LES TROIS CONVERSIONS ET LES TROIS VOIES R. P. par GARRIGOU-LAGRANGE, O. P.

LES TROIS CONVERSIONS ET LES TROIS VOIES
R. P. GARRIGOU-LAGRANGE, O. P.
AVANT-PROPOS
C e petit livre, écrit sous une forme accessible à toutes les âmes intérieures, est comme le résumé de deux ouvrages,
bien qu’il se puisse facilement comprendre avant de les avoir lus.
sainDt aJnesa nP edrefe clati oCnr ocihx,r éqtiueen nlae peet rcfeocnttioenm pclhartéiotine,n nnoeu cso anvsoisntes svpué, csiealloenm elenst pdrainncsi plae sc hfoarrmitéu lséesl opna rl as apilnétn iTtuhdoem daes se dt epuaxr
grands préceptes : «Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton coeur, de toute ton âme, de toutes tes forces, de tout ton
edsep lrait ,f oeit, tmony sptèrorechs adine clao msaminet eto Ti-rminêitmé ep»r é(sLeunct,e X e, n2 7n)o. uNso, udse y l ’aInvcoanrsn avtuio anu rsésdi eqmupet rlaic ec,o ndtee mlap Clartoioixn, idnefu sl’Ee udcehsa rmisytiset,è reesst
dans la voie normale de la sainteté.
de EDnie usu eivt adnut plerso cmhêamin,e se tp nrionucsip neosu nso suosm amvoenss a ttrtaaictéh éa iellenu prsa1r tidceusli epru àri fmicaotniotrnesr qnuéece lsas pauirreifsic paotiuorn aprarisvseirv eà dl’aems osuern sp amrfaari-t
que l’entrée dans la voie illuminative, et celle de l’esprit l’entrée dans la voie unitive des parfaits.
poinOt nd en ovuuse ,a l edse gmraannddeés d leig ndeivse drse claô ttéhsé odleo griées ausmceért iqcuees edte muxy sotuiqvuraeg. es pour mettre mieux en relief quelles sont, de ce
plusP ohuaru ntee, pnaosu sp upraermleeronnt se ti csi imdepsle tmroeisn tâ ngoeuss d reé plaé tveire, edte p lo’eusrp criot nesti ddéerse rt rloeiss cchoonsveesrs dio’unnse q fuaiç coonn às tliatu efonist lpel ucso msimmepnlec ee-t
ment de chacun d’eux.
parUlén d pur epmroiegrr ècsh adpei trlae tvriaei tes pdireit ulae lvleie, deen lian sgisrâtacnet estu dr ul ap rnixé cdees lsait ép redme idèereu xc oanuvtererssi ocno.n Dvearnssio lness cohua tpraitrnessfo srumivaatinotnss i,l eqsuti
marquent, l’une le début de la voie illuminative, et l’autre le commencement de la voie unitive des parfaits.
nueL ab adniavilsei,o enn d tua nptr oqgur’iènsv asrpiairbitlueeml esnetl orne plerosd turoiteis pvaori etso,u sc olemsm truanitééms ednet srepçiruiteu adlietép,u mis asisa inotn Aduégcuosutvinre e st aD veénryitsé, persot fodnedvee-,
son sens, sa portée, son intérêt vital, lorsqu’on l’explique, comme l’a indiqué saint Thomas, par analogie avec les divers
dâegse sA dpeô tlrae vsi.e L ceosr pAopreôltlree,s e ftu aruesnst i,im cme éqdui’aotne mouebnlite f otrrompé sso upvaer nNt,o ptraer- Scoemignpeaurar,is eotn leauurx vdiiev einrst émrieoumreen dtso idt,e t olau vteie p irnotéproiertuiorne
gardée, disent les saints, se reproduire en nous. Ils sont nos modèles surtout pour le prêtre, et tout chrétien doit en un
certCaein ssuern qsu êotir en oaupsô tirnes iestt evriovrnes aicsis, ecze dsuo nCth sruisrtt opuotu dr eles dvoénrintéesr aéuléxm aeuntrtaeisr.e s. Mais nous oublions souvent que les vérités
les plus hautes et les plus vitales sont précisément les plus élémentaires approfondies, longuement méditées et devenueSsi
ol’bojne td deem caonndteamit pàl abtiieonn dsuersn paeturrseolnlen2e. s familiarisées avec l’Évangile : «Y est-il quelque part question de la seconde
conversion ?» beaucoup répondraient peut-être négativement. Il est pourtant une parole assez claire de Notre-Seigneur à
cCea pshuajertn. aSüamin, t ilM leaurcr , dIXe,m 3a2n, draa p: p«oDrtee qquuoei lpoarsrl ideuz -dvoeurnsi eern p cahsesamgine ?d»e «JéMsauiss eilsn gGaarldilèéree,n qt ulea nsdil eiln acrer,iv dai ta lv’Éevca lnegsé Alisptôet r;e csa àr
en chemin ils avaient discuté entre eux qui était le plus grand». – Et en saint Matthieu, XXIII, 3, où est rapporté le même
vfaoiut, so nC OlitN : V«EJéRsTuIsS,S faEiZsa PntA vSe neitr nune pdeetvite ennefza npta, sle cpolamçma ea ule ms iplieeuti tsd ’eeunxfa entt sle, uvro duist :n «’eJnet rveoruesz lpea dsi sd, aenns v léer itréo,y saiu vmoeu sd nees
àci eSuoxn3 »m. Nineis tsè’areg,i tq-iul pi avos nict ic colamirmemuneienrt dàe l ala c sèenceo nedt ed ocnotn tvreoriss ioLn’o n?t Jséusiuvis spuarr llee aTuhxa bAoprô. tIrless s qounit Le’onn ét tsaut idvie, qgurâi coen,t eptr isIl pleaurrt
parle pourtant de la nécessité de se convertir, pour entrer profondément dans le royaume de Dieu ou dans l’intimité divcionme.
m Ae Plei efrrorem eenn tp ;a mrtiaciusl iJe’ra ii lp erisét pdoitu (rL tuoci,, aXfXinII ,q 3u2e) ta: «foSii mneo nd,é Sfaiimlleo np,o vinoti c; ie qt utoei ,S qautaannd v touu sse ara rsé ccloanmvéesrt ip, oauffre rvmouiss t ecsri bfrleèrres
». Il s’agit là de la seconde conversion de Pierre, qui aura lieu à la fin de la Passion, sitôt après son reniement. C’est
surtout de la seconde conversion que nous parlerons dans ce petit livre. CHAPITRE I
LA VIE DE LA GRACE ET LE PRIX DE LA PREMIERE CONVERSION
Amen, amen, dico vobis : Qui credit in me, habet vitam aeternam.
1 L’Amour de Dieu et la Croix de Jésus. 2Le Dialogue de sainte Catherine de Sienne, que nous citerons souvent, est un exemple frappant de ce que nous notons ici. Quand on le lit vers l’âge de vingt ou vingt-cinq ans, il arrive qu’on n’est pas saisi par la doctrine qu’il expose, car il
semble seulement rappeler des vérités élémentaires et s’adresse peu à la sensibilité, à l’imagination, mais surtout aux faéculéltmése
nstuapiréersie quur’eils c eotn tàie ln’et syp sriot ndte d iftoeis. Ldo’urnsqeu m’oann lieè rere tlritè ps luhsa uttaer de,t àtr èl’sé pporoqfuoen doeù, la’âvmece deus tr emstûer iuen, ognra vnodi tc qaulme el.e sIl fvuét rditéicsté
par la Sainte pendant qu’elle était en extase. Carte doctrine s’harmonise aisément avec celle de saint Thomas d’une
tpeaurrt aent gaévleiqcu cee, lelet ndoeu ssa ninet vJoeyaonn dse p laas Ccreolliex .q Ou’no nn ’pao juarmraaitis s ingontaél edr’ oepnptroes ietilolen eetn l’tareu tseauirn dtee Claa Nthueirti noeb sdceu rSei enne et le Doc- 3Ce qui s’oppose le plus à cette voie d’enfance c’est, comme on dit en français, de «vouloir faire le malin».
2
«En vérité, en vérité, je vous le dis : Celui qui croit en Moi a la vie éternelle». (Jean, VI, 47)
plusL ae nvcieo rien téqruieeu cree qeuste p noouur sc haapcpuenlo ndse lnao vuise li’nutneilqleucet uneélclee,s sscaieiren ti;f ieqlulee ,d aervtrisatiitq cuoen ostua mlittméreanirt es.e E dlléev eeslot plap evrie e np rnoofotrned eâ mdee
l’âme, de l’homme tout entier, et non pas seulement de l’une ou l’autre de ses facultés. L’intellectualité elle-même gagnersaoint
binefaluuecnocuep, sqiu, ia eus tli ecue lldee d veosu vloeirrt ussu pthpélaonlotegra llae ss peitr idtueasl idtéo,n esl ldeu r eScaoinntn-Eaisspsraiti.t sa nécessité, sa grandeur et bénéficiait de
Quel grave et profond sujet celui qui est exprimé en ces deux mots : Intellectualité et spiritualité ! Il est assez évident
aus s i que sans une vie intérieure sérieuse il ne saurait y avoir d’influence sociale vraiment profonde et durable. LA NECESSITE DE LA VIE INTERIEURE
laisLee e bt edseo diné sparrersosi agnétn déera rl,e oveùn tiar nàt dla’h poemnmséees deet tal’unnt idqeu ep enuépcleesss, apiererd saen tf adiet pvaureti cnuoltirèer evmraeien tf isne dnetirrn eiènr ec,e m teemttepnst dcee llme-ac-i
dans les biens terrestres et oublient combien ils diffèrent des biens spirituels et éternels.
Il est pourtant clair, comme l’a dit saint Augustin, que les mêmes biens matériels, à l’opposé de ceux de l’esprit, ne
peuvent en même temps appartenir intégralement à plusieurs1.
La même maison, la même terre, ne peuvent simultanément appartenir en totalité à plusieurs hommes, ni le même
itnefrérirtioeiurers à. plusieurs peuples. D’où le conflit terrible des intérêts, lorsqu’on met fiévreusement sa fin dernière en ces biens
Au contraire, saint Augustin se plaît à y insister, les mêmes biens spirituels peuvent appartenir simultanément et intégnroaulse
msoemntm àe tso upslu estie àu rcsh aàc eunn ,j osuainr se nqsueem cbelleu.i -Ncio nuusi speo uàv loan psa aixin dsei pl’oasustréed e; rn otouuss lessim puoltsasnéédmonesn tm, sêamnes ndo’auust agnêt nmerie luexs quunes
lteesn iar uetnre ms,ê lma em têemmep sv éàr ittoéu, sla e mt pêomuer cvoemrtub,l eler cmhêamcuen D diee un. oCuess. Bbiieenn sp lsupsi,r intuoeulss snoen pt oasssséedzo rnicsh pelse iente umneivnet rusneels vpéoruitér aqpupea sr-i
nous l’enseignons aux autres, que si nous leur faisons part de notre contemplation ; nous n’aimons vraiment la vertu que
sqiu ’noonu ps evrodu ll’oanrgse lnat qvouier la’oimn édeo npnaer oauu trquui,e nl’oouns d né’paeimnsoen,s osni nnceè rpeemrde npta Ds iDeuie uq ueen sLi en doouns nvaonut loanusx aLuet rfeasir,e o ani mLee rp. oTsasnèddies
même d’autant mieux. Et au contraire nous Le perdrions si par ressentiment nous voulions qu’une seule âme fût privée
de LIl uyi, as id naonuss c veottueli ovnésri teéx tcrlèusr es iumnpel eâ mete t rdèes nhoaturete a, msio cuhr,è mreê àm sea cinetl lAe udgeu csetiunx, uqnuei ngoruasn dpee rlusémciuètreen :t Seti lneosu bsi ecnaslo mmantieénrite. ls
divisent les hommes d’autant plus qu’on les recherche pour eux-mêmes, les biens spirituels unissent les hommes
d’auCtea ngtr palnuds pprrionfcoipned éemste unnt qdue’ ocne ulexs q auimi feo ndta leva mntieaugxe .s entir la nécessité de la vie intérieure. Il contient aussi virtuellement
la solution de la question sociale et de la crise économique mondiale qui sévit à l’heure actuelle. Il est exprimé simpleLmuecn,
t dans l’Évangile : «Cherchez le royaume de Dieu, et tout le reste vous sera donné par surcroît» (Matthieu, VI, 33 ; XII, 31). Le monde se meurt en ce moment de l’oubli de cette vérité fondamentale, pourtant élémentaire pour tout
chrétien.
téesL,e asp vpérroitféosn dleiess ,p eluts d pervoefnounedse sp oeut rl enso upslu vsé vriittéasle dse s voinet, eonu eofbfejett pdreé cciosnétmemenptl adteiosn v héaribtéitsu eéllleé.m entaires longtemps médi-
Le Seigneur à. l’heure actuelle montre aux hommes combien ils se trompent en voulant se passer de Lui, en mettant
ldeinura tfiionn d deernsi èfrines d. aOnns vlae ujotu aislosrasn cdea ntes rrl’eosrdtrree, emna rtéernievel rdsea nlat lj’oéucihseslalen cdee ss evnasleibulres ,p oroud, ucoirme mlee p oluns dpisoasist iabulet re; foonis ,c rlao its ucboomr–
ppreondsueirr ea itnosuij opuarrs l ep lnuosm ebt rme ileau pxa eutv arevtoéi rd uens pbliuesn sg rtearnrde sptrreosfi t; ;o cn’e csot nlàst rleu itb duet sd emrnaicehr.in Qesu eto su’jeonusrus itp-illu ?s pCeertfteec stiournpnréoedsu cptoiounr
ne peut s’écouler, elle devient inutilisable et elle nous tue en conduisant au chômage actuel, où l’ouvrier sans travail est
duan nést al’tin gdéigneénracle, , etat nqduiis d qeuvera dit’ aêuttrree sré mvéeluarteenutr ,d sei pnloéuthso arev.i oCn’se sdt eusn ey ecurixs ep,o duirt -ovoni r;, ecno mrémaleit éd, ict ’le’Éstv apnlugsil eq u:’ uonne a c rmisies, lca’ efsint
dernière de l’activité humaine là où elle n’est pas, non en Dieu, mais dans la jouissance d’ici-bas. On veut trouver le bondh’eauurt
adnatn psl ul’sa bqoun’odna nlecse r edcehse brciehnes p mouart éeruiexl-sm, êqmui ense e st apuluras ieânptr elem ednotn. nLeer .p Laortiang de’ uonuir l ale sso hcoiamlismaetiso,n ildse l ecse sd biviiesnesn tn, ee ts ecrealait
pas un remède, et ne donnerait pas le bonheur, tant que les biens terrestres conserveront leur nature et que l’âme hudmea
idneem, qaunid leers adué pSaessigen, ecuorn dseersv esraain lats sqieuni nnee. Dvi’voeùn lta qnuéec edses itcée tpteo upr ecnhsaéceu ne td eq unio suosi ednet pleesn sgerra àn dl’su nainqiumea nteéucress sdaoinret elet
monde a besoin. Dans les périodes les plus troublées, comme à l’époque des Albigeois et plus tard à l’éclosion du Protest
a ntisme, le Seigneur envoya des pléiades de saints. Le besoin ne s’en fait pas moins sentir aujourd’hui. QUEL EST LE PRINCIPE OU LA SOURCE DE LA VIE INTERIEURE ?
l’idéIle i mqupio nrtoeu sd ’eanu teasntt dpolunsn édee praapr pl’eÉlvear nlag ilneé, cpeasrs lietés eÉtp lîatr evsra diee nsaatinutr eP aduel leat vpiaer intotéurteie ular eT rqaudeit iboine.n I l deesst merarenuifress toen et na lptéarréticulier
que cette idée de vie intérieure subit une altération profonde dans la théorie luthérienne de la justification ou convvieer
snioonu,v edl’laep drèes l ala gqruâeclele s laensc ptiéfiachnétes emt odret elals cdhaanristé l.’â Dm’aep drèus c coentvtee rtthi énoer ieso, nlets p paésc phoéssi tmivoermteelsn td eafnfasc lé’âsm pea rd ul’i ncfounsvioenrt id seo nlat
seulement couverts, voilés par la foi au Christ rédempteur, et ils cessent d’être imputés à celui qui les a commis.
1Saint Thomas cite souvent cette pensée chère à saint Augustin : cf. Ia IIae, q. 28, a. 4, ad 2 ; IIIa, q. 53, a 1, ad 3 : «Bona
spiritualia possunt simul a pluribus (integraliter) possideri, non autem bona corporalia».
3
L’homme est réputé juste par la seule imputation extérieure de la justice du justifié, intérieurement renouvelé. De ce point de vue, pour que l’homme soitC juhsritset , amuxa isy eilu nx ’edset Dpaiesu ,a iinl sni’ einstté priaesu rneémceens-t
tseauirre, rqeus’tiel adiat nlas cshoanr pitéé cihnéfu nseo ne et fdfaecsé â, mdaenss e sna Dcoieruru. pStioomn moue mtoourtte s, pleir itjuusetlele 1a.i nsi conçu, malgré sa foi au Christ rédemp-
Cette conception, qui méconnaissant si gravement notre vie surnaturelle et en réduisait l’essence à la foi au Christ,
slea njuss tlae gersât ccee lsuai nqcutii,f iaanbtsetr eatc tlaio nc hfaaririteé .d sea tnosu tl eCsr eoeduov, reesst imméer ietot icreosn,s deervvea ilt’ hcoonnndêutiereté p neaut uàr epleleu, aduo nnta otunrta pliasrmlée l,e pso mure liellequuresl
philosophes païens avant le Christianisme2.
tuelD pee cuet- isl,e scaonnsd lpao ginrât cdee dviuvein oen, anr’reivxearm àin oeb mseêrmveer ptoluuss lale sq upersétcioenp tseosu dvee rlaai nloeim neantut riemllpeo, ryta cnotem :p Lri’sh ocmeumxe r edlaantifss l’àé tDati eauc?-
Peut-il, sans la grâce, arriver à aimer, non par simple velléité, mais efficacement le Souverain Bien, Dieu, auteur de notre
fnaaitt uleres, tphléuos loqguiee nsso i ceatt hpoalri-qdueesss3u ;s leto uptr o?t e–s Ltaenst ipsmreem ileibrésr parl,o nteés tdaen tls’e arrueruari eluntth réérpieonnndeu, nnéeg asetiv peomseen mt, êcmome mpleu sl’o lnat qtouuejsotuiorns
et n’admet plus la nécessité de la grâce ou d’une vie surnaturelle, infuse.
La question revient pourtant toujours en termes plus généraux : L’homme peut-il sans un secours supérieur se dépasser
lui-même et aimer vraiment et efficacement plus que soi la Vérité et le Bien ?
Il est clair que tous ces problèmes sont essentiellement liés à celui de la nature même de notre vie intérieure, qui est
uneP coounr nraaipspsealnecre i cdi ut oVurtaei el’ét luénv aatmiono udr ed ul’i dBéieen q, uoeu pl’Éoucrri tmurieeu ext dsiurert,o uunt el’ Écovnannagiisles annocues edto unnn eanmt oduer dlae vDieie iun.t érieure, sans
faire un cours de théologie sur la justification et sur la grâce sanctifiante, nous soulignerons une vérité fondamentale de la
spirTitouuatl itdé’,a dbiosrodn sil mesêtm mea dneif elas tme yqsutieq usee lcohnr él’tÉiecnrintuer,e t elalle j uqsuteifi cl’aÉtgiolins eo cua cthoonlviqeursei ol’an tdouu jpoéucrsh ecuorn çnuee c. ouvre pas seulement
«seAsie p péictihéé dse c momoim, ôe Dd’iuenu ,v soeilleo,n m Taais b loenst ée;f fsaecleo np aTra l ’ginrfaunsdioen m di’suénreic ovried en,o eufvfaecllee .m Lees P tsraanlmsgisrtees ssiuopnpsl.i eL advaen-sm loei Mcoismeprelèrete -:
ment de mon iniquité et purifie-moi de mon péché. Purifie-moi avec l’hysope, et je serai pur. Lave-moi, et je serai plus
blanc que la neige… Efface toutes mes iniquités. O Dieu, crée en moi un coeur pur et renouvelle au dedans de moi un esprit
ferme. Ne me rejette pas loin de Ta face, ne me retire pas Ton esprit saint. Rends-moi la joie de Ton salut et soutiens-
moi par un esprit de bonne volonté ». (Ps. L, 3-15).
Les Prophètes parlent de même : Le Seigneur dit par Isaïe, XLIII, 25 : «C’est Moi, Moi seul, qui efface tes prévarications,
Israël, pour l’amour de Moi». Très souvent dans la Bible revient l’expression : «C’est Moi qui enlève l’iniquité, qui efface
le péché». Comme le rapporte l’Évangile de saint Jean, I, 29, Jean-Baptiste dit en voyant Jésus qui venait vers lui :
«JéVsouicsi nl’oAugsn epauuri fdiee dDei etouu qt upié ôctheé l»e. pEétc shaéin dt uP mauoln édcer»it,. IO Cno lritin dthei emnêsm e dans la 1ère Épître de saint Jean, I, 7, : «Le sang de VI, 10 : «Ni les impudiques, ni les idolâtres, ni les adul-
1 Luther disait même : Pecca forliter et crede firmius : Pèche fortement et crois plus ferme encore, tu seras sauvé. Ces
bpaornonleess noe’éutvarieesn ts poanst ,i nduatnilse ss aa up esnasluéte, ,q uunee l ae xfohio artua tCiohnr iàst préécdheemr,p mteauirs s uunffeit . mIla dniitè breie ntr è: s« cSai ttéug ocrroiqisu,e l eds’e bxpornimneesr oequuev rleess
spueinvsroénet, enlélecse sssuaivirreomnte cnot mtam feo iu»n (eé dsoitiroten dd’éep Wipheéimnaorm, èXnIIe, l5a5 f9o,i sf1a5lu2t3afi)r.e »M (aJis. ,M caormitamine, Nono tel’as sduitr tLrèusth ejurs, taepmpeenntd, i«ced aàn lsa s2ae
éd. française des Trois Réformateurs). De plus, la charité suivra plutôt comme amour du prochain, que comme amour de
gDnieifuie. rD s’uorùto lau td leésg roeaduavtrieosn ddee mlai snéortiicoonr ddee. charité, qui est peu à peu vidée de son contenu surnaturel et théologal, pour si-
Il reste que pour Luther la foi au Christ Sauveur suffit à la justification, alors même que le péché n’est pas effacé par
l’infusion de la charité ou de l’amour surnaturel de Dieu. 2 Comme le dit très bien J. Maritain, loc. cit. : «En fait, suivant la théologie luthérienne, c’est nous-mêmes et nous seuls
qui nous saisissons du manteau du Christ pour en « couvrir toutes nos hontes », et qui usons de cette « habileté de sauter
dà en nooutsr »e. pPééclahgéi asnuirs mla eju dseti cdeé sdeus Cpohirri s!t Eent pdaérf ilnài tdiv’êet,r ec’ easuts às i l’cheormtamines dde’o ppoésresré sdae rr élad epmiétpét iodnu Cluhi-rmisêt mquee e dn’ asveo firo rnçoatnret àc ournpes
confiance éperdue en Christ. La nature humaine n’aura qu’à rejeter comme un vain accessoire théologique le manteau
ld’i’nufnaeil ligbrleâ cper oqguriè sn ’ceosnt triineun epnocuhra enltlee aeut joàu rredp’hourit el’ru nsiuvre rsso. i Cs’ae sfto ai-icnosni fqiaunec, ed,a pnosu lar dpeevrseonnirn cee dttee Ljoultihee br êette d aanffsra snac hdioec, tdrinonet,
nous assistons – sur le plan même de l’esprit et de la vie religieuse – à l’avènement du Moi.
«thNéooulosg dieis doen sv eqrus’eil re sni meustlt aaninésmi eennt ,f aeitt, ecn’e stht éuonr ieré, sdualtnast iln’eéxvciètasb lceo ndtera liare t h(éil onlo’egsiet pdaes Lruatrhee dr.e C veolair nc’heemzp Lêucthhee rp, acso mcemttee
chez Descartes, une erreur extrême faire équilibre à une erreur diamétralement opposée). Alors Luther nous dit que le
snaolturet epta lrat. .f.o i sont tellement l’oeuvre de Dieu et du Christ, qu’eux seuls en sont les agents, sans aucune coopération de
v«aLuad trhaé (olleo gCieh rdiset sLeuuthl esra onssc niloletrrae scaonosp écreastisoen eensttr el’ acuetse udre duex nsooltureti osnaslu :t )e ;n m thaéiso,r iceo, mc’meset ,i ls eesmt bplsey-tc-hil,o llao gpiqreumemièeren tq iumi pporés–
sible de supprimer l’activité humaine, c’est la seconde qui, inévitablement, prévaudra en fait». En réalité le protestantisme
libéral versera dans le naturalisme. 3 Cf. saint Thomas, Ia , IIae, q. 109, a. 3 : «Homo in statu naturae integrae dilectionem suiipsius referebat ad amorem Dei,
sicut ad finem, et similiter dilectionem omnium aliarum rerum, et ita Deum diligebat plus quam seipsum et super omnia.
nSaetdu riane s staetquu nitautru braoen ucmor rpurpivtaateu mho, mnios i asba nheotcu rd peefirc igt rsaeticaumn dDuemi» .a ppetitum voluntatis rationalis, quae propter corruptionem
Ibid., a. 4 : «In statu naturae corruptae, non potest homo implere omnia mandata divina sine gratia sanante».
4
tères,… ni les voleurs, ni les calomniateurs, ni les rapaces, ne posséderont vous étiez, du moins quelques-uns d’entre vous ; mais vous avez été lavésl,e m roayisa uvomues daev eDzi eéut.é Vsoainlàc tpifoiéusr,t amnat icse v qouues
avez é/é justifiés au nom du Seigneur Jésus-Christ et par l’Esprit de notre Dieu». Si du reste, dans la justification où conversion de l’impie, les péchés étaient seulement voilés et non effacés, l’homme
serait à la fois juste et injuste, justifié et en état de péché. Dieu aimerait le pécheur comme Son ami, malgré sa corruptpioans,
leq ujues Steo nd ea mlao suerr sveituradiet imdup upiéscshaén.t Cà elu si oenntl elàv,e er.n Lceo rSea uunvee ufor ins,’a dueras itv épraitsé se féfalécmé elenst apiréecsh épso udru t omuot ncdheré, tsie’Inl n ;e l eduérl icvorani-t
naissance approfondie, quasi expérimentale et constamment vécue, est la contemplation des saints.
LA REALITE DE LA GRACE ET DE NOTRE FILIATION DIVINE ADOPTIVE
Le péché mortel ne peut être ainsi effacé et remis que par l’infusion de la grâce sanctifiante et de la charité, qui est
pl’aamndoruari ssuurrn vaotuusre ul ndee eDaieuu p eutr ed, eest âvomuess seenre Dz iepuu.r sÉ ;z Jéec hvieolu, sX pXXuVriIf,i e2r5a,i dl’aen tnoountecse veons dsiosuainlltu areus neot md ed tuo uSteeisg nveousr a :b «oJmei nréa–
tions. Je vous donnerai un coeur nouveau, et Je mettrai au dedans de vous un esprit nouveau. J’ôterai de votre chair le
vcroeezu rm dees p oierdrroen, neat nJcee vso»u. s donnerai un coeur de chair. Je mettrai au dedans de vous Mon Esprit, et Je ferai que vous sui-
Cette eau pure qui régénère est celle de la grâce, qui nous vient du Sauveur, dont il est dit dans l’Évangile de saint
Jneoauns, aI,v o1n6s : r«e çCu’ elas tg drâec Se a» ,p lliésnointusd-neo quuse d naonuss l ’Éavpoîtnres atouuxs R roemçua ients g, râce sur grâce. » « Par Jésus-Christ Notre-Seigneur I, 5 : « l’amour de Dieu est répandu dans nos coeurs
par l’Esprit-Saint qui nous a été donné » (Romains, V, 5). – « A chacun de nous la grâce a été donnée selon la mesure du
donS d’iul eCnh éritsati t» a (uÉtprehméseinetn, sl,’a IVm, o7u)r- incréé de Dieu pour celui qu’Il convertit serait seulement affectif, et non pas effectif et
aesgti susna natm. Oour rl ’aqmuio, ulori nin dcreé ésu dpep oDsieeur lp’aomura bnioliutés ,e cno nmomuse, lela mpoosnetr ee nb ienno ussa. inSto Tnh aommoausr ( cIaré, aqt.e 2u0r, nao. u2s, eat dIao nIInaée eqt. n1o1u0s, ac.o nI)-,
serve notre nature et l’existence, Son amour vivificateur produit et conserve en nous la vie de la grâce qui nous rend aimabLlae
sg ràâ cSee ss aynecutxif,i annotne ,p plurisn csiepuel edme ennot tcreo mvime ein Stéerise usererv, iftaeiut rvsr,a mimaeisn tc odme mnoeu Ss eless e ennfafanntsts. de Dieu, parce qu’elle est une
participation de sa nature. Nous ne saurions être, comme le Verbe, Ses fils par nature, mais nous le sommes réellement
cplaarr eg rsâecuel eemt epnatr Saodno phtéiornit.ie Er,t Dtaienud,is e qnu neo lu’hso amimmaen tq ucoi madmoep ted eusn f ielsn faadnot pntiefs l,e n torauns stfroarnmsefo rpmase ,i nntoéurise uvriveimfiee nint,t émrieauisr elem deén-t
par une participation de Sa vie intime, proprement divine.
tousC ’ceesut xc eq uni oLu’osn lits roençsu dIla an sd ol’nÉnvéa nleg ipleo udveo Jire daen ,d Ie, v1e1n-1ir3 e :n «faLnet sV deerb Dei evuin, t àc heeuzx lquui,i ecrt oleiesn st ieenn sS noen nLo’omnt, pqausi nroençu d. uM saains gà,
ni de la volonté de la chair, ni de la volonté de l’homme, mais de Dieu sont nés». Notre-Seigneur le disait lui-même à NiDcoieduè.
m Cea r: «ce E qnu iv éersitt én,é e dne v léar ictéh aJier etest lceh daiisr,, entu cl,e s q’ilu ni ees rte nnéa îdt ed el’E l’separuit eest td ees lp’Erist.p Nriet, tn’éet opnenuet epnatsr edre d caen sq ulee rJoey at’auim deit d: eil
faut que vous naissiez de nouveau1 » (Jean III, 5).
meuSraei netn J eluai n; edti ti ld nee m pêemute p :é c«hQeuri,c poanrqcuee q eus’itl ensét dneé Ddeie uD ineeu c(Io Jmemane,t point le péché, parce que la semence de Dieu de- III, 9). En d’autres termes : la semence de Dieu, qui
est la grâce, accompagnée de l’amour de Dieu, ne peut exister avec le péché mortel qui nous détourne de Dieu, et si elle
fna’eirxec dluist ppaarsa îltere p déec hpélu vsé ennie pl,l udso. nt saint Jean parle plus haut, I, 8, elle ne saurait en être le principe, mais elle tend à le
accLo’mappôlit rlee ss agirnatn Pdeiesr reet pparérlcei,e su’sile ess pt rpoomsesisbslee,s ,e anfcino rdee p nluosu sc lareirnedmree nat inlosris pqaur’tili cdipita :n «ts Pdaer llae nCahturirset ldai vpinueis s»a (nIIc eP edtirvi ine a I, 4).
C’est aussi ce qu’exprime l’apôtre saint Jacques, lorsqu’il écrit : « Tout don excellent, toute grâce parfaite descend d’en
ehangute, nddur éPsè prea rd leas p laurmolieè rdees ,l ae nv éqruitéi n, ’aefxinis qteu ea uncouunse s voiycoisnssit ucdoem, mnei o lemsb preré dmei ccehsa ndgee Smeesn ct.r éDaetu Sreas p»r o(pErpe. vJoalcoonbté, , Il nous a I, 18).
La grâce sanctifiante est vraiment une participation réelle et formelle de la nature divine, car elle est le principe
sde’o ppéerradrtieo,n esl lep rsoeprrae mlee pnrti ndcivipinee ds’ o; ploérrsaqtiuoen sa quu ci iaeul reollnet saebrsao laurmriveénet leen m nêomues oàb sjeotn f oprlmeienl dqéuvee lleosp poepméreantito ents n inec préoéuerrsa d pelu las
vie intime de Dieu, elle nous permettra de Le voir immédiatement comme Il Se voit et de L’aimer comme Il S’aime : « Mes
bmieann-ifaeimstéé s;, mdiat issa ninotu Jse saanv, onnosu sq us’oamu mteemsp ms adien tecentaten t menafnaifnetsst adteio Dn ienuo,u se t Lcuei sqeureo nnso usse msebrloanbsle usn, pjoaurcr en ’qau pea nso eunsc Loere v éetrérons
tel qu’Il est (I Jean, III, 2).
Il imCp’eosrtte l àd ’cye i nqsuiis nteoru. sC m’eostn utrne dlee ms ipeouixn tcse l eqsu ’pelsuts l ac onnastoulraen itnst idmee n doetr lea fgoriâ, cce’e ssta nacutsifsiai nutnee, pdreinsc vipéeri tdées ndoet rveie v iqeu iin rteélrèievuer ele.
plus le courage au milieu des difficultés de l’existence présente.
LA VIE ETERNELLE COMMENCEE
Pour saisir ce que doit être la vie intérieure en elle-même et en ses différentes phases, il faut voir d’abord non seulement
quel est son principe, mais aussi quel doit être son plein épanouissement.
1 Ce passage est un de ceux dont l’Église nous a donné l’interprétation authentique (Concile de Trente, sess. VII, de Bapt., can. 2). Il doit s’entendre de la régénération par le baptême dont il affirme la nécessité. Au moins le baptême de
désir, en l’absence de l’autre, est nécessaire au salut.
5
Or si nous interrogeons sur ce point l’Évangile, il nous dit que la l’Eucharistie, est comme le germe de la vie éternelle. vie de la grâce, donnée par le baptême et nourrie par
thieDuè, sd ilte à d téobuust cdeeu xs oqnu im l’iéncisotuètreen, tN, oettr ec’-eSset iglen efounr,d ddaun sd ilsec oSuerrsm 😮 «nS souyre lza pmaorfnatiatsg nceo,m tmel eq uvo’ilt rees Pt èrarep pcoérlteés ptea re ssta ipnat rMfaaitt»-
(Matth., V, 48). Il ne dit pas : «soyez parfaits comme des anges», mais «comme votre Père céleste est parfait». C’est
dnoantucr eq u: ’irlè agpnpeo rmtein uénra pl,r ivnécgipéet adl,e avnieim qauli, easut- udneses puasr tdicuip raètgionne ddee l al’ hvoiem mmêem eet dmeê Dmiee ua. uA-due-dsessussu ds ed el’as cdtiivvietérs nraètgunreeslle d ed elas
anges, c’est la vie du règne de Dieu ; vie dont le plein épanouissement s’appelle, non pas seulement la vie future dont
olen tte pmaprlsé fluetsu rm, meialleisu prsa rp hl’uilonsiqoupeh einss taavnat ndte l el’ iCmhmriosbtiialen iéstmeren, itmé.a is la vie éternelle, mesurée, comme celle de Dieu, non par
La vie future dont parlent les philosophes est naturelle, presque semblable à la vie naturelle des anges, tandis que la
vsieeu léetmerennetl les,u pdroanht upmaarlien el’,É mvaanisg ilseu, persata ensgséelinqtuieel,l eemlleen et sstu rpnraotpurreemllee natu dtaivnitn peo. uErl llee sc oannsgiesste qàu ev opior uDr ineouu sim ;m eélldei aetsetm neonnt
comme Lui-même Se voit et à l’aimer comme Il S’aime. C’est pourquoi Notre-Seigneur peut dire : « Soyez parfaits
comTmaned viso tqreu eP èl’rAen ccéielens Ttee estsat mpaernfta int e» ,p paurilsaqitu geu vèoreu sq auv’eenz rfiegçuur eu ndee plaa rvtiiceip éatteiornne dllee ,S say vmieb oinlitsiméee .p ar la terre promise, le
Nouveau, en particulier l’Évangile de saint Jean, en parle constamment, et depuis lors il est pour ainsi dire impossible de
finirB uienn s pelrumso, ns is naonuss d déesmigannedr opnasr càe ls’É tvearmngeisle l,a s buértaotuittu dàe c seulupi rdêem sea àin lta Jqeuaenlle, cneo uqsu ’seosmt lma evsie a dpep elalé gsr.â ce, il nous répond :
C’est la vie éternelle commencée.
Notre-Seigneur dit en effet à six reprises dans le quatrième Évangile : «Celui qui croit en Moi a la vie éternelle» (Jean,
III, 36 ; v, 24, 39 ; VI, 40, 47, 55) ; non seulement il l’aura plus tard s’il persévère, mais en un sens il l’a déjà. « Celui qui
mceasn pgaer Moleas c h?a –ir Neto btroei-tS Meoignn esaunr gle as leax vpileiq éutee rpnleulsle l,o eint J(Jee laen r,e ssusciterai au dernier jour » Jean, VI, 55. – Que veulent dire VIII, 51-53) : «En vérité, en vérité Je vous le dis, quiconque
gardera Ma parole (par la pratique des préceptes) ne verra jamais la mort». Stupéfaits, les Juifs lui répliquent : «Nous
vMoay opnasro mlea ninet egnoaûntet rqau j’aumn adiésm lao mn oerstt !.e..n Q Tuoii d: oAnbcr aphréatmen edsst- Tmuo êrtt,r ele ?s» p Cro’epshtè atelosr sa uqsusei , Jeéts Tuos i,le Tuur ddiits : :« Q Auviaconnt qquue’A gbarardhearma
fût, Je suis » (Ibid., 58).
éterQnueelle v »e u?t –n oIlu vse fuati rdeir ee n: tCenedlurei q Nuoi ctrreo-iSt eenig nMeoui rd l’ournseq ufoei vài vpelu, suineiuer sà rlae pcrhisaersit éil, aàf fl’iarmmeo u: r« d Ce eDluiei uq euti dcruo ipt reonch Maioni, aa llaa vviiee
éternelle commencée. En d’autres termes :Celui qui croit en Moi a en germe une vie surnaturelle qui est identique en son
feonn dn oauvse,c e lta u vnie g éetremrnee dllee. mLeê mpreo gnraètsu rsep. iDritaunesl nl’eo rpdereu tn taetnudrreel, elen geeffremt vee crso nlate vniue ddaen l’sé tleer ngiltaén qdu nee s p’ilo eunrr asiut pppaoss ed elev egneirr muen
chêne s’il n’était pas de même nature que lui, s’il ne contenait pas à l’état latent la même vie. Le petit enfant ne pourrait
tpieans dneo nla p tleursr ed envee pnoiru urrna iht opmasm dee sv’eiln nir’ auvna ibt ipeansh euunree uâxm deu rcaiieslo sn’nil anb’alev,a siti plaa sra riesçoun anue bsaopmtêmmeeill alait vpiea sd ievnin leu.i . Ainsi le chré-
Et comme on ne peut connaître la nature du germe contenu dans le gland qu’en la considérant à son état parfait dans
llae gchloêirnee q, udie e mstê sma ec oonns noem pmeauttio cno.n «n aGîrtraeti ala e vsite s deem lean g grâlocreia qeu »’e, nd itla t ocuotnes liad éTrraandti tdioann.s son épanouissement dernier, dans
Au fond, c’est la même vie surnaturelle, la même grâce sanctifiante et la même charité, avec deux différences. Ici-bas
ento udse cpolunsn aniosusos ness psuérrnoantsu rLeell epmosesnét deet ri ndf’auinlleib lfeamçoenn ti nDaimeuis, snibolne ,d manasis l,a t acnlat rqtéu ed en olau sv issioomn,m measi ss udra lnas tel’orrbes, cnuoriutés dpeo ulav ofonsi,
Le pMearldgrreé pcaers n doetruex f aduiftfeé.r ences, relatives à la foi et à l’espérance, c’est la même vie, la même grâce sanctifiante et la
même charité. Notre-Seigneur le dit à la Samaritaine : « Si scires donum Dei : Si tu savais le don de Dieu, c’est toi qui
M’aurais demandé à boire… Celui qui boira de l’eau que Je lui donnerai n’aura plus soif ; au contraire, l’eau que Je lui
donnerai deviendra en lui une source jaillissante jusqu’à la vie éternelle » (Jean, IV, 10-14). Dans le temple, le dernier jour
de la fête des Tabernacles, Jésus debout dit aussi à haute voix, non seulement pour des âmes privilégiées, mais pour
tous : « Si quelqu’un a soif, qu’il vienne à Moi et qu’il boive. Celui qui croit en Moi, des fleuves d’eau vive couleront de sa
poitrine (Jean, VII, 37). Il disait cela, ajoute saint Jean, de l’Esprit, que devaient recevoir ceux qui croient en Lui. » Le
Saint-Esprit est appelé fons vivus, fons vitae.
Jésus dit encore : « Si quelqu’un M’aime (la foi seule ne suffit pas), il gardera Ma parole, et Mon Père l’aimera, et
Nous viendrons en lui et Nous ferons en lui Notre demeure » (Jean, XIV, 23). Qui viendra ? Non seulement la grâce, don
créé, mais les Personnes divines : « Mon Père et Moi » et aussi le Saint-Esprit promis. La Trinité sainte habite donc en
nqouiu dse, mdaenusr el’ odbasncsu lrait éc hdaer iltaé fdoei,m uenu pree ue nc oDmiemue, eetl lDe iehua beinte l udia »n s(I lJ’âemane, des saints du ciel qui la voient à découvert. « Celui IV, 16).
Cette vie intérieure surnaturelle est très supérieure au miracle, qui n’est qu’un signe sensible de la parole de Dieu ou
dn’ee slat psaoiunrt eatién sdi ed Siree sr iesenr evinte cuorsm. pMaêramiseo lna drées luar rreécstuiorrne cdt’iuonn md’ournt,e q âumi ree sqtuitiu see s turornuavtauirte dllaenmse lnat mauo rct asdpairvitruee llale v dieu npaétcuhreél leet,
qui reçoit la vie essentiellement surnaturelle de la grâce.
C’est vraiment, dans la pénombre de la foi, la vie éternelle commencée1.
1 C’est là une idée chère à saint Jean, elle se retrouve aussi dans l’Apocalypse. Cf. E.-B. Allo, O.P., L’Apocalypse de
sLaai ncto Jmepaanr,a Pisaornis ,a pve. c2 2la9 s: c«èAnues sain, adlaongsu ec edse heureux vainqueurs (xv, 2), ne verrons-nous pas exclusivement des martyrs… VII, 9-fin, et, plus loin, avec le Millenium du ch. XX, nous fait croire bien plutôt
qu’il s’agit de toute l’Église, militante et triomphante, qui se révèle au Prophète dans son indissoluble unité ; ceux qui vi6
C’est ce qui fait dire encore à Notre-Seigneur : « Le royaume de Dieu ne On ne dira point : Il est ici ou là ; car voyez, le royaume de Dieu est au milieuv dieen vt opuass »d e(L muca,n ière à frapper les regards. XVII, 20). Il est là caché en
vdoaunss, uenn c vhoasm âpm, ceosm, mcoem lam seo luer cgera din’o ùd ep rsoévnieenvté l,e cfolemuvmee d l’ee afeur vmiveen,t qquui in fee rtaa rliet vjaemr atoisu.t e la pâte, comme le trésor enfoui
C’est encore ce qui fait dire à saint Jean dans sa 1ère Épître : « Nous savons que nous sommes passés de la mort à la
vie, si nous aimons nos frères » (I Jean, III, 14). « Je vous ai écrit ces choses, pour que vous sachiez que vous avez la vie
éternelle, vous qui croyez au nom du Fils de Dieu » (I Jean, v, 13). « La vie éternelle consiste à Vous connaître, Vous le
seul vrai Dieu et celui que Vous avez envoyé, Jésus-Christ » (Jean, XVII, 3).
Saint Thomas exprime cette, doctrine lorsqu’il écrit : « Gratia nihil aliùd est quam quaedam inchoatio gloriae in nobis (Ia IIae, q. 24. a. 3, ad 2m ; Item, Ia. IIae, q.69, a.2 ; de Veritate, q. 14, a. 2) : La grâce n’est autre chose qu’un certain
commencement de la gloire en nous. »
éterBnoesllseu ceot ndsito mdem méeê mcoen :s i«s teL aà vvieo iré Dteirenue lflaec eco àm fmaceen ceét eà cdoéncsoiusvtee ràt. cJoénsnuas-îtCreh rDisite nuo puasr dloan fnoei (lu’unniee eàt ll’’aamutoreu rp),a erct ela q uvi’eIl
nous l’a méritée et qu’Il en est le principe dans tous les membres qu’Il anime1».
C’est ce que la liturgie exprime aussi en disant dans la préface de la messe pour les défunts : « Tuis enim fidelibus,
Domine, vita mutatur, non tollitur : Pour vos fidèles, Seigneur, la vie n’est pas ôtée, mais changée et transfigurée. »
LE PRIX DE LA VRAIE CONVERSION
On voit ainsi la grandeur de la conversion qui fait passer l’âme de l’état de péché mortel ou de dissipation et
d’indifférence à l’égard de Dieu à l’état de grâce, où déjà elle aime Dieu plus que soi et par-dessus tout, au moins d’un
amoLuer pdr’eemstiiemr eé,t asitn éotna iet nucno éreta dt ’duen mamorotu srp virriatuimelelen,t ogùé npéluresu oxu e mt voiicntso rcieounxs cdiee mtomute éngt ooïns mraem. enait tout à soi, où l’on voulait
smea fl.a ire le centre de tout, et où l’on devenait de fait esclave de tout, de ses passions, de l’esprit du monde et de l’esprit du
Le second état est un état de vie, où nous commençons sérieusement à nous dépasser nous-mêmes et à ramener
tsoeust pàa Dssieioun, sa, ismuér lp’elussp rqitu deu n mouosn.d Ce ’eets ct el’leuni tdréue m daal.n s le règne de Dieu, où l’âme docile commence à régner avec Lui sur
On conçoit dès lors que saint Thomas ait écrit : « Bonum gratiae unius (hominis),majus est, quam bonum naturae totdiu’usn
u pneivtiet resni f»a n(Ita a IpIareè,s qs.o 1n1 b,3a,p atê. m9,e a, dv a2u) t: pLleu sm qouined lree bdieegnr én adteu rgerlâ dcee tsoaunt clt’uifinainveter sd. aCnest tuen see âumlee g, rdâacnes vcaeullte p pluasr eqxueem topuletes
les natures créées prises ensemble, y compris les natures angéliques, car les anges ont eu besoin, non pas de rédAeumgupstitoinn
,d imt qauise dDui eduo ne ng crarétuaint td lea lnaa tgurrâec ed epso aunr gteens dlereu rv ae rfsa ilta l eb édaotnit uddee l as ugrrnâacetu r: e«ll eS iàm ulal qinu eellies cDoieuud elness naaptpueralamit. eSt alainr-t
giens gratiam», Cité de Dieu, 1. XII, c. 9, et il tient que « la justification de l’impie est chose plus grande que la création du
cielS eat indte Tlah otemrraes» aInjo Juotea n: n«.,L tar ajcuts. t9ifi2c ainti ocn. XdI’Vu,n 1 p2é, cphluesu rg reasnt dper ompêomrtieo nqnueel lelam cerénat tpioluns d persé nciaetuusrees q auneg élali qguloersif.i cation d’un
juste, car le don de la grâce dépasse plus l’état de l’impie, qui était digne de peine, que le don de la gloire ne dépasse
el’énttaret dlau njuastutere, q duei, ld’huo mfamit ed eo usa m juêsmtiefi ceantitoren ,c eesllte d digen le’a ndgee c ele dpoluns» é(Ilae vIIé a eet, lqa. g1r1â1c3e, qau. ’e9n).t rIel y l aa gbreâaceu ceotu lpa gpllousir ed.e L dai sntaatnucree
créée la plus haute n’est nullement le germe de la grâce, tandis que celle-ci est bien le germe de la vie éternelle, semen
gloriae. Il se passe donc au confessionnal, au moment de l’absolution du pécheur, quelque chose de plus grand proportionnellemCe’nets
qt ucee tlt’ee ndtorécetr idn’eu nq ujues Ptea dsacanls e laxp grliomiree .e n disant dans une des plus belles pages des Pensées, qui est sur ce point le
résumé de l’enseignement de saint Augustin et de saint Thomas : « La distance infinie des corps aux esprits figure la disttearnrcee
e int fsineism reonyta pulmuse sin, finneie v daelesn et spparsit sl eà mlao cinhdarreit éd,e csa re seplleri tes s;t csaurr nila ctuornenllaeî2t. .t.o Tuot ucse llae,s ecto srposi,, elet lfeirsm caomrpesn,t ,r ileens .é Ttooiuless ,l elas
corps ensemble, et tous les esprits ensemble, et toutes leurs productions, ne valent pas le moindre mouvement de charsiétée,
c: ecleal ae sets dt ’uimnp oorsdsreib lien fienti md’eunnt apulutsre é olervdére. .– D Dee totouuss lleess ccoorrppss eetn seesmprbitlse,, oonn nn’ee ns asuaruariat iet nt irfearir eu nré musosuirv eumnee npte dtitee vpreaniecharité
: cela est impossible et d’un autre ordre surnaturel» Pensées, édition E. Havet, p. 269.
de Olan g vrâocite d eèts d leo rlsa ccohmarbitiée nq ugir arenmdee tf ulet sl’ eprérecuhré sd,e m Lauitsh esre usluerm lae njut sptaifirc laat iofoni ,a luo rCsqhuri’sil t vsoaunlust lel’esx oepliuqvureers,, nsoann sp al’ar ml’inofuurs, iooun
par la simple imputation extérieure des mérites du Christ, imputation qui couvrait les péchés, sans les effacer, et laissait
aDiinesui elet dpeésc hâemure sd aenns D siae us. o–u iLllau rfeo ie at usxa mcoérrrituepst iodnu. CLhar ivsot leotn lt’éim np’uéttaatitio pna esx dtéèrsie luorres dréeg séan éjurésteic pea mr al’anmifeosuter msuernnta ntuer eslu fdfiesent
pas pour que le pécheur soit justifié ou converti, il faut encore qu’il veuille observer les préceptes, surtout les deux
grands préceptes de d’amour de Dieu et du prochain : « Si quelqu’un M’aime, il gardera Ma parole, et Mon Père l’aimera,
vent ici-bas de la grâce sont déjà, en leur vie intérieure, transportés au ciel, concitoyens des bienheureux qui sont dans la
gdleo ilr’Ée g(lPisheil .m, IiIlIi,t a2n0t)e. eDté tjràio imls ppheaunvteen »t fuaniree dveibsr eidré leess mhaarîptreess sdeivsi ndees l»’A. pCof.c iadliydp.,s ep.. »2 86, sur xx, 4 : « … C’est le règne indivis 1 Méditations sur l’Évangile, IIe P., 37e jour, in Joannem XVII, 3. 2 En réalité il y a plus de distance entre toute nature créée, même angélique, et la vie intime de Dieu, dont la charité est une participation, qu’entre les corps et les esprits créés. Toutes les créatures, même les plus élevées, sont à une distance
infinie de Dieu et, en ce sens, elles sont également infinies.
7
et Nous viendrons et Nous ferons en lui Notre demeure » (J Dieu, et Dieu en lui » (I Jean, ean, XIV, 23). « Celui qui demeure dans la charité demeure en IV, 16).
la gNrâocues, snoémcemsessa iircei dàa ln’hso umnm oerd dreé cthrèus psouupré ariiemuer rà e lf’hficoancneêmteetén tn eatt uprleulsle q, ueet cseollie l-ec iS noeu pveeruat inê trBei epnle, iDneiemue, natu rtéeaulri sdéee nsoatnres
nature (Ia IIae, q. 109, a. 3 et 4). Notre raison par ses seules forces conçoit bien que nous devons aimer ainsi l’Auteur de
sneoutrlee sn afoturcrees, mnaatius rneolletrse aviomloenr té dans l’état de déchéance ne peut y parvenir, à plus forte raison ne peut-elle pas par ses Dieu, Auteur de la grâce, puisque cet amour est d’ordre essentiellement surnaturel, autant
pour l’ange que pour nous. – Nous voyons dès lors quelle est l’élévation de la vie surnaturelle que nous avons reçue au
bapCtêemttee , veiet céet eqrunee ldleo ict oêmtrem peanrc éseu itceo nnosttriteu ev ieto iuntt éurnie uorreg.a nisme spirituel, qui doit se développer jusqu’à notre entrée au
ciel. La grâce sanctifiante, reçue dans l’essence de l’âme, est le principe radical de cet organisme impérissable, qui devgrraâict
ed usraenrc ttoifuiajonuters, ,g sei rlme ep édceh éla mgoloritreel,, qduéir ievsetn ut nle dsé vseorrtdurse irnafudsiceasl,, nde’a bveonrda ilte psa vrfeoritsu sle tdhéétorluoigrea l(eIas ,I Idaoen, tq l.a 8 p7l,u as. h3a).u Dtee, llaa
charité, doit, comme la grâce sanctifiante, durer toujours. « La charité ne passera jamais, dit saint Paul… Maintenant ces
tErolleis dcuhroesrae st oduejomuersu,r eéntet r:n leal lfeomi, el’nets, ploérrsaqnucee ,l ala f ocih aaurirtaé d; imspaaisru l ap opulurs f agirrea npdlaec dee às ltaro visis ico’ens, te lta l ocrhsaqruiteé à» l’(eI sCpoérr.a, nXcIIeI, s8u, c1c3é)-.
dera la possession inamissible de Dieu clairement connu.
théoLl’oogrgaalensis rmegea srdpeirnitut elal fsine dceormnpièlèrete. Cpea rs olenst cvoemrtumse m aourtaalnets d ien ffuosnecsti,o qnusi apdomrtieranbt lseumr elenst smubooyrednosn, ntéaensd,i sin qfiuneim leens t vseurptuésrieures
à celles de notre organisme corporel. On les appelle : prudence chrétienne, justice, force, tempérance, humilité,
douEcnefuinr, ppoautire nrecme,é mdiaegr nàa nl’iimmpiteér, feetcct.io n de ces vertus qui, sous la direction de la foi obscure et de la prudence, gardent
luense s mura lnai èbraer qeuneco eret ntrooups hduismpaoisneen dt ’àa grier,c eil vyo air ldeosc sileepmt ednot nest dpuro Smapintet-mEesnptr itle, qsuoiu hffaleb idte’e enn h naouut,s .l eIsls insospnitr acotiomnms es pdéecsi avloeisde
Dieu, qui nous permettent d’agir d’une manière non plus humaine, mais divine, avec l’élan qu’il faut avoir pour courir
danTso luat evso iece dse v Derietuus e itn nfues epsa se tr ecceusl edro dnesv garnat nledsis osebnstta acvleesc. la grâce sanctifiante et la charité, dit saint Thomas (Ia IIae, q.
66, a. 2), comme les cinq doigts de la main se développent ensemble, comme tous les organes de notre corps augmentent
en même temps. De la sorte on ne conçoit pas qu’une âme ait une haute charité sans avoir le don de sagesse à un
degré proportionné, soit sous une forme nettement contemplative, soit sous une forme pratique plus directement ordonnée
à l’action. La sagesse d’un saint Vincent de Paul n’est pas absolument semblable à celle d’un saint Augustin, mais
l’unTeo eutt l’la’ourtgrea neissmt inef usspeir.i tuel se développe donc en même temps, quoique sous des formes variées. Et de ce point de
vue, comme la contemplation infuse des mystères de la foi est un acte des dons du Saint-Esprit, qui dispose normaleqmueenstt
iào nla, svaisniso ny binésaistitfeiqr udea,v naen tfaaguet-1i.l pas dire qu’elle est dans la voie normale de la sainteté ? – Il suffit ici de toucher la
Pour mieux voir le prix de cette vie éternelle commencée, il faut entrevoir ce que sera son plein épanouissement au
cmieeln et tn caotumrebli.e n il dépasse ce qu’eût été notre béatitude et notre récompense si nous avions été créée dans un état pure-
Si nous avions été créés en l’état de pure nature, avec une âme spirituelle et immortelle, mais sans la vie de la grâce,
rmioênms ee ua loprosu rn ofintr ed ein cteolnligneanîtcree Deûiet ué, tSé ofauivtee rpaoinu rB liae nc,o Anuntaeiussr adnec neo dtrue vnraatiu eret ,n eott rdee v Lo’laoinmtée rp poaurr- dl’aemssouusr tdouu tb. iMena.i sN noouuss a nue-
cLo’anunruio, nsd ’ucnoen nfua çqoune ppoaur rltea nrte fplelut sd ec eSretasi npee refet cstiaonnss dmaénlsa nSgees dc’reéraretuurress. , Icl oemûmt eé téle sp ogurar nndosu psh illao sCopahuesse pparïeemnsiè rLe’o entt
l’Intelligence suprême qui a ordonné toutes choses.
maiNs opulus tLô’ta uunri osnesn taimimeén tc foamit mde’a dl’Amuirtaetuior nd,e d neo rteres pneacttu, red ed ’ruenc oanmnoauisrs da’nincfeé,r iseaunr sà cseutpteé rdieouurc, eq ueit ns’iemûpt lpea fsa métiélia urintée qaumi iteiés,t
au coeur des enfants de Dieu. Nous aurions été Ses serviteurs, mais non pas Ses enfants.
de Cvoeitrt el’a fzinu rd deurn cièierel. nDaet uprleulsle, ce’sets dt éujnàe t rfèins shpairuittuee. lElel leq uni,e à s alau draififté prerondcuei rdee lsa bsiaetniést ém, aptaésri eplslu,s p qeuuet êntoretr ep ooessilé ndeé spea rl atossues
et chacun, sans que la possession de l’un nuise à celle de l’autre et engendre la jalousie ou la division.
conMcialiaist iocne ttinet icmoen ndaeiss spaenrcfeec taiobnsstr adiitvei neets m. Néoduiast ee nd es eDriioenus e tûotu jloauisrssé r essutbéssi sàt eérp beileenr edte às éonbusmcuérriteérs c, eesn p pearfreticctuiolinesr saubrs olalues,
et toujours nous nous serions demandé comment se peuvent concilier intimement la toute-puissante bonté et la
pmeermmeisnsti ol’nin fdiniviein em idsué rmicaolr,d de’ uent lm’inafiln piea rjfuosisti csei .g rand qu’il déconcerte notre raison, comment aussi peuvent s’accorder inti-
Dans cette béatitude naturelle, nous n’aurions pu nous empêcher de dire : Si pourtant je pouvais Le voir ce Dieu,
souCrcee qduee t onui tlea vréarisitoén e tla d ep lutosu pteu bisosnatnét,e L, en iv lo’iinr tiemllmigeéndciaet enmaetunrte clloem dmese aIln sgee vso nite ! peuvent découvrir, la Révélation divine
nous l’a fait connaître. Elle nous dit que notre fin dernière est essentiellement surnaturelle et qu’elle consiste à voir Dieu
icmomnféodrmiaetesm àe nl’itm faacgee àd ela cSeo ne t Fteilsl quun’Iilq ueest,, psoicuurt iq euset (cIe Cluoi-rc.,i XsIoIIi,t 1le2 p; rIe Jmeiaenr-,n IéII, e2n).t r«e Dpliuesui enuoruss f raè rpersé d»e s(Rtinoéms. ,à devenir VIII, 29).
L«’La’ioemiel ndte » l ’h(Io Cmomr.e, n’a pas vu, l’oreille n’a pas entendu, son coeur ne peut désirer les choses que Dieu prépare à ceux qui II, 9).
1 Nous l’avons longuement traitée ailleurs : Perfection chrétienne et contemplation, t. II, p. 430-462.
8
Nous sommes appelés à voir Dieu, non pas seulement dans le miroir Le voir immédiatement, sans l’intermédiaire d’aucune créature, et même sdaenss cl’riénateturmreésd, iasii rpea drf’aauitecus nseo iiednéte-e cllreésé,e m (Iaai,s qà.
1m2ê, mae. 2e)t ,l ec aVrr acie ilnlefi-ncii,, usni ppuarr féacitlea iqr uin’otenl lelac tusuepl éptoesren,e lnleem peonutr srauibt sriesptarénst,e entt elar vteivl eq fula’Iml emset edne lS’Aomi Couerl usia qnusi mesets ulare P. ensée
Nous sommes appelés à voir toutes les perfections divines concentrées et intimement unies dans leur source comminfuinniem
:e lnat Dgéénitéér,e àu xv oeitr icnofimnimmeenntt lsaa iMnti,s écorimcomrdeen tl ac eptl uAsm teonudr,r em eêtm lae Jeuns Sticoen lbao pnl upsla iinsfirle lxei bplleu sp rliobcrèed, es’nidt edn’utinfi em aêvmece lAa mpuoruer
Sagesse, comment il n’y a rien en Lui qui ne soit sage, et rien dans la Sagesse qui ne se convertisse en Amour. Nous
snoamtumree dsi vainpep esl’éésp aàn coounistesamnpt leern lt’éromisin Peenrtseo sninmepsl,i càit éc odnete Dmiepule, r pl’uérteetrén eeltle s gaéinnteétréa tiaobns doulu eVse,r bàe v, o«i rs lp’ilnefnindiee ufré cdoun Pdèitrée deet fliagure
de Sa substance », à voir l’ineffable spiration du Saint-Esprit, terme de l’amour commun du Père et du Fils, qui Les
iul nsiet ddaonnsn ela i nptliumse ambesonltu eet daibffounsdioanm dm’eeunxt- (m Cêfm. seasi.n Lt eT hBoiemna es,s tC n. aGtuernetlelesm, 1e.n ItV d, icff.u XsiIf) .d e soi, et plus il est d’ordre élevé, plus
Nul ne peut dire la joie et l’amour que produira en nous cette vision, amour de Dieu si pur et si fort que rien ne pourra
plusS il ed doéntcru niroeu nsi lv’aomulooinnsd rciro ennn aqîutroei qleu ep rcixe dsoei tl.a grâce sanctifiante, et celui de la vraie vie intérieure, il faut nous dire
qu’elle est la vie éternelle commencée, malgré les deux différences qui tiennent à la foi et à l’espérance. Nous ne connmaaislgsroén
cse Ds ideeuu ixc i-dbifafésr eqnucee ds,a nc’se sl’to lbas cmuêrimtée dveie l ae nfo si,o ent ,f otnodu,t lean m eêsmpéer agnrât cLee spaonscstiéfidaenrt,e neot ulsa pmoêumvoen csh Laeri tép,e qrdurie d, omivaeinst,
durer éternellement.
Telle est la vérité fondamentale de la spiritualité chrétienne. Il s’ensuit que notre vie intérieure doit être une vie
d’humilité, en se rappelant toujours que son principe, la grâce sanctifiante, est un don gratuit, et qu’il faut toujours une
gurnâec evi ea cdteu emlleo rptioficuar tlieo nm, ocionmdrme ea clete d seamluatnadiree ,s paoinutr P faaiurel :l e« mSeominpderer mpaosr teifinc aatvioannet mda Jness lua ivno cieo rdpuo rsea nluots. tEroll ec idrcouitm êfterere anutesss,i
ut et vita Jesu manifestetur in corporibus nostris » (II Cor., IV, 10) ; c’est-à-dire que nous devons de plus en plus mourir au
tpréec vhiée eintt éàr iseeusr es udioteits ê qtruei sreusrttoeuntt uenne n voiues d, ep ofouir, qdu’ees pDéieraun rcèeg,n dee p crhoafornitéd,é dm’uennito enn à n Douiesu, jpuasrq lua’ apur ièforen din dcee sl’sâamnete. M; ealilse neos-t
surtout la vie des trois vertus théologales et des dons du Saint-Esprit qui les accompagnent, dons de sagesse,
dpl’iunste ellnig epnlucse ,l edse mscyisetnècrees, ddee plaié ftoéi,. dCe’ ecsotn dsiereil, qduee f otorcuete e nt odtere c rvaiein itnet édreie Durieeu t.e Nndo uvse rpsé nlaé tcreornotenms paliantsioi ne t ssuarvnoauturererollen sd dees
mystères de la Vie intime de Dieu et de l’Incarnation rédemptrice, elle tend surtout vers une union à Dieu toujours plus intime
, prélude de l’union toujours actuelle et inamissible, qui sera la vie éternelle consommée. LES TROIS TIGES DE LA VIE SPIRITUELLE
nanSt i qteul’loen e astit las ovuiev ednet laco gmrâpcaer ée tl ela dcéovnesltoitpuptieomn ednet l’doerg laan ivsime ein stépririeituureel daeusx vterortiuss â ignefuss edse elta dveise dcoonrps,o irle nll’ee s:t lp’eansf aéntocne-,
l’adolescence et l’âge adulte. Saint Thomas (IIa IIae, q. 24, a. 9) a indiqué lui-même cette comparaison. Il y a là une analogiOe
nq uaid vmauett lgaé pneéirnaele dm’êetrnet squuiev iel’e, nefna nocbes edrvuaren tj ussuqrtuo’uàt ll’aé ptroaqnuseit iodne dla’u pnueb peérrtéio dvee ràs lq’auuattroer.z e ans, bien que la première
enfance cesse à l’éveil de la raison, vers sept ans.
matLu’aridtéo,l eest cceenllcee q vuai, dàe p qaurtairt odrez etr eàn vtein-cgitn aqn asn. sV ieennvt ireonns,u laite s ul’âitg, ea vaadnut lltee ,d oéùc lli’no nd ed ilsat ivnigeuillee slas ep.é riode qui précède la pleine
homLma em eenn tmaliitnéia ctuhraen, goeu adv’uenc aledsu lttrea nfastfiogruméa :t ilo’énlsé mdeen lt’ oqrugia dnoismminee ; el’na cetlilveit én ‘edset pl’eansf alen tm nê’emset . pLa se,n faa-nt-to nne d diti,s cceerlnlee dp’uans
encore, n’organise pas rationnellement, mais il suit surtout l’imagination et les impulsions de la sensibilité ; et même lorsq
«uQeu ’seas tr-aceis oqnu ec ovmoumse enncese àig sn’eézv eciellettre, ealnlen érees ?te – e xLterê tmraeitmé ednet ld’héopmenmdea.n –te Ddee sq useeln hs o;m umn ee n?f a»n tS noonu isn tdeellmigaenndcea nu’na rjroivuar it:
pas encore à la conception abstraite et universelle de l’homme comme homme.
cellOe rd ece l’ aqduoi leesstc eàn rceem àa lr’qâugeer a, dpuoluter . le sujet qui nous occupe, c’est surtout la transition de l’enfance à l’adolescence, et
Au sortir de l’enfance, vers l’âge de quatorze ans, à l’époque de la puberté, il y a une transformation non seulement
coorgmamnieq ul’ee,n fmanati s; ipl scyocmhmoleongciqeu àe ,r éinfltéecllheicr tauuexll ec heots meso drael ela. Lvi’ea dhoulemsaciennet, àn ela sneé cceosnstietén tdee psleu sp rdéep asrueirv àre e sxoenrc eimr taegl imnaéttiioenr
ou telle fonction ; il n’a plus la manière enfantine de juger des choses de la famille, de la société, de la religion ; sa perssaonnnt
amliatél cmeottrea lep écroiomdme eanpcpee làé es el’ âfogrem ienrg aravte, cil les es ednésp rdaev el’ heotn cnoemurm, ednec lea àb omnnael troéuprunteart.i oCn.’e Ostu ,u naeu clooi n:t rial ifraeu, te nso trrtairv edrel’enfance
en se développant normalement ; autrement, ou bien l’on prend une mauvaise direction, ou bien l’on reste un
arriCér’ée sot uic ui nq uaen ol’ramnaall oingsieta dbelev,i epnetu ét-cêlatriera mntêem peo uurn lan aviine. s«p Qiriutui enl’laev a: nncoeu sp avse,r rroencsu lqeu. e» le commençant qui ne devient pas,
comme il le faudrait, un progressant, tourne mal ou reste une âme attardée, attiédie et comme un nain spirituel. Ici aussi :
« QPuoi unr’asvuaivnocnes pl’aasn,a rleocguiele. S»,i clao mcrmisee dl’oen lta d pitu sboeurtvée nàt llae sfo Pisè prehsy sdieq ul’eÉ gelti sme.o rale est un moment difficile à passer, il en est
vdien gmt êamnse. dL’eu njeeu anuet rheo cmrimsee q, uq’uoin p pheyusitq aupepmeelenrt ceesllte a dloer sla t opuret mà ifèariet floibremrété, , dqouiti icnotrmomdueitn lc’aedr oàl epsrceenndtr ed asnas pl’lâagcee addaunlste l av evries
sociale : il fait le service militaire, bientôt il sera temps pour lui de se marier et de devenir à son tour un éducateur, à
moins qu’il n’ait reçu de Dieu une vocation plus haute. Plusieurs traversent mal cette crise de la première liberté, et,
9
comme le prodigue, en s’éloignant de la maison paternelle, confondent la liberté sortir de l’adolescence pour passer à l’âge adulte, en se développant normalemeanvte c; alau tlriecemnecnet. oIcni se’necnograeg lea dloai ness tu dnee
fausLsee v véoriitea,b oleu la’odnu lrtees nte’e usnt paarrsi ésreéu, ldeem ceenut xu dno gnrta onnd daitd 😮 ille ssecrean tu n; iel naf aunnte t omueten tsaali tvéi en. ouvelle ; il est préoccupé de questions
plus générales auxquelles l’adolescent ne s’intéresse pas encore ; il comprend l’âge inférieur, mais il n’est pas comprisI
lp ya ra luqiu ;e llaq uceo ncvheorssea tdioen s seumr bclearbtalein, sd asunjse tlas nv’iees st ppiaristu peolless, iebnletr eo ule s eprraoigt rterèsss asnutp eetr fliec ipeallerf.a it. Le parfait doit comprendre
les âges qu’il a traversés lui-même, mais il ne peut demander d’être pleinement compris par ceux qui s’y trouvent encore.
bienC esu qpupeo rntoéues p voouur lopnass sseurr tdoeu tl ’ennoftaenr cicei, àc ’le’asdt oqluees,c ednec me,ê cmeell eq ud’eil lya ap uubneer ctéri,s de’ oprldurse o àu lma ofoiniss pmhaynsiiqfeusete e et tp pslyucsh ooulo gmiqouines,
il y a une crise analogue pour passer de la vie purgative des commençants à la vie illuminative des progressants. Cette
cdreis peu ari féictaét idoénc priates spivaer pdleuss iseeunrss 2g, rpaanrd lse sPp. irLitaulleelms, annott,a Sm.Jm.3e, nett ppalurs Tieauurlse ra1u, tsruerst osuotu psa lre snaoinmt dJeea sne cdoen ldae C croonixv esrosuiosn l.e nom
De même encore que l’adolescent, pour arriver comme il faut à l’âge adulte, doit bien traverser l’autre crise de la prelmumièirnea
ltiibveer tdée est pnreo gpraess saabnutss eàr ldae v céeriltlaeb-clei dvèies dq’uu’nili onn’e, silt yp lau su nseo uasu tleres cyreisuex sdpeir siteuse llpea, rmenetnst,i oaninnséi,e ppoaurr Tpaauslseer4r, ddeé clari tvei ep ail-r
saint Jean de la Croix sous le nom de purification passive de l’esprit5, et qui mérite d’être appelée une troisième conversionC,
’eosut msaieinutx Juenaen trdaen dsfao rCmroaitxio qnu di ea l’lâem mei.e ux noté ces deux crises à la transition d’un âge à l’autre. On voit qu’elles répondent
à la nature de l’âme humaine (à ses deux parties : sensitive et spirituelle), elles répondent aussi à la nature de la
isnesmpierenrc eto udsiv innoes, aàc ltae sg,r jâucseq us’aàn cceti fqiaunet ele, gfoenrmd ed ed le’â lma ev iseo éitt eprunreifiléle ,d eq utoi udto éitg doeïs pmlues e et ns opitl uvsé rvitivaibfileerm toeuntt etos unt oàs Dfaiecuu.l tés et
les Spaluinst gJéenaénr eduex lad ’eCnrotriex ,e suaxn, sp oduoru taer,r idvéecr rliet lpel upsro dgirrèesc tespmireitnute pl otesls qibule’i l àa pl’puanrioanît às uDrtioeuut. cIlh mezo nletrse caoinntsei mdpalnasti ftso uette c lheeuzr
élévation quelles sont les lois supérieures de la vie de la grâce. Mais ces lois s’appliquent aussi d’une façon atténuée,
rcehveezn biri eenn da’rariuètrree.s âmes, qui n’arrivent pas à une si haute perfection, mais qui pourtant avancent généreusement, sans
Dans les chapitres qui suivent, nous voudrions précisément montrer que, selon l’enseignement traditionnel, il doit y
adveouixri èdmanes c olan vveier ssiopnir idtueesl lAe pdôetrse sc oàm lam efinn çdaen tlsa, Paaus sbioount ddu’u Sna cuevretuarin, etet mqupes,, pulunse tdaerdu,x aièvmanet cdo’ennvterersri odna,n ss elam bvilea bdle’u nài olna
des parfaits, il doit y avoir comme une troisième conversion ou transformation de l’âme, semblable à celle qui se produisit
cheCz elettse Adpiffôétrreens clee jdoeusr dtreo isla âPgeenst edceô ltae .v ie spirituelle n’est pas, on le voit, sans importance. On s’en rend compte particulièrement
dans la direction. Tel vieux directeur arrivé à l’âge des parfaits peut n’avoir lu que très peu les auteurs mystitqièurees
,f oertt céelepveéned,a nett iill ryé préopnodn gdé dnaénrasl elemse ntet rbmieens edte d le’É fvaaçnogni leim, mpaérd itaetlelem oeun tt ealplep lpicaarbollee àd ed el’sÉ vqaunegsitlieo ndsu d jéoluicra, tseasn esn a mvoai-r
même l’air de se douter de l’élévation de ses réponses. Tandis que tel jeune prêtre, qui a beaucoup lu les auteurs mystitquueellse,
qmua’uisn eq ucio ennn aeissst apnecuet- lêivtrree seqnuceo reet pluoi-umr êaminsei àd irl’eâ gvee rdbeasle .c ommençants, ne semble avoir des choses de la vie spiri-
La question qui nous occupe est donc au plus haut point une question de vie. Il importe de la considérer du point de
rveuceu ltera »d,i teiotn l’noenl v; ooint avuosits ia qloures ntooutrte l ev isee innsté erite ular ep odr’itcéie-b daes dl’aodit aagreri vdeer sà Pêètrree sc o: m« mDea nles plaré vluodiee dneo rDmiaelu d, eq ulai nv’iasivoann cbeé aptiafisque.
En ce sens profond elle est, comme nous l’avons dit, la vie éternelle commencée, « inchoatio vitae aeternae ». (IIa
IIae, q. 24, a. 3, ad 2. – IIa IIae, q. 69, a. 2). « En vérité, en vérité je vous le dis, celui qui croit en Moi a la vie éternelle, qui
credit in me habet vitam aeternam, et Je le ressusciterai au dernier jour » (Jean, VI, 47-55).
CHAPITRE II
LA SECONDE CONVERSION – ENTREE DANS LA VOIE ILLUMINATIVE
Convertimini ad me, ait Dominus, et salvi eritis. « Convertissez-vous, dit le Seigneur, et vous serez sauvés. » (Isaïe, XLV, 22.)
Nous avons vu que la vie de la grâce dès ici-bas est la vie éternelle commencée, le germe de la gloire, « semen gloraivaoen
»s, eatu qsus’ii l nyo até s uqr uteer, rec otrmoims eâ giel sy d ea ,l aà v ieq usaptiorirtzuee llea,n cso menpvairroanb,le su nàe l ’ecnrifsaen cpeo, uàr l ’apdaoslseesrc ednec el ae t sàe lc’âogned ea deunltfea.n Nceo uàs
l’adolescence, et une autre vers vingt ans pour entrer dans l’âge pleinement adulte, il y a deux crises analogues dans la
vvioei es puinriittuiveel led,e sl’u pnaer fqauitsi .m arque la transition à la voie illuminative des progressants, et l’autre qui prépare l’entrée dans la
1 IIè Sermon de Carême, et Sermon pour le lundi avant le Dimanche des Rameaux. 2 Nuit obscure, T. I, ch. 9 et 10. 3 Doctrine spirituelle, IIe Principe, section II, ch. 6, a.2. 4 Sermon pour le lundi avant les Rameaux. 5 Nuit obscure, T. II, ch. 1 à 13.
10
La première de ces crises a été appelée quelquefois une seconde maintenant. conversion. C’est d’elle que nous devons parler
se cLoan lviteurrtgiri,e m, sêumrteo uàt cceeurtxa qinusi vjoivuersn,t cdoémjàm ceh répteienndnaenmt le’Anvt,e mnta eist dto’uunt ele m Caanriêèmree e, npcaorlree ptréorpio idmiqpuaerfmaieten.t de la nécessité de
Les auteurs spirituels ont aussi assez souvent parlé de la seconde conversion, nécessaire chez le chrétien qui, après
apveonitre d déejà ssaé rnieautusreem deannt sp eunnseé c àe rstoanin esa tliuétd eetu fra eit te ffafoitr tp peonusre mr àa rucnhee r pdlaanntse l aq uvio aie édteé Dgireeuff,é ceo metm qeuni cteen àd ràe toremvbeenrir s àe lol’ént alat
sauvage. Certains auteurs spirituels ont particulièrement insisté sur la nécessité de cette seconde conversion, nécessité
qmue’inlst qauvaei el’netn tcroénen duaen psa lra evxopieé riilelunmcein, actoivmem ees tl em Baxrq Huéeen rpi aSru usone, Tpauurlieficr.a Stioanin tp Jaesasinv ed ed elas Cseronisx, aq umi êemste u mneo nsteréc opnrodfeo ncdoné–
version, et l’entrée dans la voie unitive, par une purification passive de l’esprit, qui est une conversion plus profonde encsoorne
b deea uto luivtere l ’Lâam De oecntr icnee qSup’eirlilteu eal led,e a p élucsr itin atiumsesi. 😛 «a rIml ai rlreivse s dp’iorirtduienlas irdee dlae uCxo cmopnavegrnsiieo ndse àJ élas upslu, plea rPt .d Leasl lseaminatns t,e td aaunxs
religieux qui se rendent parfaits : l’une par laquelle ils se dévouent au service de Dieu, l’autre par laquelle ils se donnent
veonytiaè rleem Seanint tà-E las ppreit,r fdeect imonê.m Cee elan ssea irnetme aTrhqéuraè sdea,n esn l esso nA pcôotnrfeess,s qeuuar nled PN.o Atrlev-aSreezig, neet uern l epsl uaspiepuerlsa ,a puutrise sq. uCaentdte i ls leecuor nedneconversion
n’arrive pas à tous les religieux, et c’est par leur négligence1».
JeaCne dttee laq uCersotiixo ne te qsut id o’unnt agirnasni dp riénptéarrêét spoonu re ntosuetieg nâemmee inntt,é irl iefauurte c. oPmarpmtei rl essa insatein Ctsa tqhuei reinne odnet Slei emnnieeu.x E pllaer tléo uacvhaen ct es asiun-t
jet à plusieurs reprises dans son Dialogue et dans ses Lettres d’une façon très réaliste et très pratique qui souligne d’un
traitE dne s luuimvaiènrte c le’e qnus’eeilglen eam éecnritt ,c noomums upnaérlmereonnts r edç’aub doardn sd el’É cgelitstee 2s. econde conversion chez les Apôtres, puis de ce qu’elle
dpooirtt eêrt.r e en nous : quels défauts la rendent nécessaire, quels grands motifs doivent l’inspirer, enfin quels fruits elle doit
LA SECONDE CONVERSION DES APOTRES
Sainte Catherine de Sienne parle explicitement de la seconde conversion des Apôtres dans son Dialogue, au ch. 633.
Leur première conversion avait eu lieu, lorsque Jésus les avait appelés en leur disant : « Je ferai de vous des pércahceleurss,
pdr’ihroenmtm peasrt» à. ISlso nsu miviinreisntèt rNeo. tTrero-Sise dig’enneturer, eéucxo uLteè rveirnet nat vteracn usnfigeu vriév es uard lme iTrahtaiobno rS. oTno uesn asesisgisnteèmreennt tà, vl’iirnesnttit uSteiosn mdiel’Eucharistie,
ils furent alors ordonnés prêtres et communièrent. Mais lorsque l’heure de la Passion, pourtant souvent préjduitseq
up’aàr LJeé sreunsi,e ar rtrriovias, floeiss .A Npoôttrree-sS eaibganneduor nanvèariet ndti tl eàu Pr iMerareît raep. rPèise rlrae Cmèênme,e c, eq uqiu Li ’raaipmpaeitll ec elep epnrdoalongtu bee dauu cliovurep ,d se’ éJgoabr a:
«Simon, Simon, voici que Satan vous a réclamés pour vous cribler comme le froment, ut vos cribraret sicut triticum ; mais
rJe’asi» p. r–ié « p Souerig tnoei, uarf,i nlu qi udeit tPai eforrie n, eje d séufaisil lper pêot iàn ta, lelet rt oaiv qeuca Vnodu tsu esne rparsis coonn veet ràti ,l ae tm tuo rat.l i»q uEatn Jdéos cuosn lvuei rdsiut s: ,« a Pffieerrmreis, Jtees t efr èledis,
le coq ne chantera pas aujourd’hui que tu n’aies nié trois fois de Me connaître » (Luc, XXII, 31-34).
DQeu afanidt, cPoiemrmree tnoçmab saa, este rceonniad es ocno nMvaeîrtsrieo nm ?ê mSeit ôetn a jpurrèasn ts qoun’ itlr nipele L ree cnoienmnaeinsts, aciot mpamse. il est rapporté en saint Luc, XXII,
61 : « Au même instant, comme il parlait encore, le coq chanta. Le Seigneur, s’étant retourné, regarda Pierre. Et Pierre se
souvint de la parole que le Seigneur lui avait dite : Avant que le coq chante aujourd’hui, tu me renieras trois fois. Et étant
sorti, il pleura amèrement». Sous le regard de Jésus et la grâce qui l’accompagna, ce repentir de Pierre dut être bien profondA
ue ts cuojemt mdee lcee pttrein sceipceo ndd’uen ceo vnieve nrosiuovne ldlee. Pierre, il faut se rappeler ce que dit saint Thomas, IIIa, q. 89, a. 2 : Même
après une faute grave, si l’âme a un repentir vraiment fervent et proportionné au degré de grâce perdu, elle recouvre ce
dpaesg roéb dlieg égerâ dcee r;e eclolem pmeuetn mceêrm seo nr eavsivcreen sài ounn adue gdrééb suut,p émraieisu re, lslei elall ec oan utinneu ec oenntr iltaio rne pprluesn afenrt vaeun tpeo einntc ooùre e. lElell eé tna’iet satr rdivoénec
quand elle est tombée4.
1 La Doctrine Spirituelle, IIe Principe, section II, ch. 6, a. 2. 2 Il ne s’agit pas ici d’une révélation privée portant sur quelque fait contingent futur ou sur quelque vérité nouvelle, c’est
une contemplation plus pénétrante de ce qui est déjà dit dans l’Évangile. C’est la réalisation de la parole de Jésus : « Le
Saint-Esprit vous enseignera et vous remettra en mémoire tout ce que Je vous ai dit » (Jean, XIV, 26). 3 Souvent dans ce Dialogue il est aussi question évidemment de la première conversion, par laquelle l’âme passe de
l’état de dissipation ou d’indifférence à l’état de grâce, et à plusieurs reprises le Seigneur y dit : « Que nul ne soit assez
ffaosus peo eunr treenmderett rlee slaan cgoangvee drsei oMn aa ud ivdienren ijeurs itnicseta…n tP deers soan nveie ,n cea dr oili tn d’eosntc p taasn ts ûdrif fqéureer, à; erat icseopne dned asnotn, soib, sptainra stiao nfa, uJtee ,n oen l uai
ptaeurdd)u. Mla agisrâ icl ee,s ot nn entete mdoeitn tp aqsu elasitsiosne ra, ujusssqi ud’aàn lsa cfien ,D dia’elosgpuéere dr ed ’lêat rsee bcoanpdtiseé c doannvesr lseio sna, nqgu i» f a(Dit ipaalosgsueer , l’câhm. e7 5d,e t rla’édt.a tH iumr–
parfait à la résolution profonde de tendre réellement et généreusement désormais à la perfection chrétienne. 4 L’enseignement de saint Thomas est fort clair : « Contingit intensionem motus poenitentis quandoque proportionatam
esse majori gratiae, quam fuerit illa, a qua ceciderat per peccatum, quandoque aequali, quandoque vero minori. Et ideo
poenitens quandoque resurgit in majori gratia, quam prius habuerat, quandoque autem in aequali, quandoque etiam in
mmiênmorei »p a(rII Iuanee, qa.t tr8it9io, na .t o2u).t Pjulsutseie suurfsfi sthaénotelo. gSieaninst mThoodmeranse se tp leens saennct ieqnus’o tnh époeluotg rieencos unver el’ra udnm heattuetn dt epgarsé. Edet ngoruâsc ev opyeordnus
qu’analogiquement à la suite d’une indélicatesse notable une bonne amitié entre deux hommes ne revit au degré où elle
11
TCoeulut i pqourit etr éàb upcehnes eàr mqui-ec ôPteie errte s, ep raerl èlav efe aruvessuirt ôdt,e c soonnti nrueep elan tmir,o nnoténe s. eulement recouvra le degré de grâce qu’il avait
spae rpdrué,s momaipst ifount ,é dleevvéin àt pulnu sd ehgurméb dlee, veiet msuitr snaa tcuorenlfliea nscuep énroienu pr.l uLse e Sne sigoni-emuêr mavea mit apiesr emnis D cieeutt.e chute pour qu’il fût guéri de
Il est dit dans le Dialogue de sainte Catherine de Sienne, ch. 63 : « Pierre se retira dans le silence pour y pleurer,
jaopurrèss d auvroainr tc, ojumsmquise laap fraèust el’ Adsec reennsieiorn M. o(Enl lFe ildse. mSae udroau ilmeupra érftaaiitte c mepaelgnrdéa lnets e anpcpoareri tiimonpsa rdfaui tSe,a eutv eeuller. )l eM daeism qeuuaran dq uMaara Vnéterité
fut retournée vers Moi selon son humanité, Pierre et les autres disciples se retirèrent dans leur maison, pour attendre
lp’aavrcèen eqmuee nlet udre â ml’Ees pnr’éitt-aSiat ipnat,s qpuaerv Menau Ve éàr ilt’éa mleouurr apvaarifta ipt.r o»m Iliss .n Iels f usr’ey ntte vnraaiiemnet netn tfrearnmséfosr,m céosm qmue’à rleat ePneunste pcaôrt el.a crainte,
Il y eut pourtant là, pour Pierre et pour les Apôtres, avant la fin de la Passion du Sauveur, une seconde conversion
lmesa néicfelasitrea,, qcuoim sme ec oIln dfiormnnaa leasu xjo duisrsc ispuleivsa dn’tEsm. Amparüèss ls’ian teréllsiguerrnecceti odne,s NÉoctrrietu-Sreesi,g ente supr élecuiarl eamppeanrtu Itl fàit prélupsaiereurr sà rPeiperrirsee ss,o nIl
triple reniement, après la pêche miraculeuse, par un triple acte d’amour.
Comme le rapporte saint Jean, XXI, 15, Jésus dit à Simon Pierre : « Simon, fils de Jean, M’aimes-tu plus que ceux-ci ? Il lui répondit : Oui, Seigneur, Vous savez que je Vous aime. Jésus lui dit : Pais Mes agneaux. Il lui dit une seconde fois :
Simon, fils de Jean, M’aimes-tu ? Pierre lui répondit : Oui, Seigneur, Vous savez bien que je Vous aime. Jésus lui dit :
dPeamisa Mndeas iat gpnoeuar ulax .t rIlo liusii èdmeme afonids a: pMo’uarim lae tsr-otuis i?è mete ilf oluisi :r éSpimonodni,t f:i lSs edieg nJeeuarn, ,v Mou’asi mceosn-ntaui s?s Pezie rtroeu tfeust acthtroissteés d, ev ocues q sua’Ivl eluzi
que je Vous aime. Jésus lui dit : Pais Mes brebis. » Puis Il lui annonça en termes voilés son martyre : « Lorsque tu seras
vieuLxe, ttruip élete rnednriaesm teenst métaainit sr éept aurné apuatrr ec ete t rcipelien darcat ee td t’ea mmoèunre. rCa ’éotùa ittu l ’naeff evromuidsrsaesm peonint td. e» la seconde conversion de Pierre
et uInl ey caevrataiti neeu caounsfisrim paotiuorn s eanin gt rJâecaen a qvaunetlq lau etr acnhsofsoer mdaet isopné dceia lla j uPseten teacvôatnet. la mort de Jésus. Jean, comme les autres
Apôtres, avait abandonné Notre-Seigneur quand Judas arriva avec des hommes armés, mais, par une grâce invisible très
fqour’tiel eent tetrnèdsi td loeusc see, pJté dseursn iaètrteirsa plea rdoilsecsip dleu bSiaeunv-aeiumr éq uaiu e pxipeidra dite. Sa croix, et la seconde conversion de Jean eut lieu lors-
CE QUE DOIT ETRE NOTRE SECONDE CONVERSION. LES DEFAUTS QUI LA RENDENT NECESSAIRE.
Sainte Catherine montre dans son Dialogue, ch. 60 et 63, que ce qui s’est passé chez les Apôtres, nos modèles immédiatement
formée par Notre-Seigneur, doit se reproduire d’une certaine manière en nous. Et même il faut dire que si
ilenssi sAtep ôptraersti counlitè ereum beensto sinu rd ’luens ed séefacuotnsd qeu ci ornevnedresniot nn,é àc epslussa irfeor tcee trtaei ssoenc oennd aev oconns-vneorsuiso nb,e ssuorinto unto ussu-rm l’êammeosu.r -Lpar oSparein. teIl
subsiste à des degrés divers dans les âmes imparfaites, malgré l’état de grâce, et il est la source d’une multitude de pércihficéast
ivoénn ideels ,l ’âdme ed,é fmauêtms eh acbhietuze clse, uqxu iq duei vdi’eunnnee ncet rctoaminem em daensiè trrea iotsn td ué tcéa sraucr tèler eT ehta qbuoir ,r eonud eqnuti noénct essosuavireen tu npea rvtircaipieé pauubanquet
eucharistique, comme les Apôtres à la Cène.
Dans son Dialogue, ch. 60, sainte Catherine de Sienne parle de cet amour-propre en décrivant l’amour mercenaire
des imparfaits, qui, sans y prendre garde, servent Dieu par intérêt, par attachement aux consolations soit temporelles soit
spirituelles, et qui, lorsqu’ils en sont privés, versent des larmes de tendresse sur eux-mêmes, Dialogue, ch. 89.
amoCu’er sdté usno rmdoénlannég dee e sno si-omi êémtraen. gOen1 ,a mimaeis s daen sfa dito turtèes Dfriéequu de’nutn eanm noouur sd, ’eds’utinm aem poluusr qduee D sioeiu, ,s qaunis a q usao i soinnc néeri tsée, reati t dp’uans
aernr iévéta àt dse’a gimrâecre s,a oinnt eamureanitt psoeir-dmuê lma ec hpaoruitré D, mieaui se to enn s L’auiim. Ce eetn éctoarte d ’sâomi-em ênm’eset dn’iu bnlea nfac,ç onni n doéirr é; gcleé es.o Ontn d ne’se sgtr ipsaasill eass,s oeùz
il y a pourtant plus de blanc que de noir. On monte, mais il y a encore quelque tendance à redescendre.
conOfiann lcite e, nil ceen cehsat pqiutrie M 6e0 sdeurv Deniatl oagvueec f–o ic, ’seasnt sle c Sraeiingtnee suerr vqiulei p: acrele n :’ e«s tP paarsm lia c seeuuxl eq ucir asionntet ddeuv cehnâutsim Meenst, sce’ervsitt el’uarms oduer
qui les attache à Mon service (ainsi Pierre avant la Passion). Mais cet amour ne laisse pas d’être imparfait, parce que ce
qu’ils cherchent dans ce service (au moins pour une bonne part encore), c’est leur propre utilité, c’est leur satisfaction ou le plaisir qu’ils trouvent en Moi. La même imperfection se rencontre aussi dans l’amour qu’ils ont pour leur prochain. Et
sais-tu ce qui démontre l’imperfection de leur amour ? Dès qu’ils sont privés des consolations qu’ils trouvaient en Moi, cet
aMmooi, uqru naen dle, upro suur flfeits p eluxse recte nr ed apnesu tl ap lvuesr tsue e st oleuste anrirra. cIlh learn gàu leit uert ismopuevrefenct tiilo vna, Jsee lreeufrro riedtiisresa cnets d ceo pnlsuosl aetnio pnlsu ss pviirsit-uàe-vlleiss d eet
leur envoie des luttes et des contrariétés. Je n’en agis ainsi pourtant que pour les amener à la perfection, pour leur apprendre
à se bien connaître, à prendre conscience qu’ils ne sont rien et que d’eux-mêmes ils ne possèdent aucune
grâce2.
feoxnisdteauitr dd’aeb l’oarmd iqtiéu eq us’ii le yx iast,a nito anv saenut lceemtteen fta uunte s. incère regret, mais un regret proportionné à la faute commise et à la pro- 1Chez l’ange selon saint Thomas, ce mélange n’est pas possible, car ils ne peuvent pécher véniellement. Ils sont très
ssiabilnet.s C oeul atr èvise npte drvee lras .v Oiguu ebuier nd eils l eauimr ienntet llDigieeun cpea, rqfauiit esm’eenngta, goeu àb ifeonn dil sd asen sd léat ovuorien eonùt edlele L euni tprea rI au nII apeé,c qh.é 8 m9,o art.e 4l .i rrémis- 2 C’est la connaissance quasi expérimentale de la distinction de la nature et de la grâce, connaissance toute différente de
cmeallies lqau veo diro pnonuer laai ntshié doilroeg cieo nscpréècteumlaetinvet .e tO dn’u anpep mreanndi èaries épmreesnqtu de’ ucnoen tifnauçeolnle a, bcestlara situep cpeotstee duins tginractniodn e sdpersi t ddeeu fxo io, rqdurei, sà,
ce degré, n’existe guère que chez les saints.
12
L’adversité doit avoir pour effet de les porter à chercher un refuge en Moi, à Me reconnaître comme leur bienfaiteur, à
s’attacher à Moi seul par une humilité vraie…
« S’ils ne reconnaissent pas leur imperfection, avec le désir de devenir parfaits, il est impossible qu’ils ne retournent
pas en arrière». C’est ce qu’ont dit souvent les Pères : « Dans la voie de Dieu, qui n’avance pas recule. » Comme l’enfant
qui ne grandit pas, ne reste pas un enfant, mais devient un nain, le commençant qui n’entre pas quand il le faudrait dans
la voie des progressants ne reste pas un commençant, mais majorité des âmes se trouve, non pas dans une des trois catégdoerviieesn td uens ec oâmmme eanttçaarndtése, .d Iel ss epmrobglree, shséalnatss !e qt udee sla p garrafanidtse,
mais dans celle des attardés ? – Où sommes-nous personnellement ? – C ‘est souvent bien mystérieux, et ce serait une
vdaei nroeu cteu,r ieots nitée pdaes r epcrehnedrcreh epra àr mquéegla prdoein tc edlele l ’qausic reendseiosnc ennodu. s sommes parvenus ; mais encore faut-il ne pas se tromper
Il importe donc de dépasser l’amour qui reste mercenaire, et qui le reste parfois à son insu. Dans ce même chapitre
v6a0i,t isl ie dsét ldiciti e: u«s eCm’eesnt td lea cdeotu acmeuoru dr eim spoanr finatitim qiutée (ssauinr tl eP Tiehrareb oarim). aMita lies bdoèns qeut ed ovuinxt Jleé steums, pMs odne Flail st ruibnuiqlauteio,n lo, rtosquut ’silo énp croouu–
rage l’abandonna. Non seulement il n’eut pas la force de souffrir pour Lui, mais à la première menace la peur la plus servileS
eauint trea isCoanth deer insae fdideé Slitiée nent eil, Laeu rcehnaiap ietrne j6u3ra dnet qcue’i lm nêem Le’a Dvaiaitl ojagmuea,i sm coonntnreu .q »u e l’âme imparfaite, qui aime le Seigneur
d’un amour encore mercenaire doit faire ce que fit Pierre après le reniement. Il n’est pas rare que la Providence permette
aus«s iA plooursr, ndoitu lse àS ceeig mneoumr e(nibti dqeumel)q,u aep fraèust ea vboieirn r evcisoibnlneu p loau gr rnaovuitsé hduem sialie fra eutt en oeut se no bêltigree rs ào rrteien, tlr’eârm een cnoomusm-menêcme eàs .p leurer,
par crainte du châtiment ; puis elle s’élève à la considération de Ma miséricorde, où elle trouve satisfaction et avantage.
Mais elle est, dis-je, toujours imparfaite et, pour l’amener à la perfection… Je me retire d’elle, non par grâce, mais par le sentiment1… Ce n’est pas Ma grâce que Je lui enlève, mais la jouissance qu’elle en éprouvait… pour l’exercer à Me
cshoenr tcrhipeler Mreonii-emmêemnet peanr ttroouiste a cvtéersit éd.’.a. mavoeucr pdléussi nptuérr eest spelumse fnotr,t ,f ol’âi mvieve é, celat irhéaein deo idt ’fealilree- mdeê mmeê»m. eE.t comme Pierre répara
Saint Jean de la Croix dira, à la suite de Tauler, pour noter trois signes de cette seconde conversion : « On ne trouve
nuin geo sûotl lnici itcuodnes oelta utino ns oduacnis p léensi bclheo :s oens cdriaviinnet sd,e n ni ed apnass lLees scehrovsire..s. Ocrné énees p..a. rOvnie ngta prdaes pào murétadnitet rle e nso ruevceonuirra dnet aDuie sue,n asv deec
l’imagination, car Dieu commence à Se communiquer, non plus par les sens, comme avant, au moyen du raisonnement,
maiLse ds’ upnroeg fraeçsosna nptlus so sup airvitaunecllées, peanrt ruenn ta acitnes di,e s seilmonp lsea cinotn Jteemanp ldaeti olan C(Nrouiixt ,o dbascnusr «e , lal. Iv, oci.e 9 i)ll.u minative, où Dieu nourrit et
fortifie l’âme par contemplation infuse » (Nuit obscure, T. I, ch. 14).
cet Séataint t:e laC actohnenrianiess daen cSei eenxnpeé,r ismaennst aalpep doert enro etrnec mories èaruet aent td dee n portérec ispiroonfo, nindseis itme ppearrfteiccutiloiènr,e cmoennnta sisusra unnc ed qeus i snig’enset sp daes
précisément acquise ; c’est le Seigneur qui la donne, comme Il regarda Pierre sitôt après le reniement. Alors Pierre reçut
uneA g lraâ cfien ddee lcuem mièêrem, eil sceh aspoiutrvei n6t3, edt ué tDainatl osgourtei,, ille p Sleeuirgan (eLuurc d, iXt,X eIIt, c6’1e)s. t ce que développera saint Jean de la Croix dans
la nuit passive des sens : « Je me retire de l’âme encore très imparfaite pour qu’elle voie et connaisse son péché. En se
voyant en effet privée de consolation, elle en éprouve une peine qui l’afflige ; elle se sent faible, incertaine, prête au découragement
(sa présomption, comme celle de Pierre, est tombée), et cette expérience lui fait découvrir la racine de
l’amour-propre spirituel qui est en elle. C’est pour elle un moyen de se connaître, de s’élever au-dessus d’elle-même, de
sEiléleg edro ait ua ltorirbsu sn’aalr mdee rs dae c loan ssaciinetnec eh,a ipnoeu dr en es opi,a ps oluaris asrerra cphaesrs elar rcaec isneen dtiem el’anmt soaunr-sp rluoip irnef lqiguei rv ricéiper ismeasn adcet eest, ceot rpreocutrio vni-.
vre Lvara Simaeinntet erte tmouatr qàu fea ita due m l’êammeo uern ddivroinit2 »q.u e de nombreux périls attendent l’âme qui est mue seulement par un amour
mercenaire. Ce sont, dit-elle, des âmes qui veulent aller au Père, sans passer par Jésus crucifié, et ,qui se scandalisent
de la croix, qui leur est donnée pour les sauver Dialogue, ch. 75. QUEL SONT LES GRANDS MOTIFS QUI DOIVENT INSPIRER LA SECONDE CONVERSION, ET QUELS EN SONT LES FRUITS ?
1 Ainsi Notre-Seigneur priva Ses disciples de Sa présence sensible et leur dit : « Il convient que Je m’en aille » ; il convenait
en effet qu’ils fussent quelque temps privés de la vue de Son humanité pour être élevés à une vie spirituelle plus
lheauur tceo, npslutasn dcéeg daagnése led emsa sretynrse,. et qui ensuite, fortifiée, s’exprimerait sensiblement jusque par le sacrifice de leur vie, par 2 On comprend que la Sainte emploie ce mot de « haine » pour exprimer l’aversion que nous devons avoir pour cet
al’ammoouur-rp érogporïes teo ud ea msooiu-mr êdméseo, rrdeonndn él’â dmee sionij-umstêem een, vqeursi eDsiet ule, epnrivnecrisp ele d per otochuat ipné, cehnév.e Lrs’a emlloeu-mr-êpmroep r;e i,l ddiét-terulliet ,e cnh e. l1le2 2la,
vie sainte, la soif du salut, le désir des vertus. Il l’empêche de réagir comme il le faudrait contre les injustices les plus
criantes ; on ne le fait pas, parce qu’on craindrait de compromettre sa situation, et on laisse opprimer les faibles.
«L’amour-propre a empoisonné le monde et le corps mystique de la sainte Église ; il a couvert de plantes sauvages et de
f«le Tuurs s faéitsid, edsit lele j aSrediignn deeu lr’ Éàp loau Ssea i»n t(eD (iaclho.g 5u1e),, cqhu. e2 2to).u t mal a sa source dans l’amour égoïste de soi-même, et que cet
amour est comme une ténèbre qui recouvre la lumière de la raison » et diminue considérablement le rayonnement de la
lsuomuriècree ddee ltao ufot ip. é–cCh’eés te ct eo bqsuceu drciti ts oleu vjuegnet msaeinntt, Tchaorm loarss q(Iuae I Ialae ,v qo.lo 7n7té, ae. t4 l)a : «se Ln’saimbiolituér dséosnot rmdoanl ndéis dpeo sséoei-sm (êpmoert éeesst laà
l’orgueil ou à la sensualité), tout ce qui est conforme à ces inclinations déréglées paraît bon.
13
Le premier motif qui doit l’inspirer est exprimé par le précepte suprême qui est sans limites : « Tu aimeras le Seigneur
ton Dieu de tout ton coeur, de toute ton âme, de toutes tes forces, de tout ton esprit »(Luc, X, 27). Ce précepte demande
l’amour de Dieu pour Lui-même, et non par intérêt et attachement devons aimer Dieu de toutes nos forces, lorsque l’heure de l’épàr enuovtere as astoisnfancét iopno upre rnsoounsn, eplloeu ;r ila drriti vmerê mfinea qleume ennotu às
L’aimer de tout notre esprit, lorsque nous serons établis au-dessus des fluctuations de la sensibilité en cette partie supérsiaenusre
l idmeit el’âs m: ela, ploerrsfqeucetio nno dues slae rcohnasr itdée evestn lues b duet sv e«r as dleoqrauteelu trosu esn le ess cphrirté etite enns vdéoriivtée n»t. tDened prelu, sc, hcaec upnré sceelpotne ssau pcroênmdeit ioenst,
celui-ci dans le mariage, tel autre dans la vie sacerdotale ou dans la vie religieuse.
préSceapintete d Cea l’tahmeroinuer ddee DSiieenun eet yd uin psrisotceh aauinx, cil hfaauptit raevso i1r 1l’ eest p4r7it ddue sD ciaolnosgeuiels ,e ct ’reasptp-àe-ldleir eq ul’ee,s pporiut rd oeb dséetravcehre pmaerfnatit eàm l’éegnat rled
des biens terrestres, et, selon l’expression de saint Paul, il faut en user comme n’en usant pas (ch. 47).
Le grand motif de la seconde conversion est ainsi exprimé au chapitre 60 : « Mes serviteurs doivent sortir de ces sentiments
d’amour mercenaire, pour devenir de vrais fils et Me servir sans intérêt personnel. Je récompense tout labeur, Je
rends à chacun selon son état et selon ses oeuvres. Aussi, s’ils ne délaissent pas l’exercice de l’oraison et des autres
bonnes oeuvres, et s’ils vont toujours avec persévérance, en progressant dans la vertu, ils arriveront à cet amour de fils. Et Moi, Je les aimerai à Mon tour comme on aime des enfants, parce que Je réponds toujours par le même amour à
l’amour qu’on a pour Moi. Si vous M’aimez comme un serviteur aime son maître, Je vous aimerai en maître, vous payant
votre dû selon votre mérite ; mais Je ne me manifesterai pas Moi-même à vous. Les secrets intimes, on les livre à son
ami, parce qu’on ne fait qu’un avec son ami. On ne fait pas qu’un avec son serviteur…
« Mais si Mes serviteurs rougissent de leur imperfection, s’ils se mettent à aimer la vertu, s’ils s’emploient avec haine
ràa aisroranc, hilesr n de’e suoxu-fmfrêemnte dsa lnas r alecuinr ec oedeu rl’ aamucouunr -mprooupvree mspeinritt udeel ,c srai, indtue hsaeurvt idleu etrti bdu’anmalo duer mlae crocennscaiieren csea nest flaeiss arendt raepspseelr àp alar
ll’aa mluim. Jièer eM dee m laa ntrifèess tsearianit eM oFio-mi, êJme ete à d eisu xq,u a’einns ai gqiuses al’nat parioncslia imls éM Mea s eVréornitté s qi uaagnréda eblllees a, qduit ’i:l s« aCueroluni tq auci cMès’a iamue c soeeurar adeimé
de Mon Père ; et Moi Je l’aimerai, et Je Me manifesterai à lui » (Jean, XIV, 21). Ces derniers mots expriment la connécaliassiraénec
pea qr ulees Ddioenus ,n doeu sla d fooni nuen idee à Ll’uaim-moêumr, eq upia sra uvnoeu rien sept irpaétnioènt rsep léecsi amley.s tCè’reesst. la contemplation, qui procède de la foi
Un second motif qui doit inspirer la seconde conversion, c’est le prix du sang du Sauveur, que Pierre ne comprit pas
anvea cnot mlam Peansçsaio mn,ê mmea lgàr lée cbeiesn p caoromlepsre dned rlae Cquè’naep r:è «s lCae Rcéi esustr rMecotnio nsa. nOgn qliut ià v cae ê strueje rté dpaannsd ule p Doiuarl ovgouues, »c h(.L 6u0c ,: X«X VII,o 2il0à) .c eIl
que Mes serviteurs doivent voir et comprendre (au milieu des contrariétés et épreuves que Je permets pour eux) ; c’est
que Je ne veux rien d’autre que leur bien, leur sanctification, par le sang de Mon Fils unique, dans lequel ils ont été lavés
de leurs iniquités. En ce sang ils peuvent connaître Ma vérité, et Ma vérité la voici : c’est pour leur donner la vie éternelle
que Je les créai à Mon image et ressemblance, et que Je les créai à nouveau dans le sang de Mon propre Fils, en faisant
d’euVxo iMlàe cse f ilqsu aed coopmtifpsr. it» s aint Pierre après sa faute et après la Passion du Sauveur ; alors seulement il comprit la valeur
infinie du précieux sang répandu pour notre salut, du sang rédempteur.
sèreO ne te dnetr el’vinofiitn iicei blao ngtréa nddue uTrr èdse- HPaieurtr. eQ huuamndili éJ é; silu ess at vicaii tb aenanuocnocuép ppoluusr glara pnrde mquiè’areu fTohisa bqour’,I l cdaer vial iat alell esre nàs J déeru ssaa lemmipour
y être crucifié, Pierre, prenant son Maître à part, Lui avait dit : « A Dieu ne plaise, cela ne peut arriver. » Il avait alors
tpifa rmléê, msaen dse y lp’Inrecnadrnrea tgioanrd. eE,t cco’enstrte p toouurtqeu l’oéic Nonootrme-iSe edigen lae uRr éludie amvpatiito rné, pcoonndtrue :t o«u At lreri èprlaen d dee M lao iP, rSoavtidaenn ;c teu, cno’anst rqeu lee mdeosilidéé
ae sle h suemnasi ndees l,a t uC nroei xc,o emt pil reenntdresv roieitn l ea upxri xc hinofsineis d due p Dréieciue.u »x Esat nmga. intenant après sa faute et sa conversion, Pierre humi-
On comprend pourquoi sainte Catherine ne cesse de parler, dans son Dialogue et dans ses Lettres, du sang qui
ld’éolnènvee ls’eufrf ilc’aauctietél, anuo tbrea pfotêi mene seat pauuixs saauntrcees rséadcermempterinctes ,d Deviaraloitg dueev, ecnhi.r 7p5lu,1s1 g5r aent d1e2 e7t. pAl ucsh vaiqvuee. messe, lorsque le prêtre
Un troisième motif qui doit enfin inspirer la seconde conversion, c’est l’amour des âmes à sauver, amour inséparable
dqeui li’nasmpoiruer tdoeu tDesie lue,s pvueirstquus’ i(lI beind .e, scth l.’ e7f)f.e Ct eett alem soigunr ed e; sil âdmoiet sd eevne snairin eten Ctoautth echrirnéet ielan p doirgtnae à dse’o cfferi rn eonm v uicnti mvéer iptaobulre l ez èslae-,
lut des pécheurs. On lit dans l’avant-dernier chapitre du Dialogue, qui en est le résumé : « Tu M’as demandé que Je
fsaéscsueti omniss,é tr’iocfofrradnet atoui -mmoênmdee .p..o Tuur qmuee sJuep ppulinaiisss dee s duér ltiovir eler sl ein ciqourpitsé sm dyes tciqeurtea idnes ldae s Maienste m Éingilsistree ds.e..s Jteé nt’èabi rdeits qeut ed jees v peeurxfaire
miséricorde au monde, en te montrant que la miséricorde est Ma marque distinctive. C’est par miséricorde, c’est à
cau«s eJ ed et el’ apmroomuri sin eafufassbil,e eqtu Jee J ’teeu sp rpoomuer tls’h oemncmoere, ,q quuee J ’peanrv olaya gi rmaonnd eV eprabteie,n Mceo nd Fei lsM uensi qsueerv1.i.t.e urs Je reformerai Mon
Épouse ; Je vous invitai tous à souffrir pour elle, en te confiant la douleur que Me cause l’iniquité de certains de Mes mivnoisst
rleasrm… eEsn e mt pêamr ev otse mhupms belte psa er t ccoonnttriansuteel,l etus parsi èprue sc qounesi dJéer veer ulax vfaeirrteu mdeis écreicuoxr dqeu i avuiv menotn cdoem».m e des anges… C’est par
Les fruits de cette seconde conversion sont, comme il arriva pour Pierre, un commencement de contemplation par
sl’ianntegl ldigue nScaeu vperuorg rréepssainvdeu d puo ugrr annodu sm. ystère de la Croix ou de la Rédemption, intelligence vécue de la valeur infinie du
1 Ces paroles expriment nettement que le motif de l’Incarnation fut un motif de miséricorde, comme le montre aussi saint
Thomas, IIIa, q.1, a. 3.
14
Avec cette contemplation naissante, c’est une union à plus forte, plus continuelle. Par suite c’est, sinon la joie, Dduie um opilnuss dégagée des fluctuations de la sensibilité, plus pure, la paix qui s’établit peu à peu dans l’âme au milieu
qmuêem dea ndse lel’a gdovuevrseirtnée. mCe’enstt dcee tDteie cuo tnovuitc etiosnt ,o rndoonn npélu às lsae mulaenmifeenstt aatbiosntr daeite s,a t hbéoonrtiéq1u. eL,e c Sonefiugsnee,u rm luaii-sm cêomncer èl’etex perti mveé càu ela,
fin du Dialogue, ch. 166 : « Rien n ‘a été fait et rien ne se fait que par le conseil de Ma divine providence. Dans tout ce
que Je permets, dans tout ce que Je vous donne dans les tribulations et dans les consolations temporelles ou spirituelles,
Je ne fais rien que pour votre bien, pour que vous soyez sanctifiés en Moi, et pour que Ma Vérité s’accomplisse en
vous». C’est ce que dit saint Paul (Rom., VIII, 28) : « tout concourt au bien de ceux qui aiment Dieu » et qui persévèrent
danNs’ ecsett- caem poausr. là la conviction qui s’établit dans l’âme de Pierre et des Apôtres après leur seconde conversion, et aussi
dans l’âme des disciples d’Emmaüs, lorsque Notre-Seigneur ressuscité leur donna l’intelligence progressive du mystère
de la Croix : « O hommes sans intelligence et dont le coeur est lent à croire tout ce qu’ont dit les prophètes ! leur dit-il. Ne
fallait-il pas que le Christ souffrit ces choses et qu’Il entrât dans Sa gloire ? Et, commençant par Moïse et parcourant tous
les prophètes, Il leur expliqua tout ce qui avait été dit de Lui dans toutes les Écritures » (Luc, XXIV, 25). Ils Le reconnurent
à laC fera qctuioi ne sdtu a prraiviné. à ces disciples sur le chemin d’Emmaüs doit nous arriver aussi, si nous sommes fidèles, sur le chemin
de l’éternité. Si pour eux et pour les Apôtres il dut y avoir une seconde conversion, à plus forte raison elle est nécessaire
pour nous. Et sous cette nouvelle grâce de Dieu nous dirons aussi : « Nonne cor nostrum ardens erat in nobis dura loqueretur in via : Notre coeur ne brillait-il pas au dedans de nous, lorsqu’Il nous parlait en chemin et nous expliquait les
Écritures ? »
cacLhae rt h; éeollleo gdieo ita didisep aairnasîit ràe duénc poeuuv rciro lme mseen ssa pinrot fJoenadn -dBea lp’Étivsaten gaiplerè ;s m aaviosi rp alunsn oenllec éa vNaontrcee-,S peluigsn eeunr .u nE lslee nasid eel làe tdroouitv seer
lveie snet nqsu p’erlolefo sn’de fdfaec ela. PRoéuvré lraetsiotanu dreivri nlees c ocanttheéndurea ldeasn, sr el’mÉecrttitruer eq ueet lqlau eTsra pdiietirorne,s ect isqeulaéneds ealule b ao nre ennddur ociet, sile fravuicte f,a iilr ec ounnéchafaudage
; mais les pierres remises, l’échafaudage est enlevé et la cathédrale apparaît de nouveau dans toute sa
sbae asutrtuéc. tLuare t,h léao plorogpieo rsteiornt adues ssie às pnaorutise sm, oent tqreura lnad f eerllme entoéu dse lsa ffoanitd eenmtreenvtosi rd, ee llle’é dsi’feicffea cdeo cdterivnaanl td lua cdoongtmeme,p llaa tsioonli dsiutér ndaeturelle
qui procède de la foi éclairée par les dons, de la foi pénétrante et savoureuse, unie à l’amour2.
Il en est ainsi dans la question qui nous occupe, question vitale par excellence, de l’ordre de la vie intime de Dieu. CHAPI TRE III La troisième conversion ou transformation de l’âme, entrée dans la voie unitive des parfaits
Repleti sunt omnes Spirita Sancto (Ils furent tous remplis de l’Esprit-Saint” (Actes, II, 4)
entrNeor udsa anvso cnesl lep adrleés dper olag rseescsoanndtse ocuo nvvoeires iiollnu mniéncaetisvsea. irPel uàs ile’âumrse ainuttéeruiersu rsep piroituure lsso ortnirt ddeit ,l an voouise ld’aevso ncos mvmu,e qnuçea nctos tteet
deuxième conversion avait eu lieu pour les Apôtres à la fin de la Passion du Sauveur, spécialement pour Pierre après le
triplSea riennt iTehmoemnat.s note dans son Commentaire sur saint Matthieu, c. XXVI, 74, que ce repentir de Pierre se produisit aussitôt,
Mdèasis qcueep elen Sdaenigt nPeiuerr rlee eret gleasr dAap eôtt rqeus’ ifl ufuret netf fliecnatcse à e ct rdoéirfein iàti fl.a résurrection du Sauveur, malgré le récit que les saintes
femmes leur firent de ce miracle qui avait été plusieurs fois annoncé par Jésus. Ce récit leur parut du délire (Luc, XXIV,
11)D. e plus, s’ils furent lents à croire à la résurrection du Sauveur, ils montrèrent, dit saint Augustin (in Joannem, tr. 25, n°
3, et Sermon 265, n. 2-4), de la précipitation à voir se réaliser la restauration du royaume d’Israël, telle qu’ils se la représaennntoanieçnat
.d Oe nn oleu vveoaitu p laar vlae nquuee sdtuio Sn aqinut’-ilEss pporist,è irlesn Lt uài dNeomtrea-nSdeèirgennet u:r «le E jsotu-cr em aêlmores , dSee li’gAnsecuern, sqioune :V loourssq ruees tJaéusruesre lze uler
royaume d’Israël ? » (Actes I, 16). Il y aura encore beaucoup à souffrir avant la restauration du royaume, et elle sera très
supérieure à ce qu’entrevoient les disciples.
1 Rien de plus facile que de concevoir spéculativement que la Providence ordonne au bien toutes choses sans exception;
mais qu’il est rare de le bien voir concrètement, lorsque arrive quelque grande épreuve imprévue, qui semble briser notre
vcioen. vRearsrieosn .s oLnet vcéenuéxr aqbulei yB voonideonnt ,t opurêt tdree tsruèiste é uconuet éd edse pslouns égrvaênqduees e gt rdâec epsl,u scieeluler sd éev lêequur esse cdoen Fdrea nocue d, ere lçeuutr utrno ijsoiuèrm, àe
leat sduei tceo dn’fuenses ecra. loAmusnsieit,ô ut nil es ele tjetrtea daeu spoine dé vdêeq suoen q curiu lcei ffirxa, pepna irte smuebritceiamnet nNt odtere s-Susepigennesuer edte lu ci eintttee rgdriâscaeit ddeo ndt irile s lea jmugeessaeit
indigne. Il était parvenu à la conviction concrète et vécue, dont parle ici sainte Catherine de Sienne, que dans le gouvernement
de Dieu tout, absolument tout, est ordonné à la manifestation de Sa bonté. 2 C’est ainsi que saint Thomas à la fin de sa vie est élevé à une contemplation surnaturelle des mystères de la foi, qui ne
lui permet plus de dicter la fin de la Somme théologique, la fin du traité de la Pénitence. Il ne peut plus composer des articLl’eusn
itaév seuc puénri e«u rset aàtu las qquueallees itli oensits c o»n sdouuits l ufoi mrmoen tdree letrso ipsr idnicffiipceuslt éds’u, nuen mcoarnpièsr ed ’taorutijcoluer se tp dluess s riméppolen seet sp lauusx r aoybojencntaionntes,.
et il ne peut plus descendre à la complexité de l’exposé didactique.
15
Aussi les auteurs spirituels ont-ils plusieurs fois parlé d’une eut lieu le jour de la Pentecôte. Voyons premièrement ce qu’a étrtoéi seinè meeu xc ocentvteer striaonns ofour mtraatniosnfo remt aetniosnu itdee sc eA qpuô’terelles, dqouiti
êtreC, etottuet etr apnrospfoorrmtioanti ogna rfduét ep,r éepna nréoeu se.n eux par ce fait que, depuis l’Ascension, Jésus priva définitivement les siens de sa
présence sensible.
graLnodres qsuoeu ffNraontrcee-,S àe iglanqeuuerl lper iovna npeo upr etnosuejo ugrésn élersa lAempôetnret sp adse alas sveuze. dÉeta Snta dsoaninntée qhuuem laen Sitéa,u ivl eduurt éyt aaivt odier vpeonuur eleuuxr uvniee,
comme le dit saint Paul : « Mibi vivere Christus est », et que l’intimité avec Lui grandissait tous les jours, ils durent avoir
du’naeu tiamnpt rpelsussi osne ndtei qsuoeli tNudoetr ed-eSse ipglnuesu pr rloefuorn adveasi,t acnonmomnceé u tnoeu tiemsp lreess ssoiounf frdaen cdeéss eàr tv, edneir .d Oétnre psesuet eetn daev omiro urtn. eC fea ibdluet iêdtéree
lorsque, après avoir vécu sur un plan supérieur pendant une fervente retraite, sous la conduite d’une âme sacerdotale
rpelesitnèere dnet lDesie yue, uoxn leevsét sre vperriss plea rc ileal v; icee d ne’ éttoauits pleluss jol’éucrsra, sqeumi seenmt dbele l an osuesn spibriivlietér scooumdmaien pdeen cdeatntet lpal éPnaistusdioen. ,L mesa iAs pcô’étrtaeist
une privation complète, qui dût mettre un instant leur esprit en déroute. Pendant la Passion, Jésus était encore là ; maintenaCn’et
sIlt édtaanits d céerottbeé o àb slecuurristé r edgea lr’dess,p eritt iqlsu ’siles cfururerennt tp troétpaalerémse àn tl ’perffivuéssio dne d Leu gi.r âces de la Pentecôte.
LA DESCENTE DU SAINT-ESPRIT SUR LES APOTRES
«Tous, dans un même esprit, réunis dans le Cénacle, persévéraient dans la prière, avec quelques femmes et Marie,
mère de Jésus…» (Actes, I,14)
la PCeonmtemcôet eil ejusivt era qpupio srteé cdéalnésb rlaeist cAicntqeusa dnetes jAopuôrstr easp,r èIIs, 1P-4â q: u«e sL)e, ljeous rA dpeô ltare Ps eénttaeiecôntte t oéutasn et nasrerimvéb (lec ’eesnt -uàn-d mireê mceelu lii edue.
rTeonut t pàa craoîutrpe ilc ovimntm deu dceiesl ulann gburueist cdoem fmeue qcueil usi ed ’puanr tvaegnètr evinotl eent t,s ee t pilo rseèmrepnlitt stouur tech laac muna isdo’enu xo.ù Iillss féutraeinetn tt oausss irse. mEpt liilss dvui-
Saint-Esprit, et ils se mirent à parler d’autres langues, selon que l’Esprit-Saint leur donnait de s’exprimer. »
SaiLnet- Ebsrupirti tv. eEnnu mduê mciee lt,e smepmsb lleasb lela nàg cueelsu i dde’u fne uv eqnuti ismep péotuseèurex,n té tsauitr lceh saicgunne ddees l ’Aacptôiotrne sm syysmtébrioeluissaei eent t trcèes qeufif icaallcaeit dseu
produire dans leur âme.
c’esIlt nc’oemstm pea su nra rréev eqiul ’duinvein .g rande grâce soit précédée par un fait sensible frappant, qui nous tire de notre somnolence ;
Ici le symbolisme est des plus clairs. Comme le feu purifie, éclaire et réchauffe, le Saint-Esprit en cet instant purifia
qpuroaf o(nAdcétemse, nt, éclaira et enflamma l’âme des Apôtres. Voilà bien la purification profonde de l’Esprit1. Et saint Pierre expli- II, 17) que c’était ce qu’avait annoncé le Prophète Joël (II, 28…) : « Dans les derniers jours, dit le Seigneur, Je
répandrai Mon Esprit sur Mes serviteurs et Mes servantes, et ils prophétiseront… Alors quiconque invoquera le nom du
SeiLgen eSuar inset-rEas spariut vhéa.b »it ait déjà dans l’âme des Apôtres, mais par cette mission visible (Ia q. 43, a. 6, ad I), Il vint augmenter
en eux les trésors de la grâce, des vertus et des dons, en les éclairant et les fortifiant, pour qu’ils soient capables
lde’ êStraei nlet-sE stépmrito ainllsu mdua Sdaaunvse l’uârm jues dqeus’a Auxp ôetxretrsé mceittétes vdivee l afl atemrrme,e a du’A pméroilu dr ed olenut rp vairele. rLae ssa liannt gJueeasn ddee fleau C sroonixt. un signe que
Alors s’accomplit la parole de Notre-Seigneur (Jean, XIV, 26) : « Le Saint-Esprit, que Mon Père vous enverra, vous envseelilgense,
rean e ct évloéubsra rnetm ettra en mémoire tout ce que Je vous ai dit». Les Apôtres se mirent alors à parler « en langues nou- les merveilles de Dieu, magnalia Dei », si bien que les étrangers témoins du phénomène, « habitants
sdael elam M éétasoiepnot tadmanies. .l.’,é dtoen lnae Cmaepnpt addeo clees, deun tPenodnrte, dpea rl’lAesr iel’i,d dioem l’eÉ gdyep lteeu, rR poamyasi nnsa, taClr é»t o(Aisc etet sA, rabes de passage à Jéru- II, 8-12). C’était un signe
qu’ils devaient commencer à prêcher l’Évangile aux différentes nations, comme Jésus le leur avait ordonné : « Allez, enseig
nez toutes les nations » (Matth., XXVIII, 19). QUELS FURENT LES EFFETS DE LA DESCENTE DU SAINT-ESPRIT ?
mieLrse sc hArcétteiesn ns o; ucse lfeu tm uonn étrleannt d:e L feesr vAepuôr tprerosf ofunrdeen td aénclsa ilr’Éésg lieste f onratiisfiséasn, teet. leur influence sanctifiante transforma les pre-
Tout d’abord les Apôtres furent beaucoup plus éclairés intérieurement par le Saint-Esprit sur le prix du sang du Sauvpeléunri,
t usduer ldee m lay sctoènrete mdep llaat ioRné ddeem cpet imony,s tqèur’ea,n qnuo’nilsç adite vtoauiet nl’tA pnrcêicehne Tr easutxa mhoemntm eet sq, upeo urér aleliss asiat ulev eNr.o Suvaeinatu T. hIlosm reaçsu dreitn qt ulae
« la prédication de la parole de Dieu doit dériver de la plénitude de la contemplation2». C’est ce qui se réalisa hautement
aalvoarnst, csoomn mmea rotynr ele. Cvoeist ppaarr oleless pdree msaieinrst Pseiermrreo nest dde’É stiaeinnnt eP riearprpee rlalepnpto lretsé sm doatsn sd lue sP sAacltmesis, tee t : p«a rl gcneitluuim d ee losaqiunitu mÉt ietununme
vehementer, et servus tuus dilexit illud (Ps. CXVIII, I40) : Tes paroles, ô Seigneur, sont des paroles de feu, et Ton serviteur
les Laeims eA»p. ôtres et les disciples, hommes sans culture, le jour de l’Ascension demandaient encore au divin Maître : «Seigneur,
le temps est-il venu où Vous rétablirez le royaume d’Israël ? (Act., I, 6). Jésus leur avait alors répondu : . Ce n’est
pas à vous de connaître les temps, ni les moments que le Père a fixés de Sa propre autorité. Mais lorsque le Saint-Esprit
1 C’est à la lumière de ce qui est dit ici de cette effusion de grâces purificatrices et transformatrices qu’il faut lire les articaluesss
di lea sNauinitt oTbhsocmuraes d seu sr aleinst dJoenasn dd’ein ltae lCligroeinxc. e et de sagesse, sur la purification qu’ils opèrent en nous, et qu’il faut lire 2 Saint Thomas, IIa IIae, q. 188, a. 6 : « Ex plenitudine contemplationis derivatur doctrina et praedicatio. »
16
descendra sur vous, vous serez revêtus de force et vous Me rendrez témoignage à Jérusalem, dans toute la Judée, dans
la Samarie et jusqu’aux extrémités de la terre. » Et voilà maintenant que Pierre, qui avait tremblé la résurrection du Sauveur, vient dire aux Juifs avec duenvea natu utonreit éfe emt munee p ceenrdtitaundte la q Puea sDsiieoun ,s qeuuil apveauitt déotén nsie lre :n «t àJ écsrouisre d àe
Nazareth, cet homme à qui Dieu a rendu témoignage pour vous par les miracles qu’Il a opérés …. CET HOMME VOUS
mAYisA àN Tm ÉorTt Ép aLrI VlaR Ém aSinE LdOeNs iLmEp iDesE1S. SDEieINu LIM’aM rUesAsBuLsEci tEé.T.. L(cAo PmRmEeS DCaIEvNidC l’Ea vDaEit aDnIEnoUn, cvéo)u..s. CL’’aevset zc ea tJtaécshués ,à q luae c rDoiiexu, eat
ressuscité, nous en sommes tous témoins…, qui a été élevé au ciel,… et qui a répandu cet Esprit que vous voyez et entendez…
Que toute la maison d’Israël sache donc avec certitude que Dieu a fait Seigneur et Christ ce Jésus que vous
avez crucifié » (Actes II, 22-36). C’est tout le mystère de l’Incarnation rédemptrice, Pierre voit maintenant que Jésus a été
une victime volontaire, il contemple la valeur infinie de Ses mérites et du sang répandu.
autrLeess AApcôtetrse sa j:o «u tFernèt rqeus,e q cueeu xfe qrouni se-nntoeunsd i?re »n tP cieer rdei slceouur rrsé,p «o nled ict oe: «u rR terapnesnpteezrc-véo puas,r ecte qs upea crohlaecsu, nd isreonitt bàa pPtiiesrér ea ue tn aoumx
de Jésus-Christ, pour obtenir le pardon de vos péchés, et vous recevrez le don du Saint-Esprit. » C’est ce qui fut fait, et
les LAecste jso udriss esnuti v(IaI,n 4ts1,) P.qieur’eren vdiirto anu txro Jisu imfsi lldea pnesr sleo ntenmesp lcee, ajopurrè-slà lase g cuoénrivseornti rde’nutn e bt oreitçeuurxe ndte l en abiaspstaênmcee . obtenue au nom
de Jésus : « Vous avez fait mourir l’AUTEUR DE LA VIE2, que Dieu a ressuscité des morts, nous en sommes tous témoins…
Ce Jésus que vous avez crucifié… est la pierre rejetée par vous de l’édifice et qui est devenue la pierre angulaire.
ET LE SALUT N’EST EN AUCUN AUTRE ; car il n’y a pas sous le ciel un autre nom qui ait été donné aux hommes,
par lequel nous devions être saurés » (Actes, II, 14 ; IV, 11-12). En ce récit des grâces de la Pentecôte n’accordons pas
ll’eastt eAnptôiotrne sp rdinacnipsa llees apur odfoonn ddeeusr sl adnug umeyss teètr ea udxe c lh’Ianrcisamrneasti odne rcéed egmenprteri,c em eatis p àlu sc epttaer tiilcluumlièinreamtioenn ts dpaéncsia lcee lquui id fea itla e Pntaresrrsaioitn
c druuc iSfiaéu. vSeimuro. nC P’eisetr rlee amvyasitt èdriet :d «o nAt PDiieerure n ne’ apvlaaiist ep, uS peoigrnteeru lra ! pcreelma inèere v poruésd iacrtrioivne rfaa itpea sp a! r» J Jééssuuss a lnuni oanvçaaitn rté qpuo’nil dsue -:
«Tu n’as pas l’intelligence des choses de Dieu, tu n’as que des pensées humaines » (Matth., XVI, 22-23). Maintenant
nP’ieesrrt ep aas l ’liunit esleliguelenmcee ndte qsu ci heosst easin dsie é Dcliaeiuré, ,i l cceo nsotenmt tpoleu st oleuste A lp’éôctorenso mquiei rdeun dmeynst ttèérme odieg nl’aIngcea crnoamtimone rléudi, ecme pstorincte l e; se td icseciples
et surtout le premier martyr, le diacre saint Étienne, qui, avant de mourir lapidé, rappelle aux Juifs tout ce que Dieu
a fait pour le peuple élu à l’époque des patriarches, au temps de Moïse et depuis, jusqu’à la venue du Sauveur (Actes,
VII, 1-53).
Mais les Apôtres, le jour de la Pentecôte, ne furent pas seulement éclairés, ils furent grandement fortifiés et confirmés.
Jéétasiuesn tl eeunrc oarvea ict raaninntiofsn cdée v: ie«n Vnoeunst csoeurreazg ereuvxê, teuts ildse l el as efororcnet tdoeu sl’ Ejusspqruit’-aSua imnta »rt y(rAec. tPeise, rrI,e 6 e)t. JEeuaxn q, uair raêvtéasn te lta t rPadeunittesc dôetevant
le Sanhédrin, affirment que « le salut n’est en aucun autre » qu’en Jésus-Christ (Actes, IV, 12).
Arrêtés de nouveau et battus de verges, « les Apôtres sortirent du Sanhédrin joyeux d’avoir été jugés dignes de souffrir
des opprobres pour le nom de Jésus. Et chaque jour, dans le temple et dans les maisons, ils ne cessaient d’annoncer
Jésus comme le Christ » (Actes, IV, 41, 42). Ils donnèrent tous pour Lui le témoignage de leur sang. Qui leur avait donné
cettTee floler cfeu t? l eLuer Straoinisti-èEmsper ict,o ennve arlsluiomna, nqtu lia f uvitv uen fela mtramnes fdoerm laa tciohna rditeé dleaunrs â lmeuer. cLoeeuurr . première conversion avait fait d’eux
des disciples attirés par la sublime prédication du Maître ; la seconde, à la fin de la Passion, leur avait fait entrevoir la fécdoen
cdeit ém ydsut èmrey,s dtèornet diles nlae Ccerosisxe qrouni tf udte é vcilvarieré j uesnqsuu’aitue mpaarr tlyar eré. surrection ; la troisième leur donne la conviction profonde
comLma utrnainqsufèorremnat taiounx dperesm Aipeôrstr echs rséeti emnsa.n Cifeosmtem een lfein mpoanr tlreeunrt ilnefslu Aencctees s(anctifiante, par l’élan de ferveur profonde qu’ils II, 42-47 ; IV, 32-37 ; V, 1-11), la vie de l’Église
naissante fut d’une sainteté admirable, « la multitude des fidèles n’avait qu’un coeur et qu’une âme » (IV, 32), tout était
csooimnsm. uIlns esn’atsres eemuxb,l ailise nvte tnoduasi elenst ljeouurrss bpioeunrs perti eern e anpspeomrtbaleie,n ét cleo uptreixr laau pxr éAdpiôcatrteiosn q duei sd iAstpriôbtureasie, ncté àlé cbhrearc ul’En uscehloanri ssteies. bOenles
voyait souvent ensemble en prière et on était frappé de la charité qui régnait parmi eux. « C’est à ce signe, avait dit
Notre-Seigneur, qu’on reconnaîtra que vous êtes Mes disciples. » Bossuet a admirablement exprimé cette ferveur profonde des premiers chrétiens dans son IIè Sermon pour le jour de
la Pentecôte : « Ils sont fermes contre les périls, mais ils sont tendres à aimer leurs frères ; et l’Esprit tout-puissant, qui
lcehsa priotéu.s..s eet, Isl aleits b fiaeint aleu ssseic dreet fde’ra ecct odr’adierar idne p poluurs roépspisotesré eàs t ocuosn tlreasr ipéétérsils….. .I lI ll eauffre drmonitn eet uIln a cmoeoullirt ,d me acihsa dir’.u..n aet tfeançodnri epxatrr alaordinaire
; puisque ce sont les mêmes coeurs des disciples, qui semblent être des coeurs de diamant par leur fermeté invqiunic
sibel ere, pqousi ed eavuiejonunredn’htu di essu rc oeeuuxr.s I lh aummoalilnit sle est cdoeesu crsoe duerss fdideè clehsa,i rI lp leasr laa, cphoaurrit éa infrsait edrirnee,l lfeo.n Cdu’ess te ln’e uffne ts deeu l.c.e. feu céleste,
« Les Apôtres du Fils de Dieu étaient autrefois en querelle au sujet de la primauté ; mais depuis que le Saint-Esprit les
aa vfeacit slu ui, ne tc soei usor ne to munber eâ gmueé,r iitl sle nse m saolandt epslu, sto juatleo ul’xÉ gnlii sceo nptreenntdie puaxr. t Iàls ccer odioenn te tto su’se np agrlolerrif ipea ern P Nieortrree,- Silse icgrnoeieunr.t »p r–é Asiidnesri
1 Il faut noter que dans ce texte et en plusieurs autres semblables le dessein immuable est mentionné avant la prescience dont il est le fondement. Dieu a prévu de toute éternité le mystère de la Rédemption, parce que de toute éternité Il a voulu
le réaliser. 2 L’Auteur de la vie ne peut être que Dieu même. Cette expression a la même portée que celle de Jésus : Je suis la voie,
la vérité et la vie. Jésus n’a pas seulement eut la vérité et la vie, il est la vérité et la vie. Et pour cela il faut qu’il soit l’Être
même : « Je suis Celui qui suis. »
17
nous devons nous regarder les uns les autres comme des membres et, loin de nous laisser aller à la jalousie et à l’envie, nous devons joduuir msaêinmteem ceonrpt sd emsy sqtuiqaulieté, sd doen t nleo trCeh prirsot cehsat inla, tdèoten,t
nouTse plsr ofufitroennst lneosu fsru-mitsê dmee lsa, tcroamnsmfoer mlaa mtioanin d teirse Aapvôatnrteasg eet ddee sc ed iqsuceip ll’eoes ipl vaor ilt’ Eest pl’roitr-eSilalein et.n tend.
Le Saint-Esprit a-t-il été ainsi envoyé pour produire ces fruits merveilleux dans l’Église naissante seulement ?
forcÉev iindveimncmibelen tq, un’oiln l.u iI l dcoonnntien.u Oe nle l em vêitm pee nsedcaonut rlse sd atrnosis lasi èsculietes ddees p geérsnéécrauttiioonns e. tS poanr alac tvioicnt odiraen sq ul’’Éelglelis ree mapppoartraa îdt apnasr llaa
suite sur tant d’hérésies.
appTreonudter ec odm’emlleu ?n auté chrétienne doit donc se conformer aux exemples donnés par l’Église naissante. Que devons-nous
A n’être qu’un coeur et qu’une âme, en bannissant les divisions, à travailler à l’extension du règne de Dieu dans le
tmouojnoduers, msaailngtreé, leets qduiif finceu ltcéess sqeu id se’ yp oropdpuoisree ndte. sA scarionitrse. fNeormuse mdeevnot nest paruastsiqi,u àe ml’eexnet mà pl’lien ddéefse cptirbeimlitéie rdse c lh’Érégtliiesnes, ,q puoi retesrt
avec patience et avec amour les souffrances que Dieu nous envoie. Croyons de tout notre coeur au Saint-Esprit, qui ne
csaes vsiee, de’allen inmoeurs l ’aÉpgpliasera, îetrta àit tlarè cso bmemlleu, nmioanlg dreés l essa iimntps eqrufe’ecltlieo ness th duamnasi nleess âqmuie sse l emsê plelunst àg él’naéctrievuitsée dse q suei sv ievnefnatn ltes .p lus de
Nous nous affligeons à bon droit de certaines taches, mais n’oublions pas que, s’il y a parfois de la boue dans la vallvéuee
amue prvieedil leduesse m qouni téalgènvees c, osnusrt alemsm seonmt mveertss Dil iye ua. toujours une neige d’une blancheur éclatante, un air très pur, et une
LA PURIFICATION DE L’ESPRIT NECESSAIRE A LA PERFECTION CHRETIENNE
Cor mundum crea in me, Deus. Nous avons vu que la transformation des Apôtres le jour de la Pente«c Sôteei gan éetuér ,p coruére ze uexn cmomoi mune cuoeneu rtr pouisri.è »m (eP cso. nL,v1e2r)-
sion. Il doit y avoir quelque chose de semblable dans la vie de tout chrétien, pour qu’il passe de l’âge des progressants à
fcicealutiio dne sp rpoaforfnadites .d Iel dlao ist eyn asviboiilri tiéc,i ,p doitu sr apianst sJeera dne d le’â lgae C dreosix ,c oumnem peunrçifaicnatsti oàn crealduiic daeles dpero l’gersepsrsita, nctosm, cmoem iml au nfaélmlue unnt ea pppueri–
lée voie illuminative. Et comme la première conversion, par laquelle nous nous détournons du monde pour commencer à
mdeasr cdheeurx d saunisv alan tveosi e; dmea Disi eicui, lseusp apcotsees ldeess a cvteerstu dse t hfoéio, ldo’geaslpeésr asnocnet ,b de’aaumcoouurp d pel uDsi epur oefto dned sc o: nletr iStioenig, nile eunr, eqsut i dneo musê mfaeit
produire ces actes, creuse le sillon dans le même sens, mais bien plus profondément.
l’âmVeo yào cnes m1eo mpoeunrtq, u3oe iq cueetltse storonits ilèems fer ucitosn dvee rcseiottne etrsot isniéècmees scaoinrev ecrhseiozn l.e s progressants, 2e comment le Seigneur purifie
LA NECESSITE DE CETTE PURIFICATION DE L’ESPRIT
Bien des imperfections subsistent chez ceux qui progressent dans la voie de Dieu ; si leur sensibilité a été en grande
partie purifiée des défauts de sensualité spirituelle, de paresse, de jalousie, d’impatience, les taches du vieil homme restseunrt
ledsa nAsp lô’etrsepsr ilte c joomurm dee ulan eP reonuteillceô, tqeu. iC n’ees dt issapianrta Jîteraan q duee lsao Cusro l’iax clutioi-nm dê’mune fqeuui ifnatiet ncese r,a spepmrobclhaebmlee àn tc. eCluf.i qui descendit Nuit obscure,
I. II, ch. VI.
soi-Cmeêttme er oquuiil lee msep êtcrohuev le’â jmuseq du’eê trdea npsro lfeo nfodnédm deenst ufancieu làté Ds iesuu.p éDreie luàr evsie n: ti nqtueelli gneonucse s eotm vmoleosn tséo. uCve’enstt suunje atstt aàc lhae dmisetnrat càtàio
dne dsa anfsfe lact ipornièsr en,a àtu lr’heéllebsé,t unduell,e àm le’innct oomu ppreéuh einnssipoinré deess p cahr olsae csh daeri tDéi.e Lue, se tm aouussvie àm le’énptsa ndceh erumdeensts dee e lt’ eds’pimritp aautie dnecheo nrse,
sont pas rares. De plus, bien des âmes assez avancées s’attachent beaucoup trop à leur manière personnelle de voir, en
sdpei rli’teunanlietém, ie dt us eb ifeignu. rEelnlet sp sa’refonifsle rnetc aeivnosiir ddee sp riénssopmirapttiioonns, ds’poérgciuaeleils s dpeir itDuieelu, ,d elà voaùn ietéll,e sd ésvoiennt tl ed ujo uvreat i dceh elemuirn f,a entt aéigsaier eonut
d’autres âmes.
queC leetste d méfaatuiètsr er eelastt ifisn éàp ulais vaibel ep,u dreitm seanint t inJteéarnie udree l;a qCureo isxe (rNauit-itc eo bssi clu’orne ,c To.n sIIi,d céhra. i2t )l,e se td eénfacuotrse qnuei cnounisseidnèt ràe -lta-i lc ghuaèrirteé
fraternelle et à la justice dans les rapports avec les supérieurs, les égaux et les inférieurs, ou ceux qui entachent la pratiqueA
dvee cn ol’so rdgeuveoili rssp dir’iétutaetl, seut bl’isnisfltuee nacues sqi useo nuoveuns tp doeu vl’oonrgs ueexiel rinceterl l?e ctuel, de la jalousie, une secrète ambition. Les sept
péchés capitaux se retrouvent ici transposés dans la vie de l’esprit, qu’ils altèrent encore profondément.
pasCsi’vees td cee l ’qeuspi rmit,o nnotruev, edlliet scaoinnvt eJresaionn d, eq ulia d Coirto mixa (riqbuide.r, lc’ehn. tIrIé),e l ad annésc elas sviieté p «a rdfaei tlea. forte lessive », qu’est la purification
« Même après avoir traversé la nuit des sens, dit le saint Docteur, ibid., ch. III, les avancés dans leur manière d’agir et
çdoen t rpauitéerri laev eetc e Dni epua rrleesntte dnet vmuêlgmaeir.e sC1o ;m l’omre d lee ld’eits psraitin nt ’ePsatu pl a(Is C eonrc.,o re passé par le creuset ; ils comprennent Dieu de fa- XIII, 11), ils gardent des sentiments de petits enfants,
pour n’avoir pas encore atteint la perfection ou l’union avec Dieu. Elle seule donne l’âge mûr où l’esprit réalise de gransdeenss
c dhiorese dse, ss oânm easc,t ivsietélo én tal’enxt parleosrss iopnlu sd ’Idsiavïinee ( qu’humaine. » Avant cette troisième conversion on peut encore en un LXIV, 6), que leurs justices sont encore pareilles à un linge souillé ; une
dernière purification s’impose.
1 Même Pierre, appelé à devenir un si grand saint, après sa seconde conversion considère comme du délire, malgré les
prédictions de Jésus, ce que disent les saintes femmes du tombeau du Seigneur trouvé vide.
18
COMMENT DIEU PURIFIE-T-IL L’AME AU MOMENT DE CETTE TROISIEME CONVERSION OU TRANSFORMATION ?
Il semble d’abord qu’Il la dépouille, au lieu de l’enrichir. Pour la guérir de tout orgueil spirituel et intellectuel, et pour lui
manifester le fond de misère qu’elle porte encore en elle, Il laisse l’entendement l’aridité, parfois dans l’amertume et l’angoisse. L’âme, dit alors saint Jean de la Croixd aapnrsè sle Ts atuélneèr,b dreosit, mlaa rvcohleorn t«é advaenusglément
selon la pure Foi, qui est nuit obscure pour les puissances naturelles (Nuit obscure, T. II, c. IV)». Saint Thomas a
dpiet usto eunv emntê m: feid etesm epsst dcreo inreo ne tv ivsoisir : ul’noeb jmetê dmee l ac hfoois ees st onuosn levu m, iêl meset aosbpseccutr, ;c aler gcrea nqdu i Deosct tecruur acojomutmaiet mteêl mn’ee sqt up’oans nveu
(Creditum non est visum, IIa IIae, q. 1, a. 5).Or il s’agit maintenant d’entrer dans les profondeurs ou les hauteurs de la foi,
c7o) m: «m Eex lpoersdqitu veo lbeiss Autp eôgtroe sv aadparèms; ls’Ai secneimns nioonn faubreienrto p, rPivaérsa cdlietu lsa nporéns veennciee ts aedn sviobsle; sdie a Juétesmus a qbuiei rloe,u mr aitvtaarite deitu (mJe aadn ,v oXsV I,:
Il est bon que Je M’en aille ; car si Je ne M’en vais pas, le Consolateur ne viendra pas en vous ; mais si Je M’en vais, Je
Avopuôstr eLs’e, navtetarcrahié. s» pSaar inutn T ahmomouars n eaxtuprleiql uàe l’ahdummiaranbitlée mdue nCt hcreisst ,p na’réotaleies net np asso ne nCcoomrem aesnsteazir eé lseuvré ss apinatr Jl’eaamno u: ril sdpiti rqituueel ldees
Sa divinité, et n’étaient pas encore capables de recevoir spirituellement le Saint-Esprit comme il convenait, et comme il le
faudLrea iSt eaiug nmeiulier us edmesb lter ibduolnacti odn’asb qourdi ,le esn a ctteetnted apiuernifti cloartsioqnu ec oJmésmues dleasn as ulerasi tp préricvééds ednet eSsa, dpérépsoeunilcleer sl’eânmseib, lela. laisser dans
l’obscurité et l’aridité. Elle doit avoir pour devise : « Fidélité et abandon. » C’est ici surtout que se vérifie la parole de Jésnuèsb
r:e «s , Qmuai iss eilq auuitruar lma elu mnoiènr ea mdeb uvliaet »in ( Jteenaenb, ris, sed habebit lumen vitae : Celui qui Me suit ne marche pas dans les té- VIII, 12).
Ici l’âme spécialement éclairée par la lumière purificatrice du don d’intelligence commence à pénétrer « les profondeuIrcsi
sdoen Dt ipeuur i»fi,é ceosm dme eto duitt aslaliiangt eP ahuulm1. ain l’humilité et les trois vertus théologales. L’âme pressent alors de plus en plus,
sparensss lean vt odier, ml’inêfmineie t opuutreesté le est rgicrahnedseseusr dseu rDnaietuur, eallue-sd edses luas s daein ttoeu âtemse l edsu idCéhersis tq, uqeu in coounst epnoauivt odnèss nicoi-ubsa fsa ilrae pdléen Lituuid ;e e dllee
grâce, « tous les trésors de la sagesse et de la science » (Coloss., II, 3). Un peu comme les Apôtres au jour de la Pentecpôotuer,
neollues e, nsutrre lvao citr oleixs, pcroomfomndee leu rdsi sdeun mt syasitnètr Pe iedrer el’ Idnacnasrn saetsio pnr erémdieemrsp streicrme,o lnas v eatl esuarin itn Éfintiieen dnees a mvaénrtit seosn d mu aCrhtyrriset., Cm’eosrtt
comme une connaissance vécue, quasi expérimentale du monde surnaturel, de la vie chrétienne profonde ; c’est comme
udn’u nn osuavineta Pu areugl adred lasu Cr reolilxe,. dE’tu pna sr acinotn tCrausrtée dl’’âAmrse, épteariçt oaitlo bres aduec osuep s menietiur xtr èsas mloiinsè dree. lL’idaé parli ndcuip saalec esroduofcfrea,n dcoen itn ltaé rgieruarnedeur
leur apparaissait de plus en plus dans l’obscurité de la foi, en même temps qu’ils voyaient toujours mieux les betsrooiinssiè
mimem ceonnsveesr sdioens âoum epsu rtirfèicsa tnioonm ebsret,u osne sl eq uvio ist,’a ld’oereusvsraei ednut àS aeiunxt- Eest pimritp, lqourai ieénclta liereu rls’â pmreiè rpeasr elet ldeounr sde’icnoteulrlisg.e Cnceett2e.
Comme à la lueur d’un éclair pendant cette nuit, Il illumine l’âme du juste qu’Il veut purifier. Ce juste lui a dit souvent :
(«Pllslu. mina oculos meos, ne unquam obdormiam in morte : Ëclaire mes yeux, pour que je ne m’endorme pas dans la mort » XII, 5). — « Deus meus, illumina tenebras meas : O mon Dieu, éclaire mes ténèbres » (Ps. XVII, 29). – « Cor mundum
crea in me, Deus, et spiritum rectum innova in visceribus meis. Ne proficias me a facie tua, et spiritum sanctam tuam ne
auferas a me. Redde mihi laetitiam salataris tui, et spiritu principali confirma me. Docebo iniquos via tuas, et impii ad te
convertentur… et exultabit lingua mea jastitiam tuam : O Dieu, crée en moi un coeur pur, et renouvelle en moi un esprit
rectifié. Ne me rejette pas loin de Ta face. Ne me retire pas Ton Esprit Saint. Rends-moi la joie de Ton salut… Et je célébbroenrtaéi
»T a(P ms.i séricorde, et les impies se convertiront. Ouvre mes lèvres, Seigneur, ma bouche chantera Ta justice et Ta L, 12).
L’âme purifiée redit au Christ Jésus, pour qu’Il les réalise en elle, les paroles qu’Il a prononcées : « Je suis venu jeter
un feu sur la terre, et que désiré-je sinon qu’il se répande partout ? »(Luc, XII, 49.)
Cette troisième purification ou conversion se fait, on le voit, comme le dit saint Jean de la Croix (Nuit obscure, T. II, ch.
tVif)s, «la p naor munmee inntf luCeonnctee mdep lDatiieoun dinafnuss el’â, moùe pDoieuur lain sptururiifti elr’â dmee s eesn igsneocrreatn, ceets eent impepreferfceticotnio nds’a hmaobuitru, esllaenss. Lqeus’ eclolen tye minptelar–
vienne, sans qu’elle comprenne même en quoi cette contemplation infuse consiste ».
comCmetete u ng rsaanindte B pruunriofi,c aetti ocnh eozu d etrsa ânsmfoersm vaotuioéne ss eà lp’arpéossetnotlea t soouu sa udxe oes ufovrremse dse d miffiésréerinctoersd ec hceozm mlees upnu rssa icnot nVtienmcepnlat tdifes
Paul, mais le fond en est le même : chez les uns et chez les autres sont purifiées de tout alliage humain l’humilité et les
tdrio bise vaeurctouus pt hséeololong laal egsr,a ddoantito lne dméoctriift efo prmare sl aaipnpt aArnasîte dlme ep leuts r aepnp polrutsé ea up-adre ssasiunst Tdheo tmouats m : o«t i1f es eccoonnndaaîtirree .q Lu’’hounm eislitté m gérparni–
sable, 2e souffrir de l’être, 3e avouer qu’on l’est, 4e vouloir que le prochain le croie, 5e supporter patiemment qu’on le dise,
l6aei ta dcec epprtéefré rde’êntcree tdraanités cleosm pmaert iuens ed up eLrsaonngnuee ddoigcn oeù d iel émtaéipt rmisa, l7trea aitéim eetr rdid’êictrueli stréa, iteét aqiunis éi. p»r oTuevla sita iunnt eD soamininteiq ujoeie, qduei aslesentir
devenir plus semblable à Notre-Seigneur humilié pour nous.
Alors apparaissent de plus en plus dans toute leur élévation les motifs formels des trois vertus théologales : Vérité suprême
révélatrice, miséricorde toujours secourable, souveraine bonté infiniment aimable pour elle-même. Ces trois motifs
1 Cor., II, 10 : « Spiritus enim omnia scrutatur, etiam profunda Dei… Nos autem accepimus… Spiritum qui ex Deo est, ut sciamus quae a Deo donata sunt nobis. » 2 S. Thomas, IIa IIae, q. 8, a. 8 : «Hanc munditiam mentis (depuratae a phantasmatibus et erroribus) facit donum intellectus…
Etsi non videamus de Deo quid est, videmus tamen quid non est ; et tante in hac vita Deum perfectius cognoscimus, quanto magis intelligimus eum excedere quidquid intellectu comprehenditur… Hec pertinet ad donum intellectus inchoatum,
secundum quod habetur in via. »
19
apparaissent comme trois étoiles de première grandeur dans la nuit de notre voyage. de l’esprit, pour nous guider sûrement vers le terme
et foLretsif iéfrsu ietst qduee c, ettrtaen tsrfooirsmièémse, iclso tnrvaenrssfioornm sèorennt tl eàs lemuêrm toeusr qpuaer lceeuur xp dréed liaca Ptieonnt elecsô tper,e lmoriseqrsu ec hlerést iAenpôs,t rceosm fumreen lte é mcloanirtéres
le livre des Actes en rapportant les premiers sermons de saint Pierre et celui de saint Étienne, premier martyr.
Les fruits de cette troisième conversion sont surtout, avec une humilité vraie, profonde, une foi vive pénétrante qui
commence à goûter les mystères de l’au-delà, c’est comme un avant-goût de la vie éternelle.
C’est aussi une espérance très ferme, très confiante, en la miséricorde divine toujours secourable. Pour arriver à cela,
il faMuta aisv oleir ,f rcuoitm lem pel udsit éslaeivnét Pdea ucle, t«te e tsrpoéisriéè mcoen ctroen tvoeurtseio ens peéstr aunnc etr è»s. grand amour de Dieu, très pur et très fort, qui ne se
laisse arrêter par aucune contradiction ou persécution, comme le fut l’amour des Apôtres qui étaient joyeux de souffrir
sp’oaucrc oNmotprea-gSneei gdnue udro.n C deet afomrcoeu,r peosut rf atritio dm’upnh earr ddeen tt oduéss ilre ds eo blas tpaecrlfeesc.t iCon’e, sct ’elas tr élaa lfiasiamti oent lpaa srfoaiift ed eic lia-b jauss tdicue pdreé cDeipetue, squu-i
prême : « Tu aimeras le Seigneur ton Dieu, de tout ton coeur, de toute ton âme, de toutes tes forces, de tout ton esprit. »
rieuDreé sdo’ermllea-ims êlem feo ndde d lea lv’âiem ed ee sl’te tsopurtit ,à eDlliee ue.s Lt ’uânmee aedsot reantrfiicne a errniv éees pàr itv ievtr ee np revésqriutée. cCo’netsint ulàe ldleamnes nl’to ebns clau rpitaér tdiee sluap féo-i
comme le prélude de la vie de l’éternité : « quaedam inchoatio vitae aeternae ». C’est la réalisation de la parole du Sautvite,
uvre :n «ia St ia qdu meleq ue’ut nb iab asto, ief,t qfluu’mil viniean dnee vàe Mntorei eet juqsu ’ifll ubeonivt ea,q euta dee vsi vflaeeu.v e»s C d’e’esat uv rvaivime ecnotu ll’eeraoun tv divee s jaa ilpliosistrainnet e: nS iv qieu iést esri–
nelle, comme l’annonçait Jésus à la Samaritaine : « Si scires donum Dei …. petiisses a me, et dedissem tibi aquam vivam…
Aqua quam ego dabo ei fiet in eo fons aquae salientis in vitam aeternam. »
Prière au Saint-Esprit
Esprit Saint, venez en mon coeur ; attirez-le à Vous par Votre puissance, mon Dieu, et donnez-moi la charité avec la
crainte filiale. Gardez-moi, ô Amour ineffable, de toute mauvaise pensée, réchauffez-moi, enflammez-moi de Votre très
Jdéosuuxs a ammoouur,r ,e Jt étosuuste a pmeoinuer. m(Sea sinetme bClaetrhae lréingeè rdee ! SMieonnn Peè) re, mon doux Seigneur, assistez-moi dans toutes mes actions !
Le chrétien qui s’est consacré à Marie médiatrice selon la formule du bienheureux Grignon de Montfort, puis au Sacré-
cCooenduur,i t tàro lu’ivnetirma itdée dsu t rCéhsroisrst, deat nl’hsu lma acnointés édcur aStaiounv esuoru nveonuts rceonnoduuviet laéue Saauin St-aEisnpt-rEits, pqruiti. nToouust ein tlr’iondfluuiet ndcaen sd ele Mmayrsietè rneo dues
l’adorable Trinité.
Consécration et prière au Saint-Esprit
O Saint-Esprit, divin Esprit de lumière et d’amour, je vous consacre mon intelligence, mon coeur, ma volonté et tout
monQ uêetr em poonu irn ltee ltleigmepncse e ts ol’éitt etorunjiotéu.r s docile à Vos célestes inspirations et à l’enseignement de la sainte Église catholique
dont Vous êtes le Guide infaillible ; que mon coeur soit toujours enflammé de l’amour de Dieu et du prochain ; que ma voltoren-
tSée sigonit etouur jeotu Srsa cuovenuforr mJées uàs l-aC vhorilsotn, tàé qduivi,in aev,e ect lqeu Pe ètroeu teet mVoau vsi,e ô s oEist purnite-S imaiintat,t isooni efindtè hleo ndnee luar veiet gelto direes à v jearmtuasi sd. eA Ninos-i
soit-il.
Pour renouveler cetItned cuolgnesnéccera dtieo n3,0 i0f sjouuffrist dàe g raegdnireer luens ep rfoeims ipèarer sjo luigrn, easp pdleic alab fleo ramuuxl eâ.m es du Purgatoire. S. S. Pie X.
CHAPITRE IV
LE PROBLEME DES TROIS AGES DE LA VIE SPIRITUELLE EN THEOLOGIE ASCETIQUE ET MYSTIQUE
Ce chapitre, écrit surtout pour les théologiens, est moins utile pour la plupart des âmes intérieures, qui en trouveront la
subUstna ndcees spoluuss gurnaen dfosr mpreo bpllèums esism dpele l ae ts ppliuristu vailvitaén cteo nasui scthea àp istree dseumivaanntd. er : En quel sens faut-il entendre la division traditionnelle
des trois voies purgative, illuminative et unitive, selon la terminologie de Denys, ou des commençants, des
proOgrne sas adnotnsn eét ddee sc peattref aditisv,is sioenlo ntr audnieti otenrnmelilneo dloeguiex ainntteérrpieréutraet i?o ns notablement différentes, suivant qu’on a considéré la
contemplation infuse des mystères de la foi et l’union à Dieu qui en résulte comme appartenant à la voie normale de la
sain teté ou comme des faveurs extraordinaires non seulement de fait mais de droit. POSITION DU PROBLEME
suivCiee tjtues dqiuv’eàr glae nsceec odn’idnete mrporéittiaét idoun XapVpIIaIèr asîitè scil el’ oàn cceollme pdaornen léae d pivaisr iopnlu sdiee ulars t haéuotelougrise qausic oéntitc oé-cmriyt sdteiqpuueis g léonrsé.r aElellem eenstt
manifeste par exemple si l’on compare le traité de Vallgornera, O.P., Mystica theologia divi Thomas (1662), et les deux
ouvrages de Scaramelli, S. J., Direttorio ascetico (1751) et Direttorio mistico. Vallgornera suit à peu près le Carme Philippe de la Sainte Trinité, en rapprochant la division donnée par celui-ci de
celle des auteurs antérieurs et de certains textes caractéristiques de saint Jean de la Croix sur l’époque où apparaissent
20
généralement tes purifications passives des sens et de l’esprit1. en trois parties : Il partage son traité écrit pour les âmes contemplatives
des1 ep aDses iolan sv,o idee p lu’inrgtealtliivgee,n pcreo perte d aeu lxa cvoomlomnteén, çpaanrt sla, omùo irlt itfriacaitetio dne, llaa mpuérdifiitcaatitoionn, laac tpivrieè rdee, se ts eàn lsa efixnt edrnee lsa eptu irniftiecrantieosn,
passive des sens, où commence la contemplation infuse et par où l’on est élevé à la voie illuminative, comme le dit saint
Jea2ne dDee l ala C vrooiiex, ialluum diénbautitv dee, plaro Npureit aoubxs cpurroeg, rTe.s sI,a cnhts. ,V oIIùI ,e at pXrIèVs. un chapitre préliminaire sur les divisions de la contemplation,
il est parlé des dons du Saint-Esprit, de la contemplation infuse, qui procède surtout des dons d’intelligence et de
fseacgtieosns ed,e e lta qvuiei ecshtr édtéiecnlanreé.e C deétsteir adbeluex pièomure topuatretise ldees lâ’omuevrsa igneté, raiepurèress q, uceolmqumees marotircalelesm reelnatt infsé caeusxs garirâec eàs l ae xptlreaionred ipneari–
res (visions, révélations, paroles intérieures), s’achève par un chapitre en neuf articles relatif à la purification passive de
lc’ehs. pIIr iet tq XuIi. marque le passage à la voie unitive. C’est bien encore ce qu’avait dit saint Jean de la Croix, Nuit obscure, l. II,
3e De la vie unitive, propre aux parfaits, où il est question de l’intime union de l’âme contemplative avec Dieu et de ses
degVréasll gjuosrnqeur’àa lc’uonnisoind ètrraen csefottrem dainvties.io n comme traditionnelle, vraiment conforme à la doctrine des Pères, aux principes
de saint Thomas et à l’enseignement de saint Jean de la Croix et des plus grands mystiques qui ont écrit sur les trois
âgeTso duete l ad ivffiéer sepnitreit ueesltl ela, edniv nisoiotann dt ocnonméme epnatr sSec faariat mgéenlléi reat lepmluseinetu lras tarauntesuitriosn q duei l el’u snu iàv el’natu. tre2.
Tout d’abord Scaramelli traite de l’Ascétique et de la Mystique, non pas dans le même ouvrage, mais en deux ouvratgioens,
s2éep Laeréss o. bLset aDcilreest t(ooruio laa svcoeietic pou, rdgeautixv efo),i s3 ep lLuess l odnisgp qousieti ol’nasu tprero, cchoaminperes nàd laq upaetrrfee ctrtaioitné sc h: r1éet ieLnens em, ocoyennsiss tdaen tl ad apnesrf elecsvveerrttuuss
mthéoroalolegsa laeus deet gsrpéé pciaarlfeamit e(onut dlaa nvso ilea dcehsa rpitréo g(lr’aemssoaunrt sd)e, 4ceo nLfao prmeritfée ccthioenz elesss epnatriefalliets d).u chrétien, consistant dans les
Ce Directoire ascétique ne parle pour ainsi dire pas des dons du Saint-Esprit. Le haut degré des vertus morales et
théologales, qui y est décrit, ne se réalise pourtant pas sans eux, selon l’enseignement commun des Docteurs. Le Direttorio mistico comprend cinq traités : 1e Introduction, où il est question des dons du Saint-Esprit et des grâces
gratis datae. – 2e De la contemplation acquise et de l’infuse, à laquelle, Scaramelli le reconnaît (ch. XIV), suffisent les
XdoXnXsI.I , –S c3ae rDamese lldi eregcréosn ndaeî t laq uceo pnltuesmiepularsti oanu tienufurss ee ninsdeiisgtninecntte ,q udeu lrae ccuoenitlelemmpelantti opna isnsfiuf sàe lp’uenuito ênt rtera dnéssfoirrémea hnutem ;b laeum echnt.
par toutes les âmes intérieures, mais il finit par conclure que pratiquement, avant d’avoir reçu un appel spécial, il est
mdisietiunxc tdee ( vnies iopnass elat dpéasroirleers :i n«t éArliteiourrae ste e nxetr aqouradeinsaieirreiss.) .» – I t5eem D, etrs : pI,u cri.f i1c,a tnio. 1n0s .p –a s4se ivDeess ddeesg sréesn sd ee tl ad ec ol’netsepmript.l ation infuse
On est étonné de trouver seulement à la fin de ce directoire mystique le traité de la purification passive des sens, qui
marLqau ed ivpeorugre snacien t eJnetaren cdeet tlea Cnorouivxe ellte l emsa anuiètereu rdse c idtéivsi spelur sla h tahuéto l’leongtieré aes dcaéntisc ola-m vyies tiilqluumei neat tliav ep. récédente provient manifestement
de ce que les anciens auteurs, à l’opposé des nouveaux, soutenaient que toutes les âmes vraiment intérieures
rpeesu vdeen lt’I nhcuamrnbaletimone,n dt ed élas irPear sesti odne mdua nSdaeurv àe uDr,i edue llaa gsraâincete d Me elass ceo entt edme plala tvioien é itnefrunseel led,e ms ymsytèsrtèerse qs udi es olan tf oaiu, tdaenst dmey mstèa–
nifestations de l’infinie bonté de Dieu ; ils considéraient cette contemplation surnaturelle et confuse comme moralement
nécOesns paeiruet àd èl’usn lioorns às eD dieeum eann ldaeqru seil llea cnoonusvisetlele l ad ipvliesiinoen ,p teerllfee cqtiuo’ne lldee e last vpiero cphorséétiee npnaer. exemple par Scaramelli, ne dimiansusee
pza ls’u ln’uitnéi tdéu e tt ol’uétl éqvuaeti ol’no nd ed ilvais veie a sinpsiri it?u eUllnee p baorfnanitee .d Eivnis sioénp,a praonutr dêetr lea, snoornte p la’ass cséutpiqeurfeic dieell ela emt yasctciqidueen, tceollen,s emrvaeis- t-noéncessairement
fondée, doit reposer sur la définition même du tout à diviser, sur la nature de ce tout, qui est ici la vie de la
gchrâacreité, ,a spopnetl épea prtaier dlae t rl’aodrgitiaonni s«m ger âscpeir idtueesl 4v eert,t ucso emt mdees l ’deonnses3ig»n, ec asra lienst Tsehpotm daosn, sn déuc eSsasianitr-eEss paruit ,s aéltuatn, tà c opnlunse fxoerste a rvaeisco lna
à la perfection5.
ascDéteiq mueê mene flaai snaonutv aebllest rcaocntcioenp tdioens ndeo ndsim diun uSea-itn-et-lEles pparist, ld’éel élava ctoionnt edme plala tpioenrf eincftuiosne édveasn mgéylsiqtèuree,s l odresq lau ’efollie e et nd etr al’iuten ioenn
qui en résulte ? Tout en insistant beaucoup sur l’ascèse, ne l’amoindrit-elle pas, n’affaiblit-elle pas les motifs de pratiquer
la mortification et d’exercer les vertus en perdant de vue l’intimité divine à laquelle tout ce travail doit conduire ? Éclaire-t-
1 Philippe de la Sainte-Trinité expose les mêmes idées dans le prologue de sa Summa Theologiae mysticae, 1874, p. 17. 2 Un autre dominicain, Giov. Maria di Laurio, dans sa Teologia mislica parue à Naples en 1743, divise de même son ouvpruargifiec,
a etino np lpaaçsasnivt ea ud em lê’emsper iet ncdormoimt lea dpisupriofisciatitoionn à p laas vsiiev eu ndietisv es epnasrf aciotem (mp.e 3 t0ra3n),s siteiolonn à l ala d voociteri nilelu dmei nsat tJiveea n(p d. e1 1la3 )C, reoti xla. 3 Cf. Saint Thomas, IIIa, q. 62., a. 2 : « Utrum gratia sacramentalis aliquid addat super gratiam virtutum et donorum » ; où il est rappelé que la grâce habituelle ou sanctifiante perfectionne l’essence de l’âme et que d’elle dérivent dans les facultés
les vertus infuses (théologales et morales) et les sept dons du Saint-Esprit, qui sont dans l’âme comme les voiles
sur la barque pour recevoir comme il convient le souffle d’en haut. 4 (1) Ia IIae, q. 68, a. 5 : « Sicut virtutes morales connectuntur sibi invicem in prudentia ; ita dona Spiritus Sancti connectuntur
sibi invicem in caritare ; ira scilicet quod qui caritatem habet, omnia dona Spiritus Sancti habet, quorum nullum sine
caritate haberi potest. » 5 (2) Ia IIae, q. 68, a. 2, où sont citées ces paroles de la sainte Écriture : « Le Seigneur n’aime que celui qui habite avec la
sagesse » (Sagesse, VII, 28), et « Tous ceux qui sont conduits par l’Esprit de Dieu sont fils de Dieu » (Rom., VIII, 14).
21
elle assez sur le sens des épreuves, des aridités prolongées qui arrivent spirituelle à un autre ? Cette conception nouvelle ne diminue-t-elle pas augsésni él’rimalpeomretannt cloer esqt ula’o gnr apvaitsés ed ed ’luan m âygseti qduee l,a q vuiei,
ssaénpsa rdéaen agienrs i? d eE nl’fains ceétt isquureto, uste mcebttlee dmeavneinèirre u dne l uvxoeir dna’anms olain sdpriirt-iteulaleli tpéa dse l eqsu evloqiuees si llpurmiviinléagtiiéves , eett uunni tilvuex,e loqrusi qnu’e’esllte p eans
parle du simple point de vue ascétique ? Ces deux voies peuvent-elles normalement exister sans l’exercice des dons du
rSeasi nett- Etrsopisri tm pyrsotpiqourteiosn enté e àxt rcaeolurdi idnea ilrae sc hnaornit és eeut ledmese natu dtree sfa vite mrtuasis i ndfeu sderos it?), Ye ta n-to-nil spiaxs v soeieusle (mtroeinst atrsocisé tviqouieess, etrto oisr dâingaeisde
la vie spirituelle, comme disaient les anciens ? Ne semble-t-il pas que les traités ascétiques des voies illuminative et
tuhnéitoivloeg, adlèess ,q ouu’o qnu lee,s s s’iélsp paarerl ednet lpar matyiqsutieqmuee,n nt ee tc coonnticernènteemnte qnut ed ud epsr ocgornèssi deét rdaeti olan sp earbfsetcrtaioitne sd seu cre les sv evertrutus,s cmomormalee sle p fuaisit
Scaramelli, cette perfection, selon l’enseignement de saint Jean de la Croix, est manifestement inaccessible sans les pu«
ri fiIcl afatiuotn, sd ipsaesnst icveesrt aeitn ssa lnivsr eles , cêotnrec oinudrsif fdéeresn dt oanus m daul Sqaui’notn-E dsitp driet ?n oCu’ess, t le cas de rappeler les paroles de sainte Thérèse: se réjouir même plus que si l’on en disait du bien,
on doit faire peu de cas de l’honneur, être très détaché de ses proches… et quantité d’autres choses du même genre. A
mon avis ce sont là de purs dons de Dieu, ces biens sont surnaturels» (Vie, ch.XXXI ; Obras, t. I, p. 257). Pour mieux conserver l’unité et l’élévation de la vie intérieure, telle que l’Évangile et les Épîtres nous la font connaître,
nous proposons la division suivante. Elle est conforme à celle de la grande majorité des auteurs qui ont écrit avant la seJceoannd
ed em loai tCiér odiux (XNVuIiItI èo bsisècculere, ,e 1t,. eI, nc .m XeIVnt.i)o, nenllaen st auunvee gfoarrmdee aimuspsai rlfaa iptea rdt edse vvoéireitsé icllounmteinnautiev,e c reot yuonnisti-vneo, unso, tdéaen psa lra scaoinn-t
ception plus récente.
DIVISION PROPOSEE DES TROIS AGES DE LA VIE SPIRITUELLE
nouAsu m-deets dsaunss d uens éptéact hdeeu grsrâ ecned, uqruceis l,e dpeésc hâém nees dseevnrsauite plleluss qduéit rvuivireen et nd annosu sl,a e dt iqsusiip caotimonm, ela u nc ognevremrsei osnu ronua tujursetli fdiceavtrioanit
se développer sans arrêt jusqu’à son plein épanouissement dans la vision immédiate de l’essence divine et l’amour parfait
Aept rinèas mlais sciobnlev.e rsion devrait donc commencer sérieusement la vie purgative, où les commençants aiment Dieu en
fuyant le péché mortel et le péché véniel délibéré par la mortification extérieure et intérieure et par la prière. Mais de fait
cette vie purgative se trouve sous deux formes bien différentes : chez les uns, vraiment peu nombreux, elle est intense, généreuse, c’est la voie étroite de la parfaite abnégation décrite par les saints ; chez beaucoup d’autres, c’est une vie
purgative diminuée, qui comporte elle-même bien des degrés depuis les bonnes âmes un peu faibles, jusqu’aux âmes attvioéideise
ss uept éartietaurrdeése, se tq duiis trientgoumebr eennt eplalersfo uisn déatants f aleib lpeé ecth uén m aourttreel .i nItl efnasued.r a faire une remarque semblable pour les deux
La transition à la vie illuminative se fait à la suite des consolations sensibles qui viennent généralement récompenser
la’eloffrosr td agnésn él’raeruidxi tdée s elan smibolret ifpicluasti oonu. Cmoominms ep roonlo nsg’aéteta rddee lae np ucerisfi ccaotinosno lpaatisosnivse, led ebso sne Dnsie. uC leetste e pnulèrivfiec,a lt’iâomn es es ep otruorusvueit
sans arrêt chez les âmes généreuses et les conduit par la contemplation infuse initiale à fa vie illuminative pleine ; chez
lveies iâllmumesin matoivien sa gméoninédreriues, eest, nqeu ir efucieevnrto lnat claro cixo,n cteemttep laptuiorinfi ciantfiuosne eqsut es oduev leonint iennte lrorionm1.p Luae ,n eutit eplalesss invee jdoeusir osnetn sq uaep pda’urnaeît
ainsi comme une seconde conversion, plus ou moins parfaite.
nuitL paa vsisei vilelu mdeinsa stievnes p. lEelilnee s ceo pmrpéosertnet ela scoounst edmeupxla tion infuse indistincte des mystères de la foi, qui a commencé dans ta formes normales : l’une nettement contemplative, comme chez beaucdoeu
cpo dnese sila vinotist cdoun Cstaarmmmele ;n lt’a duatrnes alecstiv pea, ucvormesm eet clehse zp eutnit ss aeinnfta Vnitnsc aebnat nddeo Pnanuéls, qdueis à m lae mlubmreièsr es oduefsfr adnotnss ddue Cshargisets. sPea er-t
fois cette vie illuminative pleine comporte, non seulement la contemplation infuse des mystères de la foi, mais aussi des
grâces extraordinaires, visions, révélations, paroles intérieures, décrites par sainte Thérèse dans sa propre vie. La transition à la vie unitive se fait à la suite des lumières plus abondantes ou d’un apostolat plus facile ou plus rayonnant,
qui sont comme la récompense de la générosité du progressant, mais dans lesquels, par un reste d’orgueil, il se
complaît. Alors, si le Seigneur veut efficacement conduire le progressant à la vie unitive parfaite, il le fait passer par la
nuit de l’esprit, purification douloureuse de la partie supérieure de l’âme. Si elle est très surnaturellement supportée, elle
ne s’interrompt pour ainsi dire pas jusqu’à ce qu’elle conduise à la vie unitive parfaite ; si la générosité fait défaut, il n’y
saiuèrma eq cuo’unnvee rvsiieo nu.n itive amoindrie. Cette douloureuse purification représente dans la vie des serviteurs de Dieu la troi-
La vie unitive parfaite comporte la contemplation infuse des mystères de la foi et une union passive presque continuelle.
Elle se présente, comme la précédente, sous deux formes normales : l’une presque exclusivement contemplative, comme chez un saint Bruno, un saint Jean de la Croix ; l’autre apostolique, comme chez un saint Dominique, un saint
François, un saint Thomas, un saint Bonaventure. Parfois la vie unitive parfaite comporte, non seulement la contemplaTtiorinn
itién furseeç ueet lp’uanri osna pinatess iTveh éprèresseq ueet cdoénctriniteu elplea,r meallies aduasnssi dlae sV gIIrèâ cDeesm eexutrraeo. rdEinna icreestt,e c ovmiem uen iltaiv vei spioanr fadiete l,a qsua’ienltlee
s’accompagne ou non de faveurs extraordinaires, il y a évidemment bien des degrés, jusqu’aux plus grands saints, jusqu’aCuext
tAe pdôivtriesiso,n à dseasin ttr oJioss eâpghe se td àe Mlaa vriiee . spirituelle peut se résumer dans le tableau suivant à lire de bas en haut : les
trois purifications ou conversions y figurent comLmEe PtrRaOnsGitRioEn Sd ’SunP IéRtaITt UàE uLn autre.
1 Cf. saint Jean de la Croix, Nuit obscure, I. I, ch. IX et XIV ; Vive Flamme, 2e strophe, v. 5.
22
V ie unitive des parfaits
oprlediinnea i:r ee x: tfroaromrdei npauirreem, eexn. ta vec vision de la Sainte Trinité contemplative
forme apostolique
f aible :union peu continue, souvent interrompue
Purification passive de l’esprit plus ou moins bien supportée
V ie illuminative des progressants
pleine : extraordinaire, ou accompagnée de visions, révélations…
ordinaire : sous forme nettement contemplative ; sous forme active, ex. St Vincent de Paul
faible : actes transitoires de contemplation infuse
P urification passive des sens plus ou moins bien supportée
P remière conversion ou justification
Vie purgative des commençants
généreuse : âmes ferventes
f a ible :âmes attiédies ou attardées non sans rechutes
Première conversion ou justification
On peut comparer cette division des trois âges de la vie spirituelle à ce que nous enseigne la tradition, surtout à la
sdiovcetsri,n lea dceo nstaeimntp Tlahtoiomn ainsf ususer leat gl’ruâncieo nd epsa rvfaeirtteu,s p erét lduedse dnoonrsm eatl àd ec elall ev idee d sua ciniet l.J eCaonm dpea rlao nCsr-olaix p souurr lle’isn sptuarnifti càa ltaio dnisv ipsaiosndes
trois âges de la vie corporelle, l’enfance, l’adolescence et l’âge adulte.
anaSloaginiet Tqhuoi vmaaust l(aII ap eIIianee, dq’ê. t2re4 ,s au.i v9i)e,, oenn loeb ssaeitr,v aa npt rsouprotosuét lulai- tmraênmsieti ocne tdte’u cnoem ppéariroadiseo dne, elat ivl iye aà llà’a, untoreu.s l’avons vu, une
LA TRANSITION D’UN AGE A L’AUTRE DANS LA VIE SPIRITUELLE
Comme la mentalité de l’enfant n’est pas celle de l’adolescent, ni la mentalité de celui-ci celle de l’adulte, de sorte que
sur bien des choses la conversation entre eux n’est pas possible, de même la mentalité du commençant, qui se trouve
Ldae npsa lrafa viti ed pouit rcgoamtivper,e nn’derset pleass âcgeellse qdue’ icl eal utri aqvuei rasévas nlcuei- mdaênmse l,a m vaieis i lliul mnein paetiuvet ,d neim caenlldee dru d p’êatrrfea ipt laerinrievém eàn lat cvoiem dp’ruisn ipoanr.
ceux qui s’y trouvent encore.
l’adDolee spcluesn,c ceo, mcemllee dil ey laa upnueb ecrrtiés ed ’polrudsr eo uà mlao fioniss mphaynsifioelsotgei qeut ep leuts posuy cmhooilnosg ibqiueen, silu yp pao urtnéee cproisuer apnaaslsoegru dee p lo’eunrf apnacses eàr
de la vie purgative des commençants à la vie illuminative des progressants. Cette crise a été décrite par plusieurs grands
sPpèirreitu Lealslle, mnoatnatm, Sm.eJn.,t spoaurs T lea unleorm1, dseu rstoeucto pnadre scaoinntv eJersaionn d3e. la Croix sous le nom de purification passive des sens2, par le
mièDree lmibêemrtée eetn cnoer ep aqsu ea bl’audsoelre dscee cnet,l lpeo-cui,r aarinrisvie, rp cooumr mpaes isl efar udte à lla’â vgiee aildluumltein, adtoiviet bdieens tprarovgerresessr al’natust ràe clari sveé rditea blale p vreied’union,
il y a une autre crise spirituelle mentionnée par Tauler4, décrite par saint Jean de la Croix, sous le nom de purificàa
1ti8o)n. passive de l’esprit, et qui mérite d’être appelée, nous l’avons vu, une troisième conversion (Nuit obscure, I. II, ch. 1
C’est saint Jean de la Croix qui a le mieux noté ces deux crises à la transition d’un âge à l’autre. On voit qu’elles répondent
à la nature même de l’âme humaine et à la nature de la semence divine, qu’est la grâce sanctifiante. Dans la Nuit obscure, l. I, c. 8, après avoir parlé des imperfections spirituelles des commençants, il écrit : « La nuit ou purification
des sens donne à l’âme sa pureté en la dépouillant selon sa partie sensitive et en accommodant le sens à l’esprit… Elle
emset ucroem dme ulan es e; neslluea slieté psreo dtruoitu cvhee azi nles i gpraacnidfi éneo, mqburee ledse sp acossmiomnesn sçoanntt sm. o»r tPifuiéise sil, alejosu cteo,n viboiditi.s, ecs. 1é4te :in «te Qs ueat nleds c aepttpeé dtietscalmés
et endormis sous l’influence de la Nuit purificatrice (des sens), l’âme peut s’échapper pour s’engager dans la voie
de l’esprit. Elle commence à compter parmi les Progressants ou Avancés, et se trouve dans la voie qu’on nomme aussi illuminative.
C’est là que Dieu, selon sa volonté, nourrit et fortifie l’âme par contemplation infuse, sans qu’elle y participe
par discours, aide active ou coopération propre. Comme je l’ai déjà dit, tel est l’effet de la Nuit et purification des sens. »
1 Deuxième Sermon de Carême, et Sermon pour le lundi avant le Dimanche des Rameaux (n. 3 et 4), qui, dans la traduction
latine de Surius, est au 1er Dimanche après l’Octave de l’Épiphanie. 2 Nuit obscure, 1. I, c. IX et X : Signes caractéristiques de la nuit des sens. – Conduite à tenir à ce moment. 3] Doctrine Spirituelle, IIè Principe, sect. II, c. 6, a.2, Paris, Gabalda, 1908, p. 113… et ibid., p. 91, 123, 143, 187, 301, sq. 4 Sermon sur le lundi avant les Rameaux, tr. fr. du P. Hugueny, éd. de la Vie Spirituelle, t. I, p. 262, 263 ; n. 7 : Épreuves par lesquelles commence la vie du troisième degré. – 8 : Raison de ces épreuves. – 9 : L’union divine dans les facultés
supérieures.
23
Les mots que nous venons de souligner dans ce espagnol. texte sont très significatifs, et ils reproduisent exactement l’original
Ensuite saint Jean de la Croix, Nuit obscure, T. II, ch. II, traite des imperfections propres aux avancés ou progressants,
rudesse naturelle, besoin d’épanchement au dehors, présomption, orgueil secret qui subsiste encore, et montre la
nécessité de la purification passive de l’esprit, crise douloureuse, et troisième conversion, nécessaire pour entrer pleineamsepnirte
dnat nasr dlae mvime edn’utn àio lan vdiees é ptearrnfaeiltlse,, qpuoiu, cr oêmtrem aev leec d liet sCahinrits Tt (hIoIam IaIase, ,« q v. e2i4lle, nat. s9u) r»to. ut à adhérer à Dieu, à jouir de Lui, et
Cette doctrine de la Nuit obscure se retrouve dans le Cantique spirituel, en particulier dans la division du poème et
danOs nl’ aar goubmjeecntét qpuair fporiés c:è Cdeet tlae phraeumteiè croen scteropptihoen (dItee msa, isnttr .J e4a, nst rd. e6 ,la s tCr.r o2i2x, dvé. p1a).s se notablement la conception commune
des auteurs spirituels, qui parlent dans un sens moins mystique de la vie illuminative des progressants et de la vie d’udnioonnt
doens p paarlref adit’hs.a bIl itsuedme,b mle adiso ncce ubxie qnu qi udeé bleuste cnot,m nmone ndçaannst sla, dvioen st pili reitsute qlluee, smtiaoins ddaannss lleas N vuoiite osb mscyusrteiq,u nees .s ont pas ceux
A cela il est aisé de répondre que la conception de saint Jean de la Croix correspond admirablement à la nature de
lq’âum’oen (nsoemnsmiteiv ea inest i sdp’hiraitubeitulled)e, ;n oil ns umffoiti npso uqru s’à’e cne clloen dvea inlac rger âdcee v, oeitr qleuse d léefsa uctosm qmu’eiln tçroaunvtse deonn et uilx p :a grloeu srmonatn bdiiesen scpeiurixtuelle,
penchant à la sensualité, à la colère, à l’envie, à la paresse spirituelles, à l’orgueil qui les porte à « avoir le confeslseenuter
soppéinciiaoln p doeu rs loens pméanuitveanist (cNausi,t lo’abustcreu rree,s Tta. nIt, rcéhs.e IrIv) é» .à Clae csoonnfitd leàn dcee evxracilsu scivoem dmue nbçieann,t sp,o nuur lqleum’ile gnat radvea nucnées e dxacenlsl’ascèse.
Seulement, lorsqu’il parle des trois voies purgative, illuminative et unitive, saint Jean de la Croix les prend, non
dp’aAsl eexna nudnri es,e dnes Caamsosiinednr,i ,d me asiasi ndt aAnusg ulesutirn ,p ldéen iDtuedney sn,o ermt daeles. gErann cdesl ad oilc tceounrsse drvue M lao yterand-Âitgioen : dseasin Pt èArnesse, lmdee , CHléumgueenst
de SCaeilnat -aVpicptaorra, îst aeinn tp Aalrbtiecrut lliee rG praarn lda, dsaisitnint cBtoionna tvreandtiutiroen neet lslea idnet sT hdoemgraéss. de l’humilité, qui, par suite de la connexion des
vertus, correspondent aux degrés de la charité, d’autant que l’humilité est une vertu fondamentale, en tant qu’elle écarte
lq’oureg uceeilll,e p droinncti ppea rdlee stoauint tp Jéecahné .d Ce elatt eC groraixd. aNtioouns t raavdoitniosn vnue lcleo mremlaetinvte s àa iln’ht uTmhiolimtéa nse ( IcIoan IdIaueit, pqa. s1 6à1 u, nae.6 m) loai nrdarpep opretref escetiloonn
saint Anselme : « 1e Connaître qu’on est méprisable, 2e souffrir de l’être, 3e avouer qu’on l’est, 4e vouloir que le prochain
àle êctrroei etr,a 5iteé sauinpspio. r»te r patiemment qu’on le dise, 6e accepter d’être traité comme une personne digne de mépris, 7e aimer
Sainte Catherine de Sienne, l’auteur de l’Imitation, dans la suite saint François de Sales, et tous les spirituels ne parlmenêtm
pea sq ua’uil tfraeumt esnet rdéejosu dire dgarénss dlees l’thriubmulialittiéo,n cso errte losprsoqnud’oann tsn oàu cse cuaxlo dmen l’iaem ; omuari sd,e c Domiemu.e T loeu rse mlesa rlqivuree ss adi’natsec éTthiqéurèes dei,s ceen-t
la suppose déjà de grandes purifications, celles même dont parle saint Jean de la Croix, et c’est la résultante d’une
graCndee n f’iedsétl itpéa asu s Seualienmt-Eesnpt rliat. distinction traditionnelle des degrés de l’humilité qui confirme la conception des trois âges
de la vie que nous donne saint Jean de la Croix, c’est aussi la division classique conservée par saint Thomas (Ia IIae, q.
61, a. 5) des vertus politiques, nécessaires à la vie en société, des vertus purificatrices (purgatoriae) et des vertus de
l’âme purifiée. Saint Thomas ne dit-il pas (ibid.), en décrivant les «virtutes purgatoriae» : «la prudence méprise toutes les
choses du monde pour la contemplation des choses divines ; elle dirige toutes les pensées vers Dieu. La tempérance
adbevaanndto nl’innec,o anuntua ndte qsu ech loas neast usruep léer ipeeuuret ss.u pLpao jrutesrti,c cee eqnuf’ienx pigoer tlee àc oerpnstr.e Lr ap fleoirnceem eemnpt êdcahnes d cee stt’ee ffvroaiyee rto dueteva dnitv lian em»o. rLt eest
lvae rCturosi xd,e n li’ ânmoen ppulursif iécee qsounet dsiut pleé rDieoucrteesu re nacnogréeli.q Tuoeu dt ec el’luan nio’ens tim cemrétedsia ptea sd ien fléar iterèusr àp ucree qcuh’aércirtéir aa pvelucs Dtaierdu sqauiin ht aJebaiten deen
nous1].
décErintsfi np alar dsaiviinsti oTnh opmroapso s(éIIea dIIease ,t rqo.i s1 â8g0e, sa .d 6e) ,l aà v liae snuei treé pdoen Dd-eenllyes p:a 1se acuosnstie amupxl etrro lias bmoonutéve dmee Dnties ud ed alan sc olen tmemiropilra dtioens
choses sensibles, s’élever tout droit vers elle en se rappelant les paraboles que Jésus prêchait aux commençants ; 2e
cmoonutevemmpleenr t lae nd isvpinirea lbeo dneté lad annast ivleit ém diruo irS daeusv evuérr ijtuéssq uin’àte lSligoinb leAss,c oeun sdioens ;m 3yes tcèorenste mdup lsear lulat ;s osu’évleervaeirn ev ebrso netélle e pna er lulenmême,
dans l’obscurité de la foi, en décrivant plusieurs fois le même cercle, pour revenir toujours sur la même vérité infinie,
I ll ae smt iebuiexn e cnetertnadinre q eute e nsa vinivtr eJ eparonf odned léam Cernoti.x suit cette route traditionnelle, jalonnée par les grands docteurs venus
avant lui ; mais il décrit le progrès spirituel tel qu’il apparaît surtout chez les contemplatifs, et chez les plus généreux
d’entre eux, pour arriver «le plus directement possible à l’union à Dieu2». Il montre ainsi quelles sont les lois supérieures de la vie de la grâce et du progrès de la charité. Mais ces lois s’appliquent aussi d’une façon atténuée chez bien d’autres
âmes, qui n’arrivent pas à une si haute perfection, mais qui pourtant avancent généreusement, sans revenir en arrière.
cAiinnes io unn d péecuri te lens t omuatelasd ciehso steelsle so nq ud’iesltliensg useo nutn à tel’émtapts a fiogrut ,e tto uutn etne mnoptsa nfat ibqlue’.e lPleasr seex epmrépsleen dteannts s loeusv oeunvt rsaoguess udnee mfoérdmeeatténuée.
1 IIa IIae, q. 27, a. 4, 5, 6 : «Utrum Deus possit in hac vita immediate amari, totaliter amari ; utrum ejus dilectio habeat modum». 2 Cf. P. Louis de la Trinité, O. C. D., Le Docteur mystique ; 1929, Paris, Desclée, de Brouwer, p. 55.
24
Ceci dit, il nous sera plus facile de voir quelles sont les caractéristiques des ou conversion qui précède chacune des trois, alors même qu’il n’y aurait pas d etr oreisc hvuotiee sd, aenns inles ipsétacnhté s muro lrate pl,u qriufi’caaptrioèns
la juNsotiufisc aatliloonn sl’ âémtued ireers tdeer acite e pno éintat td dee v gureâ ccee . qui constitue l’état d’âme des commençants celui des progressants et celui
des parfaits, pour bien voir qu’il n’y a pas là seulement des cadres conventionnels, mais un véritable progrès vital fondé
sduer v liae néateturnree lmleê, mseem deen lgal ovrieia esp1.i rituelle, c’est-à-dire sur la nature de l’âme et celle cette semence divine, qui est le germe
CHAPITRE V CARACTERES DE CHACUN DES TROIS AGES DE LA VIE SPIRITUELLE
Justurn deàuxit Dominus per vias rectas. « Le Seigneur conduit le juste par des voies droites. » (Sap., X, 10.)
Nous avons vu les conceptions qui ont été proposées des trois âges de la vie spirituelle, et surtout celle qui se présente
comme la plus traditionnelle. Après avoir dit quelle analogie, existe entre ces trois périodes de la vie de l’âme et
fcaeitll eds’u dne f ilgae v siep idriutu ceol ràp sl’ a: uetnrefa pnacre ,u and moloemsceennt cdei,f fâicgilee aqduui lrtaep, pneolules caev oqnus’e psat,r tdicaunlisè rle’omrdernet nnaottuér eclo, mlam cerinste l aq utria snes iptiorond sueit
chez l’enfant vers quatorze ou quinze ans et celle de la première liberté chez l’adolescent qui arrive vers vingt et un ans à
lr’eâmgea raqduuelntet .d Nanosu sla a vvieo ndse sv uA paôutsrseis .c omment ces différentes périodes de la vie intérieure correspondent à celles qui se
Nous voudrions de ce point de vue, et d’après les principes de saint Thomas et de saint Jean de la Croix, décrire brièvement
ce qui constitue chacun de ces trois âges des commençants, des progressants et des parfaits, pour y montrer les
moments successifs d’une évolution véritablement normale, répondant à la fois à la division des deux parties de l’âme
(cluelsté sse innsfé erite lu’eressp reitt) seut pàé rlaie unraetsu,r eju dsqeu «’à l ac eg rqâucee led efosn vde drteu sl’ âemt dee2 ss odiot npsu r»if iéq udie v tivoiufite é lg’âomïsem dee o pul uasm eonu rp-pluros,p réelè, veet ssoeist vféa–
ritablement, sans aucun mensonge ; tout à Dieu. Il y a là, nous allons le voir, une suite logique très frappante ; c’est la logique
de la vie, qui a sa nécessité à elle, commandée par la fin ultime : « Justum deduxit Dominus per vias rectas : Le Seigneur conduit le juste par des voies droites». L’AGE DES COMMENÇANTS
La première conversion est le passage de l’état de péché à l’état de grâce, soit par le baptême, soit par la contrition et
l’absolution si l’innocence baptismale n’a pas été conservée. La théologie explique longuement au traité de la grâce ce
qu’est la justification chez l’adulte, comment et pourquoi elle requiert, sous l’influx de la grâce, les actes de foi,
d’espérance, de charité, de contrition ou de détestation du péché commis3. Cette purification par l’infusion de la grâce
habituelle et la rémission des péchés est en un sens le type, l’ébauche des purifications à venir, qui elles aussi comporteront
des actes de foi, d’espérance, d’amour, de contrition. Souvent cette première conversion se produit après une crise plus ou moins douloureuse, où l’on se sépare progressivement de l’esprit du monde, comme le prodigue, pour revenir à
Dieu. C’est le Seigneur qui fait le premier pas vers nous, comme l’a enseigné l’Église contre le semipélagianisme4 c’est
Lgruâi cqeu ai cntouuesll ein estp piraer lle’é pbroenu vmeo, uIlv leamboeunrte, lean bqounenlqeu veo sloonrtteé ninoittriael eâ,m qeu,i aevsat nlte d c’yo mdémpeonsceer mlae snet mdeun scael udti.v iPnoeu ;r ilc cerleau, spea ru nsea
lperse mmièaruev afoisise sle rsaicllionne,s s quur il erqeusetel nilt ,r ecvoimenmdera lpel ufas itt alred vdiagnnse rloen m pêomure lsibeénrse re tl ab evaigunceo,u pq upi luas dpérjoàf ognrdaénmdie, ndt ep otouur te cxeti rpqeuri
l’empêche de se développer.
ver Apporuèrs a clleetrt ed ep rle’amvaiènrte5 ,c eolnlev esers tioronu, vsei ld’âamnse lean v éotiea tp duer ggartâivcee dnees r ecotommmbeen pçaasn,t so.u si du moins elle ne tarde pas à se rele-
1 Une des particularités fort intéressante cette question est celle à laquelle pensait Sa Sainteté Pie X, lorsque, en avan- çant l’époque de la première communion, il disait : Il y aura des saints parmi les enfants ; paroles qui semblent réalisées
par les grâces très spéciales accordées à ces enfants, partis si vite vers le ciel, et qui font aujourd’hui germer de nombGruegulsieelsm
vinoac aqtuioenlqsu reesli gaieuutrseess eent sBaeclgeirqduoeta elet se :n l aH poellatinted eN, erlalyp, pAerlmlenet dlae GBsueig nImé,e lGdau,y mdeo rFteo ndt’gaamlloaunrd ,p eMnadraien-tG la’abcrtiieolnle dTe.
grâce de sa première communion. Seigneur, qui a dit : Laissez venir à moi les petits enfants, peut évidemment préserver
tmrèosin psa brteiclluel isèerelomn esnotn l ebuorns pâlmaiseisr. eCt f.l eCso ellemcbtieolnlir « d Pe atrrvèusl i b»o, ncnhee zh ePu. rLee ;t hiile jlelettuex ,d Panasri sle. s âmes la semence divine plus ou 2 Cette expression, très aimée de Tauler, a le même sens que « cime de l’âme » ; la métaphore seule change suivant qu’on considère les choses sensibles soit comme extérieures soit comme inférieures. 3 Cf. Concile de Trente, sess. VI, cap. 6 (Denzinger, n. 798), et saint Thomas, Ia IIae, q. 113, a. 1 à 8 inclusivement. 4 Cf. Concile d’Orange (Denzinger n. 176, 178, sq.) 5 Saint Thomas explique (IIIa, q. 89, a. 5, ad 3) que le relèvement est proportionnel à la ferveur de la contrition ; c’est-àdire
si quelqu’un avait deux talents avant de pécher mortellement, et n’a ensuite qu’une contrition suffisante, mais relativgerâmceen
et t fdaeib lceh, ailr intée qrueec ocuevlurei rqau ’pile auvt-aêitt rpee qrduu’u, nil ftaaulednrta ( urenseu crgoint tirnit imonin pelrui sc faerritvaetnet)e ; epto purro pqour’itli ornentréoeu vàe l ale f amuêtem eet daeug drée gdrée
de grâce perdu.
25
La mentalité ou l’état d’âme du commençant peut se décrire en observant surtout en lui ce qu’il y a de principal dans
l’ordre du bien : la connaissance de Dieu et de soi-même et l’amour de Dieu. Il est sûr qu’il y a des commençants particulièrement
favorisés, comme les grands saints à leurs débuts, qui ont un plus haut sants ; ainsi il y a au point de vue naturel de petits prodiges, mais enfin ce sont endceogrreé ddees g erâncfaen qtsu, ee tb ile’onn dpeesu pt rdoirger eesnquoi
consiste généralement la mentalité de ceux qui débutent. Ils commencent à se connaître eux-mêmes, à voir leur misère,
leur indigence, et doivent chaque jour examiner attentivement leur conscience pour se corriger. En même temps ils
commencent à connaître Dieu, dans le miroir des choses sensibles, de celles de la nature ou des paraboles, par exemple
en celles de l’enfant prodigue, de la brebis perdue, du bon Pasteur. C’est le mouvement droit d’élévation vers Dieu, qui
rDaipepue pllreo cpeolrutiio dnen él’ a;l oleuse tcteo mlomrseqnuç’ealnlets s v’érlaèivmee dnet glaé nteérrreeu vxe arsim lee ncti elel eSne pigonuesusra natv eucn ucrni1e]. s–a iEnnte c certa éintatet, dil uy paé ucnh éa, mqouui rle duer
fait fuir le péché mortel, même le péché véniel délibéré, par la mortification des sens et des passions déréglées, ou de la
conAcpurpèissc uenn ccee rdtaei nla t echmapirs, ddee cceeltltee dgeésn éyreeuuxs eet lduett el’,o irlsg ureeçil.o ivent, d’habitude, comme récompense, des consolations sensibles
dans la prière, dans l’étude aussi des choses divines. Le Seigneur fait ainsi la conquête de leur sensibilité, puisgqué’nilésr
eviuvxe nati msuer tdoéujtà p Darie eul le« d; eI l tloau dt éstoonu rcnoee udre»s, cmhaoisse psa dsa enngceorereu sdees teotu tl’ea tstioren vâemrse ,L duei. Etonu tceess smeso mfoerncetss ,l en ci odme mtoeunt çsaonnt
esprit. Les auteurs spirituels parlent souvent de ce lait de la consolation qui est alors donné. Saint Paul dit lui-même, I
cCoomr. mIIIe, 2à :d «eC pee tnit’se setn pfaanst sc odmanmse l eà C dhersis ht.o Jmem voeus ss paiir dituoenlnsé q duue lja’aiti àp ub ovioreu,s n poanr ldeer, lma aniosu crorimturmee s oàl iddees, chaorm vmouess nc’heanr néetielsz,
pas capables. »
preMnnaeisn t atlroorps dqeu ’caorrmivpel-ati-sila gnécneé, rcaolemmmeen ts i? e lPlerse séqtuaeie ntot,u nso lne sp acso munm menoçyaennt,s ,m eanis ruencee vfainn. t Ecleless cnoen tsaorldaetinotn psa sse dnèssib lloerss, ày
cdieevnet nloirr suqnu o’obns taaicmlee, oecnc paasriolenr ,d seo ugso uprrméatenxdteis ed ’sappioristutoellalet,, cdoem cmureio ssii toén d aéntasi t l’déétujàd eu nd emsa cîthroes. eAslo drsiv irneepsa, rda’iossrgeunet,i l dinit csoanins-t
Jean de la Croix (Nuit obscure, 1. I, ch. 1 à 7), les sept péchés capitaux, non plus sous leur forme grossière, mais dans
l’ordPraer dseusit ec,h roiesens d sep pirliutuse llolegsiq, uceo metm dee apulutasn vt idta’ol bcsotmacmlees t ràa lnas vitrioanie, eutn seo sliedceo pnidéeté c. onversion est nécessaire, celle que décrit
saint Jean de la Croix sous le nom de purification passive des sens, «commune chez le grand nombre des commencçaonnttse
m(Npulaitt ioonb sincfuursee, 1(I.b Ii,d .c, hc. h8. )1»4 p)»o.u Cr eletste inpturoridfiucairteio «nd saen sm laan vifiees tilelu pmainr autnivee adreidsit éa vsaenncséibsl,e o pùr oDloienug éneo,u drrairn sl’â lmaqeu eplaler llae
commençant est dépouillé des consolations sensibles, où il se complaisait trop. S’il y a, dans cette aridité, un vif désir de
Deniecuo,r ed es iS ào nc erè vginf ed éesnir ndoeu sD eiet ula s c’arjaoiunttee dlae dLi’foficffuelntés eàr, lc’o’erasits uonn sdeec ofanirde sdigense cqoun’sil idyé ara ltàio unnse m puulrtiipficleast ioent rdaivisinoen.n éEet sp,l uest
l’inclination à regarder simplement le Seigneur avec amour (Ibid., ch. 9). C’est là le troisième signe, qui montre que la setcivoen.
d e conversion s’accomplit, et que l’âme est élevée vers une forme de vie supérieure, qui est celle de la voie illumina-
Si l’âme supporte bien cette purification, sa sensibilité se soumet de plus en plus à l’esprit ; l’âme est guérie de la
Igl onu’ermsta pnadsis rea rsep iqriutuee vlliee,n dnee nlat asluoprse rdb’aeu qtruei sla d piffoicrtualitté às pseu rpifiocsaetrri ceens m, paaîtrr ee x;e emllep lea pdparnesn dl’ éàtu mdeie,u dxa cnosn lnaa pîtrraet iqsoune dinedsig deinvecers.
devoirs d’état, dans les relations avec les personnes auxquelles on était trop attaché et que le Seigneur éloigne parfois
cbhruassqteuteém eet nlta ept adtoieunloceu,r epuesremmiseenst dpaer n Doiuesu. Aposuser zq useo upvaern ut nsuer gviigssoeunret uesne c reétatec tpioénri ocdees dv’earstusse,z qfouri teosn tt elenutar tsioièngse c odnatnres llaa
senDsiabnilsit éc,e stete f ocrrtisifeie nlet eSt esi’genneruacr ilnaebnotu vrrea ilm’âemnet edne nnoouusv.e Laau ,m Ila lcardeiues pee buet aauucsosui vpe pnliur sa lporrosf onnodués mépernot uleve sr.il lon, qu’Il a déjà
tracé au moment de la justification, ou première conversion ; Il extirpe les mauvaises racines ou les restes du péché, « reliquias
peccati ». Cette crise certes n’est pas sans danger, comme dans l’ordre naturel celle de quatorze ou quinze ans. Quelques-uns
se montrent ici infidèles à leur vocation. Plusieurs ne traversent pas cette épreuve de façon à entrer dans la vie illuminatçivaen
ted,e ms apirso gprluetsôsta dnetss, âemt eilss restent dans une certaine tiédeur ; ce ne sont plus à proprement parier de vrais commen- attardées ou attiédies. En eux se réalisent en un sens les paroles de la sainte Écriture : « ils
n’ont pas reconnu le temps de la visite du Seigneur2», l’heure de la seconde conversion. Ces âmes, surtout si elles sont
rdêatnesn tl ab evaieu rceoluigpie du’saeu toreus d eatn sso lnat vuien spaécneibrdleo toables,t ancel ete àn dceenllte ps aqsu ai svsoeuzd ràa ilean pt esréfericetuiosne m; seannt sa yv apnrceenrd. rAe ignasir daes,s eelzle sso eunv eanr-t
la prière commune, au lieu d’être contemplative, se matérialise, devient mécanique ; au lieu de porter les âmes, les âmes
doivCehnet zla c peourxt earu ; ceollnet rpaeiruet dqeuvi etrnaivr,e hrséelanst c! eatnteti ccornistee mavpelact ivpero. fit, elle apparaît, selon saint Jean de la Croix (Nuit obscure,
1. I, ch. 14), comme le commencement de la contemplation infuse des mystères de la foi, accompagnée du vif désir de la
dpeervfieecntti ounn. Aplroorgsr eSsosuasn tl ’iellut menintraeti odna nssu rltao uvti ed uil ludmonin daeti vsec,i ecnocnen a(Cît f.b Sea. uTchooump ams,i eIIuax IIsaae ,m qis. è9r,e a, .l a4 .v),a lnei téco dmems ecnhçoasnets, qduui
monde, de la recherche des honneurs et des dignités ; il se dégage de ces attardements ; il le faut pour «faire le pas»,
lc’eonmfamnet qduiti ldee Pvi.e Lnat laledmolaenstc, epnot.u r entrer dans la voie illuminative. C’est alors comme une vie nouvelle qui commence, tel
1 Le commençant considère bien aussi parfois la bonté divine dans les mystères du salut, mais il n’est pas encore familia- risé avec eux, ce n’est pas le propre de son état. 2 Luc, XIX, ; Jérémie, L, 31 ; Ps.XCIV, 8 ; Hebr., III, 8 ; XV, 4, 7.
26
Il est vrai que cette purification passive des sens, même pour ceux qui y entrent, est plus ou moins manifeste et aussi plus ou moins bien supportée. Saint Jean de la Croix l’a noté (Nuit obscure, 1. I, ch. 9, fin.) en parlant de ceux qui s’y
montrent moins généreux : « Pour eux la nuit de sécheresse du sens est sentir et disparaît ; tantôt la méditation discursive est impossible et à un saouutvreen mt ionmteerrnotm eplluee .d eTvoiuern tà atiosuére .e..ll eC seeu xf-alàit
n’achèvent jamais de sevrer le sens de façon à faire abandon des considérations et raisonnements ; ils n’ont cette grâce
qpuliqeu pea dr ainvtaenrmtaigttee npclues. »lo Cine1 lpaa rre lveieunr tm àa dniqreu eq ud’eil sg né’noénrto qsuit’éu n: e« vIli efa iullut mexinpaliqtivuee rd iicmi ipnouuéreq.u Coei i lq eune essati nsti Jpeeaun q duei plaa rCvrieonixn eexn-t
à ce haut état de perfection et d’union à Dieu. Ce n’est certes pas que Dieu veuille limiter cette grâce à un petit nombre
du’nâem âems es uept éerlileeu sree sm, osnotnr ed éfasibirl ee,s et lplelu ftuôitt qauuess liatô ht atouutete p seorufeffcrtaionnc es,o nite c voemumt aucncee pàt etor uasu.c..u Inl ee ndvoouilee udre.. .l éAgloèrrse sD éiepur enuev ceosn àtinue
pas à purifier ces âmes… qui veulent être parfaites, sans se laisser mener par la voie d’épreuves qui forme les parfaitsT.
e »ll e est la transition plus ou moins généreuse à une forme de vie supérieure. Jusqu’ici il est aisé de voir la suite logique
et vitale des phases par lesquelles l’âme doit passer. Ce n’est pas une juxtaposition mécanique d’états successifs,
c’es t le développement organique de la vie. L’AGE DES PROGRESSANTS OU AVANCES
sanLcae mete lnetuarl itaém doeusr pdreo gDreiesus.a Anvtse co ula a cvoannncaéies sdaonitc see d d’eéucxr-irme êcmomesm see lad épvreélcoépdpeen uten ee nc oinnsnisatiasnsat nscuert oquuta ssui re lxepuérr icmoennntaaislede
Dieu, non plus seulement dans le miroir des choses sensibles de la nature ou des paraboles, mais dans le miroir des
mleuysrstè yreeus xd uto usas lulet,s ajovuercs l.e Csqeu ne l’se silts pslues f asmeuillieamriseenntt ddaen ps lules menir opilru dsu, ecti eqlu éet oleilé R, odsea liare m, éecro oleu ddee sc omnotenmtapglnaetiso,n q, um’oent scoounstce’emspt
ldea lnas g lrea nmdireouirr idnec oDmiepua,r acbel enm’eesnt tp sluusp ésreieuulerm deenst mdaysntsè rceesl udi ed el’Isn cpaarrnaabtoiolens e dt ud eB olan RPéadsetemupr tiooun 2d. eS el’elonnfa lnat teprrmodinigouloe-,
gie de Denys, conservée par saint Thomas (IIa IIae, q. 180, a. 6), par un mouvement en spirale l’âme s’élève, des mystèrGelso
idree, le’Itn cdaarnnsa tcioens mouy sdteè rle’esn efallnec ceo dnute mChprleis tl,e à r acyeounxn deem eSnat Pdaes lsai osno,u dvee rSaian eR ébsounrtrée cdteio Dn,i edue, Squoin s Ae sccoemnsmiounn,i qeut ed ea inSsai
admirablement à nous. Dans cette contemplation plus ou moins fréquente, les avancés reçoivent, selon leur fidélité et
egné nfaéirto ssaitiés,i ru lnae b aebaountéd asin hcaeu dtee elutm sii èsriem, pplaer, alec cdeosns dib’ilnet ealulixg ehnucmeb, lqeusi qleuui ro fnati tl ep écnoeéutrre pr ucre. s mystères de plus en plus et leur
Dans l’âge précédent le Seigneur avait fait la conquête de leur sensibilité, Il se soumet ici profondément leur intellisgiemnpcleif,
i ee enn l ’léelse vsapnirti tuaaul-idsaensst.u s des préoccupations excessives et des complications d’une science trop humaine. Il les
Par suite et très normalement, ces progressants, ainsi éclairés sur les mystères de la vie du Christ, aiment Dieu, non
hpausm islietéu,l eSmae ndto eunce fuury,a Snta lep aptéiecnhcée ,m eonrt eol beste lrev apnétc hnéo nv ésneiuelle dméelibnét rlée,s mparéisc eepnt eims itnaéncte lsessa vireerstu às dtoeu Ns,o tmrea-iSs eliegsn ecuorn, sSeoilns
évangéliques de pauvreté, de chasteté, d’obéissance, ou du moins l’esprit de ces conseils, et en évitant les imperfectionCs.
o mme il est arrivé dans l’âge précédent, cette générosité, est récompensée, non plus précisément par des consolations
sensibles, mais par une plus grande abondance de lumière dans la contemplation et l’apostolat, par de vifs désirs
dqeui élatu gdloei,r eo ùd ela D vieoulo netté d ue ssta ulunt mdeosm âemnet sc,a ppatirv éuen ep aprlu ls’a gttrraanitd dee f aDciielitué. pIlo yu ra p ariuesr.s Ii l dna’ensst cpeatste r apréer iqoud’eil yu naeit igcria l’nodraei sfaocni lditeé
dpeo utro uatg siro anu c soeeurvri,c me adies D« ideeu ,t opuotuer seonns eâimgnee r»,, ddierig teoru,t eosrg saensis aecr tdiveitsé soe, upvarse es,n ecotcr.e C p’oeustr tlaàn at i«m deer Dtoieuute, sn soens p floursc esse u»le, mni ednet
« tout son esprit », car on n’est pas encore établi en cette région supérieure qui s’appelle l’esprit.
sésQ pua’ra rdreivse c-to-inl saololarsti ognésn séeranlseimbleens t; ?il Qarurievleq uqeu ’cohno ssee cdoem spelmaîbt,l apbalre u àn coer gquuei ile isntc aornrsivcéie cnht,e ez nle cse cttoem gmraenndçea fnatcsi lritééc doem ppreienrou
d’agir, d’enseigner, de prêcher. On tend à oublier que ce sont là des dons de Dieu, et on en jouit avec un esprit propqrue’o,
nq utri anvea iclloen, vmieanist nounl lenme esn’otu àb luien vardaoimraetnetu pr aesn aesssperizt e; tp eanr rveécrhiteér.c Che’e sint cpoonusrc liee nStee idgen esuori seat nesm dporuetses eemt peonut rn laetsu râeml oens
s’extériorise en perdant la présence de Dieu ; on croit peut-être porter beaucoup de fruit, et ce n’est pas sûr. On devient
tqruo’po ns ûnre d veo sito qi,u oen t rsoep d coenllnee d terosp a du’tirmesp;o lrata pnucree,t éo nd ’sin’etexnatgioènre, lpee vurta-iê rtreec ufoeritl lesmese tnatl,e lnat sd r;o oitnu roeu pbaliref asiate p, rfoonptr es omuivseènret ,d téafnaduits;
il y a encore du mensonge dans la vie : le fond de l’âme, comme dit Tauler, n’est véritablement pas assez à Dieu ; on Lui
oceffsre d aépfarèusts c doeusp auvnaen icnétes ntetiolsn q quu’iil sn ’aepspt agruaèisres eqnut’ àc hmeoz itleiés ppouurrs Lcuoin. tSeaminptl aJteifasn, qduei l«a éCcroouixte (nNt uleitu orb fsacnutareis,i el., IcI,r ochya. n2t) ya tnrooutéver
des conversations avec Dieu et les saints », ou qui sont séduits par les illusions du malin. Des défauts non moins notdaébflaeust,
s s digensa alévsa npcaér se axepmpaprlaei spsaern st asiunrtt oAulpt hdoannsse l,e sse c tornoturvaednictt icohnesz q lue’sil sh oomntm àe sso aupfforisr,t odlaiqnuse sle sq ugi roanntd sc hcaorngfeli tds ’âdm’opeisn.i oCness,
où quelquefois, même à cet âge de la vie spirituelle, des vocations peuvent sombrer. Il devient alors manifeste que l’on
1 Vive Flamme, seconde strophe, vers v. –Item Cantique spirituel, IVe P., strophe 39, vers le début. 2 Le progressant contemple aussi à ses heures la bonté divine dans la nature et dans les paraboles évangéliques, mais
csie c ne’ ens’te psta sra lree mpreonptr ee td dee s ofanç oénta tf,u igl ietisvte m, laei nmteonuavnetm faemnti lciairrcisuéla airvee co ule lsa mcoynsttèermeps ladtuio sna dluet.s Ilp na’rafattietsin qt upia ss’ aernrêcoter eà p laou brotanntét,
divine en elle-même.
27
ne garde pas assez la présence de Dieu, et qu’en Le cherchant on se cessité d’une troisième purification, de la forte lessive de la purificationc hdeer clh’ees pernitc, opreo ubre naeutctooyuepr sleo i-fmonêdm ien.f iDm’eo ùd elas nféa–
cultSéas nssu pceétrtiee utrroeiss.i ème conversion, on n’entrera pas dans la vie d’union, qui est l’âge adulte de la vie spirituelle.
Cette nouvelle crise est décrite par saint Jean de la Croix (Nuit obscure, 1. II, ch. 3 et suivants) dans toute son acuité
eêtt resa p purroififéosn,d meuari st eplloeu qr ule’esl leâ maerrsiv ep ocuhre lze sleqsu egllreasn dilss csoen steomntp olaffteifrst,s .q uCie dttue réepsrteeu svoeu sffere tnrot udv’hea ubnitu pdeeu n aount rseemuelenmt cehnet zp oleusr
hommes apostoliques, très généreux, qui arrivent à une haute perfection, mais elle est souvent moins manifeste chez
euxE, np aqrucoei qcuo’neslleis tees et smsêelnéteie alluexm gernatn cdeetste s coruisffera ?n c–e Ls’ âdme el’a speomstbollea ta. lors comme dépouillée, non plus seulement des consolations
sensibles, mais de ses lumières sur les mystères du salut, de ses ardents désirs, de celle facilité à agir, à enseigner,
à prêcher, où elle se complaisait par un secret orgueil, en se préférant aux autres. C’est le temps d’une grande
aridité non seulement sensible, mais spirituelle, pendant l’oraison et l’office. Il n’est pas rare que surgissent alors de fortes
tentations, non plus précisément contre la chasteté et la patience, mais contre les vertus de la partie la plus élevée de
ld’â’émpero, ucvoenr tarein slai lefosi ,â ml’eessp éerna nucne ,p alare icl hcareriutés eet.n vAesrsse zle g épnroécrahlaeimn,e nett emnê cmeett el ap écrhioadreité d ee nlav evrise Dsuiervui,e nqnuei nst edmeb glera ncrdueesl
difficultés dans l’apostolat : détractions, entraves, échecs. Il arrive assez souvent alors que l’apôtre ait à souffrir de calmomennti
epso uert Ddeie lu’i negtr aetnit uLduei. dAeinss âi mceetste a curxisqeu eollue sp uilr iafi cfaatitio lno npgatesmsivpes ddeu lb’eiesnp r;i t ceeslat cdoomit mlee c uonned umireo rtà mleyss taiqimuee,r lpal ums oprut rdeuvieil
homme selon les paroles de saint Paul : « notre vieil homme a été crucifié avec Jésus-Christ, afin que le corps du
rpeéncohuév efûlet rd déatrnusit v(Rotorem e. sVpI,r i6t )e t» v. oIls f apuetn «sé sees ,d eénp oreuvillêetra ndtu l ’vhioemil mhoem nmouev ceoaruro, mcrpéué psealro dne Ds iecuo ndvaonitsis uense t rjoumstpiceeu este su neet svaoiunstetéT
voéurti tcaebllae se (sÉt pphr.o IfVon, d2é2m) »e.n t rationnel ; c’est la logique du développement de la vie surnaturelle. « Parfois, dit saint
Jean de la Croix, dans les étreintes de la purification, l’âme se sent blessée et meurtrie d’amour fort. Il s’agit d’une ardeur
dqeui Ds’iaelulu meset dcaonmsm l’ees cperiltu, il oqrusiq upero lg’ârmeses iavcecmaebnlét ed deess pèecihnee sl ee sbt otirsè,s lev ivpeémneèntrte b, lle’esnsfélaem dm’aem oeut rl ed ivtriann. s»f oLrem fee ue dne l ul’ia1.m Loeusr
épreuves de cette période sont permises par Dieu pour conduire les avancés à une foi plus haute, à une espérance plus
fseernmse d, eàs upna raomleosu dr ep llu’Ésc priuturr e; c:a «r Lil ef aSuet iganbesoulru émperonut vqeu ele sle j ufosnteds ,d ceo lmeumr eâ ml’oer sdoaint sà laD ifeouu renta àis eL,u ei ts Iel ulel.s O renç eonitt econmd maleo rusn lee
hostie d’holocauste (Sagesse, III, 6.). » « Les justes crient vers le Seigneur, et Il les entend ; Il les délivre de toutes leurs
adnélgivoriess (ePss.. Il est près de ceux qui ont le coeur brisé… Fréquentes sont les tribulations des justes, mais le Seigneur les en XXX, 18-23.). »
Cette crise, comme la précédente, n’est pas sans danger ; elle demande une grande magnanimité, de la vigilance,
utrnoeis ifèomi seo ufovies nlat bhoéuroreïq ul’âem, le’e,s mpéarias nbceea cuocnoturep tpoluutse persopfoénradnécmee, nqtu, i ssi ep rtroafonnsfdoérmmeen et nm aêbmaen dqoune p la’ârmfaeit. sLeem Sbeleig bnoeuulre pvoeursré lae
sous ces afflictions spirituelles, dont les prophètes ont souvent parlé, en particulier Jérémie au chapitre III des LamentationCs.
e lui qui traverse cette crise aime Dieu, non plus seulement de tout son coeur et de toute son âme, mais, selon la
gradation de l’Écriture (Deutéron., VI, 5 ; Luc., X, 27.) de toutes ses forces, et s’apprête à l’aimer « de tout son esprit », à
rdigeever neinr «n ouuns .a dorateur en esprit et en vérité » établi en quelque sorte en cette partie supérieure de l’âme qui doit tout di-
L’AGE DES PARFAITS
Quel est l’état d’âme des parfaits après cette purification, qui a été pour eux comme une troisième conversion ? Ils
cl’oornanisaoisns eonut dDei el’uo ffdic’eu ndeiv ifna,ç mona isq uaaus im eilxiepué rdimese notcacleu peatt iopnrse seqxutéer iecounretisn,u ielsll en e; pneornd esnet uplaesm lean pt rpéesenndcaen td ele sD iehue.u rTeasn ddies
que, au début, l’homme encore égoïste pense constamment à lui-même et, sans y prendre garde, ramène tout à soi, le
epsatr fqauit’ ipl ennes ceo cnotenmstpalme mpleunst sàe uDlieemu,e àn tS Dai egulo diraen, sa ule smaliurot idr edse sâ mcheoss, eest sye fnasiti bcloems,m dee sd ’pinasrtainbcotl etos,u to uco dnavnesrg ceerl.u Li ad eras ismoyns teènres
de la vie du Christ, ce qui ne peut durer tout le long du jour ; mais dans la pénombre de la foi il contemple la bonté ditvoinuete
esn c heolles-ems.ê Cm’ee,s tu, ns epleoun clao mtemrmei nnoolougs ievo dyeo nDse cnoyns,s tgaamrdméeen pt alar sluaminitè Treh odmiffauss e(I Iqau IiI aneo,u qs .e 1n8to0u, rae. 6e)t , qleu im éocluavireem de’ennt dhea ulat
contemplation, non plus droit ou en spirale, mais circulaire, semblable au vol de l’aigle, qui, après s’être élevé très haut,
aimCee àtt ed éccornirtee mplupslaietiuorns tfroèiss lseim mpêlem éec caerrtecl ele, se ti mà ppelarfneecrt icoonms mquei ipmromvoiebnilnee ennt dscer ul’teamntp lr’ehsosriezmone.n t naturel, de la recherche
inconsciente de soi, du manque de recueillement habituel.
s’exCaemsi npeanrfta eitns spee ncsoannnta àis csee nqtu ei uexs-tm inêsmcerist dneo nle pulru esx sisetuelnecmee anut elinv reeu dxe-m vêiem, eest ,i lms anies ceens Dseienut ,d lee uvro pirr iln’incifpineie e td liestuarn fcine ;q iulsi
1 Le progrès de la connaissance et de l’amour de Dieu qui caractérise cette purification est précisément ce qui la distin- gue des souffrances qui à certains égards lui ressemblent, comme celles de la neurasthénie. Ces dernières peuvent
n’avoir rien de purificateur, mais on peut aussi les supporter par amour de Dieu et en esprit d’abandon. – De même les
sleosu-mffrêamnceess pquurii fsiaonntte lsa, sbuieitne qdue’ onno tpreu imssaen, qeullee sd ea uvsesrit,u l,e ds’ uancec espetnesr ibciolimtém neo nu ndeis chiupmliniléiaet ieotn e sxaalsuptaéirréee, ,s nueite s odnet npoass fpaaurt eesl-,
et pour leur réparation.
28
les sépare de leur Créateur ; d’où leur humilité. Cette contemplation quasi gesse et, à raison de sa simplicité, elle peut être presque continuelle : au meixlipeéur idmue tnratavlaei l dinet eDllieecut uperol,c dèedse cdoun vdeorns adteio snas-,
ddeess poacrcaubpoalteiosn osu e dxaténrsie cuerleusi ,d eelsle m dyusrteè,r etasn dduis C qhur’iisl tn. e peut en être de même de la connaissance de Dieu dans le miroir
Enfin, comme l’égoïste, pensant toujours à soi, s’aime mal lui-même à propos de tout, le parfait, pensant presque toumjouariss
«à eDni eaud, hLé’raaimnte à c Lounis, teanm jmoueinsst,a nnot nd ep lLuusi ,s eetu, lceommemnte e len dfuity saanitn lte P paéucl,h iél ,d éosui reen p iamrtiitra pnot uler sê tvreer tauvse cd ele N Cohtrreis-tS1 e»i.g nCe’eusr,t
le pur amour de Dieu et des âmes en Dieu, c’est le zèle apostolique, plus ardent que jamais ; mais humble, patient et
dmoauisx,. sCe’elosnt llaà gvrraaidmaetinotn ,a «im deer tDoiuetu s, onno ne spplurist »s,e cualer mlee pnat r«fa dite n teo ust’é slèovne c poeluusr ,s deeu letomueten ts doen lâomine e, nd elo itno uàt ecse tstee sr éfogriocens s u»-,
périeure de lui-même, il y est établi ; il est spiritualisé et surnaturalisé ; il est devenu vraiment « un adorateur en esprit et
iemnp vréévriutée s» .e Ct leas câommems ugnaiqrdueenntt parsesseqzu eso tuovuejonut rasu lxa pplauisx tarouu mbliélies.u Cm’eêsmt ec ed eqsu i cfiarcito dnisreta nàc seasi nlet sA pulguuss ptiné nqibulee sla e bt éleast itpuldues
des pacifiques correspond au don de sagesse, qui, avec la charité, domine en ces âmes, dont l’exemplaire éminent,
aprAèsin lsai ssaei nmtea ânmifees dteu, Cpehnrissot,n ess-tn loau bsi,e lnah eléugrietiumsieté V dieer glae Mdiavrisieio. n traditionnelle des trois âges de la vie spirituelle, telle
qu’un saint Thomas, une sainte Catherine de Sienne, un Tauler, un saint Jean de la Croix, l’ont comprise. Le passage
dn’’yu na âpgaes àlà l ’daeustr ec asd’erexsp liaqrutiefi cfioerltle lomgeiqnut ejumxteanpto psaérs l ad en éfacçeosns itmé édc’aunnieq upeu,r iCfic’eastito unn q duéi vdeel ofapipt eemste pnltu vsi toaul, moùo icnhsa mquaen iéfetasptee. aIl
sa raison d’être. Si la chose n’est pas toujours comprise, c’est qu’on ne prend pas assez garde aux défauts des commenmçaênmtse
mdê’umnee gtréoniséièremuex , cnoin àve crseiuoxn d; ecs’e asvt aqnuc’oéns o; ucb’eliset qquue’o nch naec uvnoeit dpea sc eass speuzr ifdicèast iolonrss nlaé cneéscseasirseitsé eds’ut npelu ss eocuo nmdoei nest
bienS is lu’opnp onreté fea iet tp ianstr oadsuseit za aintstei ndtaionns àu nla d neégcrée spsluités odue mceosin psu priafircfaatiito dnes ,v oien i lnluem pineautti vsee ofaui rdee u vniee dju’ustneio indé2.e de ce que doit
être l’état d’âme des progressants et des parfaits. C’est de la nécessité d’une nouvelle conversion que parlait saint Paul
dluéi-pmoêumillée leen v iéecilr ihvoamntm aeu xa vCeocl ossessie oensu,v IrIeI, s1, 0e t: r«e vNê’tuus el’hzo pmominet dneo umveenasuo, nqguei, lsees ruennso uevnevlearnst lseasn asu ctreesss,e p àu ils’iqmuaeg veo dues Caveeluzi
qui l’a créé, atteint la connaissance parfaite… Revêtez-vous s urtout de la charité, qui est le lien de la perfection. » CHAPITRE VI
L A PAIX DU REGNE DE DIEU, PRELUDE DE LA VIE DU CIEL
Si l’on suit la voie de générosité, d’abnégation, de dépouillement, indiquée par les saints, on finit par connaître et expérimenter
les joies du règne profond de Dieu en nous. Les délices vraiment spirituelles viennent de la croix, de l’esprit de sacrifice, qui fait mourir en nous les inclinations déréglées,
et assure la première place à l’amour de Dieu et des âmes en Dieu, à la charité qui est la source de la paix, de la
trrifaiénsq ueitl liatéff idneé sl’,o prdarre n. oLmesb rjoei edse ptrriobfuolnadtieosn sn ee tp déen èstoreunfftr apnacse ls’â qmuei daéutsascih loenngt tdeum cprsé éq.u Ce olemsm see nils e estt ld’eits pdraitn nse l esso nAtc pteass dpeus-
Apôtres, XIV, 21 : « C’est par beaucoup de tribulations qu’il nous faut entrer dans le royaume de Dieu. »
LE REVEIL DIVIN
queAlqpurè’usn cqeuttie s n’éuvite iollbes, ceutr ed oent t dloeu ploruermeiuesre a, cilt ey eas, td dit’ assapinirte Jr el’aanir .d..e C la’e sCt rocioxm, cmoem smi ee lulen dréisvaeitil :d iVvoinu s: «v oLu’âsm réev seoilnlegze, ôà
Verbe-Ëpoux, dans le centre et le fond de mon âme, là où Vous demeurez en secret et en silence comme maître souvesrauianv
(iVtéiv inet iFmlaem (Imbeid,. )4. e str. v. 1)). » Ce réveil de Dieu est une inspiration du Verbe qui manifeste Son règne, Sa gloire et Sa
Cette inspiration laisse transparaître la face de Dieu rayonnante de grâces et les oeuvres qu’Il accomplit. « C’est là la
gpraar nleduer jocuaiusssea,n ecte n doen cpea sré lvae cila :u csoen pnaarî tlrees l eesff ectrsé a(Itbuirde.s). p»a Cr D’eisetu a, loert sn qoun’ epsats e Dxaieuuc épea rl ale psr icèrréea dtuur ePss, aclmonisntaeî t:r e« lResé veeffiellets-
Toi ! Pourquoi dors-Tu, Seigneur ? Réveille-Toi. – Exsurge, quare obdormis, Domine ? Exsurge et ne repellas in finem.
Qc’eusatr-eà -fdaicreie,m re tmuaamrq uaeve srtaisin ?t Joebalinv isdcee rlias Cinroopixia e(I bnido.s)t,r a«e reétv etriilbleu-lnaotiuosn,i sp naorcsetr aqeu e» (cP’ess. tX nLoIIIu, s2 4q)u. i« sRoémvemileles- Teonid, oSremigisn.e..u rré»-,
veille-nous pour que nous reconnaissions et aimions les biens que Tu ne cesses de nous offrir. »
j’ai Catetettned gur âlec eS eesigt neexuprr,i meté Iel sd’aensts inlec lpinséa uvmeres XmXoXi,I XIl a: «e xEaxuscpée cmtaan psr, ièerxes p; eIlc mta’vai Dreotimréi nduem la, efot sinstee nedt itd me ilhai f:a Engne a ottùe njed amnet,
débattais, Il a affermi mes pas, Il a mis dans ma bouche un cantique nouveau. »
1 IIa IIae, q. 24, a. 9 – Certes, répondrai-je à M. Bremond, cette adhésion à Dieu, acte direct, qui est au principe des actes
discursifs et réfléchis du parfait, contient la solution du problème de l’amour pur de Dieu concilié avec un légitime amour
de soi, car c’est vraiment s’aimer en Dieu, en L’aimant plus que soi. 2 Le Carme Philippe de la Sainte-Trinité, dans le prologue de sa Summa Theologiae mysticae (éd. 1874, p. 17), met bien
lui aussi la purification passive des sens comme transition entre la voie purgative et la voie illuminative, et la purification
spuaisvsi,i viel l’dae m l’eêsmperi ts cooumvemnet ldititsépraolseitmioenn àt clao pviiée. dA’unntoioinne. Ednu cSealain, tc-Eomspmrite, eOn.C b.e Dau.,c ao ufapi td dee c hmoêsmese, Tenh . leV aréllgsourmnaenrat ,d Oa.n Ps .s, ol’na
Directorium mysticum.
29
Dans ce « réveil puissant et glorieux » l’âme est comme aspirée par l’Esprit-S gloire, « et ainsi Il Se fait aimer d’un amour inexprimable, et qui est au-dessus de atoinut,t sqeuni tlaim seanttu drea ndse lSesa pbroonfotén deet udres Sdae
DieCu e(Isb igdr.â 4cee sst rp. rvé.p 6a rfeinn)t. à» l’autre réveil de l’instant suprême de la mort, où l’âme, sortant de son corps, se verra immédiatement
comme substance spirituelle, comme les anges se voient. Quant au réveil définitif, ce sera celui de l’instant de
lm’eenntrté cee lduai ndse lla’e gnltoréiree ,d daannss l ala g vloisirioen, dime msoérdteia qteu ’daeu Dmioemu.e Bnite onùh eleuurer uâxm lee ss es asiénptsa rpeo udru qcuoir lp’isn,s etallnet vdoeit lDa imeuo rfta cees t àp fraécceis ée-t
se voit en Dieu avant de se voir en elle-même. Pendant qu’autour d’eux on pleure leur départ, ils sont arrivés au terme de
lleeuurr Mcoauîtrrsee : d«a innstr ala i nc lgaartuéd diuem la D voimsioinni tquui i» l.e s béatifie. Ils sont entrés, comme dit l’Évangile, dans la béatitude même de
VIVE FLAMME
Dès ici-bas chez les parfaits le réveil divin produit dans l’âme une flamme d’amour qui est une participation de cette
vive flamme qu’est l’Esprit-Saint lui-même : « L’âme le sent déjà « présent en elle, non seulement comme un feu qui la
lc’oopnésuramtieo ne td ula Straainnst-fEorsmpreit edna nsus alv’âem deil eqcuti’oan t,r amnasifso remnéceo rel’a cmoomumr. eS uens faecut eqsu ii nbtréûrliee uerns esollen te dt ejasi lljiet tesn d fela mflammem..e. .C.. ’eCs’te lsàt
pourquoi ces actes d’amour sont d’un prix inestimable ; car, par un seul, l’âme mérite plus et vaut davantage que par tout
cdeu itq..u. ’eAlilnes ai, epnu cfaeitr eé taaut, cl’oâumrse dn’eu nfaei tv piea se ndt’iaècrtee.s.. pdaer melêlem-me êqmuee ,l ac ’eflastm lem Se avianut-tE pslpursit qquuei llees bfoaiist eint cleasn dperosvcoeqnut eq uein l ae lplero..-.
et à chaque fois que la flamme s’élance, elle croit entrer dans la vie éternelle… elle savoure quelque chose de l’éternelle
béatitude. C’est là goûter le Dieu vivant, selon la parole du Psaume LXXXIII, 3 : « Cor meum et caro mea exsultaverunt in
Deum vivum : Mon coeur et ma chair tressaillent dans le Dieu vivant (Ibid., 1ère stro., v. 1-2). »
morCt,e ettlele flamme ne se communique qu’en blessant, mais cette blessure est douce, salutaire et, au lieu de donner la augmente la vie (Ibid.). L’âme que l’amour blesse le plus est la plus sainte (Ibid.). Aussi saint Jean de la Croix
dit-il que « cette blessure est délicieuse » ; et il ajoute : « cela eut lieu notamment quand le Séraphin blessa saint FrançoisL
o(drs’Aqsusei slee) c »oe. ur brûle ainsi d’amour pour son Dieu, l’âme contemple des lampes de feu qui éclairent d’en haut toutes
choses ; ce sont les perfections divines : Sagesse, Bonté, Miséricorde, Justice, Providence, Toute-Puissance. Elles sont
tpéo, ucro aminmsie d lieres lseesp ct ocuolueluerusr sd ed el’ al’racr-ce-ne-nc-iecile dl ivteinrr,e qsutrie s ’sid’uennitsifsieenntt sdaannss slae lduémtrièuriree bdlaannsc hlae ,v die’o iùn teimllees d per oDcieèud,e ndta. n«s Tlao uDtéeisces
lampes s’unissent en une lumière, en un foyer, bien que chaque attribut garde sa lumière et son feu (Ibid. 3e str., v.
1 ; TArloardsu cle. sH pouoirsnsaaenrct,e 2se d éed .l’ âpm. 1e9 s5e). t»ro uvent comme fondues dans les splendeurs des lampes divines (Ibid., 3e strophe,
v. 5 et 6.) ; c’est vraiment le prélude de la vie éternelle.
séeL e’ânmcoer ee set t spulubsti levimvaenntte b dleasnssé le’a dm’aomuro duer plaa rv iceh daicvuinnee. dEell ec eses lraemndp ebsie, ne tc osomupst el’ aqcut’iiol ns ’adgeist dfl’aumn mameso urér udneie vsie, péltuesr nbelelles-,
qui est la somme de tous les biens, et comme l’âme sent de quelque façon la nature de cette vie, elle voit la vérité des
pcoamromlees ldau m Coarnt,t.i.q. ulees :l a«m Fpoersti sd e’asmt ouut rm soornst «d edsil elacmtiop.e..s l adme pfeaud eest deeju sfl,a mlammpea (dIbeisd .i,g vn.i s1 ,a ptq.1u9e5 f)l.a »m marum : L’amour est fort
La flamme que doivent entretenir dans leur lampe les vierges sages est une participation de celle-là (Matth., XXV, 4-7).
feu Cdoémvomraen itl. eIls tp déint èdtaren sl’ âumn etr èjuss qbueea ud aconms msoenn tfaoinred .d Iul lCa abnrûtiqleu, eil dlae sc ocannsutiqmuee,s i l rnéece lma mdéetnrut ipt apraus :. «Il Lla’a tmraonusrf odrimvien eenst luunivmoêilmà
es. oLne ifmeua gmea, témraieisl, qcuoim pbéineènt reim lpea brofaisit eju s! qPua’àr smeos mdeenrntsiè, resso ufisb rle’isn felut elen cfee r dju’usnqeu ’àg rlaâ cpel upsl ucsa cfhoértee ,d el’ âsmese meomlébcrausleése,
d’amour divin lance des flammes. Elles montent droit vers Dieu. Il est leur principe comme il est leur fin, c’est pour lui en
cehffaert itqéu ien cl’râéméee, smea icso cn’seusmt uen. eL ap acrhticairpitaét iqouni rséoeullelè,v peo ls’âitmivee, efosrtm uenlele pdaer tciceitptea tfiolanm cmréeé seu, bfisntiaen, taienllael odgei qJuéeh,o cv’aehs1t» v. rai, de la
On comprend pourquoi saint Jean de la Croix a souvent comparé l’union transformante de l’âme pénétrée par Dieu à
lq’uuni isoénp daere l ’aleir Cert édaute fueru ddea nlas claré falatmurme,e m, qauisi nD’eiesut apuatrr eS qoune a dcetio l’na isr ee nreflnadm msi éin. tSimanes à d lo’âumtee i l pyu ari ftiéoeu,jo quurs’I l lala d tirsatnasnfcoer minefi neine
quelque sorte en Lui, qu’Il la déifie, par l’augmentation de la grâce sanctifiante, qui est une participation réelle et formelle
de SAalo rvsie l ’ianmtimouer, ouun idtife dSeav ineanttu drea nmsê lm’âem dee p lau rDifiééieté c. omme une marée de feu qui grandit et la remplit tout entière (Vive
Flamme, 2e str., v. 2). Cet amour, peu perceptible au début, grandit de plus en plus, et l’âme éprouve une faim plus pressante
de Dieu, et une soif ardente, celle dont parlait le psalmiste en disant : « Sitivit in te anima mea, quam multipliciter tibi
caro mea : Mon âme a soif de Toi, mon Dieu, tout mon être aspire vers Toi » (Ps. LXII, 2) (Nuit obscure, I. II, ch. XI).
C’est vraiment la béatitude de ceux qui ont faim et soif de la Justice de Dieu. C’est vraiment le prélude de la vie du ciel, et
cao. m3,m aed u2n); cco’emstm icein-bcaesm le’énpt adneo ul’éistseernmeellnet vnieo,r m« aqlu maeadisa smu pinrêchmoea tdioe vlait aveie adeet egrrnâacee ,» g, earvmaiet ddiet slaa ignlto Tirheo, mseams e(nII ag lIoIariea,e q. .24,
Combien nous sommes loin du simili que peut nous offrir le lyrisme d’une imagination exaltée, où ne se trouve aucune
cseonmnbalaisnscaen ceen tprero lefosn ddeeu dxe, qDui’eeun,t raeu lacu vneer roatbenréieg eatt iolen d àia lma abnat.s e, et aucune générosité d’amour. Il n’y a pas plus de res-
Que conclure de cette doctrine, qui peut paraître trop haute pour nous ?
1 Virgo fidelis, Commentaire spirituel du Cantique des cantiques, suivi de « Conseils aux âmes d’oraison », par Robert de
Langeac. Paris, Lethielleux., 1931, p. 279.
30
Elle serait certes beaucoup trop haute, si nous n’avions pas reçu au nous aussi, en vie éternelle, et si nous ne recevions pas souvent la sbaaipnttêem ceo mlam viuen dioen ,la q guriâ ace p qréuci idsoéimt se’nétp apnoouur ire, ffeent
fde’arvuegnmtee nqtueer clae tpteré vciéed deen tlea, gpruâiscqeu. eR acphpaeculonnes -dnooitu as uqgume ecnhtaecr uenne n doeu sn ol’as mcoomurm duen Dioinesu deet vnroauits ê dtrisep sousbesrt aàn rteieclelevmoier nNt optlrues-
Seigneur avec une plus grande ferveur de volonté le lendemain.
ne fCuoymaiemnet pil aess tle dsi té dparenus vVeisv eq uFela lme mSeei,g 2nee sutrr .l,e vu.r 5e,n lveosi eâ mpoeusr ilnetsé rpieuurirfeiesr,. qui ont désiré cette union, y arriveraient si elles
N’est-ce pas la même doctrine qui se trouve exprimée dans le Dialogue de sainte Catherine de Sienne, ch. 53 et 5h,
là où est expliquée la parole de Notre-Seigneur : « Si quelqu’un a soif, qu’il vienne à Moi et qu’il boive, et des fleuves
d’eau vive couleront de sa poitrine. » « Tous, y est-il dit, vous avez été appelés, en général et en particulier, par Ma Vérité, Mon Fils, lorsque, dans
dl’a’enaguo ivsisvee ddue dlaé sgirr,â Icl ec.r iIal ivt oduasn sfa luet tdeomnpcl ep a: s«s Qeru pi aa rs Louifi,, qquu’iil evsiet ndneev eàn Mu ovio etrte b pooivnet ,» e..t. mAianrscih veoru asv êetce sp einrsvéitévésr àa nlac es,o suarcnes
que ni épine, ni vents contraires, ni prospérités, ni adversités, ni autres peines que ce soit, vous puissent faire regarder
deno uaxr rVièerreb.e P de’rasmévoéurre, zm, ojuns qFuils’à u cneiq quuee, qvuoeu sJ eM veo turosu lvai edzo,n Mneo.i.,. qui vous donne l’eau vive ; et c’est par l’intermédiaire de ce
« Seulement, la première condition, c’est d’avoir soif. Car ceux-là seuls qui ont soif sont invités : Qui a soif, est-il dit,
lq’aur’irlê vteie onun ele à m Mooini derte qpula’ili sbiro lieve d. isCtrealuiti. ..d oLnac p qeursi énc’uat ipoans l ’séopiof unvea nstaeu erat,i t dpèesr sqéuv’eélrleer l’deaffnlesu sreo,n l ev ovyoailgàe q, ulai tomuorinned rlee dfaotsig u..e..
L’intelligence doit fixer son regard sur l’amour ineffable que Je vous ai montré, dans Mon Fils unique. Et parce qu’alors
le’hlleosm vmeert uess.t Cre’mespt lid daen sM cae ct héataritt éq ueet dl’eâ ml’aem eosut rd disup opsroéceh àa ina,v Iol irs es otrifo u: veell ep aar slào ifm dêem lae aveccrtoum, spoaigf ndée dMeo nno hmobnrneeuusre, ss oeitf rdéuss’aelsutt
édleesv éâem aeus- ;d teosustues a du’terelle s-omifê emset éette dinetse ceht omsoerste p eénri seslaleb. leEsll.e.. mEallerc choen etenm spélceu lr’iatém,.o..u dr épproofuoilnléde q duee lJ’aem voouurs-p aroi pmraen ;i feelsleté
dans le Christ crucifié… Son coeur, vide des choses qui passent, se remplit de l’amour céleste qui donne accès aux
seuaiusx l ’doecé laan g drâec lea. pAarirxiv. é»e là, l’âme passe par la porte du Christ crucifié et goûte l’eau vive, en se désaltérant en Moi, qui
S’il en est ainsi, que conclure pratiquement ? Nous devons dire au Seigneur et Lui redire souvent cette prière : « Seigmnoei.
u rD, ofaninteesz–mmooii clao nfnoarcîter ed lee sle osb ésctaacrtleesr, qeut es,i dj’’éutnaeis fançéognli gpelunst ào ule m faoiirnes, cdoanigsnceiezn tlees,. éjec amrteetrs Vaouu tsr-amvaêiml dee, dlau sgsréâ-cjee eenn
souffrir beaucoup.
Rap«p Qelueez -vmoouil elez -pvroixu sd,e m Voont rDe iseaun, gq,u vee jres éfa psosuer pmoouir, Vceoluusi daeu jloau crdo’mhumi u?n Fioanit essa-cmraomi ceonntenlaleît roeu csep iqriutui eelnle m, qoui i Vnoouuss dpéeprmlaîet.t
pour ainsi dire de boire à la plaie de Votre Coeur si bon.
que« jeA ungem meen tseézp, aSreei gjanmeuari,s mdeo nV aomuso,u qr upeo ujer rVeoçuosiv. eF atoituets c qeu qeu neo Vtroeu cso vnovuelresza tmioen dinotnénrieeru,r eet nqeu ece jses ne’ aprorêutre a pinassi ldai rger âpcaes,,
qui doit rayonner sur d’autres âmes pour les éclairer et les vivifier. »
PAX IN VERITATE
De la sorte, comme le dit saint Thomas, l’homme ne vit plus pour lui-même, mais pour Dieu : «Non sibi vivit, sed Deo»
(mIIoai IeIaset ,u nq .g 1a7in, a». (6P,h aildip .3, ). Il peut dire : « Mihi vivere Christus est, et mori lucrum : Le Christ est ma vie, et la mort pour I, 21). Ce qui est ma vie, ce n’est plus l’étude, ni l’activité naturelle, c’est le Christ Lui-même.
habTiteel leen e nsot ulas .r oCu’etes tq cuei cqouni dfauisita àit cdeirtete à c soaninnateis Csaanthceer iqnuea dsei eSxipeénrnime eàn lata flein edte p sreosnq Duiea lcoognutein, ucehl.l e1 6d7e :l a sainte Trinité qui
« O Trinité éternelle ! O Déité ! O Nature divine, qui avez donné un tel prix au sang de Votre Fils ! Vous, Trinité étercnheelle
e, nVcooures .ê Dtees Vuonues m, jearm saainss o fno nnde opùe uptlu dsi rjee :m Ce’ epslot nagses,e pzl u! sL j’eâ mVeo uqsu it rsoeu vrea,s esat spileu sd jaen Vs oVuoss t rporuovfoen, dpeluusr sj eV Voouus sd céhseirresans
cesse, parce qu’elle est toujours affamée de Vous… Vous êtes le feu qui brûle toujours et ne s’éteint jamais, le feu
lq’âumi ceo nsseu pmloen egne ltuoiu-mjoêumrse p tlouust parmofoounrd-pérmopernet deet tlr’oâumvee, lqau pi afoixn.d » t oSuatein gtela Ccea tehte qriunie é dcela iSreie. nCneet ten oluums idèoren nees ti cuin l eo cméeainll eouùr
commentaire vécu des sublimes paroles de saint Paul aux Philippiens, IV, 7 : « Et pax Dei, quae exsuperat omnem sensguamrd,
e c vuossto cdoeiatu crso redta v voess ptrean esté ienste dlliagnesn tliea sC vherissttr aJsé sinu sC. h»r isCto’e sJte slàu l:e Q fruueit ldae p alaix t rdoeis Dièimeue, cqouni vseurrspiaosns, eq tuoi uetest invtrealilmigeenntc ele,
prélude de la vie du ciel.
NOTE L’ APPEL A LA CONTEMPLATION INFUSE DES MYSTERES DE LA TOI
Nous avons dit plus haut et longuement développé ailleurs1 que les sept dons du Saint-Esprit sont connexes avec la
csahaurriatéit , dsoaninct aTvhooirm uans h la’eunts deeiggnrée dfoer mcheallreitmé esnatn (sII aa vIoIaire ,à qu.n 6 d8e, gar.é 5 p),r oept oqrutieo npnaér lseusi tdeo inlss sde’i ndtéevlleigloepnpceen et ta dvee cs aegllees. sOen, qnuei
cshoenzt, uanv esca ilnat fAoiu, gleu sptrinin, csipee p doert ela p cluosn tiemmmpéladtiiaotne minefunst es udre lse sm mysytsètrèerse sr éevuéxlé-ms.ê Cmeetste, cchoenzte dm’apulatrteiosn, ccohmezm lees c uhnesz, ucno msaminet
1 Perfection chrétienne et contemplation, t. I, p. 338-417, t. II, p. 430-477
31
Vincent de Paul, sur les conséquences pratiques de ces mystères, par exemple que de Jésus-Christ, mais elle est infuse chez les uns et chez les autres. Le modseu rs luap vraie- hduems amine mdebsr edso ndsu, cqourip psr omvyiestni-t
daesc lé’intiqspuiera, tpiounis s ipl édceivaileen dt um Saaniinfet-sEtes perti tf reét qquuei ndté dpaansss ela l ev ime omdyes htiuqmuea.i nL ed eSsa vinetr-tEussp1,r iet setn d e’affbeot ridn slaptieren td, ’choambimtued ed alenss âlam veies
selon le degré de leur docilité habituelle ou de leurs dispositions surnaturelles (vertus infuses et dons). C’est là
l’enNseoiugsn eamvoennst naeutstesim meonnt ttrréa daitiilolenunres2l. .q u’il n’y a pas pour saint Thomas un mode humain des dons qui serait spécifiquement
distinct de leur mode suprahumain, car le premier pourrait se perfectionner toujours sans jamais atteindre le seconOd,
r est’ iln ne’ ylu ai spearsa ipt opuars leesss deonntise ldleem menotd oer dhounmnaéin. spécifiquement distinct de l’autre, il suit, comme nous l’avons souvent
dit, qu’il y a pour toutes les âmes vraiment intérieures un appel général et éloigné à la contemplation infuse des mystères
ddee Dlai efoui ,e qnu ni osuesu,l ed ule usra cdroifnicnee rdau l’Cinatelvlaligireen pceer ppérotufoén edne ,s vuébcsutaen dcees s mury ls’atèurteesl pdeen ld’Ianncta lran amtieosns reé,d eetm dput rmicyes, tdèere l ad ep rléas Cernociex
qui doit se reproduire dans toute vie chrétienne profonde. Comme nous l’avons souvent expliqué3, qui dit «appel général
céalocieg»né. » ne dit pas encore «appel individuel et prochain», de même l’ «appel suffisant» se distingue de l’ «appel effi-
On nous a récemment concédé sur ce point une chose que nous ne demandons pas, que « l’élément négatif de la
p«e ilr fneec tipoenu, tc y’e asvt-oài-rd diree dlee gdréétsa cdhaenms el’natb dseesn ccer édaetu dreésfa duotsit vêotlroen ltea imreêsm. Lee p poluurs tmouinteims ele cso âmmmees l:e t optlauls, agbrasnodlu ,d uéntriuviet rlsae pl e»r -;
fection,… il suffit d’être retenu par un fil ».
rivéNeos uàs unnee c proeyrfoencsti opna sm qouined lree .d Léata rcahiesomne netn d eesst csruératotuurt eqsu seo liat lpee mrfeêcmtieo np oeuxrc lluets, pnlouns sgeraunledms esnati nletss edté pfaouutrs l edsir eâcmteems eanr-t
svoelcornetta éirgeosï,s mmaei sp ecue ucxo ninsdciireenctt,e qmuei netm vpoêlocnhtea iqreuse, lqeu fio pnrdo dviee nl’ânmenet sdoei tl ato nuét gàl iDgeienuc.e I le yt ad ’udnee m cêemrtea inuen eti écdeertuarin ree lcaotirvreé,l adti’ounn
entre le progrès intensif de la charité et son extension, qui fait qu’elle exclut progressivement jusqu’aux obstacles que
nouSsi mdoenttco,n cso dmem faeç oonn plelu cso onuc èmdoei,n sto cuoten sâcmieen tees at ua ptrpaevlaéiel dàe elax cglurârece, peanr nsoouns .p rogrès dans l’amour de Dieu, tout défaut
volontaire, même le plus minime, fût-il seulement indirectement volontaire, elle n’y arrivera pas sans une haute charité.
éCteatitte p cohuar rsitaéi ndte Pvraau ls ;a nmsa diso cuete d êetvrera p êrotrpeo urtnioen hnaéuet eà cshaa vroitcéa, tsioann s; eqluleo in lee sfoenrad pdaes l ’pâomuer Bnee rsneardae pttaes d teo uLto àu rDdeiesu c, eil qyu a’eulrlea
encore de l’égoïsme, qui se manifestera assez souvent par des défauts au moins indirectement volontaires.
parLm’âi mlees pcoomurm êetrneç apnatrsf aoitue pdaorimt ai vleosir purno gdreegsrséa ndtes, cthoaurt itcéo msumpéer ideaunr sà l ’coerdlurei qcuo’erplloer ealv la’âitg leo rpslqeuin’eelmlee nn’té taaditu leten csourpep qousee
une force physique supérieure à celle de l’enfance et de l’adolescence, bien qu’il y ait accidentellement des adolescents
plusQ vuieg osu’erenusxu iqt-uil ea due ssu hjeotm dme elas pfauirtsif4ic. ation du fond de l’âme, qui est nécessaire pour l’exclusion de tout égoïsme et secret
orgueil ? On a écrit récemment à ce sujet en une étude sur cette question :
quis«e J p’aadr ml’uentsio qnu me ylsetsiq puuer ;if icc’aetsiot nles speansss divaenss (lqeuqiu seol npta drl’eo rsdarien tm Jeysatniq duee )l as oCireonixt .n..é Mceasiss ajeir ensie p qouuer laersr ivpeurr ifàic alat iopnusre ptéa srsei–
ves soient nécessaires pour la pureté requise dans l’union d’amour par conformité des volontés. – La raison de cette diffpéoruern
ccee tetes tr apirsoofonn qduee. Plao upru rl’eutnéi odne mlay svtoiqlounet,é q nuei ismupffliitq upea sc.o Inl teesmt pnléactieosns eatir ea mqouu’yr sinofiut sa,j olau tpéuer ifuicnaet ieosnp aèccteiv ed en ep usrueftféit ppasys-,
choLloag giqruaen ddee qlau essutbiosnta qnucie s eet pdoesse p auliossrsa necset sc,e clloen-csii s:t ant à être accommodées au mode d’être de l’infusion divine. » Est-ce que, selon saint Jean de la Croix, les purifications passives
ne sont pas nécessaires pour la pureté profonde de la volonté, qui exclut l’égoïsme plus ou moins conscient et quantité
dqeui dséef aduétvse ilnodpipreecntte amveenct lvao clohnatraitiére, sc oinmcmome paauttiabnlet sd aev feocn clati opnlesi ndeu pmeêrfmecet ioorng adnei slam ceh sapriitréit,u deel ?s vertus infuses et des dons,
A cette question extrêmement importante, la réponse pour nous n’est pas douteuse.
sairIel slau fpfiut rdifeic lairteio nd apnass slaiv eN udiet so bsescnusr e; ,il In, eI, s,’ acghi.t IpI aàs IsI,e lual edmeesncrt ipdteio cne duex sq udié sfa’ouptsp odseesn ct oàm l’emsepnèçcaen dtse qpuui reretén dpesnytc hnoécloegsi–
que dont on vient de nous parler, mais de ceux qui sont contraires à la pureté morale de la sensibilité et de la volonté. Ce
sgoonutr mmaênmdies,e d sitp isriatuinetl lJee, alan pdaere lsas eC rsopixir,i tuleesll es,e lp’otr gpuéecihl éssp irciatupeitla. ux transposés dans l’ordre de la vie de piété, comme la
Même remarque s’il s’agit, Nuit obscure, 1. II, ch. I et II, des défauts des avancés qui rendent nécessaire la purification
rpaaîstrsai vqeu dee s lo’eussp rl’iat c; tiilo sn’a dg’iut n« fdeeus i ntatecnhsees d»u. Cvieesil ahvoamnmcées, ,q duiit rseasitnetn Jt eeannc odree ldaa Cnsro li’xe,s psroitn, tc eonm emffee tu snuej erotsu iàll ed qeusi anfefe dcitsiopnasnaturelles
; ils ont des moments de rudesse, d’impatience ; il y a encore en eux un secret orgueil spirituel, et un égoïsme,
qmuoi tf aleit fqouned pdleu sli’âeumres unsoenn st eduel efamçeonnt pne’au pdaésta ecnhcéoer ed elas pbuiernesté s ppsiryitcuheolslo, gcieq uqeu,i mlesa ise nlag apguer edtaén ms olara vleo ieq ud’iel sfa iluludsraioitn. sT. aDu’luenr
avait parié dans le même sens, préoccupé surtout de purifier le fond de l’âme de tout amour-propre ou égoïsme plus ou
moins conscient. Nous croyons donc que les purifications passives sont nécessaires à cette pureté morale profonde ; or
1 IIa IIae, q. 68, a. I, et Perfection chrétienne et contemplation, t. I, p. 355-385, t. II, p. 52-64. 2 Cf. Vie Spirituelle, nov. 1932 (Supplément) : Les dons ont-ils un mode humain ? p. 65-83. 3 Perfection chrétienne et contemplation, t. II, p. 419-430. 4 « Non sunt judicanda ea quae sunt per se, per ea quae sunt per accidens. »
32
celles-ci sont d’ordre mystique. Elles ne se présentent celle décrite par saint Jean de la Croix, mais dans la vpiea sd etosu sjoauinrsts s, omuêsm uen ele fso rpmlues aaucstsifsi ,n ceottmemmeen tu nco snateinmt pVliantciveen tq udee
aP amuol,n ltersé cmhiaepuixtr eqsu ec opnesrsaocnrénse .à leurs peines intérieures prouvent qu’elles ont un fond commun, que saint Jean de la Croix
Une dernière concession fort importante nous a été faite au sujet de ce passage célèbre de Vive Flamme, st. 2, v. 5 :
cert«e sIl pfaaust qeuxep lDiqiueeur viceiu piloleu rliqmuiotei ri lc eentt ee sgtr âsci ep eàu u qnu pi eptaitr vnieonmnbernet dà’ âcme ehsa suut péétarite duere pse. rIlf edcétisoirne ept ludt’ôutn qioune àt oDuise us.o Cieen tn p’easr-t
faits ; mais Il trouve peu de vases capables de contenir une si haute et si sublime perfection. Les éprouve-t-il un peu ? Il
ss’eanrrt êletes dvea sleess pfruargifiileers. »a u point de fuir la peine, de se refuser à porter tant soit peu sécheresse et mortification… Alors il
On nous a dernièrement concédé : « Nous admettons que saint Jean de la Croix traite ici de l’état de mariage spirituel,
le’at fqfiurm’il aatfiofirnm de’u qnu aep lpae vl oulonnivteér dseel Dài elau mesyts qtiquuee t.o..u Lteas cleosn fâumsioens pparorvviieennnt,e pnet nàs ocents -éntaotu ;s ,m daeis c neo quus’ onnio nnes fqauite p caesl ala im dpislitqinucetion
de deux éléments inclus par saint Jean de la Croix dans les deux degrés d’union appelés fiançailles et mariage spirituels.
L’un de ces deux éléments est essentiel et permanent ; l’autre accidentel et passager. L’élément essentiel est
l’union des volontés entre Dieu et l’âme, union qui résulte de l’absence de défunts volontaires et de la perfection de la
charité ; l’élément accidentel consiste dans l’union actuelle des puissances, union mystique au sens propre du mot et qui
ne pDeeu ct eê tpreo icnot ndtein uvuee. ,» l’union transformante ou mariage spirituel peut exister en une personne sans qu’il y ait jamais en
elle union mystique, qui en serait un élément accidentel, comme les paroles intérieures ou la vision intellectuelle de la
sdaei nlate C Trroinixit,é l ’udnoinotn p tarralen ssfaoirnmtea nTtheé nrèes sea (uVrIaIèit Deeximsteeur rsea, ncsh .q Iu e’itl IyI) a. iItl anuo umso pinasra dîte c teermtapins aeun ctoenmtrpasir eu nqeu ec,o snetelomnp slaatiinotn J etraèns
déele vlaé ec hdaersit ép epraferfcatiitoen. s« dCiv’einset,s ,d cito-inl, tceommpmlaetio lno risnqfuusee l1e, qfeuui ,p aropcrèèsd ea vdoeisr bdloensss,é a lerr ibvéosis adloer ss aà fulanm dmeeg reét pl’raovpooirr tdioensnséé càh cée, lluei
pénètre enfin et le transforme en lui » (Vive Flamme, str. 1, v. 4).
vienDt ed ep luresc, ocnen qauîtir ee sct,o àm mnoes éyleéumxe, natb essosluemnteienlt dcee rlt’uaninio, nc’ etrsatn qsufoer ml’uannioten, psruopfopnodsee ldae ps uvroifliocanttiéosn emntorrea Dlei eduu efot nl’âdm dee, lq’âum’oen,
purification de l’amour-propre ou égoïsme plus ou moins conscient, source de quantité de défauts au moins indirectement
volontaires, et cette purification morale du fond de l’âme requiert, nous l’avons vu, selon saint Jean de la Croix les purifications
passives, qui éliminent les défauts des commençants et ceux des avancés.
Aussi maintenons-nous ce qu’avec de nombreux théologiens dominicains et carmes nous avons dit de la doctrine de
tseasin itm Tphoormtaansts s:u Nr uleits odbosncsu,r ee,t d1e. Ic, eclhle. 8d e: s«a Linat pJueraifnic daeti olan Cparosisxi.v eN oduess rsaepnpse lelesrto cnosm smurutonuet,, eploleu rs ete prmroidnueirt, ccheesz d leeu gxr atenxdnombre
des commençants » ; or, étant passive, elle est d’ordre mystique. Nuit obscure, 1. II, ch. 14 : « Les progressants
oCue lalev-acni ceésst dseo ntcro buiveenn td daanns sl ala v vooieie n iollurmmainlea tdivee l;a c s’easint tleàt éq,u aev Danietu m nêomurer itl ae tv fooiert ifuien ilt’iâvme,e e pt adrè lsa lcoorsn tceommpmlaetionnt uinnfeu sâem. e»
pourrait-elle être dans le mariage spirituel ou union transformante sans avoir jamais cette contemplation infuse des mystcèhraersit
éd e? la foi, qui n’est autre que l’exercice éminent des dons du Saint-Esprit, lesquels se développent en nous avec la
Nous ne pouvons admettre qu’un esprit de la valeur de saint Jean ait voulu seulement noter une chose accidentelle en
tércoruivvaenntt ld’aavnasn lta-d veornieie ilrl utemxitnea qtiuvee ;n co’uess tv «e nlào nqsu ed eD cieitue rn eotu prraitr elet qfouretilf ineo lu’âsm teer mpainr ecroonntse m: «p lLaetios np rinofgursees.s »a nts ou avancés se TABLE DES MATIÈRES Avant-Propos 1 CHAPITRE PREMIER Vie de la grâce et le prix de la première conversion 1
C HAPITRE II Seconde conversion, entrée dans la voie illuminative 9
C HAPITRE III Troisième conversion ou transformation de l’âme, entrée dans la voie unitive des parfaits 14 CHAPITRE IV Problème des trois âges de la vie spirituelle en théologie ascétique et mystique 19
C HAPITRE V Caractères de chacun des trois âges de la vie spirituelle 24
C HAPITRE VI La paix du règne de Dieu, prélude de la vie du ciel 28 Note. – L’appel à la contemplation infuse des mystères de la foi 30
1 Pour saint Jean de la Croix, « dans la voie illuminative Dieu nourrit l’âme par la contemplation infuse » (Nuit, 1. II, ch.
XIV) ; à plus forte raison dans la voie unitive.
Document réalisé
par les Amis du Christ Roi de France.
Nous soumettons
tous nos documents
aux lois du copyright chrétien :
nos documents peuvent être
librement reproduits et distribués,
avec mention de leur provenance.
A.C.R.F.
http://www.a-c-r-f.com
info@a-c-r-f.com

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s