Breizh info : Une plainte déposée contre la campagne « le sexe entre hommes » du ministère de la Santé – éloge de la perversité

Une plainte déposée contre la campagne « le sexe entre hommes » du ministère de la Santé

sexe_hommes_touraine

24/11/2016 – 08H00 France (Breizh-info.com) –  Depuis plusieurs jours, une nouvelle campagne d’affichage publicitaire du ministère de la Santé provoque l’émoi sur les réseaux sociaux. Une plainte vient d’être déposée par l’association des Juristes pour l’enfance contre le ministère de la Santé. Cette campagne, qui se décline en plusieurs affiches, comporte à chaque fois deux homosexuels et des slogans comme : « s’aimer, s’éclater, oublier, les situations varient, les modes de protection aussi » ou encore « avec un amant, avec un ami, avec un inconnu, les situations varient, les modes de protection aussi », ou « coup de foudre, coup d’essai, coup d’un soir, les situations varient, les modes de protection aussi ».

L’association a déposé une plainte devant le jury de déontologie publicitaire.

L’association « aimerait ainsi qu’on reconnaisse la dangerosité du message véhiculé par ces affiches – deux hommes torse nu qui s’enlacent derrière des slogans « avec un amant, avec un ami, avec un inconnu » ou « coup de foudre, coup d’essai, coup d’un soir ». Sans parler du malaise que cela peut susciter auprès des jeunes et des enfants, le message transmis est en effet celui d’une incitation au « multi-partenariat », qui plus est entre hommes, comportement établi comme étant « à risque ». La gravité de cette invitation au vagabondage sexuel est accentuée par l’accès direct à ces affiches, accessibles à tous publics, en tous lieux et notamment près des écoles.» explique Adeline Le Gouvello,, avocate de l’association à Famille Chrétienne.

Le jury de déontologie de la publicité est une instance chargée d’examiner si la publicité est conforme aux pratiques et à la déontologie de la profession. « Les dispositions sont assez claires : la publicité ne doit comporter aucune représentation ni aucune description de pratiques potentiellement dangereuses. En outre, la dénonciation de la situation ou du comportement dangereux doit être non équivoque, de manière à ne pas aboutir au résultat contraire. Le jury de déontologie a d’ailleurs déjà mis en garde des opérateurs de téléphonie internet qui montraient un enfant sur une rampe. L’image a été supprimée pour ne pas inciter les enfants à adopter ce comportement dangereux. Une publicité qui incite au vagabondage sexuel entre hommes, d’autant plus sur une population à risque, est un encouragement à banaliser et faire adopter des comportements dangereux. Au lieu de faire de la « prévention », la publicité arrive à l’inverse du but recherché ! C’est assez préoccupant de la part d’un ministère de la santé publique.» poursuit l’avocate.

Toutefois, le jury n’a pas le pouvoir d’ordonner le retrait des affiches concernées, mais peut réclamer un encart dans les journaux, ce qui constituerait un revers pour le ministère de la Santé. Le président de ce jury peut toutefois demander à ce que cet affichage soit retiré.

Certains maires, comme à Aulnay-sous-Bois ou à Angers ont déjà pris des mesures interdisant cet affichage, ce qui a suscité la hargne de Marisol Touraine. Celle-ci a décidé de saisir elle aussi la justice . « Pour la santé publique et contre l’homophobie, je saisis la justice après la censure par certains maires de la campagne de prévention du VIH », a-t-elle déclaré.

Isabelle Le Callennec : «les socialistes sont prêts à tout »

Isabelle Le Callennec, députée LR d’ Ile-et-Vilaine – et soutien de François Fillon pour la primaire de la droite – a jugé cette campagne « choquante et très suggestive. Il y a un message électoral en direction d’une communauté (…) les socialistes sont prêts à tout ».

De nombreux parents ont réagi, se disant choqués à la vue de telles affiches.  « C’est une incitation à les recouvrir », affirme un internaute. Une pétition réclamant l’arrêt de l’affichage a déjà été signé par plus de 45 000 personnes . « Cette campagne d’affiches est en totale violation de la loi civile. Elle diffuse un message extrêmement choquant pour nos enfants, d’autant plus qu’il est avéré qu’elle a été indifféremment affichée jusque près de leurs écoles.  Cette campagne a également un caractère particulièrement homophobe dans la mesure où elle réduit les personnes homosexuelles à de simples copulateurs compulsifs.», expliquent les initiateurs (le Parti Chrétien Démocrate).

Photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2016 dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s