ASAF: LE SERVICE D’INFRASTRUCTURE DE LA DÉFENSE (SID

LE SERVICE D’INFRASTRUCTURE DE LA DÉFENSE (SID)
Le patrimoine immobilier du ministère
de la Défense revêt un enjeu particulier
compte tenu de son dimensionnement,
de sa diversité, de son caractère stratégique
pour la mission opérationnelle des
armées, mais aussi compte tenu de sa prégnance
sur les conditions de vie et de travail
des personnels du ministère. C’est
également un enjeu financier majeur : le
ministère de la Défense investit chaque
année environ 1,5 milliards d’euros pour
adapter et entretenir son patrimoine.
Rattaché au secrétariat général pour l’administration
(SGA), le service d’infrastructure
de la Défense tient une place
particulière, tant les problématiques d’infrastructure
sont essentielles pour permettre
aux armées, directions et services
Référent ministériel et expert unique pour l’infrastructure militaire, le service d’infrastructure
de la Défense (SID) est le service commun à l’ensemble du ministère de
la Défense en matière de construction, de maintenance immobilière, de gestion administrative
et technique du patrimoine immobilier.
L’école de maistrance à Brest Le cercle des officiers de Strasbourg
La caserne des pompiers de Montmartre
L’école de Saumur La caserne des Recollets à Versailles
La chapelle de l’hôpital du Val de Grâce
40 AUTOMNE 2015
LE SERVICE D’INFRASTRUCTURE DE LA DÉFENSE (SID)
de remplir leurs missions dans de bonnes
conditions. L’action du SID est déterminante
pour permettre aux forces de remplir
leur contrat opérationnel, par la
projection de son personnel militaire
technique en opérations extérieures et
son implication dans la disponibilité des
infrastructures liées au maintien de la
posture opérationnelle des armées.
Evolutions récentes du service
Le soutien infrastructure du ministère de
la Défense a été profondément modifié
ces dernières années. Alors que les attributions
en matière d’infrastructure et
d’énergie relevaient de chacune des armées
jusqu’en 2005, le SID est aujourd’hui
l’interlocuteur unique du
ministère de la Défense. Son organisation
et son implantation territoriale actuelles
résultent en particulier de la transformation
profonde entreprise à partir de 2005.
Le regroupement des directions centrales
des services d’infrastructures (2005)
Le 12 septembre 2005 marque la naissance
du service d’infrastructure de la Défense
et son rattachement hiérarchique au
secrétariat général pour l’administration.
La fusion des directions centrales des
trois services constructeurs des armées
(direction centrale du génie, direction
centrale des travaux immobiliers et maritimes,
direction centrale de l’infrastructure
de l’air) marque la création d’un
service commun à l’ensemble du ministère
de la Défense pour le soutien immobilier.
Les écoles de Coëtquidan Les chantiers de construction navale à Lorient
Casernement à Clermont-Ferrand Le lycée militaire de Saint-Cyr-l’École
AUTOMNE 2015 41
LE SERVICE D’INFRASTRUCTURE DE LA DÉFENSE (SID)
Une direction centrale (DCSID) est créée,
tandis qu’au niveau local, les organismes
conservent leur organisation, leurs missions
et leurs appellations.
L’unification des réseaux d’infrastructure
Terre, Air et Marine (2008)
En 2008, la logique d’interarmisation se
poursuit : les DRG (directions régionales
du génie) et DTM (direction des travaux
maritimes) deviennent DRSID (directions
régionales du SID). Les DT (directions de
travaux) et SLC (services locaux constructeurs)
prennent le nom de DID (directions
d’infrastructure de la Défense). Les EG
(établissements du génie) deviennent EID
(établissements d’infrastructure de la Défense).
Le 1er janvier 2011, le réseau spécifique
aux bases aériennes (ministère de l’Écologie)
est intégré au SID. Par ailleurs, le
SID se voit confier la gestion des infrastructures
de la DGA, de la DIRISI, du
SEA (hors installations spécifiques pétrolières)
ainsi que les logements domaniaux.
À l’inverse, les infrastructures de
la Gendarmerie entrent dans le champ de
compétences du ministère de l’Intérieur.
L’organisation du SID
Le réseau SID se réorganise profondément
en 2011 afin de s’adapter à la nouvelle
organisation territoriale du soutien
des forces (création des bases de Défense).
En Métropole
• la direction centrale du SID (DCSID),
basée à Versailles : elle élabore la politique
d’infrastructure, définit les nouvelles
orientations, gère les moyens
humains et financiers, pilote la production
du service. Correspondant privilégié
des états-majors et des services centraux
du ministère, elle se divise en deux services,
« stratégie » et « réalisations ».
• le centre d’expertise des techniques de
l’infrastructure de la Défense (CETID) à
Versailles : pôle d’experts du SID, il succède
au service technique des bâtiments
fortifications et travaux (STBFT). Le
CETID regroupe l’ensemble des expertises
technique, d’ingénierie et fonctionnelle
indispensables au SID. Il donne des
avis, fournit des études, mène des expéri-
Chirurgie robotisée dans un hôpital militaire La direction du SID à Versailles
42 AUTOMNE 2015
LE SERVICE D’INFRASTRUCTURE DE LA DÉFENSE (SID)
mentations et participe au soutien des
forces sur les théâtres d’opérations extérieures.
• 7 Etablissements du SID (ESID) à Bordeaux,
Brest, Saint-Germain-en-Laye,
Lyon,Metz, Rennes et Toulon : ce sont les
entités de production qui couvrent l’ensemble
des activités de la fonction infrastructure.
Compétents en matière
d’assistance au commandement et de passation
de marchés, ils conduisent les opérations
d’investissement, le maintien en
condition et la gestion du patrimoine immobilier
en s’appuyant sur leurs pôles de
maîtrise d’oeuvre et de conduite d’opérations,
mais aussi sur leurs USID.
• 54 unités de soutien de l’infrastructure
de la Défense (USID), implantées au coeur
des bases de Défense : ce sont les structures
de proximité du SID. Elles apportent
aide et conseil dans la
programmation des infrastructures, l’expression
des besoins, la gestion du patrimoine
et la maintenance immobilière.
Rattachées aux ESID, elles sont placées
auprès des commandants de base de Défense
mais ne dépendent pas de leur autorité.
Hors Métropole
• 8 Directions d’infrastructure de la Défense
(DID) Outre-mer et à l’étranger : à
Cayenne (Guyane), Fort-de-France (Antilles),
Nouméa (Nouvelle-Calédonie), Papeete
(Polynésie française), Saint-Denis
(La Réunion), Dakar (Sénégal), Djibouti et
Libreville (Gabon). Elles conseillent et assistent
les commandements des forces de
souveraineté Outre-mer et de présence à
l’étranger.
• 1 détachement du SID aux Émirats
arabes unis relevant de la DID de Djibouti ;
• 1 détachement du SID en République
de Côte d’Ivoire relevant de la DID du
Gabon ;
• au coeur des forces projetées : le SID in-
Casernes réhabilitées à Chambéry L’ancien mess de Verdun
AUTOMNE 2015 43
LE SERVICE D’INFRASTRUCTURE DE LA DÉFENSE (SID)
tervient en opérations extérieures pour
soutenir les forces françaises projetées à
l’étranger lors de leur déploiement et de
leur installation dans la durée.
Les activités et les métiers de l’infrastructure
militaire
Conducteur d’opérations : piloter les
opérations de construction, de rénovation
et de maintien en condition au profit
des forces armées et de tous les
organismes du ministère de la Défense.
Le SID intervient, notamment, sur les infrastructures
stratégiques du ministère de
la Défense :
• installations industrialo-portuaires et
maritimes ;
• installations nucléaires ;
• installations aéroportuaires ;
• espaces d’instruction et d’entrainement,
champs et stands de tir ;
• installations hospitalières ;
• data center et centres de mise en oeuvre
de la DIRISI ;
• dépollution pyrotechnique et industrielle
;
• dépôts de munitions ;
• protection défense.
Il conduit également de nombreuses opérations
d’infrastructure liées à la condition
du personnel :
• logements (bâtiments cadres célibataires,
hébergement des militaires du
rang, logements des familles Outre-mer) ;
• bureaux ;
• restaurants (cercles mess, ensembles
alimentation loisirs) ;
• équipements sportifs.
En maîtrise d’ouvrage1 et en maîtrise
d’oeuvre2, des spécialistes du SID réalisent
les études, établissent les cahiers des
charges, passent les marchés publics, assurent
le suivi des chantiers et la livraison
des ouvrages achevés, règlent les
dépenses et les litiges éventuels.
Le centre national des sports à Fontainebleau
Implantation d’un PC au Tchad La base navale de Cherbourg
44 AUTOMNE 2015
LE SERVICE D’INFRASTRUCTURE DE LA DÉFENSE (SID)
Les projets d’infrastructure majeurs de
l’actuelle loi de programmation militaire
permettront, notamment, d’accueillir les
sous-marins Barracuda et les frégates
multi-missions de la Marine, les véhicules
de combat VBCI et les hélicoptères
(Tigre et NH90) de l’armée de Terre, les
avions de combat Rafale et les avions ravitailleurs
MRTT de l’armée de l’Air, la
rénovation des réseaux électriques des
ports, la rénovation des hôpitaux militaires,
etc.
Gestionnaire : administrer et entretenir
le patrimoine immobilier de la Défense.
Des agents domaniaux préparent les dossiers
des opérations foncières concernant
les terrains et les immeubles du ministère
(acte de vente, bail, acquisition, mise à
disposition, changement d’affectation,
etc.).
Des spécialistes de la gestion technique
du patrimoine organisent le maintien en
condition des infrastructures tout en maîtrisant
leur conservation et leurs coûts de
maintenance.
Le personnel dédié à l’ingénierie de la
maintenance ainsi que les agents des régies
d’infrastructure assurent l’entretien
des bâtiments conjointement avec les utilisateurs.
Enfin, en tant que référent énergie du ministère,
le SID contribue à l’amélioration
dans la durée de la performance énergétique
des emprises soutenues.
Conseiller : apporter assistance et expertise
au commandement dans la préparation
et l’exécution des opérations
d’infrastructure.
Le SID assiste le secrétaire général pour
l’administration dans l’exercice de ses attributions
dans le domaine de l’infrastructure
et complète l’action de la
direction de la mémoire, du patrimoine et
des archives (DMPA) en matière de politique
immobilière.
Le SID assiste les états-majors, directions
et services du ministère dans l’expression
de leurs besoins et étudient la faisabilité
des opérations. Il conseille le commandement
en matière de maîtrise d’ouvrage,
que ce soit sur le plan technique, administratif,
juridique ou financier.
Les experts techniques du CETID et les
bureaux « expertise » des ESID conseillent,
recherchent et expérimentent pour
apporter des solutions adaptées aux spécificités
de l’infrastructure militaire, aussi
La base d’Avord Ingénieurs militaires d’infrastructure
AUTOMNE 2015 45
LE SERVICE D’INFRASTRUCTURE DE LA DÉFENSE (SID)
bien sur le sol national qu’à l’étranger. Ils
forment un pôle de compétences reconnues
au-delà du ministère de la Défense.
Soutien des forces en opérations extérieures
: remplir le contrat opérationnel
Dans la bande sahélo-saharienne, en République
centrafricaine, au Liban et sur
tous les autres théâtres d’opérations, les
militaires du SID construisent, aménagent
et entretiennent les installations des forces
françaises projetées. Ils interviennent dès
la phase de déploiement des soldats sur le
terrain, c’est l’aide au déploiement, mais
l’essentiel de leur action se situe dans la
phase de stationnement au moment de
l’installation dans la durée des unités, c’est
le soutien au stationnement.
Ils participent aussi à des missions humanitaires
dans le cadre des actions civilo-
militaires (ACM) en aidant les
populations locales à reconstruire ou entretenir
leurs infrastructures vitales
(routes, aéroports, écoles, puits, etc.).
Ainsi, des militaires du SID ont participé
récemment à la construction d’un centre
de traitement Ebola en Guinée, en soutien
de la sécurité civile.
Le SID et les ambitions de son projet de
service 2020
« Être opérationnel à vos côtés » : le projet
de service SID 2020, défini dès l’été
2014 dans ses grandes lignes, porte l’ambition
du service et en définit les orientations
pour les années à venir.
Le projet de service du SID s’inscrit dans
une réflexion globale sur la fonction infrastructure
portée en particulier par la
DMPA et l’EMA. Dans un contexte de
contrainte budgétaire élevée et de réduction
drastique des effectifs, le ministère
va devoir relever plusieurs défis : maintenir
sa capacité à répondre aux besoins
d’adaptation des forces et à garantir aux
personnels des conditions de vie et de
travail « acceptables » ; freiner la dégradation
de l’état du patrimoine (objectif
qui implique une réduction sensible de
l’empreinte immobilière du ministère) ;
enfin, maîtriser la dépense énergétique.
Pour le SID, les enjeux, pour les cinq années
à venir sont de trois ordres.
Il s’agit tout d’abord de renforcer la
connaissance du patrimoine. En effet, la
L’école polytechnique à Palaiseau
46 AUTOMNE 2015
LE SERVICE D’INFRASTRUCTURE DE LA DÉFENSE (SID)
connaissance des emprises et des installations
constitue un socle fondamental
pour que le SID puisse conseiller au
mieux le commandement, définir et piloter,
avec efficacité, la politique de maintenance,
la politique domaniale ou encore
la politique énergétique.
Garantir la qualité du service constitue
également un enjeu. Le moteur du SID demeure
« servir les forces ». Afin de rendre
le même niveau de service, malgré les
contraintes environnantes importantes,
notamment la réduction des effectifs du
service, le SID doit identifier de nouveaux
leviers et innover dans ses pratiques.
Enfin, et c’est le challenge du projet de
service SID 2020, le SID doit impérativement
préserver ses capacités pour l’avenir,
en particulier ses compétences. Pour
réaliser son plan de charge, monter en
puissance sur des domaines émergents,
honorer les besoins pour les théâtres extérieurs,
le SID doit éviter toute rupture
de compétences et construire une vision
d’avenir pour chacun de ses domaines
d’activités. L’élaboration d’un plan stratégique
autour des ressources humaines et
sa prise en compte par l’ensemble des acteurs
ministériels concernés seront déterminantes.
C’est ainsi que le projet SID 2020 s’articule
autour de trois axes stratégiques, déclinés
en 13 mesures majeures qui seront
déployées progressivement jusqu’en 2020 :
• recentrer l’activité du service sur le patrimoine
stratégique pour le ministère ;
• renforcer la relation avec les
armées, directions et services
du ministère ;
• simplifier le fonctionnement et améliorer
l’efficience du service.
Le SID en chiffres
• SID : 7 200 collaborateurs : 33 % de
personnels militaires et 66 % de personnels
civils ;
• 1,4 milliard € d’engagements juridiques
en 2014 :
– plus de 20 000 marchés notifiés ;
– 130 opérations livrées > 500 000 euros ;
• 300 millions d’euros d’achat d’énergie
(électricité et gaz) ;
• 40 % environ du parc immobilier de
l’État ;
• 4 100 immeubles et 280 000 hectares de
terrains en Métropole, Outre-mer et à
l’étranger (hors Gendarmerie nationale) ;
• 27,6 millions de m² de surface bâtie active.
1/ La maîtrise d’ouvrage (MOA) est l’entité porteuse
du besoin, définissant l’objectif du projet,
son calendrier et le budget consacré à ce projet.
2/ La maîtrise d’oeuvre (MOE) désigne l’entité
retenue par le maître d’ouvrage afin de réaliser
le projet dans les conditions de délais, de qualité
ainsi que de coûts fixées par ledit projet, le
tout conformément à un contrat.
Cahier spécial réalisé par Gilbert Robinet pour le numéro 108 de
la revue ENGAGEMENT de l’ASAF – (www.asafrance.fr), en liaison
avec le service d’infrastructure de la Défense.
L’école de l’Air à Salon de Provence

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s