Physique quantique et cognition par Michel Bitbol

Physique quantique et cognition
Michel Bitbol
Revue Internationale de Philosophie, 2/2000, n°212, 299-328
I-Prologue: objets et situations, propriétés et observables
La révolution quantique tend à être globale, et cela rend aujourd’hui encore difficile
d’en prendre la pleine mesure. Car elle ne consiste pas seulement à modifier les lois
qui régissent le comportement d’objets d’échelle microscopique; elle ne fait pas
qu’accroître le nombre des propriétés de ces objets en y ajoutant des caractéristiques
inédites comme le spin, le charme ou la couleur; elle ne se borne pas à affaiblir la
conception traditionnelle des objets de la physique comme entités localisées
(corpuscules matériels ou valeurs locales d’un champ). Elle conduit à s’interroger sur
l’opportunité même de continuer à mettre en oeuvre les «concepts formels»1 de
propriété et d’objet dans sa circonscription spécifique de validité; des concepts qui ne
font pourtant pas partie de ce qu’une théorie peut compter parmi ses moyens
descriptifs pour la simple raison qu’ils pré-conditionnent ce qu’il est convenu
d’appeler une description.
Ainsi, en physique quantique, le concept formel de propriété a-t-il été soit remplacé
par le concept relationnel d’observable, soit transfiguré jusqu’à en devenir
méconnaissable. Ses transfigurations ont pu impliquer une altération des règles
logiques de composition (conjonction ou disjonction) des prédicats, l’assimilation des
propriétés à des projecteurs sur les directions propres des observables2 (c’est-à-dire à
des virtualités d’expérimentations qui ne sont pourtant pas toujours conjointement
réalisables), ou bien l’affirmation que les propriétés des objets microscopiques sont
instantanément influencées par la totalité des constituants de l’univers3 (vidant de
l’essentiel de son contenu le mot «propriété» qui connote une détermination
appartenant en propre à l’objet).
Le concept formel d’objet, qui suppose une (problématique) aptitude à
individualiser et à réidentifier une entité séparable des moyens de sa détection, a
également subi divers affaiblissements et métamorphoses. Il a parfois été mis à l’écart
au profit de celui de situation expérimentale (dans une lecture radicalement
pragmatiste ou opérationnaliste de la mécanique quantique). Plus souvent, dans les
1 Voir L. Wittgenstein, Tractatus logico-philosophicus, Trad. G.G. Granger, Gallimard, 1993, §4.126
2 R. Omnès, The interpretation of quantum mechanics, Princeton University Press, 1994
3 D. Bohm & B. Hiley, The undivided universe, Routledge, 1993
conventions discursives tacites des physiciens, il a été fragmenté au gré des
configurations instrumentales dans lesquelles les conditions d’individualisation et de
réidentification sont, en pratique, suffisamment remplies. Dans la plus courante des
théories à variables cachées non-locales, il a été instancié par de simples coordonnées
spatiales, ce qui a abouti à réduire les objets de la physique à des «bare particulars»
ponctuels se déplaçant sur une trajectoire principiellement hors d’atteinte de
l’expérimentation4. Enfin, plusieurs auteurs ont proposé de transporter le site
d’application du concept formel d’objet dans un espace abstrait (l’espace de Hilbert,
l’espace de Fock, ou l’espace de l’«ordre implicite» du dernier Bohm)5, au risque de
dissocier objectivité et effectivité: une objectivité définie comme invariance par
changement de repère dans l’espace abstrait considéré, et une effectivité qui continue
à se manifester dans l’espace-temps de l’expérience et de l’action.
II-Les deux cercles épistémologiques
La remise en cause ou la mobilisation du cadre de concepts formels de propriétés et
d’objets ne peut rester sans conséquences, non seulement sur l’idée élémentaire que la
théorie décrit quelque chose, mais aussi, par extension, sur la description du second
ordre que nous pouvons offrir du rapport cognitif entre le descripteur et ce qui est à
décrire. Elle nous conduit à réexaminer en profondeur les deux «cercles
épistémologiques»6 dans lesquels s’inscrivait élégamment la physique (et plus
généralement la science) classique.
Par «cercle épistémologique», j’entends la relation réciproque auto-consistante
entre une théorie scientifique et la manière dont cette théorie conduit à se figurer en
retour le processus par lequel il a été possible de la formuler et de l’attester. Le
premier cercle épistémologique dans lequel s’inscrit la physique classique est donc
constitué, comme tout cercle épistémologique, de deux éléments. L’un est la famille
4 H.R. Brown, C. Dewdney, & G. Horton, «Bohm particles and their detection in the light of neutron
interferometry», Foundations of physics, 25, 329-347, 1995; voir aussi Y. Ben-Dov, «Hidden variables as
configuration points», Nuovo cimento, 108B, 931-939, 1993. Une discussion sur ce point peut être trouvée au
chapitre 5 de M. Bitbol, L’aveuglante proximité du réel, Champs-Flammarion, 1998
5 Voir M. Bitbol, Mécanique quantique, une introduction philosophique, Champs-Flammarion, 1997
6 Voir A. Shimony, Search for a naturalistic world view, Volume I, Scientific method and epistemology, Cambridge
University Press, 1993. Le rapport entre les concepts de “cercle épistémologique” et de “cercle herméneutique” est
incontestablement étroit. Il faut cependant résister à une pure et simple identification, car elle empêcherait de
distinguer entre:
(a) les préconceptions de l’interprète d’un texte (qui forment l’un des éléments du cercle herméneutique en son sens
premier),
(b) les anticipations de la vie courante inscrites dans une “précompréhension” ou un habitus holistique (qui forment
l’un des éléments du cercle herméneutique en son sens élargi, heideggerien),
(c) le système thématisé de prédictions, souvent explicité en structures mathématiques, en quoi consistent les théories
scientifiques. C’est ce dernier système que met en oeuvre préférentiellement le cercle épistémologique.
Je remercie Natalie Depraz pour ses remarques stimulantes à ce sujet.
de descriptions que le système des théories classiques offre de ses deux entités
principales: les corps matériels et les champs; l’autre est une description concrète du
fonctionnement des appareillages permettant de mesurer ses variables pertinentes,
sous l’hypothèse que les appareillages sont composés de corps matériels et de champs
obéissant à ses lois. La mise à l’épreuve des théories de la physique classique dépend
ainsi d’une interprétation des valeurs mesurées, obtenue en appliquant ces théories à
la dynamique du processus de mesure; et réciproquement la validité de la description
de l’opération de mesure est suspendue à celle des théories qu’on y met en oeuvre. Je
nommerai ce premier cercle «le petit cercle épistémologique». Le second cercle, que
j’appellerai par contraste «le grand cercle épistémologique», comporte également
deux éléments. L’un est le type de représentations que les théories de la science
classique fournissent de leurs objets; l’autre est une méta-représentation concrète du
rapport qui s’établit entre objets et sujets connaissants. Le cercle se clôt lorsque la
validité de la représentation se trouve confortée par la méta-représentation du
processus cognitif qui y a conduit, et que réciproquement la méta-représentation est
mise en conformité avec les normes de cette représentation. La conception selon
laquelle une théorie physique décrit le devenir d’une multitude d’objets autonomes en
interaction, est par exemple rendue crédible par la méta-représentation d’objets
confrontés à un sujet connaissant passif, ou doté d’une activité extrinsèque et non
constitutive (c’est-à-dire d’une activité dont la contribution aux contenus
épistémiques puisse toujours être retranchée de la contribution propre de l’objet).
Réciproquement, la méta-représentation classique d’un face-à-face entre sujet et objet
s’effectue sur le modèle de l’interaction de deux objets étendus, placés en vis-à-vis
dans l’espace, et définissant par leurs surfaces limitantes des régions intérieures et
extérieures.
Le paradigme de la commande des sciences cognitives, qui consiste à se
représenter le processus de la cognition comme la succession d’un flux d’«entrées» en
provenance d’un monde «extérieur» pré-constitué, d’un traitement «interne» de
l’information (computationnel, symbolique ou sub-symbolique), et de «sorties»
performatives, n’est certes pas le seul à être compatible avec la science classique.
Mais il présente le double avantage de s’accorder immédiatement avec les structures
ontologiques qui lui sont couramment associées, et d’atteindre un remarquable degré
d’isomorphisme avec ces dernières. Le paradigme de la commande s’accorde avec la
conception d’un univers de corps matériels pré-existants, puisque tout ce qu’il conduit
à demander à un système cognitif est de recueillir fidèlement l’information rendue
disponible par ces corps et de la traiter de manière à atteindre en «sortie» un haut
degré d’efficacité performative. Il est également isomorphe à cette conception, en ceci
que l’extériorité des objets vis-à-vis du système cognitif peut y être tenu pour un cas
particulier de l’extériorité spatiale mutuelle des objets corporels de la science
classique. Il favorise à partir de là le projet d’une complète naturalisation de
l’épistémologie dans les termes descriptifs des théories classiques, c’est-à-dire de telle
sorte que le système cognitif puisse être traité comme un objet corporel de ces
théories parmi d’autres. Et il conduit inversement la théorie dualiste de la
connaissance, dont il s’inspire, à tirer argument d’une science classique qui ouvre la
perspective de sa naturalisation. Ainsi le «grand cercle épistémologique» qui assure
l’appui réciproque des contenus de connaissance de la science classique et de l’idéal
régulateur d’une théorie de la connaissance naturalisée conformément aux
présupposés constitutifs de cette science, semble-t-il pouvoir être refermé. Cela suffit
à entretenir l’espoir d’une représentation du monde suffisamment exhaustive pour
rendre raison de la façon dont nous y sommes parvenus.
Ces deux cercles épistémologiques ne sont pas forcément «vicieux» ou
«tautologiques», en ce sens que rien n’oblige à leur reconnaître un pouvoir illimité
d’auto-corroboration. Les conditions de leur éventuelle révision sont cependant très
particulières, et expliquent la résistance qu’ils opposent, encore de nos jours, aux
essais de refonte radicale.
Tout d’abord, ni l’un ni l’autre des deux cercles épistémologiques ne peut, par
construction, être remis en cause par une circonstance qui lui soit complètement
étrangère. Si une circonstance nouvelle doit conduire à en réévaluer la pertinence, il
ne peut s’agir que de l’apparition d’un défaut d’auto-consistance. Mais face à ce genre
de défaut, bien d’autres attitudes que la révision complète peuvent être adoptées: la
compensation du défaut par des hypothèses ad hoc en est une, le renvoi de sa
résorption à un futur indéfini de la recherche en est une autre, l’acceptation de
l’inconsistance et la fragmentation corrélative des domaines de validité en est une
troisième.
Par ailleurs, il ne faut pas perdre de vue que le grand cercle épistémologique
standard plonge une partie de ses racines dans des présupposés ontologiques que la
science classique a hérité du langage courant et de l’activité manipulatrice
quotidienne. Le fait que le face-à-face qu’il instaure entre un sujet plus ou moins
réceptif et un objet autonome reproduise la relation familière d’extériorité entre le
corps propre et les corps environnants, en est l’un des indices les plus clairs. A cause
de cela, réviser de fond en comble le grand cercle épistémologique reviendrait
vraisemblablement à ne s’affranchir de ses tensions internes qu’au prix de l’apparition
de contradictions performatives entre le contenu théorique du nouveau cercle et
certaines manières de parler et d’agir dans l’Umwelt du genre humain. Si un nouveau
grand cercle épistémologique devait opérer, ce ne serait donc qu’à condition que
l’ancien continue à le sous-tendre à la fois comme son présupposé, dans les discours
et les comportements, et comme son cas-limite au moins quantitatif. Cette remarque
généralise une réflexion analogue que Bohr a esquissée à propos du renouveau du
petit cercle épistémologique, lorsqu’il a affirmé que le symbolisme prédictif de la
théorie quantique ne peut opérer que si les théories classiques demeurent en tant que
présupposition indispensable pour la description de certains moments du
fonctionnement de l’appareillage, et en tant que forme-limite de la théorie quantique
quand la valeur de la constante de Planck devient négligeable.
Dans les deux cas, pour le grand comme pour le petit cercle épistémologique, la
contrainte à laquelle il s’agit de faire droit ressemble à une version renforcée de la
parabole du «bateau de Neurath». Imaginons en effet que non seulement le «bateau»
figurant notre système de connaissances doive être reconstruit en pleine mer, mais
qu’en plus l’ensemble des gestes à accomplir pour le reconstruire et le maintenir soit
partie intégrante de sa structure. S’il en allait ainsi, il faudrait d’une part que la
structure en cours de renouvellement autorise à tout instant, en l’incluant, le
déploiement du savoir-faire gestuel qui permet sa transformation, et d’autre part que
ce savoir-faire trouve une place dans la structure achevée dont il assure le maintien.
Dans les sciences, le «savoir-faire» à préserver n’est autre que le langage et l’activité
opératoire de l’expérimentateur, qui opèrent sur fond d’une hypothèse tacite
d’extériorité mutuelle et d’autonomie des corps.
Une conséquence importante de ces contraintes est que la formulation d’un cercle
épistémologique nouveau, concurrent du cercle traditionnel associé au paradigme de
la commande, s’effectue de facto sous le régime des présupposés de ce dernier.
Lorsqu’on y regarde de près, on s’aperçoit par exemple que les paradigmes cognitifs
alternatifs mettant en oeuvre les concepts d’émergence et d’auto-organisation font
usage, dans leur exposé des processus impliqués, de conventions propres à une
épistémologie de la pré-structuration et de l’hétéro-organisation. Tout se passe au
cours de cet exposé comme si les éléments qui sont censés participer au cycle autoorganisateur
étaient, pour leur part, des entités à l’individualité et aux propriétés prédéterminées
placées face au sujet spécialiste de sciences cognitives. Ces éléments
apparaissent tantôt sous la forme d’un ensemble d’objets pré-donnés entre lesquels
vont prendre place les relations organisatrices, tantôt sous la forme d’un espace des
états internes spécifié d’avance et dans le cadre rigide duquel va évoluer le processus
auto-poïétique. La méta-théorie de la connaissance ne se conforme pas ici
intégralement à la théorie de la connaissance développée7. Cette situation est assez
facile à assumer dans une science comme la biologie où l’on peut faire reposer la
divergence entre théorie et méta-théorie de la connaissance sur la différence entre
organisation anatomo-physiologique émergente et constituants physico-chimiques pré-
7 F. Varela le reconnaît avec une parfaite lucidité, lorsqu’il signale que «(…) la conception de la cognition comme
énaction, cependant qu’elle insiste sur l’interdépendance de l’esprit et du monde, tend à traiter leur relation (…)
comme si elle possédait une existence concrète indépendante» (F. Varela, E. Thomson, & E. Rosch, L’inscription
corporelle de l’esprit, Seuil, 1993, p. 307). Sa façon d’échapper à la critique est de rappeler que le concept
d’énaction peut opérer comme élément d’une dialectique visant à nous libérer des schémas de pensée
fondationnalistes, plutôt que comme représentation prétendant à une vérité absolue. C’est aussi ce genre de statut
instrumental plutôt que thétique que nous attribuerons en fin de parcours aux conceptions auto-organisationnelles de
la cognition.
donnés, mais elle suscite bien des questions délicates en physique où le concept même
de constituant élémentaire est en jeu. Nous verrons aux paragraphes IV et V comment
arbitrer, en tenant compte des exigences propres à la physique, ce conflit apparent
entre une théorie de la connaissance traduite par un grand cercle épistémologique
auto-organisationnel, et la méta-théorie de la connaissance hétéro-organisationnelle
implicitement utilisée pour sa description. Nous montrerons par la même occasion que
l’une des conséquences de cet arbitrage est de conduire à réviser à la baisse l’ambition
des projets de naturalisation de l’épistémologie. Mais avant cela, il nous faut aborder
les tentatives actuelles de mettre en place un petit cercle épistémologique propre à la
physique quantique.
III-Le cercle épistémologique du mesurant et du mesuré
L’une des raisons que David Bohm invoque en faveur de sa tentative de
reformulation «ontologique» de la théorie quantique, est que seule une telle
reformulation permettrait de reconstituer un petit cercle épistémologique aussi
remarquablement clos que l’était celui de la physique classique. En physique
classique, écrivent D. Bohm et B. Hiley, «L’épistémologie était presque auto-évidente
parce que l’appareil d’observation était censé obéir aux mêmes lois objectives que le
système observé, de telle sorte que le processus de mesure pouvait être compris
comme un cas particulier des lois générales qui s’appliquent à l’univers entier»8. Par
contraste, dans la formulation standard de la mécanique quantique, d’importants
obstacles s’opposent à la constitution d’un petit cercle épistémologique crédible. Une
théorie quantique de la mesure a bien été élaborée par Von Neumann au début des
années 1930, mais elle présente de ce point de vue un inconvénient majeur, bien
répertorié depuis sous le nom de «problème de la mesure». Supposons en effet que le
vecteur d’état associé à l’appareil de mesure évolue selon la même loi (l’équation de
Schrödinger) que le vecteur d’état associé au système mesuré; et supposons encore
que le vecteur d’état initialement associé au système ne s’identifie pas à un vecteur
propre de l’observable que l’appareil a pour fonction de mesurer, mais plutôt à une
superposition linéaire de ces vecteurs propres. Pendant le processus de mesure, le
vecteur d’état de l’ensemble formé par le système et l’appareil évolue conformément
à une équation de Schrödinger dont l’Hamiltonien prend en compte l’énergie
d’interaction entre le système et l’appareil. A l’issue de cette évolution, il est en
général impossible de factoriser le vecteur d’état de l’appareil dans le vecteur d’état
global résultant associé à l’ensemble formé par le système et l’appareil; on dit que les
états du système et de l’appareil se sont «entremêlés» ou «enchevêtrés» («entangled»,
en anglais). Il apparaît alors que le vecteur d’état global du système comprenant le
8 D. Bohm & B. Hiley, The undivided universe, Routledge, 1993, p. 13
système et l’appareil consiste en une superposition linéaire de vecteurs propres
reproduisant la structure de la superposition linéaire initiale associée au système seul.
En supposant, comme le font couramment les physiciens (et comme son nom le
suggère), que le vecteur d’état exprime l’«état» de l’objet auquel il est associé, on est
conduit à admettre que la théorie quantique de la mesure ne représente ni le système
ni l’appareil comme se trouvant dans un état final bien déterminé (l’un de ceux qui
sont traduits par un vecteur propre de l’observable considérée), mais dans un état
«flou» ou «brouillé» ainsi que l’écrivait Schrödinger9 en 1935. L’aboutissement de la
théorie quantique de la mesure semble dès lors démentir le constat effectif de
l’expérimentateur, selon lequel l’appareil se trouve dans un état bien défini à l’issue
de son fonctionnement; plus largement, il semble s’inscrire en faux contre une
condition élémentaire de possibilité de l’attestation expérimentale de la théorie dont il
provient, à savoir la confrontation de cette théorie à des résultats bien déterminés. Du
coup, le cercle formé par la théorie quantique et la théorie quantique de la mesure
apparaît incapable de remplir la mission d’un (petit) cercle épistémologique. Pour
qu’un ensemble comprenant une théorie de l’objet et une théorie partielle
instrumentale dérivée de la théorie de l’objet puisse à bon droit passer pour un cercle
épistémologique (plutôt que pour un simple cercle formel), il est en effet
indispensable que son produit soit compatible avec les conditions épistémiques de la
mise à l’épreuve de la théorie. Sans correspondant structural avec une condition aussi
élémentaire que l’unicité et la stricte détermination des résultats expérimentaux, les
symboles de la théorie quantique de la mesure, complétés par l’interprétation des
vecteurs d’état comme «états» des objets, tournent à vide.
La première parade, la parade d’urgence, à cette difficulté, a consisté à introduire le
«postulat de réduction» selon lequel le vecteur d’état de l’objet (ou le vecteur d’état
du système constitué par l’appareil et l’objet) est «réduit» instantanément, au décours
de la mesure, à l’un des termes de la superposition linéaire initiale. L’ennui est que
cette parade équivaut à renoncer à clore le petit cercle épistémologique; car elle
revient à admettre que la mesure est un processus exceptionnel, durant lequel les
vecteurs d’état subissent une brusque transition instantanée, et échappent ainsi
momentanément à la loi d’évolution des vecteurs d’état qui caractérise la théorie
quantique de l’objet entre deux mesures. Bien des réactions ont été suscitées par cet
état de choses, parmi lesquelles l’interprétation «ontologique» de Bohm, évoquée plus
haut, ou bien l’introduction par Ghirardi, Rimini, et Weber, de termes de «réduction
spontanée» dans l’équation de Schrödinger10. Cette dernière tentative a un certain
intérêt de principe parce qu’elle consiste à fermer le cercle épistémologique en
9 E. Schrödinger, «La situation actuelle en mécanique quantique», in: E. Schrödinger, Physique quantique et
représentation du monde, Seuil, 1992
10 Ghirardi G.C., Rimini A. , & Weber T., «Unified dynamics for microscopic and macroscopic systems», Phys. Rev.
D34, 470-491
modifiant la théorie quantique de l’objet de manière à l’adapter à une théorie partielle
instrumentale comprenant des processus de réduction, plutôt que l’inverse. Mais elle
présente aussi de très sérieux inconvénients11, et je préfère donc passer tout de suite à
l’examen de ce que devient le problème de la mesure dans le cadre de conceptions
«déflationnistes» de la mécanique quantique mettant l’accent sur la teneur prédictive
du vecteur d’état plutôt que sur sa capacité supposée à décrire l’«état» de divers
objets.
Isoler une interprétation prédictive des vecteurs d’état n’est à vrai dire pas toujours
facile, car le lexique standard des physiciens combine de façon déroutante des
éléments descriptifs et prédictifs. Le vecteur d’état fonctionne bien, admettent-ils,
comme un instrument de calcul des probabilités des résultats d’une mesure (à travers
la règle de Born, ou la règle de Lüders qui s’applique aux opérateurs densité), mais
c’est selon eux parce qu’il exprime de quelque manière l’état des objets sur lesquels
s’effectue la mesure12. La lecture exclusivement prédictive, qui impliquerait de
substituer à la mention de l’objet celle de l’ensemble de la situation expérimentale, et
au concept d’état d’un objet subissant la mesure celui d’un type de préparation
précédant la mesure, a rarement été exposée pour elle-même13. Une inclination initiale
(encore incomplètement déployée) vers ce genre de conception se manifeste chez
Bohr, lorsqu’il considère le formalisme de la théorie quantique comme un pur
symbolisme permettant de calculer les probabilités de résultats expérimentaux
spécifiés par des concepts classiques14. Plus récemment, des développements allant
dans ce sens ont été proposés par B. Van Fraassen15. Dans le cadre de sa variété
empiriste de l’interprétation modale de la mécanique quantique, Van Fraassen insiste
pour distinguer:
(a) l’«état dynamique», qui est gouverné en permanence par l’équation de
Schrödinger et qui permet le calcul des probabilités d’une valeur donnée de la
variable mesurée,
(b) l’«état de valeur» qui correspond au résultat effectivement obtenu.
Ainsi Van Fraassen évite-t-il de briser le cercle de la théorie quantique de la mesure
par des événements discontinus de «réduction», puisque selon lui la théorie quantique
de la mesure concerne exclusivement le devenir continu des états dynamiques, et que
la réduction équivaudrait à y projeter indûment la série discontinue des états de
11 P. Mittelstaedt, The interpretation of quantum mechanics and the measurement process, Cambridge University
Press, 1998, p. 113
12 B. d’Espagnat exprime très bien, dans l’avant-propos au Réel voilé (Fayard, 1994) le sentiment d’étrangeté qu’on
peut éprouver face à une telle juxtaposition d’orientations instrumentalistes et réalistes.
13 L’une des premières tentatives d’effectuer ce type de lecture est celle de J.L. Destouches et P. Destouches-Février.
Voir Par exemple. P. Destouches-Février, La structure des théories physiques, P.U.F. 1951; voir aussi M. Bitbol,
Mécanique quantique, une introduction philosophique, Champs-Flammarion, 1997
14 N. Bohr, Essays 1958-62 on atomic physics and human knowledge, Ox Bow Press, 1987, p. 60
15 B. Van Fraassen, Quantum mechanics, an empiricist view, Oxford University Press, 1991
valeurs. Van Fraassen n’obtient cependant ce résultat qu’au prix d’un
désinvestissement partiel du vecteur d’état vis-à-vis de son contenu descriptif: ce
contenu revient habituellement à spécifier l’état d’un système au sens le plus large (et
le plus vague) du mot «état», alors qu’ici le vecteur d’état ne spécifie qu’un état
dynamique à teneur prédictive qu’il faut compléter par un état de valeur pour être
descriptivement exhaustif. La signification même du cercle de la théorie quantique de
la mesure s’en trouve altérée. Si ce cercle concerne seulement l’état dynamique, il ne
tend plus à la description intégrale du processus d’interaction entre un objet et un
appareillage expérimental, mais porte seulement sur le système de prédictions qui
s’applique aux divers moments du processus de mesure.
En allant jusqu’au bout de la lecture prédictive du formalisme de la mécanique
quantique, on peut considérer que la théorie quantique de la mesure n’instaure rien
d’autre qu’un cercle d’évaluations probabilistes concernant deux sortes de mesures: la
mesure proprement dite et une méta-mesure portant sur le dispositif qui l’a permise.
Toutes les difficultés liées au problème de la mesure de la mécanique quantique ne
disparaissent pas pour autant. Ce cercle d’évaluations probabilistes doit, comme
l’autre, pouvoir être refermé. La fermeture de l’autre cercle supposait que la
description du fonctionnement de l’appareillage soit un cas particulier de la
description du devenir des objets; la fermeture de celui-ci suppose que le mode de
calcul des probabilités portant sur le résultat de la méta-mesure soit un cas particulier
du mode de calcul des probabilités portant sur le résultat de la mesure. Or, on sait
qu’au niveau macroscopique où se déroule la mesure du second ordre, le calcul des
probabilités à utiliser est régi par la théorie classique de Kolmogorov, qui a entre
autres particularités celle de permettre d’interpréter l’évaluation probabiliste comme
une expression de l’ignorance dans laquelle on se trouve au sujet du phénomène
devant se manifester. Au contraire, la mesure du premier ordre requiert la mise en
oeuvre d’un calcul quantique des probabilités dont le principal trait distinctif est de
comporter des termes isomorphes à ceux qui représentent des interférences dans un
processus ondulatoire, et de ne pas permettre à cause de cela (au moins au premier
degré16) une interprétation laplacienne en termes de «hasard d’ignorance». La
question est alors la suivante: est-il possible de fermer le cercle constitué par la
prédiction probabiliste des résultats d’une mesure de premier ordre et par la prédiction
probabiliste des résultats d’une mesure de second ordre portant sur l’appareil de
mesure qui intervient dans la mesure du premier ordre? Peut-on tenir le calcul
classique des probabilités, utilisable en pratique à l’échelle des appareils de mesure,
16 Il est certes impossible de considérer les probabilités quantiques comme expression de l’ignorance dans laquelle on
se trouve du phénomène expérimental qui doit survenir; mais il est parfaitement possible de les considérer comme
expression de notre ignorance de processus sous-jacents holistiquement co-dépendants et principiellement
inaccessibles à l’expérience. En témoignent les théories à variables cachées non-locales et contextualistes du type de
celle de Bohm. Une discussion sur ce point peut être trouvée dans M. Bitbol, L’aveuglante proximité du réel, op. cit.
chapitre 8
pour un cas particulier du calcul quantique des probabilités, valable en principe à
toute échelle? Ce sont les théories de la décohérence qui ont eu pour première
mission de prouver la possibilité de fermer ce cercle, même si leurs auteurs les ont
rarement limitées à ce programme minimal lié à une interprétation prédictive du
vecteur d’état17. Les théories de la décohérence tendent en effet à montrer qu’appliqué
à des processus complexes faisant intervenir un objet, un appareil de mesure, et un
vaste environnement, le calcul quantique des probabilités se ramène à une très faible
approximation près au calcul classique des probabilités. Ceci se traduit par un
amenuisement asymptotique des termes d’interférence typiques du calcul quantique
des probabilités, au profit d’une quasi-validité de la règle kolmogorovienne
d’additivité des probabilités d’une disjonction; ou, plus précisément18, par une quasidisparition
des termes non-diagonaux de la matrice densité, au terme de laquelle la
superposition initiale se ramène à peu de choses près à un mélange statistique.
La principale pierre d’achoppement de cette méthode de clôture du cercle prédictif
est que, pour parvenir à dériver à partir d’un calcul purement quantique les structures
probabilistes qui prévalent à l’échelle humaine, les spécialistes des théories de la
décohérence n’ont pu éviter d’introduire des hypothèses à connotations
anthropologiques. Le clivage ternaire de la chaîne de mesure en un objet, un appareil,
et un environnement, imposé par W.H. Zurek19, est (de son propre aveu) l’une de ces
hypothèses, puisque ce genre de clivage ne va vraiment de soi qu’à l’échelle de
l’Umwelt du genre humain. Une autre de ces hypothèses est le recours de M. Gell-
Mann à un coarse graining des histoires consistantes par des «IGUS» (Information
Gathering and Utilizing Systems) anthropomorphiques. Mais ce degré de pétition de
principe n’est une véritable difficulté que si l’on exige des théories de la décohérence
qu’elles démontrent qu’une théorie classique des probabilités, valant pour des
occurrences mutuellement exclusives, est l’aboutissement unique de la théorie
probabiliste quantique de la mesure à grande échelle. Si au contraire on en attend
seulement la preuve que le calcul quantique des probabilités appliqué au processus de
mesure est compatible avec une évaluation probabiliste classique dans le domaine
macroscopique, si on leur demande uniquement d’attester que le calcul classique des
probabilités est l’une des conséquences envisageables du calcul quantique des
probabilités, sous certaines conditions traduisant les présupposés constitutifs de la
connaissance humaine, alors les théories de la décohérence remplissent bien leur
mission. La clôture du petit cercle épistémologique n’est certes pas assurée comme le
17 M. Gell-Mann, Le quark et le jaguar, Champs Flammarion, 1997. Discussion dans M. Bitbol, Mécanique
quantique, une introduction philosophique, op. cit. pp. 410-418. Pour une critique serrée des prétentions descriptives
(voire «ontologiques») des théories de la décohérence, voir B. d’Espagnat, «Towards a separable empirical reality»,
Foundations of physics, 20, 1147-1172, 1990. La réponse de R. Omnès se trouve dans: R. Omnès, The interpretation
of quantum mechanics, Princeton University Press, 1994
18 B. d’Espagnat, Le réel voilé, Fayard, 1994, p. 195
19 W.H. Zurek, «Environment-induced superselection rules», Physical Review, D26, 1862-1880, 1982
fruit unique et inévitable du fonctionnement de la théorie quantique, mais elle est
inscrite en tant que possibilité dans son formalisme20.
La quête d’univocité ne pourrait éventuellement aboutir qu’en sortant du cadre
strict de la théorie quantique. C’est justement ce genre de stratégie d’élargissement
théorique qu’ont adopté W.H. Zurek et M. Gell-Mann, lorsqu’ils ont fait appel à un
concept darwinien de sélection naturelle. Selon Gell-Mann, par exemple, le but n’est
pas de montrer que des structures prédictives typiques de la physique classique
dérivent obligatoirement de la théorie quantique, mais simplement de prouver dans le
cadre de cette dernière que des systèmes connaissants (les IGUS) ne peuvent être
stables (c’est-à-dire survivre) qu’à condition de focaliser leur intérêt épistémique et
leur activité sur un domaine obéissant à des lois d’ensemble quasi-classiques21.
Poursuivant sur cette ligne de pensée, S. Saunders a pu démontrer que le processus de
décohérence est dérivable d’un ensemble de conditions nécessaires à la vie d’un
système métabolique autonome22. Sans pouvoir établir la stricte nécessité de
l’émergence d’un monde classique à partir d’un monde quantique, les théories de la
décohérence ont par conséquent instauré la scène où peut se jouer le drame autoorganisationnel
et darwinien de la co-émergence d’un système connaissant et de
l’environnement classique qui lui est donné immédiatement à connaître. On est tenté
d’en inférer qu’à moins d’être modifiée ou complétée, la théorie quantique ne parvient
à clore son petit cercle épistémologique du mesurant et du mesuré qu’en ayant recours
à une perspective de clôture du grand cercle épistémologique du connaissant et du
connu. C’est vers ce grand cercle que va à présent se tourner notre attention.
20 On est tenté de penser que cette discussion a été récemment close par le beau travail de l’équipe de S. Haroche, qui
a permis de mettre les théories de la décohérence «à l’épreuve de l’expérience» (voir par exemple S. Haroche, J.M.
Raimond & M. Brune, «Le chat de Schrödinger se prête à l’expérience», La Recherche, n°301, Septembre 1997). En
vérité, les choses ne sont pas si simples. N’oublions pas que pour mettre en évidence la décroissance rapide des effets
d’interférence dans les probabilités quantiques, l’expérience citée a besoin de présupposer (au niveau des appareils
qu’elle utilise si ce n’est au niveau du processus analysé), des notions de propriétés et d’événements mutuellement
exclusifs qui ne s’accomodent que d’une structure probabiliste classique et d’une interprétation épistémique des
probabilités. Ce que l’on parvient à faire par cette expérience n’est donc pas de vérifier à partir d’un point de vue
complètement extérieur la validité des présupposés mis en oeuvre pour l’interprétation des phénomènes
expérimentaux, mais seulement de montrer la remarquable consistance interne du système formé par ces présupposés
et certaines séquences de phénomènes expérimentaux qui non seulement sont interprétés par leur biais mais de
surcroît leur sont isomorphes. De même, ce que l’on parvenait à faire par les théories de la décohérence n’était pas de
«dériver mathématiquement» les présupposés de l’expérimentation comme conséquence unique et obligatoire de
l’axiomatique adoptée, mais de prouver la consistance interne du système formé par: (a) les présupposés de
l’expérimentation et (b) certaines prédictions isomorphes à ces présupposés que conduit à formuler une théorie (la
théorie quantique) fonctionnant sous leur régime. Au total, ce que l’on a réussi à attester, c’est la consistance interne
du système à trois termes constitué par les présupposés de l’expérimentation, les prédictions qui leur sont associées,
et les phénomènes qu’ils permettent d’interpréter. Plutôt qu’à des rapports linéaires de «dérivation» (théorique) ou de
«vérification» (expérimentale), on a une nouvelle fois affaire à un réseau circulaire auto-consistant de relations.
21 M. Gell-Mann & J.B. Hartle, in: W.H. Zurek (ed.), Complexity, entropy, and the physics of information, Addison-
Wesley, 1990
22 S. Saunders, «Decoherence, relative states and evolutionary adaptation», Foundations of physics, 23, 1553-1585,
1993
IV-Le cercle épistémologique du connaissant et du connu
L’opportunité d’une révision profonde du grand cercle épistémologique de la
science classique, c’est-à-dire de la représentation d’un face-à-face extrinsèque entre
le sujet et la nature qu’il cherche à se représenter, a été perçue comme urgente dès le
début de l’histoire de la physique quantique. Bohr, Heisenberg, puis Pauli, en ont été
les principaux avocats. Dans ses expressions les plus directes, Heisenberg nous
demande par exemple de comprendre que la théorie quantique ne fournit plus une
description des particules élémentaires mais, au moins en partie, de la connaissance
que nous en prenons; ou que la physique contemporaine ne forge plus une image de la
nature, mais (s’il est permis de réemployer ici le mot «image») «(…) l’image de nos
rapports avec la nature»23. La recherche scientifique est corrélativement figurée
comme un processus qui, faute de pouvoir se dérouler comme s’il lui était possible de
prendre une nature autonome pour objet à décrire, vise à explorer un système de
relations qualifié par contraste de nature-livrée-à-l’interrogation-humaine24. Des
symboles comme les vecteurs d’état, les observables, ou les amplitudes de probabilité,
doivent être pris dans cette perspective comme moyens d’exprimer (sans la décrire
exhaustivement et même sans la thématiser) une relation de mesure et ses
implications anticipatives. Cela suffit à dissoudre le «problème de la mesure», en
excluant que l’on puisse demander à des vecteurs d’état s’écrivant sous forme d’une
superposition linéaire de vecteurs propres d’observable de représenter l’«état»
intrinsèque des constituants de la chaîne de mesure.
Ces caractérisations de la situation épistémologique qu’affronte la physique
quantique ont généralement été accueillies avec un respect mêlé de scepticisme ou
d’indifférence par la communauté des physiciens, qui a oscillé ces cinquante dernières
années entre un quasi-instrumentalisme résigné et le désir sans cesse résurgent de
montrer qu’une lecture «réaliste» de la théorie quantique n’est pas inconvevable. Une
explication externaliste de cette résistance est sans doute, ainsi que l’écrit I. Stengers,
que les physiciens pouvaient difficilement renoncer à leur projet historique
d’organiser l’expérimentation de telle sorte que rien n’empêche après coup de la tenir
pour une simple méthode de révélation des propriétés d’une nature indépendante25.
Mais une raison interne a pu également dissuader bien des physiciens d’inscrire leur
travail dans le prolongement de la thèse de Heisenberg. Cette raison est la teneur
fortement aporétique du concept d’une science des seuls rapports ou relations que
23 W. Heisenberg, La nature dans la physique contemporaine, Gallimard, 1962, p. 34. Voir aussi W. Heisenberg,
Physique et philosophie, Albin Michel, 1971, p. 38; W. Heisenberg, Philosophie, le manuscrit de 1942, Traduction et
présentation par C. Chevalley, Seuil, 1998. Ce dernier livre contient le développement le plus complet et le plus
cohérent de la philosophie de Heisenberg, avec un commentaire approfondi de C. Chevalley.
24 W. Heisenberg, La nature dans la physique contemporaine, op. cit. p. 29. Les traits d’union ont été rajoutés.
25 I. Stengers, Cosmopolitique 5, Au nom de la flèche du temps: le défi de Prigogine, La découverte, 1997, p. 146
nous entretenons avec la nature. Comment concilier la suggestion que les termes mis
en relation ne sont pas définis indépendamment l’un de l’autre, et leur traitement
individualisé dans le discours? Ne semble-t-il pas étrange de défendre une
épistémologie de l’immersion, de la participation, de l’inséparabilité, en l’appuyant
sur la description du rapport de deux entités séparées par la pensée ou par la
dénomination? Ni la quête obstinée d’une objectivation omni-englobante, ni la
perception des aspects aporétiques de l’issue alternative d’une science des rapportsde-
l’homme-avec-la-nature, ne justifient cependant qu’on se cramponne à une attitude
naïve dans les sciences. Il est après tout probable que le simple processus consistant à
développer la thèse épistémologique de Heisenberg jusqu’à ses ultimes conséquences
suffise à nous faire gagner une perception aiguë des limites du projet scientifique le
plus répandu. Même si cette thèse devait être désamorcée en fin de parcours à cause
de son aporie d’une relation exprimée en termes de relata distincts alors même qu’elle
les précède en droit, il serait dans ces conditions peu avisé de l’ignorer. On aurait tort
de renoncer à utiliser une échelle (intellectuelle) sous prétexte qu’il faudra «(…)jeter
l’échelle après y être monté»26.
C’est donc à l’esquisse d’un développement systématique du schéma
épistémologique de Heisenberg que nous allons procéder ici. Nous serons assistés en
cela par un parallèle avec les importants travaux de l’école auto-organisationnelle
dans les sciences cognitives, et en particulier de sa récente variété connexioniste. Le
trait distinctif d’une procédure d’apprentissage menée à bien par des systèmes autoorganisateurs
comme les réseaux neuronaux est après tout d’aboutir à une structure
qui, à l’égal de la théorie physique selon Heisenberg, «(…) ne représente pas le monde
extérieur mais représente – si l’on veut s’en tenir à ce mot – le processus d’interaction
entre l’input et l’organisme, ou entre l’environnement et l’organisme»27.
(1) Le premier point de convergence entre les deux courants de rénovation
épistémologique tient à leur motivation commune, qui est de s’affranchir des schémas
ontologiques pré-constitués. La résurgence du paradigme auto-organisationnel, après
une longue parenthèse constituée par les tendances représentationnalistes,
symboliques, et computationnalistes du cognitivisme, est le contre-coup d’une
réflexion sur le demi-échec des programmes initiaux d’Intelligence Artificielle. La
difficulté qu’ont éprouvée les spécialistes d’IA pour assurer dans tous les cas la
réidentification des objets corporels de l’environnement traités comme “formes”, a en
effet conduit certains chercheurs à penser que «(…) le monde est un lieu indiscipliné –
beaucoup plus désordonné que les mythes ontologiques et scientifiques régnants ne le
26 L. Wittgenstein, Tractatus logico-philosophicus, op. cit. §6.54
27 J. Schopman & A. Shawky, «The impact of connectionism on our thinking about concepts», in: A. Clark & P.J.R.
Millican, Connectionism, concepts and folk psychology (The legacy of A. Turing, volume 2), Oxford University
Press, 1996
laissent soupçonner»28. Dès lors, ce qu’il fallait par-dessus tout éviter c’était
d’imposer d’avance à la machine une structuration de ses modes d’exploration par le
système de concepts formels auquel a abouti l’histoire cognitive de l’espèce humaine.
Les concepteurs de systèmes perceptifs avaient à ménager des espaces de liberté, des
capacités d’adaptation, ils devaient implémenter des notions «fluides, dynamiques,
négociées, ambiguës, sensibles au contexte»29, et non pas projeter sur leurs artéfacts le
corpus (solidifié après-coup) des présuppositions ontologiques auxquelles la vie
humaine engage. Si une machine pouvait un jour s’orienter dans le monde, ce serait
dans son monde, un monde qu’elle aurait structuré à mesure qu’elle se structurait ellemême,
et non pas le monde pré-digéré de la logique et de la théorie des modèles. Le
tort du cognitivisme classique est en bref, dans cette perspective, d’avoir préjugé de la
relation entre la machine et ses objets, en imposant à ses termes d’être isomorphes au
produit final d’une dynamique relationnelle antérieure (celle de l’homme et de son
Umwelt). De façon analogue, l’intérêt réflexif des créateurs de la mécanique
quantique pour la relation entre moyens d’exploration et domaine exploré avait pour
premier but d’éviter que la physique ne reste intégralement tributaire de la structure
ontologique préalable que partagent la physique classique et l’«attitude naturelle».
Les procédures formalisées d’orientation et d’anticipation utilisées par le physicien
quantique devaient traduire l’ordre émergent de la nouvelle dynamique relationnelle
rendue possible par les progrès de l’instrumentation, et non pas être dérivées d’une
description utilisant un cadre de concepts formels dont les conditions d’emploi sont
vraisemblablement restreintes au type de relations sensori-motrices qu’est capable
d’établir l’homme dans son environnement immédiat.
Une différence majeure persiste cependant entre la situation des sciences cognitives
et celle de la physique quantique. Dans les sciences cognitives, on peut d’un côté
conférer une pleine autonomie au processus relationnel d’émergence d’organisation,
et d’un autre côté continuer à se représenter les deux termes de la relation
conformément aux normes d’autres relations que nous, êtres humains adultes,
établissons directement avec eux. Mais en physique quantique, nous sommes en
principe dépendants, pour les relations que nous entretenons avec le domaine
d’investigation, d’appareillages expérimentaux; nous n’avons pas la ressource
d’invoquer des relations latérales «directes» qui nous donneraient un accès
indépendant aux termes de la relation transversale domaine-appareillage.
L’applicabilité au domaine d’investigation du cadre standard de concepts formels
valant pour les relations que nous entretenons avec notre environnement immédiat est
de ce fait suspendue à l’aboutissement de la dynamique du rapport qui s’établit entre
l’appareillage et ce domaine. Et avec elle est également suspendue toute
28 B.C. Smith, On the origin of objects, MIT Press, 1996
29 ibid.
représentation de la relation domaine-appareillage qui ferait usage de ces concepts
formels (par exemple en décrivant cette relation comme celle de deux systèmes-objets
distincts dotés de déterminations propres).
(2) Dans le paradigme auto-organisationnel des sciences cognitives, il n’est plus
question de systèmes de mise en forme de l’information conçus comme lieux où
s’articulent: (a) des entrées en provenance d’un monde extérieur pré-structuré, (b) un
traitement de ces entrées par le biais d’une représentation des traits invariants du
monde, et (c) des sorties performatives. Les entités de base sont ici des unités dotées
de «clôture opérationnelle»30, dont le seul invariant est leur propre organisation, et
dont le «domaine cognitif» est défini comme la fraction d’environnement au sein de
laquelle leur organisation peut persister en dépit des perturbations qui leur sont
infligées. Le procédé par lequel une unité se préserve en intégrant à son
fonctionnement les perturbations les plus courantes, est appelé l’assimilation. Et le
processus par lequel sa clôture opérationnelle se transforme afin de parvenir à
assimiler de nouvelles sortes de perturbations est qualifié d’accomodation31. Les
comportements adaptés dont fait preuve une unité auto-organisationnelle ne révèlent
pas dans ces conditions qu’elle est en possession d’une représentation fidèle de son
environnement, mais seulement que le fonctionnement de sa clôture opérationnelle
sous l’effet de perturbations environnementales, est durablement viable. En
particulier, les distinctions ou catégories que présupposent ses comportements ne sont
pas le reflet intériorisé du pré-découpage d’un monde ordonné; elles sont le résultat
stabilisé, au sein du cycle d’opérations qui constitue l’unité auto-organisationnelle, de
l’histoire du couplage entre elle et un environnement pouvant être chaotique32. Au
total, le réseau de prédicats qui exprime ces distinctions n’est pas à interpréter comme
le calque statique du réseau d’articulations d’un monde pré-donné, mais comme le
système des possibilités de fonctionnement stationnaire d’une unité autoorganisationnelle
dans son environnement perturbateur. Chaque prédicat correspond à
un «comportement propre» bien défini de l’unité considérée, à l’un de ses cycleslimites,
ou encore (en utilisant le vocabulaire des systèmes dynamiques), à l’un des
attracteurs du fonctionnement de sa clôture opérationnelle.
Une analogie mathématique rend à ce stade presque évidentes les affinités entre
cette conception des sciences cognitives avec une approche de la physique quantique
inspirée de Bohr et Heisenberg. L’expression «comportement propre», explique F.
Varela, est en accord avec l’usage des termes «(…)‘valeur propre’ et ‘fonction propre’
en mathématiques, pour désigner les points fixes d’opérateurs linéaires»33 (un point
fixe de la fonction f étant la valeur xn de la variable x pour laquelle le processus
30 F. Varela, Autonomie et connaissance, Seuil, 1989
31 J. Piaget, Biologie et connaissance, Gallimard, 1967
32 F. Varela, Autonomie et connaissance, op. cit. p. 219
33 ibid. p. 227
récursif xn+1=f(xn) aboutit à l’égalité xn+1= xn). A l’inverse, dire qu’une «valeur
propre» et un «vecteur propre» d’observable correspondent à l’un des
«comportements propres» (ou attracteurs) du processus dynamique de couplage d’un
appareil avec le domaine exploré, plutôt qu’à une détermination intrinsèque de tel
objet microscopique, est assez bien dans l’esprit de la conception interactionnelle du
formalisme de la mécanique quantique que soutenaient Bohr et Heisenberg. Cela n’est
pas sans rappeler également l’idée, défendue par Schrödinger à la fin de sa carrière,
selon laquelle les discontinuités quantiques ne révèlent pas une propriété des objets
microscopiques mais plutôt la circonstance que «(…) certains dispositifs ne peuvent,
de par leur nature même, fournir que des réponses discrètes et discontinues (aux
perturbations)»34. Plus largement, estimer que la liste complète des valeurs propres
d’une observable exprime l’ensemble des possibilités de stabilisation du
fonctionnement d’une classe d’appareillages au cours de leur couplage avec le
domaine exploré, et non pas la gamme des valeurs de variable pouvant être possédées
par un objet microscopique, s’accorde avec la thèse de Bohr selon laquelle
l’appareillage expérimental participe indissolublement à la définition de la variable
qu’il sert à mesurer. L’inconvénient de cette façon de concevoir l’expérimentation en
physique est, une nouvelle fois, qu’elle risque d’inciter à décrire le processus
dynamique de couplage entre l’appareillage et son domaine d’exploration au moyen
des concepts formels mêmes dont elle a conduit à contester la pertinence au-delà de
notre Umwelt macroscopique.
(3) Comment passe-t-on, dans le paradigme auto-organisationnel des sciences
cognitives, d’un simple «comportement propre» à quelque chose qu’on peut qualifier
à bon droit de connaissance? Quel peut d’ailleurs être le sens du mot «connaissance»
dans un cadre de pensée qui se dispense du concept de représentation? Et,
corrélativement, par quel fil conducteur va-t-on d’une conception relationnelle de
l’expérimentation au formalisme intégré de la théorie quantique?
Selon J. Piaget35, l’étape obligée sur le chemin qui conduit des activités concrètes à
la connaissance, est l’affranchissement, appuyé sur des schèmes gestuels de
réciprocité, à l’égard des aspects irréversibles des opérations36. La conséquence
majeure de cet affranchissement est l’apparition de conduites d’anticipation. Au cours
de l’étape suivante, les schèmes gestuels de réciprocité sont repris et coordonnés à un
niveau supérieur, par exemple par transposition du niveau sensori-moteur au niveau
logico-linguistique. Par le biais de l’accession au langage, l’insertion de l’individu
34 E. Schrödinger, «The meaning of wave mechanics», in: A. George (ed.), Louis de Broglie physicien et penseur,
Albin Michel, 1953, p. 28
35 J. Piaget, Biologie et connaissance, op. cit. p. 47
36 Ces schèmes gestuels de réciprocité se manifestent par exemple dans: l’activité de déplacement puis de
replacement d’un corps matériel, ou l’activité de rotation d’un corps jusqu’à ré-obtention de l’aspect initial, ou
encore l’activité consistant à vider le contenu liquide d’un récipient dans un autre de forme différente, puis à reverser
ce contenu dans le récipient initial, etc.
dans un réseau de relations sociales joue donc un rôle crucial (quelque peu négligé par
Piaget) dans la définition des conditions d’utilisation et d’amélioration collective des
procédures d’activité coordonnée. Car ces procédures performatives sont désormais
organisées autour de foyers référentiels et prédicatifs communs. Au terme du
processus ontogénétique, sont élaborées (sous la pression collective d’un idéal
régulateur de partage et d’une critique mutuelle) des structures symboliques traduisant
en opérations abstraites et en nécessité démonstrative les régulations pratiques par
lesquelles les effets des perturbations environnementales sont pré-corrigés. Ces
nouvelles structures symboliques, plus générales que les structures logicolinguistiques
parce qu’elles ne restent pas nécessairement subordonnées à l’ordre
prédicatif du jugement, sont les mathématiques. Des mathématiques conçues par
Piaget comme «coordination générale des actions (…)»37 réversibles et à visée
anticipatrice.
Il est dans ces conditions inévitable que la physique, dont un moment essentiel est
le contrôle des séquences perceptives par des actions expérimentales ordonnées et
réversibles, se trouve organiquement associée aux mathématiques. «(En physique), la
mathématique, loin de se réduire à un langage, est l’instrument même de structuration
qui coordonne déjà ces actions et les prolonge ensuite en théories (…)»38. L’histoire de
la physique n’est de ce fait plus comprise comme recherche de «copies»
représentatives de plus en plus ressemblantes d’un monde donné d’avance, mais
comme oeuvre d’assimilation, par paliers accomodatifs de généralité croissante, de la
suite irréversible des phénomènes expérimentaux aux schèmes performatifs
réversibles et à fonction prédictive que formalisent les mathématiques.
Tirant les ultimes conséquences de cette réflexion39, on est conduit à tenir le face-àface
sujet-objet pour une figure très particulière de la cognition. La tendance
commune des procédures cognitives d’assimilation-accomodation est en effet
d’évoluer vers la «décentration», l’affranchissement à l’égard des circonstances,
l’intégration de processus irréversibles et non reproductibles dans des schèmes
réversibles, le dépassement des moments singuliers par des règles de prédiction.
L’adoption de schèmes d’activité présupposant l’identité de l’objet à travers le temps,
et l’attribution de propriétés stables aux objets afin de prévoir des résultats
d’expériences effectuées «sur eux»40, apparaît dans ce contexte comme une façon
parmi d’autres, peut-être plus contraignante que bien d’autres, d’obtenir ce résultat.
Cette remarque va à présent être développée en systématisant une distinction à
peine marquée entre cognition et connaissance. A vrai dire, la distinction n’a rien
37 Voir J. Piaget, Introduction à l’épistémologie génétique, I La pensée mathématique, P.U.F., 1973
38 ibid. p. 386
39 Conséquences que Piaget lui-même, encore partiellement tributaire du schéma dualiste sujet-objet, n’a pas souhaité
tirer.
40 Cette expression «sur eux» doit être considérée comme une manière abrégée d’exprimer la mise en oeuvre
expérimentale du schème d’activité présupposant l’identité de l’objet.
d’évident tant qu’on s’en tient aux caractérisations explicites que proposent de leur
discipline les spécialistes des sciences cognitives. Ainsi que le remarque D. Andler, il
est pratiquement impossible de trouver une définition de la cognition dans les
dictionnaires de sciences cognitives. Les sciences cognitives elles-mêmes sont
définies par le Blackwell dictionary of cognitive psychology comme «(…) étude
interdisciplinaire de l’acquisition et de l’utilisation des connaissances»41, ce qui peut
donner le sentiment (si l’on n’y regarde pas de près) d’une coextensivité sémantique,
ou au moins d’une sorte d’interdéfinition circulaire, des mots cognition et
connaissance. Ce que laisse pourtant soupçonner le clivage entre la connaissance et
ses procédés d’acquisition et d’utilisation dans la définition précédente, c’est que les
deux mots n’ont pas le même usage dans les idiomes spécialisés contemporains42. Le
mot “cognition” renvoie préférentiellement aux processus concrets, tantôt neurobiologiques,
tantôt artéfactuels, tantôt informationnels et fonctionnels, par lesquels
sont maîtrisées des capacités à percevoir, à coordonner les mouvements, à parler, à
raisonner, etc. Le mot “connaissance” tend pour sa part à désigner un contenu abstrait,
socialement partagé, et exprimé au moyen du langage; un contenu qui peut d’autant
plus naturellement être dit porter sur un objet que son expression fait usage de
substantifs et d’adjectifs, c’est-à-dire de termes à fonction référentielle et de termes à
fonction prédicative. Il suffit à partir de là de travailler légèrement cet écart, de
remplacer le rapport de contiguïté sémantique qui s’y manifeste par un rapport
d’inclusion sémantique, pour obtenir une nouvelle distinction utile à notre discussion
du parallèle entre épistémologies non-représentationnalistes et problèmes
d’interprétation de la mécanique quantique.
Nous appellerons «cognition» la procédure générale de mise en place de schèmes
d’activité indépendants vis-à-vis de classes entières de situations, et d’extrapolation
anticipative de ces schèmes. Une telle procédure peut être implémentée
indifféremment par des structures neurologiques ou technologiques, elle peut ou non
être socialement partagée, elle peut ou non s’organiser autour de foyers référentiels et
prédicatifs. Par contraste, nous appellerons «connaissance» un cas d’espèce de ces
stratégies cognitives qui consistent à prolonger en prescriptions anticipatrices des
schèmes opératoires rendus indépendants de larges classes de situations d’expérience.
Le cas d’espèce en question est celui où le mode d’affranchissement des schèmes à
l’égard des situations est entièrement traductible en termes de déterminations propres
d’entités séparées dotés d’une identité permanente; c’est-à-dire celui dans lequel on a
escamoté les conduites et les règles de covariance par changement de situation, au
profit d’un discours sur les objets d’où toute mention des situations a disparu. Les
41 D. Andler, Introduction aux sciences cognitives, Folio-Gallimard, 1992
42 Je remercie Catherine Sayada pour les utiles précisions qu’elle m’a données sur ce point, à l’issue d’un exposé du
présent travail dans le cadre du séminaire du Centre de Synthèse pour une Epistémologie Formelle animé par M.
Mugur-Schächter.
connaissances sont en résumé, dans l’acception choisie, celles des cognitions qui sont
conditionnées de bout en bout par les fonctions référentielles et prédicatives de la
langue.
Dans le même esprit, on distinguera un aspect négatif et un aspect positif du
concept d’objectivité. L’aspect négatif est l’absence d’asujettissement des schèmes
d’activité et des corrections anticipatrices associées à l’égard d’une configuration
indexicale singulière (moi, ici, maintenant, ceci). L’aspect positif, connoté par
l’étymologie, consiste à affirmer qu’il est possible de projeter cette absence
d’asujettissement dans une description du devenir d’objets autonomes.
La raison du malaise éprouvé par trois générations de chercheurs et de philosophes
à l’égard de la mécanique quantique peut à présent se dire en deux courtes phrases: la
théorie quantique standard procure une cognition au sens le plus général plutôt qu’une
connaissance; elle restreint son ambition à l’aspect négatif de l’objectivité.
Au premier degré, la mécanique quantique n’est en effet autre qu’une forme métacontextuelle
de théorie des probabilités. Elle recueille dans son symbolisme les
conditions de possibilité d’un système de prédictions probabilistes rendu indépendant
des contextes expérimentaux, même si ces prédictions portent sur des phénomènes
qui, eux, sont inséparables de contextes parfois incompatibles43. La mécanique
quantique s’acquitte bien, dans ces conditions, des deux tâches d’une cognition: (a)
intégrer les sollicitations expérimentales et les phénomènes résultants dans un schème
généralisé d’activité affranchi de la particularité et de l’irréversibilité des situations et
(b) retourner cette intégration en un corpus complet d’anticipations. En cela, elle
réalise aussi l’intégralité du contenu négatif du concept d’objectivité. Par contre,
comme je l’ai souligné dans le prologue de cet article, la restriction de cette cognition
à une connaissance d’objets individuels dotés de propriétés, c’est-à-dire la mise en
oeuvre du contenu positif du concept d’objectivité, se heurte à des difficultés
considérables. Non que je sous-estime l’apport des multiples tentatives engagées afin
de surmonter ces difficultés; mais simplement que leur intérêt me semble se limiter à
cerner, en explorant ses conséquences de tous côtés, la configuration cognitionnelle
élargie dans laquelle évolue désormais la physique. Considérons d’abord l’attitude
pragmatique des physiciens, qui revient à accorder la priorité aux activités (qu’elles
soient expérimentales ou mathématico-symboliques), tout en se servant, à des fins
heuristiques, de modèles fragmentaires d’objets, et de termes à sémantique variable
comme ceux de «particule» ou d’«état». Quelles que soient les tentations ontologiques
suscitées par ces modèles et par ces termes empreints de leur origine familière, la
façon flexible et contextualisée dont ils sont utilisés au jour le jour dans les
laboratoires ne fait que manifester à quel point, en physique quantique comme en
43 Voir M. Bitbol, Mécanique quantique, une introduction philosophique, op. cit. Chapitre 2; M. Bitbol, «La
mécanique quantique comme théorie des probabilités généralisée», in: G. Cohen-Tannoudji & E. Klein (eds.),
Prévision et probabilités dans les sciences, Editions Frontières-Diderot, 1998
théorie de l’auto-organisation, «le monde unique, fondé (…), est remplacé par la
pluralité des environnements relatifs (…)»44 à des systèmes de sollicitations
opératoires. Certains modèles à vocation universelle, comme ceux des théories à
variables cachées (non-locales), paraissent il est vrai permettre de surmonter la
fragmentation précédente. Mais ils ne le font qu’au prix d’une irrémédiable
dissociation entre les objets qu’ils décrivent et les schèmes d’activité expérimentale.
Les objets de ces modèles sont des points focaux putatifs, des lieux de convergence
hypothétiques pour les invariants des schèmes opératoires partiels, sans représenter
l’invariant effectif d’aucun schème opératoire global. Ils résultent d’une sorte de
fonctionnement à vide de la stratégie scientifique de recherche des invariants, et
affrontent de ce fait une version extrême de la sous-détermination des théories par
l’expérience: celle où, par construction, aucun élément empirique présent ou futur ne
peut contribuer à trancher entre les théories avancées.
V-Epilogue: auto-résorption des cercles épistémologiques et méthode
transcendantale
Le propos classique de l’épistémologie est de répondre au défi sceptique en
appuyant la science sur des critères et des normes qui lui soient extérieurs. Mais,
comme le remarque Quine, la formulation même du défi sceptique (‘peut-on connaître
le monde à partir des informations rares et indirectes que nous procurent les sens?’)
emprunte ses catégories à la science45; le relever peut et doit dans ces conditions se
faire dans le cadre du système des sciences. Selon cette approche, «(l’épistémologue)
combat pour défendre la science de l’intérieur, contre son auto-dubitation» 46. Le
cercle qui en découle est ouvertement assumé: «(le) problème (de l’épistémologue),
écrit Quine, consiste à trouver les moyens, en s’en tenant à la science de la nature, par
lesquels l’animal humain peut avoir projeté cette même science à partir des
informations sensorielles qui peuvent l’atteindre selon cette science»47. Ce qu’omet
toutefois de signaler Quine c’est que le cercle des sciences n’engendre ce genre de
doute sceptique qu’en raison de son assujettissement implicite au paradigme de la
commande. Dans le cadre du paradigme auto-organisationnel, un doute à propos de la
correspondance des descriptions scientifiques à la nature ne pourrait même pas être
formulé. La raison de cette dissolution de facto de la version commune du problème
sceptique est qu’à la limite, dans le paradigme auto-organisationnel, on est conduit à
admettre qu’il n’y a rien (aucune structure pré-déterminée) à connaître, que les
44 J. Habermas, Le discours philosophique de la modernité, Gallimard, 1988, p. 436; à propos de la sociologie
systémique de N. Luhmann.
45 Par exemple les catégories d’information et de données des sens
46 W.V. Quine, The roots of reference, Open court, 1974, p. 3
47 ibid. p. 2
«perturbations» exercées sur la clôture opérationnelle par son environnement sont
essentiellement chaotiques, et qu’on n’a par conséquent aucun motif de s’inquiéter de
la fidélité de la connaissance à quoi que ce soit. La connaissance (ou plutôt la
«cognition», au sens large qui a été défini plus haut) est ici rapportée au processus de
son élaboration plutôt qu’à son focus imaginarius. «(…) Elle ne repose sur rien, si ce
n’est sur une tradition, et (…) elle ne conduit nulle part si ce n’est à une nouvelle
interprétation de cette tradition»48. N’ayant de fondement ni extérieur ni intérieur, elle
ne fait qu’exprimer la co-émergence49 d’une clôture opérationnelle et de l’Umwelt
structuré que projette le système de ses comportements propres. Parmi ces
comportements propres structurants on retiendra: l’établissement du fonctionnement
de la clôture opérationnelle à une échelle (qualifiée de macroscopique) où peuvent se
manifester des récurrences statistiques, les conduites de poursuite qui instaurent le
schème de l’identité à travers le temps, et les conduites de substitution des antécédents
qui participent au schème de la succession selon une règle.
Pour autant, comme on l’a déjà noté en passant aux sections II et IV, la thèse autoorganisationnelle
n’échappe pas à une variété nouvelle d’injonction sceptique (ou de
configuration aporétique), formulée dans ses propres termes. Le défi qu’affronte cette
thèse ne concerne certes pas la conformité de la connaissance à ce qui est à connaître,
mais il la met en question dans son apparente prétention à décrire quelque chose (le
processus d’assimilation-accomodation des perturbations environnantes à une unité
auto-organisée). Essayons de formuler ce défi de façon plus précise, en partant de
deux remarques de F. Varela: (a) «(…) pour le système auto-poïétique lui-même (les
perturbations venant de l’extérieur et celles venant de l’intérieur) sont intrinsèquement
indistinguables»50, et (b) «(…) l’organisme n’extrait pas la distance des
caractéristiques de l’environnement; au contraire, par un processus de compensation
des perturbations, il engendre les distances perçues, comme un mode de
comportement compatible avec l’environnement»51. S’il en va comme l’indique la
remarque (b), ce n’est qu’une fois constitué un réseau de distances exprimant des
comportements propres résultant du couplage organique unité-environnement, que les
distinctions intérieur-extérieur, ou bien objet A – objet B, peuvent acquérir un sens.
Mais, bien entendu, ce sens étant supposé relatif à la procédure de constitution, il
n’affaiblit en rien l’énoncé (a) d’indistinguabilité intrinsèque. Ici, tout se passe
comme si l’unité auto-poïétique avait à constituer les relata des relations qu’elle
entretient, sans jamais disposer de rien d’autre pour y parvenir que de ceux de ses
états propres qui sont censées résulter des relations en question. De son point de vue,
l’hypothèse même qu’il y a de telles relations, et que leur constitution n’est qu’une re-
48 F. Varela, Autonomie et connaissance, op. cit. p. 14
49 ibid. p. 224
50 ibid. p. 64
51 ibid. p. 166
constitution, ne doit dès lors être tenue que pour une projection après coup du résultat
de la procédure de constitution.
Appliquées au point de vue du concepteur humain de la méta-théorie autoorganisationnelle
de la cognition, ces réflexions devraient conduire à reconnaître que
la description d’une interaction entre unité auto-poïétique et environnement
perturbateur, n’est, elle aussi, que la projection après coup du résultat d’un travail
antérieur de constitution. Quelle(s) attitude(s) adopter face à cette menace d’autorésorption
de la version auto-organisationnelle du cercle épistémologique? Deux
attitudes sont en principe disponibles. La première, celle de la philosophie
transcendantale, revient à se contenter de montrer le résidu stabilisé de
présuppositions formelles auquel a abouti un processus constitutif originaire qu’on se
garde bien de décrire, et même d’évoquer ouvertement. La deuxième attitude (qui est
une version auto-organisationnelle de la stratégie de naturalisation de l’épistémologie)
consiste au contraire à ne pas se laisser impressionner par le constat selon lequel la
description des relations constitutives de la cognition est elle-même dépendante d’une
procédure préalable de constitution. Ceux qui adoptent cette deuxième attitude
peuvent se contenter pour cela d’accorder un privilège universel à la procédure
préalable de constitution qui est celle de l’attitude naturelle et de la science classique.
Mais dans ce cas ils s’exposent à l’accusation, justifiée, de naïveté épistémologique;
ils réduisent l’avantage qu’ils avaient par rapport aux partisans d’une théorie dualiste
de la connaissance constitutivement naïve; et ils se privent de la possibilité de
déployer pleinement leur thèse dans le champ de la physique quantique. Les partisans
de la version auto-organisationnelle de la stratégie de naturalisation de
l’épistémologie peuvent aussi, de manière plus intéressante, souligner que ce qui
apparaît comme un cercle vicieux dans une perspective statique devient un cercle
vertueux dans une perspective dynamique. Rien ne les empêche après tout d’insérer la
relation cognitionnelle décrite et la procédure qui fournit les formes de la description,
la relation constitutive et la pré-constitution requise pour la thématiser, dans un cercle
ouvert et en devenir où est corrigé à chaque étape le défaut de conception qui se
manifeste à l’étape précédente.
A vrai dire, les deux attitudes précédentes ne font pas que s’opposer; elles se
complètent, en permettant de clarifier le statut de l’une par sa mise en perspective
dans les termes de l’autre. L’approche transcendantale offre à la théorie autoorganisationnelle
de la cognition l’opportunité de rendre raison des catégories qu’elle
est forcée d’emprunter en première instance au sens commun ou à la science
classique, sans recourir à l’idée (qui lui est étrangère) d’une pré-structuration du
monde extérieur. Inversement, la théorie auto-organisationnelle de la cognition incite
à voir dans l’approche transcendantale un cas particulier des processus qu’elle décrit:
celui où est inventorié après-coup le cadre formel qui organise un mode unique et
stable de relation cognitive, du point de vue de quelqu’un qui participe à cette
relation. Pour peu qu’elle admette la notion d’équilibres ponctués52, une théorie
évolutionniste et auto-organisationnelle de la cognition peut même aider la
philosophie transcendantale à se mobiliser, à se pluraliser, à s’affranchir du projet
fondationnaliste et fixiste original de Kant. Car on peut admettre, dans la perspective
d’une telle théorie, qu’il y a autant de démarches transcendantales possibles que de
modes d’équilibre durable entre des classes de clôtures opérationnelles et leur Umwelt
co-émergent; une démarche transcendantale étant ici définie comme auto-explicitation
rétrospective des cadres catégoriaux propres à chaque phase d’équilibre.
Cet éclairage réciproque des approches transcendantales et des théories autoorganisationnelles
de la cognition suggère à son tour d’envisager leurs rapports non
plus sous l’angle d’un conflit des prétentions à la validité, mais sous celui d’une
répartition équitable des rôles.
(1) Les approches transcendantales s’imposent lorsqu’il faut tenir compte de la
relativité des déterminations à l’égard d’un (ou plusieurs) contexte(s) à partir de
l’intérieur de la relation; autrement dit, dans une configuration épistémologique où
on ne dispose d’aucun autre moyen de détection des déterminations que les contextes
eux-mêmes, et où on ne peut même pas définir ces déterminations indépendamment
des contextes qui y donnent accès53. C’est le cas pour les déterminations des corps
matériels de l’environnement familier, relatives selon Kant à des formes a priori de la
sensibilité et de la pensée qui les co-constituent. C’est le cas également pour les
déterminations attribuées aux objets de la physique quantique, inséparables, comme le
souligne Bohr, de contextes instrumentaux qui tout à la fois y donnent accès et les codéfinissent.
(2) Les théories relationnelles et auto-organisationnelles de la cognition, pour leur
part, s’avèrent très utiles dans les situations mouvantes où l’on cherche à spécifier les
caractéristiques d’une nouvelle relation cognitive en présupposant, fût-ce
provisoirement, le cadre formel résultant d’une relation cognitive antérieure. L’image
de la «perturbation» de l’objet par l’appareil de mesure, que Bohr et Heisenberg
popularisèrent durant la phase de création de la mécanique quantique, illustre bien ce
rôle de moyen de passage hybride, de pont trans-paradigmatique, joué par les théories
relationnelles de la cognition. Car employer cette image c’est commencer par
représenter le rapport entre les éléments du processus cognitif d’une façon qui
implique la validité universelle des concepts formels de propriété et d’objet, puis se
prévaloir de l’inanalysabilité d’un tel rapport pour mettre en question le concept
formel de propriété, voire celui d’objet, hors du domaine macroscopique où ils
52 S.J. Gould & N. Eldredge, «Punctuated equilibrium comes of age», Nature, 366, 223-227, 1993. Selon la théorie
des équilibres ponctués, l’évolution biologique ne s’effectue pas par changements graduels, mais par quasi-sauts: de
longues périodes d’équilibre sont interrompues par de brèves périodes de changement rapide.
53 Voir J. Petitot, «Objectivité faible et philosophie transcendantale», in: M. Bitbol & S. Laugier (eds.), Physique et
réalité, un débat avec Bernard d’Espagnat, Frontières-Diderot, 1997
continuent à devoir être présupposés et à opérer comme cas-limite. C’est en somme
prendre une dernière fois appui sur le cadre formel classique afin de décrire un mode
de relation qui lui échappe. Mais ensuite, une fois consommé le bénéfice heuristique
de cet appui, seule une application renouvelée de la méthode transcendantale permet
d’identifier le cadre formel du mode de relation inédit sans risque de confusion avec
des catégories antérieures.
En accord avec leur propre façon de définir la cognition, les théories autoorganisationnelles
n’ont en définitive aucune valeur descriptive ou explicative, mais
seulement une fonctionnalité. Leur principale fonctionnalité consiste à servir de
matrice de transition entre un paradigme relationnel et un autre; par exemple entre le
monde propre de l’homme et les mondes propres de ses artéfacts robotiques, ou entre
le mode classique et le mode quantique d’orientation anticipative. Leur éventuelle
prédominance (particulièrement face aux approches transcendantales) n’est dès lors
assurée qu’en période de redéfinition dynamique du processus cognitif. Telle est l’une
des principales limites que devrait s’assigner à lui-même un projet de naturalisation de
l’épistémologie conforme au paradigme auto-poïétique.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s