Martin Buber, Je et Tu, Partie I

Martin Buber, Je et Tu, Partie I
Les mots-principes
Présenté par Munir Mahmoud-Saleh sous la direction de Patrick Lang
Séminaire de Philosophie morale et politique
en Licence 2 de Philosophie à l’Université de Nantes
Année 2012-2013
2
Table des matières
1. Introduction……………………………………………………… p. 3
2. Biographie………………………………………………………………………….. p. 3
3. Les mots-principes……………………………………………… p. 4
4. Conclusion………………………………………………………. p. 11
5. Bibliographie……………………………………………………. p. 12
3
INTRODUCTION
Martin Buber est un philosophe de la relation. À travers son ouvrage Je et Tu il propose
une réforme de la relation des êtres humains par rapport aux autres êtres humains. Il
propose une renaissance de la relation originaire entre les hommes et le monde.
Le monde de Buber est le monde dans lequel nous vivons, ce n’est pas un monde
théorique. C’est le monde où Buber vivait avec d’autres êtres vivants, avec d’autres
hommes, avec Dieu. Il observe la forme erronée de relation entre les hommes et d’autres
hommes, les hommes et Dieu, les hommes et la nature. Buber a vécu à la fin du XIXe
siècle et pendant la première moitié du XXe siècle : à ces moments, les sciences positives
sont dans une pleine expansion, cherchent l’analyse et la mathématisation du sujet, c’est
un objet d’étude.
Buber repousse cette forme de voir le monde, de se rattacher à lui. Je et Tu se concentre
sur une réforme de l’homme qui se trouve dans le monde, qui se rattache à lui, mais qui
pour Buber ne s’y rattache pas d’une façon correcte.
Dans Je et Tu il dénonce subtilement la chosification du monde. Depuis une description
des formes fondamentales de relation, Je-Tu et Je-Cela, Buber préconise un retour à la
relation Je-Tu où la relation existentielle des hommes devient réciproque, totale, présente
et responsable. Seulement dans la relation Je-Tu l’amour entre les hommes peut avoir
lieu.
BIOGRAPHIE
La vie intellectuelle de Buber est étroitement liée aux « rencontres » (Begegnungen) qui
se produisent dans sa vie. Il est un philosophe qui pense au monde dans lequel il vit et il
propose de l’améliorer. La vie intellectuelle de Buber est liée à trois grandes facettes : la
philosophie, le hassidisme1 et la politique.
1 « Hassidisme: Mouvement de renouveau spirituel juif né en Pologne au XVIIIe siècle. Issu de la Kabbale,
le hassidisme est un enthousiasme populaire, une religion du coeur par opposition à la religion de l’esprit
pratiquée par les savants commentateurs, qui se transmet par la parole commune et les chants et non par les
traités. » Chr. Godin, Dictionnaire de Philosophie, Paris, Fayard/éditions du temps, 2004.
4
En 1923 il publie Ich un Du. (La première traduction française sera en 1938, Je et Tu)
Nous reproduisons partiellement la biographie proposée par Misrahi dans son ouvrage sur
Martin Buber :
« Martin Buber est né à Vienne en 1878. Jusqu’en 1892 il vit chez son grand-père,
Salomon Buber, érudit hébraïsant, et passe ses vacances en Galicie. Il fait ses études
de philosophie à l’Université de Vienne (1896) et de Leipzig, Berlin, et Zurich. En
1897 il assiste au premier Congrès Sioniste. En 1901 il édite le journal sioniste Die
Welt et l’année suivante il est l’un des fondateurs de la revue Jüdischer Verlag. À cette
époque il découvre la littérature hassidique et entreprend un important ouvrage sur les
origines et la signification du hassidisme. De 1916 à 1923 il dirige Der Jude qu’il
avait fondé avec Haïm Weizmann et qui devint le principal organe juif de langue
allemande. De 1923 à 1933 il est professeur de philosophie de la religion juive à
l’Université de Francfort. Il connaît Gustav Landauer, socialiste utopiste anarchisant.
En 1925 il entreprend avec Franz Rosenzweig une nouvelle traduction allemande de la
Bible. De 1926 à 1930 il publie, conjointement avec un protestant et un catholique,
Die Kreatur. En 1933 il est nommé directeur du Bureau central de l’éducation des
adultes juifs en Allemagne, et quitte ce pays en 1938. […]
De 1938 à 1951, il est professeur de philosophie sociale à l’Université de Jérusalem, et
dirige de 1949 à 1953 l’Institut d’éducation des adultes en Israël. Il fonde avec
Magnes et Simon un groupe réuni autour de la revue Ihud, se fixant pour tâche
l’instauration du dialogue avec les Arabes. […]
Il est mort à Jérusalem en juin 1965, travaillant à une traduction allemande du livre de
Job2. »
LES MOTS-PRINCIPES
La première partie de l’ouvrage Je et Tu s’intitule « des mots-principes ». À première vue
elle peut donner l’impression qu’il s’agit d’une analyse linguistique comme on pourrait
en trouver dans Saussure ou Chomsky. Ce serait une analyse relevant de la linguistique
ou de la philosophie du langage, où on étudie la syntaxe, la sémantique, comment le
langage se produit mentalement, les traits communs entre les langues, etc.
Mais Martin Buber n’essaie pas de faire une analyse linguistique. Pour lui ces mots font
partie du langage mais ils ne se rapportent pas uniquement à cela, ils possèdent un
signifié plus radical et ils représentent les membres d’une relation. Ce sont des entités qui
existent seulement dans cette relation ; par eux-mêmes, indépendamment ils perdent la
2 R. Misrahi, Buber, Paris : Seghers, 1968. p. 185
5
charge conceptuelle que Buber leur donne et ils se limitent aux termes étudiés dans une
analyse syntaxique.
« Mais il ne s’agit pas le moins du monde, pour Buber, d’entreprendre une analyse
sémantique ou lexicographique, il s’agit au contraire de dévoiler la signification
vivante (ou existentielle) de quelques termes qui, par leur contenu et leur
intentionnalité, jouent le rôle de principes véritables dans l’existence de l’homme3. »
Dans cette phrase de Misrahi se trouvent quelques mots clefs qui peuvent nous faire
comprendre la philosophie de Buber, comme « signification vivante », « intentionnalité »,
« des principes véritables » et « l’existence de l’homme ». Ces concepts nous orientent
dans la compréhension de la philosophie reflétée dans l’ouvrage Je et Tu.
« Le monde est double pour l’homme, car l’attitude de l’homme est double en vertu de la
dualité des mots fondamentaux, des mots-principes qu’il est apte à prononcer4. »
C’est la phrase inaugurale de l’ouvrage et Buber la répétera mot à mot quelques pages
plus loin. C’est une sentence fondamentale de Je et Tu.
Dans cette phrase il y a un sujet, l’homme. Buber ne se réfère pas à l’animal humain de
genre masculin (der Mann) mais à chaque être humain (der Mensch), à tous les hommes.
Et voilà qu’il y a une capacité qui nous caractérise comme espèce, la parole. Les mots
sont intimement unis à l’existence de l’homme. L’homme peut parler, peut utiliser le mot
pour communiquer, pour dialoguer. Il y a une intentionnalité dans la communication,
dans la relation. L’homme est acteur et sujet dans la relation avec les autres hommes. Et il
est aussi acteur dans la relation avec le monde.
Le monde est l’ensemble des phénomènes qui nous rendent présents, c’est-à-dire,
d’autres hommes, la nature, nous-mêmes, Dieu. C’est un monde sensible, perceptible.
L’homme se « rencontre » avec le monde. Comme dit Buber :
« Toute vie véritable est rencontre5. » (« Alles wirkliche Leben ist Begegnung6. »)
3 Misrahi, Buber, p. 55
4 Buber, M., Je et Tu, traduit de l’allemand par G. Bianquis, Paris : Éditions Aubier, 1969, p. 19 ; « Die
Welt ist dem Menschen zwiefältig nach seiner zwiefältigen Haltung. Die Haltung des Menschen ist
zwiefältig nach der Zwiefalt der Grundworte, die er sprechen kann. » (M. Buber, Werke, Erster Band.
Schriften zur Philosophie, München : Lambert Schneider, 1962, p. 79)
5 Buber, Je et Tu, p. 30
6 Buber, Ich und Du, p. 85
6
On peut rencontrer le monde de deux manières ; l’homme peut parler au monde selon
deux manières, il peut lui parler comme à un Tu ou comme à un Cela.
Les autres hommes et le monde se font présents à nous et les mots-principes sont la façon
par laquelle nous rattachons aux deux. Comme on peut le percevoir ici, ces mots ne sont
pas simplement des termes linguistiques, mais ils sont quelque chose de plus, avec
beaucoup plus de nuances, avec une charge conceptuelle beaucoup plus grande.
L’homme a une double attitude par rapport au monde et cela se représente par les motsprincipes,
dans ces deux formes de relation à l’autre, au monde. Ces deux mots-principes
fondamentaux sont : Je-Tu et Je-Cela.
Chacun des membres de ces mots a son propre signifié, mais seul Tu peut exister en
dehors de la relation. Le Je est l’Ego, le sujet conscient défini par rapport au reste du
monde avec celui qui interagit. « C’est par l’autre que le Je se découvre comme
conscience non réifiée7. »
Le Je peut se rattacher au Tu et au Cela, mais il ne peut pas exister indépendamment de
ceux-ci : « Il n’y a pas de Je en soi ; il y a le Je du mot-principe Je-Tu et le Je du motprincipe
Je-Cela8. »
Tu est infini, atemporel, parfait, immatériel :
« Dire Tu, c’est n’avoir aucune chose pour objet. […] Cela n’existe que parce qu’il
est limité par d’autres Cela. Mais dès qu’on dit Tu, on n’a en vue aucune chose. Tu
ne confine à rien. Celui qui dit Tu n’a aucune chose, il n’a rien. Mais il s’offre à une
relation9. »
Cela sera tout ce qui est réifié, « le monde alors, dans sa multiplicité plate, est un système
de choses qui co-existent passivement, et sont les corrélats réifiés d’une conscience :
éprouver, représenter, vouloir, sentir, penser les choses, c’est se rapporter à des objets
morts […]10. »
7 R. Misrahi, « Buber, Martin » in Dictionnaire des Philosophes, p. 454
8 Buber, Je et Tu, p. 20. « Es gibt kein Ich an sich, sondern nur das Ich des Grundworts Ich-Du und das Ich
des Grundworts Ich-Es » (Buber, Ich und Du, p. 79)
9 Buber, Je et Tu, p. 21. « Wer Du spricht, hat kein Etwas zum Gegenstand. […] Es ist nur dadurch, dass es
an andere grenzt. Wo aber Du gesprochen wird, ist kein Etwas. Du grenzt nicht. Wer Du spricht, hat kein
Etwas, hat nichts. Aber er steht in der Beziehung. » (Buber, Ich und Du, p. 80)
10 Misrahi, Buber, p. 57
7
Le monde objet de l’expérience du Je a pour limite l’autre Cela. « Cela n’existe que parce
qu’il est limité par d’autres Cela11. »
Le plus important dans les mots-principes est la relation entre leurs membres, c’est-à-dire
la relation entre Je et Tu et la relation entre Je et Cela.
Dans la relation Je entre Tu, c’est-à-dire, le mot-principe Je-Tu, le Je interagit avec le Tu.
C’est une relation parfaite, réciproque, une relation d’égal à égal, d’un sujet à un sujet :
« Authentique réciprocité en première personne12. » C’est une relation qui se situe dans le
présent :
« L’instant présent, non pas l’instant ponctuel qui ne désigne jamais que le terme mis
par la pensée au « temps écoulé » et l’apparence d’un arrêt dans cet écoulement,
mais l’instant véritablement présent et plein n’existe que s’il y a présence, rencontre,
relation. Dès que le Tu devient présent, la présence naît.
Le Je du mot fondamental Je-Cela, le Je pour lequel aucun Tu concret ne s’anime,
mais qui est environné d’une multiplicité de « contenus », n’est qu’un passé, n’est
nullement présent. En d’autres termes : dans la mesure où l’homme se satisfait des
choses qu’il expérimente et utilise, il vit dans le passé et son instant est dénué de
présence. Il n’a que des objets, mais les objets ne sont que des histoires.
Une présence n’est pas quelque chose de fugitif et de glissant, c’est un être qui nous
attend et qui demeure. L’objet n’est pas durée mais stagnation, arrêt, interruption,
raidissement, isolement, absence de relation et de présence.
Les essences sont vécues dans le présent, les objets dans le passé13. »
Dans le mot Je-Cela la relation est inégale, le Je contemple le monde avec l’intention de
l’objectiver, de le réifier. Le monde n’est pas déjà monde mais une chose, un objet qui
doit être étudié, mesuré et expérimenté. Ici le monde est expérience (Erfahrung). Comme
on disait plus haut, le monde auquel se réfère Buber ne désigne pas seulement la planète
11 Cf. note 9.
12 Misrahi, « Buber, Martin », in Dictionnaire des Philosophes, p. 454
13 Buber, Je et Tu, P. 31 « Gegenwart, nicht die punkthafte, die nur den jeweilig im Gedanken gesetzten
Schluss der « abgelaufenen » Zeit, den Schein des festgehaltenen Ablaufs bezeichnet, sondern die wirkliche
und erfüllte, gibt es nur insofern, als es Gegenwärtigkeit, Begegnung, Beziehung gibt. Nur dadurch, dass
das Du gegenwärtig wird, entsteht Gegenwart. Das Ich des Grundworts Ich-Es, das Ich also, dem nicht ein
Du gegenüber leibt, sondern das von einer Vielheit von « Inhalten » umstanden ist, hat nur Vergangenheit,
keine Gegenwart. Mit anderm Wort: Insofern der Mensch sich an den Dingen genügen lässt, die er erfährt
und gebraucht, lebt er in der Vergangenheit, und sein Augenblick ist ohne Präsenz. Er hat nichts als
Gegestände; Gegenstände aber bestehen im Gewesensein. Gegenwart ist nicht das Flüchtige und
Vorübergleitende, sondern das Gegenwartende und Gegenwährende. Gegenstand ist nicht die Dauer,
sondern der Stillstand, das Innehalten, das Abbrechen, das Sichversteifen, die Abgehobenheit, die
Beziehungslosigkeit, die Präsenzlosigkeit. Wesenheiten werden in der Gegenwart gelebt,
Gegenständlichkeiten in der Vergangenheit. » (Buber, Ich und Du, p. 86)
8
Terre ou l’environnement où la vie se développe, mais il se rapporte à tout. Il n’y a pas un
« monde des idées14 ». Quand le monde disparaît, rien ne reste plus.
« Cela ne signifie pas que le Toi soit situé hors de ce monde-ci, mais seulement hors
de ce monde empiriquement et objectivement conçu. Mais si l’on prend ce monde
dans sa plénitude et sa vérité, alors « toutes choses vivent dans la lumière15 » du
Toi16. »
Après avoir traité le monde comme un objet, le Tu du monde s’évanouit. Cette forme de
relation avec le monde a des conséquences éthiques négatives : traiter les autres comme
choses, comme objets sans valeur en soi-même.
La relation entre Tu et Cela passe toujours par le Je,
« car la ligne de démarcation entre le Tu et le Cela, d’ailleurs mouvante et flottante,
ne passe pas entre l’expérience et la non-expérience, ni entre le donné et le nondonné,
ni entre le monde de l’être et le monde de la valeur : elle traverse tous les
domaines qui sont entre le Tu et le Je ; elle sépare la présence vivante (Gegenwart)
et l’attention objective (Gegenstand)17. »
Jusqu’ici nous savons la forme de la relation représentée par les mots-principes, qui se
produit dans le monde, mais : où ?
« Le monde de la relation s’établit dans trois sphères : La première est celle de la vie
avec la Nature. La relation y est obscurément réciproque et non explicite. Les
créatures se meuvent en notre présence, mais elles ne peuvent venir jusqu’à nous et
le Tu que nous leur adressons bute au seuil du langage.
La deuxième est la vie avec les hommes. La relation y est manifeste et explicite.
Nous pouvons y donner et y recevoir le Tu.
La troisième est la communion avec les essences spirituelles. […] Nous ne
distinguons aucun Tu, mais nous nous sentons appelés et nous répondons, nous
créons des formes, nous pensons, nous agissons18. »
14 Buber, Je et Tu, p. 32. « Ideenwelt » (Buber, Ich und Du, p. 86)
15 Buber, Je et Tu, p. 26.
16 Misrahi, Buber, p. 58
17 Buber, Je et Tu, p. 31 « Denn die eigentliche Grenze, freilich eine schwebende, schwingende, führt weder
zwischen Erfahrung und Nichterfahrung, noch zwischen Gegebenem und Ungegebenem, noch zwischen
Seinswelt und Wertwelt hin, sondern quer durch alle Bezirke zwischen Du und Es: zwischen Gegenwart
und Gegenstand. » (Buber, Ich und Du, p. 85)
18 Buber, Je et tu, p. 23. « Drei sind die Sphären, in denen sich die Welt der Beziehung errichtet. Die erste:
das Leben mit der Natur. Da ist die Beziehung im Dunkel schwingend und untersprachlich. Die Kreaturen
regen sich uns gegenüber, aber sie vermögen nicht zu uns zu kommen, und unser Du-Sagen zu ihnen haftet
an der Schwelle der Sprache. Die zweite: das Leben mit den Menschen. Da ist die Beziehung offenbar und
sprachgestaltig. Wir können das Du geben und empfangen. Die dritte: das Leben mit den geistigen
9
Tout indique que la relation Je-Tu est la plus élevée, la meilleure. C’est la relation qui
fonde la « Vie Véritable19 ». Il est clair que nous sommes constitués comme un Je et que
nous voulons diriger notre relation vers Tu, mais ainsi nous n’allons jamais atteindre le
Tu de l’autre, nous allons le contempler seulement comme un Cela.
La relation Je-Tu naît de nous-mêmes, parce que nous-mêmes venons de Tu. « Au
commencement est la relation20 ». Nous trouvons notre origine dans le Tu, dans la
relation parfaite où le Je n’existe pas encore. C’est le ventre de la mère où la réciprocité
pure se produit, désintéressément ; à ce moment nous nous trouvons dans le Tu absolu,
c’est avec la naissance que nous commençons à nous éloigner du Tu et à constituer peu à
peu le Je. Le Je commence à se séparer du Tu du monde, à constituer ses limites. Par la
suite, il commencera à différer des choses en leur octroyant des adjectifs, des usages, des
limites, etc., en constituant finalement le Je conscient (de soi et du monde).
Avant que le Je se soit constitué, Tu existait déjà ; le bébé avant de comprendre son
propre Je cherche déjà l’altérité, cherche l’autre après avoir tendu ses bras ; il y a un
instinct de relation. Mais :
« c’est par grâce que le Tu vient à moi ; ce n’est pas en le cherchant qu’on le trouve.
Mais lui adresser le mot fondamental, c’est l’acte de mon être, c’est mon acte
essentiel. Le Tu vient à ma rencontre. Mais c’est moi qui entre en relation immédiate
avec lui21. »
Une vie bien conduite serait celle de la permanence dans la relation du Je-Tu : comment
mènerait-on cette vie ? En quoi cette relation consiste-t-elle exactement ? Selon Misrahi
« les quatre aspects qui permettront d’entreprendre une première description de la relation
véritable à autrui sont la réciprocité, la présence, la totalité, la responsabilité22. »
La réciprocité consiste à concevoir l’autre comme une conscience pleine, comme un sujet
unique, comme un Tu, et que l’autre me considère comme un Toi.
« Alors, nous l’avons vu, toutes choses vivent dans la lumière du Toi. Cela ne
signifie pas que l’autre conscience éclaire le monde par et dans la relation qu’elle
Wesenheiten. […] Wir vernehmen kein Du und fühlen uns doch angerufen, wir antworten – bildend,
denkend, handelnd […]. » (Buber, Ich und Du, p. 81)
19 Buber, Je et Tu, p. 27. « Wirklichen Lebens » (Buber, Ich und Du, p. 83)
20 Buber, Je et Tu, p. 38. « Im Anfang ist die Beziehung. » (Buber, Ich und Du, p. 90)
21 Buber, Je et Tu, p. 29. « Das Du begegnet mir von Gnaden – durch Suchen wird es nicht gefunden. Aber
dass ich zu ihm das Grundwort spreche, ist Tat meines Wesens, meine Wesenstat. Das Du begegnet mir.
Aber ich trete in die unmittelbare Beziehung zu ihm. » (Buber, Ich und Du, p. 85)
22 Misrahi, Buber, p. 62
10
entretiendrait sans nous avec ce monde. C’est au contraire dans la seule mesure où
l’autre conscience est le Toi qui se rapporte au Je, c’est-à-dire réciprocité, que le
monde reçoit structures et significations pour le Je, aussi bien que pour le Toi23. »
La présence ne consiste pas en ce qui a été expliqué aux pages antérieures par rapport à la
temporalité du Tu, mais ici on se rapporte à une présence immédiate, à un phénomène
immédiat et direct, sans obstacles, sans les moyens qui nous rendent conscients de cette
présence du Tu.
« La relation avec le Tu est immédiate. Entre le Je et le Tu ne s’interpose aucun jeu
de concepts, aucun schéma et aucune image préalable, et la mémoire elle-même se
transforme quand elle passe brusquement du morcellement des détails à la totalité.
Entre le Je et le Tu il n’y a ni buts, ni appétit, ni anticipation ; et les aspirations ellesmêmes
changent quand elles passent de l’image rêvée à l’image apparue. Tout
moyen est obstacle. Quand tous les moyens sont abolis, alors seulement se produit la
rencontre24. »
Par cette proximité dont nous parle Buber, la réciprocité se rend dans la présence et la
présence dans la réciprocité. « Le présent, comme temps vraiment vécu, est donc la
présence réciproque de chacun à l’autre, dans la présence immédiate et son appréhension
non médiatisée25. »
La totalité de la relation est ce à quoi Buber se rapporte quand il dit que « le mot
fondamental Je-Tu ne peut être dit que par la totalité de l’être26 ». Exprimé par Misrahi :
« Plus exactement l’appréhension de l’autre comme présence corrélative immédiate
constitue ipso facto le Moi comme un Je et ce Je comme une totalité unifiée et active27. »
Tel est le lien entre les trois aspects de la relation vus jusqu’ici : « La rencontre est donc
une action totalisatrice opérée par la réciprocité sur chacun des sujets immédiatement
présents28. »
23 Ibidem, p. 63.
24 Buber, Je et Tu, p. 30. « Die Beziehung zum Du ist unmittelbar. Zwischen Ich und Du steht keine
Begrifflichkeit, kein Vorwissen und keine Phantasie; und das Gedächtnis selber verwandelt sich, da es aus
der Einzelung in die Ganzheit stürzt. Zwischen Ich und Du steht kein Zweck, keine Gier und keine
Vorwegnahme; und die Sehnsucht selber verwandelt sich, da sie aus dem Traum in die Erscheinung stürzt.
Alles Mittel ist Hindernis. Nur wo alles Mittel zerfallen ist, geschieht die Begegnung. » (Buber, Ich und Du,
p. 85)
25 Misrahi, Buber, p. 64
26 Buber, Je et Tu, p. 30. « Das Grundwort Ich-Du kann nur mit dem ganzen Wesen gesprochen werden. »
(Buber, Ich und Du, p. 85)
27 Misrahi, Buber, p. 65
28 Ibidem.
11
Nous devons finalement comprendre l’aspect de la responsabilité. La responsabilité est
l’amour de l’autre, en le traitant selon Je-Tu ; en ne réifiant pas l’autre je le fréquente à
partir d’une égalité et agis pour qu’il conserve cette égalité et cette liberté.
« [L’amour] existe entre le Je et le Tu. Quiconque ne sait pas cela, et ne le sait pas de
tout son être, ne connaît pas l’amour, même s’il attribue à l’amour les sentiments
qu’il éprouve, qu’il ressent, qu’il goûte et qu’il exprime. L’amour est une radiation
cosmique. Pour celui qui habite dans l’amour, qui contemple dans l’amour, les
hommes s’affranchissent de tout ce qui les mêle à la confusion universelle ; bons et
méchants, sages et fous, beaux et laids, tous l’un après l’autre deviennent réels à ses
yeux, deviennent des Tu, c’est-à-dire des êtres affranchis, détachés, uniques, il les
voit chacun face à face. C’est chaque fois le miracle d’une présence exclusive ; alors
il peut aider, guérir, élever, relever, délivrer. Dans l’amour, un Je prend la
responsabilité d’un Tu ; en cela consiste l’égalité entre ceux qui aiment, égalité qui
ne saurait résider dans un sentiment quel qu’il soit, égalité qui va du plus petit au
plus grand, du plus heureux et du mieux assuré, de celui dont la vie entière est
enclose dans celle d’un être unique et aimé, jusqu’à celui qui est toute sa vie crucifié
sur la croix de ce monde, pour avoir pu et osé cette chose inouïe : aimer les
hommes29. »
CONCLUSION
Traiter l’autre comme l’égal, comme un plein sujet, diriger le Je vers un Tu, c’est la
responsabilité ; elle est l’aspect de la relation que nous souhaitons mettre en relief, bien
que seulement après la réciprocité, la présence et la totalité, puisse se donner la
responsabilité du sujet par rapport aux autres.
La responsabilité est un aspect totalement éthique. Elle représente l’application morale de
la philosophie de Buber. Le monde idéal dans lequel Buber désirait vivre, est un monde
dans lequel les hommes dialoguent, se rattachent entre eux à partir de l’égalité. Les
hommes se dirigeraient vers le Tu des autres. Un monde où les êtres humains partagent
l’amour des autres êtres humains.
29 Buber, Je et Tu, p. 34-35. « [Die Liebe] ist zwischen Ich und Du. Wer dies nicht weiß, mit dem Wesen
weiß, kennt die Liebe nicht, ob er auch die Gefühle, die er erlebt, erfährt, genießt, und äußert, ihr
zurechnen mag. Liebe ist ein welthaftes Wirken. Wer in ihr steht, in ihr schaut, dem lösen sich Menschen
aus ihrer Verflochtenheit ins Getriebe; Gute und Böse, Kluge und Törichte, Schöne und Hässliche, einer
um den andern wird ihm wirklich und zum Du, das ist, losgemacht, herausgetreten, einzig und gegenüber
wesend; Ausschließlichkeit ersteht wunderbar Mal um Mal – und so kann er wirken, kann helfen, heilen,
erziehen, erheben, erlösen. Liebe ist Verantwortung eines Ich für ein Du: hierin besteht, die in keinerlei
Gefühl bestehen kann, die Gleichheit aller Liebenden, vom kleinsten bis zum größten und von dem selig
Geborgnen, dem sein Leben in dem eines geliebten Menschen beschlossen ist, zu dem lebelang ans Kreuz
der Welt Geschlagnen, der das Ungeheure vermag und wagt: die Menschen zu lieben. » (Buber, Ich und
Du, p. 87-88)
12
C’est une philosophie de la rencontre, une philosophie du dialogue qui demande aux êtres
humains de partager le monde et de rendre présent le dialogue réciproque, total, avec
responsabilité envers les autres. Les hommes qui traitent les autres hommes comme des
choses, comme objets, ces hommes ne vivent pas de pleine vie, de la Vie Véritable.
Buber propose une réforme de l’homme, un retour au dialogue original :
« Il s’est donc opéré, dans et par la Relation absolue, une transformation on une
mutation radicale de l’être, au point qu’il est en droit de parler de renaissance. Plus
exactement, il s’agit ici, dans le langage de Buber, d’un revirement (p. 168), c’est-àdire
d’une sorte de conversion active par laquelle, simultanément, l’homme se
détourne de la solitude figée et du monde réifié, pour se tourner vers le vrai monde
de la présence et de la vie30. »
« Et si tu veux que je te le dise avec tout le sérieux de la vérité : l’homme ne peut
vivre sans le Cela. Mais s’il ne vit qu’avec le Cela, il n’est pas pleinement un
homme31. »
BIBLIOGRAPHIE
BUBER, Martin. Ich und Du. Werke. Erster Band. Schriften zur Philosophie. München :
Lambert Schneider, 1962.
BUBER, Martin. Je et Tu, traduit de l’allemand par G. Bianquis, Paris : Éditions Aubier,
1969.
BUBER, Martin. Begegnung: Autobiographische Fragmente. Stuttgart :
W. Kohlhammer, 1961.
WOLF, Siegbert. Martin Buber zur Einführung. Hamburg : Junius, 1992.
MISRAHI, Robert. Buber, Paris : Seghers, 1968
MISRAHI, Robert. « Buber, Martin », in Dictionnaire des philosophes, Paris : PUF, 2e
édition, 1993.
GODIN, Christian. Dictionnaire de Philosophie. Paris : Éditions du Temps, 2004.
30 Misrahi, Buber, p. 39
31 Buber, Je et Tu, p. 60. « Und in allem Ernst der Wahrheit, du : ohne Es kann der Mensch nicht leben.
Aber wer mit ihm allein lebt, ist nicht der Mensch. » (Buber, Ich und Du, p. 101)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s