La pierre et le sel:« Guillaume Apollinaire, un chercheur passionné d’art nouveau -ce qu’il a écrit de mieux est classique,ce qui est « moderne »-Calligrammes »-est illisible

La pierre et le sel

Amis de André Laude (association)
Bruno Doucey (éditions)
hamamama
Les liens de la Pierre et le Sel

« Guillaume Apollinaire, un chercheur passionné d’art nouveau | Accueil | Charles Vildrac, poète de la fraternité »
31 janvier 2012
Pierre Jean Jouve un poète mystique de l’Éros

Pierre Jean Jouve
Pierre Jean Jouve est un personnage singulier, à la fois, par une vie qui fut riche en rebondissements, par sa quête de spiritualité et par un cheminement littéraire traversé de ruptures.

Il naît à Arras en 1887, dans une famille bourgeoise plutôt austère, d’un père directeur d’assurances assez dépourvu de fibre paternelle et d’une mère musicienne qui lui transmettra l’amour de la musique.
Il fait des études secondaires, puis de mathématiques et de droit. Il se marie en 1910 avec Andrée Charpentier, professeur d’histoire, qui aura sur lui, pendant cette période, une influence bénéfique propice à la création poétique.
Pendant les premières années de la Grande Guerre, il est infirmier volontaire à l’hôpital des contagieux, où il contracte des maladies qui l’obligent à quitter ce service.
Au printemps de 1914 naît son fils Olivier. Au cours de cette période, et jusqu’à la fin de la guerre, il écrit de nombreux textes pacifistes.
En 1921, pendant un séjour à Florence, il rencontre et engage une relation avec Blanche Reverchon, une psychanalyste qui va avoir sur lui une influence décisive, puisqu’elle va être à l’origine de son divorce, lui faire connaître l’œuvre de Freud, provoquer un reniement complet de toute son œuvre antérieure à 1925 et lui faire inaugurer une poétique nouvelle,

« orientée vers deux objectifs fixes : d’abord obtenir une langue de poésie qui se justifiât entièrement comme chant (…) pas un des vers que j’avais écrits ne répondait à cette exigence (…) et trouver dans l’acte poétique une perspective religieuse (…) Un mouvement vers le haut, un mouvement de conscience que je propose de nommer spirituel se présentait à l’esprit par ces deux objectifs réunis. »

In postface de Noces, © Au Sans Pareil, 1928

Cette poésie est, sans aucun doute, mystique, (nourrie de la lecture d’auteurs tels que Jean de la Croix, Catherine de Sienne ou Thérèse d’Avila), quêteuse de sacré, mais n’a rien d’éthérée . Elle est, en même temps, profondément charnelle, obsédée par le désir, avec, parfois, un arrière-plan morbide et acculée aux ressorts primordiaux que sont la Vie et la Mort. Pour lui, il n’y a pas de péché originel, comme dans la Genèse, mais un péché d’existence lié à la naissance, puis à une mort symbolique, qui serait facteur de renaissance, sublimée dans le désir d’écrire.
Sur le plan formel, elle s’oppose au surréalisme dont Jouve rejette « le côté artificiel des automatismes » et « l’exploitation publicitaire de l’inconscient ». Il donne, par ailleurs, une grande importance à l’écriture et à sa musicalité, en grand passionné de musique depuis l’enfance et doté des connaissances techniques qui lui permettront, sur un autre registre, de consacrer un essai à Mozart.

Ainsi qu’Yves Bonnefoy avec le personnage de Douve, P.J. Jouve a inventé son mythe d’Hélène, récurrent dans Matière céleste, Proses, et Dans les années profondes, à partir des femmes réellement rencontrées au cours de sa vie, et comme le souligne Jérôme Thélot dans sa présentation du livre regroupant ces trois recueils publié par Poésie /Gallimard :

« (…) Il n’y a pas de musique dans la poésie moderne, plus somptueuse que celle où se produisent ces images d’Hélène et de Lisbé en lesquelles sont transfigurées et exhaussées les expériences vécues par Jouve, au point qu’il ne fait pas de doute que le poète a retrouvé là l’ancienne ambition de la poésie, d’accéder à une réalité supérieure depuis laquelle s’ordonnent les hasards de la vie et du monde. »

Le couple Jouve/Reverchon va durer jusqu’à la mort de Blanche en janvier 1974, suivie un an plus tard par celle de Jouve qui est enterré au cimetière Montparnasse, près de la tombe de Baudelaire. On peut lire à propos de Blanche Reverchon une page très intéressante sur le site Pierre Jean Jouve, À la recherche de Blanche.

Cette fidélité en amour de plus d’un demi-siècle mérite d’être soulignée, parce que, semble-t-il, elle constitue, par ailleurs, une exception dans la vie du poète, qui aura rompu avec son père, son fils, sa première épouse, ses amis pacifistes Romain Rolland, Charles Vildrac, Georges Duhamel, du Groupe de l’Abbaye, et ses éditeurs Paulhan et Gallimard.

Son œuvre au lyrisme complexe et incandescent a fait l’objet d’une très importante somme d’études critiques universitaires et de la part de poètes, dont entre autres, Yves Bonnefoy, Salah Stétié, Béatrice Bonhomme, et comme l’écrit celle-ci, qui vaut pour toute poésie : « le secret est intime à l’œuvre, car il n’y a pas une œuvre de quelque importance qui veuille vraiment livrer son fond, et expliquer son but avec son origine. »

Trésor

J’ai un trésor qui est toi, et bien que sans cesse menacé par le Temps voleur : trésor. Tu es trésor par l’intervention que tu as osé faire jadis pour transformer en moi cent choses de profondeur et me conduire à moi-même. Tu es trésor par la présence incessante constante et fidèle à tous les tourbillons, crises, malheurs passagers. Tu es trésor de jugement, pendant des âges et des âges. Tu es trésor de patience et d’impatience, quand tu aides à toutes solitudes et ajoutant de singulières lumières. Tu fus trésor par la connaissance hardie et dangereuse où tu m’as plongé et entretenu. Je ne pense plus désormais qu’au Temps et au danger que le temps suspend sur mon trésor, mais comme toi-même le proclames, je fais confiance au trésor pour toujours.

In Proses, © Poésie/Gallimard, 1995, p. 233
(Texte adressé à Blanche Reverchon)

****
Jouve, Dans les années profondes

Une seule femme endormie

Par un temps humble et profond tu étais plus belle
Par une pluie désespérée tu étais plus chaude
Par un jour de désert tu me semblais plus humide
Quand les arbres sont dans l’aquarium du temps
Quand la mauvaise colère du monde est dans les cœurs
Quand le malheur est las de tonner sur les feuilles
Tu étais douce
Douce comme les dents de l’ivoire des morts
Et pure comme le caillot de sang
Qui sortait en riant des lèvres de ton âme

In Matière Céleste, Hélène, Poésie/Gallimard 1995, p.102

****

Hélène dit

Conduis-moi dans ce couloir de nuit
Amant pur amant ténébreux
Près des palais ensevelis par la nostalgie
Sous les forêts de chair d’odeur et de suave
Entrecoupées par le marbre des eaux
Les plus terribles que l’on ait vues ! Et qui es-tu
Inexprimable fils et pur plaisir
Qui caches le membre rouge sous ton manteau
Que veux-tu prendre sur mon sein qui fut vivant
Devant mon pli chargé des ombres de la mort
Pourquoi viens-tu à l’épaisseur de mes vallées de pierre ?

Ibid, p.112

****
Jouve, Les noces

Poème

Le désir de chair est désir de la mort
Le désir de la fuite est celui de la terre
L’excrément des villes c’est l’amour de l’or
Le désir de la jeunesse est l’appétit du cimetière

Les faims sont dures comme des femmes nues
Sur le lit du jour j’aime épouse je souffre
Les perles matinales dorment de lumière
Le long du rivage ourlé vert de la mort

Ce n’est pas en vain que les saints du Christ
Furent en lutte amère avec le diable
Ce n’est pas en vain que les seins du Christ
Dans la ténèbre n’étaient point distingués de ceux du diable

Compte seulement le poids des larmes
Non pour elles mais pour le vide qu’elles font
Et roulant sur la noire paroi de vertige
Dans ce monde aboli : tu approches de l’Un

In Matière Céleste, Nada, Poésie/Gallimard 1995, p.130

Bibliographie

Pour l’essentiel et faire connaissance avec le poète, l’anthologie de © Poésie/Gallimard qui regroupe Dans les années profondes, Matière céleste, et Proses, 1995.

Internet

Sur Wikipedia, bio-bibliographie très complète
Le site Pierre Jean Jouve
La modernité rebelle de Pierre Jean Jouve, un article de Aude Préta de Beaufort sur fabula.org
Pierre Jean Jouve ou l’expérience intérieure des mots, un article sur le site Loxias

Contribution de Jean Gédéon

Rédigé à 07:00 dans Auteurs | Lien permanent

Reblog (0)
Commentaires

Poésie triste venant d’une période terrible de l’histoire de l’humanité, que fut la guerre de 14/18, des malheurs qu’a côtoyés P.Jean-Jouve, un hymne de désespoir, loin des chants de jeunesse du monde que furent les poésies des Grecs et des Latins, ou des merveilleux poètes comme Verlaine, Baudelaire, Apollinaire…

Rédigé par : Henry Zaphiratos | 03 septembre 2013 à 09:21
Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n’apparaitront pas tant que l’auteur ne les aura pas approuvés.
Comment below or sign in with Typepad Facebook TwitterGoogle+and more…

(Liens créés automatiquement.)

Vos informations

(Le nom et l’adresse email sont obligatoires. L’adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Rechercher
Catégories

Actualité
Auteurs
Entretiens
Liens amis
Médias
Passerelles
Patrimoine
Recueils
Revues
Textes
Éditeurs

Les notes récentes

Un jour, un texte : Dylan Thomas | Au commencement
Recueil : Jerome Rothenberg | Secouer la citrouille
Un jour, un texte : poèmes de Joseph Paul Schneider
Un jour, un texte : Hélène Cadou | Déjà je ne trouve plus ton visage…
Des revues
Actu-poème : en regard du martyr d’Alep
Poèmes en regard de la mort et du deuil
Un jour, un texte : Claude Roy | Choses qui font qu’on se demande pourquoi on est triste
Lydia Padellec, sur la trace du vent
Recueil : Yves Namur | Les lèvres et la soif

Archives

novembre 2016
octobre 2016
septembre 2016
août 2016
juillet 2016
juin 2016
mai 2016
avril 2016
mars 2016
février 2016

La pierre et le sel
Powered by TypePad

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s