, PH. ROUILLARD, Rigoberto, dans: Bibliotheca Sanctorum, XI (Rome, 1968), col. 186.
208
MISONNE, Eilbert, p. 28 et 173-175 ; le plus ancien manuscrit conservé date de la première moitié du XIe siècle.
209
MISONNE, Eilbert, p. 29.
210
MISONNE, Eilbert, p. 28.
211
Voir, par exemple, MISONNE, Eilbert, p. 26-34.
212
DESPY, Waulsort, p. 201-203.
213
DESPY, Waulsort, p. 201.
179
du comte de Vermandois; »nous avons donc à faire (…) à deux couples totalement étrangers l’un à l’autre: Godefroid de Florennes et sa femme Alpaïde, Eilbert de Ribémont et sa femme Hersent*2H. Ces deux couples ne se confondront que dans la chronique de Waulsort des environs de 1150 et dans la charte de 1087, acte que G. Despy estime faux et dont il place la réalisation au milieu du XIIe siècle215. UHistoria Walciodorensis monasterii aurait – au même titre que d’autres récits ou textes – repris la légende épique sur le comte Ybert et identifié à ce glorieux chevalier le fondateur homonyme de Waulsort216; les effets de la légende se marquent, dès 1050, avec le titre de cornes donné à Eilbert217, mais, vers 1150, on précise le siège de ce comté qu’Eilbert aurait dirigé: la région de Florennes »parce que toute voisine, la famille seigneuriale de Florennes était la plus puissante de toute la région et parce que le diplôme d’Otton Ier de 946 pour Waulsort avait appris à l’historien de l’abbaye qu’Eilbert y possédait un praedium qu’il avait inclus dans la dotation primitive de Waulsort*218.
La découverte de l’obituaire de Florennes ne permet pas de maintenir, telles quelles, les conclusions de G. Despy: le couple Hersent/Eilbert y est, en effet, associé à la famille de Florennes dès le début du XIesiècle au plus tard. Je crois donc nécessaire de présenter brièvement les conclusions auxquelles je suis arrivé; mon point de départ réside dans la démonstration de G. Despy qui a montré, de façon définitive me semble-t-il, que PEilbert historique est bien seigneur de Vermandois et que la tradition relative à la détention par Eilbert, de Florennes et de l’Entre-Sambre-et-Meuse n’apparaît qu’à la fin du XIesiècle (1087), voire au milieu du Xlle siècle219. Sur cette base – que je préciserai au chapitre suivant – il faut expliquer les réelles difficultés que posent les textes mis en évidence par dom Misonne.
Le document le plus problématique est la charte de 1087: faux intégral (thèse de G. Despy)? vrai intégral (thèse de dom Misonne)? acte vrai interpolé? Cet acte n’existe plus en original; il a été recopié, au milieu du XlPsiècle, sur un parchemin où était déjà reproduit un important acte de 1080 dont G. Despy a montré la véracité intégrale220. L’acte de 1080, relatif à la construction à Dinant d’un pont sur la Meuse comprend, dans l’exposé, la mention suivante: a tempore Eilberti comiti quiprimus in Waltiodoro monachicam vitam instituit221 ; à ceux qui voyaient dans le titre comtal attribué à Eilbert, un indice d’interpolation, G. Despy a montré que, dès les environs de 1050, on avait à Waulsort affublé Eilbert du titre de cornes en identifiant le fondateur de l’abbaye au héros de la Geste de Raoul de Cambrai, geste dont le succès croissait au fil des années222. L’acte de 1087, non seulement reprend le titre comtal (ce qui, en soi, n’est pas anormal à la fin du XIe siècle), mais encore rattache explicitement Eilbert à la
214
DESPY, Waulsort, p. 203.
215
DESPY, Waulsort, p. 204 et, pour Pacte de 1087, p. 209-215 et 253-254.
216
DESPY
, Waulsort, p. 196 (tableau).
217
Vers 1050, en effet, Sigebert de Gembloux parle déjà d’Eilbert comme cornes (Vita Theoderici, VI; ed. PERTZ, p. 467); ce renseignement fut peut-être transmis, directement ou non, à Sigebert par Tabbaye de Waulsort (DESPY, Waulsort, p. 194-195).
218
DESPY, Waulsort, p. 205.
219
Voir le tableau de DESPY, Waulsort, p. 196.
220
Ed. DESPY, Waulsort, p. 344-346, n° 18 et, pour la véracité de Pacte, p. 209-215.
221
DESPY, Waulsort, p. 345.
222
DESPY, Waulsort, p. 210-211.
180
maison de Florennes en parlant de la donation de Florennes aux ancêtres d’Arnoul de Morialmé; ce don fut fait par Eilbert, comme ami (amicus) et non comme beau-père (victricus, terme aux connotations péjoratives). Enfin, la mention de la sépulture d’Eilbert à Waulsort est, elle aussi, une »première«; G. Despy soutient d’ailleurs qu’Eilbert, en tant que seigneur du Vermandois, n’a probablement jamais été enterré dans l’abbaye mosane223.
A ces quelques arguments de fond, G. Despy oppose une liste d’arguments déforme et montre l’irrégularité du formulaire de la charte privée de 1087224. Dom Misonne, en reprenant point par point ces critiques, arrive à une conclusion toute différente: »les formes diplomatiques de notre charte sont celles que l’on est en droit d’attendre d’un acte vrai du XPsiècle«22S; ce qui, ajoute-t-il, n’entraîne pas que les allégations relatives à Eilbert soient vraies pour le Xesiècle, mais seulement pour la date de rédaction226. A priori la démonstration de D. Misonne paraît convaincante, à la seule restriction -peut-être – que la redevance annuelle cédée, dans l’acte, par Arnoul à Waulsort me semble mieux correspondre au XIIe siècle, comme invite d’ailleurs à le penser la reprise explicite de cette redevance dans l’acte »comtal« d’Eilbert de 946 227, faux grossier écrit à Waulsort vers 1150228. Il y a cependant un élément important qui met sur la piste d’une interpolation effectuée lors de la copie de l’acte vrai de 1087, copie rendue nécessaire par le mauvais état de l’acte, causant ainsi quelques difficultés de lecture229. Le nom Eilbertus est, dans la copie de l’acte de 1087, écrit au-dessus de qui multa dans le passage in qua cornes nobilissimus iacet qui multa bona …; dom Misonne le remarque, »si Eilbertus figurait dans l’original, on comprend mal que ce mot si important ait été omis par le scribe«; il aurait été ajouté lors de la copie230. Or, selon moi, cette addition n’est pas une simple précision complémentaire qu’aurait suggérée l’acte de 1080 que le copiste venait de retranscrire; elle est l’indice même de l’interpolation. Au moment de copier la phrase – qui figurait dans l’original – in qua cornes nobilis(simus) Eilbertus iacet, le scribe avait toute son attention tournée vers les deux propositions qu’il allait ajouter après iacet: qui multa bona antecessoribus meis et Florinas gratis donavit et et amicus et non victricus eorum extitit231 et n’a rajouté le nom
223
DESPY, Waulsort, p. 211-212.
224
DESPY, Waulsort, p. 20^-215.
225
MISONNE, Arnoul de Morialmé, p. 78.
226
MISONNE
, Arnoul de Morialmé, p. 68-^9 et 79.
227
Voir la comparaison de deux textes dans DESPY, Waulsort, p. 213. A remarquer que, dans une brève note critique, G. Despy objecte à D. Misonne surtout des arguments de fond: »il ne fallait point détacher aussi radicalement ce document d’un ensemble de falsifications avérées* (Revue du Nord, XLIX, 1967, p. 785); c’est, en effet, là que réside l’erreur de D. Misonne qui n’a pas voulu croire à l’interpolation, pourtant évidente quand on compare l’acte de 1087 et la chronique de Waulsort (infra, n.231).
228
Ed. DESPY, Waulsort, p. 327-329, n° 4 et pour la date du faux, p. 206-209 et 253.
229
Hypothèse jugée »trop faible* par DESPY, Waulsort, p. 211. Sur les difficultés de lecture, voir, par ex., Hesineuil/Hesmevil: DESPY, Waulsort, p. 213 et MISONNE, Arnoul de Morialmé, p. 77, n. 4.
230
MISONNE, Arnoul de Morialmé, p. 69, pour qui »la phrase tient bien sans Eilbertus* et pour qui il s’agit d’une addition »pour bien marquer qu’il s’agit bien (dans les dates de 1080 et de 1087) du même personnage*.
231
Le premier passage est une démarque de l’Historia Walciodorensis monasterii (IV; ed. WAITZ, p. 506) sur l’inscription de l’intaille de Waulsort (voir infra, p. 189 et n. 281) dansplurima gratis!multa bona gratis donavit. Le second passage est, lui, inspiré de l’Historia, XXIX (ed. WAITZ, p. 519): non sicut
181
d’Eilbert qu’à la relecture. L’oubli du nom d’Eilbert, sans lequel la phrase devenait boiteuse et peu claire232, refléterait donc l’hésitation du faussaire. Le but de la falsification est, quant à lui, évident: il s’agit de rehausser »le prestige du fondateur de Waulsort en faisant dépendre de lui la fortune de la puissante Maison de Florennes*233. Je ne crois pas, par contre, que l’interpolation inclue la proposition: in qua comes nobilissimus Eilbertus iacet; ces mots expliquent une partie du dispositif: la donation par Arnoul, en plus de la redevance citée plus haut, d’une rente viagère (et donc peu suspecte de falsification, vers 1150!) pour l’entretien du tombeau d’Eilbert234. Reste à expliquer la soudaine vénération des Morialmé-Florennes pour Eilbert vers 1087: on le verra, Eilbert – par son mariage avec Hersent – avait laissé un souvenir positif à Florennes235; l’attraction de son tombeau pour la famille de Florennes doit, quant à elle, être replacée dans le contexte de la fin du XIe siècle. A ce moment, Hastière avait entrepris de s’élever au rang d’abbaye (et non de prieuré) sous l’abbatiat de Lambert236; parmi les arguments dont elle pouvait, à juste titre, se prévaloir, figurait sa fondation par un (vrai) comte Wigéric qui était enterré à Hastière237. Waulsort, de son côté, désirait opposer à Wigéric, un autre »comte«, Eilbert, enterré à Waulsort et qui aurait, entre autres avantages, celui d’être lié aux origines de la plus puissante famille locale. Une expression, un peu plus tardive, du conflit entre Hastière et Waulsort par Florennes interposé découlera de la nomination par Otbert, en 1092238, du prieur d’Hastière, Gislebert, comme abbé de Saint-Jean-Baptiste de Florennes239: Gislebert n’hésitera pas à dilapider une partie du patrimoine de l’abbaye, fondation de la famille de Florennes qui en avait gardé l’avouerie240. Je crois donc que la charte de 1087, interpolée vers 1150 en ce qui concerne la »légende« d’Eilbert, reflète l’association d’intérêts entre Waulsort et Florennes, opposés à Hastière.
Ces quelques réflexions sur la charte de 1087 ont laissé entrevoir les liens entre Eilbert et Hersent d’une part, la famille de Florennes d’autre part; ils expliquent notamment pourquoi un fils d’Arnoul de Florennes porte le nom d’Eilbert241,
victrico sed sicut proprio patri/et amicum et non victricum. Le superlatif nobilissimus me semble, lui aussi, un indice d’une interpolation pour nobilis, mot qu’on trouve du vivant d’Eilbert; une charte de Stavelot de 926 mentionne pourtant un nobilissimus Heilbertus, qui possédait des biens à Wellin (c’est-à-dire non loin d’Heure en Famenne); on ne sait s’il s’agit bien de notre Eilbert (HALKIN-ROLAND, Stavelot, I, p. 134-136) – ce qui, en soi, n’est pas improbable (MISONNE, Eilbert, p. 32, n. 5).
232
Je prends ici le contre-pied des affirmations de MISONNE, Arnoul de Morialmé, p. 69; il suffit de relire la charte de 1087 pour se rendre compte de la présence indispensable du nom d’Eilbert.
233
DESPY, Waulsort, p. 214.
234
DESPY, Waulsort, p. 212-213.
235
J’anticipe ici sur une partie des conclusions qui seront présentées plus bas, p. 183-184.
236
Supra, p. 157-158 et infra, p. 191-192.
237
Voir, sur ce point, la charte vraie d’Adalbéron pour Sainte-Glossinde de Metz (945); ed. WOLFRAM, p. 18; cfr. supra, n. 7.
238
KUPPER, Liège, p. 355 et 391.
239
Cantatorium, LXX; ed. HANQUET, p. 158 et 160.
240
DEVROEY-DIERKENS, Avouerie, p. 55-58.
241
L’explication de G. Despy (Waulsort, p. 201) selon laquelle »le nom de l’abbé de Maroille peut provenir de la popularité du nom d’Ybert répandu par la chanson de geste*, ne me semble en effet pas suffisante puisque Eilbert ne peut être né après 980 (ROLAND, Rumigny-Florennes, p. 32, n° 2) et que je ne crois pas que le succès de la Geste de Raoul de Cambrai ait pu, moins d’un demi-siècle après les événements, être déjà assuré à Waulsort s’il n’y avait d’autres liens avec Eilbert.
182
pourquoi Arnoul de Morialmé verse une rente pour entretenir le culte d’Eilbert242 et même comment une relique donnée à Eilbert a pu être transférée à Florennes243. Mais je ne puis croire au remariage d’Eilbert et à la donation »gratuite« de Florennes à ses beaux-fils; le remariage de deux veufs (Eilbert et Alpaïde), qui – de surcroît – n’est attesté qu’au milieu du XIIe siècle, c’est-à-dire près de deux siècles après, me semble trop refléter un arrangement artificiel244. La solution est ailleurs, on doit la chercher du côté d’Hersent. N’est-ce pas elle en effet qui, seule, apparaît dans l’obituaire de Florennes? Lepraedium de Florennes donné à Waulsort ne provient-il pas d’Hersent, considérée comme seule fondatrice par la Vita Kaddroe} Plus tard (vers 1050?), n’est-ce pas une autre Hersent qui donnera à Waulsort des biens sis à Samart, c’est-à-dire à côté de la paroisse et du domaine de Florennes245? Hersent a donc dû à un titre ou à un autre être liée directement à la famille de Florennes, même si – comme Eilbert – sa fortune, remontant à la Lotharingie d’avant les événements de 870-880 ou de 925, se répartissait de part et d’autre de la frontière de 925245bls.
On pourrait objecter qu’à une difficulté j’en oppose une nouvelle, le personnage d’Hersent étant en soi plus énigmatique que celui d’Eilbert. On ne peut cependant
242
Acte de 1087; ed. DESPY, Waulsort, p. 349, n° 20: ego ipse ob amorem et reverentiam iam dicti comitis, XII denarios quamdiu vixero per memet ipsum offeram singulis annis, quos volo ut ardeant super tumulum venerabilis viri.
243
D’autres explications sont néanmoins possibles. En voici une, à titre d’hypothèse. La Translatio Rigoberti parle bien du don du bras de Rigobert à Hilbertus (c’est-à-dire, je crois, Eilbert) qui le met en lieu sûr, avant de le confier à la vénération des fidèles (Deo dicandis servandum in locis). Ce lieu où est conservée la relique n’est pas précisé; pourquoi pas les environs de Reims ou ceux de Cambrai où, on le sait, Eilbert avait des biens? Le transfert aurait eu lieu à l’instigation de Gérard de Florennes, soit comme chanoine de Reims (d’où il envoya, on le sait, de nombreuses reliques à son père Arnoul: Miracula Gengulphi, VI; ed. HENSCHENIUS, p. 648), soit comme évêque de Cambrai. Une double piste est donnée par la présence, avec le bras de Rigobert, de reliques de saint Valéry (reliques qui, au XIe siècle, voyagèrent de Legonaus/Saint-Valery-sur-Somme à Saint-Bertin et retour en 981; cfr. MISONNE, Eilbert, p. 174) et par les lieux de culte (rares) de Rigobert (eiuspatrocinantibus meritis.. .per multum tempus veneratur ab incolis; ed. MISONNE, Eilbert, p. 175). Cfr. supra, p. 179, n. 207, et infra, p. 264, n. 20.
244
Dans le même sens, DESPY, Waulsort, p. 202 : »ces mariages jumelés entre veufs trahissent un peu trop la savante machination*.
245
Historia Walciodorensis monasterii, LIX; ed.WAITZ, p. 529: quaedam nobilis mulier Herinsidis nomine ex antedictis Florinensibus (…) cum quodam Eilberto, coniugis suifratre uterino. Ce passage a été repéré notamment par ROLAND, Rumigny-Florennes, p. 31-32 qui propose d’identifier Hersent avec la femme de Gautier/Walter de Florennes, frère d’Eilbert (le futur abbé de Maroilles). Cette identification n’est pas impossible; auquel cas, le rapprochement fait ici entre les noms d’Hersent uxor Eilberti (de l’obituaire) et le couple Hersent/son beau-frère Eilbert (de l’Historia) doit être considéré comme non probant, puisqu’alors Hersent ne serait pas une Florennes. Divers arguments, notamment d’ordre chronologique, peuvent cependant être opposés au chanoine Roland.
245
bis M. Bur (Mouzon, p. 289, n. 7) va plus loin dans l’hypothèse: »il se pourrait qu’Hersent, épouse d’Eilbert, ait été la soeur de Godefroid, grand-père de Gérard* (c’est-à-dire – si je comprends bien – le comte Godefroid de Florennes et non le comte Godefroid de Verdun, autre grand-père de Gérard Ier de Cambrai). Hélas, M. Bur ne donne aucun argument précis pour étayer sa très séduisante proposition. Il faut aussi faire allusion ici à une expression utilisée par l’Historia Walciodorensis monasterii, XXXII; ed. WAITZ, p. 520): Eilbert serait mort à Fleurus sicut in proprio. Chantai Devroey-Zoller me suggère, sur la base de travaux inédits (cfr. notamment dans: A. F. A. H. B., XLV: Comines 1980, 1.1, p. 188-189), que Fleurus relevait peut-être d’Hersent. Cfr. aussi, sur les liens des Florennes et des Ardennes, les Gesta episcoporum Cameracensium, III, 1 ; ed. BETHMANN, p. 465 (avec les remarques de BUR, Mouzon, p. 288 et n. 4).
183
faire fi du récit de la Vita Kaddroe qui lie étroitement l’abbaye de Saint-Michel-en-Thiérache (où Hersent apparaît comme seule fondatrice) à celle de Waulsort (où, seule fondatrice, elle est associée à Eilbert dans l’acte de 946 relatif à la dotation primitive). Par ailleurs, la mention d’Hersent et l’absence d’Eilbert dans l’obituaire de Florennes constituent, à mon sens, un obstacle insurmontable si l’on veut rattacher, d’une façon ou d’une autre, l’assise du pouvoir de Florennes à la figure d’Eilbert que tous les éléments sûrs situent dans le nord de la France.
c3. L’Eilbert historique
Pour préciser l’identité d’Eilbert et d’Hersent, la liste des mentions contemporaines d’Eilbert et d’Hersent (pour celle-ci, la Vita Kaddroe ajoute des éléments importants) est éloquente. Je la reprends à la thèse de G. Despy, en y ajoutant seulement la mention d’Hersent dans la charte vraie de 945 pour Saint-Michel-en-Thiérache.
945:
quaedam matrona nomine Hersendis, fondatrice de Saint-Michel246;
946:
nobilis vir Eilbertus nomine; uxor sua Hersuindis et cum coniuge sua,
fondateurs de Waulsort247;
949:
nobilis vir Eilbertus et coniux sua Hersendis, réformateurs de l’abbaye
d’Homblières, le comte de Vermandois étant le dominus d’Eilbert248;
955:
vir Eilbertus, réformateur d’Homblières249;
954-956:
venerabilis vir Eilbertus, réformateur d’Homblières250;
956:
vir Eilbertus, réformateur d’Homblières251;
959 :
Eilbertus,
vassalus du comte de Vermandois (charte du comte de Verman-
dois, pour Homblières)252;
s. d. : nobilis etprudens vir Eilbertus, fidelis du comte de Vermandois (charte du
comte de Vermandois pour Homblières)253;
246
Charte de Raoul de Laon, 3 février 945; ed. MISONNE, Saint-Michel, p. 299.
247
Charte d’Otton Ier, 19 septembre 946; ed. DESPY, Waulsort, p. 326-327.
248
Charte de Louis IV, 1er octobre 949; ed. LAUER, Recueil Louis IV, p. 76-77.
249
Bulle du pape Agapet II, 949-955 ; ed. MISONNE, Eilbert, p. 156-157 (cette bulle n’a peut-être jamais été envoyée et aurait servi de prototype à celle de Jean XII, infra, n. 251; cfr. MISONNE, Eilbert, p. 158-159). Opinion contraire dans ZIMMERMANN, Papstregesten, p. 94, n° 245 (avec la date de début 955).
250
Charte de Lothaire, 954-956; ed. HALPHEN-LOT, Recueil Lothaire et Louis V, p. 18-19.
251
Bulle du pape Jean XII, 2 janvier 956; ed. MISONNE, Eilbert, p. 160-161. Cfr. ZIMMERMANN, Papstregesten, p. 101, n°264.
252
Charte d’Albert de Vermandois, 2 novembre 959; ed. MISONNE, Eilbert, p. 162-163, qui fait remarquer que le nom d’Eilbert (signum Eilbertivassalli) ne figure pas dans toutes les copies et suppose, sans raison suffisante à mes yeux, qu’il s’agit d’une interpolation. Selon lui, la place d’Eilbert dans l’acte serait anormale (immédiatement après le comte et avant les membres de la famille comtale) et aurait dû se trouver, in fine, avec les noms des trois autres vassaux. Or, dom Misonne l’a bien rappelé (Eilbert, p. 161), cet acte »offre tous les caractères de véracité souhaitables* ; ne pourrait-on dès lors s’interroger sur la place exceptionnelle d’Eilbert? Eilbert a joué un rôle capital dans la restauration d’Homblières (MISONNE, Eilbert, p. 20-25); l’identité de l’abbé d’Homblières, Bernier, qui a demandé à Albert de Vermandois de rédiger l’acte, peut aussi indiquer des liens privilégiés avec Eilbert (hypothèse de la n. 259, infra).
253
Charte d’Albert de Vermandois, s.d.; ed. MISONNE, Eilbert, p. 166-167.
184
s. d. : Eilbertus et uxor sua Heresindis (cités dans le dispositif d’une charte privée
pour Homblières)254; 969: vir illustris Eilbertus et coniux sua Hersindis, comme fondateurs de
Waulsort255; 982-983: matrona Hersendis nomine256.
De cette liste et du récit de la Vita Kaddroe, quelques constatations sont possibles. Hersent apparaît seule à Saint-Michel-en-Thiérache (945 ; Vita Kaddroe). C’est encore Hersent qui apparaît comme la véritable fondatrice de Waulsort; seule à être mentionnée dans la Vita Kaddroe, elle est accompagnée, dans la charte royale de 946, d’un qualificatif in religione ferventissima qui rejoint exactement les termes de l’acte de 945 (divina inspiratione compuncta) et de la Vita Kaddroe (sanctae devotionis ardore plena); Eilbert apparaît dans les actes de 946 et de 969, probablement comme co-fondateur de Waulsort. Par contre, à Homblières, les chartes font état d’Eilbert, seul (4 ou 5 cas)257 ou accompagné d’Hersent (2 cas), comme véritable responsable de la réforme: Eilbert détenait Homblières en bénéfice, qu’il cède – sans contrepartie, du moins apparemment – à son suzerain, le comte Albert de Vermandois, pour que lui-même la rende au roi et que soit ainsi possible un véritable statut d’indépendance258. Une petite restriction peut-être à ce geste apparemment totalement désintéressé: le premier abbé d’Homblières s’appelle Bernier, or la chronique de Waulsort parle d’un fils illégitime d’Eilbert qui porte précisément ce nom259.
Si la Vita Kaddroe est dans le vrai lorsqu’elle présente Hersent comme la véritable organisatrice de Waulsort, y introduisant la vie monastique et nommant Maccalan et Kaddroe, respectivement comme premier abbé et comme prieur, le rôle d’Eilbert, tel qu’il est présenté dans la charte de 946, pourrait être celui de possesseur du domaine de
254
Charte d’Herbert de Vermandois, s.d.; ed. MISONNE, Eilbert, p. 165-166.
255
Charte d’Otton Ier, 16 décembre 969; ed. DESPY, Waulsort, p. 330.
256
Vit
a Kaddroe, XIX-XXIII; ed. HENSCHENIUS, p. 476-477.
257
Voir supra, n. 249 et 251.
258
Voir l’acte de Louis IV pour Homblières (ed. LAUER, Recueil Louis IV, p. 7&-77):praedictus Eilbertus praedictam abbatiam domino suo comiti, videlicet Adalberto reddidit, isdem vero comes nostrae ditioni eamdem obtulit, ea scilicet ratione ut praecepto nostrae authoritatis ita banc muniri iuberemus quo, absque ulla omnino diminutione et sine aliqua alicubi subiectione, abbati regulari concessa inviolabilis inperpetuumpermaneret. On sait explicitement qu’Eilbert détenait, auparavant, l’abbaye d’Hombliè-res iure beneficii par une bulle d’Agapet II et une autre de Jean XII (supra, n. 249 et 251 : il n’y a peut-être qu’un seul acte réellement envoyé); ed. MISONNE, Eilbert, p. 156-157 et 160-161.
259
Historia Walciodorensis monasterii, VII; ed. WAITZ, p. 507-508: Mulier autem haec, cum magnis foret orta natalibus, seducta fuisse dinoscitur a comité Eilberto quasi sub quadam coniugii confoederatione; quae cum eo permansit, quousque alterius nobilissimae prosapiae mulieris legalis decreti cerimonia coniugii dans consensum, necteretur contubernio. (…) Haec itaque ex supradicto comité filium emixa est, cui in spirituali regeneratione et nominis agnitione Bernerus nomen impositum est. Bien sûr, l’Historia qui n’est d’ailleurs pas scrupuleuse dans sa connaissance des noms des protagonistes, fait mourir Bernier avant qu’Eilbert ne décide de fonder Saint-Michel, Bucilly et Homblières (Historia, IX; ed. WAITZ, p. 509); mais on ne peut s’empêcher d’être frappé par la présence d’un Bernier- dont on ne sait rien des origines (MISONNE, Eilbert, p. 22 et 105) – à la tête de l’abbaye à la restauration de laquelle Eilbert semble avoir le plus travaillé. Sur Bernier et Homblières, voir aussi VERCAUTEREN, Homblières, p. 652-653; VAN DER STRAETEN, Hunégonde, p. 45-46 et 50-52; supra n. 252 et infra, p. 240 et n. 378.
185
Waulsort qui, au même titre que ceux d’Heure et d’Anthisne260, aurait constitué l’assise foncière de la fondation de Waulsort. Dans cette hypothèse, on comprendrait qu’Eilbert ait souhaité être enterré à Waulsort, alors que sa femme a, dès 945, opté pour une sépulture à Saint-Michel.
Je crois donc toujours valable la conclusion de G. Despy selon qui Eilbert est bien un seigneur du Vermandois où il devait occuper une place de choix dans la hiérarchie des vassaux du comte, et la fondation de Waulsort, une solution qui unit avantageuse-ment la réelle piété religieuse et la difficulté causée par le passage de certains domaines lotharingiens d’Eilbert en terre d’Empire, passage rendu effectif par la mainmise d’Henri l’Oiseleur sur la Lotharingie en 925 mais ressenti comme définitif une vingtaine d’années après261. Hersent a dû obéir à un mobile similaire, mais il ne semble pas abusif de voir dans les convictions religieuses de celle-ci, l’origine même de l’évolution spirituelle de son mari.
c4. Waulsort, fondation de la famille de Florennes?
Je viens de dire pourquoi je ne crois pas qu’Eilbert ait jamais été seigneur de Florennes. A ceux que ma démonstration n’aurait pas convaincus, je tiens à signaler deux faits qui, a contrario, me semblent montrer que la famille de Florennes est restée étrangère au premier siècle d’existence de l’abbaye de Waulsort. La première constatation est qu’Eilbert, en tant que fondateur, avait des droits sur Waulsort: on n’en trouve nulle trace chez les Florennes. L’avouerie262 notamment fut confiée aux comtes de Namur; l’avouerie locale, à une grosse famille locale, la famille de Faing qui, selon toute apparence, n’était ni plus rapprochée de Waulsort, ni plus puissante que les Florennes – qui n’ont, d’ailleurs, à aucun moment revendiqué cette avouerie pour eux263. La deuxième constatation tient à l’existence à Waulsort, d’un cimetière où des nobles de la région étaient enterrés264. Eilbert, comme fondateur, est enseveli dans l’église; la mention d’un caveau où Eilbert aurait lui-même fait ensevelir des membres de sa famille est, peut-être, à retenir265 mais on ne connaît aucun membre de la famille de Florennes qui s’y serait fait ensevelir. Le chroniqueur de Waulsort doit du reste
260
Voir la charte de Louis le Bègue pour Ebroin (879); ed. DESPY, Waulsort, p. 322-323. Cfr. aussi, supra, n.231.
261
II suffit, en effet, de lire une histoire purement événementielle pour se rendre compte que les changements de frontière et les retournements d’alliance ont été si fréquents, entre 880 et 925 surtout, mais encore dans le second quart du Xe siècle, que la mainmise de la Lotharingie par Henri en 925 n’a pu être ressentie immédiatement comme définitive. Voir, par ex., PARISOT, Lorraine, p. 671-675.
262
DEVROEY-DIERKENS, Avouerie, p. 54-55.
263
Seul le faux acte d’Eilbert de 946 fait allusion à une renonciation des droits d’avouerie par les Florennes : ego, comes Eilbertus, proprius accessi etgladium quem causa institiaeportabam super venerabile corpus posui eique advocationem et providentiam totius abbatie tradidi (ed. DESPY, Waulsort, p. 328-329). Dans les faux de Waulsort, l’avouerie semble d’ailleurs n’avoir joué qu’un rôle mineur: l’Historia n’y fait qu’une rapide allusion (XXVII, ed. WAITZ, p. 518); les droits de la famille de Faing et du comte de Namur n’ont pas été contestés et n’ont apparemment pas donné lieu aux habituels abus. Cfr. DEVROEY-DIERKENS, Avouerie* p. 54-55 et 90-94.
264
Infra, p. 192 et Historia Walciodorensis monasterii, LXIX; ed. WAITZ, p. 532. Ajouter DESPY, Waulsort, p. 27 et GENICOT, Economie rurale, I, p. 42.
265
L’Historia Walciodorensis monasterii (XXXI; ed. WAITZ, p. 520) fait allusion à la sépulture à Waulsort, de tous les défunts – réels ou imaginaires – qui sont survenus dans le récit, notamment le père, la mère, le fils et un frère d’Eilbert. Cette affirmation peut être négligée.
186
recourir à un artifice peu convaincant266 pour expliquer cette absence, sûrement remarquée, en contradiction avec la légende que YHistoria voulait accréditer267.
2.
Waulsort
au Xe et au début du XF siècle
L’histoire de Waulsort avant le milieu du XIe siècle est mal connue, notamment à cause du manque de sources fiables; quelques chartes, seulement, peuvent être retenues en plus des textes narratifs relatifs aux premières années de l’abbaye. L’Historia Walciodorensis monasterii, écrit tendancieux, est parfois bien informée, mais déforme la chronologie et interprète l’histoire de Waulsort dans un but apologétique qui magnifie notamment le fondateur, Eilbert, et le quatrième abbé (considéré comme le premier!), saint Forannan. La Vita Forannani sur laquelle s’appuie souvent la chronologie de Waulsort, est un écrit polémique du début du XIIe siècle qui n’apporte rien à l’histoire de l’abbaye268; quant aux faux et aux actes falsifiés, ils ne peuvent servir que pour l’époque de leur rédaction, c’est-à-dire à une période postérieure au terme chronologique retenu ici.
a. L’abbaye de Waulsort jusqu’en 969
De sa fondation vers 944 à sa donation à l’évêché de Metz en 969, Waulsort connut, on l’a vu, trois abbatiats éphémères (Maccalan, Kaddroe, un abbé indigne peut-être nommé Godefroid) et un abbatiat qui, commencé au début de 946, durera jusqu’en 980269. Du fait de la longueur de l’abbatiat de Forannan, la césure que constitue l’acte de 969 pour l’histoire de Waulsort (ne fût-ce que par l’adjonction de l’importante villa d’Hastière) fut probablement peu ressentie; de plus, le fondateur, Eilbert, vécut pendant toute cette première phase d’existence de Waulsort270.
266
Historia Walciodorensis monasterii, LX; ed. WAITZ, p. 528: l’abbé Lambert aurait vendu (contre un cheval!) à Gonzon, abbé de Florennes, le droit de sépulture des seigneurs de Florennes, droit qu’Eilbert avait donné à Waulsort (Historia, XXIX; ed. WAITZ, p. 519). Cfr. infra, p. 278.
267
MISONNE, Eilbert, p. 83.
268
Sur la Vita Forannani, voir les quelques pages de présentation critique de DESPY, Waulsort, p. 52-58. La Vita fut composée à Waulsort vers 1130-1135; elle est une des sources du faux privilège pontifical de Benoît VII (Rome, 28 octobre 976; ed. DESPY, Waulsort, p. 330-332, n°6), lui-même antérieur à un diplôme vrai de Lothaire III qui s’y réfère (DESPY, Waulsort, p. 353-354, n°23).
269
Sur la date de la mort de Forannan, supra, p. 173 et n. 163.
270
Selon l’Historia Walciodorensis monasterii (XXXII; ed. WAITZ, p. 520-521), Eilbert mourut le 28 mars 977. Cependant l’acte royal d’Otton Ier de 969 précise vir quondam illustris Eilbertus (leçon retenue par DESPY, Waulsort, p. 330), mais une autre leçon donne vir quidam illustris Eilbertus (cfr. MISONNE, Diplôme d’Otton Ier, p. 50 et Eilbert, p. 35-37); on se trouve donc devant un dilemme qu’il n’est pas possible de trancher avec certitude. L’avantage majeur de quondam est que ce mot permet d’expliquer valablement la nature même de l’acte d’Otton Ier, qui aurait disposé de l’abbaye de Waulsort en faveur de Metz après (et peu après) la mort du fondateur, alors qu’on comprendrait mal, a priori, que cet acte si important pour Waulsort ne soit pas soussigné par Eilbert (qui n’y intervient à aucun titre) si celui-ci était encore en vie. Pour résoudre cette difficulté, dom Misonne utilise un texte de Sigebert de Gembloux (Vita Theoderici, VI; ed. PERTZ, p. 467) qui, vers 1050-1060, parle d’un testamentum par lequel Eilbert lègue Waulsort à Metz, testamentum qui sera confirmé par un impériale decretum (c’est-à-dire l’acte de 969); cfr. MISONNE, Diplôme d’Othon Ier, p. 48-49. A tout prendre l’absence de toute mention d’Eilbert lors de la rédaction (à Pavie, il est vrai) de l’acte de 969 ferait penser que le testamentum d’Eilbert est, au sens propre, un testament et non un simple acte écrit (signification courante du mot testamentum). Voir aussi DESPY, Waulsort, p. 127-129 et infra, n. 287.
187
Pour appréhender le quart de siècle qui sépare 944 de 969, l’historien n’a à sa disposition que deux chartes de 946 qui concernent surtout le temporel de l’abbaye: confirmation de la dotation primitive et première donation par le comte de Namur271.
On peut dire ici quelques mots de l’intaille carolingienne conservée à Waulsort et dont, on s’en souviendra, le chroniqueur de l’abbaye fait la cause de tant de guerres et de batailles272. Ce disque de cristal, d’une dizaine de centimètres de diamètre, faisait l’admiration des visiteurs de Waulsort273; on y avait gravé différents épisodes de l’histoire de la chaste Suzanne et des vieillards et une inscription Lotharius rex Francorum (me)fieri iussit274. Par une chance inouïe, ce bijou échappa à la tourmente révolutionnaire qui détruisit la plupart des objets précieux de Waulsort; tombé dans la Meuse, il fut repêché en aval de Waulsort, à hauteur de Bouvignes, et, en 1857, il fut acquis par le British Muséum où on peut toujours l’admirer275 (pi. VI).
Un premier problème concerne la date de l’oeuvre: qui est ce Lotharius rex Francorum} Lothaire Ier(843-855), comme le suppose Alfred Bequet276? Lothaire II (855-869), ainsi que le suggèrent notamment Ph. Lauer, F. Courtoy, G. Despy, D. Misonne277 et la quasi-totalité des historiens d’art278? Ou encore le roi de France Lothaire (954-986)279? La titulature fait, à première vue, pencher pour ce roi Lothaire, qui a effectivement porté le titre de rex Francorum, que l’on ne retrouve pas dans les actes de Lothaire Ier et de Lothaire II dont la titulature officielle donne respectivement imperator et divina praeveniente (annuente) clementia rex. Mais l’intaille n’est pas un diplôme officiel et on peut admettre certaines différences mineures: Lothaire II est d’ailleurs appelé praecellentissimus regum dans la dédicace d’une version contempo-
271
La dotation primitive, due à Eilbert et à Hersent, comprenait les villae de Waulsort, Louette-Saint-Denis, Heure et Anthisne ainsi qu’un praedium à Florennes (acte royal d’Otton Ier, 946; ed. DESPY, Waulsort, p. 325-327, n°3); la donation de Robert de Namur, concerne quasdam res de portione hereditatis (suae), c’est-à-dire la villa de Mélin, située au pagus de Lomme, non loin de Tabbaye (ed. DESPY, Waulsort, p. 324-325, n°2). Cfr. supra, p. 164-166.
272
Historia Walciodorensis monasterii, IV-VII; ed. WAITZ, p. 506-507. Cfr. supra, p. 175. Seul un examen minéralogique permettrait de savoir si ce berylum est bien en cristal et non, comme le suggère le nom précis donné au bijou, en béryl; la dimension du disque plaide pour le cristal.
273
Par exemple MARTENE et DURAND, Voyage littéraire, p. 132 ou GALLIOT, Namur, IV, p. 187.
274
Martene et Durand (Voyage littéraire, p. 132) avaient lu l’inscription avant qu’elle ne soit légèrement abîmée par un éclat, Lotharius rex Francorum me fieri iussit, alors qu’on ne lit plus aujourd’hui me. Pour une description précise de l’intaille, voir LAUER, Intaille, p. 103; BEQUET, Intaille, p. 2-3; WENTZEL, Bergkristall, p. 365-366.
275
Cfr., par exemple, MISONNE, Intaille, p. 50. Albert Wayens doute- à bon droit, me semble-t-il – de la réalité de cette »chance inouïe* qui aurait permis à l’intaille d’être conservée intacte; il accuse »un cupide vendeur de l’avoir vendue* (Notes waulsortoises, III, p. 43) après l’avoir soustraite au Trésor de Waulsort.
276
BEQUET
, Intaille, p. 13-16.
277
LAHAYE, Waulsort, p. 496-498; LAUER, Intaille, p. 103-105; COURTOY, Intaille, p. 28-30; DESPY, Waulsort, p. 71-74; MISONNE, Intaille, p. 52-54.
278
La bibliographie est donnée par WENTZEL, Bergkristall, p. 371-372. Voir notamment Chanoine CROOY, L’intaille de Lothaire II au British Muséum, dans: Le Patriote Illustré, 23 janvier 1949, p. 86-88; R. LANTIER et J. HUBERT, Les origines de l’art français. Paris, 1947, p. 158; J. DE BORCH-GRAVE D’ALTENA, Le triomphe de l’orfèvrerie et l’évolution des arts au pays de Liège, dans: Art mosan …, Liège, 1951, p. 51-52; etc. En dernier lieu, cfr. D.GABORIT-CHOPIN, dans D.GABORIT et E.TABURET, Objets d’art du Moyen Age. Paris, 1981, n°9 et CAROZZI, Dagobert, p. 246-252.
279
Sur Lothaire, voir surtout LOT, Derniers Carolingiens, p. 3-185.
188
raine de la Vita sancti Germani et la titulature rex Francorum dans le commentaire de YArs Donati de Murethach désigne Lothaire Ier ou Lothaire II280.
Les raisons de la présence à Waulsort de ce prestigieux objet, d’origine royale, ne sont pas connues. Si l’on opte pour une réalisation sous Lothaire II, une explication s’impose: Lothaire II aurait offert à son épouse Teutberge, un bijou qu’il aurait fait graver pour se faire pardonner d’injustes accusations d’adultère (comme Suzanne dont l’histoire est narrée sur l’intaille), or Teutberge, avant même la mort de Lothaire II, s’était retirée à Sainte-Glossinde de Metz. Dès lors, le bijou serait arrivé à Waulsort via Hastière, prieuré de Sainte-Glossinde280bls.
L’inscription de la monture du bijou fait allusion à une donation par un egregiae gentis rex Anglicus que dom Misonne propose d’identifier à Louis IV »d’Outre-Mer«, le père de Lothaire281. On pourrait donc aussi penser à une donation royale à Eilbert, peut-être en 949 quand Eilbert et Hersent se rendirent à Reims, auprès de Louis IV pour y faire confirmer la restauration de l’abbaye d’Homblières282.
Enfin, si on tient à la titulature rex Francorum portée par Lothaire, fils de Louis IV, et si donc on refuse l’identification du rex Anglicus avec Louis d’Outre-Mer, on pourrait rattacher la donation du béryl à Eilbert en récompense d’une de ses actions en Vermandois, par exemple283.
Tout bien considéré, l’hypothèse mixte d’une réalisation sous Lothaire II et d’une donation par Louis IV me semble la plus probante.
b. Waulsort, abbaye épiscopale
En 969284, Otton Iercède, à la demande de sa femme Adelhaïde et de son fils Otton (II), à l’évêque de Metz Thierry (Ier) et à ses successeurs, le monastère de Waulsort, zupagus de Lomme, monastère qui fut fondé par Eilbert et Hersent et placé sous la dominatio
280
Sur la titulature de Lothaire rex Francorum ou Francorum rex, voir l’édition des actes de Lothaire: HALPHEN-LOT, Recueil Lothaire et Louis V, p. XXII-XXIII. Sur la titulature de Lothaire II dans la Vita de saint Germain, cfr. TH. DELFORGE, Une »Vita sancti Germani* pour Lothaire II, dans: Scriptorium, XXII, 1968, p. 39-42. Sur YArs Donati, In Donati artem majorem, ed. L. HOLTZ. Turnhout, 1977 (Corpus Christianorum, Continuatio Medievalis, XL), référence que je dois à l’amitié de Daniel Misonne; cfr. aussi P. RICHE, Les Irlandais et les princes carolingiens aux VIIIe et IXe siècles, dans: Die Iren, II, p. 735-745, à la p. 741.
280
bis MISONNE, Intaille, p. 54, donne les éléments nécessaires à cette hypothèse, qui est développée par
Albert Wayens (Notes waulsortoises, III, p. 43).
281
De la chronique de Waulsort, dom Misonne a, en effet, isolé trois hexamètres que, suppose-t-il à raison, le chroniqueur a lus sur la monture du bijou (et qui a aujourd’hui disparu; la monture actuelle est un travail dinantais du XVIe siècle; cfr. COURTOY, Intaille, p. 31 et MISONNE, Intaille, p. 56 et n. 21, contre BEQUET, Intaille, p. 7-8): Egregiae gentis rex Anglicus hune dédit illi/Quem fore speravit gratum, dans plurima gratis/Inter quae dantiplacuit sibi portio talis (cfr. aussi supra, n. 231). Pour l’identification du rex Anglicus avec Louis IV, MISONNE, Intaille, p. 56 (avec référence à LAUER, Louis IV, p. 301). Contra: CAROZZI, Dagobert, p. 249, qui pense à Lhothere, roi de Kent (f 685).
282
MISONNE, Intaille, p. 54-55; MISONNE, Eclosion, p. 17. Pour l’acte de Louis IV de 949, voir l’édition LAUER, Recueil Louis IV, p. 76-77, reprise par MISONNE, Eilbert, p. 154, n°18.
283
LOT, Derniers carolingiens, p. 222.
284
Ed. DESPY, Waulsort, p. 329-330, n° 5. Cet acte est vrai, à l’exception d’une interpolation, in fine, relative à Hastière; cfr. supra, p. 155-158. Sur les raisons qui justifièrent la donation de Waulsort à Metz, voir supra, n. 270, sur la mort d’Eilbert.
189
impériale285. Parmi les clauses prévues dans l’acte, l’évêque possédera et gérera l’abbaye et ses biens uti sua propria et y nommera un abbé selon la règle de saint Benoît286; Waulsort restera dans la potestas de l’évêque de Metz et ne pourra être usurpée par personne287. La villa d’Hastière est alors rattachée à Waulsort288.
Les liens entre Waulsort et Metz ne semblent pas avoir été très marqués289; seule obligation exigée des abbés de Waulsort: chaque année, à la Saint Etienne, l’abbé devra se rendre à Metz290. A cette fin, Forannan achètera une maison à Metz, avec quelques annexes, dont deux vignobles291.
A la mort de Forannan (980), les moines nommèrent comme abbé un des leurs, Thierry, d’origine locale qui, peut-être, avait reçu l’ordination sacerdotale292. En 981, Alpaïde, la femme du comte Godefroid, procéda à une donation en faveur de Waulsort; parmi les signataires, on trouve quelques membres de la famille de Florennes et les principaux dignitaires de l’abbaye293. Thierry prit des mesures très strictes pour maintenir Hastière dans l’étroite dépendance de Waulsort294. Sous son abbatiat, les premiers bâtiments monastiques de Waulsort flambèrent et la commu-nauté se réfugia à Hastière295. C’est l’évêque Notger qui fit consacrer la nouvelle église296 et, à cette occasion, procéda à des modifications de fêtes liturgiques; le 14 mai, le 8 octobre et le 3 décembre seront désormais célébrés à Waulsort – respectivement -la dédicace de l’église, le transfert des reliques d’Eloque et le dies natalis d’Eloque297.
285
Ed. DESPY, Waulsort, p. 330: concessimus… locum quendam inpago Luminensi nomine Walciodorum quem vir quondam illustris Eilbertus cum coniuge sua Hersinde ex proprio predio statu monasterii fundarat ac monastico ordini in perpetuum deputatum nostre imperiali dominationi subiecit.
286
Ed
. DESPY, Waulsort, p. 330: … cedimus ut eiusdem sacrosancte sedispresul tam locum ipsum quam omnia eo pertinentia ubi sua propria curet et ordinet et abbatem secundum instituta beati Benedicti monacbis ibi degentibus preficiat.
287
Ed. DESPY, Waulsort, p. 330: nec alicui post bec (= la nomination d’un abbé?) maiori vel minori undecumque persone in eundem locum fas aut licentia pateat aut inde sibi aliquatenus quicquam usurpare présumât. Les termes post hec et l’allusion à une personne maior vel minor ne me semblent explicables que si l’on admet qu’Eilbert venait de mourir, avec ce que ce décès entraîne comme conséquence pour l’histoire de Waulsort (supra, n. 270).
288
Sur ceci, MISONNE, Diplôme d’Otton Ier, p. 51-52; et supra, p. 157.
289
On n’oubliera pas ici que Kaddroe, abbé de Saint-Clément de Metz, se rendait régulièrement à Waulsort. Voir Vita Kaddroe XXVI-XXVIII; ed. HENSCHENIUS, p. 478.
290
Historia Walciodorensis monasterii, XXXIV; ed. WAITZ, p. 521. Voir aussi LAHAYE, Waulsort, p.224-225.
291
Voir infra, n. 305.
292
Historia Walciodorensis monasterii, XL; ed. WAITZ, p. 523-524. Voir aussi LAHAYE, Waulsort, p. 231-236 et DESPY, Waulsort, p. 9-10.
293
Ed. DESPY, Waulsort, p. 332-333, n° 7.
294
Supra, p. 159.
295
Historia Walciodorensis monasterii, XL; ed. WAITZ, p. 523. Cfr. aussi, supra, p. 159.
296
Historia Walciodorensis monasterii, XL; ed. WAITZ, p. 524. Voir aussi KURTH, Notger, I, p. 240-241 ; LAHAYE, Waulsort, p. 235; DESPY, Waulsort, p. 9; DESPY, Psautier-hymnaire, p. 92.
297
Si l’on en croit l’Historia Walciodorensis monasterii (XL; ed. WAITZ, p. 524), auparavant les deux dernières fêtes avaient été réunies par Forannan, qui aurait créé, au 3 décembre, une foire franche d’une semaine (cfr. LAHAYE, Waulsort, p. 227). Cette version semble peu probable; voir aussi KURTH, Notger, I, p. 240-241 et MISONNE, Eloque, p. 353-354.
190
On a parfois affirmé qu’à la mort de Thierry, Waulsort fut placée sous la direction de Richard de Saint-Vanne, mais cette assertion doit être rejetée298. Le nouvel abbé, Erembert, se heurta à de nombreuses oppositions qui, affirme la chronique de Waulsort, n’ont pu être résolues qu’à l’intervention d’Henri II299; c’est Erembert qui acheva l’oeuvre de reconstruction de Waulsort300 et qui décida de déplacer l’école abbatiale à Hastière301.
Peut-être était-il orfèvre302; en tout cas, YHistoria rapporte qu’Erembert réalisa lui-même un antependium pour le grand autel et un retable dédié à saint Eloque303. On doit encore noter, sous Erembert, quelques augmentations du patrimoine de l’ab-baye304 et une modification des propriétés messines acquises précédemment par Forannan305.
A la mort d’Erembert (1033), la communauté se choisit pour abbé, Rodolphe, l’écolâtre de l’abbaye, devenu prieur d’Hastière306. Les premiers soins de Rodolphe furent consacrés à édifier à Hastière une nouvelle église qui puisse faire pendant aux bâtiments édifiés à Waulsort par Thierry et terminés par Erembert; entre 1033 et 1035, cette église fut achevée307 et Rodolphe obtint, par une exceptionnelle dérogation demandée sur son lit de mort, de pouvoir être enterré à Hastière308. Les difficultés surgies lors de la disparition d’un nouvel abbé ne peuvent – une nouvelle fois – être résolues que par l’intervention directe de Conrad II309 et de Poppon de Stavelot, qui assuma lui-même l’abbatiat de Waulsort (1035)310 avant de le confier à son disciple Lambert, alors prieur de Saint-Maximin de Trêves311. Si la gestion de Lambert pendant la vie de Poppon ne suscite que des louanges (ou presque)312, il en fut tout autrement ensuite et, dès 1048, il commença à mener une politique favorable à Hastière, destinée
298
BERLIÈRE, Monasticon, I, p. 41; DESPY, Waulsort, p. 10 et 19-20 (contre LAHAYE, Waulsort, p. 236-237); DAUPHIN, Richard de Saint-Vanne, p. 175, n. 3 et p. 231 (avec la n. 4).
299
Historia Walciodorensis monasterii, XLII; ed. WAITZ, p. 524. Voir aussi LAHAYE, Waulsort, p. 237 et DESPY, Waulsort, p. 10.
300
Historia Walciodorensis monasterii, XLV; ed. WAITZ, p. 525. Voir aussi infra, p. 195.
301
Supra, p. 159.
302
Voir, par exemple, les remarques qu’ont cru pouvoir émettre BEQUET, Intaille, p. 7 et LAHAYE, Waulsort, p. 238-240, sur une école d’orfèvrerie à Waulsort du XIe au XIIIe siècle. Intéressante comparaison avec Folcuin de Lobbes: KURTH, Notger, I, p. 240-241.
303
Historia Walciodorensis monasterii, XLIII; ed. WAITZ, p. 524.
304
Acte de 1028; ed. DESPY, Waulsort, p. 334, n°8.
305
Historia Walciodorensis monasterii, XLVI; ed. WAITZ, p. 525, avec les remarques de LAHAYE, Waulsort, p. 240-241, n. 3 et DESPY, Waulsort, p. 194-195 et n. 5. Erembert aliéna aux moines de Saint-Vincent de Metz un vignoble acquis par Forannan moyennant le gîte et la nourriture des religieux de Waulsort qui devaient se rendre à la curia episcopalis de Metz.
306
DESPY, Waulsort, p. 10-11; et supra, p. 159.
307 Supra, p. 160-161.
308
Supra, p. 159.
309
Historia Walciodorensis monasterii, L; ed. WAITZ, p. 526; LAHAYE, Waulsort, p. 243; DESPY, Waulsort, p. 11.
310
DESPY, Waulsort, p. 11-12 et 16. Bibliographie complémentaire, infra n. 353.
311
Historia Walciodorensis monasterii, XLIX-L; ed. WAITZ, p. 526. Sur Lambert à Saint-Maximin, voir DESPY, Psautier-hymnaire, p. 101-102.
312
Voir cependant la mesure prise par Lambert en 1047 et qui ne dut qu’à la mort de Poppon de ne pas être portée devant l’évêque de Liège; Historia Walciodorensis monasterii, LI-LIII; ed. WAITZ, p. 526-528; LAHAYE, Waulsort, p. 244-245.
191
à faire de celle-ci non un prieuré dépendant mais une véritable abbaye et à créer ainsi à Waulsort et Hastière une abbaye double qui ressemblât à celle de Stavelot-Mal-médy313. Sous le long abbatiat de Lambert, le temporel d’Hastière et de Waulsort crût notablement314, notamment suite à la mise en valeur du cimetière monastique où on accueillait la sépulture de l’aristocratie locale315.
c. Waulsort, abbaye irlandaise
Dès sa fondation, Waulsort est placée dans l’orbite des moines peregrini insulaires; le premier abbé Maccalan et le premier praepositus Kaddroe furent choisis par Hersent dans la communauté irlandaise qu’elle avait installée à Saint-Michel316. Quand Maccalan estime ne pouvoir valablement diriger à la fois Waulsort et Saint-Michel, c’est Kaddroe qui devient abbé317; la Vita Kaddroe rapporte, avec force détails, la naissance de Kaddroe dans une riche famille irlandaise318 et son éducation dans les meilleures écoles d’Irlande, notamment à Armagh319. Quand après une peregrinatio en Ecosse, en Northumbrie et en Anglie, Kaddroe débarque à Boulogne, c’est au monasterium Scottorum de Péronne – le premier qui fut créé sur le continent – et sur la tombe de saint Fursy qu’il se rend320.
Sous le bref abbatiat de Kaddroe, des Franci se joignent à la colonie primitive321; l’union de Scotti et de Franci, également réalisée à Saint-Michel322, ne fait que matérialiser la formation même de Maccalan et de Kaddroe, Irlandais formés à la discipline monastique bénédictine, l’un à Gorze, l’autre à Fleury. Cependant dans les monastères de Waulsort et de Saint-Michel, l’élément prépondérant reste irlandais. Et c’est à ce point vrai que, quand Kaddroe acceptera l’abbatiat de Saint-Clément de Metz et qu’il emmène avec lui une partie des peregrini de Waulsort323, le nouvel abbé élu par
313 Supra, p. 157-158.
314
Voir des actes de 1050 à 1070 (ed. DESPY, Waulsort, p. 334-342, n°s 9 à 15): acquisition de la dîme novale de Piétrebais (par échange), d’une chapelle à Wespin, des biens à Honnay, à Ciplet, à Bourseigne-Neuve, à Braives (par échange).
315
Voir, en ce sens, les actes très clairs de 1028 pour Waulsort (sepultura de Gauthier de Jassegnoule et de ses antecessores; ed. DESPY, Waulsort, p. 333-334), de 1062 pour Hastière (sepultura de Werry de Clermont et de ses antecessores; ed. DESPY, Waulsort, p. 338), de 1070 pour Waulsort (sepulchrum d’Engon d’Honnay et de son gendre Gothold; ed. DESPY, Waulsort, p. 339) et de 1070 pour Waulsort (sepultura de Gertrude de Faing; ed. DESPY, Waulsort, p. 340).
316
Vit
a Kaddroe, XXI; ed. HENSCHENIUS, p. 477. Cfr. supra, p. 162-164 et 168.
317
Vita Kaddroe, XXI; ed. HENSCHENIUS, p. 477. Cfr. supra, p. 168.
318
Vita Kaddroe, IV-V; ed. HENSCHENIUS, p. 474. Cfr. MISONNE, Kaddroe, p. 55-56 et Moine Kaddroe, p. 415-416.
319
Vita Kaddroe, X; ed. HENSCHENIUS, p. 474-475. Cfr. MISONNE, Kaddroe, p. 70-72 et Moine Kaddroe, p. 416-417.
320
Vita Kaddroe, XIX; ed. HENSCHENIUS, p. 476. Cfr. MISONNE, Kaddroe, p. 70-72 et Moine Kaddroe, p. 418.
321
Vita Kaddroe, XXII; ed. HENSCHENIUS, p. 477. – Acte de juin 946 (ed. DESPY, Waulsort, p. 324-325).
322
MISONNE, Saint-Michel, p. 299 (acte de 945).
323
Vita Kaddroe, XXV; ed. HENSCHENIUS, p. 477. Voir aussi supra, n. 144 sur les peregrini à Saint-Clément de Metz et sur le statut de monasterium Scottorum de Saint-Symphorien de Metz, réformé par le successeur de Kaddroe à Saint-Clément.
192
la communauté de Waulsort – un Franc peut-être originaire de Saint-Rémi de Reims324 – sera destitué après quelques mois sous prétexte de mauvaise gestion mais peut-être aussi parce qu’il n’était pas Irlandais325. En tout cas, le quatrième abbé, Forannan, est Irlandais; dès les premiers mois de son abbatiat, il fera préciser par le roi Otton Ier, à la demande d’Eilbert, que dorénavant l’abbé de Waulsort sera choisi parmi les Irlandais, du moins tant que survivra un membre de la communauté primitive326; Otton Ier accordera à Waulsort, le titre de monasterium Scottorum que, dans les environs immédiats de Waulsort, Fosses avait porté jusqu’au début du Xesiècle327.
On possède d’autres indices de l’orientation »insulaire« donnée au monachisme de Waulsort. Parmi les plus significatives, on doit ranger l’utilisation jusqu’aux environs de 1075, d’un psautier insulaire, écrit en Northumbrie au VHP siècle328 et peut-être acquis lors du passage de Kaddroe en Northumbrie vers 941329. C’est ce psautier anglo-saxon qui servira de base330 au texte du psautier contenu dans le fameux psautier-hymnaire, réalisé vers 1075 dans le scriptorium de Waulsort331. En plus des quelques variantes dans le texte du psautier – qui traduisent une origine insulaire -, les indices de cultes irlandais à Waulsort abondent dans ce manuscrit liturgique du XIe siècle: cultes d’Eloque, de Patrick et de Brigide au calendrier et aux litanies; le texte de Yoratio Brendani; l’attribution du Te deum à Nicetas; les homélies de Bède; l’esprit d’une partie de l’ornementation. Parmi ces éléments, relevés avec soin par G. Despy332, deux méritent quelques mots de commentaire: les cultes d’Eloque et de Patrick.
En juin 946, dans le premier acte connu relatif à Waulsort, figure déjà la mention du corps d’Eloque comme relique principale de l’abbaye333. Sans me prononcer sur l’historicité et la sainteté d’Eloque, la présence, comme relique majeure, des restes
324
Historia Walciodorensis monasterii, XXXIX; ed. WAITZ, p. 523. Voir DESPY, Waulsort, p. 5 (n. 1), 6-7 et 160-161.
325
Par exemple, DESPY, Waulsort, p. 161.
326
Ed. DESPY, Waulsort, p. 326-327, n° 3. Cfr. supra, p. 166-167.
327
Supra, p. 167; cfr. aussi MISONNE, Eclosion, p. 12-13.
328
On en a conservé un fragment qui servait de renfort à la page de garde d’un cahier (XVIe siècle) de revenus paroissiaux de la chapelle de Blaimont (dépendance d’Hastière; à la collation d’Hastière depuis 1161; cfr. chartes de 1161 et 1174-1189, ed. DESPY, Waulsort, p. 373-374 et 400, n°s 34 et 40). Ce fragment de psautier (Ps. XLLIII, 13 à LXXIV, 4), écrit en onciale, a été étudié par DESPY, Psautier; ajouter depuis, LOWE, CL.A., X (Oxford, 1963), p. 36 et J.BOVESSE, Le plus ancien document du dépôt de Namur (VIIIesiècle), dans: A travers l’histoire du Namurois. Bruxelles, 1971, p. 1, n° I. Le terminus de 1075 peut être déduit de la copie du psautier, à cette date, dans un luxueux psautier-hymnaire de Waulsort (infra, n. 331); cfr. DESPY, Psautier, p. 111.
329
Hypothèse très vraisemblable de MISONNE, Kaddroe, p. 67 et Eclosion, p. 16.
330
DESPY, Psautier, p. 111.
331
DESPY, Psautier-Hymnaire; résumé de cette étude: DESPY, Waulsort, p. 70-71 et MISONNE, Eclosion, p. 16-17. On trouvera là mention de l’abondante bibliographie antérieure (où, le plus souvent, le psautier est rattaché au scriptorium d’Hastière; par ex. U. BERLIÈRE, Note sur un ancien psautier manuscrit du prieuré d’Hastière, dans: R. Bén., IX, 1892, p. 109-112).
332
DESPY, Psautier-Hymnaire, p. 91-92.
333
Ed. DESPY, Waulsort, p. 324-325, n° 2: in quo almificus conf essor Christi Eloquius pausat corpore, ubi multorum sanctorum condite noscuntur reliquie.
193
d’un saint attaché au groupe de Fursy et de Feuillen334 ne peut être due au hasard de la disponibilité des reliques. Eloque bénéficiera, à Waulsort, d’un culte important qui conduira Notger à modifier quelque peu l’ordonnance des fêtes religieuses de Waulsort335 et qui amènera le chroniqueur de l’abbaye de Waulsort à consacrer plusieurs chapitres au transfert du corps d’Eloque à Waulsort, en appliquant erronément à Waulsort un texte liturgique du nord de la France336.
Quant au culte de saint Patrick, on en a un autre indice important: une chapelle avait été édifiée en son honneur par les premiers moines irlandais de Waulsort337. Vers 1150, on connaissait encore son emplacement, dans le cimetière monastique; probablement s’agissait-il d’une chapelle cimétériale, à destination funéraire338.
A la fin du XIesiècle, l’élément irlandais faisait recette à Waulsort; l’abbé Godescalc tâcha même un moment de concurrencer le culte de saint Hubert, en affirmant qu’un fragment de l’étole de Forannan était un remède contre la rage, maladie dont la guérison est l’apanage traditionnel d’Hubert339.
334
Sur Eloque, en plus de MISONNE, Eloque, p. 358-365 (édition définitive de la Vita), voir NOIR, Fosses, p. 25-27; GOUGAUD, Surnuméraires, p. 297; SNIEDERS, Hagiographie, p. 842-845 (voir aussi les p. 845-848 sur Adalgise, honoré à Waulsort et à Saint-Michel); WEISGERBER, Irenwelle, p. 732 et 736. On rattache parfois à Eloque, un saint mystérieux, Nonce, sur lequel les informations sérieuses font défaut; cfr. F. BAIX, Saint Nonce à Hastière-Waulsort, dans: Namurcum, XXX, 1956, p. 1-9 et G. DEGHILAGE, Saint Nonce à Douai, dans: Namurcum, XXXI, 1957, p. 17-24.
335
Supra, p. 190 et n. 297.
336
Historia Walciodorensis monasterii, XXIII-XXVII; ed. WAITZ, p. 515-518. Sur ce point, voir surtout MISONNE, Eloque, p. 349-355 qui montre que la Vita Eloquii est un texte du second quart du Xe siècle qui ne concerne pas Waulsort, mais bien Gergny. Les reliques d’Eloque furent dispersées depuis le IXe siècle au moins, comme le prouve notamment la possession de reliques d’Eloque par l’abbaye de Juvigny (MISONNE, Eloque, p. 350). Sur Juvigny et la relique d’Eloque, voir J. HOURLIER, La translation de sainte Scholastique à Juvigny, et A. DES MAZIS et J. HOURLIER, Les reliques du Mans et de Juvigny, dans: Le culte et les reliques de saint Benoît et de sainte Scholastique. Montserrat, 1979, p. 335-347 (surtout p. 343-347) et 349-362 (surtout p. 357).
337
Historia Walciodorensis monasterii, XIV; ed. WAITZ, p. 510. – Vita Foranni, VIII; ed. PAPEBRO-CHIUS, p. 825. Cfr. MISONNE, Eilbert, p. 63-64; SNIEDERS, Hagiographie, p. 862.
338
Sur le culte de Patrick, en milieu irlandais, dans l’Entre-Sambre-et-Meuse, voir infra, p. 184, n. 310.
339
COENS, Forannan, p. 257-263. Sur saint Hubert, on a beaucoup écrit, notamment suite au développement de son culte et au rayonnement de l’abbaye qui porte son nom. Parmi les publications les plus importantes, on verra BAIX, Hubert, et Saint Hubert. Sa mort, sa canonisation, ses reliques, dans: Mélanges Rousseau, p. 71-80 (les archives de la Bibliothèque de Maredsous ont recueilli plusieurs dizaines de dossiers de Fr. Baix relatifs à saint Hubert et à son culte, qui constituent une mine qu’il faudrait exploiter) et, plus récemment, GENICOT, Hubert, p. 12-15 et WERNER, Lùtticher Raum, p. 275-280. Le tome III (1979) de Saint-Hubert. Cahiers d’histoire est presque exclusivement consacré à saint Hubert. On pourra, par contre, négliger de nombreux articles récents, comme la notice Hubertus du Nationaal Biographisch Woordenboek, III (Bruxelles, 1968, col. 405-409: due à J. KEUNEN). Sur le culte de saint Hubert, en plus des études du chanoine Baix et du tome III de Saint-Hubert, on verra TH. REJALOT, Le culte et les reliques de saint Hubert. Gembloux, 1928 et M. DESSOY, Le corps de saint Hubert. Etat de la question, dans: Saint-Hubert. Cahiers d’Histoire, II, 1978, p. 3-24. Dernière synthèse parue: KUPPER, Leodium, p. 55-56.
194
3.
Liste des abbés et des membres connus de Vabbaye de Waulsort
Abbés
Prieurs
Prieurs d’Hastière
Moines
de Waulsort
(prévôts)
1.
Maccalan (944 ?)341
Kaddroe (944 ?)342
Girerus, moine (945 ?)343
2.
Kaddro
e
(944-septembre 945 ?)344
3.
Godefroid
(fin 945 ?)345
4.
Forannan
(946-30 avril 980)346
5.
Thierry Ier
Bernard (981)348
Fulrad, doyen (981)
(980-débutXIes.)347
Lietselin, moine (981)349
6.
Erembert
Rodolphe (déb.
(début XI<s.-1033)350
XIes.-1033)351
7.
Rodolphe (1033-1035)352
8.
Poppon (1035)353
9.
Lambert (c. 1035-c. 1075)354
10.
Godescalc (c. 1075-c. HOO)355
Gislebert (1092)356
340
Voir DESPY, Waulsort, p. 16 qui justifie les dates et l’ordre de succession des abbés. On notera que l’abbatiale de Waulsort est actuellement détruite et que les textes permettent mal de se faire une idée de son étendue et de ses caractéristiques; éléments dans KUBACH-VERBEEK, Romanische Baukunst, II, p. 1214 (avec bibliographie compl.) ou GENICOT, Eglises mosanes, p. 120 (et n. 24), 288 et 293. Cette liste ne prétend pas à l’exhaustivité pour la période postérieure à c. 1050.
341
Chronologie: supra, p. 172.
342
Chronologie: supra, p. 172.
343
Chronologie: supra, p. 170 et n. 140.
344
Chronologie: supra, p. 172. Sur Kaddroe, voir, par ex., DE GAIFFIER, Clément-Caddroe; SNIEDERS, Hagiographie, p. 861-864; BALAU, Sources, p. 92-94.
345
Chronologie: supra, p. 172.
346
Forannan est nommé comme abbé dans la charte du comte de Namur du 2 juin 946 (ed. DESPY, Waulsort, p. 324-325, n°2). Sur la date du décès de Forannan, supra, n. 163. C’est donc sous son abbatiat que se passent la cession de Waulsort à l’évêché de Metz et la réunion d’Hastière au temporel de Waulsort. On a parfois lu le nom du cancellarius qui écrivait la charte du comte Robert du 2 juin 946, comme Kodradus (ed. DESPY, Waulsort, p. 3) et on en a tiré argument pour une rédaction, à Waulsort ou à Namur, par un Irlandais (DESPY, Waulsort, p. 173 et 292; ROUSSEAU, Actes, p. 6). Avec dom Misonne, je crois qu’il faut plutôt lire Radradus (MISONNE, Forannan, p. 52 et 60, n. 27). Sur Forannan, voir notamment MISONNE, Forannan, p. 49, n. 22 (lettre du père Grosjean); SNIEDERS, Hagiographie, p. 864-866; C. MOONEY, Forannan, dans: D. H. G. E., XVI (Paris, 1967), col. 495-497 et complément, Forannan, dans: D. H. G. E., XVII (Paris, 1971), col. 996.
347
Thierry Ier est cité seulement, comme souscripteur, dans la charte d’Alpaïde de 981 (ed. DESPY, Waulsort, p. 332-333, n° 7). Des renseignements sur son action à Waulsort, notamment sur les mesures strictes qu’il a prises vis-à-vis d’Hastière, sont donnés par l’Historia Walciodorensis monasterii (XLI-XLVII; ed. WAITZ, p. 524-525); c’est sous l’abbatiat de Thierry que l’abbaye de Waulsort prit feu et que les moines se réfugièrent à Hastière; les nouveaux bâtiments de l’abbaye furent consacrés par Notger.
348
Seule mention; acte d’Alpaïde (981) qu’il souscrit Signum Bernardi prepositi (ed. DESPY, Waulsort, p. 333, n°7).
195
349
Le doyen (d’abbaye ou de doyenné?) Fulrad (signum Fulradi decani) et le moine Lietselin (signum Lietselini monachi: lecture proposée par D. Misonne, Eilbert, p. 146, n° 14, à la place de celle de G. Despy, Waulsort, p. 333: signum Lietselinimondt) soussignent l’acte d’Alpaïde de 981 ; ed. DESPY, Waulsort, p. 333, n°7.
350
Erembert est cité dans une charte de 1028 pour Waulsort (ed. DESPY, Waulsort, p. 333-334, n° 8 : actum est hoc tempore domni abbatis Eremberti).
351
On sait, par l’Historia Walciodorensis monasterii, que Rodolphe fut nommé écolâtre de Waulsort (après le transfert de l’école à Hastière), puis prieur (prepositus) d’Hastière par Erembert. Cfr. supra, p.159.
352
Rodolphe n’est cité dans aucune charte conservée. C’est sous son bref abbatiat que se place la construction de l’actuelle église d’Hastière, où il sera d’ailleurs enterré; cfr. Historia Walciodorensis monasterii, XLVIII; ed. WAITZ, p. 525-526. Cfr. aussi supra, p. 159-161.
353
Poppon ne fut nommé abbé de Waulsort que pour régler le différend qui opposait Waulsort et Hastière (ou, plutôt, deux tendances parmi les moines de Waulsort), à la mort d’Erembert. Sur la figure capitale de Poppon, voir l’étude ancienne de P. LADEWIG, Poppo von Stablo und die Klosterreformen unter den ersten Saliern. Berlin, 1883 et l’article peu convaincant d’H. GLAESENER, Saint Poppon, abbé de Stavelot-Malmédy, dans: R.Bén., LX, 1950, p. 163-179.
354
Le long abbatiat de Lambert peut se diviser en deux grandes phases: de sa nomination comme abbé par Poppon (il occupait préalablement la fonction de prieur de Saint-Maximin de Trêves) au décès de Poppon (1048); et de 1048 à sa mort vers 1075 (son successeur, Godescalc, est nommé dans une charte de 1076; cfr. infra, n. 355). Lambert est cité comme abbé dans des chartes de Waulsort de 1050,1062 et 1070 (ed. DESPY, Waulsort, p. 334-339; n°s 9 à 13) et dans une charte de Florennes de 1049 (ed. BERLIÈRE, Documents inédits, I, p. 14). Sur l’abbatiat de Lambert, voir Historia Walciodorensis monasterii, L-LXXI ed. WAITZ, p. 526-533. Cfr. aussi supra, p. 157-159.
355
Godescalc est cité comme abbé dans des chartes de Waulsort de 1076, 1078, 1080 et 1085 (ed. DESPY, Waulsort, p. 342-348, n°s 16 à 19); son successeur n’est mentionné qu’en 1124 (ed. WAMPACH, Urkundenbuch, I, p. 518). Godescalc tenta notamment de détourner au profit de Waulsort, une partie des bancroix de Saint-Hubert (cfr. Cantatorium, XXII; ed. HANQUET, p. 55-57); Godescalc laissa d’ailleurs un mauvais souvenir à Saint-Hubert, suite au rôle qu’il y joua avec l’abbé de Brogne, à l’instigation d’Otbert (cfr. Cantatorium, LXX; ed. HANQUET, p. 160). Sur d’autres agissements peu louables de Godescalc, voir aussi COENS, Forannan, p. 161-163 et supra, p. 194.
356
Gislebert était prieur (prévôt) d’Hastière quand Otbert lui confia, en 1092, l’abbaye Saint-Jean-Baptiste de Florennes; cfr. Cantatorium (LXX; ed. HANQUET, p. 158-160) et, pour la date et les circonstances de cette nomination, KUPPER, Liège, p. 355 et 391.
196
CHAPITRE VII:
L’ABBAYE SAINTS-PIERRE-ET-EUGÈNE DE BROGNE (SAINT-GÉRARD)
S’il est une abbaye de l’Entre-Sambre-et-Meuse dont la connaissance historique a été complètement bouleversée depuis un quart de siècle, c’est bien celle de Brogne. A l’occasion d’un colloque tenu à Maredsous pour fêter le millénaire de la mort de saint Gérard1, le chanoine De Smet a prouvé2 que la Vita Gerardiprior, texte perdu sur la valeur et le contenu duquel les historiens spéculaient depuis plus d’un siècle, n’a jamais existé et que de nombreuses allégations de la Vita Gerardi – appelée jusqu’alors secunda et placée dans le second quart du XIe siècle, mais qui est en fait la seule -étaient des créations ex nihilo, inventées par l’hagiographe dans un but intéressé, lors de la rédaction de la Vita en 1074-10753. Par ailleurs, dom Misonne a donné, en 1966, l’édition scientifique définitive des Virtutes et des Miracula de saint Eugène à Brogne, accompagnée d’une datation solide4: on ne disposait auparavant que d’une édition globale des deux textes non dissociés5. Dom Misonne encore a fourni l’édition critique d’un diplôme de Charles le Simple qu’on rejetait comme faux alors qu’il n’est qu’interpolé6; il a porté à la connaissance du monde scientifique des textes liturgiques fondamentaux sur les origines de Brogne et republié un acte de 923 qui fournira un terminus capital pour comprendre la fondation de l’abbaye7. Si l’on rappelle encore la synthèse – souvent dépassée mais combien pénétrante – d’E. Sabbe parue en 19588 et,
1
Gérar
d de Brogne: les actes du colloque (Revue Bénédictine, LXX, 1960) comprennent le texte de presque toutes les communications du congrès. Pour les autres, voir l’excellente synthèse de dom D. MISONNE, Le congrès d’histoire monastique de Maredsous, dans: Studia Monastica, I, 1959, p. 455-463.
2
D
E SMET, Vita Gerardi.
3
O
n peut ainsi presque totalement négliger les études, pourtant si fouillées, de L. VON HEINEMANN, Die àlteren Diplôme fur das Kloster Brogne und die Abfassungszeit der Vita Gerardi, dans: Neues Archiv, XV, 1890, p. 592-596; W. SCHULTZE, Gerhard von Brogne und die Klosterreform in Niederlothringen und Flandern, dans: Forschungen zur deutschen Geschichte, XXV, 1885, p. 221-271; M. DIERICKX, De h. Gérard van Brogne. Bronnen, Gérard jeugd en stichting van de abdij van Brogne, dans: Ons Geestelijk Erf, XVIII, 1944, p. 48-125; D. A. STRACKE, Nog eens over Gerhard van Bronium, dans: Ons Geestelijk Erf, XIX, 1945, p. 93-150. Ainsi aussi certaines synthèses récentes ont-elles conservé une datation totalement périmée pour la fondation de Brogne ou l’activité de Gérard; par ex. MILIS, Kerstening, p. 284. On lira l’état des recherches, tel qu’il était vulgarisé en 1959, par exemple dans la brochure Saint Gérard de Brogne. Abbaye de Saint-Gérard, 1959 et il trouvera son point fort dans le cortège ^historique* du millénaire de saint Gérard (1959); sur ceci, voir les documents conservés aux archives de la Bibliothèque de Maredsous.
4
MISONNE
, Miracles.
5
Monument
a Broniensia, ed. VON HEINEMANN, MGS SS, XV, 2 (Hanovre, 1888), p. 646-654.
6
MISONNE
, Charles le Simple.
7
MISONNE
, Manuscrit; MISONNE, Translation; MISONNE, Tours.
8
SABBE
, Gérard de Brogne.
197
en 1952, l’édition commentée par F.-L. Ganshof de l’acte de Gérard pour Brogne (919)9 et que l’on ajoute la publication par J.-P. Devroey de textes inédits de Brogne du XIe siècle10, on comprendra pourquoi aucune tentative d’histoire globale de Brogne au Haut Moyen Age n’avait encore été tentée11.
A. LE DOSSIER HAGIOGRAPHIQUE DE SAINT EUGÈNE À BROGNE
C’est à Saint-Denis que saint Gérard se procura la relique majeure de l’abbaye qu’il avait entrepris d’édifier dans son domaine de Brogne. Il ramena à Brogne, avec quelques ossements de saint Eugène – authentifiés par un document rédigé à Saint-Denis le 29 juillet 919, date de la donation12 -, plusieurs écrits, notamment un corpus de textes hagiographiques relatifs à saint Eugène13 et, probablement, un Evangéliaire du VIIIe siècle14 ainsi qu’un exemplaire du second livre des Dialogues de saint Grégoire15. On a également supposé que c’est de Saint-Denis que provenait un précieux autel portatif, en pierre, rehaussé d’un cadre d’argent16.
Trois textes, composés à Brogne au Xe siècle en l’honneur de saint Eugène, constituent la source la plus précieuse de l’histoire des origines de Brogne: un Sermo de adventu sancti Eugenii martyris, un recueil (inachevé) de Miracula Eugenii et un autre de Virtutes de saint Eugène.
9
GANSHOF
, Brogne.
10
DEVROEY, Brogne.
11
Voir cependant MISONNE, Brogne et Gérard.
12
L’existence de ce document (perdu) a été bien établie par dom Misonne (MISONNE, Translation, p. 105; MISONNE, Gérard, col. 724; MISONNE, Reliques, p. 3-4). Ce texte assurait l’authenticité de la relique et les conditions régulières de la donation; il contenait aussi la liste des dignitaires de l’abbaye de Saint-Denis lors de la cession des reliques (liste reprise dans le Sermo de adventu Eugenii et dans les Virtutes Eugenii, IV; cfr. MISONNE, Translation, p. 105-106 et MISONNE, Miracles, p. 251 et 261). La date du 29 juillet 919 est sûre; par ex. MISONNE, Translation, p. 104 et 106-107; MISONNE, Miracles, p. 238; MISONNE, Tours, p. 558. Cfr. infra, p. 199 et 223.
13
Bruxelles, B. R. 1820-1827; cfr. MISONNE, Manuscrit, p. 308-315; MISONNE, Autel portatif, p. 53 et MISONNE, Gérard. La partie sandyonisienne de ce recueil comprenait notamment une Passio de saint Eugène, des miracles à Deuil, des hymnes et quelques pièces perdues; elle était également accompagnée d’un sacramentaire où figurait une messe de la vigile des saints Denis, Rustique et Eleuthère (MISONNE, Manuscrit, p. 313-314; MISONNE, Autel portatif, p. 53).
14
Manuscrit dont il ne reste que deux feuillets, utilisés comme feuilles de garde lors de la reliure de l’actuel manuscrit Namur, Grand Séminaire, 45 (FAIDER, Manuscrits, p. 476-484); ces évangiles, composés au VIIIe siècle dans un scriptorium français (LOVE, C. L. A., X, n° 1561 ; MISONNE, Autel portatif, p. 53), sont probablement le manuscrit dont un texte anonyme du XIIIe siècle remarque l’antiquité (ed. MISONNE, Autel portatif, p. 50)… (Gerardus) accepit libros illius temporis, quorum aliquem ego vidi, quem sancta scripsit et dicavit antiquitas; identification dans MISONNE, Autel portatif, p. 53 et Gérard, col. 724-725.
15
Bruxelles, B. R. 1820-1827, f° 83r°-86v° (seule la finale est conservée); ce manuscrit présente des caractères de l’écriture parisienne du IXe siècle. Voir MISONNE, Manuscrit, p. 313 et Gérard, col. 725.
16
Description dans un texte anonyme du XIIe siècle (Namur, Grand Séminaire, 57, f° 41r°-42r°; ed. MISONNE, Autel portatif, p. 50): erat hoc altarium (itinerarium altare, précise le texte) circumductum argento quod opère ductili apostolorum capita repraesentabat. Cet autel portatif était en pierre; cfr. GILLES D’ORVAL, Gesta episcoporum Leodiensium, II, 40; ed. HELLER, p. 51. Sur cet autel, MISONNE, Autel portatif, p. 53-55 et Gérard, col. 724.
198
1.
Le Sermo de adventu sancti Eugenii martyris (925-945)
Le texte du Sermo de adventu sancti Eugenii martyris est conservé; découvert en 1886, il a été une nouvelle fois édité par dom D. Misonne17. Ce Sermo devait servir à l’office de la fête du 18 août, date de Yadventus des reliques de saint Eugène à Brogne; il est divisé en huit leçons rapportant la vie de saint Eugène et en un long complément qui narre l’acquisition des reliques par Gérard, leur arrivée à Brogne et la bénédiction du nouveau monastère. Dom Misonne a établi que les huit leçons correspondaient au sermon en usage à Saint-Denis (où l’on fêtait Yadventus du corps d’Eugène, auparavant gardé à Deuil) et composé dans cette abbaye à la fin du IXe siècle; ce texte avait été ramené, avec les reliques d’Eugène, par Gérard18.
Le complément historique rédigé à Brogne pour actualiser le sermo sandyonisien constitue la plus ancienne source narrative relative à Brogne; on peut la diviser en trois récits :

l
e 4 des Kalendes d’août (29 juillet), le corps de saint Eugène19 fut cédé à Gérard, vir religiosus20 qui locum istum restauravit in melius (se. Brogne), par les dignitaires de l’abbaye de Saint-Denis21 et par l’abbé de Deuil, Leutgarius, qui donna aussi un scriniolum multorum sanctorum reliquiis refertum. L’année n’est pas précisée, mais on sait que la donation eut lieu sous le règne de Charles le Simple, sous l’épiscopat (à Paris) de Théodulphe et sous l’abbatiat (à Saint-Denis) du comte Robert; soit entre 911 et 921 (en fait, 29 juillet 919).

l
e transfert du corps, de Saint-Denis à Brogne, eut lieu sous l’épiscopat d’Etienne et la cérémonie à Brogne se fit sous l’égide de l’archidiacre Adhelelmus. Les reliques d’Eugène arrivèrent à Brogne le 15 des Kalendes de septembre (le 18 août 919)22.

l’évêqu
e de Liège Richer, accompagné de l’archidiacre Adelelmus, consacra, le 8 des Kalendes de mars (22 février 922 ou 923)23, les nouveaux bâtiments de Yoratorium. Après avoir procédé à la reconnaissance des reliques d’Eugène, mises dans une belle
17
MISONNE, Translation, p. 99-101 (avec mention de l’édition de dom Morin, 1886 et des manuscrits, P-98).
18
Supra, n. 2 et MISONNE, Translation, p. 109-110. Ces huit leçons démarquent la Passio de saint Eugène: sur ce texte du troisième quart du IXe siècle, voir J. DUBOIS, Saint Eugène de Deuil, sa personnalité et son culte, dans: Gérard de Brogne, p. 83-100; B. DE GAIFFIER, La légende de S. Eugène de Tolède, martyr à Deuil près de Paris, dans: An. Boll., LXXXIII, 1965, p. 329-349; B.DE GAIFFIER, Un »presbyter Floharius« est-il l’auteur de la Passio S. Eugenii Toletani?, dans: An. Boll., LXXXIV, 1966, p. 59-76. Il n’importe pas ici de reprendre l’histoire de saint Eugène, ni de la translation de ses reliques de Deuil à saint Denis; éléments sur celle-ci dans MISONNE, Translation, p. 101-103.
19
Les textes parlent du corpus d’Eugène; il s’agit en fait d’un os de Pavant-bras et de quelques côtes; voir MISONNE, Translation, p. 105; Reliques, p. 3 (avec bibliographie complémentaire).
20
L’expression saepe dicto sepiusque dicendo Gerardo peut avoir été reprise à l’acte de juillet 919 dont il est question plus bas (MISONNE, Translation, p. 105); elle peut être aussi une marque plus générale de la célébrité ou de la renommée de Gérard »dont on parle souvent et dont on parlera plus souvent encore*.
21
Cette liste mentionne le doyen Amicon, le trésorier Francon, le chantre Gui, le sacristain Erkengarius; les Virtutes de saint Eugène y ajouteront l’hôtelier Noe, le cambrier Gozlin et le portier Evrard (Virtutes, IV; ed. MISONNE, Miracles, p. 261). Ces noms viennent de l’acte perdu, accompagnant la relique et mentionnant la donation du 29 juillet 919 (supra, n. 12).
22
Date déjà établie avec certitude par SABBE, Gérard de Brogne, p. 507-508.
23
Sur cette date, infra, p. 223 : on propose habituellement la » fourchette* 925-936 (MISONNE, Translation, p. 107-108, MISONNE, Gérard, col. 725).
199
châsse, il bénit les habitacula fratrum dans l’enceinte (claustra) du monastère, puis consacra h porta de l’abbaye à saint Michel, à saint Thomas et à sainte Agathe24. Les quelques lignes ajoutées au sermo sandyonisien ont été écrites en une fois, par un même auteur. Comme l’évêque Etienne est qualifié de bonae memoriae et que l’évêque Richer (f 945) est désigné par un simple venerandus, il semble logique de déduire que Richer vivait encore lorsque le texte fut écrit. De plus, la mention Henrico rege régnante – même si elle est anachronique pour la consécration de l’abbaye par Richer -donne un terminus post quem de 925. Il ne semble pas possible de préciser mieux: la rédaction du passage qui nous intéresse se place entre 925 et 945, peut-être plus près de cette première date, compte tenu du caractère d’écrit de circonstance des adventus25.
2.
Miracul
a et Virtutes Eugenii (dernier quart du Xe siècle)
Les Miracula et les Virtutes de saint Eugène ont été confondus jusqu’à ce que dom Misonne en donne une étude et une édition définitive en 196526. Il s’agit pourtant de deux recueils distincts qui ont été amalgamés lors de leur copie, à la fin du Xe siècle ou au tout début du siècle suivant, dans un même manuscrit qui regroupait les écrits hagiographiques et liturgiques relatifs à saint Eugène27. De plus, la datation des Virtutes avait été entachée par une mauvaise interprétation: on avait identifié Y abbas Gerardus à qui ils sont dédiés avec saint Gérard et on en faisait donc une oeuvre contemporaine du saint, placée vers 95028. Or, comme dom Misonne l’a bien montré, cette identification est invraisemblable; il s’agit d’un autre Gérard, peut-être le successeur de Gérard de Brogne ou celui d’Héribert mentionné en 986 et 99229.
24
Si le choix de l’archange Michel se comprend facilement pour le gardien de la porta, les titulatures à Thomas et à Agathe sont difficiles à expliquer; voir MISONNE, Translation, p. 108. Sur Agathe en contexte irlandais, voir infra, p. 310, n. 186. Sur le culte de saint Michel, en plus de nombreuses études de Mina Martens, voir la synthèse de M. MARTENS, M. DE WAHA et A. VANRIE, Saint Michel et sa symbolique. Bruxelles, 1979, surtout p. 43-117 (M. de Waha).
25
On pourrait penser à un texte écrit suite à la diffusion de la fête de saint Eugène, d’abord limitée, sous Etienne, au pagus de Lomme et au doyenné de Florennes (Virtutes, IX et XVII), puis étendue, sous Richer, à la totalité du diocèse (Virtutes, XVII). La date de 919 donnée par dom Huyghebaert (Translation, p. CVI-CVII) est certainement due à une distraction. Récemment dom Misonne a proposé une datation aux environs de 935 (Gérard, col. 738).
26
MISONNE, Miracles, p. 258-259 (Virtutes) et 280-285 (Miracula): cette étude commentée avec soin comprend aussi un lexique fort précieux et une présentation des manuscrits (p. 252-256) ainsi que des éditions partielles antérieures (p. 231-232). Auparavant la meilleure édition était celle des M. G.H. (ed. VON HEINEMANN, MGH SS, XV, 2, p. 646-652) qui, sous le titre de Translatio ou de Virtutes, en donnait des extraits. D’autres extraits figurent dans les Analecta Bollandiana.
27
Bruxelles, B. R. 1820-1827. Ce manuscrit a bénéficié d’une étude indépendante de dom Misonne (Manuscrit) qui en discute la composition et précise la date. Une partie du volume (f° 83 à 96) aurait été écrite à Saint-Denis et pourrait avoir été comprise dans un volume reçu par le fondateur de Brogne (Manuscrit, p. 314, n. 1 et supra, n. 12).
28
Le terminus ante quem était la mort de saint Gérard, le 3 octobre 959. Le raisonnement de SABBE, Gérard de Brogne, p. 501-503 aurait sûrement abouti à une bonne datation s’il avait fait la distinction entre les deux abbés Gérard.
29
Sur ces deux actes, infra, n. 463-464 et p. 253.
200
L’obituaire de Brogne mentionne, au 17 août, un Gerardus levita et abbas huius loci qui est probablement le dédicataire des Virtutes™.
Les Virtutes n’ont pas été écrits à Brogne31; ils sont pourtant l’oeuvre d’un ancien moine de Brogne dont rien ne permet de préciser l’identité32. Le terminus post quem est 959, la date du décès de Gérard; le terminus ante quem, la date de la plus ancienne copie, soit aux environs de l’an mil. Quelques indices laissent à penser que c’est plutôt dans le dernier quart du Xe siècle qu’il faut placer sa rédaction33. Au récit de base (trente-trois chapitres) a été ajouté, peut-être lors de la copie du texte dans le corpus hagiographique conservé, un miracle supplémentaire; l’auteur en est probablement un moine de Brogne, assurément autre que celui des Virtutes stricto sensu34.
Quant aux Miracula, il s’agit d’une oeuvre inachevée qui ne contient qu’un prologue et quatre paragraphes. L’auteur, au style pompeux, était moine à Brogne35. Le seul indice qui permette de préciser la date de rédaction des Miracula par rapport aux Virtutes est un argument logique: si les Virtutes – recueil achevé – avaient déjà été écrits, on n’aurait pas entrepris ab ovo un nouvel ouvrage pour ajouter quelques miracles complémentaires36.
Dès lors, le scénario proposé par dom Misonne est vraisemblable: un moine de Brogne entreprend de raconter les miracles exécutés par saint Eugène à Brogne mais ne peut l’achever. L’abbé Gérard fait appel alors à un ancien moine dont il appréciait les qualités d’écrivain et de témoin et lui commande l’opuscule des Virtutes. Lorsque, vers 1000, on réalise une belle copie des textes relatifs à Eugène, on reprend tout naturellement d’abord les Virtutes et on y joint, en annexe ou en complément, les Miracula conservés37.
Le but des Virtutes comme des Miracula est hagiographique: il s’agit de décrire les miracles réalisés à Brogne par l’intercession de saint Eugène. Dans cette oeuvre d’apologie et de glorification religieuses, on ne doit pas s’attendre à une chronologie précise ou à une grande exactitude dans les faits rapportés. Cependant, les douze premiers paragraphes des Virtutes fournissent un historique précieux de l’église de Brogne, de sa fondation à sa transformation en abbaye et à l’arrivée des reliques d’Eugène. A côté de sources écrites dont il reprend les éléments en les amplifiant parfois (sermo de adventu Eugenii; actes de 919 et 921), on trouve de nombreux faits neufs qu’il faut cependant considérer avec précaution. Les détails des récits des
30
Ed. BARBIER, Obituaire, p. 336. Le raisonnement, à tout point irréprochable, de dom Misonne (Miracles, p. 234-236) prend radicalement le contre-pied des affirmations de SABBE, Gérard de Brogne, p. 499-500.
31
Passages décisifs relevés par MISONNE, Miracles, p. 237.
32
Discussion des identifications proposées, dans MISONNE, Miracles, p. 237-239 ou dans SABBE, Gérard de Brogne, p. 499-500 (à considérer avec critique). Les étapes de la rédaction des Virtutes ont été établies par DIERICKX, Gérard van Brogne, p. 51-52 et mieux précisées par SABBE, Gérard de Brogne, p. 501.
33
Date établie par MISONNE, Miracles, p. 239-240.
34
MISONNE, Miracles, p. 241. Opinion contraire: SABBE, Gérard de Brogne, p. 501.
35
Le chap. IV des Miracula mentionne abbas huius nostrae congregationis.
36
MISONNE, Miracles, p. 242.
37
MISONNE, Miracles, p. 242-243.
201
Virtutes et des Miracula étant repris, à leur place, plus loin dans l’exposé, je me bornerai ici à une esquisse du contenu des textes38.
Chap. I. Pépin II apprend l’existence d’un endroit privilégié, situé à côté de la forêt de Marlagne où il aime à chasser; il veut s’y faire construire un auditorium puis, se ravisant, il ordonne de défricher cet endroit sis sur le Bornon et d’y édifier un oratoriolum pour ses fidèles. Il fait venir l’évêque Lambert qu’il convainc de consacrer cet oratorium; la dédicace principale est à saint Pierre et deux dédicaces complémentai-res sont à la Vierge et à Jean-Baptiste39. De l’autel Saint-Pierre, aux dires d’une vieille femme que connut bien l’hagiographe, coulait de l’huile; cet autel fut ensuite entouré d’un mur circulaire40.
Chap. IL Gérard41 souhaite construire un coenobium sur sa terre patrimoniale de Brogne (in alodo iure sibi a progenitoribus concesso), l’ancien sanctuaire, en partie détruit42, sert de base à une nouvelle construction (completo iam dicti loci aedificio). Il y place des clerici pour célébrer Dieu43.
Chap. IH—VIL Gérard souhaite se procurer des reliques; il se rend chez l’abbé de Deuil, Leutgarius, qui lui donne une petite châsse qui contenait, entre autres reliques, un fragment du corps d’Eugène (scriniolum sanctorum reliquiis refertum, in quo et de artubus almi Eugenii aliqua pars continebatur) (chap. III). A l’intervention de Leutgarius, les moines de Saint-Denis acceptent de céder – moyennant finances (pro muneribus) – une partie importante (?) du corps de saint Eugène44; les membra du très
38
La plupart des remarques historiques ou des rapprochements ont été faits par dom Misonne dans les notes de son édition. J’y renvoie globalement, sauf en cas de divergence de vues.
39
La date donnée par l’hagiographe, 15 des Kalendes de septembre, ne doit pas être retenue: c’est celle de Vadventus des reliques d’Eugène à Brogne. La titulature de l’église de Brogne à Pierre est citée là pour la première fois; la mention d’autels à Notre-Dame et à saint Jean-Baptiste est anachronique et renvoie à une situation du Xe siècle.
40
II faut rapprocher cette construction du chap. XXII des Virtutes: un puits découvert derrière l’autel Saint-Pierre et la tombe de saint Eugène est entouré d’un mur circulaire {in giro saxeum fecerunt parietem). Cfr. infra, p. 205 et 256.
41
L’hagiographe commence le paragraphe par les mots diebus itaque incliti régis Karoli, extitit … Gerardus. Dom Misonne (Miracles, p. 260, en note, sub 2,1) y voit Charles le Simple. Il s’agirait peut-être de Charles le Gros (suscription d’un diplôme de 884 conservé alors dans les archives de Brogne; cfr. infra, p. 206-207) sous le règne de qui Gérard serait né; la mention régis (et non imperatoris) plaide pour l’hypothèse de dom Misonne.
42
Virtutes, II; ed. MISONNE, p. 260: In illo (loco) qui olim, ut dictum est, sacratus erat Christo, sed paganorum insecutione magna ex parte videbatur esse dirutum. Il s’agit probablement d’une allusion aux invasions normandes, cliché commode pour donner une origine glorieuse à une église apparemment peu fréquentée. Cette mention, qui semble être passée tout à fait inaperçue des historiens des Normands, est par ailleurs en contradiction avec le chap. XI des Virtutes qui parle, pour l’année précédant l’arrivée des reliques d’Eugène, de la maison du sacerdos Anselme située à côté de Y ecclesia ou de Yoratorium de Brogne.
43
La référence permissu quoque patris sui amicorumque suorum est une allusion non dissimulée à la charte de juin 919. Les mots velut in scripto continetur quod in eodem loco fore dinoscitur renvoient, selon dom Misonne (Miracles, p. 260, n. 12), à l’acte de 919; il s’agirait plutôt de celui de 921 (iuxta quantitatem alimoniae quam consequi potuissent). En tout état de cause, aucun acte conservé ne fait allusion à des clerici, contrairement à ce que prétend SABBE, Gérard de Brogne, p. 500 et 509, qui suppose l’existence d’un » texte consignant l’érection du cenobium, le placement des clerici et leur dotation*.
44
Supra, n. 21.
202
saint martyr sont cédés à Gérard dans un beau reliquaire (scrinio honorifice fabricato) (chap. IV). Gérard arrive, avec ces reliques, à Couvin (Cuvinium villam in pago Teoracensi), où résidaient deux moines de Saint-Germain-des-Prés, Wérembert et Ermar, qui y desservaient un sanctuaire dédié à saint Venant45. Gérard refuse de pénétrer plus avant dans le diocèse de Tongres sans l’accord de l’évêque, Etienne (chap. V), confie ses précieuses reliques aux deux moines (chap. VI), part pour obtenir l’autorisation épiscopale et rejoint ensuite Couvin, avec de nombreux frères46; il fait route vers Brogne. L’archidiacre Adelelmus vient à la rencontre du cortège, accom-pagné de clerici de l’abbaye de Fosses. La procession triomphale parvient à Brogne le 15 des Kalendes de septembre (919); la châsse de saint Eugène est solennellement déposée dans Yoratorium dédié à saint Pierre (chap. VII).
Chap. VIII-IX. Devant certaines oppositions du milieu religieux liégeois47 qui voyait d’un mauvais oeil la permission épiscopale d’honorer, dans son diocèse, un saint inconnu, Etienne revient sur sa licentia48. Cependant, alors qu’il faisait route de Fosses à Malonne, l’évêque fut saisi d’une douleur dont il attribue la cause à sa décision; de nuit, il se rend à Brogne et fait brûler, pour sa guérison, deux cierges de la dimension de son corps (chap. VIII). Ayant ainsi recouvré la santé, dès le lendemain, Etienne entreprend une procédure de reconnaissance officielle du culte d’Eugène: il fait mander par un de ses chapelains, à Anselme, aedituus de Brogne, de se rendre à Liège au prochain synode avec le texte de h passio du saint. A la lecture de cette passio49, Etienne décide50, au nom du synode, de promouvoir le culte du saint et ordonne au doyen Flodin de faire célébrer, dans sa decania, une fête solennelle; il lui fait aussi savoir qu’il exempte dorénavant Brogne du paiement de Yobsonium (chap. IX)51.
Chap. X. Un homonculus de Maastricht donne à Eugène une clochette (lors de la rédaction des Virtutes, elle pendait dans le réfectoire de Brogne, au-dessus de la table des prieurs, mensa priorum).
Chap. XI-XII. L’année précédant l’arrivée à Brogne des reliques d’Eugène, Anselme, le prêtre qui desservait le sanctuaire de Brogne (sacerdos eiusdem loci), fait un rêve prémonitoire. Il refusait de quitter sa maison située à côté de l’église bien que
45
Sur ce sanctuaire, voir DESPY, Couvin et MISONNE, Couvin. Cfr. aussi, supra, p. 147-148.
46
Virtutes, VII ; ed. MISONNE, p. 262 : suis assumptis complicibus cum aliis multis fratribus. L’origine de ces fratres n’est pas précisée; on peut envisager que Gérard est passé par Brogne.
47
Virtutes, VIII; ed. MISONNE, p. 263: … virus invidiae per multorum corda clericorum in circuitu nequiter diffudit, adeo ut venientes ad episcopum praescriptum (se. Stephanum) dicerent non esse ratum ut incognitum in sua diocesipermitteret venerari sanctum, qui si esset sanctus nemini illorum erat notum. Plus loin, le chap. VIII donne le nom d’un de ces clercs, lepresbyter Eurehimgus, à qui l’évêque reproche d’avoir été tuis tuorumque sodalium consiliis depravatus.
48
Virtutes, VIII; ed. MISONNE, p. 263: (Stephanus) priorem commutavit sententiam.
49
II s’agit de h passio sandyonisienne qui accompagnait les reliques d’Eugène lors de leur cession à Gérard (voir notamment MISONNE, Manuscrit, p. 313-314; et supra, n. 13).
50
La date de ce synode peut être précisée: entre le 18 août 919 (adventus d’Eugène à Brogne) et le 18 juin 920 (décès d’Etienne). Voir infra, p. 223.
51
Virtutes, IX; ed. MISONNE, p. 264: Accersito denique Flodino decano, (Stephanus) praecepit ei ut per omnem decaniam suae curae commissam eius ex nomine sancti Eugenii martyris atque pontifias Christi iuberet solemnitatem celebrari et neque ipse nec ullus aliquis decanus qui post eum venturus esset soniacam episcopis Leodiensibus debitam ab eodem loco ubi ipsius sancti corpus quiescit accipere praesumeret.
203
Gérard voulut construire sa domus Dei à l’emplacement du presbytère; par volonté divine, ce presbytère brûla (chap. XI) faisant ainsi place nette pour le début des travaux52, qui furent exécutés en un temps très bref53. Un miracle se produisit lors delà construction54 (chap. XII).
Chap. XIII-XIV. Miracles à Biesmerée (chap. XIII)55 et à Roly (chap. XIV)56.
Chap. XV. Etymologie fantaisiste de Brogne: bronia/cuirasse57.
Chap. XVI. Miracle à Ermeton-sur-Biert58.
Chap. XVII. L’évêque de Liège, Richer, étend à la totalité du diocèse de Liège la fête de saint Eugène qu’Etienne avait établie va pagus de Lomme59. Miracle à Lesve60.
Chap. XVIII-XIX. Miracles à Bioul (chap. XVIII)61 et en un lieu indéterminé (chap. XIX).
Chap. XX. Charles le Simple, se rendant à Aix-la-Chapelle62, cantonne une partie de son armée dans le pagus de Lomme. Un soldat injurie Anselme, un des sacerdotes de Brogne, qui l’excommunie aussitôt63. Après une tentative de fuite avortée64 et après la levée de l’excommunication, il meurt à Pry65.
52
De précieux détails sont donnés par les chap. XI et XII sur l’architecture de l’église et du monastère de Brogne (voir aussi MISONNE, Miracles, p. 243-244), ainsi que sur les techniques de construction du Haut Moyen Age. Cfr., infra, p. 256-259.
53
Virtutes, XII; ed. MISONNE, p. 266. L’hagiographe souligne que, pendant les travaux, pas une goutte de pluie ne tomba sur Brogne (nec una aquae gutta par totum tempus quo parietes ecclesiae constructae fuerint, coelibus distillaret).
54
Miracle connu de l’auteur des Virtutes, par le témoignage du maçon (caementarius) concernant le charpentier (carpentarius).
55
Virtutes, XIII; ed. MISONNE, p. 266-267: Bermeriacas villa. Ce miracle met en scène un laïc, vir circa cultum Dei sollicitus, qui travaillait au service de Brogne.
56
Virtutes, XIV; ed. MISONNE, p. 267: Roslerum villa in pago Lomacense. Le début du chap. XV mentionne un chemin qui mène de Roly à Brogne: inde (= a Roslero)… iter arripiunt… quod ducit ad villam Bronium.
57 Infra, p. 220-221.
58
Virtutes, XVI; ed. MISONNE, p. 267: Villa quae vocatur Ermenton.
59
Virtutes, XVII; ed. MISONNE, p. 268: In adventus sui in Bronium initio martyr Eugenius ignorabatur qui esset a circummanentibus fidelibus et ab ipsius parrochiae praesule domno scilicet Stephano episcoporum nobilissimo. Sed is, lecta eius Passione, gavisus estgaudio magno, acpraecepit continuo ipsius celebrari festivitatem et in Lomacensi pago et postea Richarius episcopus in omni sua diocesi. A rapprocher des Virtutes, VII-IX. Parallèle intéressant avec la Vita Hunegundis écrite par l’abbé d’Homblières, Bernier, dans le troisième quart du Xe siècle: Vita Hunegundis, XIX (ed. STILTINGUS, AASS, Aug., V, p. 236); cfr. VAN DER STRAETEN, Hunégonde, p. 46.
60
Virtutes, XVII; ed. MISONNE, p. 268: In villa … nomine Laiva, sancti martyris monasterio contigua. A rapprocher des Miracula, IV; ed. MISONNE, p. 284-285.
61
Virtutes, XVIII; ed. MISONNE, p. 269: Villa quae dicitur Biurtus.
62
Virtutes, XIX; ed. MISONNE, p. 269-270: Carole rege ad Aquasgranipalatiumproperante. A remarquer que la charte de Charles le Simple pour Brogne (921) est datée d’Aix. Sabbe (Gérard de Brogne, p. 500) date de 920 l’intrusion de la soldatesque de Charles le Simple à Brogne.
63
Virtutes, XIX; ed. MISONNE, p. 270: Quam … iniuriam impatienter ferens, (…) pedo perculit excommunications.
64
Virtutes, XIX; ed. MISONNE, p. 270: un essai de traversée de la Meuse échoue à cause d’un cheval déjà monté sur le bateau (navis).
65
Virtutes, XIX; ed. MISONNE, p. 270: Villa Pirarium. A remarquer un long passage sur Yordo sacerdotalis.
204
Chap. XXI. Boson, qualifié de nobilissimus comitum, traverse le pagus de Lomme avec son armée66. Après le refus des fratres de Brogne de céder aux soldats leur domus67, lors d’une procession destinée à les éloigner, un militaire frappe Anselme d’un coup de poignard68. Dieu punit le coupable.
Chap. XXII-XXIV. Robert, famulus du monasterium de Brogne, a une vision: on lui enjoint de creuser entre l’autel et la sepultura de saint Eugène pour y trouver de l’eau69. Après un premier refus des fratres du lieu et une nouvelle vision, les travaux prescrits font apparaître de l’eau, aussitôt entourée d’une paroi circulaire, en pierre (chap. XXII)70. Ce puits a des vertus médicinales (chap. XXIII); une femme aveugle est guérie par cette eau (chap. XXIV).
Chap. XXV-XXXII. Miracles à Dinant (chap. XXV)71, à Brogne (chap. XXVI)72. Autres miracles.
Chap. XXVII-XXIX. Un pèlerin venu des Alpes est guéri à Brogne après avoir, en vain, fait le tour des sanctuaires des Gaules (chap. XXX)73.
Autres miracles (chap. XXXI-XXXII) 7\
Chap. XXXIII. Louanges de la beata Broniensis congregatio.
Chap. XXXIV. Miracle additionnel: à l’invitation du comte Bérenger et par crainte des invasions hongroises, les reliques de saint Eugène sont mises à l’abri, en l’église Saint-Hilaire, dans le vicus de Namur75. Saint Eugène réalise un miracle sur un clerc de Liège, Vuulgerus.
66
Evénement placé en 928 par SABBE, Gérard de Brogne, p. 500.
67
Virtutes, XX; ed. MISONNE, p. 270: Qua villa hoste repleta, voluerunt aliqui eorum in fratrum ipsius loci manere domibus. A remarquer le pluriel domibus.
68
Virtutes, XX; ed. MISONNE, p. 270: Sanctam ferentem crucem (processionis), Anselmum, Dei antestitem, unus ex ipsis pugno percussit gravissime.
69
Virtutes, XXI; ed. MISONNE, p. 271 : Vade in ecclesiam et f ode inter altare ac sepulturam sancti martyris Eugenii, et invenies aquam multis profuturam. Voir aussi infra, p. 256.
70
Virtutes, XXI; ed. MISONNE, p. 271: Aquam magis invenientes, ne foras nimium excurreret, in giro saxeum feceruntparietem. A rapprocher du chap. I des Virtutes; ed. MISONNE, p. 260. Voir aussi infra, p. 256.
71
Virtutes, XXV; ed. MISONNE, p. 272-273: Deonant portus. Sur ce miracle, voir notamment DESPY, Dinant, p. 66-69.
72
II s’agit de manifestations divines hostiles à une femme qui avait avorté. Voir aussi les indications sur l’architecture du monastère infra, p. 256-259.
73
Virtutes, XXX; ed. MISONNE, p. 276: Venit ab ipsis Alpium montibus quidamperegrinus, lustratispêne totius Galliae monasteriis, prius a nemine sanctorum quos quaesierat adiutus.
74
A remarquer, au chap. XXXII, qu’un paralysé guéri quitte précipitamment Brogne de crainte d’être gardé en servitude; narravit quod ideo clam recesserit, quia timebat ut fratres Bronienses illum in servitium vellent retinere; quod minime cogitaverant fratres.
75
Virtutes, XXXIV; ed. MISONNE, p. 279: Eademque tempestate quo timor Hungrorum omnes invasit qui morabantur in regno Lotheriense, devectus est isdem emeritus Christi miles Eugenius ad memoratum portum (se. in vico Namuco), ibique susceptus est offîciosissime a Berengario, illustri comité, et intra ecclesiam sancti Hilarii collocatus. Texte utilisé notamment par JORIS-DESPY, Cornelimunster, p. 122-123 (avec bibliographie complémentaire). La mention de Bérenger est une erreur chronologique de l’hagiographe (Robert est mentionné comme comte de Namur en 946; cfr. DESPY, Waulsort, p. 324-325); elle provient des liens entre Bérenger et Gérard, liens qui susciteront un chapitre tendancieux de la Vita Gerardi (chap. II; ed. HEINEMANN, p. 656. – commentaire: DE SMET, Vita Gerardi, p. 56-59).
205
Miracula, chap. I. Miracles à Bossières76, sur un habitant de Mettet77.
Chap. IL Miracle sur une possédée, Engèle, moniale de Nivelles78.
Chap. III. Une biche traverse la villula de Lesve79 et se réfugie près de l’autel dédié à saint Eugène80; le custos de l’église de Brogne, Robert, a assisté à ce miracle.
Chap. IV. Conflit entre deux frères à Lesve, réglé à l’intervention des moines de Brogne et des reliques d’Eugène81.
B. LA FONDATION DE L’ABBAYE DE BROGNE
1.
Les sources
En plus du dossier hagiographique présenté sommairement ci-dessus, on dispose de deux types de sources pour appréhender les origines de Brogne: quelques chartes vraies (dont presque toutes ont été interpolées) et les données annalistiques82. On signalera également quelques authentiques de reliques et des renseignements prove-nant de textes hagiographiques qui montrent un trait frappant de saint Gérard: son intérêt pour les reliques83.
a. Les actes et diplômes
al. Acte de Charles le Gros pour Sanction, père de Gérard (Metz, juin 884)84. Charles le Gros donne à Sanction, fidèle du comte Robert, un manse à Maredret85.
76
Miracula, I; ed. MISONNE, p. 281: Villa quae fertur Buxerias.
77
Miracula
, I; ed. MISONNE, p. 280: Villa cui vocabulum est Metting.
78
Miracula, II; ed. MISONNE, p. 282-283: Fuit namque quaedam mulier nomine Engela, quae proprium reliquens virum, sancto velamine operta, coenobio sese iunxit sanctimonialium, quo venerabatur sancta Geretrudis Christi inclita famula. Cfr. supra, p. 83, n. 119.
79
Miracula, III; ed. MISONNE, p. 284: Laiva villula. Ce miracle a eu lieu un dimanche 29 juin (tertio Kal. Iulii festivitate beatorum apostolorum dieque dominico), ce qui donne comme dates possibles: 962, 973 et 979 (MISONNE, Miracles, p. 283, n.).
80
Miracula, III; ed. MISONNE, p. 284: 5e coram altari … prostravit; eo namque tenore tune quasi in oratione se babuit, ut mos est monacbis qui secundum regulam sancti Benedicti promissionem faciunt.
81
Miracula, IV; ed. MISONNE, p. 284-285. Le lieu n’est pas cité, mais peut être restitué par comparaison avec le chap. XVII des Virtutes. A noter l’intervention du comte de Namur, comes vel defensor huius loci et la tenue d’un mallus comtal à Linehi, probablement Ligny. Sur l’apparition du terme de defensor à la fin du Xe siècle, voir GENICOT, Monastères et principautés, p. 63 et n. 12. Cfr. aussi DEVROEY-DIERKENS, Avouerie, p. 52, 60 et 72.
82
Je ne reprendrai pas ici les chartes fausses qui ne valent que pour une période postérieure aux termini etenus pour cette thèse. J’ai, par ailleurs, l’intention de traiter de façon approfondie l’histoire de Brogne aux XIe et XIIe siècles; je donnerai alors les raisons de telle chronologie ou de telle opinion qui, ici, apparaîtra un peu abrupte. De la même façon, je n’ai pas cherché à être complet dans le choix et le commentaire des données annalistiques retenues; seules les dates directement utiles pour mon propos ont été retenues.
83
Le problème, qui n’est qu’esquissé ici, est traité à fond dans un article de dom D. Misonne (Reliques).
84
Le pseudo-original donne la date du 28 octobre 887 (date retenue, notamment par WAUTERS, Table, I, p. 304). La date de juin 884 est défendue de façon convaincante par P. Kehr (infra, n. 85).
85
Edition P. KEHR, MGH DD ex stirpe Karol., II, I, p. 169-170 (D. KIII105), avec mention des éditions antérieures.
206
L’acte de Charles le Gros pour Sanction est, on le sait depuis longtemps86, interpolé. On en possède le pseudo-original, dont on peut placer la confection à la fin du XIe siècle, en même temps que la fausse bulle d’Etienne VII, c’est-à-dire peu avant la rédaction de la Vita Gerardi en 1074-107587. Le noyau original se décèle aisément: Charles le Gros, à la demande de son fidelissimus comte, Robert (le futur roi de France, Robert Ier), et de l’évêque de Tongres Francon, donne à Sanction, fidelis de Robert, un manse à Maredret, manse que Robert tenait en bénéfice de l’empereur Charles88.
a2. Acte de Gérard pour l’église de Brogne (Brogne, 2 juin 919).
Gérard, du consentement de son père Sanction et de son frère Gui, donne à l’église de Brogne, où il se propose de construire un monastère où il se consacrera lui-même au service de Dieu, tout ce qu’il a des droits à Romerée, ainsi que son alleu de Manise, situé entre Revin, Haybes et Fumay89.
La charte de saint Gérard pour l’église de Brogne a bénéficié d’une étude remarquable de F.-L. Ganshof; avant celle-ci, l’acte était considéré comme entière-ment vrai90. L’analyse détaillée de Ganshof établit que cet acte est »un exemple excellent de charte privée, de structure objective« du Xe siècle, mais qu’il a été remanié, probablement à l’extrême fin du XIIe ou au début du XIIIe siècle91.
86
La falsification a été mise en évidence dès la découverte de cet acte parmi les chartes déposées, vers 1830, au greffe du tribunal de Namur (aujourd’hui l’acte est conservé aux A. E. Namur); cfr. J. BORGNET, Sur un diplôme du IXe siècle relatif à saint Gérard, dans: Bulletins de l’Académie Royale des Sciences et Belles-Lettres de Belgique, IV, 1837, p. 157-162.
87
DEL MARMOL, Brogne, p. 234-236 ne date pas l’interpolation. WAUTERS, Table, I, p. 304, la place au XIe siècle. GANSHOF, Brogne, p. 244 et n. 5, situe l’interpolation du diplôme vrai de Charles le Gros entre 928/937 (Virtutes Eugenii: date inexacte) et 1050/1070 (Vita Gerardi: date inexacte); les dates proposées sont incorrectes mais le raisonnement est bon, tout comme celui de Kehr (MGH DD ex stirpe Karol., II, I, p. 169) qui datait, pour des raisons stylistiques, la falsification de la même période que la confection du pseudo-acte d’Etienne VII; ce dernier acte est, on le sait depuis 1960, de peu antérieur à la Vita Gerardi de 1074-1075 (DE SMET, Vita Gerardi, p. 17). De Smet (Vita Gerardi, p. 13 et n. 3) croit que l’interpolation est nécessairement postérieure à 1176, puisque le passage faisant allusion à une restauration in honore vivifiée crucis ne peut, selon lui, s’expliquer qu’après la donation d’une parcelle de la Vraie Croix, léguée à Brogne par Manassés de Hierge en 1176-1177 (cfr. ROLAND, Manassés; BAIX, Brogne, col. 820-821 et 825-826; BAIX, Sainte-Croix, p. 253, n. 4; DEL MARMOL, Brogne, p. 264-266). Cette expression n’est pourtant que la reprise textuelle de l’inscription dédicatoire de l’église abbatiale de Brogne en 1038, inscription dont on ne peut soupçonner la véracité (infra, p. 257-258); on trouve également l’expression in modum crucis vivificae à propos de l’évêque Etienne, dans les Virtutes Eugenii de la fin du Xe siècle (Virtutes, VIII; ed. MISONNE, p. 264).
88
Ed. KEHR, MGH DD ex stirpe Karol., II, p. 169-170:… qualiter quidam vir nobilis Rotbertus comes fidelissimus noster cum Tongrensi episcopo Francone deprecatus est nostram clementiam ut quandam terram quam ille de manu nostra tenebat in beneficio, in proprietatem fideli suo nomine Sanctioni concederemus (…). Concessimus namque prefato viro Sanctioni in comitatu Laumacence in villa que dicitur Merendrec mansum indominicatum (…)•
89
Voir la nouvelle édition de GANSHOF, Brogne, p. 252-255 (à laquelle j’emprunte l’analyse, en changeant seulement ubi »dans laquelle*, »où« et non »auprès de laquelle*); liste exhaustive des manuscrits et des éditions précédentes et explication des variantes aux p. 249-251.
90
Panorama de l’historiographie: GANSHOF, Brogne, p. 220-222. On doit cependant mentionner ici le refus, non motivé, de Bresslau (GANSHOF, Brogne, p. 222) et les réserves de F. Rousseau sur les souscriptions ( ROUSSEAU, Actes, p. XXII-XXIII).
91
Sur la date de l’interpolation, voir GANSHOF, Brogne, p. 246-247 (conclusions acceptées notamment par DESPY, Stavelot, p. 254, n. 11). Vers 1200, on aurait ajouté un relevé des cens de l’alleu de Manise, une
207
Quelques éléments de la charte sont de première importance: la donation se fait pour une église située à Brogne, ubi cupio construere monasterium et me ipsum in servitium omnipotentis Dei militaturum condonare92: en juin 919, Gérard était encore laïc mais procède déjà à une donation en faveur du monastère (en construction) et de la future église monastique.
La donation, faite dans la villa de Brogne93 (actum villa Brong publiée), a été entourée de solennité: y étaient présents, notamment, le comte Bérenger et l’évêque Etienne94 ainsi que d’autres membres de l’aristocratie locale95. Il est dès lors vraisemblable que cette assemblée ne fut pas seulement réunie afin de cautionner une donation (même si celle-ci devait rendre possible la construction du monasterium en en formant, avec l’alleu de Brogne, la base du temporel) mais qu’elle a aussi délibéré au sujet de la maison religieuse qui allait être fondée96.
a3. Diplôme de Charles le Simple accordant l’immunité à l’abbaye de Brogne (Aix-la-Chapelle, 27 août 921).
Charles le Simple, à la requête de ses fidèles, les comtes Haganon et Ermenfroid, accorde la protection royale et l’immunité au monastère fondé à Brogne par Gérard97.
phrase relative à la dîme de Manise ainsi que quelques mots ou compléments. La datation de l’interpolation repose d’une part sur l’usage de mots spécifiques (mansionarii; descendere a manu nostrae; quartiers de manses, etc.), d’autre part sur l’histoire domaniale de Manise, particulièrement à la fin du XIIe siècle (un règlement de 1255, sur les limites de Manise, est postérieur à l’interpolation: ed. LAHAYE, Brogne, p. 685-687 et remarques de GANSHOF, Brogne p. 237-238 et n. 1 de la p. 237). On doit cependant faire remarquer qu’une description du domaine de Romerée bien datée des environs de l’an mil est exactement parallèle à celle de Manise (ed. DEVROEY, Brogne, p. 217, n°l); on attendra la parution d’une étude annoncée de J.-P. Devroey sur le »censier« de la charte de Brogne pour se prononcer définitivement sur la date de l’interpolation (éléments importants dans DESPY, Cuites, notamment p. 190-191).
92
De Smet (Vita Gerardi, p. 6, n. 1) a proposé de considérer cette phrase comme appartenant à l’interpolation alors que Ganshof (Brogne, p. 248-249) n’y voyait rien qui puisse surprendre. Il ne me semble pas que l’on doit suivre le chanoine De Smet: ce membre de phrase s’insère parfaitement dans le déroulement des événements tel que le rapportent notamment le Sermo de adventu Eugenii et les Virtutes Eugenii (quoi qu’en dise SABBE, Gérard de Brogne, p. 509-510). Par ailleurs, dans la partie interpolée, figure la mention tradidi sancti Pétri et sancti Eugenii monasterio Broniensi, en contradiction avec ubi cupio construere monasterium. Le faussaire a certes témoigné d’une grande négligence en conservant le premier membre de phrase et créant ainsi un anachronisme évident (ce qui n’est guère exceptionnel; cfr. notamment GANSHOF, Brogne, n. 3 des p. 235-236), mais il est invraisemblable qu’il ait inventé, à quelques lignes d’intervalle, deux propositions contradictoires.
93
Comme l’établiront définitivement les Virtutes Eugenii, le domaine de Brogne appartenait à Gérard et l’église paroissiale – comme plus tard le monastère – est une Eigenkirche. Voir GANSHOF, Brogne, p. 248 et n. 1; MISONNE, Brogne, col. 709; MISONNE, Gérard, col. 725 et 736-737.
94
Le chanoine De Smet (Vita Gerardi, p. 57-58) croit que ces souscriptions ne figuraient pas dans l’original, »vu la place toute secondaire accordée à ces personnages dans la liste des témoins*. Je me rallie aux positions de Ganshof (Brogne, p. 241 et n. 2-3) qui les croit vraies et limite l’interpolation aux mots Namurcensis et Leodiensis. Cfr. aussi infra, p. 221, n. 212.
95
GANSHOF, Brogne, p. 242 et 248. A remarquer, parmi les souscripteurs, un Helbertus en qui F.-L. Ganshof (Brogne, p. 225) et dom Misonne (Eilbert, p. 30, n. 3) voient Eilbert »de Florennes* ; cfr. supra, p. 184-186.
96
GANSHOF, Brogne, p. 248.
97
MISONNE, Charles le Simple: édition aux p. 60-64 (avec liste exhaustive des manuscrits et des éditions précédentes) et p. 66-67 (acte dépourvu des interpolations).
208
Il a fallu la nouvelle édition commentée de dom Misonne pour qu’on puisse se servir de l’acte de Charles le Simple pour Brogne. Jusqu’alors les historiens étaient unanimes à y voir un faux, à rapprocher de la fausse bulle pontificale d’Etienne et de la Vita Gerardi, et qui aurait puisé son inspiration dans les Virtutes Eugenii9*. La raison de cette défiance tenait d’abord à l’absence d’une bonne édition », ensuite à la présence, dans l’acte, d’interpolations longues et indiscutables. Une fois débarrassée de ses remaniements100, la charte est saine: l’analyse interne, la date, les personnages cités sont tous plausibles101. Néanmoins, quelques lacunes subsistent que dom Misonne propose de combler, notamment d’après l’exposé du diplôme de 932 qui a utilisé l’acte de Charles le Simple avant qu’il soit interpolé102.
Le diplôme rapporte que deux fidèles du roi, le comte Haganon et le comte Ermenfroid103, vinrent avec Gérard (qualifié de servus Dei) demander au souverain d’accorder à Brogne104 la protection royale et l’immunité que ses prédécesseurs et lui-même ont accordées à d’autres monastères; les points sur lesquels porte l’immunité, infra ditionem regni nostri, sont détaillés. Il est donc permis, ajoute l’acte, au servus Dei Gérard et à l’abbé à qui il confiera la gestion de son abbaye, comme à ses successeurs105, de jouir de la defensio immunitatis nostrae. En 921, les biens de
98
Voir notamment BERLIÈRE, Vita Gerardi, p. 165-166 (peut-être un fond authentique); DE SMET, Vita Gerardi, p. 13-14 et n. 5 (faux); GANSHOF, Brogne, p. 244 et n. 3 (faux); ROUSSEAU, Brogne, p. 349 et 365 (»faux incontestable*); BORMANS, Fausse bulle, p. 287 (faux ou »tout au moins interpolé*); etc. Pour le chanoine Baix, Actes, p. 63, il existait »bel et bien … une pièce authentique de Charles le Simple*, mais il la croyait perdue puisqu’il croyait faux le diplôme de 921 qu’il ne connaissait que sous une forme totalement défectueuse.
99
La première édition (Fisen, 1642) était incomplète et donnait une date inexacte (914), alors qu’une nouvelle édition (Berlière, 1892) passait inaperçue de Ph. Lauer dans son édition des actes de Charles le Simple; sur tout ceci, Misonne, Charles le Simple, p. 57-58.
100
Les interpolations concernent l’histoire de l’église de Brogne jusqu’à l’arrivée des reliques d’Eugène (source: Virtutes Eugenii); la défense faite à quiconque de se faire héberger sur le territoire de Brogne; la corroboration trop étendue; des clauses pénales trop sévères; quelques mots répartis dans le texte, dont l’année de l’indiction; cfr. MISONNE, Charles le Simple, p. 64-^66. Les interpolations ne sont pas datées par dom Misonne qui les place cependant après la falsification de l’acte de 932 qui s’en inspire.
101
MISONNE, Charles le Simple, p. 68-70. A remarquer que l’acte est donné à Aix-la-Chapelle: cette mention doit être rapprochée des Virtutes Eugenii, XX; ed. MISONNE, Miracles, p. 269.
102
MISONNE, Charles le Simple, p. 67-68. Cette hypothèse raisonnable est également recevable si, comme je le crois, ce passage de l’exposé de l’acte de 932 appartient au noyau vrai de l’acte d’Henri l’Oiseleur; dans ce cas, le diplôme de Charles le Simple aurait servi de Vorurkunde. Une donnée de l’acte de 932 est, cependant, impossible en 921: la double titulature du monastère de Brogne à saint Pierre et à saint Eugène (cfr. infra, p. 223).
103
Sur ces personnages, voir les indications de MISONNE, Charles le Simple, p. 70 et, pour Haganon, DUVOSQUEL, Cession de Maroilles, p. 176 et n. 13-18.
104
Si l’on utilise les données de l’acte de 932 (ed. SICKEL, MGH DD, I, p. 77-79, DH I 43), quelques renseignements supplémentaires sont possibles. Brogne qualifiée de coenobium a été récemment (nuper) fondée sur une propriété personnelle de Gérard (haereditatis suae proprium) et Gérard est conversus, engagé dans la vie monastique (à rapprocher du servus Dei de l’acte de 921 ). Ce monastère est dédié à saint Pierre et à saint Eugène: cette mention est anachronique pour 921 mais non en 932; l’acte de 921 devait mentionner la seule titulature à Pierre puisque la consécration de l’abbaye aux saints Pierre et Eugène, due à l’évêque Richer, date du 22 février 922 ou 923 (sur cette date, infra, p. 223).
105
Les termes sont importants: memorato servo Dei Gerardo atque abbate cui commendaverit regere supradictum locum suisque successoribus. En observant l’emploi des temps et leur concordance dans l’acte de 921 (notamment ea quae deinceps… voluerit… divinapietas augeri et ut res quae… donatae sunt vel… deinceps … donatae fuerint), il n’est qu’une façon de comprendre le texte: Gérard, alors
209
l’abbaye se limitaient encore aux donations de Gérard (res quae apraefato Gerardo ad sanctum locum donatae sunt), même si de prochains dons (ea quae deinceps afidelibus christianis eidem donatae fuerint) sont envisagés106.
a4. Charte de Saint-Martin de Tours pour Gérard de Brogne (Tours, 18 décembre 923).
Gauthier, trésorier de Saint-Martin de Tours, donne à Gérard, abbé de Brogne, une relique de saint Martin et lui concède, sous certaines conditions, cinq manses à Fabt (ou Fabavilla) en Hesbaye107. Seul E. Sabbe, en 1958, considère comme fausse la charte de Saint-Martin de Tours pour Brogne108. Par une nouvelle édition du texte, dom Misonne a réhabilité définitivement cet important document, trop peu utilisé109.
Cette charte, bien datée du 18 décembre 923 uo, est un acte privé à double objet: la donation d’une relique de saint Martin à Gérard et la cession de manses en Hesbaye. Comme l’a bien vu dom Misonne, ces deux cessions sont liées et complémentaires ni: Gérard a rappelé les droits de Saint-Martin sur cinq manses sis à Fabt112 et dont, selon toute apparence, l’abbaye de Tours avait oublié l’existence113 et, en contrepartie, il
moine occupé à poursuivre et approfondir sa formation monastique, n’est pas encore abbé; il n’a nommé aucun abbé, se réservant la possibilité soit d’assumer lui-même l’abbatiat de sa fondation, soit de désigner l’abbé. On ne peut que déduire qu’en août 921, sans abbé, l’abbaye de Brogne n’avait pas encore été régulièrement constituée. Ce qui se produira quelques mois plus tard, le 22 février 922 ou 923 (sur cette date, infra, p. 223). Voir aussi MISONNE, Charles le Simple, p. 71-72 et l’opinion, radicalement contraire à la mienne, de SABBE, Gérard, p. 515-519.
106
Même remarque, plus haut dans l’acte de 921 (ed. MISONNE, Charles le Simple, p. 66, 1. 20-23).
107
Ed. MisoNNE,Tours, p. 546-547 (avec liste exhaustive des manuscrits et des éditions). L’original était conservé à Tours, encore au XVIIIe siècle (MISONNE, Tours, p. 543-544).
108
SABBE, Gérard, p. 511-513. Comme les réponses de dom Misonne (Tours, surtout p. 556-557) aux critiques d’E. Sabbe me semblent parfaites, je n’évoquerai ici ni les unes ni les autres.
109
Panorama de l’historiographie dans MISONNE, Tours, p. 540-541.
110
La seule difficulté pour la date réside dans la mention, à l’extrême fin de l’acte, du signum d’Hugues, comte et abbé de Saint-Martin. Comme l’explique dom Misonne, l’acte a été rédigé en l’absence de l’abbé Hugues qui appose son signum à son retour à Tours au début de 924 (après avoir reçu, dans les premiers mois de cette année, le titre comtal du Maine); Hugues cumulait, en effet, les fonctions d’abbé laïc de nombreuses abbayes (dont Saint-Denis) et de comte. Sur ceci, MISONNE, Tours, p. 558-559.
111
MISONNE, Tours, p. 553 et n. 3.
112
L’identification du lien n’a pas été possible; quelques copies portent la forme Fabavilla. On a pensé à Fall, sous Meer (Limbourg) ou plutôt à Fooz, sous Champion (prov. Namur): cfr. MISONNE, Tours, p. 555 et n. 2-3. Sur les biens de Saint-Martin de Tours dans nos régions au début du Xe siècle, voir DESPY, Watermael, p. 1-8.
113
Sur les raisons de l’oubli d’une si petite possession, voir notamment MISONNE, Tours, p. 553. Il faut, à tout le moins, remarquer avec quelle opportunité Gérard a découvert l’existence de ces manses, dont on ne trouve d’ailleurs nulle mention dans les documents postérieurs de Brogne. Il est vrai que les difficultés matérielles d’un paiement annuel (ou quinquennal) d’une somme infime au caput sancti Martini à Tours devaient être considérables pour les moines de Brogne et, somme toute, disproportion-nées (cfr. infra, n. 115). Ne seraient la personnalité de Gérard et l’intelligence des religieux de Tours, on pourrait presque penser à une invention bienvenue … Quoiqu’il en soit, l’abbaye de Tours s’est désaisie de ces biens lorsque la Lotharingie passa, en 925, à la Germanie (cfr. MISONNE, Tours, p. 355). Je dois à l’amitié de Fr. Muret l’interprétation suivante de l’acte de 923 : Saint-Martin de Tours n’aurait pas »oublié« l’existence des manses de Fabavilla, mais ne parvenait pas à percevoir le paiement qui lui revenait, compte tenu de la modicité de la somme et de la distance. Tours aurait dès lors conclu un arrangement avec Gérard: on concède en précaire les manses contre un service de prières, en prévoyant un cens ultérieur. Pour préserver l’avenir et pour »sauver l’honneur*, Tours explique que c’est Gérard qui a rappelé l’existence des manses et lui fait don d’une relique.
210
demande – et obtient – la donation d’une relique (relique »extérieure«, non corpo-relle)114 de saint Martin. De plus, il bénéficie pour les terres de Fabt, d’un contrat de main-ferme (precaria data) d’un genre un peu spécial: Gérard reçoit, sans procéder à un contre-don matériel, les terres de Fabt et, en échange de cette cession, il assumera avec sa communauté de Brogne, la charge de prier pour l’abbé et les bienfaiteurs de l’abbaye de Tours; ce n’est qu’après sa mort que Brogne devra payer un cens annuel115. L’acte de 923 apprend notamment que Gérard portait le titre abbatial (Gerardus abbas)ne et qu’il avait l’intention de placer digniter les reliques de saint Martin dans son monastère dédié aux saints Pierre et Eugène117. De plus, la donation se fit, àTours, en l’absence de l’abbé118 mais sur sa iussio; ce qui suppose que Gérard est allé précédemment trouver Hugues, peut-être à Saint-Denis dont ce dernier était l’abbé laïc119.
a5. Diplôme d’Henri l’Oiseleur pour Brogne (Aix-la-Chapelle, 5 avril 932).
Le roi Henri Ier prend le monastère de Brogne sous sa protection, confirme ses droits et lui accorde l’immunité120.
Le diplôme d’Henri l’Oiseleur pour Brogne a, comme l’acte de Charles le Simple de 921, mauvaise presse. Pour son dernier éditeur, Th. Sickel, l’acte est faux et ne contient aucun noyau utilisable pour l’époque d’Henri Ier 121. La date de rédaction du faux ou de
114
Sur la nature de cette relique, voir MISONNE, Tours, p. 352-353 et n. 2 et Reliques, p. 5-6. Elle est mentionnée en 1588, dans le premier catalogue des reliques de Brogne.
115
Habituellement, la main-ferme consistait en une cession temporaire contre un cens annuel. Gérard bénéficie d’un triple avantage: le cens annuel ne sera payé qu’après son décès (auparavant, il sera remplacé par des prières) et il pourra être versé une fois tous les cinq ans (afin d’éviter un long déplacement pour le montant annuel dérisoire de 12 deniers); de plus, la cession est définitive (iure hereditario). Nul doute que cet arrangement est dû aux circonstances de la » redécouverte* par Gérard des droits de Tours à Fabt. Voir MISONNE, Tours, p. 554.
116
En dernière analyse, on ne sait évidemment pas si Gérard était déjà abbé ou si, en tant que fondateur de Brogne, il se faisait passer pour tel en vue d’obtenir une relique à laquelle il tenait; ses rapports personnels avec l’abbé laïc de Saint-Denis et de Tours ont dû être décisifs. Voir aussi la remarque de MISONNE, Tours, p. 561.
117
La mention in obsequium principis apostolorum Pétri sanctique Eugenii martyris, qui corpore in ipso (se. monasterio Bronium) requiescit, montre, à mes yeux, que la mention Henrico régnante reprise dans la date de la bénédiction de l’abbaye à saint Eugène (Sermo de adventu S. Eugenii) doit se comprendre comme un léger anachronisme (Henri régnait alors en Germanie, mais non encore sur la Lotharingie); la consécration par Richer a eu lieu en février 922 ou 923. Sur cette date, infra, p. 223.
118
Per iussionem senioris nostri Hugonis; ceci explique notamment que l’acte soit suscrit par le trésorier de Saint-Martin qui avait la garde des reliques dans ses attributions (MISONNE, Tours, p. 549-550).
119
Ceci pose, de façon nette, la question des rapports entre Gérard et les Robertiens (MISONNE, Tours, p. 361); Hugues était, en effet, fils du roi Robert Ier et beau-frère du roi Raoul de Bourgogne dont le frère, Boson, est qualifié de nobilissimus comitum, dans les Virtutes, XXL On remarquera, au passage, que Hugues succéda, comme abbé de Saint-Denis, à son père Robert (mort le 15 janvier 923), lequel avait précisément accordé à Gérard des reliques d’Eugène (cfr. Sermo de adventu Eugenii). Dans la mesure où la cession de la relique est due plus à la iussio de Hugues qu’à l’influence de Gérard lui-même, on peut considérer comme sans fondement, l’affirmation de dom Misonne selon qui le monastère de Brogne, en 923, «possédait une communauté assez importante pour que les chanoines de Saint-Martin puissent se recommander aux prières des religieux* (Tours, p. 558). Cfr. aussi infra, p. 217.
120
MGH DD, I, p. 77-79 (DHI43). A la p. 77, Sickel précise aussi qu’il n’a pu trouver trace d’une charte d’Henri Ier pour Brogne, datée du 25 octobre 932 (mentionnée par Waitz et Strumpf).
121
MGH DD, I, p. 77.
211
la falsification est mal fixée par la littérature historique; peu avant 992 selon F.Rousseau122, alors que pour Th. Sickel123, l’acte daterait d’après 1131; même opinion chez dom Berlière pour qui l’acte serait postérieur à 1038 et, peut-être, à 1131124. F.-L. Ganshof estime que le diplôme, totalement faux, fut fabriqué avant l’époque où fut remanié et interpolé le diplôme vrai de 992125 et dom Misonne place la rédaction de l’acte de 932 avant l’interpolation du diplôme vrai de 921126. Pour J.-M. De Smet également, l’acte de 932 est un faux qui serait postérieur à 992 et à la rédaction de la fausse bulle d’Etienne (elle-même de peu antérieure à la Vita Gerardi de 1074), mais antérieur à la Vita de 1074 et, de toute manière, à 1131127. On retiendra cependant comme fondées les remarques de J. Wollasch, auxquelles souscrit dom Misonne128: il existe un noyau vrai à l’acte d’Henri. Ce diplôme, délivré en 932, a été falsifié peu avant 1074 et repose, pour une partie, sur la charte de Charles le Simple de 921 qui a été présentée comme Vorurkunde129. L’étendue exacte de la fabrication et des interpola-tions est difficile à préciser. Il s’agit bien de la protection royale accordée à Brogne; un acte de 992 ne stipule-t-il pas sicut antecessores nostri imperatores iam pridem conservandum (monasterium nomine Bronium) susceperant et omnia iura ipsius imperialibus preceptis confirmaverant?uo Ces imperatores (lire reges) désignent assurément Charles le Simple (921) et Henri Ier (932)131. Il faut aussi placer parmi les parties vraies l’exposé qui rapporte que Gérard construisit le cenobium de Brogne sur une de ses terres personnelles et que cette fondation, en l’honneur de saint Pierre, eut lieu peu auparavant (nuper), après la conversio de Gérard132. La date, également, me semble entièrement vraie133 et on peut retenir le 5 avril 932.
122
ROUSSEAU, Actes, p. XL-XLI (voir aussi p. XXIII: »faux incontestable*); même opinion dans ROUSSEAU, Brogne, p. 349.
123
MGH DD, I, p. 77.
124
BERLIÈRE, Vita Gerardi, p. 166.
125
GANSHOF, Brogne, p. 245 et n. 4.
126
MISONNE, Charles le Simple, p. 67.
127
DE SMET, Vita Gerardi, p. 14 et n. 1 et p. 17.
128
WOLLASCH, Gérard, p. 77-78; MISONNE, Charles le Simple, p. 67-68.
129
MISONNE, Charles le Simple, p. 67-68. Voir aussi supra, n. 104 et infra, n. 132. Sur la date de l’interpolation, supra, n. 82.
130
Ed. SICKEL, MGH DD, II, p. 502-504 (D O III 92).
131
Charles le Simple est qualifié de rex Francorum dans Pacte de 921, et Henri n’était pas empereur en 928 ou 932 (voir DE SMET, Vita Gerardi, p. 14, n. 1). L’acte de 992 précise d’ailleurs, un peu plus loin, sicut a regibus qui ante nos fuerunt confirmatum est. A deux reprises, l’usage de qualificatifs royaux (regalitatis-, potestate regia) dans l’exposé rappelle indiscutablement le noyau original, puisque, ailleurs, le faussaire utilise imperator (même titre de rex dans la souscription: signum Henrici régis gloriosissimi).
132
Ed. SICKEL, MGH DD, I, p. 77-78: (…) quendam venerabilem virum abbatem Gerardum nostre regalitatis adisse presentiam petisseque, ut cenobium quod ipse ex hereditatis sue proprio in pago Lomacensi in loco qui dicitur Bronium, conversus nuper construxerat in honore sancti Pétri principis apostolorum (…), potestate regia contuendum susciperemus allodiumque et possessiones velpredia que iam dictus abbas seu vir nobilissimus multa possederat et ea beato Petro ad solacium inibi Deo servientium contulerat, in nostra protectione nostrorumque successorum deinceps consistèrent.
133
J. Wollasch proposait de lire 928 (DCCCCXXVIII au lieu de DCCCCXXXII; cfr. Gérard, p. 78); mais je ne vois pas de raison de refuser l’année 932. Parmi les témoins (la liste est, pour une partie au moins, vraie; cfr. aussi WOLLASCH, Gérard, p. 77-78), on reconnaît l’évêque de Liège Richer et le comte de Namur Bérenger.
212
b. Les données annalistiques
On trouve, dans de nombreuses Annales monastiques, des mentions de saint Gérard; certaines d’entre elles méritent créance, d’autres, au contraire, peuvent être rejetées. Je me contenterai ici d’un bref survol, sans prétention d’exhaustivité. Comme on le constatera, la plupart des événements mentionnés concernent la »réforme« de saint Gérard hors de Brogne, mais il a semblé préférable de maintenir en un ensemble les données annalistiques sur Gérard.
bl. Annales Blandinienses
Les Annales de Saint-Pierre de Gand, pour la période qui s’achève vers 1050-1060, ont été rédigées par l’abbé Wichard vers 1035-1052 et insérées, avant 1058, dans le Liber Traditionum sancti Pétri Blandiniensis134. Les sources, nombreuses, de Wichard consistent notamment en une compilation de sources carolingiennes et en une série d*Annales (perdues) de Saint-Bertin; on y ajoutera bien sûr les archives de Saint-Pierre, dont Wichard reprendra lui-même un grand nombre dans son Liber Tradi-tionum135.
Cette nouvelle datation des Annales rend caduque l’opinion du dernier éditeur du texte, Ph. Grierson, qui estimait en 1937 que la Vita Gerardi a servi de source à de nombreuses dates relatives à Gérard136; cette hypothèse ne peut plus être retenue aujourd’hui, puisque la Vita Gerardi date de 1074-1075 et qu’aucune Vita prior n’a existé avant cette Vita Gerardi137. Avant que soit établie la date réelle de cette Vita, un argument logique avait été opposé par divers érudits à l’assertion de Grierson: si les Annales s’étaient inspirées de la Vita Gerardi, pourquoi n’auraient-elles pas repris la date de la mort de Gérard indiquée dans la Vita. Cette omission était donc la preuve que les données relatives à Gérard appartiennent à une première série d*Annales écrite sous Womar et, plus précisément, après le départ de Gérard et avant le décès de celui-ci (953-959)138. Cette dernière hypothèse chronologique doit, selon moi, être nuancée: toutes les dates de la vie de Gérard ne méritent pas la même créance139. On peut distinguer trois types de données:
a) les données relatives à l’abbatiat de Gérard à Gand; elles proviennent assurément des archives de Saint-Pierre et ont été inscrites sous Womar ou peu après:
134
Voir surtout A. C. F. KOCH, Diplomatische studie van de 10e en 11e eeuwse originelen uit de Gentse Sint-Pietersabdij, dans: Diplomata Belgica, I, p. 85-122; cfr. GENICOT-TOMBEUR, Répertoire, H, p. 39-40. Bibliographie complémentaire: GRIERSON, Annales, p. IX-XXXI; GRIERSON, Abbots of St. Peter’s, p. 136-139; VAN WERVEKE, Saint-Wandrille, p. 91.
135
Sur ceci voir surtout A. C. F. KOCH, De dateringen in het » Liber traditionum Sancti Pétri Biandinien-sis« van omstreeks 1035, dans: B. C. R. H., CXXIII, 1958, p. 138-190; résumé dans GENICOT-TOMBEUR, Répertoire, II, p. 114-115. Voir aussi VAN WERVEKE, Saint-Wandrille, p. 91.
136
GRIERSON, Annales, p. XXII et 16, n. 1.
137
Supra, p. 197.
138
Sur Womar, infra, p. 237 et n. 350.
139
Pour Ph. Grierson (Annales, p. 16, n. 1), »nous manquons de base solide pour la plupart des dates et elles ne sont pas dignes de confiance*; voir déjà GRIERSON, Abbots of St. Peter’s, p. 139, n. 1.
213
a° 941. Abbas Gerardus receptus est ab Arnulfo in Blandinio140;
a° 944. Adventus corporum sanctorum Wandregisili, Ansberti, Vulfranni in Blan-dinio141;
a° 953. Domnus abbas Womarus abbas ordinatur ab episcopo Folberto in Came-raco142.
b) les données relatives à l’abbatiat de Gérard à Saint-Bertin; elles proviennent des Annales de Saint-Bertin ou des Gesta abbatum Sithiensium de Folcuin; elles datent également du troisième quart du Xe siècle.
a° 945. Hoc anno Gerardus abbas ordinatus est in monasterio Sancti BertiniU3; a° 946. Conversio monachorum in Sithiu monasterio144.
c) les données relatives à la vie de Gérard avant son arrivée à Gand. Dans trois cas au moins (913, 914 et 918), la date est fausse; les autres dates sont invérifiables et doivent être accueillies avec prudence145.
a° 898. Gerardus abbas natus est146;
a0 913. Hoc anno cepit abbas Gerardus aedificare Braoniense coenobium, et in anno
secundo corpus beati Eugenii episcopi et martyris de coenobio sancti Dyonisii
ibi translatum est ab ipso Gerardo147′, a° 918. Gerardus abbas monachus efficitur14S; a° 926. Gerardus abbas presbyter ordinatur149; a° 931. Gerardus abbas cepit regere cellam sancti Gislani150.
140
Ed. GRIERSON, Annales, p. 18; les Annales Blandinienses sont seules à donner cette date. Sur les rapports entre Gérard et Arnoul, voir surtout infra, p. 232-237.
141
Ed. GRIERSON, Annales, p. 18. Date exacte, confirmée notamment par le Sermo de adventu des reliques de ces saints (HUYGHEBAERT, Translation).
142
Ed. GRIERSON, Annales, p. 19; cette date implique la démission et le départ de Gérard. Cfr. GRIERSON, Abbots of St. Bavo’s, p. 48 et n. 2; VERHULST, Sint-Baafs, p. 63.
143
Ed. GRIERSON, Annales, p. 18. Les Gesta abbatum Sithiensium de Folcuin (CVII; ed. HOLDER-EGGER, p. 628) placent le début de l’action d’Arnoul à Saint-Bertin le 15 avril 944 et peu après, la nomination de Gérard comme abbé. Si l’on retient la date de 945 donnée par les Annales de Saint-Pierre, on déduira que près de dix mois se sont écoulés entre l’expulsion de moines »indignes« par Arnoul et le début de l’abbatiat effectif de Gérard. Voir aussi GRIERSON, Abbots of St. Peter’s, p. 138; sur l’action de Gérard à Saint-Bertin, infra, p. 238-239.
144
Ed. GRIERSON, Annales, p. 18. Comme le montre le chap. CVII des Gesta abbatum Sithiensium de Folcuin (ed. HOLDER-EGGER, p. 628), il s’agit du retour à Saint-Bertin des anciens moines hostiles à la réforme de Gérard puis ralliés à celle-ci; Folcuin ne précisait pas la date de cette conversio. Voir aussi GRIERSON, Abbots of St. Peter’s, p. 138.
145
GRIERSON, Annales, p. 16, n. 1; SABBE, Gérard, p. 504-506.
146
Ed. GRIERSON, Annales, p. 16.
147
Ed. GRIERSON, Annales, p. 16. C’est par erreur que Ph. Grierson estime que ces dates sont possibles (Annales, p. 16, n. 3): le début de l’édification du cenobium de Brogne date de 918 et l’arrivée des reliques d’Eugène de 919: infra, p. 221-223.
148
Ed. GRIERSON, Annales, p. 16. Cette date est trop précoce puisque, on l’a vu, en 919, Gérard était encore laïc et n’apparaît comme servus Dei qu’en 921.
149
Ed. GRIERSON, Annales, p. 17. Cette ordination est attestée également dans la Vita Gerardi, IX (ed. HEINEMANN, p. 660) qui la place à Saint-Denis, sous l’épiscopat d’Adelemus (927-935). Sur ceci, infra, p. 227 et n. 275.
150
Ed. GRIERSON, Annales, p. 17. Les sources permettent de considérer comme certaine la présence de Gérard à Saint-Ghislain en 936; la date de 931, donnée par les Annales Blandinienses, est reprise par les Annales Sancti Ghisleni.
214
b2. Annales de Saint-Amand
Une partie des Annales de Saint-Amand – celle que Pertz a éditée séparément sous le titre Annales Elnonenses minores151 – est conservée dans une copie du XIIe siècle, mais remonte à une série perdue d’annales écrites vers 1060152. L’origine des notices est diverse; la seule donnée relative à Gérard (a° 952) provient assurément des archives de l’abbaye et mérite créance153.
a° 952. Leudricus ordinatur abbas Kal. Iunii. Quem Arnulfus comes post discessum Normannorum et devastationem abbatie Sancti Amandi ad restaurandam ipsam abbatiam, convocatis episcopis Fulberto Cameracensi, Rodulfo Noviomensi et abbatibus Gerardo, Hildebrando, Berner o, ordinari fecit et omnes possessiones ipsius abbatie ipsi restitua et insuper de suo multa contulit154.
b3. Annales Sancti Gisleni
Les Annales de Saint-Ghislain ont aujourd’hui disparu; on en a conservé 29 fragments qui couvrent la période 913—1310155. Rédigées dès 1100 au plus tôt et jusqu’à la fin du XIVe siècle au plus tard, elles n’ont – pour ce qui concerne saint Gérard – aucune originalité puisqu’elles reprennent, sans les modifier, les données des Annales Blandinienses pour les années 913, 918, 926 et 931156. Pour ce dernier événement, Jacques de Guise donne la date de 934157, mais comme sa source est le texte des Annales sancti Gisleni; on peut légitimement conclure à une erreur du chroniqueur158.
b4. Annales sancti Bavonis Gandensis
Les Annales de Saint-Bavon de Gand, rédigées au XIVe siècle, s’appuient sur d’anciennes annales perdues du monastère; on a souligné souvent leur valeur médiocre et tendancieuse159.
151
Ed. PERTZ, MGH SS, V, p. 10-20.
152
Ed. GRIERSON, Annales, p. 132-175; cfr. pour la datation, p. LIII-LXIV.
153
Cfr. PLATELLE, Gérard, p. 131-135; MISONNE, Gérard. Voir aussi DUVIVIER, Actes et documents, I, p. 22. Commentaire: infra, p. 240-241.
154
Ed. GRIERSON, Annales, p. 151.
155
Sur ces Annales, leur existence, leur contenu, leur datation et la valeur des renseignements qu’elles contiennent, voir l’étude définitive de VAN OVERSTRAETEN, Annales Gisleni.
156
VAN OVERSTRAETEN, Annales Gisleni, p. 31 et tableau p. 48.
157
Annales Hannoniae (ed. SACKUR, MGH SS, XXXI), p. 177; cfr. VAN OVERSTRAETEN, Annales Gisleni, p. 16 et 20; NAZET, Crises et réformes, p. 468-470.
158
VAN OVERSTRAETEN, Annales Gisleni, p. 20, et n. 32; voir néanmoins infra, p. 230-231. Jacques de Guise se montre d’ailleurs historien peu scrupuleux, comme en témoigne aussi la façon dont il situe l’action de Brunon de Cologne à Saint-Ghislain; le chroniqueur applique des événement du début du XIIe siècle, à l’époque de Brunon (vers 965) et sous l’abbatiat de Gérard (de Brogne?) Voir la contribution de D. VAN OVERSTRAETEN à NAZET-DUVOSQUEL-VAN OVERSTRAETEN, Jacques de Guise, p. 56-60 (en particulier la n. 1, p. 60 sur Gérard de Brogne); NAZET, Crises et réformes, p. 468-470 et 494.
159
Ed. PERTZ, p. 185-191. Cfr. VERHULST, Sint Baafsabdij, p. 60-61 ou WATTENBACH-LEVISON, II, p. 270, n. 348.
215
a° 937. Arnulfus magnus comes Flandrie, gloriosus marchysus hortatu venerabilis viri Transmari Noviomagensis episcopi cenobium Gandense tune dirutum, quod deserto pêne videbatur similior, restauravit et in melius reformavit et virum illustrem sanctum Gerardum Bononiensem160, abbatem dicti Gan-densis cenobii constitua et rectorem161 ;
a° 940. (…) sanctorum Bavonis et Pharaildis predictorum corpora cum aliorum sanctorum pignerib us a sancto Gerardo, abbate Gandensi (…)ad cenobium Gandense reportantur162 ;
a° 946. Cenobium Gandense cum congregatione fratrum a sancto Gerardo abbate reedificatur et in melius exaltatur163 ;
a° 953. Sanctus Gerardus abbas Gandensis resignavit, et per Arnulfum comitem Flandrie et Rodulfum Novionensem episcopum Hugonem Gandensis ceno-bii abbatem sibi substitua164;
a° 959. Sanctus Gerardus Broniensis cenobii fundator, quondam abbas Gandensis cenobii, vir sanctissimus migravit ad Dominum165.
b5. Annales Elmarenses
Les Annales d’Elmare furent copiées à Saint-Pierre de Gand166; elles ont pour modèle les Annales Blandinienses et une série d’annales compilées à Saint-Bavon de Gand. Le copiste du XIVe siècle a opéré une sélection dans les dates qu’il recopiait avec soin et, principalement, lors de divergences entre les versions de Saint-Pierre et de Saint-Bavon. On y trouvera trois types de données relatives à Gérard:
a) données provenant des Annales Blandinienses: a°941 (arrivée de Gérard en Flandre) et a° 944 {adventus du corps des saints Wandrille, Ansbert et Vulfram)167;
b) données originales provenant de Saint-Bavon:
a° 939: Sanctus Bavo de castello a Gerardo abbate cum monacbis ad monasterium refertur, comitante infinito fidelium populorum cetu16S;
c) donnée originale provenant d’une charte pour Saint-Pierre:
a° 950: F actum est decretum a Lodowico rege per Gerardum abbatem169.
160
Sic pour Broniensem; Péditeur des MGH maintient à mauvais escient la forme Bononiensem et corrige même, en ce sens, la mention correcte Broniensis, à l’année 959.
161
Ed. PERTZ, p. 187. Date tendancieuse, à rejeter: Gérard n’arrive à Gand qu’en 941.
162
Ed. PERTZ, p. 188; cfr. supra, n. 81.
163
Ed. PERTZ, p. 188.
164
Ed. PERTZ, p. 188.
165
Ed. PERTZ, p. 188. Cette date vient peut-être de la Vita Gerardi.
166
Ed. GRIERSON, Annales, p. 74-115; pour la datation, p. XXXII-XLIII. Voir aussi GRIERSON, Abbots of St. Peter’s, p. 137-139.
167
Supra, n. 60 et 61.
168
GRIERSON, Annales, p. 85. Cette date, assurément trop précoce, est en contradiction avec la date de 941, reprise par les Annales Elmarenses aux Annales Blandinienses, pour le début de l’action de Gérard en Flandre. VERHULST, Sint Baafsabdij, p. 61 et n. 20, opte pour une restauration en 946.
169
Ed. GRIERSON, Annales, p. 85: il s’agit de l’acte de Louis IV d’Outremer pour Saint-Pierre de Gand (Reims, 20 août 950; ed. LAUER, Recueil Louis IV, p. 82-86, n° 36 ou GYSSELING-KOCH, Diplomata Belgica, I, p. 143-146, n° 53).
216
c. Gérard de Brogne et les reliques
Dom Misonne a consacré à l’attitude de Gérard de Brogne envers les reliques un long article détaillé, auquel j’emprunte l’essentiel des lignes qui suivent170.
Lors de la présentation des sources relatives à la fondation de l’abbaye de Brogne, j’ai évoqué l’acquisition par Gérard des reliques de saint Eugène qui reposaient à Saint-Denis et dont la donation (ou plutôt la vente) était consignée dans un acte perdu du 29 juillet 919171; peu après, entre 925 et 945, on rédigea à Brogne, manifestement à l’initiative de Gérard, un sermo de adventu Eugenii en complément à une passion de saint Eugène172. Avec les reliques d’Eugène, Gérard ramenait un précieux autel portatif et un petit coffret contenant des reliques offertes par l’abbé de Deuil173. En 923, Gérard sollicita (et obtint) une relique de saint Martin, pour laquelle il se prévalut de la recommandation de l’abbé de Tours et de Saint-Denis174.
Un précieux catalogue daté de 1588 permet de voir avec quelle constance Gérard se procura des reliques pour son abbaye de Brogne175. Certaines de celles-ci ont été acquises dans des circonstances mal précisées; ainsi les reliques de saint Rémi doivent-elles être probablement mises en relation avec le séjour que fit Gérard dans l’abbaye rémoise de Saint-Rémi176. Dans d’autres cas l’histoire de l’acquisition est connue. C’est notamment le cas d’une relique de saint Landelin, provenant de Crespin, et d’une relique d’un saint Innocent, dont l’origine est Salles près de Chimay.
En 1642, Barthélémy Fisen signale qu’il a vu, dans les archives de Brogne, une schedula de la main de Gérard et relative à une relique de saint Landelin que celui-ci aurait obtenue à l’abbaye de Crespin qui conservait le corps de son fondateur177. Si Fisen attribue à Gérard l’origine de cet authentique de reliques, c’est qu’il devait être écrit à la première personne178. Le jésuite liégeois ne nous donne pas le texte de cette schedula, mais en publie le contenu : saint Gérard souhaite acquérir une relique de saint Landelin, fondateur des abbayes de Lobbes et d’Aulne voisines de Brogne; il se heurte d’abord à un refus, puis l’autorisation est accordée179.
L’auteur de la Vita Gerardi, en 1074-1075, signale que Gérard avait un amour immodéré pour les reliques et que, parmi celles qu’il apporta à Brogne, figurent celles
170
MISONNE, Reliques.
171
Supra, n. 12.
172 Supra, p. 199-200.
173
Sermo de adventu; ed. MISONNE, Translation, p. 100, 1. 87-89. -Virtutes Eugenii, III; ed. MISONNE, Miracles, p. 261, 1. 11-12.
174 Supra, p. 210-211.
175
Ce catalogue, rédigé par l’évêque de Namur, François Walloncapelle (qui était aussi abbé de Brogne, puisque ce monastère avait été incorporé au nouvel évêché de Namur lors de sa création en 1559), n’est plus conservé que sous forme d’une copie imprimée, en annexe de G. SOURIS, La vie du glorieux sainct Gérard, abbé de Brogne (Namur, 1618). Comme ce livret est presque introuvable, il faut remercier dom Misonne qui donne une nouvelle édition du catalogue en annexe à son article (Reliques, p. 24-26).
176
Hypothèse vraisemblable de MISONNE, Reliques, p. 6-7. Sur le séjour de Gérard à Reims, infra, p. 241-242.
177
FISEN, Sancta Legia, p. 212 (passage reproduit par MISONNE, Landelin, p. 76-77); voir aussi FISEN, Flores, p. 445. Cette scedula disparut peu après que Fisen ait pu la voir; cfr. MISONNE, Landelin, p. 80; MISONNE, Reliques, p. 6.
178
MISONNE, Landelin, p. 77-78.
179
Parmi les renseignements de première main donnés par cette schedula, notons que le reliquaire de saint Landelin était fermé par trois sceaux (ternis occlusum sigillis).
217
d’un saint Innocent180; elles se trouvent encore à Brogne, explique l’hagiographe qui n’a pu les voir181, et proviennent de Saint-Denis. Effectivement les ossements de saints Innocents reposaient bien dans l’abbaye de Brogne, mais ils avaient été dissimulés dans un sac de cuir, placé dans un coffre, lui-même enseveli dans le sol de l’église et retrouvé miraculeusement, en 1116, grâce au récit d’une moniale nivelloise182. Un opuscule fut rédigé sur cette inventio, probablement encore au XIIe siècle183; de nouveaux renseignements y apparaissent et font état de faits oubliés depuis longtemps184. Dom Misonne suppose dès lors que c’est un authentique de reliques, encore du Xe siècle et peut-être de la main de Gérard, qui contenait l’histoire des ossements de saints Innocents185: ceux-ci auraient été enlevés par Gérard à l’abbaye de Salles près de Chimay; cette communauté, vivant dans le péché et vouée à la destruction (subversio), aurait été rebelle aux efforts réformateurs de Gérard qui aurait dès lors retiré aux coupables, les reliques des Innocents (non enim conveniunt Innocentes cum nocen-tibus)m.
Mais le plus grand nombre de reliques conservées à Brogne fut ramené par saint Gérard de Flandre, principalement de Gand; il profita de ses importantes fonctions à Saint-Pierre et Saint-Bavon de Gand et à Saint-Bertin, de son action à Saint-Riquier et à Saint-Amand et, en général, de son prestige auprès d’Arnoul de Flandre pour amasser, souvent de façon peu régulière, un grand nombre de reliques (dont il prélèvera une partie à l’avantage de Brogne). Un des cas les mieux connus est la translation au Mont-Blandin en 944 des corps de saint Wandrille et de saint Ansbert187, accompagnés d’une kyrielle de reliques dont a été tenu un minutieux catalogue188, peut-être rédigé par Gérard lui-même ou sous inspiration. Comme ce fut le cas pour
180
Vita Gerardi, X; ed. HEINEMANN, p. 661 ; à propos des reliques amenées de Saint-Denis et de Deuil par saint Gérard: non solum autem buius sancti corpus abinde sed et multorum pignera sanctorum dignoscitur advexisse (…). Quid quoque, quod vix videtur incredulis credibile, de uno refertur Innocente cum coaetanis succiso, quasi tenerrimo flore sub Herode crudelissimo rege, quem certissime istuc advectum boc eodem procuratore continet certissime sanctuarium Broniensis basilicae?
181
MISONNE, Saints Innocents, p. 294-295, avec la n. 4 de la p. 295. Dans cette même n. 4, dom Misonne écrit que »c’est l’unique relique qui retienne l’attention de l’hagiographe, avec le corps de saint Eugène*; ce n’est pas exact, voir aussi Vita Gerardi, XX; ed. HEINEMANN, p. 671.
182
D’après Y inventio de ces reliques, beati senis (Gerardi) prudentia in ecclesia Broniensi ubi legitur evangelium inter murata sumus murati cum altero dimidio; in illo loco sacra nos oblivioni dédit antiquitas (ed. MISONNE, Saints Innocents, p. 301 et n. 1 de la p. 295). Dom Misonne rapproche cet événement, daté de la vieillesse de Gérard (senis), des invasions hongroises de 954; l’hypothèse peut être retenue (MISONNE, Saints Innocents, p. 294-295). Cfr. infra, p. 248.
183
MISONNE, Saints Innocents, p. 297; MISONNE, Autel portatif, p. 53.
184
Notamment le nom et l’existence du monastère de Salles: MISONNE, Salles, p. 264-265; MISONNE, Saints Innocents, p. 294-296; NAZET, Crises et réformes, p. 470-471.
185
MISONNE, Salles, p. 265; MISONNE, Saints Innocents, p. 296.
186
Ed. MISONNE, Saints Innocents, p. 301. Voir aussi le commentaire de MISONNE, Salles, p. 263-269. Cfr. aussi supra, p. 146 et infra, p. 248.
187
Sur cet épisode, voir l’introduction circonstanciée de l’excellente édition du Sermo de adventu de ces saints: HUYGHEBAERT, Translation, en particulier p. CXXI-CXXX (où l’on trouvera toutes les références souhaitables). Ajouter HUYGHEBAERT, Vulfram, p. 180-194 et MISONNE, Reliques, p. 8-10.
188
Sermo de adventu sanctorum Wandregisili, Ansberti et Vulframni in Blandinium, XXIX-XXXII; ed. HUYGHEBAERT, p. 30-37.
218
saint Eugène à Brogne et, plus tard, pour les saints Gudwal et Bertulfe à Gand189, Gérard fera rédiger un sermo de adventu sanctorum Wandregisili et Ansberti in Blandinium190.
La comparaison entre le catalogue de 944 et celui des reliques conservées à Brogne est parfaitement claire et montre la provenance gantoise de nombreuses reliques de Brogne. Il en est ainsi du chef de saint Wandrille et d’un fragment de vêtement de saint Ansbert, tous deux encore accompagnés d’un authentique de reliques du Xe siècle (de la main de Gérard?)191, mais aussi du bras et d’autres reliques de saint Wandrille192, de reliques de saint Pierre (peut-être déposées à Gand par saint Amand lui-même)193, d’un os de saint Léon (?) qui avait été donné à Wandrille par le pape Martin Ier194, de reliques de saint Vulmer195, Bertulfe196, Orner197, Bavon198 et d’autres encore, soigneusement relevées par dom Misonne199.
Cette longue liste montre bien l’intérêt de Gérard pour les reliques ; on ajoutera qu’il assistait peut-être à la translation des reliques de saint Gérulphe à Tronchiennes en 925200. Les mesures qu’il prit, vers 953-954, pour mettre à l’abri les reliques de Brogne, au moment où était annoncée l’arrivée hongroise, sont tout aussi éloquentes.
189
Voir, en plus de MISONNE, Reliques, p. 12, deux articles surtout de dom N. Huyghebaert, cités infra, n.342.
190
Le récit primitif du Sermo de adventu fut rédigé, au Mont-Blandin, entre 945 et 950; cfr. HUYGHEBAERT, Translation, p. CVI-CXIII.
191
Sur le chef de saint Wandrille (conservé à l’abbaye de Maredsous): [G.MORIN], Le chef de saint Wandrille, fondateur et abbé de Fontenelle, dans: Le Messager des Fidèles, I, 1884-1885, p. 282-288 (édition de la scedula, p. 288 de cet article anonyme de G. Morin; cfr. HUYGHEBAERT, Translation, p. XLI, n. 3, identification qui m’a été aimablement confirmée par dom P. P. Verbraken, qui prépare l’édition d’une bibliographie critique de dom G. Morin); ajouter MISONNE, Reliques, p. 15-17 et 23. Sur la relique d’Ansbert, également à Maredsous, voir MISONNE, Reliques, p. 18 et 23, avec édition de l’authentique du Xe siècle. On remarquera cependant que l’écriture des deux authentiques est fort différente.
192
MORIN, Saint-Wandrille (cité supra, n. 191); MISONNE, Reliques, p. 16-17.
193
MISONNE, Reliques, p. 14-15, avec discussion critique des sources; notamment Vita Gerardi, XX; ed. HEINEMANN, p. 171 : nampraeterea caetera a Gandavo istuc delatum eiusdem beati abbatis Wandregi-sili brachium neenon et, quod estpraecipuum, inaestimabiliapignoraprimatis apostolorum. – Sermo de adventu Wandregisili, XXX; ed. HUYGHEBAERT, Translation, p. 32.
194
MISONNE, Reliques, p. 18, avec discussion critique des sources, notamment Sermo de adventu Wandregisili, XXX; ed. HUYGHEBAERT, Translation, p. 32-33. La provenance de la pyxide contenant une partie du genou de saint Léon (Léon Ier) serait connue par un authentique de reliques, vu en 1588 par Fr. Walloncapelle.
195
Sur les circonstances troublées de l’acquisition des reliques de Vulmer, à Boulogne, voir Sermo de adventu Wandregisili, XXVI-XXVIII; ed. HUYGHEBAERT, p. 28-30 et MISONNE, Reliques, p. 8-9.
196
Voir supra, n. 189.
197
Des reliques d’Orner et de Bertin avaient été obtenues en même temps que les corps des saints Gudwal et Bertulfe; infra, n. 342.
198
Gérard assistait en tant qu’abbé de Saint-Pierre et de Saint-Bavon, le 30 septembre 946, au transfert des reliques de saint Bavon dans la nouvelle église qu’il avait fait élever; cfr. MISONNE, Reliques, p. 12-13.
199
Liste détaillée dans MISONNE, Reliques, p. 18-20.
200
N. HUYGHEBAERT, Un texte prémontré méconnu: L’Adventus (secundus) S. Gerulfi in Tronchinium (XIIe siècle), dans: Analecta Praemonstratensia, LVI, 1980, p. 5-20, en particulier p. 6-7. Gérard est le dédicataire de la passio Gerulfi, suivie de l’Adventus primus, texte composé entre 944 et 953 par un moine de Saint-Pierre de Gand à la demande de Gérard; cfr. N. HUYGHEBAERT, La translation de sainte Amalberge à Gand, dans: An. Boll., C, 1982, p. 443-458, à la p. 457.
219
2.
Gérard
et la fondation de Vabbaye de Brogne (919-959)
a. Gérard de Brogne
Les données sont rares sur la famille et l’origine de Gérard de Brogne. La Vita Gerardi le fait naître apud Stablecellas, c’est-à-dire Stapsoul sous Stave201; les Annales Blandinienses donnent la date de 898202. On sait surtout que, comme on l’a vu, son père, Sanction203 était, en 884, un fidelis du comte Robert204; qu’il appartenait à la moyenne aristocratie terrienne et qu’il était possessionné dans l’Entre-Sambre-et-Meuse205. La charte de Gérard pour Brogne cite206, en 919, son père Sanction et son frère Gui207. La fondation de Brogne eut lieu sur un alleu, une propria haeréditas de Gérard208.
La Vita Gerardi fait état de liens de famille entre le père de Gérard et le comte Haganon ainsi qu’entre la mère de Gérard et l’évêque de Liège, Etienne209, mais cette tradition ne semble pas devoir être retenue210. La Vita met aussi en rapport le jeune Gérard avec le comte de Namur, Bérenger, qui l’aurait envoyé en mission chez le comte Robert, le suzerain de son père211; cette affirmation n’a rien d’invraisemblable
201
Vita Gerardi, I; ed. HEINEMANN, p. 656: (…) Gerardus (…), sicuti veridicorum relatione comperimus, ingenuis atque ortbodoxis parentibus apud Stablecellas Lomacensis territorii vicum extitit oriundus. L’identification de Stablecelas établie récemment par G. GOSSIAUX, Le lieu de naissance et la famille de saint Gérard de Brogne, dans: Revue Diocésaine de Namur, XV, 1961, 2, p. 170-178 (article souvent discutable) est acceptée notamment par MISONNE, Gérard, col. 724.
202
Ed. GRIERSON, Annales, p. 16: date mal assurée. Doute aussi chez BERLIÈRE, Abbaye de Saint-Gérard, p. 172; BERLIÈRE, Monasticon, I, p. 30. Je ne sais sur quelle base s’appuient St. Bormans qui propose »vers 880« (BORMANS, Gérard, col. 619) et dom BERLIÈRE qui écrit »vers 890« (BERLIÈRE, Vita Gerardi, p. 157).
203
Les liens entre Gérard et Sanction sont établis par l’acte de 919 (supra, p. 207-208); le passage de l’acte de 884 qui les concerne est une falsification de la fin du XIe siècle (supra, p. 206-207).
204
II faut assurément voir là l’origine des liens de Gérard avec les Robertiens : le comte Robert- futur roi de France – et le fils de celui-ci, Hugues le Grand; tous deux furent successivement abbés laïcs de Saint-Denis, de Saint-Martin de Tours et de Saint-Germain-des-Prés. Ceci explique notamment le choix de Saint-Denis par Gérard pour obtenir des reliques, la charte de Tours de 923 et la halte à Couvin, en 919, dans une possession de Saint-Germain. Cfr. aussi supra, n. 119.
205
WOLLASCH, Gérard von Brogne, p. 63; MISONNE, Miracles, p. 234 (à propos du qualificatif »pour le moins forcé* attribué à Gérard par les Virtutes Eugenii, II: nobilissimus Sicamber); LAPORTE, Gérard de Brogne, p. 162; MISONNE, Gérard; BORMANS, Gérard, col. 620, parle de ^puissante famille*.
206
Ed
. GANSHOF, Brogne, p. 253 et 255: dono consentientibuspâtre meo Santione etfratre meo Guidone; et plus bas, S. Sanctionis. S. Widonis filii eius qui banc donationem laudaverunt (supra, p. 207).
207
On sait par ailleurs (FOLCUIN, Gesta abbatum Sithiensium, CVII; ed. HOLDER-EGGER, p. 628) qu’un neveu de Gérard porta le nom de Gui (Wido); peut-être est-il le fils de Guido mentionné en 919. Cfr. aussi MISONNE, Gérard, col. 724; infra, p. 238-239 et 273, n. 80.
208
Voir les actes de 919, 921 et 932. Cfr. aussi Virtutes Eugenii, II; ed. MISONNE, p. 260; in alodo iure sibi a progenitoribus concesso (passage déjà cité, supra, p. 202).
209
Vita Gerardi, I; ed. HEINEMANN, p. 656: Pater eius Stantius exprosapia Haganonis Austrasiorum ducis prosatus, mater aute Plictrudis nuncupata domni Stephani Tungrorum episcopi soror traditu extitisse germana. La mention d’Haganon provient peut-être de l’acte de Charles le Simple (supra, p. 209); celle d’Etienne, d’une confusion entre Gérard de Brogne et un autre Gérard, comte, frère de Matfrid et parent d’Etienne (PARISOT, Lorraine, n. 6 des p. 564-565).
210
WOLLASCH, Gérard von Brogne, p. 63. Les liens familiaux entre Gérard et Haganon sont pourtant retenus par ROUSSEAU-COURTOY, Excursions, p. 97. Doutes: BORMANS, Gérard, col. 619, n. 1.
211
Vita Gerardi, II et V; ed. HEINEMANN, p. 656 et 658.
220
même si l’insistance de l’hagiographe de 1074-1075 sur l’amitié du comte pour Gérard répond à un but politique212.
b. Brogne en 918-923213
Au début du Xe siècle, il existait donc à Brogne un oratoire ancien214 dont la tradition faisait remonter à Pépin II et la consécration, à saint Lambert215. Quoique le bâtiment fût fortement délabré – par les invasions païennes, nous dit l’auteur des Virtutes Eugenii216 -, il continuait à être desservi: en 918, le prêtre, nommé Anselme217, habitait à côté de l’église218.
Le projet de Gérard219 de construire un monastère à Brogne se manifeste concrète-
212
WOLLASCH, Gérard von Brogne, p. 63; SABBE, Gérard de Brogne, p. 505-506. But politique: DE SMET, Vita Gerardi, p. 56-59, qui parle de »fiction intéressée*; à mes yeux, le chanoine De Smet fait preuve d’hyper-critique en plaçant le signum Berengarii comitis de la charte de 919 parmi les interpolations (auxquelles appartient évidemment le qualificatif Namurcensis). De Smet insiste, avec raison, sur des détails peu crédibles de la Vita: l’éducation de Gérard par Bérenger et l’étroite amitié entre les deux hommes. Il n’en reste pas moins qu’il n’y a aucune raison de nier toute relation entre Gérard et le comte. Si l’on accepte que la liste des témoins de l’acte de 932 pour Brogne appartient au noyau original du diplôme et mérite donc confiance (supra, p. 212), on ajoutera au dossier la présence du comes Berengarius parmi les souscripteurs. Attitude prudente: ROUSSEAU, Actes, p. XXII-XXVIII. Quant à la mention de Bérenger au chap. XXXIV des Virtutes Eugenii (ed. MISONNE, Miracles, p. 279), elle ne peut être retenue puisque Robert est mentionné comme comte de Namur en 946; mais elle est un indice sérieux de ce qu’à la fin du Xe siècle, on connaissait encore les liens entre Gérard et Bérenger.
213
Ce sous-chapitre reprend, pour en tirer une synthèse, des éléments disséminés dans les pages précédentes, auxquelles on voudra bien se reporter pour plus de détails. Cette présentation implique de nombreuses redites.
214
L’existence de cet oratoire est attestée par le Sermo de adventu Eugenii (Gerardo qui locum istum restauravit in melius: ed. MISONNE, Translation, p. 100) et, surtout, par les Virtutes Eugenii, I, II et XI. Si l’on accepte mes hypothèses sur la fondation de Brogne, Vecclesia dont il est question dans l’acte de 919 n’est pas l’ancien oratoire de Brogne mais bien l’église du nouveau monastère (contra, MISONNE, Miracles, p. 243).
215
Virtutes Eugenii, I: l’église était dédiée à saint Pierre; les deux autres autels mentionnés par ce texte (Notre-Dame et Jean-Baptiste) datent la restauratio par Gérard (infra, n. 221). C’est par erreur que la Gallia Christiana (III, col. 551) parle d’une dédicace à saint Michel, confondant ainsi monasterium et porta.
216
Virtute
s Eugenii, II; ed. MISONNE, p. 260: Visum est itaque illi nullo in alto loco dignius extruere coenobium quam in illo qui olim ut dictum est sacratus erat Christo, sedpaganorum insecutione magna ex parte videbatur esse dirutum. Ce témoignage a échappé à l’attention de D’HAENENS, Invasions normandes; il a, par contre, été mis en évidence par SABBE, Gérard de Brogne, p. 499-500 (et n. 1) qui date la destruction de 878. Cfr. supra, n. 42.
217
Virtutes Eugenii, XI; ed. MISONNE, p. 265: (…) in anno ipso antequam sanctissimi corpus in Bronium adventasset, (…) quidam sacerdos eiusdem loci (…) cui erat Anselmus vocabulum (…).
218
Virtutes Eugenii, XI; ed. MISONNE, p. 265: Proxima quippe sancto oratorio erat sacerdotis aedes.
219
Aucun exposé totalement satisfaisant des événements de 918-920 et incluant la totalité de nos renseignements ne me semble exister dans la littérature actuelle; voir cependant MISONNE, Gérard. Les confusions viennent surtout de l’existence de deux églises à Brogne (une église paroissiale, une église abbatiale: cfr. notamment DE MOREAU, Histoire de l’Eglise, t. compl., p. 152-153), l’une dédiée à saint Pierre, l’autre consacrée aux saints Pierre et Eugène, et de l’attribution à la première de faits relatifs à la seconde. Par ailleurs, jusqu’à l’édition des Virtutes Eugenii par dom Misonne, qui a établi définitive-ment que ce texte (chap. I-XXXIII) est bien l’oeuvre d’un seul et même auteur et qu’il existe une réelle cohérence du récit, on a parfois (comme WOLLASCH, Gérard von Brogne, p. 63^-67) distingué deux volets au récit (chap. I à X, et XI à XXXIII) et, par voie de conséquence, estimé que les premiers paragraphes de ces deux parties (chap. I-II et XI-XII) rapportaient les mêmes événements (voir aussi
221
ment en 918, grâce à l’accord de son père et de ses amis220. Il fait tout d’abord restaurer l’ancienne église paroissiale de Brogne et, completo dicti loci aedificio, il augmente l’effectif du clergé local221. Parallèlement, il fait commencer les travaux de la future abbaye, qui s’élèvera à l’emplacement du presbytère, c’est-à-dire non loin du premier oratoire; il faut un incendie miraculeux pour qu’Anselme accepte de quitter sa maison222. C’est là, emundato per ignem loco, que les ouvriers implantent les fondations de l’église abbatiale qualifiée à deux reprises de basilica223: maçons et charpentiers font merveille et les travaux ne traînent pas224. En juin 919, quand Gérard fait don de son alleu de Manise à l’église abbatiale, Yecclesia est partiellement achevée225 et le monasterium n’existe pas encore226. Quelques jours après, Gérard part à la recherche de reliques prestigieuses pour son nouveau monastère; il se rend d’abord
BERLIÈRE, Vita Gerardi, p. 160-161). Or, et il convient d’y prendre garde, les chap. I—II concernent l’église paroissiale, l’église primitive de Brogne; les chap. XI-XII, la construction du monastère et de l’église abbatiale.
220
Virtutes, II; ed. MISONNE, p. 260: permissu quoque patris sui amicorumque suorum (en légère contradiction, avec le passage cité quelques lignes plus haut in alodo iure sibiaprogenitoribus concesso); comme il a déjà été dit, il s’agit d’un renvoi aux actes de 919 (rôle paternel) et de 921 et/ou 932 (alleu). La permissio concerne évidemment la libre disposition par Gérard de la terre patrimoniale de Brogne.
221
Completo aedificio renvoie évidemment au seul édifice dont il a été question jusqu’alors dans les Virtutes: l’église paroissiale de Brogne. Par ailleurs, le membre de phrase delegavit ibidem clericos qui Domino obsecundarent doit, à mon avis, être pris dans son sens obvie (voir infra, les théories habituelles sur clerici dans le sens de moines): il s’agit de la nomination de clercs pour l’église paroissiale, à rapprocher de la construction des deux autels supplémentaires (celui de droite dédié à Notre-Dame, celui de gauche dédié à saint Jean-Baptiste) que je place lors des travaux de restauration et d’agrandissement de l’église paroissiale. Voir déjà supra, n. 39.
222
Virtutes Eugenii, XI; ed. MISONNE, Miracles, p. 265. Le paragraphe est sans ambiguïté: Anselme refusait de quitter sa maison (isdem sacerdos obstinanter restait domum suam inde amovere, ubi domus Dei debebatur construi et egregii antestitis corpus in ea reponi); en rêve, il a une vision lui montrant l’incendie de sa maison (super ipsius presbyteri domum et passage cité supra, n. 217-218) et, le lendemain, ce songe se réalise (die sequenti arrepta est domus igni et concremata est omnis). Le chapitre suivant (chap. XII) place la construction de l’église abbatiale à l’endroit de l’incendie (in eodem solo); aucune allusion n’est faite à l’église paroissiale, vraisemblablement restée intacte.
223
Virtutes Eugenii, XII; ed. MISONNE, Miracles, p. 266: Emundato per ignem loco, advenerunt e vestigio operarii, incunctanter fundamentum locantes ecclesiae quae hactenus in eodem fundata est solo.
224
Virtutes Eugenii, XII; ed. MISONNE, Miracles, p. 266: efficaciter celeriterque aedificium basilicae ipsius consummatum est;peracto itaque totius basilicae aedificio ac desuper tecto completo. Rappelons ici que basilica est le terme technique qui désigne une église cimétériale, allusion claire à sa destination (abriter les reliques d’Eugène).
225
Virtutes Eugenii, XII; ed. MISONNE, Miracles, p. 266. Les travaux ne seront cependant pas achevés lors de Yadventus des reliques d’Eugène qui, comme on le verra, seront placées, en attendant, dans l’église paroissiale (même avis: MISONNE, Reliques, p. 4). Le chap. XII donne un argument complémentaire en ce sens: un charpentier qui travaillait à la basilica, tombe du toit et ne doit son salut qu’à l’intercession d’Eugène (confidens ergo de beati Eugenii auxilio quem invocabat corde ex intimo); à moins de supposer un anachronisme de la part de l’auteur des Virtutes, ceci implique la présence du corps d’Eugène à Brogne avant l’achèvement des travaux.
226
Act
e de 919 ; ed. GANSHOF, Brogne, p. 253 : ad ecclesiam ubi cupio construere monasterium et me ipsum in servitium omnipotentis Dei militaturum condonare. C’est pour n’avoir pas distingué église paroissiale et abbaye que De Smet (Vita Gerardi, p. 6) place ce passage parmi les interpolations. Bonne interprétation chez BERLIÈRE, Monasticon, I, p. 29, cfr. supra, n. 92.
222
à Deuil puis le 29 juillet 919, il acquiert le corpus d’Eugène à Saint-Denis227. Le 18 août 919, le cortège triomphal arrive à Brogne et les reliques sont placées in oratorio principis apostolorum Pétri, c’est-à-dire dans l’église paroissiale228. Après une polémi-que sur la sainteté d’Eugène, finalement acceptée au synode de Liège de 919/920229 et après que son culte fut rendu obligatoire dans le pagus de Lomme230, le nouvel évêque de Liège, Richer, procéda à la bénédiction des bâtiments claustraux, achevés entre-temps231 et plaça les reliques d’Eugène, abritées dans une superbe châsse232, dans l’église abbatiale: cette cérémonie eut lieu un 22 février, en 922 ou 923233. Le monastère porta dès lors le double titre de saint Pierre et saint Eugène234. On peut placer à ce moment le début de la vie monastique à Brogne: en août 921, Gérard est cité comme moine235 et il n’y a pas encore d’abbé à Brogne236. Ce n’est qu’en décembre 923 que Gérard est qualifié d’abbé237.
227
Cette acquisition – on l’a déjà souligné – s’est faite moyennant paiement: datis sacrosancto illi loco pro posse muneribus impetravit quod diu desideravit thesaurum (Virtutes, IV; la version de la Vita Gerardi est totalement légendaire: DE SMET, Vita Gerardi, p. 51-55). La rapidité de l’acquisition suggère un appui effectif de l’abbé laïc de Saint-Denis, Robert, le propre suzerain du père de Gérard (supra, n. 204; le rôle et la personnalité de l’abbé de Deuil sout plus difficiles à cerner) et va à l’encontre de l’allégation de l’auteur des Virtutes qui parle d’une châsse somptueuse réalisée à Saint-Denis (IV: scrinio honorifice fabricato). L’hagiographe (suivi par SABBE, Gérard, p. 510) attribue à tort à Saint-Denis la réalisation d’un travail qui est, en fait, liégeois comme l’établit le Sermo de adventu Eugenii contemporain: c’est lors de la consécration de l’abbaye en 922 ou 923 que l’évêque Richer plaça le corps d’Eugène dans ce reliquaire: condito aromatibus in scrinio optimo reposuit (ed. MISONNE, Translation, p. 101). La date du 29 juillet 918, parfois donnée dans l’historiographie (notamment BERLIÈRE, Abbaye de Saint-Gérard, p. 172; BERLIÈRE, Monasticon, I, p. 30) provient de l’idée que l’acte de 919 est entièrement vrai et que la mention de saint Eugène donne un terminus ante quem solide pour la translation; contra, supra, n. 92.
228
C’est le seul oratorium dont, à ce point du récit, a parlé l’hagiographe; voir aussi l’argument complémentaire de la n. 225 et l’intervention de Richer en 922 ou 923.
229
Conflit narré aux chap. VII-IX et XVII des Virtutes; voir aussi supra, p. 203 et 204.
230
Décision prise au synode de Liège de 919-920, par l’évêque de Liège Etienne (f 19 mai 920), apparenté aux Robertiens: Virtutes, IX; ed. MISONNE, p. 264. Cfr. supra, n. 50. Sur le choix d’une circonscrip-tion civile pour une décision religieuse, cfr. DIERKENS, Création des doyennés.
231
La signification de la bénédiction par Richer est donnée par le Sermo de adventu Eugenii contemporain des événements: consécration des nova oratorii aedificia; revisio du corps d’Eugène placé dans une nouvelle châsse; visite des claustra monasterii et des habitacula omnia fratrum; dédicace de Importa de l’abbaye (ed. MISONNE, Translation, p. 101). On y ajoutera probablement l’extension du culte d’Eugène à l’ensemble du diocèse de Liège (Virtutes, XVII: ed. MISONNE, Miracles, p. 268). Cfr. supra, p. 204.
232
Voir supra, n. 227 et 231.
233
La date du 22 février est donnée par le Sermo de adventus Eugenii (ed. MISONNE, Translation, p. 101 : 8Kal. Mardi = 22 février et non 21 comme l’écrit erronément D. Misonne, p. 107). L’année peut être déduite de la mention du monastère Saints-Pierre-et-Eugène de Brogne dans la charte de décembre 923 (supra, n. 110); il s’agirait dès lors d’une des premières actions de Richer, consacré par le pape le 4 novembre 921 (cfr. ZIMMERMANN, Streit, p. 30-31).
234
Attesté dans la charte de 923 (supra, n. 117).
235
Virum venerabilem servum Dei Gerardum (ed. MISONNE, Charles le Simple, p. 61 et 66).
236
Memorato servo Dei Gerardo atque abbate cui commendaverit regere supradictum locum (ed. MISONNE, Charles le Simple, p. 63 et 67). Sur le sens de ce passage, supra, n. 105.
237
Gerardus abbas (ed. MISONNE, Tours, p. 546-547: trois mentions). On peut rappeler que les objections de Sabbe (Gérard de Brogne, p. 511-513) visant à montrer que l’acte de 923 est un faux, ont été annihilées par la démonstration de dom MISONNE, Tours.
223
Pendant ces quelques années d’activité intense pour mettre en place une abbaye régulière238, Gérard obtiendra une reconnaissance officielle de Charles le Simple qui prend le nouveau monastère sous sa protection et lui accorde l’immunité (921)239 et il enrichira le patrimoine de son abbaye, de nouvelles reliques240. En 932, les circonstan-ces politiques ont fortement évolué; le roi d’Allemagne, Henri l’Oiseleur, règne sur la Lotharingie et Gérard lui demande de renouveler l’immunité de Brogne accordée par Charles le Simple241.
Sur la vie monastique à Brogne242, sur l’action de Gérard dans sa fondation, sur la place de Brogne dans le comté de Lomme, les sources sont muettes. Les affirmations de la Vita Gerardi insistant sur la vie érémitique de Gérard répondent à un souci contemporain de l’hagiographe et ne peuvent être retenues243. La forte personnalité de Gérard marqua l’histoire de l’abbaye qui connut une réussite rapide (c’est ce qu’on peut déduire des sollicitations nombreuses faites à Gérard dès le début des années 930), mais peu durable244.
c. Moines ou chanoines?
Les Miracula et les Virtutes Eugenii appellent les religieux de Brogne clerici, fratres, sacerdotes ou presbyteri, jamais monachi-, ils nomment l’abbaye de Brogne, tantôt coenobium, tantôt monasterium, jamais abbatia245. L’emploi de ces termes a posé un problème de conscience aux historiens de Brogne et, déjà, à l’auteur de la Vita Gerardi vers 1075. Celui-ci interprète notamment la présence de clerici comme des chanoines et explique que Gérard a nommé des chanoines à Brogne pendant le temps de sa formation personnelle à la vie monastique à Saint-Denis, où il reçoit également l’ordination sacerdotale, puis, qu’à son retour, il a changé le statut de sa fondation, de chapitre de chanoines en monastère bénédictin régulier246. Ce récit fut suivi par une partie de l’historiographie247, mais d’autres historiens se sont efforcés248 de montrer
238
J’aborderai plus loin le problème de la formation monastique de Gérard entre 918-919 et 923 (abbas); voir p. 227-229.
239 Supra, p. 208-210.
240
Notamment une relique de Saint-Martin de Tours: supra, p. 210-211 et 217.
241
WOLLASCH, Gérard von Brogne, p. 78. Pour l’existence d’un noyau vrai dans l’acte de 932, supra, p. 211-212.
242
Voir ci-dessous les considérations sur la vie religieuse à Brogne.
243
DE SMET, Vita Gerardi, p. 44-45.
244
SABBE, Gérard de Brogne, p. 497.
245
Voir le lexique publié par dom Misonne après son édition des Virtutes et des Miracula (MISONNE, Miracles, p. 285-291), mais cet index n’est pas tout à fait complet, notamment pour les termes qui m’intéressent ici.
246
Vita Gerardi, IV; ed. HEINEMANN, p. 657: Vir vero Domini Gerardus (…) postquam fine tenus iniunctum peregerat opus ad eandem basilicam devotissimum contulit munus ex copiosis praediorum suorum reditibus quod intérim sufficeret ibidem Deo servientibus. Adhibuit quoque illicpro tempore clericorum religionem, per datam sibi sapientiam instituens eos vivere secundum canonicum morem. Vita Gerardi, XIII; ed. HEINEMANN, p. 664: Vir vero Domini Gerardus de bonis ad meliora contendens et Broniense sanctuarium in cunctis provehere volens, clericorum quam ibiprius locaverat, eliminavit conversationem, monachi ordinis substituens religiones.
247
Gallia Christiana, III, col. 551. Bibliographie commentée dans SABBE, Gérard de Brogne, p. 504 et 508 (propose la date de 928 pour la mutation).
248
Cette attitude est sans doute motivée par l’impossibilité de concevoir le réformateur Gérard, fer de lance des idées bénédictines, comme prônant et réalisant un système non régulier.
224
qu’il fallait prendre clerici dans le sens de monachi et qu’il était erroné de supposer le remplacement de chanoines par des moines249. Quant à la vie monastique de Gérard à Saint-Denis250, elle est parfois acceptée251, mais récemment, on y a vu une légende et un procédé hagiographique252.
La question de la présence de clercs à Brogne trouve une solution rapide et non équivoque: si l’auteur des Virtutes emploie indifféremment monasterium et coeno-bium dans le sens de chapitre ou de monastère bénédictin253 et s’il considère comme synonymes les mots presbyter et sacerdos254, l’emploi de clerici, monachi ex. fratres répond à des acceptions plus précises. Une seule fois, en effet, le mot clericus concerne Brogne255 et il s’applique aux religieux placés par Gérard dans l’église paroissiale qu’il vient de restaurer et à un moment où le monastère est en construction256; les autres utilisations de clericus concernent indiscutablement des chanoines ou des clercs : clerici du chapitre de Fosses257 et clerici de l’entourage de l’évêque de Liège258.
Le terme monachus ne s’applique jamais aux habitants de Brogne: il désigne tantôt les dignitaires de Saint-Denis259, tantôt les moines de Saint-Germain-des-Prés260, c’est-à-dire des bénédictins261, qui – remarquons-le au passage – ne portent jamais d’autres qualificatifs. C’est le terme frater, vague, qu’utilisent les Miracula pour désigner les religieux de Brogne262, terme aussi repris par les Virtutes qui les qualifient
249
En dernier lieu, MISONNE, Charles le Simple, p. 558-559 et DE SMET, Vita Gerardi, p. 55. Auparavant, BERLIÈRE, Abbaye de Saint-Gérard, p. 171, n. 1; BERLIÈRE, Vita Gerardi, p. 163-164; BERLIÈRE, Monasticon, I, p. 30.
250
Vita Gerardi, VI-X et XXI; ed. HEINEMANN, p. 658-661 et 672. Voir aussi le chapitre additionnel, p. 673. Sur la réalité de ces événements, infra, p. 229.
251
Dans ce cas, on fait venir de Saint-Denis la première colonie monastique de Brogne; cfr. notamment MISONNE, Autel portatif, p. 52. BAIX, Brogne, col. 818; SABBE, Gérard de Brogne, p. 506-507 et 515-518.
252
DE SMET, Vita Gerardi, p. 51-55.
253
Le chapitre de Saint-Feuillen de Fosses est appelé tantôt monasterium (Virtutes, VII, 10), tantôt coenobium (Virtutes, VIII, 11); les abbayes bénédictines de Saint-Denis et de Saint-Germain sont qualifiées de monasteria (Virtutes, III, 8; IV, 10; V, 3). Brogne est désigné, dans un même paragraphe, comme monasterium et comme coenobium (Virtutes, X). Mêmes remarques pour les Miracula: les abbayes Saint-Martin de Tournai, de Fosses et de Nivelles sont appelées coenobium (Miracula, II, 6 et II, 10); Brogne est nommé tantôt monasterium (Miracula, II, 20; IV, 5) tantôt coenobium (Miracula, I, 5). Sur cette terminologie, voir déjà SABBE, Gérard de Brogne, p. 505.
254
A remarquer que les Miracula parlent toujours de fratres, jamais de sacerdotes, de clerici ou de presbyteri. Pour la synonymiepresbytersacerdos, voir notamment le chapitre XX sur Yordo sacerdota-lis ou encore le chapitre XXV, où Engeramnus est successivement désigné des deux termes (Virtutes, XXV, 29, 31, 34, 40). Le cas d’Anselme est un peu plus complexe: sacerdos (XI, 2, 7, 12; XX, 3, 11), presbyter (XI, 5), servus Dei (XXI, 14, 19), Dei antestitem (XXI, 11), aedituus (IX, 3).
255
Virtutes, II; ed. MISONNE, p. 260: Completo itaque iam dicti loci aedificio, delegavit (Gerardus) ibidem clericos qui Domino obsecundarent.
256
Selon la succession des faits telle que je la conçois, présentée supra, p. 222-223.
257
Virtutes, VII, 10, 13; ed. MISONNE, p. 262-263.
258 Virtutes, VIII, 3; IX, 7; XXXIV, 8, 14; ed. MISONNE, p. 263, 264 et 279.
259
Virtutes, IV, 10; ed. MISONNE, p. 261.
260
Virtutes, V, 3, 9; VI, 4; VII, 4; ed. MISONNE, p. 262-263.
261
A remarquer aussi l’utilisation du terme monachus par l’auteur des Miracula dans son acception bénédictine: eo namque tenore tune quasi in oratione se habuit, ut mos est monacbis qui secundum regulam sancti Benedicti promissionem faciunt (Miracula, III, 13: ed. MISONNE, p. 284).
262
Le passage des Virtutes, VII, 3 (ed. MISONNE, p. 262-263) ne permet pas de préciser l’origine des fratres qui suivent Gérard à Couvin.
225
plus souvent de presbyteri ou de sacerdotes. Ne serait la certitude que l’action de Gérard se caractérise bien par la »restauration« de la règle bénédictine de stricte observance, le choix de ces mots – et la volonté de ne pas se servir de monachus ou de regularis – tendrait à faire douter du statut bénédictin de Brogne au début du Xe siècle. Il y a trois explications complémentaires à cette attitude de l’auteur des Virtutes263: le parti-pris de souligner la valeur de l’ordre sacerdotal264; les doutes sur les réels débuts de l’abbaye de Brogne et l’utilisation délibérée du terme vague frater265; l’assurance que les premiers fratres de Brogne avaient bien la qualité de prêtre, ce qui est indiscutablement le cas du plus ancien d’entre eux, Anselme, l’ancien curé de Brogne266.
De cet examen, deux conclusions s’imposent. Pour l’hagiographe, les clerici sont bien des clercs et non des moines; il n’est nullement question d’une communauté de clercs ou, a fortiori, de chanoines, mais seulement de religieux destinés à desservir un sanctuaire auquel Gérard venait de donner une plus grande ampleur267; les premiers religieux de Brogne ne sont pas des bénédictins268 et ils vivent, contrairement à la Règle, dans des habitations séparées269. Mais l’auteur des Virtutes – oeuvre de commande destinée à l’édification des moines de Brogne270 – préfère rester dans le vague sur ce point et insister plutôt sur le rôle des religieux de Brogne comme gardiens des reliques d’Eugène; il n’hésite pourtant pas à présenter ceux-ci comme des prêtres (de nombreux moines ne sont-ils pas prêtres?), puisqu’il est sûr de son information.
Cette analyse des pensées de l’auteur des Virtutes ne contraint évidemment pas à le suivre obligatoirement dans son analyse des débuts de Brogne271; elle permet d’induire, en tout cas, que le rôle »réformateur« de Gérard était oublié, même à
263
Elles sont a fortiori applicables à l’auteur des Miracula qui emploie uniquement le terme vague frater.
264
Voir surtout le long excursus du chap. XX des Virtutes.
265
C’était aussi le cas du Sermo de adventu Eugenii (ed. MISONNE, Translation, p. 100, 1. 90 et p. 101, 1. 104 et 108). On rappellera ici que les Virtutes sont probablement dédiés à un abbé non prêtre (Gerardus levita); cfr. supra, p. 200-201.
266
Voir les textes cités supra, n. 254, in fine.
267
Sur le plan architectural (cfr. supra, l’hypothèse de l’adjonction de deux autels) et au point de vue liturgique, en liaison avec les reliques prestigieuses que Gérard allait acheter et qui reposeront dans l’église paroissiale de 919 à 922/23, c’est-à-dire jusqu’à l’achèvement de l’église abbatiale et la consécration de celle-ci (sur cette hypothèse, supra, p. 223). On peut aussi supposer qu’il a fallu remplacer le curé de Brogne, Anselme, qui occupera le premier plan dans la vie monastique de Brogne, (voir, par exemple, son rôle face aux soldats de Charles le Simple puis à ceux de Boson: Virtutes, XX et XXI) et qui, par voie de conséquence, devait avoir suivi très tôt Gérard, même s’il s’était d’abord opposé à lui (cet épisode a sûrement été présenté pour accentuer l’influence de saint Eugène et de Gérard).
268
C’est d’ailleurs aussi ce que suggérait le Sermo de adventu Eugenii du second quart du Xe siècle. Lui aussi usait du jérme vague frater et utilisait le pluriel, babitacula fratrum, là où la Règle prescrit un réfectoire et un dortoir communs. On pourrait cependant comprendre babitacula dans le sens global de •bâtiments monastiques*, si un passage des Virtutes n’était pas plus explicite encore (voir note suivante)., Sur ceci, voir surtout infra, p. 256-257.
269
Passage non équivoque des Virtutes, XXI; ed. MISONNE, p. 270: voluerunt aliqui eorum (se. militum Bosonis) in fratrum ipsius loci manere domibus. Voir notamment SABBE, Gérard de Brogne, p. 505.
270
MISONNE, Miracles, p. 240-241 suggère que les Virtutes auraient été destinés aux enfants et aux adolescents de l’école claustrale, c’est-à-dire principalement à de futurs moines.
271
II est cependant utile de rappeler que certaines des indications des Miracula et des Virtutes semblent être confirmées par le Sermo de adventu contemporain.
226
Brogne, à la fin du Xe siècle. On comprend d’autant mieux certaines insistances de l’auteur de la Vita Gerardi pour fustiger les moines oublieux de l’action du fondateur de leur monastère272.
Le contexte historique, cependant, montre Gérard oeuvrant, dès les années 930, pour rétablir la règle bénédictine; il n’est pas possible d’en douter puisque c’est là l’essence de sa »réforme« et la raison de son succès. La logique veut donc qu’il ait mis ses idées en oeuvre dans sa fondation de Brogne – et cela en un temps suffisant pour assurer sa renommée; il semble dès lors que c’est bien un monastère bénédictin que Gérard entendit créer et a créé, dès 918-919. Il n’est pas moins évident que tout ne s’est pas fait en une fois. Il a fallu que Gérard se forme lui-même à la vie monastique273 et reçoive l’ordination sacerdotale souhaitable (mais pas indispensable) pour être nommé abbé274; il a fallu trouver des moines pour peupler la nouvelle abbaye. Ceci laisse le temps d’une formation à Saint-Denis – dont la Vita Gerardi nous donne les étapes entre 920 et 928275 – mais ne l’implique pas.
Le chanoine de Smet a démonté avec brio les procédés de l’hagiographe de la Vita Gerardi sur le séjour de Gérard à Saint-Denis276:

le
s sources de la Vita Gerardi sur ce point sont le texte des Virtutes Eugenii et celui du Sermo de adventu Eugenii277: Gérard désire se procurer des reliques prestigieu-ses, se rend à Deuil puis, avec l’abbé de Deuil, à Saint-Denis où il persuade les moines de lui vendre une partie du corps de saint Eugène.

l’auteu
r de la Vita Gerardi met l’accent sur l’importance des reliques d’Eugène et supprime l’aspect mercantile de la transaction, en exposant le refus catégorique des moines de Saint-Denis de se séparer du corps {corpus; en fait, l’avant-bras)278 d’un saint si prestigieux279. La seule façon pour Gérard de pouvoir espérer disposer, un jour, de ces reliques est de se faire moine à Saint-Denis, d’y abandonner tous ses
272
DE SMET, Vita Gerardi, p. 5 et 22-23 relève avec finesse ces passages.
273
En 921, Gérard, conversus, n’était encore que moine; en 923, il porte le titre abbatial. Cfr. supra, p. 223.
274
Ceci pose le problème de l’intérim; l’acte de Charles le Simple de 921 précise qu’il n’y a pas encore d’abbé à Brogne et qu’il appartiendra à Gérard de le choisir; par ailleurs, la qualification d*abbas attribuée à Gérard en 923 montre dans quelle direction (attendue) s’est porté son choix. Par ailleurs, entre 921 et 923, puis, après cette date, lors des absences de Gérard, il a fallu que quelqu’un régisse la communauté. On pense ici à Anselme (supra, n. 267); Etienne Sabbe voyait d’ailleurs en lui le chef spirituel de Brogne entre 920 et 928 (SABBE, Gérard de Brogne, p. 507, 514 et 515). A rapprocher des indications relatives à la direction pratique de Saint-Bertin lorsque Gérard fut abbé: infra, p. 239. Sur Anselme, voir aussi supra, n. 254 et infra, n. 474.
275
Vita Gerardi, IX; ed. HEINEMANN, p. 660: anno igitur conversionis eius secundo Parisius ordinatur acolitus ab episcopo eiusdem urbis Theudulfo, a quo etiam ypodiaconus consecratur subséquente tertio; sub eius vero successore Fulrado asscendit gradum diaconii quarto. Anno autem nono iam sublimatus virtutumfastigio, sublimatur et sacerdotio ab ipsius Fuiradi successore domino Adhelelmo. Ce qui, selon D. MISONNE (Gérard, col. 725), donne les étapes suivantes: acolytat en 920, sous-diaconat en 921, diaconat en 922, sacerdoce en 927.
276
D
E SMET, Vita Gerardi, p. 51-55, dont j’approuve la quasi-totalité des propositions.
277
Le Sermo de adventu est désigné expressis verbis par la Vita Gerardi: translations pagina (X; ed. HEINEMANN, p. 661). Des Virtutes proviennent beaucoup de renseignements autrefois attribués à l’inexistante Vita Gerardi prior: DE SMET, Vita Gerardi, p. 33-42.
278
MISONNE, Miracles, p. 244.
279
Comme l’a bien remarqué SABBE, Gérard de Brogne, p. 502, Saint-Denis n’accordait qu’une importance très réduite aux reliques d’Eugène.
227
biens (dont Brogne)280 et, s’il se montre un bon moine, puisque tout est commun entre moines, il pourra obtenir pour son abbaye – devenue entre temps prieuré de Saint-Denis – la relique convoitée. Gérard accepte le marché281; il fait une carrière brillante à Saint-Denis. La seconde année de sa conversio, il est nommé acolyte; la troisième, sous-diacre; la quatrième, diacre et enfin, la neuvième, il est ordonné prêtre. C’est alors qu’a lieu la translatio du corps d’Eugène. Mais, en allongeant ainsi son récit, l’hagiographe a créé de toutes pièces une difficulté majeure et dangereuse: la dépendance de Brogne par rapport à Saint-Denis282; il imagine donc un nouveau voyage de Gérard à Saint-Denis, vers la fin de sa vie, après sa période gantoise (c’est-à-dire aux environs de 953), pour racheter avec l’argent que lui a donné le comte Arnoul, les biens qu’il avait dû céder lors de son entrée en religion; Brogne est alors, pour la première fois, indépendante283.
Il est sûr que l’hagiographe disposait uniquement des Virtutes et du Sermo comme base historique de son récit. A moins de supposer un appel à la tradition locale284, on considérera ses allégations comme purement légendaires. Toutefois refuser ainsi toute créance à l’origine sandyonisienne du monachisme de Brogne, pose un double problème: où Gérard s’initia-t-il à la vie monastique et d’où viennent les premiers moines de Brogne? On a parfois cherché du côté de Saint-Trond285, mais cette piste semble vaine pour le début du Xe siècle. La question reste donc ouverte. D’où proviennent les données chronologiques de la Vita pour les étapes de la carrière sacerdotale de Gérard286? Celles-ci ont lieu sous trois évêques de Paris: Théodulphe (911-922), Fulrad (922-926) et Alleaume (Adelelm, 927-935). Le nom de Théodulphe figure, en toutes lettres, dans le Sermo de adventu Eugenii227; il suffit dès lors de supposer l’existence à Brogne d’une liste épiscopale de Paris. Quand on connaît la richesse de la bibliothèque de Brogne, cette hypothèse est parfaitement défendable288.
280
Thèse adoptée par SABBE, Gérard de Brogne, p. 509.
281
L’hagiographe invente ici un épisode dans lequel Gérard demande à l’évêque de Liège l’autorisation de devenir moine à Saint-Denis (Vita Gerardi, VIII-IX). Il dédouble ainsi une visite de Gérard à Etienne racontée dans les Virtutes (V et VII), comme il dédouble le voyage de Gérard à Saint-Denis, également narré dans les Virtutes (III). Sur ceci, DE SMET, Vita Gerardi, p. 18-23.
282
Acceptée par SABBE, Gérard de Brogne, p. 514 et 517.
283
En 952 ou 953, selon SABBE, Gérard de Brogne, p. 514 et 518.
284
En tout cas, l’hagiographe n’évoque pas cette tradition comme source.
285
E. BROUETTE, Brogne, filiale de Saint-Trond?, dans: Studia Monastica, XVI, 1974, 2, p. 293-300; BAIX, Brogne, col. 826-828.
286
Texte cité supra, n. 275 et suivi notamment par SABBE, Gérard de Brogne, p. 507 et MISONNE, Gérard, col. 725; voir aussi BERLIÈRE, Vita Gerardi, p. 159-160.
287
Theodulpho régente episcopium parisiacinse (ed. MISONNE, p. 100).
288
CH.WILMET, La bibliothèque de l’abbaye de Saint-Gérard au XIIe siècle, dans: A. S. A. N., IX, 1865-1866, p. 340-349. Le très riche catalogue publié par CH. WILMET et daté par celui-ci des XIe-XIF siècles ne mentionne ni livres liturgiques, ni écrits patristiques et »on ne peut douter qu’il n’y eût une autre bibliothèque de livres sacrés et ecclésiastiques à l’usage des moines* (p. 340-341): il s’agit assurément du catalogue de la scola abbatiale (pour un cas similaire, MISONNE, Hautmont, p. 233 et 243-244). Sur les listes épiscopales des évêques de Paris, cfr. J. DUBOIS, Les évêques de Paris, des origines à l’avènement de Hugues Capet, dans: Bulletin de la Société de Paris et de l’Ile-de-France, 1969, p. 33-97.
228
A tout prendre, je ne crois pas qu’on puisse rejeter l’idée d’une formation de Gérard à l’abbaye de Saint-Denis289 ni peut-être celle de l’arrivée avec Gérard de moines sandyonisiens pour peupler la nouvelle abbaye. La chronologie et les modalités de cette formation restent incertaines290.
En conclusion, on peut affirmer qu’il n’y eut jamais de chapitre de chanoines à Brogne, mais, tout au plus, un effectif sacerdotal renforcé en vue du développement du culte d’Eugène et alors que le monastère n’était pas encore achevé. C’est de cette période que date la conversio de Gérard et le début de sa carrière monastique. En l’absence d’un abbé – non encore nommé en 921, mais établi en 923 – l’observance religieuse de la première communauté de Brogne n’était pas encore strictement bénédictine. Le règle de saint Benoît fut cependant appliquée relativement vite et avec une rigueur qui suscita l’admiration des princes territoriaux291.
C. LA »RÉFORME« DE GÉRARD DE BROGNE
On a volontiers considéré Gérard de Brogne comme un des principaux »réformateurs« religieux du Xe siècle et on a parfois placé cette »réforme« au même plan que celle de Gorze ou de Cluny pour ce siècle ou que celle de Saint-Vanne de Verdun au début du XIe siècle. A l’exception de Brogne et d’une tentative avortée à Salles (Chimay), saint Gérard n’exerça pas son activité dans l’espace géographique auquel je me suis limité; l’essentiel de son énergie fut réservé aux fondations religieuses de Flandre et à son travail de restauration avec le comte Arnoul Ier. On ne trouvera donc ici qu’un survol de l’activité de Gérard en dehors de l’Entre-Sambre-et-Meuse, destiné à dégager quelques constantes et quelques lignes de force de la personnalité et de l’oeuvre du fondateur de Brogne292.
Malgré les efforts de certains auteurs (depuis la Vita Gerardi des environs de 1075)293, on ne sait combien de monastères furent touchés par l’action de Gérard. Au
289
Je l’ai souvent rappelé: en 919, Pabbé laïc de Saint-Denis était le suzerain du père de Gérard, le futur roi Robert Ier.
290
La chronologie précise de la formation de Gérard (supra, n. 275) repose peut-être sur un curriculum monastique qui, selon une hypothèse de dom Huyghebaert, aurait figuré dans les archives de Brogne. Voir notamment la tradition locale de Brogne sur l’origine d’un autel portatif et de livres liturgiques venus de Saint-Denis avec saint Gérard. A ces objets matériels – pour lesquels le texte ne se trompe pas (supra, p. 198) – cet écrit ajoute douze (?) moines de Saint-Denis: cfr. MISONNE, Autel portatif, p. 52-53. Dans le même sens, MISONNE, Gérard, col. 725. Le chanoine De Smet, quant à lui, pense plutôt à des moines venus de Deuil et amplifie le rôle de l’abbé de Deuil par rapport à celui de Saint-Denis (Vita Gerardi, p. 54); il néglige ainsi les liens privilégiés qui existaient entre Gérard et Saint-Denis, ne fût-ce que par ce que l’abbé en était, depuis la fin du IXe siècle, un Robertien.
291
Le chanoine Baix estime, à bon droit, que l’abbaye de Brogne avait un »coutumier propre* qui se basait sur les observances de saint Benoît d’Aniane (BAIX, Brogne, col. 818). On rappellera que, parmi les ouvrages amenés en 919 de Saint-Denis, figurait un exemplaire du livre II des Dialogues de Grégoire le Grand, c’est-à-dire la biographie par excellence de saint Benoît (supra, n. 15).
292
On trouvera un exposé général de l’oeuvre de Gérard de Brogne dans l’article Gérard de Brogne du D. H. G. E; dom D. Misonne y reprend de façon synthétique les renseignements dont nous disposons.
293
La Vita Gerardi (XX; ed. HEINEMANN, p. 671) citait le nombre de 18 monastères, nombre assurément sans fondement mais repris notamment dans certains écrits de Brogne, tel le récit des saints Innocents de 1116 (ed. MISONNE, Saints Innocents, p. 301 voir le commentaire de MISONNE, Salles, p. 264-265, n.5).
229
début du XIe siècle, on parlait de multas abbatias294 ou deplura cenobia295, et il me semble peu raisonnable de vouloir quantifier plus précisément ce pluriel vague. Quoi qu’il en soit, Folcuin – le futur abbé de Lobbes, alors abbé de Saint-Bertin – qualifie Gérard, vers 961-962 (c’est-à-dire quelques années seulement après sa mort), en ces termes: pêne solus et primus in occiduis partibus ultimis temporibus regularis vitae normam servabat296; ces mots assurément abusifs témoignent de l’immense rayonne-ment personnel de Gérard en Francie occidentale – en France – au Xe siècle.
1.
Saint-Ghislain
Pour connaître l’activité de Gérard dans l’abbaye hennuyère de Saint-Ghislain, deux sources nous renseignent utilement: une Relatio inventionis reliquiarum seu miracu-lorum beati Gisleni, rédigée vers 945-950 par un contemporain de Gérard297 et, peut-être, à son inspiration298; et des Miracula sancti Gisleni composés vers 1040 par un moine de Saint-Pierre de Gand, Rainier, sur l’ordre de l’abbé Ratbod299. La Vita Gerardi se sert, sans aucun souci de précision, des Miracula de Rainier et n’est donc, ici, d’aucune utilité300.
Deux éléments sont sûrs: les débuts de l’activité de Gérard à Saint-Ghislain datent de 931301; Gérard portait le titre abbatial de Saint-Ghislain en 936 (ou 938?). En effet,
294
Miracula Gisleni, XXV; ed. PONCELET, p. 275: Dédit almus Gislenus responsum quod Gerardum abbatem vellet qui multas abbatias regens, in ipsis diebusprobabilis vitae babebatur, non tantum coram Deo sed etiam coram hominibus.
295
Historia monasterii Mosomensis, II; ed. WATTENBACH, p. 610: per consilium domni Gerardi abbatis, viri vitae venerabilis, qui tune temporis pro merito sui nominis et religiosae conversationis pluribus in Francia preerat monachorum cenobiis.
296
FOLCUIN
, Gesta abbatum Sithiensium, CVII; ed. HOLDER-EGGER, p. 628.
297
BHL 3554; GENICOT-TOMBEUR, Répertoire, I, p. 141; VAN OVERSTRAETEN, Saint-Ghislain, p. 215-217 (avec bibliogr. compl.). Le terminus post quem est la mention, à la fin du récit, de Pincendie de 936 ou 938 (infra, n. 302); par ailleurs, le récit ne dit mot du départ de Gérard, vraisemblablement en 941. D. Van Overstraeten propose une ^fourchette* un peu plus large: entre 939 et les environs de 960, mais vraisemblablement plus près de 939 (note aimablement communiquée le 23-IX-1981). Cfr. aussi BRUWIER, Domaine, p. 495; VAN OVERSTRAETEN dans NAZET-DUVOSQUEL-VAN OVERSTRAETEN, Jacques de Guise, p. 56-60; NAZET, Crises et réformes, p. 468-470.
298
MISONNE, Gérard, col. 726-727 et infra, n. 314.
299
BHL 3556; GENICOT-TOMBEUR, Répertoire, II, p. 167; D’HAENENS, Saint-Ghislain, p. 102; VAN OVERSTRAETEN, Saint-Ghislain, p. 216-217 (avec bibliogr. compl.). Le terminus post quem indiscuta-ble est 1036, date du dernier des Miracula. Daniel Van Overstraeten a eu l’obligeance de me faire savoir (note du 23-IX-1981) que ses recherches, encore inédites, sur l’abbaye de Saint-Ghislain lui ont permis de préciser la date des Miracula de Rainier (originaire de Saint-Amand?): la Vita tertia et les Miracula (§ 1-24 et 26-31) auraient été écrits dans la deuxième décennie du XIe siècle et les § 33-37 des Miracula auraient été ajoutés lors d’un remaniement peu après 1035. Quant aux § 25 et 32 des Miracula, ils constitueraient des additions faites par des moines de Saint-Ghislain dans l’intervalle. Le § 25 des Miracula (restauration par Gérard) aurait ainsi été ajouté entre 1024 et 1034.
300
Vita Gerardi, XVII; ed. HEINEMANN, p. 667. Cfr. DE SMET, Vita Gerardi, p. 39-41 et 59-60.
301
Date donnée par les Annales Blandinienses (ed. GRIERSON, Annales, p. 17). La date des Annales Gisleni (934) est erronée puisque ces annales tardives dépendent exclusivement des Annales Blandi-nienses (VAN OVERSTRAETEN, Annales Gisleni, p. 20 et n. 32). La référence aux Annales de Flodoard, a° 934 (ed. LAUER, p. 60), fait allusion, non à l’oeuvre de Gérard à Saint-Ghislain (hypothèse de MISONNE, Gérard, col. 727 et, auparavant, D’HAENENS, Saint-Ghislain, p. 113, n. 6), mais à la réforme de Gorze et de Metz.
230
Y Inventio rapporte que, comme l’église abbatiale avait été ravagée par un incendie, Gérard – abbas loci – célèbre les offices dans l’oratoire voisin, dédié à saint Martin302.
Quant aux circonstances de la désignation de Gérard pour »réformer« Saint-Ghislain, les Miracula en font le récit suivant: le duc de Lotharingie, Gislebert, voit en rêve saint Ghislain se plaindre de l’état désastreux du monastère qu’il avait fondé et suggérer de faire appel à l’abbé Gérard303 pour y restaurer la vie monastique. Gislebert convoque un plaid à Dinant304 où se rendent les personnages les plus importants du duché305 et, parmi eux, Gérard à qui il fait part de la volonté de Ghislain. Gérard refuse d’abord306 puis accepte devant les prières conjointes des principes sibi compares.
Le plaid de Dinant, qui n’est pas connu par d’autres mentions, ne peut être daté avec précision. La date de 931 donnée par les Annales Blandinienses pour l’entrée en fonction de Gérard à Saint-Ghislain convient particulièrement bien. En effet, Gislebert s’était alors rangé aux côtés du roi de France Raoul, d’Hugues le Grand et du comte Boson: en 931, il avait conclu une trêve avec Raoul et en 932, il coopère, avec Hugues et Raoul, au siège de Péronne. Selon toute vraisemblance, il faisait partie des potentes qui, avec les Robertiens, ont mis le siège devant Reims au début de 931307. On verra plus loin le rôle capital que je suggère d’accorder aux Robertiens dans la carrière politico-religieuse de Gérard308; en particulier, c’est d’eux que Gérard a reçu en 931-932, une mission »réformatrice« à Saint-Rémi de Reims309. Dès lors je ne crois pas
302
Inventio; ed. HOLDER-EGGER, p. 578: Peractis dein vigiliis, cum res ipsa exponente omnibus innotuis-set, abbas loci Gerardus omnisque coetus fratrum praeconantes … La date de l’incendie pose un problème: anno ab incarnatione Domini nongentesimo trigesimo octavo, die dominica, bora sexta, 12 Kalendas septembris, Ghisleberto duce adversus Ottonem regem Saxonum causa regni concertante (ed. HOLDER-EGGER, p. 578). Les données ne correspondent pas: il peut s’agir du dimanche 21 août 936 ou du dimanche 19 août 938. L’auteur s’est donc trompé, mais rien ne permet de savoir s’il s’agit d’une erreur sur le jour (12 Kal. pour 14 Kal.) ou sur le millésime (938 pour 936). Les historiens optent habituellement pour 936 et considèrent l’allusion à Gislebert comme un reflet des démarches de celui-ci auprès de Louis IV en 936 (PARISOT, Lorraine, p. 674 et n. 8); en dernier lieu, D’HAENENS, Saint-Ghislain, p. 101-102 et D’HAENENS, Gerardo, col. 178. Seul semble sûr le jour de la semaine (dimanche). Dans les Miracula Gisleni, XXVI (ed. PONCELET, p. 275), Rainier reprend les éléments de datation de l’incendie de 936/938 donnés par l’Inventio mais modifie légèrement l’année, devenue incomplète (ab incarnatione Domini corriculo nongentorum annorum); il est particulièrement intéres-sant de voir comment Rainier qui a devant les yeux le texte de l’Inventio, transforme l’incendie dévastateur de 936/938 en un feu arrêté par l’intervention divine. Cette modification délibérée montre la façon dont travaille Rainier et suggère d’accueillir avec réserve ses autres affirmations.
303
Texte cité supra, n. 294.
304
Le plaid a été totalement escamoté par l’auteur de la Vita Gerardi (XVII: ed. HEINEMANN, p. 667) qui préférait taire le nom de Dinant, »pomme de discorde entre l’évêque de Liège et le comte de Namur* vers 1070; cfr. DE SMET, Vita Gerardi, p. 59; KUPPER, Conventio, p. 10-11. Ce plaid, similaire au plaid tenu par Brunon – comme duc – à Valenciennes, revêt un très grand intérêt pour l’histoire du pouvoir ducal dans nos régions au Xe siècle, comme le montrera prochainement G. Despy.
305
Miracula Gisleni, XXV; ed. PONCELET, p. 275: cum igitur hora statuti temporis ad iussionem ducis conveniunt (ab placitum tenendum apud portum Dinant) satrapae, adfuit inter eos etiam Gerardus abbas.
306
Miracula Gisleni, XXV; ed. PONCELET, p. 275: quodpraeceptumprius abbati visumfuit difficile, pro multis abbatiis quas habebat gubernare.
307
PARISOT, Lorraine, p. 673-675; LAUER, Robert Ier et Raoul, p. 63-69.
308
Infra, p. 347 et supra, n. 119 et 204.
309
Infra, n. 388.
231
fortuit ce rapprochement de dates: Gislebert a dû connaître Gérard, en 931, dans l’orbite robertienne.
Des textes de Saint-Ghislain, on peut déduire que Gérard a, en premier lieu, remplacé les clerici – aussurément des chanoines 31° – par une communauté monastique dont il avait la direction311. A cette restauration religieuse correspond une restauration du temporel; restitutions de terres usurpées par les Régnier au début du siècle et reconstruction de bâtiments claustraux312. Gérard porte le titre abbatial, mais ceci n’implique pas qu’il soit présent, en personne, à Saint-Ghislain313. Enfin, on rattachera à son abbatiat la rédaction à Saint-Ghislain d’au moins deux écrits hagiographiques314. On ne sait quand Gérard abandonna sa charge; selon toute vraisemblance, avant 941 – date du début de son activité en Flandre. En ce cas, il se serait choisi un successeur de son vivant315.
2.
Saint-Pierre et Saint-Bavon de Gand
Le début de l’activité » réformatrice « de Gérard en Flandre a lieu, on le sait, en 941. Mais comment le comte de Flandre Arnoul a-t-il connu Gérard et pourquoi lui a-t-il confié la réalisation d’une oeuvre à laquelle il tenait, pour des raisons tant religieuses que politiques? Un texte est, sur ce point, intéressant.
Par une copie, écrite vers 1036 dans le Liber Traditionum de l’abbaye Saint-Pierre-du-Mont-Blandin de Gand, on a conservé une imprecatio, non datée, d’Arnoul Ier de Flandre316. Ce »voeu« comprend deux dispositions majeures, liées par une troisième (un don à l’abbaye Saint-Pierre):
a) après sa mort, tout ce qu’il possède sera réparti en deux parties, l’une pour sa femme et ses enfants, l’autre pour les monastères et églises de Flandre et pour les pauvres;
b) il fait distribuer par le moine Gérard (monachus) une somme d’argent à répartir entre l’abbaye Saint-Pierre (2A) et trente autres monastères (/3).
310
On a parfois dit que ces clerici étaient des moines (DE MOREAU, Histoire de PEglise, II, p. 146, n. 6). Il s’agit de chanoines ou, du moins, de clercs ou de prêtres; en dernier lieu, D’HAENENS, Saint-Ghislain, p. 109-110 (avec bibliogr. compl.). Tout récemment, J. Nazet a supposé que la présence de chanoines à Saint-Ghislain était une invention de l’auteur des Miracula, pour accentuer l’opposition avec les » vrais* moines réformés par Gérard (NAZET, Crises et réformes, p. 469-470).
311
Les Annales Blandinienses (a0 931 ; ed. GRIERSON, Annales, p. 17) utilisent les mots regere cellam sancti Gbisleni. Cfr. supra, p. 214.
312
D’HAENENS, Saint-Ghislain, p. 106-107 et 114 (avec références aux textes); MISONNE, Gérard, col. 726-727.
313
Saint Gérard avait en effet conservé la direction de Brogne; on ne peut donc invoquer le texte des Miracula Gisleni (XXVI; ed. PONCELET, p. 275): eo namque tempore quo idem abbas Gerardus videbatur praeesse saepe dictae cellae fratribus. On a parfois considéré saepe comme adverbe portant sur praeesse (D’HAENENS, Saint-Ghislain, p. 115), alors que, de toute évidence, il s’agit de saepe dictae cellae.
314
Ces deux écrits (Inventio, BHL 3554, cfr. supra, n. 297; Actus … Gisleni, BHL 3553) sont conservés dans un important manuscrit du Xe siècle, Mons, Bibl., 850-1963/2142; cfr. CHR. PIERARD, Des manuscrits de l’abbaye de Saint-Ghislain à la bibliothèque publique de Mons, dans: Scriptorium, XIX, 1965, p. 281-286 (à la p. 282); MISONNE, Gérard, col. 727.
315
MISONNE, Gérard, col. 727; D’HAENENS, Saint-Ghislain, p. 115.
316
Ce texte est commenté et édité, d’après le seul manuscrit, par KOCH, Gérard de Brogne, p. 125-126.
232
La rédaction du texte est postérieure à 929 puisqu’il y est fait allusion aux parents défunts d’Arnoul; or on sait que la mère d’Arnoul mourut entre 928 et 930 (en 929 affirment les Annales Blandinienses)^7 et qu’elle fut enterrée – comme son mari – à Saint-Pierre. Par ailleurs, la mention de Gérard comme monachus a fait supposer à l’éditeur du texte, A. C. F. Koch, que l’abbatiat de Gérard à Saint-Ghislain (931 ou 934, au plus tard) pouvait servir de terminus ante quem. Selon lui, Yimprecatio aurait donc été rédigée entre 928-929 et 934, vraisemblablement vers 930318.
La démonstration de Koch ne semble cependant pas probante, même si on retient le terminus post quem de 929 et si on considère, comme lui, le dernier paragraphe du texte comme une interpolation lors de la copie dans le Liber Traditionum119. Le terme monachus n’implique nullement que Gérard n’avait pas encore été abbé de Saint-Ghislain, puisqu’à la date proposée par Koch, Gérard portait assurément déjà (et encore) le titre abbatial de Brogne. S’il est qualifié de monachus et non d9abbas, c’est -comme y invite un passage du sermo de adventu SS. Wandregisili, Ansberti et VulframnP20 – que Gérard était monachus proposito, abbas officio et apostolicus merito; on pourrait tout au plus supposer que Gérard n’avait alors pas encore été nommé à la tête du Mont-Blandin.
Un rapprochement avec les chapitres XX et XXI de la Vita Gerardi est intéres-sant321; ce texte tardif (1074-1075) donne l’explication de la présence de Gérard aux côtés du comte Arnoul et fournit la certitude que le Gerardus monachus de Yimprecatio est bien l’abbé de Brogne. Il rapporte qu’Arnoul, souffrant de calculs rénaux, fit appel, en vue de sa guérison, au vir Dei Gérard, dont on louait les qualités thaumaturgiques. Une fois guéri322, Arnoul voulut récompenser Gérard qui accepta finalement la dîme de la fortune personnelle du comte qu’il répartit en lots pour les moines et les pauvres (%) et pour Brogne (V3)323. C’est alors qu’Arnoul aurait proposé à Gérard de s’occuper de la réforme de Saint-Pierre-au-Mont-Blandin.
Or, je l’ai déjà dit, l’entrée en fonction de Gérard dans l’abbaye gantoise est bien située en 941; il ne semble donc pas douteux que Yimprecatio est un texte écrit peu avant cette date, qu’il stipule les conditions posées par Gérard avant son intervention ou, comme le suggère la Vita, qu’il consigne les dispositions du comte après sa guérison »miraculeuse«.
317
Annales Blandinienses, a° 929; ed. GRIERSON, p. 17.
318
KOCH, Gérard de Brogne, p. 124-125. Cette date a été retenue par MISONNE, Gérard, col. 727. Dom N. Huyghebaert m’a, par ailleurs, confirmé que la date de Koch ne peut être retenue.
319
KOCH, Gérard de Brogne, p. 122. L’allusion à la charte de 941 (sicut carta docet) ne peut servir de terminus.
320
Sermo, XXII; ed. HUYGHEBAERT, p. 24.
321
Vita Gerardi, XX et XXI; ed. HEINEMANN, p. 670-671. Le rapprochement entre les deux textes est dû à KOCH, Gérard de Brogne, p. 120-125.
322
Sur les modalités de la guérison, voir KOCH, Gérard de Brogne, p. 119-120 et DE SMET, Vita Gerardi, p. 48-50.
323
II existe des différences évidentes entre les parts projetées dans Yimprecatio et celles qu’atteste la Vita Gerardi; ces divergences n’autorisent cependant pas à douter que la mention de Gérard dans le testament d’Arnoul trouve son origine dans l’épisode de la maladie et de la guérison d’Arnoul que rapporte – avec les déformations dont elle est coutumière – la tardive Vita Gerardi. Cfr. KOCH, Gérard de Brogne, p. 122-124, qui compare les deux versions.
233
Uimprecatio d’Arnoul de Flandre, appuyée par la Vita Gerardi, précise donc comment Arnoul prit contact avec Gérard; elle ne suffit pas, cependant, pour tout expliquer. Pour dom Huyghebaert, Gérard avait déjà rencontré Arnoul lors de la translation des reliques de saint Gérulphe à Tronchiennes, en 925324; c’est possible mais nullement prouvé. Il est, par contre, vraisemblable qu’Arnoul et Gérard avaient eu plusieurs fois l’occasion de se rencontrer – et de s’apprécier – à la cour des rois de Francie occidentale dans les années 920-940325 et que la réussite de Gérard à Saint-Ghislain ait eu une retombée directe.
Quoi qu’il en soit, avant même de prendre contact avec Gérard, Arnoul avait entrepris un mouvement de » restauration* des monastères dont il était l’abbé laïc; le rôle de l’évêque de Noyon, Transmar, semble fondamental même si les deux chartes qu’on a conservées de lui pour Saint-Pierre de Gand sont, pour l’une, interpolée (novembre-décembre 941)326, et pour l’autre, un acte du XIe siècle (mars 947), faux composé à l’aide d’éléments vrais327. La fameuse charte d’Arnoul Ier, du 8 juillet 941, fait état de restitutions de biens et d’un rétablissement de la règle bénédictine à Saint-Pierre328, les restrictions posées par Arnoul – et auxquelles Gérard, sans nul doute, devait souscrire329 – montrent l’esprit et la limite de la »réforme« : le comte ne rend pas la totalité des biens qu’il avait usurpés mais seulement ce qu’il estime nécessaire à la
324
HUYGHEBAERT, Adventus Gerulphi, p. 6. Voir aussi supra, p. 219 et n. 200.
325
Sur les liens d’Arnoul avec les Robertiens, voir, par ex., LAUER, Robert Ier et Raoul, p. 38-40 ou SABBE, Gérard de Brogne, p. 520-521.
326
Ce
t acte a bénéficié d’une des dernières études de dom N. Huyghebaert (Quelques chartes, p. 1-90), qui plaide pour une falsification intégrale en deux étapes aux XIIe et XIIIe siècles. Certains points de sa savante démonstration appellent cependant quelques réserves. Plutôt qu’un acte entièrement faux, je crois que l’acte de Transmar repose sur un acte plus ancien, interpolé à deux reprises. Voir l’éd. HUYGHEBAERT, Quelques chartes, p. 89-90, qui éclipse définitivement celle de H. PIRENNE, Note sur un manuscrit de l’abbaye de Saint-Pierre de Gand, dans : B. C. R. H., 5e s., V, 1895, p. 107-153 (aux p. 125-126). Voir les remarques d’HoLDER-EGGER, MGH SS, XV, 2, p. 621-622; KOCH, Oorkonden-boek, I, p. 52-53, n° 31 ; VERHULST, Saint-Baafs, p. 61 et n. 21 ; HUYGHEBAERT, Radbod, p. 27, n. 27, n. 1. Parmi les parties vraies figurent, selon moi, les souscriptions (dont signum Gerardi abbatis) et peut-être une allusion dans l’exposé à l’abbatiat de Gérard (cui ad presens preest nostre dilectionis filius Gerardus … abba) ainsi qu’une autre dans le dispositif (abbate Gerardo rogante). Remarques importantes d’A. VERHULST, De vroegste geschiedenis en het ontstaan van de stad Gent, dans: Handelingen der Maatschappij voor Geschiedenis en Oudheidkunde te Gent, n.r., XXVI, 1972, p. 5-39 (n. 69, p. 21-22).
327
Liber Traditionum sancti Pétri Blandiniensis, a° 947; ed. FAYEN, p. 54-58, n°62. Sur cet acte, dont on attendait une édition critique par dom N. Huyghebaert, cfr. HUYGHEBAERT, Translation, p. 47, n. 3 et Radbod, p. 27, n. 1 ; ainsi que MISONNE, Gérard, col. 728. Selon cette notice, la réforme de Saint-Pierre aurait été entreprise à l’initiative de Transmar en 941 ; l’archidiacre Bernacre et le comte Arnoul auraient réalisé le souhait de l’évêque de Noyon et auraient placé Gérard à la tête de l’abbaye restaurée: venerabilem génère et sanctitate illis praefecerunt abbatem nomine Gerardum.
328
La véracité de l’acte a été définitivement établie par SABBE, Deux points, p. 52-62; E. SABBE, Etude critique sur un diplôme d’Arnoul Ier, comte de Flandre pour l’abbaye Saint-Pierre à Gand (941, juillet 8), dans: Etudes d’Histoire dédiées à H. Pirenne. Bruxelles, 1937, p. 299-330; SABBE, Gérard de Brogne, p. 521-522; KOCH dans GYSSELING-KOCH, Diplomata Belgica, p. 100; A. VERHULST, Kritisch onderzoek over enkele aantekeningen uit het Liber Traditionum der Sint-Pietersabdij te Gent, dans: B. C. R. H., CXIX, 1954, p. 143-181 (aux p. 144-145). Sur la date, parfois controversée, voir aussi LAPORTE, Gérard de Brogne, p. 161 et KOCH, Oorkondenboek, I, p. 59-61.
329
On a parfois proposé de voir dans l’acte de 941 l’oeuvre conjointe de Transmar et de Gérard; par ex. MISONNE, Gérard, col. 728.
234
bonne vie de l’abbaye330; de plus, il se réserve, pour lui et ses successeurs, le droit de regard sur les élections abbatiales: la liberté de choix est soumise à l’accord du comte331.
Quelques actes montrent Gérard agir comme abbé de Saint-Pierre, notamment une confirmation de l’acte de 941 par le roi de France Louis IV (20 août 950)332 et une donation, vers 950-953, à laquelle souscrit Y abbas Gérard333. Plus explicite est le long récit de Yadventus, le 23 août 944, de prestigieuses reliques abandonnées, à Boulogne, par les derniers moines de Fontenelle/Saint-Wandrille334: le comte Arnoul et Gérard335 mènent, de concert, une expédition pour rechercher ces reliques, particuliè-rement celles des saints Wandrille et Ansbert336. On a conservé, inséré dans un sermo du début du XIe siècle, le récit primitif de cet adventus accompagné du catalogue détaillé des reliques emportées337; ce texte a été rédigé, au Mont-Blandin, entre 945 et 950, à l’inspiration de Gérard338. En voici la substance: Arnoul accompagné d’un cortège de prêtres, de moines et de clercs, se rend à Boulogne et y fait appeler l’évêque du lieu, Wicfrid, à qui il fait connaître son désir d’emporter les reliques laissées à Boulogne par les moines de Fontenelle. Un mouvement, dirigé par le trésorier de Notre-Dame de Boulogne, veut faire obstacle à Arnoul, mais, mue par une interven-tion divine, une matrona du nom de Torulla indique au comte le lieu où sont
330
Ed. GYSSELING-KOCH, Diplomata Belgica, I, p. 145: et si non omnia saltim reddidi queque estimavi sufficere monacbis. Cfr. SABBE, Gérard de Brogne, p. 521 et Deux points, p. 57.
331
Ed. GYSSELING-KOCH, Diplomata Belgica, I, p. 145-146; cfr. SABBE, Gérard de Brogne, p. 521 et Deux points, p. 54.
332
Ed. LAUER, Recueil … Louis IV, p. 82-86, n° 36; GYSSELING-KOCH, Diplomata Belgica, I, p. 143-146, n° 53. Voir les remarques d’A. VERHULST, Over de stichting en de vroegste geschiedenis van de Sint-Pieters – en de Sint-Baafsabdij te Gent, dans: Handelingen der Maatschappij voor Geschiedenis en Oudheidkunde te Gent, n.r., VII, 1953, p. 3-53 (aux p. 41-42). L’acte est adressé venerabili Gerardo abbati monachisque prelibati coenobii et insiste sur la vie régulière (regulariter ibidem vivere) menée dans l’abbaye.
333
Dernière édition: GYSSELING-KOCH, Diplomata Belgica, I, p. 148. Cfr. aussi SABBE, Gérard de Brogne, p. 313-314 et VERHULST, Sint-Baafs, p. 80 et n. 137.
334
Lors des invasions normandes de 860, les moines de Saint-Wandrille ont quitté leur abbaye, en emportant notamment leurs reliques pour se réfugier à Boulogne. Le monastère de Saint-Wandrille fut restauré, à la fin du Xe siècle (cfr. infra, p. 243), par des moines venus de Gand. Cfr. surtout J. LAPORTE, Fontenelle ou Saint-Wandrille, dans: D. H. G. E., XVII, col. 915-954. Dom Laporte plaide pour un double voyage de reliques qui, en 919, auraient été enlevées de Gand par le jeune frère du comte Arnoul, Adalolfus et qui, en 944, auraient fait retour à Gand (LAPORTE, Gérard de Brogne, p. 143-151); à bon droit, dom N. Huyghebaert (Translation) ne retient pas cette hypothèse compliquée.
335
Dans le récit de la Translation (ed. HUYGHEBAERT), Gérard est qualifié de venerandus abbas (chap. XXIV, XXXIII et XXXVIII), abbas (chap. XXV, XXVII, XXVIII et XLVI), gloriosus abbas (cahp. XXVI), insignis pater (chap. XXXV) et de venerabilis abbas (chap. XL).
336
Le sort des reliques de Vulfram pose en effet un problème non encore élucidé; voir surtout HUYGHEBAERT, Vulfram, p. 180-194 (qui donne la bibliographie complémentaire et résume les polémiques) et HUYGHEBAERT, Translation, p. CXXI-CXXV.
337
L’adventus primitif constitue les chap. XXIV à XLVII du Sermo; le catalogue des reliques (voir supra, p. 219), les chap. XXIX à XXXIIA du même texte.
338
Sur cette date, HUYGHEBAERT, Translation, p. CVII-CXIII; le terminus ante quem de 950 est fourni par le décès de l’évêque de Noyon, Transmar, le 21 mai 950 (p. CIX). Quant au catalogue de reliques, il est sûrement antérieur à 953, puisqu’on y trouve décrites des reliques que Gérard emmènera à Brogne après sa démission de 953 (cfr. HUYGHEBAERT, Translation, p. XXXVI-XLIII).
235
conservées les reliques339. Gérard, après avoir expliqué qu’il s’agissait là d’une preuve manifeste de la bienveillance de Dieu pour la cause d’Arnoul, emporte les reliques puis, à la suite de nouvelles oppositions, trouve aussi l’occasion de s’emparer des reliques de saint Vulmer; une relique lui est donnée par l’évêque mais il en dérobe deux autres. Les moines de Gand prennent alors la route340 le 22 ou le 23 août 944, pour un triomphal voyage de retour vers le Mont-Blandin où ils arrivent le 3 septembre 944341.
Une autre expédition similaire est rapportée par une Vita du dernier quart du XIe siècle, reposant partiellement sur une vie plus ancienne aujourd’hui disparue342. Sous l’abbatiat de Gérard, le comte Arnoul fait transférer au Mont-Blandin, le corps de saint Gudwal et la moitié de celui de saint Bertulfe, de Boulogne à Harelbeke, puis d’Harelbeke à Gand343.
La réforme, par Arnoul et Gérard, de l’abbaye gantoise de Saint-Bavon fut plus lente. A la demande de Gérard, l’évêque Transmar procède en 942 à la dédicace de la chapelle provisoire où reposent les reliques de l’abbaye344; c’est le 30 septembre 946 que celles-ci sont transférées, en grande pompe, dans les bâtiments rénovés de Saint-Bavon345. La part importante que prit Gérard à ces événements est attestée avec
339
Sur Torulla, voir les remarques de HUYGHEBAERT, Femmes laïques, p. 357-358.
340
Au cours du voyage de retour, le cortège passe, le 25 août, à Aye. Là se passe un épisode extrêmement révélateur des liens entre Arnoul et Gérard (Translatio, XXXVIII; ed. HUYGHEBAERT, p. 42-43), épisode relevé par LAPORTE, Gérard de Brogne, p. 152-153 et HUYGHEBAERT, Translation, p. 43 et n. 2 (»curieux témoignage sur la mentalité du prince (se. Arnoul) et sur l’ascendant qu’exerce sur lui Gérard de Brogne*): le comte Arnoul est ébranlé par des rumeurs qui le menacent de représailles célestes, suite à l’enlèvement des reliques de Boulogne; Gérard calme ses scrupules en expliquant que ces bruits sont le fait de démons et empêche que de pareilles rumeurs parviennent encore aux oreilles impressionnables du comte (falsoloquo rumori credulas adhibere aures marchysum prohibuit).
341
Translatio, XLVI; ed. HUYGHEBAERT, p. 51-52: Acta sunt anno incarnati Verbi nongentesimo quadragesimo quarto, indictione secunda, Martino papa vices apostolicas in sede Romana agente, Ludovico Francis imperante, Trasmaro Noviomensi episcopio présidente et domino Gerardo abbate hoc cenobium régente, tertio nonarum septembrium die. Sur l’itinéraire suivi par le cortège et la chronologie précise, voir HUYGHEBAERT, Translation, p. CXXVI-CXXVII; voir aussi LAPORTE, Gérard de Brogne, p. 152-153, qui analyse à la perfection les données de TAdventus et le rôle de Gérard.
342
La dernière mise au point chronologique sur la Vita Bertulfi et l’Adventus Bertulfi et Gudwali se trouve dans HUYGHEBAERT, Bertulfe et N. HUYGHEBAERT, Le sermo de adventu SS. Gudwali et Bertulfi. Edition et étude critique, dans: Sacris Erudiri, XXIV, 1980, p. 87-113. La Vita Gudwali du XIIe siècle est tributaire de la Vita Bertulfi et les données du chap. LI de la Vita Gudwali (ed. HENSCHENIUS, A A SS, Juin, I, p. 731) peuvent être négligées ici, de même que TAdventus de la fin du XIe siècle, ou du début du XIIe, qui repose sur une nota dedicationis de 975 mais qui n’apporte rien sur le rôle de Gérard. Par contre, le chap. XXX de la Vita Bertulfi reposerait sur une Vita antérieure (cfr. HUYGHEBAERT, Bertulfe, p. 134-135).
343
Vita Bertulfi, XXX; ed. HOLDER-EGGER, p. 637: c’est Gérard qui conseille au comte Arnoul de faire transférer les reliques à Gand et de faire joindre le corps de Gudwal à celui de Bertulfe. La Vita Bertulfi n’est jamais avare de qualificatifs louangeurs pour Gérard et, çà et là, on croit deviner l’influence de la Vita Gerardi de 1074-1075.
344
MISONNE, Gérard, col. 729-730; HUYGHEBAERT, Quelques chartes, p. 12-17.
345
Miracula S. Bavonis, I, 10; ed. HOLDER-EGGER, p. 594: la veille de la depositio des reliques de saint Bavon (id est 2. Kal. octobris, quo eiusdem depositionis sancta celebratur vigilia), c’est-à-dire le 30 septembre 946, on discutait des modalités du transfert; Gérard joue un rôle prépondérant dans les négociations. Il doit cependant se justifier d’accusations qui faisaient état de détournements, à son profit, de fragments de reliques de Bavon: Huic negotio intererat et magna pars extiterat Gerardus abbas. Sed quoniamfalsi rumoris vulgaverat opinio, quasi idem erga sancti pignora aliqua intendisset
236
certitude, comme en témoigne aussi un acte royal de décembre 954346. L’abbé du Mont-Blandin a dû également porter le titre abbatial de Saint-Bavon après 944, probablement en 946347.
On peut encore dater de la période d’activité gantoise de Gérard, la création à Saint-Pierre d’une congregatio de Saint-Wandrille348; il s’agissait de la première étape, purement institutionnelle, d’une restauration de Saint-Wandrille, restauration à laquelle aspirait Gérard mais qu’il ne parvint pas à réaliser349.
En 953 (pour des raisons qui restent inconnues), Gérard renonce à ses abbatiats de Gand. Il fait nommer, à Saint-Pierre, son disciple Womar350 – qui avait fait ses preuves
fraudis molimina, inter iter agendum posito in contiguo eidem monasterio campo sancto feretro ad propellendam sinistri rumoris infamiam, sublato pallio, cunctis qui aderant sigilla antiqua manu infixa monstravit integerrima. Les Miracula Bavonis furent rédigés à Saint-Bavon à la fin du Xe siècle ou au début du XIe siècle, en tout cas avant 1010; cfr. HOLDER-EGGER, MGH SS, XV, 2, p. 589, n. 1; GRIERSON, Abbots of St. Bavo’s, p. 47; VERHULST, Sint-Baafs, p. 59 et n. 10.
346
Ed. HALPHEN-LOT, Recueil … Lothaire, p. 1-4, n° 1 et GYSSELING-KOCH, Diplomata Belgica, I, p. 225-227. Cet acte a été rédigé et écrit à Saint-Bavon de Gand, tout en se présentant comme un acte de chancellerie; la falsification est strictement contemporaine. Halphen et Lot n’ont pas vu que le texte original avait été modifié par une main de la première moitié du XIe siècle, qui a remplacé Wido par Womarus. Dans cet acte par lequel Lothaire, à la demande d’Arnoul et de son fils Baudouin, confirme la restauration de Saint-Bavon et accorde aux moines la libre élection de leur abbé, il est rappelé que Saint-Bavon fut restauré par Arnoul, ammonitione venerabilis viri Gerardi abbatis et qu’y fut nommé abbé, Gui (Wido), quendam alumnorum eiusdem Gerardi religiosum. Gérard, qui n’intervient pas dans l’acte, avait démissionné Tannée précédente. Par contre, l’acte souligne le rôle d’Agenold (de Gorze), d’Hildebrand (de Saint-Bertin), de Womar (de Saint-Pierre de Gand), de Leudric (de Saint-Amand) et du provisor de Saint-Evre de Toul, Humbert. De la présence de Womar comme souscripteur (il s’agit là d’un grattage sur le nom de Gui), on a parfois tiré des conséquences abusives sur Womar, abbé de Saint-Bavon: voir A. VERHULST, Sint-Baafs, p. 63-64 (et n. 42) et 80-81, qui rectifie GRIERSON, Abbots of St. Bavo’s, p. 39-40.
347
Gérard était abbé de Saint-Bavon lors du transfert des reliques; en 944, il ne Tétait pas encore (voir le témoignage de Folcuin, à propos de Saint-Bertin). Sur ceci, MISONNE, Gérard, col. 730.
348
Notice du Liber Traditionum de Saint-Pierre de Gand (ed. FAYEN, p. 87-88, n°88; cfr. aussi VERHULST, Sint-Baafs, p. 80-81, n. 137); cette notice non datée rapporte une donation par Tabbé Womar agissant avec le consentement de Gérard et du comte Arnoul. La date en est établie par A. C. F. Koch (De dateringen in het » Liber Traditionum sancti Pétri Blandiniensis* van omstreeks 1035, dans: B. C. R. H., CXXIII, 1958, p. 137-190, aux p. 172-173), suivi par H. van Werveke (Saint-Wandrille, p. 84, n. 29): 953-959; et non 951-953 comme le suggérait dom Laporte (Gérard de Brogne, p. 154-155). Womar agit en représentant de la congregatio de Saint-Wandrille (ex constitutione domni abbatis Gerardi congregationis sancti Wandregisili confessons Christi sociorumque eius), congregatio qui ne rassemble pas une communauté de moines de Fontenelle qui se serait maintenue à Gand (hypothèse de LAPORTE, Gérard de Brogne, p. 155), mais qui est une création ex nihilo de Gérard, à Saint-Pierre de Gand qui possédait le corps de Wandrille et, à ce titre, pouvait émettre des prétentions sur le temporel de Fontenelle; voir la démonstration lumineuse de VAN WERVEKE, Saint-Wandrille, p. 82-85.
349 Infra, p. 243-244.
350
Womar devint abbé de Saint-Pierre de Gand en 953 (Annales Blandinienses, a°953; ed. GRIERSON, p. 19), probablement le 7octobre, date à laquelle il succéda à Gérard: cfr. L. VANDERKINDERE, L’abbé Womar de Saint-Pierre de Gand, dans: B. C. R. H., 5e série, VIII, 1898, p. 296-304 (à la p. 303) et VERHULST, Sint-Baafs, p. 64. On a parfois supposé que Womar était retourné à Saint-Pierre peu avant 953 (GRIERSON, Annales, p. XVI, n. 1), il semble cependant vraisemblable que Womar resta en poste à Saint-Bertin jusqu’à la consécration d’Hildebrand, le 17 mars 950. Par ailleurs, on ne peut retenir l’hypothèse d’A. C. F. Koch, selon qui Womar aurait été abbé de Saint-Pierre de Gand dès 945, où il aurait assuré l’intérim pendant l’absence de Gérard (GYSSELING-KOCH, Diplomata Belgica, I,
237
à Saint-Bertin351 – et, à Saint-Bavon, il impose son neveu, Gui, qu’il avait déjà nommé à Saint-Bertin mais qui, ici comme là, aboutit à un échec total352.
3.
Saint-Bertin
Nous disposons, pour la réforme de Saint-Bertin, d’une excellente source, presque contemporaine: les Gesta abbatum Sithiensium rédigés par Folcuin en 961-962353. On peut suivre ici le récit de Folcuin, dont on a souvent loué la qualité et l’impartialité. Le comte Arnoul fait appel à l’abbé Gérard354 pour tenter de restaurer, à Saint-Bertin, la discipline bénédictine. Le 15 avril 944, il ordonne aux moines de se soumettre à la règle monastique ou de quitter l’abbaye et il en confie le gouvernement à Gérard qui se heurte à la forte opposition de la population locale355. Une partie seulement des anciens religieux de Saint-Bertin accepta la vie monastique356 ; le reste de la communauté était formé de moines venus de diverses abbayes357. Comme Gérard détenait aussi la charge abbatiale du Mont-Blandin de Gand et qu’il ne pouvait matériellement se trouver à ces deux endroits simultanément, il nomma à Saint-Bertin un moine de Saint-Pierre de Gand, Womar, et un moine de Saint-Evre de Toul, Agilon, pour diriger la communauté358. Agilon mourut peu après et fut remplacé en 947 par Gui, neveu de Gérard359. La gestion de Gui fut à ce point peu satisfaisante
p. 115-116); cette hypothèse est totalement incompatible avec les données de Folcuin (cfr. infra) et avec la présence, dans un acte de 950-953, de Gérard – et non de Womar – comme abbé de Saint-Pierre (supra, n. 333; voir aussi HUYGHEBAERT, Bertulfe, p. 134, n. 1). Par voie de conséquence, un acte daté de la seconde année de l’abbatiat de Womar doit être situé en 955 et non en 947 (VERHULST, Sint-Baafs, p. 64 et 80-81; contra GYSSELING-KOCH, Diplomata Belgica, I, n° 54).
351
Sur Womar à Saint-Bertin, infra, p. 238-239.
352
Sur Gui/ Wido à Saint-Bertin, infra, p. 238; sur Gui à Saint-Bavon, supra, n. 55; cfr. aussi VERHULST, Sint-Baafs, p. 64; MISONNE, Gérard, col. 730.
353
GENICOT-TOMBEUR, Répertoire, I, p. 95-97; POTTHAST, Repertorium, 2e éd., IV, p. 480; DE MOREAU, Histoire de l’Eglise, II, p. 150-151. Voir aussi LAPORTE, Gérard de Brogne, p. 150-151 ; VAN WERVEKE, Saint-Wandrille, p. 91; MISONNE, Gérard, col. 730-731.
354
Gesta, CVII; ed. HOLDER-EGGER, p. 628: Ob bac igitur causa Gerhardum quendam abbatem ad se (Arnulfus) advocavit.
355
Gesta, CVII; ed. HOLDER-EGGER, p. 628-629: Hos de monasterioprecepit abire anno … Domini 944, 17 Kal. Maii; ipsique Gerardo abbati… eundem monasterium tradidit regulariter gubernandum. Voir aussi SABBE, Deux points, p. 55.
356
Folcuin donne les noms de ces moines (Gesta, CVII; ed. HOLDER-EGGER, p. 629); le reste de l’ancienne communauté de Saint-Bertin, soit s’était réfugié dans une villa de cette abbaye (Longuenesse, Loconessa), soit avait traversé la Manche et avait été favorablement accueilli par le roi Athelstan.
357
Gesta, CVII; ed. HOLDER-EGGER, p. 628: cum monacbis e diversis locis collectis.
358
Gesta, CVII; ed. HOLDER-EGGER, p. 629: Abbas Gerhardus monasterium in Gandavo situm nomine Blandinium tenebat nec utrosque, hoc videlicet et illud, presentialiter gubernare poterat. Agilon et Womar reçurent le regimen regularis vitae de Saint-Bertin, comité iubente et Gerhardo abbate consentiente; ils ne furent pas abbés de Saint-Bertin: non cum abbatis nomine. C’est donc par erreur que Ph. Grierson (Annales, p. XVI, n. 1) suppose que Womar fut abbé de Saint-Bertin. Voir aussi SABBE, Deux points, p. 55 et GRIERSON, Abbots of St. Peter’s, p. 138. Agilon n’est pas connu en dehors des Gesta de Folcuin; cfr. HALLINGER, Gorze-Kluny, p. 880-881 et 886.
359
Gesta, CVII; ed. HOLDER-EGGER, p. 629: Brevi autempost haec tempore Agilone mortuo, Gerhardo abbate postulante et comité Arnulfo annuente, Wido ipsius Gehrardi nepos abbas in hoc monasterio consecratur anno Nativitatis dominicae 947. Voir aussi SABBE, Deux points, p. 55. Wido (Gui) était probablement le fils du frère de Gérard, Wido, qui soussigné la charte de Brogne de 919 (supra, p. 220);
238
qu’on le destitua de sa charge abbatiale, probablement en 948360. Womar continuait encore à diriger, avec succès, le monastère361. En 950, Arnoul confia l’abbatiat de Saint-Bertin à son propre neveu, Hildebrand, qui poursuivit l’oeuvre réformatrice362.
Ce texte donne quelques indications précises sur le rôle de saint Gérard, notamment son entrée en fonction à Saint-Bertin en avril 944, et sur le contrôle permanent qu’il exerçait dans cette abbaye. Folcuin suggère qu’en 944, Gérard disposait d’une seule charge abbatiale, celle de Saint-Pierre de Gand363. Le choix attentif de termes adéquats dans les Gesta permet aussi de préciser certains points relatifs à l’administration de l’abbaye: le comte Arnoul est abbé laïc (comes et abbas) et le restera364; Agilon et Womar ne portent pas le titre abbatial bien qu’ils aient le regimen de la communauté monastique, leur fonction exacte est difficile à déterminer; Womar conservera cette charge jusque vers 950-953365; Gui porte le titre abbatial, pendant son bref passage à Saint-Bertin en 947 et au début de 948.
Quelques incertitudes demeurent: quand saint Gérard porta-t-il le titre abbatial de Saint-Bertin? Les Gesta semblent établir que Gérard devint abbé dès avril 944 (monasterium regulariter gubernandum) et qu’il conserva cette fonction lors de la nomination d’Agilon et de Womar. Il s’est probablement déchargé en faveur de son neveu en 947. Il y eut sans doute vacance de la charge abbatiale entre la destitution de Gui et la nomination d’Hildebrand, Womar assurant la continuité de la gestion quotidienne.
4.
Saint-Riquier
Saint-Riquier ne fit partie des terres d’Arnoul Ier que de 948 à 951366; il semble qu’Arnoul ait entrepris alors la »réforme« monastique d’une abbaye où les moines avaient été remplacés par des chanoines367. Le chroniqueur de l’abbaye, Hariulf, connaît encore de nonrun très saint homme appelé Gérard368 mais, au début du XIIe siècle, on ignore quand celui-ci a vécu369; il s’agit évidemment de Gérard de Brogne qui
à remarquer qu’au milieu du XIe siècle, un Wido de Stapsoul est attesté dans des documents de Florennes, peut-être est-ce un descendant de famille (ed. BERLIÈRE, Documents inédits, I, p. 14:1049). Voir aussi supra, n. 207.
360
Folcuin décrit, en effet, le strict déroulement chronologique des faits: la destitution de Wido (abbas Wido … abbatia fraudatus est) a lieu bien avant que lui-même n’entre à Saint-Bertin comme oblat, le 2 novembre 948. La nomination d’Hildebrand, successeur de Wido, se {hparvopost tempore, en 950 et il fut consacré par Wicfrid, évêque de Thérouanne, le 17 mars 950 (Gesta, CVII et CVIII; ed. HOLDER-EGGER, p. 629-630).
361
Gesta, CVII; ed. HOLDER-EGGER, p. 629: Womarus autem regimen monasticum sub regulari regebat districtione.
362
Sur l’oeuvre d’Hildebrand à Saint-Bertin puis à Saint-Vaast, voir par ex. DE MOREAU, Histoire de l’Eglise, II, p. 151-152; DE LAPLACE, Saint-Bertin, p. 111-113; SABBE, Deux points, p. 55; MISONNE, Gérard, col. 731.
363
Supra, n. 355.
364
SABBE, Deux points, p. 54-57 (avec les n. 1 et 2 de la p. 56); KRÛGER, Sithiu, p. 78-79.
365
Supra, n. 350.
366
LAPORTE, Gérard de Brogne, p. 157.
367
HARIULF, Chronicon Centulense; ed. LOT, p. 149.
368
HARIULF, Chronicon Centulense; ed. LOT, p. 140.
369
Voir, cependant, l’hypothèse de LAPORTE, Gérard de Brogne, p. 157: Hariulf aurait » voulu, pour des raisons d’amour-propre et d’indépendance locales, escamoter le rôle de Gérard*.
239
installa sur le siège abbatial de Centula/Saint-Riquier, un de ses disciples, Fouchery (Fulchericus)370. On ne sait exactement en quoi consista la restauration monastique de Saint-Riquier, en plus du rétablissement de l’observance bénédictine et de la nomina-tion d’un abbé régulier. De toute manière, le mouvement fut éphémère; lors de la reprise de Saint-Riquier par Hugues le Grand en 951371, Fouchery se maintint mais, à la mort de celui-ci (entre 965 et 970), Hugues Capet remit la main sur le monastère et ses biens372.
C’est de 951-952 aussi que date la mainmise, par Arnoul, des reliques de saint Riquier emmenées à Saint-Bertin373; un peu plus tard, à Saint-Valéry, Arnoul emporta les reliques de Valéry et les mit »à l’abri« à Saint-Bertin374.
5.
Saint-Amand
J’ai cité plus haut le passage décisif des Annales Elnonenses, qui fait état de la nomination, le 1er juin 952, de l’abbé Leudric375; cette nomination s’accompagne d’une restitution, présentée comme intégrale, du patrimoine de l’abbaye usurpé par le comte Arnoul376. L’intérêt de cette notice, de bon aloi, réside dans la présentation explicite de la nomination de Leudric comme l’oeuvre d’Arnoul377 et dans la présence, pour cette consécration abbatiale, des évêques de Cambrai et de Noyon et, surtout, des abbés Gérard (de Brogne et de Gand), Hildebrand (de Saint-Bertin) et Bernier (d’Hom-blières)378.
Leudric, moine local, était prévôt au moment de sa nomination. Quant à la communauté monastique, une tradition la fait venir de Saint-Denis379; mais était-il vraiment nécessaire de faire appel à un recrutement extérieur? L’abbaye de Saint-Amand était-elle vraiment à l’état de ruine ou, du moins, de communauté abandonnée, sans ressource? Il n’y a pas, je crois, de raison suffisante pour surestimer la »réforme« de Saint-Amand: on y a placé un abbé régulier, chargé de faire respecter une observance monastique et disposant, pour cela, d’un temporel suffisant. Avant la mort, en 968, du successeur de Leudric – lui-même décédé en 956 -, Saint-Amand fit retour au domaine royal380.
370
LAPORTE, Gérard de Brogne, p. 157-158; MISONNE, Gérard, col. 732. Sur Fouchery, J. LAPORTE, Etude chronologique sur les listes abbatiales de Saint-Riquier, dans: Revue Mabillon, XLIX, 1959, p. 101-136 (aux p. 113-114).
371
LAPORTE, Gérard de Brogne, p. 158. Je signale ici, au passage, que le respect, par Hugues le Grand, de l’abbé nommé par Gérard va dans le sens de l’hypothèse présentée ci-dessous (par ex., n. 388) sur les liens entre Gérard et les Robertiens.
372
LAPORTE, Gérard de Brogne, p. 158.
373
LAPORTE, Gérard de Brogne, p. 158.
374
LAPORTE, Gérard de Brogne, p. 158; supra, p. 264, n. 20 sur les reliques de saint Valéry à Florennes.
375
Supra, p. 215.
376
Annales Elnonenses, a° 952; ed. GRIERSON, p. 151: omnespossessiones ipsius abbatie ipsi (Arnulfus) restitua et insuper de suo multa contulit. Voir aussi PLATELLE, Temporel, p. 114-119; PLATELLE, Gérard de Brogne, p. 131-135; MISONNE, Gérard, col. 732-733.
377
Annales Elnonenses, a° 952; ed. GRIERSON, p. 151: quem Arnulfus comes ordinari fecit.
378
Annales Elnonenses, a° 952; ed. GRIERSON, p. 151 : convocatis episcopis Fulberto Cameracensi, Rodulfo Noviomensi et abbatibus Gerardo, Hildebrando, Bernero.
379
Gallia Christiana, IX (1751), col. 1076.
380
PLATELLE, Gérard de Brogne, p. 135-137; MISONNE, Gérard, col. 733. Sur l’abbatiat de Rathier à Saint-Amand, supra, p. 121.
240
A Saint-Amand donc, comme à Saint-Riquier, Gérard ne fut pas lui-même abbé. Il exerça cependant une surveillance permanente sur la bonne gestion du monastère; c’est ce que montre aussi la présence, sur une page destinée à un Liber memorialis de Saint-Amand, du paraphe et du monogramme de Gérard381.
6.
Saint-Rémi de Reims
L’oeuvre de Gérard, pour les abbayes qu’on vient d’envisager, malgré quelques incertitudes de détail, est bien située dans le temps. A Saint-Rémi de Reims au contraire (comme au monastère de Salles, traité ci-dessous), on n’a pas de repères chronologiques absolument sûrs. Dom Misonne propose 940-945; j’opterais plutôt pour une action vers 930-931.
Le second livre de YHistoria monasterii Mosomensis, écrite dans le second quart du XIe siècle382, rapporte les principaux événements de l’histoire du monastère de Mouzon, fondé en 971 par l’archevêque de Reims, Adalbéron; un ancien clerc Liétard (Letaldus)m y fut abbé de 971 à 997384. La nouvelle communauté monastique était composée notamment de moines venus d’une petite abbaye bénédictine, Tin-le-Moutier, qui dépendait de Saint-Rémi de Reims385. C’est incidemment, à propos de Tin, que YHistoria évoque le rôle de Gérard de Brogne: celui-ci dirigeait de nombreux monastères – dont celui de Saint-Rémi de Reims – lorsqu’il suggéra et obtint la sujétion de l’abbaye de Tin qui manquait de ressources, à Saint-Rémi de Reims386.
381
Hypothèse très vraisemblable de MISONNE, Metz, p. 505. Cette liste (ms. Valenciennes, Bibl. Municipale, n° 1038) contient les noms de membres, décédés et vivants, du chapitre épiscopal de Metz des années 934-941. Sous la liste des vivants, Gérard a paraphé AaAa; sous la liste des morts, Gérard a apposé son monogramme complet. La transmission de cette liste messine à Saint-Amand doit être datée d’avant 962; la présence du monogramme de Gérard permet de préciser la période à 952-953.
382
MISONNE, Saint-Rémy, p. 168, n. 4. Date communément admise: entre 1033 et 1046. Mises au point les plus récentes: M. PARISSE, La fondation de l’abbaye de Mouzon en 971, dans: R. H. A., VII, 1972, p. 11-22; BUR, Mouzon, p. 290 et passim. M. Bur achève une nouvelle édition de PHistoria monasterii Mosomensis.
383
C’est ce Liétard dont la Vita Gerardi, chap. X, fait le successeur de Gérard à l’abbatiat de Mouzon: Lietaldum … abbatem, huius viri Dei (= Gerardi) in coenobio Mosomensi successorem (ed. HEINEMANN, p. 661); c’est assurément une impossibilité chronologique puisque Gérard mourut avant la fondation de Mouzon. Si l’on tient à maintenir quelques créances aux allégations de l’hagiographe (ce qui ne semble pas, dans ce cas, être nécessaire; cfr. DE SMET, Vita Gerardi, p. 38-39), on fera de Liétard un contemporain de Gérard lorsque celui-ci se trouvait à Reims; les sources n’autorisent pas à y voir un disciple de saint Gérard (comme l’écrit encore POIRIER-COUTANSAIS, Reims, p. 304), puisque l’Historia monasterii Mosomensis précise qu’avant son abbatiat, Liétard était clerc. Autres hypothèses périmées sur Liétard, citées avec bibliographie par MISONNE, Saint-Rémy, p. 167-169 (avec la n. 3 de la p. 167, les n. 1, 2 et 4 de la p. 168 et la n. 4 de la p. 169) ou auparavant, par BERLIÈRE, Abbaye de Saint-Gérard, n. 1, p. 171 et p. 174 ainsi que par SABBE, Gérard de Brogne, p. 516.
384
MISONNE, Saint-Rémy, p. 168; MISONNE, Gérard, col. 733.
385
Sur les circonstances de cette dépendance, PARISSE, Mouzon, p. 14 et n. 18; MISONNE, Saint-Rémy, p. 169 et le texte cité ci-dessous n. 386. On peut rejeter l’hypothèse de F. LOT, Derniers carolingiens, p. 63, reprise par POIRIER-COUTANSAIS, Reims, p. 304, selon laquelle la fondation de Yabbatiola de Tin aurait été inspirée par Gérard à la fin de sa vie. Interprétation plus prudente: PARISSE, Mouzon, p. 14 et 20-21.
386
Historia, II ; ed. WATTENBACH, p. 610: Hune (se. loculum Tinensem) ergo, per consilium domni Gerardi abbatis, viri vitae venerabilis, qui tune temporis pro merito sui nominis et religiosae conversationis pluribus in Francia preerat monachorum cenobiis, inter quae et monasterii santi Remigii curam agebat;
241
Ce récit d’une importance capitale est le seul qui fasse état d’une gestion de Saint-Rémi par Gérard: monasterii sancti Remigii curam agebat. Dom Misonne a tenté de préciser la date de cette cura et aboutit à la conclusion que la seule période qui puisse convenir est la seconde partie de l’archiépiscopat d’Hugues, fils d’Herbert de Vermandois (c. 940-945)387, tout en ne rejetant pas catégoriquement les années 931-940, sous l’épiscopat d’Artaud, fidèle du roi Raoul388. Gérard a dû conserver des relations favorables avec Saint-Rémi puisque, selon toute apparence, c’est sous son influence que le comte Arnoul procédera en 949 à une donation en faveur de ce monastère389. En tout état de cause, Gérard ne fut pas abbé de Saint-Rémi puisque, depuis l’archevêque Tilpin (773-822), cette dignité abbatiale fut rattachée à l’archevê-ché de Reims; il revenait au prévôt (»qui, tout en ayant certains pouvoirs d’un abbé, n’en avait ni le titre, ni les honneurs«)390 de diriger l’abbaye et c’est indiscutablement à cette cura que fut nommé Gérard391.
7.
Salles
Un récit hagiographique du début du XIIe siècle fait état de reliques des saints Innocents, acquises par Gérard de Brogne au monastère de Salles392. Il semble vraisemblable que l’hagiographe disposait d’un authentique de reliques, peut-être delà main de Gérard, en tout cas contemporain des événements393.
Un bref passage du récit de l’Invention des saints Innocents de 1116 place, dans la bouche d’un des Innocents, l’histoire suivante: les corps des Innocents reposaient au monastère Notre-Dame de Salles (Aulas) en Thiérache, au pays de Chimay. Gérard de Brogne tâcha de rétablir la discipline monastique alors déficiente à Salles mais, averti
hune eundem, inquam, locum sancto Remigio ut subiectum haberet aeprocurando servaret, fideli voto tradiderunt (texte aussi reproduit par MISONNE, Saint-Rémy, p. 169).
387
MISONNE, Saint-Rémy, p. 173-175 (et MISONNE, Gérard, col. 733) qui explique la présence de Gérard à Reims par les liens familiaux entre Arnoul de Flandre et la famille de Vermandois, mais la chronologie de sa démonstration ne semble pas convaincante.
388
MISONNE (Saint-Rémy, p. 173) ne croit guère à l’épiscopat d’Artaud, parce que »il ne semble pas qu’Artaud ait marqué un intérêt particulier pour la réforme monastique*. On peut retourner l’argument et estimer qu’à Artaud, créature du roi Raoul, celui-ci avait souhaité adjoindre un abbé qu’il estimait, en vue de résoudre certains problèmes de discipline monastique; si les rapports de Raoul avec Gérard ne sont pas établis, il n’en est pas de même des liens entre Gérard et le beau-père de Raoul (le roi Robert Ier, suzerain de Sanction), le beau-frère de Raoul (Hugues le Grand, abbé de Saint-Denis et de Saint-Martin de Tours en 923) et le frère de Raoul (Boson, qualifié abusivement de nobilissimus comitum par les Virtutes Eugenii). Or la nomination d’Artaud eut lieu en 931, après le siège de Reims par Raoul, Hugues et Boson; voir FLODOARD, Annales, sub 931 (ed. LAUER, p. 51); je serais donc plutôt enclin à voir dans la cura de Gérard à Reims, une manifestation supplémentaire des liens entre Gérard et les Robertiens.
389
LAPORTE, Gérard de Brogne, p. 154.
390
MISONNE, Saint-Rémy, p. 171.
391
L’Historia monasterii Mosomensis parle en effet de cura et non dyabbatia.
392
MISONNE, Saints Innocents, p. 300-303 (et, pour un passage, MISONNE, Autel portatif, p. 50); le titre du récit portait quomodo sancti Innocentes apud Bronium revelati sunt. Sur cette question, on verra éventuellement J. LECOMTE, Et si saint Gérard avait bel et bien rapporté en son abbaye de Brogne des reliques du monastère primitif de Chimay, dans: Au pays des Rièzes et des Sans, n° 48, 1971, p. 651-660. Cfr. supra, p. 145-146 et 218.
393
MISONNE, Salles, p. 264-265; MISONNE, Reliques, p. 7; MISONNE, Gérard, col. 734.
242
de la prochaine subversio de Tabbaye, Gérard abandonna sa tentative et emporta à Brogne les reliques394.
Dom Misonne a proposé de mettre en relation le transfert à Chimay des reliques de Monégonde qui se trouvaient à Salles395 et le transfert vers Brogne des reliques des Innocents; la raison de l’abandon de Salles devrait être trouvée dans les invasions hongroises de 954396. La brève action de Gérard à Salles daterait donc du retour de Gérard à Brogne, en 953-954397. Même si on ne peut plus retenir tous les arguments proposés par dom Misonne, une date tardive semble seule convenir pour la ^réforme* avortée de Salles, probablement entre 953 et 959398.
8.
L’influence de la »réforme* de Gérard dans la seconde moitié du Xe siècle
a. Saint Wandrille
L’âpre polémique qui opposa les abbayes de Fontenelle/Saint-Wandrille et de Saint-Pierre-au-Mont-Blandin sur la possession des corps de saint Vulfram3″, est notam-ment alimentée par deux textes: le sermo de adventu des reliques des saints Wandrille, Ansbert et Vulfram400 et Y inventio et miracula sancti Vulfranni401. Ce dernier écrit hagiographique peut être daté d’entre 1074 et 1087402. Sans entrer ici dans le débat sur l’authenticité des reliques revendiquées par les deux abbayes, il faut relever que les chapitres IX à XII concernent l’action de saint Gérard à Saint-Wandrille: les tentatives infructueuses de Gérard pour récupérer un bien de Fontenelle dans le Beauvaisis puis pour réinstaller à Saint-Wandrille l’ancienne communauté monastique; les chapitres XII et suivants rapportent la restauration de Fontenelle par Mainard, disciple de Gérard.
Sans dissimuler certaines invraisemblances d’un récit tardif, on peut cependant en retenir des éléments positifs sur le sens de l’action de Gérard comme abbé de Saint-Pierre de Gand et sur le rôle des reliques comme moyen de pression. Vinventio de saint Vulfram montre en effet Gérard emporter le corps de saint Wandrille et tâcher d’obtenir par cette présence insigne et, à l’occasion, dangereuse403, la restitution de
394
Ed. MISONNE, Saints Innocents, p. 301 et Salles, p. 264. Sur Salles, voir supra, p. 145-146.
395
MISONNE, Salles, p. 267-268.
396
MISONNE, Salles, p. 268-269.
397
MISONNE, Salles, p. 268; MISONNE, Gérard. En fait, dom Misonne place la restauration de Salles sous Pinfluence de Gislebert, c’est-à-dire vers 930-931 (Salles, p. 269), mais dans la totalité de son article sur Salles et dans celui sur les saints Innocents, il donne tous les éléments qui permettent de placer l’action de Gérard à Salles après son retour à Brogne en 953.
398
Sur Chimay, voir supra, p. 145-146.
399
HUYGHEBAERT, Vulfram, p. 180-194.
400
Supra, p. 219.
401
Ed. J. LAPORTE, Inventio et miracula sancti Vulfranni. Rouen, 1938. Voir surtout LAPORTE, GÉRARD DE BROGNE.
402
LAPORTE, Inventio, p. 6; MISONNE, Gérard, col. 735. On a parfois proposé la date de »vers 1050-1060« (HUYGHEBAERT, Vulfram, p. 181 et n. 1).
403
Inventio Vulfranni, X; ed. LAPORTE, p. 22-23: saint Wandrille frappe à mort un seigneur qui avait refusé de céder à Gérard. Sur ce passage, LAPORTE, Gérard de Brogne, p. 154.
243
biens qui avaient appartenu à la communauté de Fontenelle et qui, en droit médiéval, appartenaient au saint protecteur de celle-ci, dont Gérard détenait les reliques depuis 944404. U inventio ne cite aucun résultat de cette action; on peut donc légitimement penser à un échec, au moins partiel. Un autre chapitre du récit évoque l’arrivée de Gérard à Rouen, sans les reliques de Wandrille mais avec les chartes et les titres de propriété de l’ancienne abbaye de Fontenelle. Preuves à l’appui Gérard demanda au duc de Normandie Richard II, encore très jeune, et aux fidèles de celui-ci, de rendre à Tabbaye les biens qu’elle avait possédés. Le refus des Normands fut catégorique; Gérard rentra à Gand avec le corps de Wandrille405. Ces événements doivent probablement être placés en 950-951, lors de la campagne d’Arnoul entre Somme et Sèvre406.
On a par ailleurs vu que Womar, abbé de Saint-Pierre de Gand, nommé par Gérard en 953, était supérieur de la congregatio de Saint-Wandrille, congregatio créée par Gérard en vue de la restauration de Tabbaye normande407. La réinstallation des moines à Fontenelle fut l’oeuvre de Mainard, qui obtint un appui logistique à Gand et qui, en fait, récupéra les livres de Saint-Wandrille détenus par Tabbaye Saint-Pierre et la congregatio Wandregisili.
De façon indirecte, c’est de saint Wandrille qu’on trouve, à Brogne, le plus d’éléments, notamment des reliques insignes emportées par Gérard (dont le chef, un bras et les doigts du saint)408 et le texte d’une maledictio monastique, dont le seul manuscrit indépendant de Saint-Wandrille est, précisément, un lectionnaire de Brogne409. N’est-il pas significatif que les Virtutes de saint Eugène de Brogne, à la fin du Xe siècle, commencent par une généalogie où Wandrille joue un rôle majeur?410
b. Autres exemples
La restauration du Mont-Saint-Michel doit, elle aussi, être placée dans l’orbite des disciples de Gérard: elle est due, en 966, au duc de Normandie, Richard II, et à l’abbé de Saint-Wandrille (après la restauration de ce monastère) Mainard411. A Mainard s’étaient joints son neveu et homonyme, Mainard, et un groupe de moines venus de
404
Inventio Vulfranni, IX et X; ed. LAPORTE, p. 22: Gandensis coenobii abbas Girardus nomine sumpto sancti Wandregisili precioso corpore, usque inpago Beluacensem venir e maturavit. Voir aussi LAPORTE, Gérard de Brogne, p. 154.
405
Inventio Vulfranni, XI; ed. LAPORTE, p. 23-24. Cfr. aussi LAPORTE, Gérard de Brogne, p. 155-157.
406
LAPORTE
, Gérard de Brogne, p. 157; MISONNE, Gérard, col. 734-735.
407
Supra, p. 237. A replacer dans le contexte normand: L.MUSSET, Monachisme d’époque franque et monachisme d’époque ducale en Normandie: le problème de la continuité, dans: Aspects du monachisme, p. 55-74, aux p. 56-58.
408
Voir, en plus de MISONNE, Reliques, p. 15-21, d’excellentes remarques de LAPORTE, Gérard de Brogne, p. 158-159.
409
Namur, Grand Séminaire, 44, f° 198 v°; ed. DEVROEY, Brogne, p. 225-226. Sur la malédiction de Saint-Wandrille, K. LITTLE, Formules monastiques de malédiction aux IXe et Xe siècles, dans: Revue Mabillon, LVIII, 1975, p. 377-399 (ed. du texte, p. 390-399); et, sur les malédictions monastiques en général, K. LITTLE, La morphologie des malédictions monastiques, dans: Annales E. S. C., XXXIV, 1979, p. 43-59.
410
Virtutes, I; ed. MISONNE, p. 259, avec la remarque des 1. 10-11. Comparer avec CAROZZI, Dagobert, p. 253-258 et passim.
411
Voir LAPORTE, Inventio, p. 28 et LAPORTE, Gérard de Brogne, p. 165. Sur Mainard, voir aussi la remarque de HUYGHEBAERT, Radbod, p. 26, n. 1.
244
Saint-Bavon de Gand412. La »réforme« de Saint-Ouen de Rouen se rattache au mouvement de Mainard – qui ne fut cependant pas abbé de Saint-Ouen413.
Le mouvement de Gérard eut également des répercussions jusqu’en Angleterre où Dunstan de Canterbury, exilé à Saint-Pierre de Gand de 955 à 957, l’a fait connaître. Des moines gantois assistèrent au fameux concile de Winchester (970) où l’on consigna les différentes coutumes monastiques et quelques usages »gérardiens« dans la Régula-ris concordia414.
9.
Synthèse: la »réforme« de Gérard de Brogne. Caractères généraux
Gérard de Brogne était à la fois seigneur temporel et homme de religion; ces deux facettes de sa personnalité font l’originalité de son oeuvre » réformatrice «. Dépourvu de scrupules415, habile en affaires416 et bien introduit dans les milieux princiers de l’époque417, Gérard avait sûrement un ascendant personnel et une volonté peu communs. Ses convictions religieuses rigoureuses – celles d’un laïc converti par foi -l’ont poussé à oeuvrer pour une restauration de la vie monastique bénédictine de stricte observance: c’est cette orientation qu’il donna à son abbaye de Brogne418 et qui explique le succès de ses démarches à Saint-Denis et à Saint-Martin de Tours. Les demandes d’aide vont affluer; le roi Raoul, ou son entourage, lui confie un poste-clé à Saint-Rémi de Reims dès 931-932419; le duc Gislebert fait appel à son influence pour rétablir la règle bénédictine à l’abbaye de Saint-Ghislain, probablement aussi vers 931420; une maladie permet à Arnoul, comte de Flandre, d’entrer en 941 en contact avec Gérard, dont les préoccupations, dans ce domaine, étaient parallèles aux siennes421. Les rapports entre Arnoul et Gérard durent être cordiaux, et leur entente profonde sans quoi le comte de Flandre n’aurait pas invité Gérard à prendre en main
412
MISONNE, Gérard, col. 735, qui s’appuie sur l’obituaire du Mont-Saint-Michel (ed. J. LAPORTE, Les obituaires du Mont-Saint-Michel, dans: Millénaire monastique du Mont-Saint-Michel, I: Histoire et vie monastique. Paris, 1967, p. 725-741, aux p. 727-729).
413
MISONNE, Gérard, col. 735; LEMARIGNIER, Privilèges d’exemption, p. 28, n. 8.
414
Voir surtout MISONNE, Gérard, col. 735-736; Th. SYMONS, Regularis Concordia, dans: Tenth Century Studies. Londres, 1975, p. 37-59, et H. DAUPHIN, Le renouveau monastique en Angleterre au XIe siècle et ses rapports avec la réforme de saint Gérard de Brogne, dans: Gérard de Brogne, p. 177-196. Eric John a, quant à lui, insisté sur le rôle fondamental d’Aethelwold dans le mouvement réformateur: E.JOHN, The King and the Monks in the Tenth-Century Reformation, dans: Bulletin of the John Ryland Library, XLII, 1959, p. 61-87; et résumé: The Sources of the English Monastic Reformation. A comment, dans: Gérard de Brogne, p. 197-203.
415
Voir, par exemple la façon dont il s’empare des reliques de saint Vulmer ou de celles de saint Wandrille.
416
Voir, notamment, la façon dont il ramène à Gand les reliques de Fontenelle; récit imagé de LAPORTE, Gérard de Brogne, p. 152-153.
417
Qu’il suffise de rappeler ici que sa carrière est placée, toute entière, au service des princes: les Robertiens d’abord, le duc Gislebert ensuite, le comte Arnoul enfin.
418
Comme je crois l’avoir démontré (supra, p. 229), les premiers religieux de Brogne ne sont pas des bénédictins réunis dans un monastère régulier; il ne fait cependant aucun doute que l’intention de Gérard, affichée dès le début, était bien d’établir une abbaye bénédictine suivant rigoureusement la Régula Benedicti.
419
C’est du moins l’hypotèse que j’ai présentée supra, n. 388.
420
Sur cette date, supra, p. 231.
421
Sur la réforme d’Arnoul et le rôle de Transmar, l’article fondamental est celui d’HoDÛM, Arnoul (à lire dans la version française, revue et complétée par dom N. HUYGHEBAERT).
245
une réforme qu’en tant qu’abbé laïc des grandes abbayes de Flandre, il eût pu mener seul. En 941, Gérard est nommé abbé du Mont-Blandin; en 944, Arnoul lui confie la direction et la restauration de Saint-Bertin et, en cette même année, les deux complices enlèvent manu militari les reliques de Fontenelle qui reposaient à Boulogne et, au passage, y ajoutent celles de saint Vulmer. En 945-946, Gérard place des hommes dont il est sûr à la direction effective de Saint-Bertin et, un peu plus tard, y impose son neveu comme abbé; devant l’échec de cette tentative, il accepte la nomination d’un abbé conquis à ses idées ^réformatrices*, le propre neveu du comte Arnoul. Il participe à la restauration de l’abbaye de Saint-Bavon où il fera nommer comme abbé, son neveu -celui-là même qui échoua à Saint-Bertin. Il mène quelques tentatives pour récupérer les biens du monastère de Fontenelle422, marque de son emprise la nomination en 952 du nouvel abbé de Saint-Amand, Leudric, et prépare sa succession à Saint-Pierre de Gand où sera nommé abbé Womar, un de ses fidèles disciples, qu’il avait déjà expérimenté à Saint-Bertin. Pendant quelques années, entre 949 et 951, il tentera de réformer Saint-Riquier423. Quand, en 953, il rentre à Brogne, il laisse les abbayes du comté de Flandre aux mains de ses disciples: Womar à Saint-Pierre et, bientôt, à Saint-Bavon; Hildebrand à Saint-Vaast puis à Saint-Bertin; Fouchery à Saint-Riquier; Leudric à Saint-Amand; et, en Normandie, Mainard à Saint-Wandrille, au Mont-Saint-Michel et à Saint-Ouen de Rouen424. C’est probablement après 953 que Gérard tenta – mais en vain – de restaurer la vie bénédictine à Salles près de Chimay425.
Si l’on veut, de façon synthétique, présenter les caractères généraux de la »réforme« ou de l’oeuvre »réformatrice« de Gérard, on insistera d’abord sur le caractère peu novateur d’un mouvement qui n’est en rien dû au dynamisme de toute une communauté monastique (Brogne n’est pas Gorze ou Metz), mais bien au zèle personnel de Gérard (ce qui explique son caractère restreint et éphémère): le mouvement monastique lié à Gérard eut d’ailleurs toujours des proportions modestes et ne s’appuie jamais sur des fondations neuves. Gérard est l’homme de YEigenkir-che426; son but n’est pas d’affranchir une communauté du pouvoir princier ou seigneurial. Tout au contraire même, pour lui, la meilleure garantie de réussite d’une vie bénédictine fidèle à la Règle est la participation du prince; il ne s’agit plus d’un abbé laïc – comme à Saint-Denis, Saint-Martin de Tours ou Saint-Germain-des-Prés, où l’abbatiat était détenu par les Robertiens – mais d’un abbé régulier, dont l’élection, théoriquement libre, est soumise au contrôle princier; dans de nombreux cas même, on assiste à des nominations imposées de l’extérieur, par Gérard ou par Arnoul de Flandre.
Comme l’a bien montré dom Misonne, les principes d’action de Gérard427 sont triples :
422
LAPORTE, Gérard de Brogne, p. 155-156; et supra, p. 243-244.
423
LAPORTE, Gérard de Brogne, p. 157-159.
424
LAPORTE, Gérard de Brogne, p. 162-165.
425
Plutôt que de rapprocher cette réforme avortée de la réforme réussie de Saint-Ghislain et de la placer dans le sillage de Gislebert (MISONNE, Salles, p. 269), je crois préférable de la placer à la fin de la vie de Gérard (beati senis Gerardi prudentia; cfr. ed. MISONNE, Saints Innocents p. 301).
426
Voir quelques judicieuses réflexions, assorties de parallèles vigoureux dans HUYGHEBAERT, Moines, p.262.
427
MISONNE, Gérard, col. 736-737 (je dois, dans cette conclusion, beaucoup à la synthèse particulière-ment réussie de dom Misonne); MISONNE, Brogne, col. 709.
246

assure
r l’infrastructure matérielle de l’abbaye : c’est-à-dire susciter les restitutions de terres et favoriser des extensions du temporel; procéder à des travaux de (recon-struction et de réparation428;

nomme
r un abbé régulier. Parfois Gérard assurait lui-même cette fonction, comme abbé ou abbé provisoire; parfois il faisait nommer un collaborateur zélé et dévoué429;

établi
r la règle bénédictine comme norme de la vie communautaire (on regrettera de n’avoir conservé aucun coutumier de monastère soumis, directement ou non, à Gérard).
L’action de Gérard se place donc dans un contexte princier; jamais Gérard n’a eu l’idée de fédérer des abbayes ou de faire de Brogne, un chef d’ordre430. Chaque abbaye »réformée« est un cas d’espèce, pour lequel, toujours, il dispose de l’appui du duc ou comte local. Par voie de conséquence, Gérard s’est montré accueillant vis-à-vis des moines venus d’abbayes appartenant à d’autres mouvements de »réforme«; il n’a pas recherché les abbés ou les moines de Cluny ou de Gorze, mais il les a utilisés quand cela se présentait.
En définitive, le mot »réforme« employé pour caractériser l’action de Gérard semble abusif, surtout comparé aux véritables réformes que sont les mouvements de Gorze, de Metz ou de Cluny. On parlera plus volontiers de restauration ou de restructuration monastique .
D. BROGNE AU Xe ET AU DÉBUT DU XIe SIÈCLE
1.
Fin de Vabbatiat de Gérard et invasions hongroises (953-959)
Gérard rentra à Brogne en 953, date à laquelle ses successeurs sont attestés à Saint-Pierre et à Saint-Bavon de Gand432. Jusqu’à sa mort, à Brogne, le 3 octobre 95943\ on ne connaît aucun fait saillant de son abbatiat. Tout au plus peut-on rattacher à la période 953-959, une tentative de réforme à Salles près de Chimay434 et peut-être aussi l’acquisition, à Crespin, d’une relique de Landelin435.
428
N. HUYGHEBAERT, Le comte Baudouin II de Flandre et le »custos« de Steneland. A propos d’un faux précepte de Charles le Chauve pour Saint-Bertin (866), dans: Revue Bénédictine, LXIX, 1959, p. 49-67. Le problème majeur est, bien sûr, le sort de la mense de l’abbé laïc, parfois partiellement restituée.
429
Les deux tentatives de Gérard pour imposer son neveu Wido/Gui (à Saint-Bertin puis à Saint-Bavon) sont l’expression d’un népotisme qu’on retrouve aussi chez les seigneurs médiévaux. Cfr. supra, p. 238-239.
430
BAIX, Brogne, col. 818; ROUSSEAU, Brogne, p. 348-349.
431
A cet égard, les articles de dom N. Huyghebaert (Moine) et de dom Misonne (Restauration) sont tout à fait convaincants de l’existence de parallélismes fondamentaux entre les divers mouvements »réforma-teurs« du Xe siècle et la restauration bénédictine de la seconde moitié du XIXe siècle.
432
Supra, p. 237.
433
Date donnée par la Vita Gerardi, XXII; ed. HEINEMANN, p. 673:praenitet octobris quando lux tertia mensis, anno ab incarnatione Domini 959, indictione 2, concurrente 5, epacta 20, feria 2. C’est par distraction que dom Huyghebaert a placé la mort de Gérard en 960 (Translation, p. XLII et CX).
434 Supra, p. 242-243.
435
MISONNE, Landelin, p. 77-78. Cfr. aussi p. 93, n. 15 et p. 217.
247
A l’occasion des invasions hongroises de 954, quelques éléments supplémentaires sont précisés par nos rares sources.
Le chapitre XXXIV des Virtutes Eugenii est, on s’en souviendra, un chapitre additionnel, ajouté à l’extrême fin du Xe siècle ou au tout début du siècle suivant, au texte rédigé à la fin du Xe siècle436. On y trouve mention d’un transfert des reliques d’Eugène dans l’église Saint-Hilaire de Namur, à l’invitation du comte Bérenger (lire Robert): il s’agissait de les protéger des invasions hongroises de 954437. On a parfois douté du bien-fondé de ce chapitre et on y a vu »un cliché employé par un auteur en quête de faits merveilleux illustrant les mérites de son saint patron et cherchant une explication au déplacement de ses reliques«438; c’est là une attitude trop critique. Les Hongrois sévissaient en 954 dans la vallée de la Meuse et de la Sambre; qu’on se rappelle leurs méfaits à Lobbes. Il semble dès lors possible que la crainte de ces Hongrois (timor Hungrorum)439 ait suscité des déplacements des reliques les plus importantes, comme celles de Feuillen abritées à Frêne sous Lustin440 ou celles d’Eugène à Namur, ou des dissimulations de reliques, comme celles des saints Innocents à Brogne441. Par contre, il est abusif d’expliquer la disparition d’abbayes voisines de Brogne par l’action des Hongrois442. On peut, au passage, remarquer qu’en 954, Gérard était de retour à Brogne et que son action peut expliquer la sollicitude du successeur de Bérenger, le comte Robert.
2.
Brogne
dans la seconde moitié du Xe siècle et au début du XIe siècle
Après la mort de saint Gérard en 959, l’abbaye de Brogne semble perdre toute importance. Son histoire dans la seconde moitié du Xe siècle et la première moitié du XIe siècle est mal connue; ni chronique de Saint-Gérard, ni Gesta abbatum, ni nombreux documents de la pratique. En effet, les quelques chartes qui nous sont parvenues pour la période entre la fondation de l’abbaye et les années 1050 sont
436
Virtutes Eugenii, XXXIV; ed. MISONNE, p. 279 (texte cité supra, n. 75). Rappelons aussi que pour SABBE, Gérard de Brogne, p. 501, ce chap. XXXIV fait partie intégrante des Virtutes.
437
II s’agit bien des invasions de 954 et non celles de 937, comme l’ont affirmé divers auteurs (bibliographie dans D’HAENENS, Hongrois, n. 37, p. 426); voir aussi MISONNE, Salles, p. 268 et n. 18. Par contre, la mention de Bérenger comme comte de Namur est erronée: en 946, au plus tard, le comte était Robert (cfr. charte, ed. DESPY, Waulsort, p. 324-325, n° 2): l’hagiographe qui connaissait les bonnes relations entre Gérard et Bérenger, s’est ici laissé prendre au piège de l’anachronisme. Voir déjà, supra, n. 75.
438
D’HAENENS, Hongrois, p. 426.
439
Les Virtutes ne parlent en effet pas de destruction, mais seulement d’une mesure de précaution face aux menaces hongroises.
440
HILLIN, Miracula, III, 26-28; ed. DE BUCK, p. 428-429. Cfr. supra, p. 82-83.
441
Telle est la judicieuse hypothèse de dom MISONNE, Saints Innocents, p. 294-295. Ces reliques, retrouvées en 1116, avaient été enterrées dans l’église de Brogne avec un authentique de la main de Gérard (?); ce que l’Inventio du XIIe siècle attribue (probablement sur la base de cet authentique disparu) à la prudence (prudentia) de Gérard, alors fort âgé (senis). Ces données s’accordent parfaitement avec les invasions de 954. Sur ceci, supra, p. 218 et 242-243 (n. 397).
442
MISONNE, Salles, p. 268 suggère une destruction du monastère de Salles par les Hongrois, accompagnée d’un transfert des reliques de sainte Monégonde à Chimay. Tout élément manque en ce sens d’autant plus que les sources soulignent l’état de délabrement du monastère qui a pu disparaître »naturelle-rnent*.
248
presque toutes falsifiées ou, parfois même, sont des faux intégraux. Entre l’acte falsifié de 932 – dont il a été question plus haut443 – et un acte d’Otton III de 986444, l’existence d’une seule charte est assurée: une charte privée de donation, datée de 944, mais elle semble perdue depuis la fin du XVIIIe siècle445. Entre 986 et 1051446, on ne dispose que d’un seul acte (encore est-il fortement falsifié)447 et de quelques pièces relatives au temporel de l’abbaye dans la première moitié du XIe siècle448. A ces textes de la pratique, on ajoutera les Miracula et les Virtutes de saint Eugène, respectivement composés vers 980 et vers l’an mil449.
Pourtant, le scriptorium et l’école abbatiale de Brogne ont atteint un niveau très appréciable, comme l’attestent quelques manuscrits conservés du XIe siècle450 et un
443
Ed. SICKEL, MGH DD, I, p. 77-79, D HI 43, cfr. supra, p. 211-212.
444
Infra, n. 463.
445
II s’agit d’une donation par Waldrade, de biens situés à Bonchin (Ermeton-Maredret); voir DEL MARMOL, Brogne, p. 254 et DEVROEY, Brogne, p. 219, n. 43.
446
Ed. BRESSLAU-KEHR, MGH DD, V, p. 356-357, DH III, 268: acte capital par lequel l’empereur Henri III accorde à l’abbaye de Brogne les droits de marché, de tonlieu et de districtum tous les mercredis et pendant les trois jours de la dédicace de l’église abbatiale. Sur ce diplôme, voir aussi ROUSSEAU, Brogne, p. 353-354.
447
Infra, n. 464.
448
Ed. DEVROEY, Brogne, p. 217-220; il s’agit de documents conservés dans le ms. Namur, Grand Séminaire, 44, f° lr°: une description des tenures de l’abbaye à Romerée; la relation d’un conflit où intervient Arnoul Ier de Florennes (voir déjà GENICOT, Sainteurs et alleutiers, p. 117-123), deux listes de revenus et de cens perçus par l’abbaye. On possède quelques documents de la pratique pour la seconde moitié du XIe siècle: ed. DEVROEY, Brogne, p. 221-225; ed. LAHAYE, Brogne, p. 664-670 et ed. DEL MARMOL, Brogne, p. 428.
449
MISONNE, Miracles, p. 239-240 et 242-243.
450
En plus du ms. 1820-1827 de la Bibliothèque Royale de Bruxelles qui comprend notamment un corpus de textes hagiographiques sur saint Eugène (fin Xe siècle ou début du XIe: cfr. MISONNE, Manuscrit et Miracles, p. 252-253; cfr. supra, p. 198) et des fragments d’évangéliaire de la 2e moitié du VIIe siècle ou du début du VIIIe (Namur, Grand Séminaire, 42; cfr. FAIDER, Namur, p. 468-469 et LOWE, C.L.A., X, p. 36, n° 1561 et supra, p. 198); on notera successivement un missel-sacramentaire du Xe siècle (feuillets de garde; Namur, Grand Séminaire, 49; cfr. FAIDER, Namur, p. 489 et MISONNE, Manuscrit, p. 314 et n. 4) et un homéliaire du Xe siècle (feuillet de garde; Namur, Grand Séminaire, 43; cfr. MISONNE, Manuscrit p. 3-4, n. 3, qui corrige la date XIe-XIIe donnée par FAIDER, Namur, p. 472), un célèbre évangéliaire du XIe siècle (Namur, Grand Séminaire, 43; cfr. FAIDER, Namur, p. 469-472; J. LADMIRANT, Un évangéliaire du XIe siècle conservé au Grand Séminaire de Namur, dans: A. S. A. N., XLI, 1934, p. 29-42; D. MISONNE, dans: Benedictus, II, p. 106-107, n° 170; Abbaye de Saint-Gérard, n° 9; Rhin-Meuse, n° E 17), un lectionnaire du XIe siècle (Namur, Grand Séminaire, 44; FAIDER, Namur, p. 473-476; D. MISONNE, dans Benedictus, II, p. 84-85; Abbaye de Saint-Gérard, cat. 10; voir aussi supra, n. 448) et un lectionnaire-passionnaire (légendier) du XP-XIP siècle (Namur, Grand Séminaire, 45; FAIDER, Namur, p. 476-484; Abbaye de Saint-Gérard, cat. 11; MISONNE, Manuscrit, p. 314; MISONNE, Miracles, p. 253-254; D.MISONNE, dans: Benedictus, II, p. 105-106, n° 168). Quant à l’obituaire de Brogne, il date, dans son état actuel (ed. BARBIER, Obituaire), du XIIIe siècle avec additions postérieures, mais il remonte assurément à un obituaire commencé dès les origines de l’abbaye (Namur, Grand Séminaire, 48; Namur, p. 486-488; Abbaye de Saint-Gérard, cat. 13; D. MISONNE, dans: Benedictus, II, p. 85, n° 149; dom D. Misonne en prépare une nouvelle édition). On notera, toujours à propos du scriptorium de Brogne, l’hypothèse de Fr. Masai (Manuscrits à peinture, p. 172 et n. 14), selon qui un lectionnaire du XIIe siècle conservé en Hongrie, à la cathédrale d’Esztergom (ms III. 180) pourrait provenir de Brogne ou, en tout cas, de la région mosane. Sur le scriptorium de Brogne, voir aussi BAIX, Brogne, col. 823-826.
249
titulus du rouleau mortuaire de Guifred de Cerdagne en 1050451. C’est cette indiscutable compétence intellectuelle qui permettra, dans le troisième quart du XIe siècle, la rédaction d’une cascade de falsifications aboutissant au faux majeur qu’est la bulle pontificale d’Etienne VII452 et au remarquable récit de propagande que constitue la Vita Gerardi (1074-1075), texte de mauvaise foi habillé en de somptueuses formes453. C’est par ailleurs, cette Vita Gerardi qui permettra – mais en 1131 seulement454 — la canonisation de saint Gérard, dont on avait oublié à Brogne, déjà à la fin du Xe siècle, l’oeuvre ^réformatrice*455. Parmi les falsifications d’actes, la plupart sont centrées sur l’indépendance de l’abbaye ou l’avouerie; avant la Vita Gerardi sont ainsi successivement traités456 l’acte vrai de 992, la fausse bulle d’Etienne VII, les actes vrais de 932 et de 921457. Les interpolations des actes de 884 et de 919 ressortissent à d’autres mobiles458.
Des lacunes documentaires de l’histoire de Brogne résulte notamment la très mauvaise qualité des séries abbatum dressées par les érudits modernes, voire par les
451
Ed. DELISLE, Rouleaux des morts, p. 107, titulus n. 119 (voir infra, p. 253 et n. 478): excellente qualité littéraire du titulus, à mettre en rapport avec la composition de la bibliothèque de Brogne, riche en auteurs classiques: CH. WILMET, La bibliothèque de l’abbaye de Saint-Gérard au XIIe siècle, dans: A.S.A.N., IX, 1865-1866, p. 340-349.
452
Ed. DEL MARMOL, Brogne, p. 420-422, voir St. BORMANS, Une fausse bulle du pape Etienne VIII, dans: Bulletin de l’Académie Royale des Sciences, des Lettres et des Beaux-Arts de Belgique, XLVIII, 1879, p. 271-296; en dernier lieu, DE SMET, Vita Gerardi, p. 6-17 et passim, ZIMMERMANN, Papstregesten, p. 38, n. 97.
453
Voir l’étude définitive de DE SMET, Vita Gerardi.
454
D’après dom Misonne, la Vita Gerardi aurait été écrite, en 1074-1075, pour obtenir la canonisation de Gérard puis aurait été quelque peu modifiée lors de la seconde tentative, celle qui a abouti à la canonisation de 1131: cette ingénieuse hypothèse de travail – qu’il faudrait maintenant creuser et vérifier – permettrait, seule, d’expliquer un certain nombre de variantes du texte de la Vita Gerardi qui aurait connu deux éditions (1074-1075 et 1131). La canonisation de 1131 nous est connue par une charte épiscopale d’Alexandre de Juliers (ed. DEL MARMOL, Brogne, p. 430-434, n° IX); sur celle-ci, CLOSON, Alexandre de Juliers, p. 426-429 et regeste n° 20 (p. 454-455); F. ROUSSEAU, dans: Abbaye de Saint-Gérard, n°2; ROUSSEAU, Brogne, p. 351-352, 354, 361 et 365-368; GANSHOF, Brogne, p. 225, n. 2 (ces deux auteurs penchent pour une rédaction à Brogne même); D. MISONNE, dans: Benedictus, II, p. 105, n° 167. Sur la canonisation même, voir l’intéressante étude de D. S. COUNESON, La canonisation de saint Gérard de Brogne en 1131, dans: Revue Liturgique et Monastique, XVI, 1930-31, p. 298-302; étude qu’il faudrait reprendre et approfondir, notamment après la lecture de la thèse récente d’A. VAUCHEZ, La sainteté en Occident aux derniers siècles du Moyen Age. Rome, 1980. Pour la date de 1131, voir aussi Notae Bronienses (ed. WAITZ, MGH, SS, XXIV, p. 27) et, pour les implications architecturales du culte de Gérard, infra, p. 258. Bonnes remarques dans MISONNE, Gérard, col. 737-738.
455
C’est, en effet, la conclusion que je tire des Virtutes de saint Eugène de Brogne et de la présentation, par ce texte, des origines de l’abbaye; supra, p. 224-229.
456
Comm
e je l’ai déjà dit, la chronologie relative et absolue de ces falsifications concerne une période postérieure au terminus de cette étude: presque toutes datent de peu avant 1074 et s’inscrivent dans un contexte global qui couvre tout le XIIe siècle (avouerie). Je donnerai ailleurs la justification détaillée des quelques lignes qui suivent et qui pourront donc paraître abruptes.
457
Pour les références de ces actes, supra, p. 208-212 (actes de 921 et 932), n. 452 (bulle d’Etienne) et infra, n. 464 (acte de 992).
458
II s’agit surtout d’interpolations relatives à des droits de propriété à Maredret (884) et à Romerée, et non au statut de l’abbaye et à sa libertas.
250
historiens contemporains459. Autre conséquence, l’absence, à ce jour, d’une étude sur le temporel de Brogne au Moyen Age460.
Un des problèmes les plus complexes de l’histoire de Brogne du Xe au XIIe siècle concerne les liens institutionnels de l’abbaye avec l’évêché de Liège et le comté de Namur. En 921, Gérard obtient du roi Charles le Simple l’immunité et l’abbaye est placée sous la defensio royale461. En 932, alors que la Lotharingie dépend depuis quelques années du roi d’Allemagne, Gérard reçoit un acte similaire d’Henri Ier, plaçant Brogne sous la protectio royale462. Cependant en 986 – dans un acte intégralement vrai463 – et en 992 – mais l’acte a été falsifié464 -, l’abbaye de Brogne est locus ecclesie (Leodiensis) subiectus et, à ce titre, bénéficie des faveurs épiscopales de Notger465. En 1006, en 1070, en 1155, Brogne est mentionnée comme appenditia de
459
On observe aussi des erreurs d’un ou deux siècles dans les dates de quelques abbatiats (!), sans parler d’omissions ou d’inversions. D. Misonne annonçait en 1966 (Miracles, p. 235, n. 4), une prochaine étude sur ces séries abbatum; en l’attendant, voir les indications de MISONNE, Miracles, p. 237 et 239 (avec les n.) et BAIX, Brogne, col. 882.
460
Eléments nouveaux dans DEVROEY, Brogne qui, cependant, n’ajoute pas aux textes publiés l’étude que ceux-ci auraient pu susciter.
461
Voir l’édition dépourvue des interpolations du XIe siècle, de l’acte de 921, dans MISONNE, Charles le Simple, p. 66-67.
462 Supra, p. 211-212.
463
Ed. SICKEL, MGH DD, II, p. 429-430, DO III 30 (donation de la villa de Mettet). Comme Sickel (ibidem, p. 430) et, implicitement, comme MISONNE, Miracles, p. 235, n. 6; KURTH, Notger, II, p. 72-73, n° 21 ou MÙLLER, Heribert, p. 86, je crois cet acte entièrement vrai. Les critiques de F.-L. Ganshof (Brogne, p. 245, n. 3 : le formulaire serait suspect) et L. Genicot (Empire, p. 103 : argument de fond sur Mettet) ne me semblent pas recevables: les anomalies de formulaire sont dues, comme l’a démontré Sickel, à la rédaction hors chancellerie; quant au fait que Mettet est présenté en 986 comme une donation de Notger et en 1221 comme une donation de Raoul de Zàhringen (bulle pontificale; ed. DEL MARMOL, Brogne, p. 445), il faut bien convenir que c’est l’acte pontifical qui se trompe en considérant comme donation par l’évêque Raoul ce qui n’est qu’une confirmation par cet évêque de la donation de Notger (acte de 1169; ed. SCHOOLMEESTERS, Brogne, p. 126-128; voir déjà la constatation de KURTH, Notger, II, p. 72). Par contre, je crois fausse la maledictio et antbematizatio de Notger qui, dans une copie de l’acte de 986, suit le diplôme vrai d’Otton III (ed. DEL MARMOL, Brogne, p. 425-426, avec la date inexacte de 987).
464
Ed. SICKEL, MGH DD, II, p. 502-504, D O III 92 (confirmation d’immunité) le noyau original a été rédigé à la chancellerie royale. Les historiens s’accordent, dans la majorité des cas, pour préciser l’ampleur de la falsification; par ex. SICKEL, loc. cit. ; BAIX, Actes, p. 63; MISONNE, Miracles, p. 235 et n. 6; GANSHOF, Brogne, p. 245, n. 2; DE SMET, Vita Gerardi, p. 13 (n. 4) et 27-28; ROUSSEAU, Actes, p. XL-XLII; ROUSSEAU, Brogne, p. 349; ROUSSEAU-COURTOY, Excursions, p. 97; BERLIÈRE, Vita Gerardi, p. 166; BERLIÈRE, Monasticon, I, p. 176. Par contre, les avis divergent sur la date de l’interpolation; avec le chanoine De Smet (Vita Gerardi, p. 13, n. 4), je crois que la falsification du diplôme a eu lieu avant la rédaction de la Vita Gerardi et non qu’elle fut effectuée postérieurement, d’après la Vita. Un indice supplémentaire pour la date de la falsification se trouve dans la qualification abusive donnée à l’abbé Heribert de doctor et capellanus d’Otton III: il y a ici confusion délibérée entre l’abbé Heribert et le futur archevêque de Cologne (les deux personnages ne peuvent, en effet, être confondus; cfr. MÙLLER, Heribert, p. 83-87 avec bibliogr. compl.), confusion qui est probablement postérieure à la réception à Lobbes, de la Vita et des Miracula Heriberti, écrits par Lambert de Deutz avant le milieu du XIe siècle et dont le texte est conservé dans le passionnaire de Brogne (ms. Namur, Grand Séminaire, 45, f° 150-162; voir, par ex., MÙLLER, Heribert, p. 14-15 et n.).
465
Les deux actes ont été écrits à la demande expresse de Notger qui, en 986, donne à Brogne la villa de Mettet (appartenant à l’évêché [de rébus episcopalibusj) et, en 987, demande à Otton III de prendre sub nostri mundiburdii tuitione, l’abbaye épiscopale de Brogne.
251
Liège466; à prendre ces actes à la lettre, Brogne aurait été donnée à Liège par Otton Ier467 mais on n’a conservé aucun acte relatif à la cession de l’abbaye. La Vita Gerardi, en 1074-1075, fait, quant à elle, remonter les droits de Liège sur Brogne à une donation de Gérard lui-même qui, au retour de Gand en 953, aurait placé son abbaye sous la tutela de l’évêque Farabert (mort le 28 août 953)468. On a parfois vu une confirmation de cette donation dans une mention de l’obituaire de Brogne qui rapporte, au 28 août, des donations effectuées par Farabert à Brogne: il s’agirait d’une contre-partie à l’acquisition de l’abbaye par l’évêché469. J. Wollasch a été plus loin dans l’hypothèse: Brogne aurait été cédée à Liège vers 931-932, pour garantir l’indépendance du mouvement de réforme entrepris par Gérard, mieux que n’auraient pu le faire les actes de Charles le Simple (921) et d’Henri l’Oiseleur (932, mais, pour Wollasch, 928)470. En tout état de cause, une cession vers 953 semble moins impossible qu’une donation en 93147\ mais les raisons qu’on a avancées pour expliquer le geste de Gérard ne convainquent pas472. Et, en un domaine aussi flou, je préfère envisager – comme y invitent les seuls textes contemporains – une donation de Brogne à Liège par Otton Ier ou Otton II; elle s’inscrirait ainsi sur le même plan que d’autres cessions d’abbayes à l’évêché de Liège dont l’importance politique dans le système de l’Eglise impériale s’affirme alors avec force473: Brogne aurait été cédée au même titre que Fosses et Lobbes un demi-siècle auparavant, ou qu’Aldeneik (952) et Gembloux (958); les termini de cette cession sont, à mes yeux, la mort de Gérard (959) et la première mention de Brogne comme sujette de Liège en 986.
466
II s’agit de quatre confirmations. Acte de 1006: ed. BORMANS-SCHOOLMEESTERS, C.S.L., I, p. 25-27, n° XVIII. – Acte de 1070: ed. BORMANS-SCHOOLMEESTERS, C.S.L., I, p. 34-36, n° XXIV. – Actes de 1155: ed. BORMANS-SCHOOLMEESTERS, C.S.L., I, p. 74-76, n° XLV et p. 76-80, n° XLVI.
467
Les confirmations citées dans la n. précédente, ne visent que des biens cédés par des rois et des empereurs; la chronologie (avant 986) ne permet de retenir qu’Otton Ier et Otton II. Par ailleurs, on a parfois supposé (ROUSSEAU, Actes, p. XLII) que la donation est intervenue peu avant 1006, puisque Brogne n’est pas mentionnée dans les actes de 980, 985 et 987; cet argument ne peut être retenu puisque Brogne est citée comme subiectus locus de Liège dès 986.
468
Vita Gerardi, XXI; ed. HEINEMANN, p. 672. Cfr. supra, p. 227-228.
469
Ed. BARBIER, Obituaire, p. 338.
470
WOLLASCH, Gérard von Brogne, p. 80.
471
L’argumentation de Wollasch n’est, du reste, pas exempte de contradictions puisqu’il admet notamment des droits de Saint-Denis sur Brogne, totalement inconciliables avec une cession en 931. Par ailleurs, la modification de la date de l’acte d’Henri l’Oiseleur (Gérard von Brogne, p. 78) tient de la pétition de principes; supra, n. 133.
472
SABBE, Gérard de Brogne, p. 518 et 523 (hypothèse acceptée par MISONNE, Gérard, qui, pourtant dans son article, donne les arguments qui réfutent le point de vue de Sabbe!): Gérard aurait été lassé par •l’ingérence du comte de Flandre dans la vie monastique* et saurait accompli (…) un signe de ralliement à léglise impériale allemande, à peine fondée et qui réaliserait dans l’évêché de Liège, une réforme monastique d’un esprit plus avancé que celle de Gérard*. Cette suggestion va à l’encontre de l’esprit de la » réforme* et de l’oeuvre de Gérard; supra, p. 245-247.
473
E. Sabbe (Gérard de Brogne, p. 523) fait remarquer que la nomination comme successeur de Gérard, d’Héribert, ancien élève de la chapelle impériale et probable maître d’Otton III, indique que Brogne est en 959, dans la ligne du système de la Reichskirche (sur celle-ci, voir, en dernier lieu, KUPPER, Liège, p. 9-12 et abondante bibliographie). On ne peut cependant retenir cet argument; cfr. supra, n. 464, sur la confusion de deux Heribert.
252
3.
Liste des abbés, dignitaires et moines de l’abbaye
1.
Gérard de Brogne474

consacr
é entre le 27août 921 et le 18décembre 923

mor
t le 3 octobre 959
2.
Heriber
t

mentionn
é en 986 et 992475
3.
Gérard
(dédicataire des Virtutes Eugenii)476
4.
Guinebald (?)477
5.
Rénier

mor
t le 15 juillet 1050478
474
Pour les dates de l’abbatiat de Gérard, voir supra, p. 221-224. Pendant l’absence de Gérard à Gand (940-953) ou ailleurs, la primauté semble avoir été accordée à Anselme, Yaedituus mentionné infra, n. 481: c’est Anselme qui, en 921, tiendra tête à un soldat de Charles le Simple et l’excommuniera (Virtutes Eugenii, XX; ed. MISONNE, Miracles, p. 269-270) et, surtout, c’est lui qui, en 928 (?), prendra la tête du cortège des fratres de Brogne qui résistaient à la soldatesque du nobilissimus comte Boson: Anselme tient la croix qui précède les fratres et subit les assauts d’un militaire hostile (Virtutes, XXI; ed. MISONNE, Miracles, p. 270-271). SABBE, Gérard de Brogne, p. 506-507, va trop loin, à mes yeux, en faisant d’Anselme le »chef spirituel de la communauté* ; l’argument supplémentaire qu’il évoque ne me semble, en effet, pas concluant: si l’évêque Etienne demande à Anselme de lui procurer la Passio de saint Eugène et de défendre la cause du saint au synode de Liège de 919-920, ce n’est pas en tant que »chef spirituel* (p. 507, n. 71) mais bien en tant qa’aedituus, que prêtre de l’église paroissiale de Brogne où reposaient les reliques d’Eugène avant la consécration de l’abbaye (due, rappelons-le, à Richer, en 922 ou 923). Sur Anselme, souvent cité, voir aussi supra, n. 274.
475
Charte de 986; ed. SICKEL, MGH DD, II, p. 429-430, D O III 30: fideli nostro Henberto ipsius loci abbate (acte que je considère avec Sickel, comme entièrement vrai: supra, n. 463). – Charte de 992; ed. SICKEL, MGH DD, II, p. 502-504, D OIII92: domini Heriberti abbatis qui iam multo tempore doctor meus et capellanus mihi carissimus extiterat et nunc sub presenti tempore eidem monasterio preesse videtur (acte interpolé peu avant 1074-1075, notamment pour le passage relatif à Heribert: supra, n. 464; la mention d’Héribert que la tradition de Brogne fait mourir le 7 ou le 8 avril 998, semble cependant plausible; cfr. BAIX, Actes, p. 63).
476
Démonstratio
n probante de MISONNE, Miracles, p. 234—236: ce Gérard, second abbé du nom, est mentionné au 17 août dans le nécrologe de Brogne:pie memorie Gerardus levita et abbas huius loci (ed. BARBIER, Obituaire, p. 336).
477
La place occupée par Guinebald dans la liste abbatiale est purement conjecturale et repose sur la tradition de Brogne; cet abbé est mentionné dans le nécrologe, au 11 février: pie memorie domnus Guinebaldus abbas huius loci (ed. BARBIER, Obituaire, p. 301). On fait parfois de Guinebald, l’abbé de Brogne au moment de la consécration de la nouvelle église en 1038; toute preuve manque.
478
La date du décès de l’abbé Rénier peut être établie avec certitude: l’obituaire donne, au 15 juillet, commemoratio domni Renueri abbatis (ed. BARBIER, Obituaire, p. 330). Or le rouleau mortuaire de Guifred, comte de Cerdagne et moine de Saint-Martin de Canigou (mort le 31 juillet 1049; cfr. DELISLE, Rouleau des morts, p. 49 et éd., p. 49-124, n° XIX; STIENNON, Guifred, p. 309), fut transmis par le rolier en pays mosan en juillet et août 1050; on conserve notamment des tituli inscrits aux abbayes de Florennes, Fosses, Brogne, Namur, Liège et Maastricht (STIENNON, Guifred, p. 310-313, pour l’itinéraire du rolier). Or le titulus de Brogne signale le décès récent de l’abbé de Brogne, Rénier, et demande aux religieux de Canigou de prier pour lui, nostro patri defuncto Raginero abbati (ed. DELISLE, Rouleau des morts, p. 107, titulus n° 119): Rénier est donc mort le 15 juillet 1050 (l’année 1049 ne peut être exclue, mais elle paraît improbable). Sur le rouleau de Guifred, voir différentes études de J. Stiennon: Guifred; Confluent, p. 68-69; Moines et chanoines, p. 131-132; Vies de saints, p. 82. Sur l’utilisation des rouleaux mortuaires comme source historique, HUYGHEBAERT, Documents nécrologi-ques, p. 26-32. Sur Rénier, voir aussi DE SMET, Vita Gerardi, p. 43 et n. 2.
253
6.
Gonthier

mentionn
é vers 1062 et en 1070479

dédicatair
e de la Vita Gerardi (1074-1075)480
On connaît aussi le nom de Vaedituus de l’église paroissiale de Brogne, Anselme, devenu moine à Brogne probablement depuis les débuts de Tabbaye481 et celui du custos de Téglise abbatiale de Brogne, dans les années 960-980, Robert482. Parmi les moines, seuls sont parvenus les noms de Bérenger et d’Engeramnus, dans la seconde moitié du Xe siècle483; d’autres moines pourraient être cités, mais on ne connaît plus leur nom, comme ce moine de Brogne qui écrivit les Miracula Eugenii vers 980 484 ou cet ex-moine de Brogne qui rédigea vers Tan mil les Virtutes Eugenii4*5. Peut-être la nouvelle édition de l’obituaire de Brogne, entreprise par dom Misonne, permettra-t-elle de mettre en évidence dans ce document dense, des »strates« chronologiques précises et autorisera-t-elle des identifications neuves.
4.
Architecture de l’abbaye et de l’église paroissiale de Brogne
A Brogne, à quelques centaines de mètres Tune de l’autre, se dressaient Téglise paroissiale Saint-Pierre et le complexe abbatial dédié à saint Pierre et saint Eugène486: celle-là, encore conservée, trouve son origine à la fin du VIIe ou au VIIIe siècle487; celui-ci, élevé entre 919 et 922 ou 923, n’existe plus que partiellement488.
479
Voir, notamment, une notice de 1062 (ed. LAHAYE, Brogne, p. 666-668) et un acte de 1070 (ed. DEL MARMOL, Brogne, p. 428, n° VII). Par ailleurs, le successeur de Gonthier, Boson, est mentionné comme abbé en 1085: Boso, successor Gonteri (ed. LAHAYE, Brogne, p. 668-669).
480
DE SMET, Vita Gerardi, p. 42-43.
481
Virtutes Eugenii, IX, XI, XX et XXI; ed. MISONNE, Miracles, p. 264-266 et 269-271.
482
Miracula Eugenii, III; ed. MISONNE, Miracles, p. 283-284, à l’occasion d’un miracle survenu le dimanche 29 juin d’une année non précisée mais qui compte tenu de la date des Miracula – ne peut être que 962, 973 ou 979 (cfr. MISONNE, Miracles, p. 283, n.). Peut-être s’agit-il du famulus degens in monasterio Broniensi, nomine Rotbertus, dont parlent les Virtutes (XXII; ed. MISONNE, Miracles, p. 271), à propos de l’église abbatiale. Supra, p. 206 et n. 79.
483
Bérenger: Miracula Eugenii, II; ed. MISONNE, Miracles, p. 282-283. – Engeramnus: Virtutes Eugenii, XXV; ed. MISONNE, Miracles, p. 272-274.
484
MISONNE, Miracles, p. 242.
485
MISONNE, Miracles, p. 237-240.
486
J’ai déjà insisté sur cette dualité et sur la confusion qu’elle a entraînée dans le chef des historiens qui se sont attachés à reconstituer les origines de Brogne; supra, n. 219. Voir les bonnes remarques de BAIX, Brogne, col. 821 et FRANÇOIS, Saint-Gérard, p. 12-13 (qui cite un texte éloquent de dom Massart, au début du XVIIIe siècle). L’église paroissiale ne fut incorporée à l’abbaye que sous Hugues de Pierrepont, en 1212 (ed. BERLIÈRE, Documents inédits, I, p. 309-310 ou PONCELET, Hugues de Pierrepont, p. 106-107, n° 102; cfr. GENICOT, Evolution des dons, p. 142). La confirmation de l’incorporation par l’archidiacre territorial compétent date de 1218: ed. LAHAYE, Brogne, p. 681-682, n°ll.
487
Supra, p. 202 (sur le passage des Virtutes Eugenii, I; ed. MISONNE, p. 259-260, relatif à une fondation par Pépin II et une consécration par saint Lambert).
488
Historique des bâtiments: N.BASTIN, Saint-Gérard, dans: D.E.F., Vc, p. 111.
254
a. L’église paroissiale
L’église paroissiale Saint-Pierre avait, selon toute apparence, un plan simple mononef, avec un seul autel et une tour489; ce qui lui confère un plan conforme à la plupart des petites églises rurales de la fin de la période mérovingienne ou d’époque carolingienne. Lors des travaux de restauration et d’agrandissement entrepris par Gérard vers 918, on ajouta à l’autel dédié à saint Pierre, un autel méridional consacré à Notre-Dame et un autel septentrional au titre de saint Jean-Baptiste; ceci suggère une transformation de l’église à une nef en une église, probablement de plan basilical, à trois nefs achevées par le choeur (autel Saint-Pierre) et deux absides490; la tour-clocher a probablement été conservée491. Un pareil plan trouve de nombreux parallèles au Xe siècle. C’est dans cet oratoire que furent déposées les reliques d’Eugène avant leur translation dans l’église abbatiale492. Après la translatio à laquelle présida l’évêque Richer, l’autel Saint-Pierre fut remis à l’honneur, probablement pour compenser le départ des reliques d’Eu-gène493. On raconta alors que cet autel, consacré par saint Lambert, avait un caractère miraculeux494 et on l’entoura d’un mur circulaire495.
L’histoire de l’église paroissiale au Moyen Age est mal connue; seules des fouilles consciencieuses pourraient nous éclairer. Des sondages archéologiques ont été faits, entre 1976 et 1978496, autour de l’autel dédié à saint Eugène, dans le croisillon méridional du transept: ils ont mis en évidence le niveau de l’église médiévale et deux niveaux d’occupation antérieurs497, ainsi qu’une abside autour de l’autel. L’interpréta-tion de ces vestiges est prématurée en l’absence de fouilles complémentaires ou, à défaut, d’une bonne publication des sondages effectués498.
489
Virtutes, XI; ed. MISONNE, p. 265. Si l’on en croit l’hagiographe, cette tour (clocarium; et non clocarius comme l’écrit MISONNE, Miracles, p. 244) appartient à l’église paroissiale proche de la maison du prêtre. Ce clocher était pourvu de cloches (campanae, quae et cloccae dicuntur), occasion pour l’auteur de Virtutes d’un excursus sur l’interprétation liturgique et religieuse de la cloche. Les éléments donnés par le chapitre I des Virtutes (ed. MISONNE, p. 259-260) ne sont pas exempts d’anachronismes.
490
Cette multiplication du nombre des autels doit être rapprochée de l’augmentation des effectifs du clergé qui desservait l’oratoire: Virtutes Eugenii, II; ed. MISONNE, p. 260. Supra, p. 222 et 226.
491
L’excursus dont il a été question plus haut (supra, n. 489) est destiné à des moines de Brogne ou à des élèves de l’école claustrale de l’abbaye (MISONNE, Miracles, p. 240-241); il s’applique aussi à une situation contemporaine de l’hagiographe (il perdrait toute signification dans le cas contraire), donc à la fin du Xe siècle, mais peut concerner un clocher de l’église abbatiale.
492
Voir aussi infra, n. 497, sur une hypothèse de J. Jeanmart relative aux fouilles de 1976-1978.
493
Voir l’explication et la chronologie proposées ci-dessus, p. 221-224.
494
Selon une femme fort âgée que connut l’auteur des Virtutes à la fin du Xe siècle, de l’huile s’écoulait de l’autel Saint-Pierre: Virtutes Eugenii, I; ed. MISONNE, p. 260. Cfr. supra, p. 202 et 205.
495
Cette mise en valeur de l’autel se fit alors que l’auteur des Virtutes était moine à Brogne; il utilise en effet la première personne du pluriel ipetra quam postea muro in circuito munivimus (Virtutes Eugenii, I ; ed. MISONNE, p. 260). Ce qui reporte l’événement au milieu ou au troisième quart du Xe siècle.
496
Notice
s succinctes sur les recherches archéologiques, dues à J.J[EANMART], dans: Bebrona. Rapport d’activités 1977, p. 8-10 et Bebrona. Rapport d’activités 1978, p. 14-18. Synthèse rapide: J. JEANMART, dans: L’archéologie en Wallonie, p. 138-139, n° 61. De nouvelles fouilles sont en cours (1984).
497
J. JEANMART y voit un niveau du Xe siècle correspondant aux travaux mentionnés par les Virtutes Eugenii, II et un autre, de la fin du VIIe siècle, datant de l’édification de l’église par Pépin II et saint Lambert (Virtutes, I; ed. MISONNE, p. 259-260).
498
Les hypothèses de J. Jeanmart sur la nature de l’autel (qui aurait accueilli les reliques d’Eugène à leur arrivée à Brogne en 919) et de la tombe située derrière l’autel (considérée comme celle de saint Gérard avant l’élévation des reliques de 1131) n’ont pas la même valeur: si la première semble possible, la
255
b. Le complexe monastique
L’église abbatiale et les bâtiments conventuels furent consacrés par l’évêque Richer, le 8 des Kalendes de mars 922 ou 9234″; ils furent remplacés – au moins partiellement -en 1038, date à laquelle Nithard procéda à la consécration de la nouvelle église abbatiale. L’église, dédiée aux saints Pierre et Eugène, conservait derrière l’autel principal à saint Pierre, la sepultura d’Eugène après Yelevatio des reliques en 922 ou 923 50°; entre l’autel et le corps saint, se trouvait un puits miraculeux qui attira de nombreux pèlerins501. Les reliques d’Eugène étaient conservées dans une sorte de mausolée; les Virtutes emploient le terme technique de memoria502. On accédait à l’église par un porche occidental fermé par une porte; une seconde porte livrait accès au sanctuaire503. A cette entrée empruntée par les laïcs et les pèlerins, s’ajoutait une porte latérale qui donnait probablement sur les bâtiments monastiques et qui était donc réservée aux moines504. Sur les pièces conventuelles, on ne possède aucun renseigne-ment précis; à l’origine tout au moins, des maisons particulières sont attestées505. Le plan de l’église est également mal connu; peut-être comportait-il trois nefs506, en tout cas, une pièce devait servir de sacristie507. Quant à h porta que Richer consacra à saint
seconde confond église paroissiale et église abbatiale et doit donc être abandonnée. De plus, les trois publications mentionnées supra, n. 496 ne sont pas dénuées de contradictions, et les plans et relevés sont trop sommaires pour autoriser un jugement positif. Enfin, tout matériel archéologique datable, avec certitude, du Moyen Age, manque.
499
Sermo de adventu; ed. MISONNE, Translation, p. 101,1. 102-103: VIIIKal. mardi (Rikarius) benedixit nova oratorii aedificia. Cfr. supra, p. 223.
500
Les reliques sont placées derrière l’autel principal, comme c’était souvent le cas. Voir notamment le cas d’Harlinde et Relinde d’Aldeneik, dans le troisième quart du IXe siècle: in qua etiam ecclesia venerabilium virginum corpora de pristinae pausationis loco Francone episcopo translata ac in orientali plaga ejusdem ecclesiae, rétro altare intermeratae semperque Virginis Mariae, honorifice condita adorantur (Vita Harlindis et Relindis, XXIII; ed. HENSCHENIUS, AA SS, Mars, III, p. 388). Voir aussi REUSENS, Archéologie chrétienne, I, p. 427-428.
501
Virtutes, XXII ; ed. MISONNE, p. 271 :fode inter altare ac sepulturam sancti martyris Eugenii et invenies aquam (…). Inprofundo autem fodientes aquamque magis invenientes, ne foras nimium excurreret, in giro saxeum (fratres) fecerunt parietem; et nunc puteus est. La découverte du puits est évidemment légendaire (MISONNE, Miracles, p. 245). Un puits a également été découvert dans l’église de Fosses; voir surtout GENICOT, Eglises mosanes, p. 51 et 160-161 (qui place, erronément, le puits de Brogne dans la crypte; or il n’y eut aucune crypte avant celle de 1550: FRANÇOIS, Saint-Gérard, p. 31).
502
Virtutes Eugenii, VII, 22; XVII, 21 ; XVIII, 3; Miracula Eugenii, II, 15. Voir aussi MISONNE, Miracles, p. 244.
503
Voir surtout Virtutes, XXVI; ed. MISONNE, Miracles, p. 274: ante valvas ecclesiae; (…) quae veniens ante primum ecclesiae ostium, cupiebat in ea intrare; (…) limen ostii interioris.
504
Virtutes, XXVI; ed. MISONNE, Miracles, p. 274: le contexte montre sans équivoque que alter aditus désigne une porte latérale de l’église.
505
Sermo de adventu; ed. MISONNE, Translation, p. 101, 1.104: circumiens claustra monasterii omnia babitacula fratrum benedixit. – Virtutes, XXI; éd. MISONNE, p. 270: in fratrum ipsius loci manere domibus. Cfr. supra, p. 226. Les babitacula fratrum peuvent éventuellement désigner les bâtiments conventuels en général, mais le pluriel domibus ne peut concerner que des maisons particulières.
506
Ce que suggèrent d’une part le plan à trois nefs de l’église paroissiale, d’autre part les nécessités liturgiques et le culte des reliques d’Eugène situées à l’est de l’église.
507
Voir les Virtutes Eugenii, XXI; ed. MISONNE, Miracles, p. 270, sur les vêtements liturgiques et la croix conservés dans l’église.
256
Michel, à saint Thomas et à sainte Agathe508, on ne sait avec certitude si elle désignait le porche du bâtiment509 ou, plus vraisemblablement, la porte (portail) de l’abbaye510. Le chanoine Roland a, en 1905, mis en évidence le texte de l’inscription dédicatoire de l’église de Brogne, inscrit en marge d’un martyrologe de l’abbaye qui servit aussi d’obituaire511. Le 18 des Kalendes de décembre (14 novembre) 1038, Nithard dédia hoc templum512 à la Trinité, à la Sainte Croix, à Notre-Dame, aux apôtres Pierre et Paul ainsi qu’à divers autres saints, en première place desquels est cité Eugène513. Au point de vue stylistique, il n’y a rien à redire à cette inscription, en tous points semblable à celle de Saint-Etienne de Waha (1050)5H. Seule fait difficulté la mention de la victoriosissima Crux; en effet, ce n’est qu’en 1176-1177 que Brogne acquit une relique de la Sainte Croix515 et, sur cette base, on a parfois considéré comme fausse l’inscription de 1038516. C’est faire peu de cas de la constatation que, la dédicace ou la consécration d’une église ressortissant au pouvoir épiscopal, c’est l’évêque et son entourage qui en établissent le formulaire où les mentions de la Trinité, de la Sainte Croix et de Notre-Dame précèdent le véritable titre517. On acceptera donc comme vrai
508
Sermo de adventu; ed. MISONNE, Translation, p. 101,1. 105-107ipergens adportam sanctificavit eam in honore sancti Michaelis archangeli sanctique Thomae apostoli atque Agathae virginis. Cfr. aussi GENICOT, Eglises mosanes, p. 198.
509
II s’agirait alors d’un massif occidental, comme on en connaît aux Xe-XIIe siècles; voir GENICOT, Eglises mosanes, p. 168-203.
510
A signaler une allusion à Importa du monastère de Brogne lors de la venue, en juillet ou en août 1050, du rolier porteur du rouleau mortuaire de Guifred de Cerdagne: ed. DELISLE, Rouleaux des morts, p. 107, n. 119 (pour la date: STIENNON, Guifred, p. 309-313).
511
ROLAND, Inscription. Le texte de l’inscription avait déjà été publié, mais comme simple mention historique et sous le millésime erroné de 1035 par BARBIER, Obituaire de Brogne, p. 315; il avait été relevé en 1857 par DEL MARMOL, Brogne, p. 258 et en 1888, par dom BERLIÈRE, Abbaye de Saint-Gérard, p. 176. Cfr. aussi BERLIÈRE, Monasticon, I, p. 31.
512
II s’agit de l’église abbatiale de Brogne.
513
Ed. ROLAND, Inscription, p. 256 = BARBIER, Obituaire de Brogne, p. 315: Anno Dominice Incarnationis millesimo XXXVIII0, indictione VI, dedicatum est hoc templum cum altari magno XVIII Kal. decembris a Nithardo Leodiensi episcopo, in honore sancte et individue Trinitatis et victoriosissime Crucis et béate Marie Virginis matris Domini nostrijhesu Christi et sanctorum Apostolorum Pétri et Pauli et sanctorum martyrum Eugenii, Dionysii, Leodegarii, Laurentii, Eustacii sociorumque ejus, Sebastiani et sanctorum confessorum Benedicti, Martini, Remigii, Gregorii, Vedasti, Amandi et sanctarum virginum Cecilie, Scolastice, Gertrudis et omnium sanctorum.
514
Ed. KURTH, Waha, p. 106 et commentaire p. 106-109. Voir, depuis, l’excellente notice dej. STIENNON, La pierre dédicatoire de Waha, dans: Marche-en-Famenne, son passé et son avenir. Marche, 1980, p. 72-73 (avec bibliogr. compl.).
515
BAIX, Sainte-Croix, p. 253 et n. 4; DEL MARMOL, Brogne, p. 264-266; ROLAND, Manassés de Hierge, p. 202 et 210-211; BAIX, Brogne, col. 820-821 et 825-826; BERLIÈRE, Abbaye de Saint-Gérard, p. 177-178.
516
II faut cependant faire remarquer une fois de plus (voir supra, n. 87) que, dans les Virtutes Eugenii dont on ne peut soupçonner la véracité (fin Xe siècle), l’hagiographe présente l’évêque Etienne, prostré devant les reliques d’Eugène in modum crucis vivificae. Inscription considérée comme fausse ou falsifiée: GANSHOF, Brogne, p. 244, n. 3.
517
Inscription de Waha (1050): … in honore sanctae et individuae Trinitatis et victoriosissime Crucis et sanctae Dei genitricis Mariae, … (ed. KURTH, Waha, p. 106 ou ROLAND, Inscription, p. 257). -Inscription de Saint-Laurent de Liège (1061): …in honore Domini nostrijesu Christi et sanctae Crucis et beatae Marie semper virginis … (ed. KURTH, Waha, p. 122). – Inscription de l’autel Sainte-Marie dans la crypte à Stavelot (1046): … in honore Domini nostri Jhesu Christi et intemerate genitricis ejusdem virginis Marie … (ed. HALKIN-ROLAND, Stavelot, I, p. 225).
257
le texte de l’inscription et comme réelle, la consécration de l’autel majeur de Brogne par l’évêque Nithard en 1038518.
Quant à l’architecture même de l’église de 1038, elle n’est pas bien connue. On a pensé à une église semblable aux édifices contemporains de Celles et d’Hastière519, mais sans aucune preuve. Après la canonisation de saint Gérard en 1131, quelques modifications s’imposèrent, notamment la construction d’une chapelle souterraine où était conservé le corps du saint fondateur et où se fera enterrer en 1140 l’abbé Ebroin520. Il semble vraisemblable qu’à l’exception du choeur – un choeur gothique élevé par l’abbé Caulier en 1550 en même temps qu’une crypte sous ce choeur, surélevé par rapport au niveau de la nef521 – les descriptions qu’on a conservées de l’église abbatiale au XVIIP siècle, peuvent nous donner quelques indications sur l’église romane de 1038522: celle-ci devait compter six travées, de dimensions médiocres523, une nef centrale et deux collatéraux. Comme pour l’église préromane, elle était précédée d’une tour et d’un vaste atrium524.
On a, tout récemment, découvert dans la »crypte« de l’abbaye525, une stèle romane – encore inédite-526 et une pierre antique, sculptée, représentant une Gorgone527. On ne peut s’empêcher de rapprocher ce remploi d’une sculpture d’époque romaine de certaines lignes de la Vita Gerardi où l’on voit Gérard, revenant de Rome où il avait obtenu un privilège pontifical (la fameuse bulle fausse du pape Etienne composée en 1074-1075), transportant pour son abbaye des pierres romaines choisies causa necessariae venustatis: ce transport aurait posé des problèmes lors du passage des Alpes, ce qui explique qu’un morceau de ces pierres était, en 1074 ou 1075, enchâssé dans l’autel majeur de Brogne528. Le voyage de Gérard à Rome est, on le sait, fictif529 et les pierres »romaines« rapportées par Gérard sont des blocs de remploi trouvés dans
518
A rapprocher de la consécration par Nithard de la nouvelle église de Behogne-Rochefort en 1041: A. VAN ITERSON, A propos d’une pierre rappelant la consécration de l’église de Behogne (Rochefort) en 1041, dans: Namurcum, XXXVIII, 1966, p. 17-21; A. VAN ITERSON, A travers le temps. Les églises paroissiales de Rochefort. Rochefort, 1975, p. 10-12. Sur le contexte historique et archéologique des consécrations des églises du diocèse de Liège au XIe siècle, voir surtout GENICOT, Eglises mosanes, p. 211-215 (qui considère comme vraie l’inscription de 1038).
519
FRANÇOIS, Saint-Gérard, p. 26 et fig. 45; ROUSSEAU, Brogne, p. 355.
520
FRANÇOIS, Saint-Gérard, p. 31; MISONNE, Gérard, col. 737-738.
521
FRANÇOIS, Saint-Gérard, p. 31-32; Abbaye de Saint-Gérard, cat. 35.
522
Textes cités et utilisés par FRANÇOIS, Saint-Gérard, p. 9-11 et passim.
523
FRANÇOIS, Saint-Gérard, p. 26-29; GENICOT, Eglises mosanes, p. 72-73, n.20; KUBACH-VERBEEK, Romanische Baukunst, H, p. 985.
524
FRANÇOIS, Saint-Gérard, plan II (d’après les descriptions du XVIIIe siècle).
525
Par »crypte« de l’abbaye (seule indication donnée dans le catalogue de 1959: infra, n. 526-527), dont on date un mur au moins du XIe siècle, il faut probablement entendre le »cellier«; cfr. Patrimoine monumental, V, 2, p. 676-677 ou FRANÇOIS, Saint-Gérard, p. 17 et fig. 19-26.
526
Abbaye de Saint-Gérard, n° 36.
527
Abbaye de Saint-Gérard, n° 37.
528
Vita Gerardi, XXI (in fine); ed. HEINEMANN, p. 672: (…) ex hoc autem lapide ut inpraesentiarum est cernere, insignitur hodieque maius altare Broniensis basilicae.
529
DE SMET, Vita Gerardi, p. 6-17 (surtout p. *-ll).
258
les environs de Brogne, peut-être dans les riches villae voisines de Mettet (qui appartenait à Brogne depuis 986) ou d’Anthée530.
Dom J.François, mort en 1955, a rassemblé une volumineuse documentation -notamment iconographique – qui permettrait de procéder à une étude architecturale complète de l’abbaye531, étude qui, sans nul doute, donnerait le moyen de reconstituer valablement le complexe abbatial des XF-XIIF siècles. Le récolement des quelques pierres sculptées conservées çà et là dans l’abbaye532 (par exemple, un fragment de colonnette du cloître qui semble roman, voire préroman)533 et, peut-être, des fouilles bien menées à l’emplacement de l’église abbatiale (sous la route actuelle)534 compléte-raient cette monographie dont on peut garantir l’intérêt fondamental.
530
L’origine romaine est, pourtant, acceptée par BRIGODE, Lobbes, p. 9 et Architecture, p. 111-112 (qui prend aussi pour argent comptant, des affirmations tout aussi discutables relatives à Lobbes), et par ROUSSEAU, Brogne, p. 353.
531
FRANÇOIS, Saint-Gérard; et Archives de la Bibliothèque de Maredsous.
532
On pense, par exemple, à un volume consacré à la Belgique du Recueil général des monuments sculptés en France pendant le Haut Moyen Age (IVe-Xe siècles), publié par le Comité des Travaux Historiques et Scientifiques. Le répertoire de L. Tollenaere (Sculpture, p. 303) ne mentionne que la »pierre de justice* du XIIe siècle (cfr. L. LEBRUN, La pierre de justice de Saint-Gérard, dans: Le Guetteur Wallon, n.s., 1,1931, p. 90-92, avec relevé graphique; DEL MARMOL, Brogne, p. 415-416), et quelques linteaux sans décoration datés – sur quelle base? – des XIe-XIP siècles.
533
FRANÇOIS, Saint-Gérard, p. 18 et fig. 36.
534
Sur l’actuel état de Saint-Gérard, voir, par exemple, D.E.Fr. Vc, p. 110 (N. Bastin); Patrimoine monumental, V, 2, p. 675-681; ROUSSEAU, Brogne, p. 355-356; ROUSSEAU-COURTOY, Excursions, p. 98; D. MISONNE, dans: Benedictus, II, p. 103, n° s 164 et 165; DEL MARMOL, Brogne, p. 413-414.
259
CHAPITRE VIII:
L’ABBAYE SAINT-JEAN-BAPTISTE ET LE CHAPITRE SAINT-GENGULPHE DE FLORENNES
Comme J.-P. Devroey l’a écrit récemment, »il y a, sans conteste, peu de dossiers historiographiques qui soient aussi embrouillés que celui de Florennes«1. Comme à Waulsort et à Brogne par exemple, de nombreux actes relatifs aux origines de l’abbaye de Florennes sont falsifiés ou même sont des faux complets; la particularité du dossier de Florennes réside dans l’existence de deux institutions religieuses, une abbaye bénédictine et un chapitre de chanoines séculiers, tous deux fondés au début du XIe siècle. Les sources narratives, souvent, ne précisent pas à laquelle des deux institutions elles font allusion; de plus, on ne dispose pas d’une chronique abbatiale comme à Waulsort ou de Gesta abbatum comme à Lobbes, qui auraient permis de démêler, dès l’abord, cet écheveau. Tel qu’il est présenté ici, le tableau des origines de l’abbaye et du chapitre n’est pas totalement original et a bénéficié d’études récentes de Ch. Dereine, D. Misonne, C. Lambot et J.-P. Devroey2; il est cependant le premier, je crois, à présenter une vue globale en chronologie relative et absolue, de l’histoire de Saint-Jean-Baptiste et de Saint-Gengulphe avant 1050. Pour clarifier mon exposé, j’ai donc mis en exergue les lignes de force de la chronologie retenue, au risque de me répéter lorsqu’en un second temps, j’envisage l’étude historique des deux institutions et de leurs rapports.
Par ailleurs, l’histoire de Florennes est étroitement liée à celle de l’importante famille seigneuriale du lieu. En 1891, le chanoine Roland publiait son Histoire généalogique de la Maison de Rumigny-Florennes, bientôt suivie d’un complément3. La découverte de l’obituaire primitif de la famille de Florennes (rédigé entre 1029 et 1037)4 et de nombreuses études monographiques5 ont permis, sur bien des points, de compléter ou de corriger la généalogie de Roland; j’ai joint à cette étude un tableau généalogique des Florennes avant 1100, qui tient compte des recherches les plus récentes6. Par commodité cependant, j’ai conservé la numérotation attribuée par Roland aux seigneurs de Florennes et de Morialmé; en effet, même si on sait aujourd’hui que
1
DEVROEY
, Florennes.
2
DEREINE
, Saint-Gengulphe; MISONNE, Obituaire; MISONNE, Chapitres séculiers; LAMBOT, Florennes; DEVROEY, Florennes.
3
ROLAND
, Rumigny-Florennes; ROLAND, Rumigny-Florennes. Complément. Voir aussi ROLAND, Avoués de Fosses.
4
MISONNE
, Obituaire. Cfr. aussi supra, p. 178.
5
Pa
r ex. des études de J. ROLAND sur les Loverval ou encore DEVROEY, Florennes. On attend le résultat des recherches de R.-M. Allard dans les archives de la famille de Florennes, en dépôt aux Archives de Èlutice en Tchécoslovaquie; cfr. déjà R.-M. ALLARD, Les archives de la famille de Beaufort-Spontin en Tchécoslovaquie, dans: A. F. A. H. B., XLV: Comines 1980, 1.1, p. 389-390 et GENICOT-ALLARD, Droit rural d’Entre-Sambre-et-Meuse, II, avertissement (s.p.).
6 Cfr. p. 262-263.
260
Godefroid II n’a probablement jamais existé ailleurs que dans l’imagination d’un chroniqueur de Waulsort des environs de 1150, la modification d’une numérotation devenue traditionnelle depuis près d’un siècle, aurait prêté à confusion lors de la consultation de la bibliographie abondante mentionnant les Rumigny-Florennes-Morialmé.
A. LA FONDATION DU CHAPITRE SAINT-GENGULPHE
ET DE L’ABBAYE SAINT-JEAN-BAPTISTE.
CADRE CHRONOLOGIQUE
Divers recoupements dans les sources écrites-qu’elles soient narratives ou diplomati-ques – permettent de brosser un tableau relativement précis des origines du chapitre et de l’abbaye de Florennes. Un article de Ch. Dereine a, d’ailleurs, remarquablement déblayé le terrain7 et, dans la plupart des lignes qui suivent, je suis d’accord avec son interprétation; seuls quelques détails doivent être modifiés. La trame même du récit est donnée par les Miracula Gengulphi écrits dans le second quart du XIe siècle par Gonzon, second abbé de Florennes8; quelques indications de chronologie absolue sont précisées dans les Annales, celles de Floreffe notamment, et dans la chronique de l’abbaye de Saint-André-du-Cateau. Enfin, des précisions importantes sont données par les Gesta des évêques de Cambrai et par les textes diplomatiques.
7
DEREINE
, Saint-Gengulphe; interprétation suivie notamment par MISONNE, Chapitres séculiers, p. 419-423.
8
Ed
. HENSCHENIUS, AA SS, mai, II (ed. Palmé, 1866), p. 647-652; avec les corrections de ROLAND, Texte manuscrit. Sur la structure du récit: SIGAL, Miracula, n. 68, p. 250-251 (où Sigal retient, à raison, comme seules dates possibles de rédaction, les années 1034 et 1045). Au chap. XXXIII des Miracula (ed. HENSCHENIUS, p. 651), Gonzon fait en effet allusion à un miracle qui lui est arrivé personnellement et qui l’a décidé à écrire les Miracula, tâche dont il avait été chargé (iussus, par qui?) mais dont il avait retardé l’exécution. Ce miracle a lieu quelques jours avant la Nativité de Notre-Dame (8 septembre) qui, cette année, tombait un dimanche; ce qui indique une des années suivantes: 1017, 1023, 1028, 1034 ou 1045. On peut exclure la date de 1051 puisque Gérard de Cambrai, mort le 14 mars 1051, était encore vivant lors de la rédaction du texte (cfr. Miracula, XXXVII; ed. HENSCHENIUS, p. 651). D’un passage du chap. XXXIII (me forensibus iniunctae obedientiae rébus occupato), on a parfois déduit que Gonzon était encore moine, puisque Yobedientia devait désigner l’obéissance du moine par rapport à son abbé (BALAU, Sources, p. 190-192). Il peut, tout au contraire, s’agir de l’obéissance de l’abbé vis-à-vis de son évêque (qui était peut-être alors son frère Wazon, évêque de 1042-1048; cfr. infra, sur les dates retenues); à trois reprises en effet, les termes des Miracula montrent que Gonzon était abbé lorsqu’il rédigea ce texte: d’abord les mots monachus noster utilisés pour désigner le coûtre de Saint-Gengulphe (Miracula, XXXI et XXXIV; ed. HENSCHENIUS, p. 651), ensuite la façon dont est narrée la scène où Gonzon, malade, s’adresse aux fratres qui l’entourent (Miracula, XXXIII; ed. HENSCHENIUS, p. 651). Seules les années 1028,1034 et 1045 peuvent donc être retenues. Mais il y a moyen de préciser davantage: au chap. XXXVI des Miracula (ed. HENSCHENIUS, p. 651), Gonzon parle de Vadvocatrix nostra Gisèle. Ce titre singulier pour une femme et à cette époque, Gisèle n’a pu le porter qu’après la mort de Godefroid (III) et pendant la minorité de son fils Godefroid (IV). Godefroid III de Florennes vivait encore en 1033 (MGH DD, IV, p. 273); ce qui exclut l’année 1028. Quand Godefroid III mourut-il? Les sources ne le précisent pas et ne font intervenir Godefroid IV dans les actes qu’à partir de 1064/1067. Le silence de l’obituaire de Florennes, écrit entre 1029 et 1037, permet de présenter l’alternative suivante, puisque Godefroid est encore mentionné en 1033 et que le jour de sa mort est le 3 janvier (cfr. BROUETTE, Obituaire, p. 50): ou bien il est mort en 1034 (date possible des Miracula) et, dans ce cas, on obtiendrait la date très précise du 3 janvier 1034 pour la mort de Godefroid (qui fournirait, par la même occasion, un nouveau terminus ante quem pour l’obituaire) et de fin 1034 pour les Miracula; ou bien Godefroid III est mort après 1034 et les Miracula datent de 1045.
261
MAISON D’ARDENNE
GODEFROID (le Captif) 00 MATHILDE de Saxe
comte
t 3 septembre (ap. 1002?)
t
2
5 mai 1009

r(?)~
HUGUES CAPET FREDERIC HERMANN ADALBERON GODEFROID GOZELON
comte de Verdun comte évêque de Verdun duc duc
16janvier
1022 f 29mai 1029 (984-988) (1012-1023) (1023-1044)
t 18avril 988 t 27septembre t 19avril 1044
(1023?)
HADEWIDE 0D RENIER IV de Hainaut
EBLESdeRoucy 00 BEATRICE GISELE 00 GODEFROID III GERARD Ier ARNOUL II
t 3 janvier évêque de Cambrai f 12 septembre
(ap.
1031) (1012/13-1051) 1015
t
1
4 mars 1051 00
HELVIDE
It 17 septembre 1015 HADEWIDE 00 GODEFROID IV ARNOULD III
GODEFROID V NICOLAS Ier PEÎRONILLE de RUMIGNY
RUMIGNY-FLORENNES
MORIALME
EBLES DE VIESVILLE
Des reliques de Gengulphe étaient conservées à Gedinne, dans le pagus d’Ardenne: l’église y était dédiée à ce saint9. A la suite d’un différend entre lui et Godefroid d’Orchimont (abusivement qualifié de comte) qui possédait Gedinne10, le curé de l’église Reinold fuit en emportant la châsse dont il avait la garde et la dissimule derrière l’autel de l’église de Willerzies11. Le prêtre de Willerzies est miraculeusement mis au courant à l’occasion d’une vision de la vieille femme qui l’assistait12. Comme Willerzies relevait du seigneur de Florennes, Arnoul, celui-ci ordonne à Reinold de déposer les reliques de Gengulphe dans la chapelle castrale Saint-Mathieu à Floren-La fête du saint approchant (6 mai), Reinold obtient qu’à cette occasion, les
nés
13
9
Miracul
a Gengulphi, II; ed. HENSCHENIUS, p. 647: in pago Ardennensi ville Geldina s. Gengulphi habebatur ecclesia. Voir aussi VAN REY, Lùtticher Gaue, p. 698-699.
10
Miracula Gengulphi, II; ed.HENSCHENIUS, p. 647: comes vero Godefridus de Orsisomonte hereditarii territorii iure eampossidebat. Voir aussi ROLAND, Orchimont, p. 28 et n. 1 ; ROLAND, Texte manuscrit, p. 260-261.
11
Sur l’identification Wilercesia (et non Villeriacum) avec Willerzies, voir ROLAND, Texte manuscrit, p. 260-261; VAN REY, Lùtticher Gaue, p. 737-738.
12
Miracula Gengulphi, II; ed. HENSCHENIUS, p. 647. On doit noter ici une nouvelle fois la présence d’une vieille femme dévote: anus quaedam quae in offerendis oblationibus sacerdoti ministrabat.
13
Miracula Gengulphi, III; ed. HENSCHENIUS, p. 648.
262
MAISON DE FLORENNES
GODEFROID Ier 00 ALPAÏDE
t 23 décembre
t 28 octobre (ap. 981)
ERMENTRUDE 00 ARNOUL Ier GODEFROID II f 7 mars f 22 octobre n’a probablement
1002
ou 1003 jamais existé
WALTER ALPAÏDE f 19 novembre (1018-1029 ?)
WERRY t 19 octobre (ap. 981)
ARNOUL t 24 avril
EILBERT abbé de Maroilles et de Saint-André du Cateau t limai 1047
RAINIER t 8 juillet (av. 981)
ROBERT
f 1er novembre
(av. 981)
~r(?)—i
ROBERT RENIER
t 23 novembre f 22 novembre
Ce carton généalogique sommaire (et volontairement incomplet) a été établi surtout d’après:

MISONNE
, Obituaire

ROLAND
, Rumigny-Florennes

ROLAND
, Morialmé

BROUETTE
, Obituaire

PARISSE
, Maison d’Ardenne
reliques de Gengulphe soient montrées solennellement, sous une tente dressée dans la plaine devant le château14. Un miracle, suivi d’autres^ conduit Arnoul à construire, à l’emplacement de la tente, une église dédiée à Gengulphe15, qui sera consacrée par Notger du vivant d’Arnoul16. Une tentative de fuite de Reinold qui, suborné – après réconciliation – par Godefroid d’Orchimont, emportait les saintes reliques avorte miraculeusement17.
Arnoul vivait à Florennes avec trois de ses fils18; un quatrième, le futur évêque de Cambrai Gérard, était alors chanoine au chapitre cathédral de Reims19. Gérard
14
Miracula Gengulphi, III; ed. HENSCHENIUS, p. 648.
15
Miracula Gengulphi, IV (miracle) et V (décision d’Arnoul); ed. HENSCHENIUS, p. 648.
16
Miracula Gengulphi, V; ed. HENSCHENIUS, p. 648: statim ecclesiam eius honoris ipso in loco construxit (et) a Nothero pontifice consecrari fecit. Cfr. KURTH, Notger, I, p. 240.
17
Miracula Gengulphi, V; ed. HENSCHENIUS, p. 648.
18
Miracula Gengulphi, III; ed. HENSCHENIUS, p. 648: erant secum commanentes très filii. Il s’agit de Godefroid, futur seigneur de Florennes, d’Arnoul II de Florennes et de Walter; dont les noms sont mentionnés notamment dans l’obituaire de Florennes et dans les chartes relatives à la fondation de l’abbaye Saint-Jean-Baptiste (voir infra).
19
Miracula Gengulphi, VI; ed. HENSCHENIUS, p. 648.
263
envoyait à son père de nombreuses reliques20 et lui suggérait d’édifier un sanctuaire pour les abriter21. Arnoul ne put réaliser entièrement ce projet: la mort l’en empêcha. Il fut enterré dans l’église paroissiale de Florennes, dédiée à saint Martin. Gérard et ses frères décidèrent de continuer l’oeuvre inachevée22, c’est-à-dire l’édification d’une abbaye. Le choix du titre de celle-ci, Saint-Jean-Baptiste, est suggéré par une vision23 et une heureuse découverte parmi les reliques de Reims24. L’abbaye Saint-Jean-Baptiste abrita d’abord des chanoines puis, inspiré par une vision faite par Amaury, dévot de saint Gengulphe, Gérard procéda à une mutation de statut religieux et remplaça les chanoines par des moines.
On peut, me semble-t-il, envisager la date de 1010 ou de 1011 pour ce changement de statut25. Par ailleurs, on sait que c’est l’évêque de Liège Baldéric II qui procéda à la
20
Miracula Gengulphi, VI; ed. HENSCHENIUS, p. 648: Hic (= Gerardus) a Remis multorum reliquias sanctorum deferens patri. On doit probablement mettre au nombre de ces reliques, celles de saint Maur (De s. Mauro; ed. Catalogus Codicum Hagiographicorum Bibliothecae Regiae Bruxellensis, Pars I, tome II (Bruxelles, 1889), p. 485-486) et celles de saint Rigobert et de saint Valéry (Translatio bracchii Rigoberti, ed. MISONNE, Eilbert, p. 175; sur l’interprétation de ce texte, voir supra, p. 179 et 183, n. 243). Sur le culte de saint Maur à Florennes, voir l’article fondamental de Fr. BAIX, Charles de Crahen, abbé de Florennes (t 1457) et le culte de saint Jean-Baptiste et de saint Maur, dans: A. S. A. N., XLII, 1936-1937, p. 33-63; étude annoncée par un rapide aperçu du même auteur, Le culte de saint Jean-Baptiste et de saint Maur à Florennes, dans: La Terre Wallonne, VII, 1922 (4ème année, n° 38, 15 novembre 1922), p. 91-94.
21
Miracula Gengulphi, VI; ed. HENSCHENIUS, p. 648: (Gerardus) suggessit (patri) ut eis ecclesiam construeret.
22
Les Miracula Gengulphi (VI; ed. HENSCHENIUS, p. 648) envisagent, à ce moment, la seule construction d’une abbaye. Par contre, les Gesta episcoporum Cameracensium (III, 18; ed. BETHMANN, p. 470) mettent sur le même pied, l’achèvement de Saint-Gengulphe et la construction de Saint-Jean-Baptiste: Gerardus …et illud monasterium sancti Gengulfi, quodpater imperfectum reliquerat ad finem perduxit et alterum sancti Iohannis ex rébus suis et fratrum suorum … fundavit. C’est, me semble-t-il, un léger anachronisme de la part de l’auteur des Gesta puisque le statut canonial et les modifications que celui-ci impliqua doivent être datés d’après la fondation de Saint-Jean-Baptiste. A moins d’éléments neufs, je crois préférable de m’en tenir au témoignage de Gonzon: Saint-Gengulphe avait été consacrée par Notger dans un état achevé (voir infra, l’étude architecturale de l’édifice).
23
Miracula Gengulphi, VI; ed. HENSCHENIUS, p. 648: sciebat Gerardus beatum Iohannem Baptistam apparuisse devoto viro, conquerentem quod nonfiebat sibi ecclesia sicut multis aliis sanctis in episcopatu Leodiensi. A prendre ce texte à la lettre, le diocèse de Liège n’avait pas encore, vers 1010, d’église dédiée à Jean-Baptiste; ceci pourrait donc fournir un important terminus post quem pour la chronologie des églises au titre de saint Jean-Baptiste. Ce passage des Miracula Gengulphi est repris dans une famille de manuscrit des Gesta episcoporum Leodiensium de Gilles d’Orval (add. à II, 59; ed. HELLER, p. 63).
24
Gonzon attribue la découverte des iuncturas pollicum S. loannis Baptistae parmi les reliques du chapitre épiscopal de Reims, à Richard, le futur abbé de Saint-Vanne (Ricardus, eiusdem ecclesiae religiosus tune canonicus, postea multorum monachorum pater effectus), dont on connaît les liens d’amitié avec Gérard (Miracula Gengulphi, VI; ed. HENSCHENIUS, p. 648). Ceci donne un terminus ante quem indiscutable de juillet 1004 pour la mort d’Arnoul et pour les débuts de l’édification de Saint-Jean-Baptiste; en effet, c’est aux environs de ce mois que Richard quitta Reims et fit profession monastique à Saint-Vanne de Verdun (DAUPHIN, Richard de Saint-Vanne, p. 61-62 et 83-84; à la p. 56, Dauphin relève le passage des Miracula Gengulphi pour montrer la piété de Richard mais n’en perçoit pas l’importance chronolo-gique).
25
La date de 1011 est donnée par les Annales Floreffienses écrites vers 1139: monachorum ordo in Florinis initiatur (ed. BETHMANN, p. 622), alors que la date de 1010 se trouve dans des Annales de Gembloux: in cenobio Florinensi pro clericis qui ad hoc usque tempus deserviebant ibi, monachi sunt constituti (ed. BETHMANN, en note 87, p. 470, de son édition des Gesta de Cambrai). La date de 1011 figure aussi sur une inscription des XIIe-XIIIe siècles, autrefois placée à la porterie de l’abbaye, aujourd’hui dans le
264
première consécration de Saint-Jean-Baptiste; cette dédicace se produisit donc entre 1008 et 1010-101126.
L’arrivée des moines bénédictins à Saint-Jean-Baptiste provoqua, évidemment, le départ des chanoines séculiers que Gérard y avait d’abord installés. Avec beaucoup de discernement, Charles Dereine suggère que ceux-ci ont été déplacés vers Yoratorium27 de Saint-Gengulphe qui, de simple église de pèlerinage, devient le siège d’un chapitre de chanoines séculiers28.
A ces données, on doit en ajouter deux autres. C’est l’évêque de Liège Baldéric, mort le 29 juillet 101829, qui a procédé à la nouvelle consécration de Saint-Gengul-phe30, rendue nécessaire après les travaux que fit faire l’abbé Werry pour adapter l’église à ses nouveaux besoins31: cette cérémonie eut donc lieu entre 1011 et 1018. Par ailleurs, la chronique de Saint-André-du-Cateau précise la date de la consécration, par les évêques Gérard de Cambrai et Réginard de Liège, de l’abbaye Saint-Jean-Baptiste: on peut admettre qu’en 102632 se produisit la consécration du nouveau complexe monastique, nécessité par l’arrivée de Bénédictins33 et l’importance croissante de l’abbaye. Le statut de dépendance de Saint-Gengulphe par rapport à Saint-Jean-Baptiste est ainsi une conséquence quasi naturelle de l’histoire de ces deux abbayes; esquissé par Baldéric avant 101834, il est précisé avec de nombreux détails par l’évêque de Liège Réginard en 102935.
C’est aussi sous Baldéric que se place la cession36, par Gérard de Cambrai, de l’abbaye Saint-Jean-Baptiste avec ses dépendances de Saint-Gengulphe et de Saint-cloître de l’abbaye de Maredsous (pi. VII, d; cfr. LAMBOT, Florennes, p. 11). Voir aussi MISONNE, Eclosion, p. 13.
26
Gesta episcoporum Cameracensium, III, 18; ed. BETHMANN, p. 470: utrumque (= Saint-Gengulphe et Saint-Jean-Baptiste) annuente Baldrico Leodicensium episcopo in cuiusparrochia sunt, consecravit. Dans le même sens, Vita Balderici, V; ed. PERTZ, p. 726.
27
Le terme d’oratorium est encore celui des deux versions (interpolées, mais de façon indépendante) de l’acte perdu d’avril (très vraisemblablement) 1018 (ed. BRESSLAU, MGH DD, III, p. 495) et de l’acte de 1033 qui a utilisé l’acte de 1018 comme Vorurkunde (ed. BRESSLAU, MGH DD, IV, p. 272). Sur le sens de ce mot pour Florennes, DEREINE, Saint-Gengulphe, p. 289-290.
28
DEREINE, Saint-Gengulphe, p. 290-291. Le terme précis de canonia est donné dans l’acte de Réginard de 1029: ed. BARBIER, A. H. E. B., XXI, 1888, p. 391.
29
KUPPER, Liège, p. 497.
30
Texte cité supra, n. 26.
31
Miracula Gengulphi, V; ed. HENSCHENIUS, p. 646: quam postea dominus abbas Werricus amplificavit. Sur la nature de ces agrandissements, voir infra, p. 278-279.
32
Chronicon, I, 21 ; ed. BETHMANN, MGH SS, VII, p. 530: a° 1026: Monasterium Florinacense dedicatura domno Gerardo, consentiente Reginardo episcopo Leodicensi.
33
Sur l’origine de ceux-ci et le rôle de Richard de Saint-Vanne, infra, p. 270 et 275.
34
L’acte de Réginard de 1029 précise, en effet : decretum super hecpredecessoris nostri dive memorie domini Balderici episcopi renovari et roborari censui (ed. BARBIER, A. H. E. B., XXI, 1888, p. 390).
35
Acte édité par BARBIER, A. H. E. B., XXI, 1888, p. 390-393. Analyse par DEREINE, Saint-Gengulphe, p. 291-293 et MISONNE, Chapitres séculiers, p. 419-423.
36
C’est probablement par anachronisme que Gilles d’Orval lie la donation à l’évêché de Liège de Y oppidum de Florennes à celle de l’abbaye Saint-Jean-Baptiste (Gesta episcoporum Leodiensium, II, 59; ed. HELLER, p. 63): Eius temporibus (se. Balderici) Gerardus Cameracensis episcopus cum fratre suo Godefrido Florinense oppidum cum monasterio in honore sancti Baptiste Johannis in eo constructo Leodiensis ecclesie subiecit dominio. Il semble en effet que la terre de Florennes fut donnée à Liège vers 1050 (cfr. KUPPER, Liège, p. 428 et n. 39-40); l’affirmation de Gilles ne peut toutefois pas être rejetée sans appel.
265
Aubin37, à l’évêché de Liège. Baldéric II ajouta alors au temporel38 de Saint-Jean Baptiste, les églises d’Anthée et de Leers et quelques autres biens39. On obtient donc le tableau chronologique suivant:
Saint-Gengulphe
Saint-Jean-Baptiste
c.
1002

arrivé
e des reliques de saint Gengul-phe à Florennes

débu
t des travaux de construction d’un oratorium
c. 1002 -octobre 1003

consécratio
n de Saint-Gengulphe (SG 1) par Notger: oratorium
Mort d’Arnoul (23 octobre 1002 ou 1003)47
avant juillet 1004

Richar
d »de Saint-Vanne* transmet à son ami Gérard des reliques de saint Jean-Baptiste; suite des travaux déjà entrepris par Arnoul
1008-1010/1011

consécratio
n de Saint-Jean-Baptiste par Baldéric II (église CANONIALE SJBI)
1010/1011

le
s chanoines de Saint-Jean-Baptiste sont placés à Saint-Gengulphe qui devient collégiale dépendant de Saint-Jean-Baptiste

Baldéri
c esquisse le statut de dépen-dance

Gérar
d remplace les chanoines de Saint-Jean-Baptiste par des moines (rôle de Richard »de Saint-Vanne*)
37
Cette donation attestée par les actes de 1018 (les deux versions interpolées concordent: ed. BRESSLAU, MGH DD, III, p. 494 et 496), 1029 (ed. BARBIER, A. H. E. B., XXI, 1888, p. 390-391) et de 1033 (ed. BRESSLAU, MGH DD, IV, p. 272) figure aussi dans des sources narratives: GILLES D’ORVAL, Gesta episcoporum Leodiensium, II, 59; ed. HELLER, p. 63 (texte cité supra, n. 30). – Vita Balderici, V; ed. PERTZ, p. 726. – ANSELME, Gesta pontificum Leodicensis ecclesiae, XXXI; ed. KOEPKE, p. 206. Cfr. aussi infra, p. 270-271.
38
La dotation primitive de Saint-Jean-Baptiste peut, grosso modo, être déduite des actes de 1018 et 1033; en prenant comme point de départ la première liste de biens de 1033 et en en retirant les biens donnés consécutivement au décès d’Arnoul II et ceux concédés par Baldéric: voir infra, p. 272.
39
Le lien de causalité entre l’acquisition de Saint-Jean-Baptiste par Baldéric et la donation des deux églises est explicitement présentée par les sources: ut eamfirmius teneret ecclesia Leodiensis (acte de 1033; ed. BRESSLAU, MGH DD, IV, p. 272). – ut abbatiam iam dictam Leodiensis ecclesia firmius teneret (acte de 1018; ed. BRESSLAU, MGH DD, III, p. 496). – ne alicuius reipenuria tranqutllo monachorum gregi peccandi gigneretur materia (Vita Balderici, V; ed. PERTZ, p. 726). – cui monasterio ne quit Deo ibidem servientibus minus suppeteret (ANSELME, Gesta episcoporum Leodiensium, XXXI; ed. KOEPKE, p. 206; formule semblable chez GILLES D’ORVAL, Gesta episcoporum Leodiensium, II, 59; ed. HELLER, p. 63). L’identité des deux églises est donnée, sans équivoque possible, par les actes de 1018 et 1033; on peut donc négliger le témoignage de Gilles d’Orval (loc. cit.) qui reprend bien l’église de Leers mais remplace Anthée par Sancta Maria in Rovera, église inconnue par ailleurs.
266
Saint-Gengulphe
Saint-Jean-Baptiste
1010/1011-1015 (début 1015?)40

Saint-Jean-Baptist
e et ses dépendan-ces sont données par Gérard, Gode-froid et Arnoul à l’évêché de Liège

Baldéri
c augmente le patrimoine de Saint-Jean-Baptiste
1015
(fin
1015?)

augmentatio
n du temporel de Saint-Jean-Baptiste (»testament« d’Arnoul II)41
1010/11-1018 (1015?)

Consécratio
n de Saint-Gengulphe (SGII) par Baldéric: canonia (travaux sur l’ordre de Werry)
40
Le terminus ante quem de septembre 1015 provient de ce que la donation de Florennes à Liège est l’oeuvre conjointe de Gérard, Godefroid et Arnoul (ce dernier meurt en septembre 1015; voir note suivante), même si certaines sources, d’origine épiscopale cambrésienne, glorifient parfois le seul Gérard. Voir, par exemple, les actes de 1018 (ed. BRESSLAU, MGH DD, III, p. 494) et 1033 (cum autem tradita esset ab ipsis tribus fratribus… ; ed. BRESSLAU, MGH DD, III, p. 272). La date de 1015 est, quant à elle, donnée par les Annales de Gembloux (ap. BETHMANN, MGH, SS, VII, p. 471, n. 86).
41
L’obituaire de Florennes précise le jour du décès d’Arnoul II (12 septembre) et de sa femme Helvide (17septembre): ed. MISONNE, Florennes, p. 98. Les circonstances et l’année du décès sont, elles, connues par un acte non daté par lequel Réginard, évêque de Liège, confirme une liste de biens donnés par Gérard de Cambrai et Godefroid de Florennes à Saint-Jean-Baptiste, suite au décès d’Arnoul IL II n’y a, à mes yeux, aucune raison de douter de la véracité de l’acte pour autant qu’on ne se méprenne pas sur sa portée réelle (il ne s’agit, en aucun cas, du »testament« d’Arnoul II), ni sur la valeur de la date, qui est celle de la donation à Saint-Jean-Baptiste; la mention de l’année II (et non XII; cfr. BERLIÈRE, Documents inédits, I, p. 7, n. 1) de Yimperium d’Henri II et du millésime de 1015, ainsi que la mention du décès d’Arnoul II et de Helvide, permettent de préciser la date de la donation entre le 17 septembre et la fin de 1015. Voir aussi ROLAND, Rumigny-Florennes, p. 38, n. 1, qui a mieux vu la nature de l’acte que BERLIÈRE, Documents inédits, I, p. 7, n. 1. Dom Misonne signale (Obituaire, p. 102, n. 3) qu’à l’édition Berlière d’après un recueil de 1708 (édition suivie ici par commodité), il faut préférer celle de Devillers, antérieure mais reposant sur une copie notariée (1707) de l’original (L. DEVILLERS, Description analytique de cartulaires et de charniers, t. III, Mons, 1867, p. 258-259). Les différences entre les deux éditions ne concernent que la forme et l’orthographe; on attendra donc l’édition des actes des évêques de Liège par A. Joris et J.-L. Kupper pour se prononcer définitivement. Sur le décès d’Arnoul II, voir ROLAND, Rumigny-Florennes, p. 29-30 et MISONNE, Florennes, p. 102. On ne peut s’empêcher d’être frappé par une correspondance de dates: Arnoul est dit, dans la charte de Réginard, avoir été tué lors d’une guerre (in bello occiso); or, le 12 septembre 1015 (date bien assurée de la mort d’Arnoul) se déroulait la fameuse bataille de Florennes entre le comte de Louvain Lambert – qui y perdit la vie – et le duc de Lotharingie et ses alliés – dont la famille de Florennes. On ne doit cependant aller trop vite dans les déductions puisqu’à aucun moment, les sources relatives à cette bataille ne font état de la mort d’Arnoul; la coïncidence pourrait donc être fortuite. Sur cette bataille de 1015, les sources majeures sont: Gesta episcoporum Cameracensium, III, 9 et 12; ed. BETHMANN, p. 469. – GONZON, Miracula Gengulphi, XVII; ed. HENSCHENIUS, p. 648-649. – Annales Floreffienses, a° 1015; ed. BETHMANN, p. 622. – Gesta episcoporum Leodiensium abbreviata; ed. HELLER, p. 131. Voir aussi le curieux article de C.VAN DER ELST, Singularité du combat de Florennes (12 septembre 1015), dans: Le Messager des Sciences Historiques, 1877, p. 229-230.
267
Saint-Gengulphe
Saint-Jean-Baptiste
avril
(?) 1018

Henr
i II prend Saint-Jean-Baptiste sous sa protection; il en confirme la possession à l’évêché de Liège; il énu-mère le temporel de l’abbaye ^dota-tion primitive* avec quelques addi-tions)
1026

Consécratio
n de Saint-Jean-Baptiste par Réginard (église MONASTI-QUE S JB II + bâtiments)
1029
Réginard précise les liens entre Saint-Jean-Baptiste et Saint-Gengulphe
1033

Conra
d II confirme les biens de Saint-Jean-Baptiste (dotation primitive + accroissements)42
B. L’ABBAYE SAINT-JEAN-BAPTISTE
ET LE CHAPITRE SAINT-GENGULPHE DE FLORENNES DANS LA PREMIÈRE MOITIÉ DU XIe SIÈCLE
1.
Historique
On a vu, par l’exposé chronologique qui précède, que l’existence de deux institutions religieuses à Florennes est due à la volonté expresse de la famille seigneuriale du lieu et, en particulier, d’Arnoul Ier 43 puis de Gérard, le futur évêque de Cambrai. On peut scinder l’histoire de Saint-Gengulphe et de Saint-Jean en deux phases nettement différenciées : la première, commencée par Arnoul Ier, est achevée, sur le plan de leur père, par les fils d’Arnoul (Godefroid, Arnoul II, Gérard et Walter); la seconde est entreprise et menée à bien par Gérard, avec le consentement de ses frères.
La première phase est purement seigneuriale: Arnoul accueille les reliques de Gengulphe dans sa chapelle castrale puis décide l’édification d’un oratorium dédié à saint Gengulphe, consacré de son vivant, par Notger44; il fait construire, au même moment, une collégiale destinée à abriter quelques chanoines. Ce faisant, il se situe dans la même ligne que son voisin, le seigneur de Walcourt qui, au tout début du XIe siècle, fondera aussi un chapitre seigneurial45; le rapprochement avec la fondation du chapitre Sainte-Monégonde de Chimay serait tout aussi probant, si la date proposée
42
DEVROEY, Florennes. Cfr. aussi infra, n. 77.
43
Arnoul Ier est, rappelons-le, le fils d’Alpaïde et du comes Godefroid, comte en Hainaut (Miracula Gengulphi, III; ed. HENSCHENIUS, p. 648). C’est à lui que, suivant l’Historia Walciodorensis monasterii (voir supra, 176) Eilbert aurait cédé sa terre de Florennes; le frère d’Arnoul, Godefroid, n’a probablement existé que dans l’imagination du chroniqueur de Waulsort (voir MISONNE, Obituaire, p. 100). Sur Arnoul Ier, voir, par exemple, MISONNE, Obituaire, p. 99-100; ROLAND, Rumigny-Florennes, p. 23-28; SPROEMBERG-DUVOSQUEL, Gérard Ier, col. 287-288.
44
Sur la chronologie et la succession des événements, supra, p. 266-268 (tableau).
45
Infra, p. 280-282. Voir aussi le cas du chapitre d’Incourt vers 1036; cfr. DIERKENS, Ragenuphle.
268
par G. Despy pour la fondation de celui-ci devait être vérifiée46. A la mort d’Arnoul (le 22 octobre 1003?)47, les travaux de la collégiale sont bien avancés, suffisamment pour que Gérard, alors chanoine de Reims, puisse célébrer – à la Noël 1003?48 – une messe dans la future église abbatiale49, mais pas assez pour qu’Arnoul Ier puisse y être enterré50 ou que les reliques de Jean-Baptiste que Gérard amenait de Reims puissent y demeurer51. En attendant la consécration de l’église canoniale entre 1008 et 1010/1011, ces reliques seront conservées intra murum, c’est-à-dire probablement dans la chapelle castrale de Florennes52. L’oeuvre laissée inachevée par la mort d’Arnoul sera menée à bonne fin par ses quatre fils avec la constitution du chapitre dédié à saint Jean-Baptiste, construit sur le site même de l’ancienne église paroissiale53 et où seront conservées d’autres reliques précieuses54. Entre 1008 et 1010/1011, s’achève la première phase de l’histoire religieuse de Florennes au XIe siècle: un oratorium – simple église de pèlerinage – Saint-Gengulphe et un petit chapitre seigneurial de chanoines séculiers au titre de Jean-Baptiste55.
46 Supra, p. 145-146.
47
Pour la mort d’Arnoul Ier, on possède un terminus post quem possible (1001-1002) et un terminus ante quem sûr de juillet 1004 (supra, n. 24); la vraisemblance et la succession des événements telle que la présentent les Miracula Gengulphi me poussent néanmoins à opter pour l’année 1003. L’obit d’Arnoul se fête, en effet, le 22 octobre (MISONNE, Obituaire, p. 98 et 100; date à préférer à celle du 30 septembre, donnée par BROUETTE, Obituaire, p. 50-51); ce qui exclut 1004. Par ailleurs, les reliques de Gengulphe arrivèrent à Florennes en mars (cfr. Miracula Gengulphi, III; ed. HENSCHENIUS, p. 648) et la décision de construire un oratorium n’a pu être prise qu’après les miracles suscités par la première Saint Gengulphe (6 mai) célébrée à Florennes; ledit oratorium a été consacré par Notger du vivant d’Arnoul, en 1002, si l’on suit les Annales Floreffienses (ed. BETHMANN, p. 622). Enfin, à la mort d’Arnoul, les travaux de Saint-Jean-Baptiste étaient déjà avancés (infra, n. 48-51). Ce qui ne laisse guère comme date possible pour la mort d’Arnoul Ier que le 22 octobre 1003 ou, éventuellement, le 22 octobre 1002.
48
Miracula Gengulphi, VII; ed. HENSCHENIUS, p. 648: At religiosus Gerardus ecclesiam quam devoverat aedificare maturavit: in qua Navitatem Domini supervenientem cum clericis suis celebravit. Si je retiens la date de Noël 1003, c’est qu’Arnoul aurait été enterré à Saint-Jean si les travaux de l’église avaient été suffisamment avancés pour cela (infra, n. 50) et que Gérard n’a pu recevoir les reliques de Jean-Baptiste après juillet 1004. Gérard serait rentré de Cambrai en hiver 1003 à la nouvelle de la mort de son père. Si l’on n’accepte pas cette hypothèse chronologique, on ne peut, en tout cas, placer la Noël célébrée par Gérard dans l’église Saint-Jean-Baptiste encore en chantier, qu’entre octobre 1002 (supra, n. 47) et juillet 1004 (date de réception des reliques), c’est-à-dire en 1002 ou en 1003. Les clerici sui dont font état les Miracula à deux reprises dans le chapitre VII, sont – comme je l’ai supposé plus bas (n. 122) – les clerici délégués par Arnoul Ier au culte de Gengulphe (voir le chap. IV, décisif en ce sens, des Miracula Gengulphi; ed. HENSCHENIUS, p. 648).
49
Si l’on prend les termes utilisés dans leur acception précise, on remarquera ici un anachronisme de Gonzon (Miracula Gengulphi, VII; ed. HENSCHENIUS, p. 648): Gérard n’a pu lui-même célébrer la Noël, puisqu’à cette année, il n’était pas encore prêtre. Il n’obtient en effet la prêtrise qu’en mars 1012, à Nimègue; cfr. SPROEMBERG-DUVOSQUEL, Gérard Ier, col. 291.
50
Miracula Gengulphi, VI; ed. HENSCHENIUS, p. 64$:afiliis intra veterem ecclesiam S. Martini sepelitur.
51
Miracula Gengulphi, VII; ed. HENSCHENIUS, p. 648: et quia opus adbuc erat imperfectum et incultum, reliquias sacras recondit intra murum.
52
C’est dans cette chapelle castrale que furent déposées, à leur arrivée à Florennes, les reliques de saint Gengulphe: quas deferens, in ecclesia S. Matthaei intra castrum eius rogatu deposuit (Miracula Gengulphi, III; ed. HENSCHENIUS, p. 648).
53
Infra, p. 279 et n. 137.
54
Supra, n. 20.
55
En 1029, on précise en effet que la canonia sancti Gengulphi comprenait sept clercs, dont quatre canonici; les deux prêtres paroissiaux étaient probablement ceux qui, à l’arrivée de la petite communauté
269
En 1010-1011 commence la seconde phase. Gérard décide d’établir une abbaye bénédictine à Saint-Jean-Baptiste; la communauté canoniale qui y résidait est placée à Saint-Gengulphe, avec un statut de dépendance totale vis-à-vis de la nouvelle abbaye. Il en résulte une double série de travaux: l’adaptation de Saint-Gengulphe à sa nouvelle destination (consécration entre 1010/1011 et 1018, vraisemblablement en 1015)56 et la construction, plus longue, des bâtiments monastiques de Saint-Jean-Baptiste (consé-cration en 1026)57. Au niveau de l’organisation monastique, la direction est assurée par l’ami de Gérard, Richard de Saint-Vanne58, puis par un abbé, Werry59. Le nom même de Richard indique que l’orientation bénédictine donnée à Saint-Jean-Baptiste se fait dans le contexte rigoureux de la »réforme« monastique du XIe siècle.
On peut s’interroger sur les raisons du changement d’attitude de la famille de Florennes en général, de Gérard en particulier. A cette époque, Gérard avait quitté Reims – milieu auquel appartenaient aussi son frère Eilbert (qu’il nommera plus tard abbé de l’abbaye de Saint-André du Cateau, fondée à son initiative), Poppon (le futur abbé de Stavelot) et le comte Frédéric de Verdun60 – pour devenir chapelain à la chapelle palatine d’Henri II61. Les dates exactes pendant lesquelles il remplit cette charge sont inconnues, vraisemblablement pendant plusieurs années et, en tout cas, avant le 1er février 1012, puisque ce jour, Henri II l’avait désigné comme évêque de Cambrai pour remplacer Erluin, mourant, qui décédera le 3 février62. Le choix de Gérard pour occuper un poste de confiance, particulièrement difficile, montre notamment l’estime d’Henri II pour le fils d’Arnoul Ier et la convergence totale entre les deux hommes des perspectives politiques et religieuses63. C’est probablement sous l’influence conjuguée de Richard de Saint-Vanne, d’Henri II et de son entourage que Gérard décida de promouvoir l’ordre monastique et de lui assujettir le chapitre séculier fondé peu auparavant. On comprendra d’autant mieux l’appui qu’Henri II accorda en avril 1018, à l’abbaye Saint-Jean-Baptiste de Florennes en lui délivrant un acte de protection et de confirmation de biens64. On comprendra aussi que c’est l’année 1012
canoniale, assuraient les offices liés au culte de Gengulphe. En ce cas, le chapitre seigneurial Saint-Jean-Baptiste n’aurait comporté que quatre chanoines; nombre qui n’est pas exceptionnel (voir le décompte de GENICOT, Eglises mosanes, p. XXXV, n. 55). Cfr. infra, n. 92.
56
Supra, n. 31 et infra, p. 271-272.
57
Supra, p. 268 et infra, p. 277.
58
Infra, p. 275.
59 Infra, p. 276 et 340-341.
60
SPROEMBERG-DUVOSQUEL, Gérard Ier, col. 289.
61
SPROEMBERG-DUVOSQUEL, Gérard Ier, col. 289.
62
SPROEMBERG-DUVOSQUEL, Gérard Ier, col. 289-291.
63
Ceci implique qu’Henri II devait bien connaître Gérard; d’autant plus que sa décision – prise avant même la mort de l’évêque précédent – se heurtait à une difficulté d’ordre religieux: Gérard n’était pas encore prêtre lorsqu’Henri le désigna comme évê