Le Salon Beige: 27 nouveaux articles:Donald Trump fait échouer un accord immigrationniste -et varia

 

 

 

 

Le Salon Beige: 27 nouveaux articles

x

 


 

Le Salon Beige: 27 nouveaux articles

Link to Le Salon Beige

Lettre ouverte aux candidats Front National

Posted:

A l’heure où il est de plus en plus difficile de faire la différence entre la ligne LR de François Baroin et la ligne Macron, Jean-Yves Le Gallou interroge les candidats du Front National et demande à relayer auprès d’eux cette lettre ouverte :

« Madame, Monsieur,

Vous vous êtes porté(e) candidat(e) « pour défendre la France » « avec Marine ».

Le Front national a longtemps porté avec courage ses fondamentaux : l’arrêt de l’immigration, la mise en œuvre de la préférence nationale, le primat du droit de la filiation dans le Code de la nationalité, une politique familiale généreuse et encourageant la vie, et plus globalement la défense de l’identité civilisationnelle de la France.

L’immigration de masse se presse aux frontières maritimes de l’Europe. L’islamisation (halal, voile islamique, mosquées, ramadan) progresse à grands pas dans nos villes et nos villages. Jamais la question du Grand Remplacement démographique et civilisationnel ne s’est posée avec autant d’acuité. Curieusement, c’est le moment que semble avoir choisi la direction du FN pour placer ces questions identitaires (gênantes ? malséantes médiatiquement ?) au second plan. Lors de son étrange débat avec Emmanuel MacronMarine Le Pen s’est emberlificotée dans les questions économiques et monétaires sans même utiliser la « question blanche » pour parler d’immigration. Étrange, vraiment étrange.

Il faut dire que son vice-président, Florian Philippot, a utilisé la dernière semaine de campagne présidentielle pour insister sur l’économie. Il a même promis que si Marine était élue, « les Français paieraient leur baguette de pain en francs d’ici huit mois ». Waouh! Et les Françaises (?) leur burka ? Et pour le cas où l’on n’aurait pas bien compris, Philippot a ensuite fait un chantage à la démission dans l’hypothèse où la sortie de l’euro ne serait pas l’alpha et l’oméga du programme frontiste.

C’est son droit de le penser. Comme c’est le droit de ses très proches collaborateurs – souvent investis dans les meilleures circonscriptions législatives – de le penser. C’est aussi le droit des électeurs de le savoir. Et de savoir s’ils partagent ou non les mêmes priorités que les candidats qui se présentent à leurs suffrages.

En politique, on ne peut pas tout faire en même temps. Il faut choisir. Hiérarchiser. Prioriser.

Ma question est donc la suivante : quelle est, pour vous – en tant que candidat du FN aujourd’hui, député éventuellement demain, et cadre du FN participant à ses instances démocratiques -, la priorité n° 1 : l’arrêt de toute immigration nouvelle ou la sortie de l’euro ? 

À question simple et binaire, réponse simple et binaire. Les électeurs attachés à l’identité française y ont droit. Répondez sans faux semblant ! Gardez-vous de vous abstenir de répondre car cela serait courir le risque d’encourager vos électeurs à s’abstenir à leur tour ou… à aller voir ailleurs.

Pardon d’avoir mis les points sur les « i ». Ou plutôt sur le « i » de l’identité, mais, à l’échelle de l’Histoire, c’est la seule question qui vaille. Ce n’est pas le cours du sesterce qui a fait tomber l’Empire romain, ce sont les grandes invasions! 

PS : chacun peut relayer vers le candidat FN de sa circonscription – via courriel, Twitter ou Facebook – la question suivante : « Pour vous, la priorité des priorités, c’est l’arrêt de toute immigration nouvelle ou la sortie de l’euro ? »

C’est arrivé un 30 mai…

Posted:

« A qui veut régénérer une Société en décadence, on prescrit avec raison, de la ramener à ses origines. » Léon XIII, Rerum Novarum

Alors rappelons-nous :

  • le 30 mai : fête de sainte Jeanne d’Arc, patronne secondaire de la France.
  • le 30 mai 1232 : Antoine de Padoue, frère mineur et docteur de l’Eglise est canonisé par Grégoire IX.

Né à Lisbonne, contemporain de saint François d’Assise Antoine s’appelle en réalité Fernando. De famille noble aux traditions militaires, il entre tout jeune chez les Chanoines Réguliers de Saint Augustin à Coïmbra, où il est ordonné prêtre. En 1220, il entre chez les Frères Mineurs et prend le prénom d’Antoine. Il désirait aller au Maroc, afin d’y mourir martyr. Tombé malade pendant le voyage, il doit rentrer en Europe.

Le 30 mai 1221, au chapitre de l’Ordre à Assise, il révèle ses talents de prédicateur et de théologien, en présence de saint François d’Assise. Il est envoyé prêcher, et enseigner à Bologne, Toulouse, Montpellier et Limoges. A Brive-la-Gaillarde, on conserve même le souvenir des grottes où il se retira quelque temps dans la prière solitaire. C’est aussi dans cette ville qu’il retrouve miraculeusement un manuscrit dérobé, y gagnant du même coup sa spécialité posthume de retrouver les objets perdus. En 1231, Il prêche le Carême à Padoue et y meurt d’épuisement à 36 ans. Il est le saint patron du Portugal depuis 1934 (décret du pape Pie XI), canonisé dès 1232, Grégoire IX, mais déclaré docteur de l’Église seulement en 1946. Son culte se développe largement à partir du XVIe siècle.

« Saint Antoine « a fortement contribué au développement de la spiritualité franciscaine grâce à sa grande intelligence, à son sens de l’équilibre, à son zèle apostolique et à sa ferveur mystique… Il fut l’un des premiers grands théologiens des Frères Mineurs pour ne pas dire le premier ». Saint Antoine a composé un cycle de sermons pour le dimanche, un autre consacré aux saints, proposant ainsi un parcours spirituel tellement riche que Pie XII le proclama en 1946 Docteur de l’Église, en lui attribuant le titre de Docteur évangélique car ses semons reprenaient toute la fraîcheur et la beauté de l’Évangile ». Dit de Padoue ou de Lisbonne, Antoine définit la prière « comme une relation d’amitié où l’homme dialogue avec le Seigneur », l’articulant en quatre dispositions indispensables: ouvrir avec confiance son cœur à Dieu, lui parler avec affection, lui confier nos attentes, le louer et le remercier. Cet enseignement résume la théologie franciscaine, « la centralité de l’amour divin qui s’ouvre à la sphère affective et à la volonté cordiale, qui est aussi source d’un connaissance spirituelle qui dépasse toutes les connaissances ». Le Docteur évangélique, a ajouté Benoît XVI, connaissait bien les défauts de la nature humaine, et « la tendance à tomber dans le péché. Il exhortait sans cesse à combattre l’inclination à l’avidité, à l’orgueil et à l’impureté… Au début du XIII siècle, dans un contexte de renaissance des villes et du commerce, le nombre des personnes insensibles aux pauvres s’accroissait. Ainsi invitait-il les fidèles à rechercher l’amitié des pauvres et la véritable richesse, celle du cœur ». Cet enseignement « est tout aussi valable aujourd’hui, face à la crise économique, aux inégalités qui appauvrissent tant de personnes et accroissent la pauvreté. »(*)

(*) La catéchèse de l’audience générale du 10 février 2010, du pape émérite Benoit XVI.

Saint Antoine est l’interlocuteur des pauvres, qui écoute quiconque a quelque souffrance du corps ou de l’esprit à partager. Nombreux sont ceux qui expérimentent son action protectrice et bienfaitrice dans leur vie. Saint Antoine est le visage de la bonté salvatrice de Dieu, qui se dévoile et se fait par lui réalité concrète et tangible. Saint Antoine est ressenti comme l’appel miséricordieux et délicat à la conversion et la pénitence. Saint Antoine a eu une prédilection particulière pour les enfants pour qui, il a réalisé de nombreux miracles, de son vivant. C’est pourquoi s’est établie la tradition de mettre les petits dès leur naissance sous la protection du Saint. A cette coutume s’ajoute celle de faire porter aux enfants l’habit franciscain pour remercier le Saint de la protection reçue et la faire connaître aux autres.

Il est fêté le 13 juin ; sa fête est précédée de La « Tredicina », terme qui désigne les treize jours de préparation précédent sa fête. C’est aussi une prière articulée en treize points, qui fait revivre, en guise d’évocation, les aspects les plus significatifs de la vie et de la sainteté d’Antoine, en les intercalant avec les prières les plus communes de la pitié chrétienne.

Le pain de Saint Antoine :

Dans certaines églises franciscaines, particulièrement attachées à Saint Antoine, on a l’habitude, le jour de sa fête, de bénir des petits pains qui sont ensuite distribués aux fidèles et consommés par dévotion. Une telle dévotion vient certainement de l’initiative des « pains des pauvres » qui était autrefois très vivante auprès des églises. Aujourd’hui encore, près de la Basilique, opèrent la Caritas antoniana et le Pane di sant’Antonio, deux organismes humanitaires qui expriment dans des formes plus actuelles l’aide matérielle envers les nécessiteux.

  • le 30 mai 1431 : Jeanne d’Arc est brûlée vive sur la place du vieux marché à Rouen.

Jeanne d’Arc est condamnée à mort comme « relapse », c’est-à-dire retombée dans l’hérésie, sur la place du Vieux-Marché, à Rouen. Jeanne a réussi à délivrer Orléans assiégée par les Anglais et à faire sacrer Charles VII à Reims. Mais elle a été capturée par les Bourguignons à Compiègne et vendue aux Anglais pour 10 000 livres, puis confiée à Pierre Cauchon, évêque de Beauvais et leur allié. Le Roi ne fait pas un geste en sa faveur. Cauchon la condamne à être brulée vive lors d’un procès inique en 1431.

Elle est brûlée vive, le 30 mai 1431, place du Vieux-Marché à Rouen par le bourreau Geoffroy Thérage, après avoir été condamnée pour hérésie par un tribunal ecclésiastique.

«Ah! Rouen! Rouen! S’écrie-t-elle, j’ai bien peur que tu n’aies à souffrir de ma mort. » Soudain elle pousse un cri : « Maître Martin, prenez garde, descendez…, le feu. »

Le bourreau venait d’allumer les fagots par en bas. Ladvenu rejoint Ysambard au pied du bûcher, et ils ne cessent tous deux de parler à Jeanne à travers les flammes, de tenir le crucifix devant ses yeux. Cependant la fumée s’élève, le bois crépite

«Saint Michel! Saint Michel! Non, mes voix ne m’ont pas trompée, ma mission était de Dieu, Jésus! Jésus! » La douleur lui arracha un dernier cri d’angoisse : « De l’eau! De l’eau bénite! » Mais bientôt elle redit avec une énergie nouvelle : « Jésus! Jésus! Jésus! » Et elle meurt en criant : « Jésus! » »

Elle est réhabilitée en 1456, canonisé en 1920.

  • le 30 mai 1483 : sacre de Charles VIII l’Affable.

Charles VIII de France ou Charles VIII l’Affable, naît le 30 juin 1470 au château d’Amboise, il meurt, à 28 ans, le 7 avril 1498 au même endroit, en heurtant violemment de son front un linteau de pierre placé trop bas (cf. la chronique de ce jour) ; fils de Louis XI et de Charlotte de Savoie, il est Roi de France de 1483 à 1498. Il épouse Anne de Bretagne, duchesse de Bretagne, le 6 décembre 1491 au château de Langeais (cf. la chronique de ce jour). Voir aussi les chroniques du 7 avril et du 30 juin.

  • le 30 mai 1574 : décès de Charles IX de France, Roi de France.

Charles IX est né le 27 juin 1550 au château de Vincennes, Il est le quatrième Roi de la famille des Valois-Angoulême. Fils d’Henri II et de Catherine de Médicis, il succède à son frère François II à l’âge de dix ans et meurt sans enfant mâle légitime à vingt-trois ans. Son règne est marqué par les guerres de Religion, qui déchirent le royaume et par la décision d’exécuter les chefs de file protestants lors du massacre de la Saint-Barthélemy. Il meurt le 30 mai 1574. Voir les chroniques des 05 et 15 mai, du 27 juin et du 24 août.

  • le 30 mai 1631 : publication de La Gazette, premier journal français.

Théophraste Renaudot, médecin du Roi, obtient du cardinal de Richelieu le monopole de la presse. Il lance la feuille d’information hebdomadaire La Gazette qui tire son nom de « gazetta », une monnaie qui équivaut à Venise au prix d’un journal. La Gazette devient vite l’organe officieux du pouvoir, Louis XIII y écrit régulièrement. Un prix littéraire, le prix Renaudot, fondé en 1925, perpétue la mémoire du fondateur de la presse française.

  • le 30 mai  1786 : la justice rend son verdict dans l’affaire du collier de la reine.

Avant d’aborder les conclusions du procès il est important de se rappeler les circonstances de l’affaire.

De 1774 à 1783, la Maçonnerie, sans relâche, couvre Marie-Antoinette avec la boue de ses pamphlets. Louis Dasté dans son livre Marie-Antoinette et le complot maçonnique, (éditions La Renaissance Française, page 30) rappelle une réflexion de Napoléon :

«Méditant, à Sainte-Hélène, sur les événements de la Révolution, Napoléon remontait à l’Affaire du Collier. « Peut-être, disait-il, la mort de la Reine date-t-elle de là. » Goethe pensait de même. Avant eux, Mirabeau avait dit : « Le procès du Collier a été le prélude de la Révolution ». (M. FUNCK-BRENTANO, La Mort de la Reine, Paris, 1902, p. 9.) »

L’affaire du Collier a été montée de toutes pièces pour salir la Reine dont la fermeté de caractère était un danger pour les ennemis de la Monarchie. Louis Dasté, page 33, cite ainsi M.G Bord :

« L’Affaire du Collier, organisée par la Stricte Observance et les Amis Réunis de Paris, fut élaborée à l’Hôtel Boulainvilliers, à Passy. » (M. G. BORD, La Conspiration Maçonnique de 1789 : Le Correspondant, mai 1906, p. 526.) »

Enfin, Louis Dasté, page 48, cite ainsi les frères Goncourt:

 

«La Révolution, écrivent les Goncourt (et la Révolution, ajoutons-nous, c’est la Maçonnerie), la Révolution a compris, dès les premiers jours, qu’il n’est qu’un danger pour elle. Ce danger est la Reine. L’intelligence de la Reine, sa fermeté, sa tête et son cœur, voilà, l’ennemi et le péril. (E. et J. de GONCOURT, Histoire de Marie-Antoinette, 3e édit., Paris, Didot, 1863, p. 250.) Il était urgent que la Reine disparût pour que le chemin fût libre. « La grande dame devait s’en aller, si elle ne préférait pis». Tel était le langage des membres de la Constituante dans les salons de Paris ; tel était l’avertissement officieux que lui faisaient donner les constitutionnels. (Id., ibid., p. 252.)

 

Le cardinal de Rohan, grand aumônier de la Cour, est rempli d’ambition désirant ardemment devenir premier ministre, mais il doit souffrir l’hostilité de Marie-Antoinette en raison d’incidents remontant à l’époque où elle était Dauphine. Une descendante des Valois, une aventurière ruinée, Mme de la Motte le persuade qu’elle est entrée dans l’intime familiarité de la Reine et qu’elle est en mesure de faciliter son retour en grâce. Avec l’aide du maçon Cagliostro, elle monte une cabale qui amène le cardinal à accepter, le 11 août 1784, une entrevue secrète dans les jardins de Versailles ; Nicole d’Oliva y jouant le rôle de la Reine.

La Motte entretient au nom de la Reine une fausse correspondance avec le naïf Rohan, profitant au passage de la crédulité du prélat pour lui soutirer de l’argent.

En décembre 1784, ayant fait la connaissance de Boehmer, joaillier de la Cour, qui n’avait pas réussi à vendre à Louis XV un collier de diamants de 1.800.000 livres, elle combine un plan pour se l’approprier. Un courrier daté du Petit Trianon, et signé Marie-Antoinette de France, alors que la Reine ne signe que Marie-Antoinette, lui demande d’acheter le bijou.

Le 15 août, jour de l’Assomption, éclate le scandale. Le Cardinal, venu pour officier à la chapelle de Versailles, est arrêté au palais, sur ordre du Roi Louis XVI. Le 18 août 1785, Mme de la Motte est arrêtée à Bar-sur-Aube; le 23, Cagliostro, sa femme et son adepte, le baron de Planta, rejoignent à la Bastille la fille des Valois.

Le Roi laisse au prince de Rohan le choix d’être jugé par son Souverain, comme les lois l’autorisent, ou par le Parlement. Le Cardinal choisit le Parlement, où la maçonnerie siège majoritairement. L’émotion est intense, non seulement en France mais à travers toute l’Europe. Le verdict tombe le 30 mai 1786.

Jeanne de Valois de Saint-Rémy, comtesse de la Motte, est condamnée à l’unanimité des voix à être fouettée nue par le bourreau, marquée sur les épaules de la lettre V (voleuse), à être enfermée à la Salpêtrière pour le reste de ses jours et avoir tous ses biens confisqués. Le comte de la Motte est condamné aux galères perpétuelles, Rétaux à l’exil hors du royaume. Nicole d’Oliva est acquittée avec un blâme, Cagliostro est déchargé de toute accusation. Alors que le procureur général avait pointé du doigt que l’attitude du Cardinal concernant ce qui s’est passé dans le jardin de Versailles était « un crime qui exige les réparations les plus authentiques et les plus solennelles pour cette témérité d’oser ainsi manquer de respect aux personnes sacrées du Roi et de la Reine, les Parlementaires d’opposition – dominés par l’esprit maçonnique – s’élevèrent violemment contre Joly de Fleury et ont repoussé les conclusions du Procureur général et déchargé Rohan de toute accusation.

Louis Dasté dans son livre Marie-Antoinette et le complot maçonnique, (éditions La Renaissance Française, page 64) conclue :

 

« Cet acquittement, cette réhabilitation complète du Cardinal, dont le rôle dans la scène du Bosquet avait si gravement outragé le Roi et la Reine, c’était aux yeux de la foule simpliste la condamnation de Marie-Antoinette…La Maçonnerie avait remporté une victoire décisive. »

La lecture de son livre compare ensuite la manipulation médiatique qui suit le jugement avec celle de l’affaire Dreyfus.

  • le 30 mai 1837 : traité de Tafna.

Le traité de Tafna est signé par Abd El-Kader et le général Bugeaud. Il est conclu après la bataille de la Sickak en Algérie. Ainsi l’émir reconnaît la souveraineté française en Afrique du Nord. De son côté, la France reconnaît la souveraineté de l’émir sur les deux tiers de l’Algérie. Abd El Kader établit alors sa capitale dans la ville de Mascara.

  • le 30 mai 1926 : fin de la guerre du Rif.

Les campagnes menées dans le Rif marocain par les Espagnols et les Français entre 1921 et 1926 contre les tribus révoltées s’achèvent. Abd el-Krim, le chef de la résistance marocaine, est acculé à la reddition. Le Rif n’est pacifié définitivement que l’année suivante. Le Maroc obtient son indépendance en 1956.

  • le 30 mai 1968 : manifestation pro gaulliste à Paris.

A son retour de Baden-Baden, dans un discours virulent, le général De Gaulle dénonce la « chienlit », appelle au soutien du gouvernement et annonce son intention de dissoudre l’Assemblée. Une manifestation, réponse de celle du 13 mai 1968 et, en faveur du gouvernement, réunit près d’un million de personnes dans les rues de Paris.

  • le 30 mai 1992 : l’ONU impose un embargo pétrolier, commercial et aérien contre la Serbie et le Monténégro.

C’est la résolution 757.

Face au FN, LR prêt à faire élire le candidat d’En Marche

Posted:

François Baroin, chef de file LR pour les législatives, marche dans les pas de François Fillon. Il a prôné lundi « le désistement » en cas de victoire possible du FN en marge d’un meeting en Loire-Atlantique.

« Cette question, elle est tranchée depuis très longtemps. Et naturellement, tout sera mis en oeuvre au niveau national pour éviter ce genre de choses ». « Je souhaite d’ailleurs que la réciproque soit vraie du côté d’En Marche comme du Parti socialiste. Les désistements devront faire partie de l’entre-deux-tours des législatives ».

Voilà qui répond à la demande du juppéiste Gilles Boyer, candidat dans les Hauts-de-Seine. Une stratégie suicidaire pour LR, mais qui permet, in fine, de rebattre les cartes. Il reste à savoir combien seront les courageux LR qui refuseront cette consigne absurde.

Donald Trump fait échouer un accord immigrationniste

Posted:

Lu sur le blog d’Yves Daoudal :

« On a beaucoup dit que Donald Trump avait fait capoter une déclaration du G7 sur le climat, on a moins parlé de la déclaration sur les « migrants ».

La présidence italienne de ce G7 (qui se tenait en Sicile…) avait préparé un texte de six pages sur le sujet. Mais le représentant américain est arrivé avec un texte de… deux paragraphes. L’Italie aurait voulu annexer une déclaration séparée. En vain : tout le monde a remarqué que Donald Trump avait ostensiblement « écouté » le discours de l’Italien sans oreillettes…

Du coup il n’y a que le communiqué final, où sont insérées ces deux incises :

« En même temps, tout en garantissant le respect des droits de l’homme des migrants et des réfugiés, nous réaffirmons les droits souverains des États, individuellement et collectivement, à contrôler leurs propres frontières et à établir des politiques dans leur propre intérêt national et leur sécurité nationale. »

« Nous reconnaissons que les Etats partagent la responsabilité » (…)

« de renforcer le contrôle des frontières, d’établir des programmes de retour, et d’améliorer la coopération de renforcement des lois ».

Tournée internationale de Donald Trump : les relations internationales vont de plus en plus s’entretenir sur des bases bilatérales

Posted:

Conclusion de C. Galactéros :

« […] Du “Trump candidat” au “Trump Président”, il s’est produit une déperdition importante d’autonomie et de potentiel de rupture et d’innovation. Trump candidat accusait l’Arabie saoudite de financer le terrorisme ; Trump président signe avec elle le plus gros contrat d’armement de l’histoire des Etats-Unis et en fait un partenaire majeur de la lutte antiterroriste. Trump candidat qualifiait l’OTAN “d’obsolète” ; président, il l’entraîne sans mandat onusien dans la coalition anti-Etat islamique. Trump candidat voulait nouer avec la Russie un dialogue constructif ; Trump président doit entonner le traditionnel choeur de l’anti-russisme primaire, etc...

Au delà de ces inconséquences multiples et des déceptions qu’elles entraînent, une certitude se dessine et se renforce dangereusement : la marginalisation des Nations Unies comme forum ultime et légitime de la régulation des politiques de puissance nationales. Le droit onusien n’est clairement plus considéré comme contraignant par Washington, au grand dam de Moscou et de Pékin notamment. Notre monde est entré dans une phase de renationalisation forte, lourdes de menaces pour sa stabilité et pour la crédibilité des alliances de circonstance, parfois contre nature, qui sont échafaudées sans horizon et n’expriment que le plus cynique et brutal rapport de force. Le multiculturalisme triomphe et dissout nos sociétés, mais le multilatéralisme décline. La multipolarisation elle bégaye et les relations internationales entre puissances majeures vont de plus en plus se construire et s’entretenir sur des bases bilatérales. C’est le choix de l’Amérique et sans doute aussi celui de la Chine.

A Riyad comme Bruxelles, les déclarations de Donald Trump sont d’ores et déjà d’une importance cruciale pour les années à venir. Quelles que soient les pressions qui s’exercent sur le nouveau président et nonobstant ses sautes d’humeur, son imprévisibilité et ses maladresses, on a tort de moquer ses coups de menton et de mépriser son “bon sens”; tort aussi de postuler systématiquement que ce qui est bon pour l’Amérique est bon pour l’Europe et pour la France. Plus que jamais, il devient vital pour notre pays de redéfinir à bonne échelle sa politique étrangère, celle d’une puissance libre de pensée et d’action, indépendante et autonome, même si nous devons évidemment, dans un second temps, nourrir nos alliances en Europe et notamment celle qui nous lie à notre voisin allemand. »

Fella Meslem, candidate islamiste battue aux législatives algériennes, se présente en France

Posted:

Il n’y a plus de frontière : En Marche vers la France algérienne

DAvp8USUwAAgobb

DAvp8URU0AEdmB7

Une passante demande à Valls “s’il y a assez de blancs au marché de Corbeil”

Posted:

En 2009 sur le marché d’Evry, Manuel Valls se lamentait du manque de “blancs, de white, de blancos”. En 2017, sur le marché de Corbeil, une passante lui demande si la quantité de blancs est satisfaisante à son goût :

Décryptage des élections par Patrick Buisson le mardi 16 mai à Versailles

Posted:

Festival raciste « Nyansapo Fest » : l’AGRIF se porte partie civile

Posted:

Suite à la diffusion de l’information par FDesouche, beaucoup s’indignent contre l’organisation à Paris du festival « afroféministe Nyansapo Fest » par le collectif du nom de Mwasi, même Anne Hidalgo et la Licra. L’Agrif a décidé de se porter partie civile :

« En effet, si l’ensemble de ce festival n’est pas explicitement interdit aux blancs, certains ateliers le sont et l’esprit en est très expressément raciste. Mais c’est l’étonnement des indignés qui est étonnant. Car Mwasi n’est qu’une des expressions de l’esprit du Parti des Indigènes de la République de Houria Bouteldja et de Saïd Bouamama, diffuseurs notamment des provocations de « Nique la France » contre lesquelles seule l’AGRIF a réagi, déboutée hélas par une magistrature imprégnée par l’idéologie officielle de l’antiracisme.

Et seule encore parmi les organisations agissant dans le cadre de la loi dite antiraciste, l’AGRIF a mis en avant que l’idéologie appelée « antiracisme » n’était qu’un racisme en sens contraire.

Madame Hidalgo, la Licra et leurs comparses sont en fait responsables du racisme antifrançais et antiblanc, dont ils ont longtemps, scandaleusement, nié la réalité pour des raisons de récupération clientéliste et d’aversion contre une saine conception, non raciste mais culturelle, de l’identité française modelée par ses racines greco-latines et judéo-chrétiennes.

Naturellement, l’AGRIF, forte de sa légitimité et de ses dossiers de plaintes antiracistes, va se porter partie civile contre le racisme du « Nyansapo fest » et de ses soutiens aux relents de Mwasi. »

L’association Le Refuge invente de « l’homophobie »

Posted:

Le mercredi 24 mai, auprès de L’Express, Véronique Lesage qui travaille pour Le Refuge depuis quatre ans, a annoncé que le jeune, victime du canular de Hanouna, avait été «jeté à la rue» par sa famille, mis à la porte par ses parents «après avoir entendu son coming out involontaire sur C8».

Dans une enquête publiée le vendredi 26 mai, BuzzFeed a souligné les incohérences des dirigeants du Refuge et mis en doute l’existence de ce plaignant «victime du canular de Cyril Hanouna». Dans son édition du samedi 27 mai, Le Parisien / Aujourd’hui en France a retracé la chronologie des déclarations des membres de l’association et renforcé les doutes autour de ce témoignage.

Visée par ces accusations jugées «calomnieuses», H2O productions, la société de production dirigée par Cyril Hanouna et qui produit Touche pas à mon poste! «réfléchit à porter plainte» contre Le Refuge selon Le Parisien / Aujourd’hui en France . Une procédure qui conduirait les forces de l’ordre à lancer une recherche pour identifier la personne ayant contacté Le Refuge à deux reprises.

Les associations LGBT sont habituées des inventions de toute pièce pour faire avancer leurs revendications.

Terres de Mission : Pornographie dans l’enseignement catholique à Rennes

Posted:

Gilles Boyer (LR) plaide pour un accord électoral entre LR et LREM

Posted:

UMPS pas mort :

« Gilles Boyer, candidat du parti Les Républicains dans les Hauts-de-Seine, a plaidé lundi pour « une stratégie de désistement réciproque » entre Les Républicains et la République en marche, « dans les circonscriptions où le Front national menace de l’emporter » au second tour des élections législatives (…)

En cas de triangulaires, « il faut préparer cette hypothèse parce qu’elle risque de se produire et que nous serons jugés sur la position que nous prendrons à ce moment-là », a répété Gilles Boyer. L’ancien directeur de campagne d’Alain Juppé a insisté: « Il n’y pas de ni-ni en ce qui me concerne »

Image1

Le cours Notre-Dame (Montpellier) recrute

Posted:

Le cours Notre-Dame (Montpellier) recherche, pour l’année 2017-2018, une institutrice en classe de CM2.

Merci d’envoyer votre CV et votre lettre de recommandation à cnd.primaire.directeur@gmail .com

Julien Rochedy : « La refondation de la droite sera un thème politique majeur de ces prochaines années »

Posted:

Extrait de la réflexion de Julien Rochedy sur son blog :

« Je lis dans le Valeurs Actuelles de cette semaine un dossier complet sur la droite, c’est à dire celle qui part de Laurent Wauquiez jusqu’à l’aile droite du FN, en passant par Sens Commun et, dans une moindre mesure, Nicolas Dupont-Aignan. En résumé : cette droite qui se cherche et qui n’est bien nulle part, en particulier dans les partis politiques existants. Ce « point » réalisé sur la droite véritable est sans doute le premier d’une longue série, car, à moyen-terme, tout porte à croire que le sujet de la refondation de la droite, face à Macron, et face au FN version PCF souveraino-souveraniste, sera un thème politique majeur de ces prochaines années (…)

Une leçon de la campagne présidentielle fut le rejet des partis politiques classiques (…) pour privilégier plutôt des mouvements de types nouveaux tels que « En Marche » ou « Les insoumis ». Ce processus entérine la défiance vis à vis des vielles structures et la goût pour les nouveautés, propre à notre siècle. A droite, une véritable réflexion doit s’opérer sur le sujet, car s’il y a bien dans un camp que les partis ont échoué plus qu’ailleurs, c’est chez nous. Regardons les choses clairement : les deux partis existants, Les Républicains et le Front National, sclérosent les bonnes volontés et entrainent dans leur pesanteur tout espoir de refondation véritable. L’un et l’autre s’assoient sur leur base électorale et sociologique, les stérilisent et les condamnent à l’impuissance. L’appareil politique des Républicains est gangréné par une multitude de centristes ayant plus à faire avec Macron qu’avec le moindre petit électeur qui votait auparavant RPR (…) Déjà, dans cette campagne législative, l’opposition se cristallise autour des points de TVA ou de CSG. Baroin a tenté une sortie pour définir sa droite, et celle-ci se circonscrit manifestement à la question des impôts. Qu’est ce qu’une droite dont le seul projet de société serait de baisser les impôts ? Et pourtant, Wauquiez mis à part, la plupart des impétrants aux législatives, du côté des Républicains, n’ont que cela en tête, étant entendu que les leur ne sont, hélas, ni bien faites ni bien remplies.

Du côté du FN, Marine Le Pen s’est enfermée dans un piège dont elle ne pourra sortir sans difficultés majeures. La toute-puissance stratégique qu’elle a laissée à Philippot, couplée aux philippotistes bien placés pour les législatives, la met face à un dilemme inextricable. Florian Philippot ayant habilement, et, aussi, notons-le, courageusement, brandi la menace de son départ en cas de modification de sa stratégie (notamment sur l’euro), Marine Le Pen se doit de choisir entre deux inconvénients : soit elle ne change rien, sinon la façade, et persiste à donner un chèque en blanc stratégique à son lieutenant, ce qui l’expose, en conséquence, à subir une fronde majeure à l’intérieur même de son mouvement, soit elle assume un revirement stratégique et souffrira sans discussion du départ de Philippot et de ses hommes. Si elle opte pour la deuxième solution, Marine Le Pen sait qu’elle connaitra alors les foudres médiatiques qui ne manqueront pas d’interpréter son départ comme l’échec de la professionnalisation et de la dédiabolisation du FN, deux éléments que Philippot a su, bien illégitimement, incarner à lui tout seul dans le vieux parti nationaliste. Marine Le Pen est donc bloquée, et elle est trop intelligente pour ne pas le savoir (…) Hélas pour elle, il lui sera de toute façon difficile d’opérer un virage de 180 degrés sur sa stratégie : son débat a laissé trop de traces et il lui sera impossible d’incarner demain celle qui pourrait rassembler la droite. En conséquence, le FN, même sous un nouveau nom, risque de stagner bien inutilement dans les années à venir. Il ressemblera de plus en plus au PCF des années 70 : assis sur une grosse base populaire mais incapable de le dépasser, il stérilisera tout une partie de l’électorat sans promesse de victoire. Gageons que de nombreux cadres de ce mouvement se contenteront de cette rente électorale pour continuer de gagner leur vie et d’empêcher aussi, à l’instar des Républicains, toute refondation utile.

Au milieu de ces engeances, désespérés et lucides, vont vivre de plus en plus d’orphelins qui ne se reconnaitrons plus dans ces deux vieux partis ‘’de droite’’ (…). Même si ces gens seront nombreux, intelligents et plein de bonnes volontés, ils vont s’exposer à deux soucis majeurs : d’une, nous venons de l’évoquer, à la pesanteur des partis existants. De deux : aux attaques continuelles de la gauche et de ses relais médiatiques. Ceux-ci ont déjà compris que le danger, pour eux, pourrait venir de là, et ils ne manqueront donc pas de diaboliser tout rapprochement de la droite (…)

En conséquence, et ce sera là notre deuxième commentaire, cette droite qui veut vivre et gagner aura pour deux objectifs d’être capable de penser, d’abord, en dehors des partis existants (un mouvement d’un type nouveau se monte tellement vite…), puis de savoir résister aux journalistes et aux oukases. Non, cette droite n’est pas d’extrême-droite. Nous en avons assez de cette façon de penser diabolique qui consiste à situer à l’extrême-droite tout ce qui n’est simplement pas de gauche (…) Cette droite qui veut vivre (…) porte seulement des valeurs, une vision, un projet, qui, certes, ne sont pas de gauche. Elle est la droite, point final.

Aussi, si ses représentants parviennent à injecter dans leur sang un peu de fronde, pour échapper aux partis, et un peu de courage, pour cesser de trembler face aux journalistes, l’espoir lui sera rendu. C’est à ces conditions qu’elle pourra être une force, et une force, permettez-moi, en marche. »

L’euthanasie en Belgique a fait près de 15 000 victimes en 15 ans

Posted:

Triste anniversaire que celui-ci :

« Ce dimanche, cela fait 15 ans que l’euthanasie a été dépénalisée en Belgique. Tous les deux ans, la Commission fédérale chargée du contrôle et de l’application de la loi dresse un rapport. On apprend par exemple que depuis 2002 (année de la dépénalisation), 14.753 personnes ont été officiellement euthanasiées en Belgique. Ce chiffre est en augmentation chaque année.

L’an dernier, 2027 personnes ont été officiellement euthanasiées en Belgique. Et en 4 ans, on observe une hausse de 41% du nombre de ces personnes (…)

Ces patients invoquent, dans 95% des cas, la souffrance physique comme étant à l’origine de leur demande d’euthanasie (…) Dans 67,7% des cas, c’est la souffrance due au cancer qui est évoquée. D’autres affections médicales sont citées, comme les troubles de la marche, de la vue, de l’audition, ou encore le début de la démence. Parmi les souffrances psychiques, les patients évoquent la dépendance, la perte d’autonomie, la solitude, le désespoir, la perte de dignité, la peur de perdre sa capacité à entretenir des contacts sociaux, notamment. »

Andrew Scheer, pro-vie et pro-famille, nommé à la tête de l’opposition canadienne

Posted:

Oui, les idées défendues par la droite des valeurs ont encore une influence dans nos sociétés occidentales. Tous les espoirs de penser que cela arrivera un jour en France sont permis :

5135401_6_6aa2_andrew-scheer-apres-son-election-a-la-tete_5d7eb38deb62196fc20271db81f35520« C’est à une petite surprise qu’ont assisté les membres du Parti conservateur du Canada (PCC) réunis au Centre des congrès de Toronto, samedi 27 mai. Les conservateurs élisaient leur nouveau chef et, alors que le Québécois Maxime Bernier faisait figure de favori, c’est Andrew Scheer, député de la Saskatchewa, qui a remporté le poste à l’arraché avec 51 % des voix. Il succède ainsi à Stephen Harper, ancien premier ministre fédéral (2006-2015) (…)

Scheer est un fervent opposant à l’avortement et milite contre le mariage homosexuel. En matière d’écologie, il a promis d’abolir la taxe carbone que le gouvernement Trudeau veut mettre en place en 2018. Sur le plan économique enfin, ce père de cinq enfants prône la réduction des dépenses publiques et l’élimination des déficits.

Sitôt sa victoire connue, samedi soir, bon nombre d’observateurs relevaient qu’Andrew Scheer la devait en grande partie au soutien de l’Union des producteurs agricoles du Québec, et à l’appui de la droite conservatrice anti-avortement. »

Quand la secrétaire d’Etat chargée de l’égalité entre les femmes et les hommes incitait à la fraude

Posted:

Dans son livre « Maman travaille, le guide » défendant un féminisme d’un autre âge, Marlène Schiappa écrit :

Capture-d%u2019écran-2017-05-23-à-18.39.06

Capture-d%u2019écran-2017-05-23-à-18.39.20
Et dans cette vidéo, elle appelle à la grève du ménage pour permettre aux femmes de travailler. Encore plus ridicule…

 

 

Législatives – Céline Jullié (SIEL) : « Un grand réseau très solide est en train de se constituer, au-delà des appartenances »

Posted:

Céline Jullié est candidate du SIEL dans la 2e circonscription des Yvelines. Elle a pour suppléant Me Frédéric Pichon. Elle a accepté de répondre à nos questions.

Vous avez annoncé votre candidature à l’élection législative pour la 2e circonscription des Yvelines sous les couleurs du SIEL. Pourquoi vous lancez-vous en politique ?

18582526_10155468530403013_353426005267307163_nParce que c’est le seul moyen de faire gagner nos idées. Les pétitions finissent au panier, on en a un souvenir cuisant. Les manifs, c’est un catalyseur, mais ça ne suffit pas. Il faut attaquer aussi sur le front parlementaire.  Il y a urgence : la France, notre magnifique patrie, ne tiendra pas longtemps face au délitement des valeurs morales et à l’injonction de haine de soi. Sans compter les attaques extérieures : la dissolution de notre identité dans un machin européen, la vague de porno qu’on refuse de voir pointer à l’horizon, et qui laminera les familles si l’on ne fait rien, la réelle menace démographique due aux naturalisations débridées – si rien n’est fait, les Français enracinés, de culture chrétienne, ne seront plus majoritaires en 2050 – et la menace terroriste islamiste – rendez-vous compte : on se demande qui sera le prochain, c’est atroce.  Les deux dernières menaces sont liées bien évidemment. 

Je me suis levée, et je ne me rassiérai pas ! Après les élections municipales, les départementales, les régionales, j’ai répondu à l’appel de Karim Ouchikh pour les législatives.

D’abord pour mes enfants. Il est d’ailleurs intéressant de noter que nombre de gouvernants européens n’ont pas d’enfants : Emmanuel Macron, mais aussi Angela Merkel et Theresa May, et aussi l’Écossaise Nicola Sturgeon, l’Italien Paolo Gentiloni, le Néerlandais Mark Rutte, le Luxembourgeois Xavier Bettel, le Suédois Stefan Löfven et enfin Jean-Claude Juncker…

Et aussi pour les enfants à naître. Le 17 janvier 1975 (j’avais 11 jours, ouf), en légalisant l’avortement, nous sommes sortis de la civilisation chrétienne. 40 ans après, les témoignages malheureux se font si insistants que la gauche morale a dû bâillonner le peuple avec la loi sur le délit d’entrave ! Peut-on raisonnablement penser que l’on reviendra sur cette loi ? Peut-être pas aujourd’hui en tout cas. Cela ne change rien à ma conviction profonde. Mais il y a beaucoup de choses que l’on peut faire pour aider les femmes en fonction de leurs difficultés : situation financière, instabilité de couple, inquiétude professionnelle… Il y a mille directions pour agir, rassurer, financer, accompagner… En Allemagne, les femmes avortent deux fois moins qu’en France.

Pour le reste, mon action de parlementaire s’inspirera des principes chers à la Droite, ce qui ira dans le sens de :

  • renouer avec une École à la fois exigeante et accueillante, qui transmette notre héritage, et redonne aux banlieues l’espoir de réussir ;
  • rebâtir les repères familiaux et moraux méthodiquement démolis par la gauche et la fausse droite depuis 40 ans ;
  • contrôler nos frontières, et entraver l’expansion de l’islam en France ;
  • punir sévèrement tout comportement religieux ou culturel contrevenant aux lois de la République (intimidation des femmes seules dans certains quartiers, appropriation de l’espace public par des prières de rues, proclamations ouvertement hostiles à la France, discours de radicalisation) ;
  • rétablir notre souveraineté face à une gouvernance européenne opaque et autoritaire ;
  • évaluer la performance dans les administrations publiques et mesurer l’efficacité des dépenses publiques de fonctionnement comme d’investissement ;
  • etenir ici nos Français jeunes diplômés, relever notre industrie et protéger nos agriculteurs face à une concurrence insoutenable, juguler la surenchère fiscale et réglementaire

Dans cette circonscription actuellement détenue par le LR Pascal Thévenot (successeur de Valérie Pécresse), vous allez affronter le candidat PCD Pascal Poirot ainsi que le FN Yasmine Benzelmat. N’êtes-vous pas en train de diviser la droite, vérifiant la formule selon laquelle nous avons la droite la plus bête du monde ?

Personne ne détient rien, et cette circonscription n’est détenue par personne, car les électeurs sont libres. Ceci dit, la droite est déjà divisée ! Les Républicains avec ceux qui ont rallié M. Macron, le FN avec les différentes « lignes »… C’est le flou artistique ! Pour vous répondre franchement, nous avons souhaité des alliances au plan national avec le PCD, avec des désistements réciproques, mais qui n’ont malheureusement pas abouti, le PCD souhaitant maintenir coûte que coûte ses candidats dans les 3 premières circonscriptions des Yvelines. 

Mais les petites formations permettent aussi l’émergence de candidats de conviction. Car plus le parti est gros, plus il veut ratisser large, plus il gomme de son programme les spécificités, les « aspérités », le caractère, l’engagement. L’adhésion s’obtient sur un consensus mou, et même, dans le cas d’En Marche!, sur une doxa cosmopolite et progressiste que je rejette. Ce n’est pas ce qu’il nous faut. Il faut que les électeurs votent maintenant uniquement pour des personnes de conviction, des patriotes, quelle que soit l’étiquette. Ces personnes de la Droite des valeurs se connaissent entre elles, croyez-moi ! Un grand réseau très solide est en train de se constituer, au-delà des appartenances, de patriotes qui ont vocation à travailler ensemble une fois élus. Je suis, par exemple, soutenue à titre personnel par Charles Millon, Christian Vanneste, Bruno North et Patrick louis, et je les en remercie. Me Frédéric Pichon a lui accepté d’être mon suppléant. Nous sommes nombreux à préparer l’offensive, aux électeurs de se mobiliser s’ils veulent vraiment un retour en force des idées de la vraie Droite à l’Assemblée nationale : souveraineté, identité, et liberté.

Si vous êtes élue, serez-vous favorable pour former un groupe parlementaire  avec des élus d’autres partis, qu’ils soient de LR, du PCD, de DLF, du FN… ?

Evidemment. C’est l’objectif.

Philippe de Villiers et Patrick Buisson ont encouragé Nicolas Dupont-Aignan à rejoindre Marine Le Pen

Posted:

Au nom de l’union de toutes les droites :

738_fullsizerender« Dans un article du Monde du jeudi 25 mai, on apprend que le président du Mouvement pour la France (MPF) a appelé Nicolas Dupont-Aignan pour l’encourager à rallier Marine Le Pen lors de l’entre-deux-tours, et de ne pas reproduire son « erreur » :

« Ne fais pas la même erreur que j’ai faite en ne la rejoignant pas à temps »

Malgré la demande du maire de Béziers Robert Ménard, le président du MPF n’a pas osé officialiser son soutien à Marine Le Pen « pour ne pas nuire au Puy-du-Fou ». Le candidat de Debout la France (DLF) a recueilli 4,7% des suffrages exprimés au premier tour, le 23 avril dernier. Très rapidement, il reçoit de nombreux coups de téléphone des partisans d’un rapprochement DLF-FN. L’ex-directeur de la rédaction de Minute, Patrick Buisson, qui conseille « NDA » depuis la défaite de  Nicolas Sarkozy à la primaire de la droite, en fait partie. Il rêve depuis longtemps d’unir toutes les droites et va presser Dupont-Aignan de passer « un contrat de gouvernement » avec Marine Le Pen. »

En Marche vers l’inéligibilité

Posted:

Après le candidat antisémite En Marche, le candidat inéligible En Marche :

« Le candidat En marche dans la 1ère circonscription de Haute-Garonne a déjà été condamné à une peine d’un an d’inéligibilité.

C’est une condamnation qui remonte à 2003. Pierre Cabaré, investi par La République en marche dans la 1ère circonscription de Haute-Garonne a été condamné à un an d’inéligibilité par le Conseil constitutionnel. En cause, la gestion de son compte de campagne lorsqu’il était candidat divers droite aux élections législatives de 2002 sur la même circonscription. »

Encore une mauvaise pioche pour le renouvellement de la politique « autrement ».

Le premier office depuis six ans a eu lieu en l’église orthodoxe de Zabadani (Syrie)

Posted:

Lu ici :

« Les chrétiens commencent à revenir dans les régions de Syrie libérées des islamistes. Après l’opération militaire réussie de l’armée syrienne pour libérer des islamistes la vallée de Wadi-Barada à l’ouest de Damas, la paix y règne maintenant. Dans les villes de Zabadani et de Madaya continue le rétablissement de la paix et la renaissance des églises complètement détruites. Beaucoup de Syriens orthodoxes vivaient traditionnellement dans cette région. Malgré toutes les difficultés, ils reviennent déjà dans leurs foyers ancestraux. Avec les fidèles, la prière revient dans les églises orthodoxes. C’est ainsi qu’à l’initiative des chrétiens revenus de leur exil, le premier office liturgique depuis six ans a eu lieu en l’église orthodoxe de la ville de Zabadani. La région de la vallée de Wadi-Barada est appelée en Syrie « coin de paradis » en raison de la beauté de la nature et du climat. Selon la tradition locale, c’est dans les montagnes avoisinantes que Caïn a enterré Abel. Pendant six ans, ces lieux ont été le théâtre de conflits armés. Les islamistes du groupe Jabhat al-Nosra y ont institué la charia stricte, après quoi des dizaines de milliers de civils se sont enfuis. Mais au mois de mars pour Wadi-Barada et au mois d’avril pour Zabadani et Madaya, les rebelles sont partis sous la pression de l’armée. Après l’expulsion des islamistes, l’armée syrienne a repris le contrôle sur les 130 kilomètres de frontières avec le Liban, mettant ainsi fin au trafic de drogue. Actuellement, malgré les destructions importantes, 20.000 personnes sont revenues dans cette région. La fourniture d’eau et d’électricité a été rétablie. Les autorités, l’ONU et le Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit en Syrie procèdent à l’approvisionnement en nourriture, médicaments et autres produits de première nécessité. »

Message des évêques de Côte d’Ivoire : incompatibilité entre l’Eglise et la franc-maçonnerie

Posted:

Voici le communiqué distribué lors de la messe de l’Ascension en la Cathédrale Saint Paul d’Abidjan :

1

Capture d’écran 2017-05-29 à 08.31.45

Législatives – Henri de Bronac de Bougainville (PCD) : « fragilité de la conjugalité : Ça n’existerait pas si les liens familiaux étaient plus forts »

Posted:

À 64 ans, Henri de Bronac de Bougainville, descendant authentique de Bougainville par une petite fille du navigateur, se lance dans la campagne des législatives dans la 6e circonscription Hennebont-Gourin sous la bannière du Parti chrétien démocrate. Retraité depuis 2010, ce p

[Message tronqué]  Afficher l’intégralité du message

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s