Les trois sagesse:Thomas d’Aquin et l’Eucharistie

Théologie scientifique avec Thomas d’Aquin

Thomas d’Aquin et l’Eucharistie

21 Avril 2011

By MD

Dans son traité de l’Eucharistie, avant d’étudier la « conversion de toute la substance du pain et de toute la substance du vin dans le corps et le sang du Christ », ce que la Tradition a appelé la transsubstantiation, saint Thomas d’Aquin se demande pourquoi, du point de vue de la sagesse de Dieu, il convient que le corps du Christ soit réellement présent dans ce sacrement et non pas seulement d’une façon symbolique, par mode de signe[1]. S’appuyant dans la foi sur les paroles du Seigneur qui affirme : « Ceci est mon corps » et non pas « ceci signifie, exprime, symbolise mon corps offert en sacrifice », saint Thomas donne, dans une lumière contemplative, trois grandes raisons de ce réalisme avec lequel le Christ est présent dans l’Eucharistie. La fête du Jeudi Saint nous donne l’occasion de les méditer avec lui :

Que le vrai corps du Christ et son sang soient dans ce sacrement ne peut être saisi par le sens mais par la foi seule (sola fide), qui s’appuie sur l’autorité divine. C’est pourquoi, sur ce passage en saint Luc (22, 19) : Ceci est mon corps qui est livré pour vous, saint Cyrille dit : Ne doute pas que cela soit vrai mais reçois plutôt les paroles du Seigneur dans la foi ; puisqu’il est la vérité, il ne ment pas.

Certes, cela convient d’abord à la perfection de la Loi nouvelle. En effet, les sacrifices de la Loi ancienne contenaient le véritable sacrifice de la Passion du Christ seulement d’une façon figurative, selon cette parole de l’Epître aux Hébreux (10, 1) : La Loi ayant l’ombre des biens à venir, non l’image même des réalités. Et c’est pourquoi il fallut que le sacrifice de la Loi nouvelle institué par le Christ ait quelque chose de plus : à savoir qu’il le contienne lui-même ayant souffert la Passion, non seulement en signification ou en figure, mais aussi dans la vérité de la réalité. Et c’est pourquoi ce sacrement, qui contient réellement le Christ lui-même, est, comme le dit Denys, ce qui rend parfaits tous les autres sacrements, dans lesquels est participée la puissance du Christ.

En second lieu, cela convient à la charité du Christ, par laquelle il a assumé pour notre salut un vrai corps de notre nature. Et parce que le propre de l’amitié est par-dessus tout de vivre avec ses amis, comme le dit le Philosophe au livre IX de l’Éthique à Nicomaque, il nous a promis en récompense sa présence corporelle : Là où sera le corps, là se rassembleront les aigles (Mt 24, 28). Entretemps, cependant, il ne [nous] a pas privés de sa présence corporelle durant [notre] pèlerinage, mais, par la vérité de son corps et de son sang, il nous conjoint à lui en ce sacrement : Celui qui mange ma chair et boit mon sang demeure en moi et moi en lui (Jn 6, 57). C’est pourquoi ce sacrement est le signe de la plus grande charité et le réconfort de notre espérance, [puisqu’il opère] une conjonction si intime du Christ avec nous.

En troisième lieu, cela convient à la perfection de la foi qui, de même qu’elle porte sur la divinité du Christ, porte aussi sur son humanité, selon ce passage : Vous croyez en Dieu, croyez aussi en moi (Jn 14, 1). Et parce que la foi porte sur les réalités invisibles, de même que le Christ nous présente invisiblement sa divinité, de même aussi, dans ce sacrement, il nous présente sa chair selon un mode invisible.

Certains, ne prêtant pas attention à tout cela, ont affirmé que le corps et le sang du Christ, ne sont dans ce sacrement que comme dans un signe. Cela doit être rejeté comme hérétique, du fait que cela est contraire aux paroles du Christ…

Réalisme de l’unique sacrifice du Christ, présent mystérieusement pour nous à chaque eucharistie ; plénitude de son amour pour nous, qui accomplit en quelque sorte le mystère de l’Incarnation en allant jusqu’au bout du réalisme de l’amitié divine qu’est la charité ; perfection de la foi chrétienne qui nous fait vivre de l’invisible comme s’il était visible. Ces trois grandes raisons de sagesse nous aident à découvrir combien le mystère eucharistique est au cœur de notre vie chrétienne.

Marie-Dominique Goutierre

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s