Le Roi UBU fête son quarantième millénaire à Chambord avec sa Grand-Mère UBU ,Lucy, et lui demande:pourquoi es-tu si laide aujourd’hui?

Publicités

The catholic thing:Partisan Politics Preventing Pastoral Practice by Randall Smith

Sacred Spaces

True Beauty

Books Received

 

Partisan Politics Preventing Pastoral Practice

Imagine it is 1930, and someone has established a “pastoral outreach” to the Jewish people of Germany. One group hears about this program and insists that if it does not involve attempts to convert these Jews to Christianity, it will be “un-Christian.” The most charitable thing one can do for those who are separated from Christ, it is said, is to ensure that they enter upon the path of their salvation. To leave them in their ignorance and error would be “un-Christian.” And besides, since the whole “Jewish question” is roiling the country, wouldn’t it help the problem go away if these Jews simply agreed to become Christians?

Another group insists that the only way to deal with any Jewish person is to affirm them in their Jewish identity. Any attempt to “change” them would be bigoted. Yes, there are Jews like Edith Stein who converted, but she is an embarrassment to this group because her example complicates what they believe is “true ecumenism” and a “healthy dialogue with the Jewish people.” This healthy dialogue would not, in their view, involve any mention of the Christian faith – something they believe would be inimical to the respectful relationship that ought to exist with this traditionally victimized minority. The only way to deal with the political issues swirling around the Jews, this group argues, is to highlight the horrible victimization they have suffered at the hands of Christians and to make “being Jewish” something that everyone in the country honors as noble. Anything else would be “un-Christian.”

The first group hates the second and considers them to be abandoning their duty to spread the Gospel and win souls for Christ. The second group hates the first, considering them to be ignorant racists, bigots, and hypocrites who lack the sophistication and education to understand how to deal with Jewish people.

The person who establishes this 1930 pastoral outreach is in neither camp, it turns out, and decides that the best thing to do is to start by just getting people together to talk – Christians being very clear about their Christianity listening to Jews talk about their experiences dealing with Christians. He invites Edith Stein to speak, not as a model of the path everyone should take, but as a person with experience of both worlds who can help Christians understand Jews and Jews understand Christians.

The first group hates him because he isn’t trying to convert all participants to Christianity, thereby leaving them in ignorance and error. The second group hates him because he is very open about his Christianity, which they assume will alienate Jews, and because it goes against their political agenda of giving the Jewish people special honor in society. To them, inviting Edith Stein, a Jewish convert, just shows how little the pastoral outreach understands since her conversion is a scandal to Jews they know. In the end, neither partisan group converts many Jews or decreases the abuse of Jews in Europe.

*

Now consider another case. A young man in the prime of his career is invited to take a leadership role in Courage, a Catholic outreach to men and women with same-sex attractions. The group neither attempts to “convert” people from homosexual to heterosexual, nor do they keep their Catholic moral convictions about the immorality of same-sex sexual activity a secret.  Although they accept their Church’s teaching fully, they also believe that too many Christians have treated men and women with same-sex attractions badly; that the Church cannot merely wish the problem away; and that it is important to engage in pastoral outreach to people who are often hurting, frequently misunderstood, and who need the Church’s love and spiritual guidance.

The analogy here, just to be clear, is not between Jews and those with same-sex attractions; it is between the partisan reactions to the first pastoral challenge and the partisan reactions to the second.

Everyone talks about “dialogue,” but what this too often means is dialogue on my terms. For group 1, it means these people must come penitent and ready to listen to us Catholics tell them how bad they are. For group 2, it means these people should come ready to listen to us be penitent for how bad we Catholics are.

I wonder why anyone would go to either group. As for group 1, even people feeling guilty about something don’t want repeated condemnation. They go to a support group to listen, learn, and reflect in the company of others. As for group 2, why would anyone go listen to people whine about their guilt? How does this help me? Such people have simply turned my problem into their problem. People who are hurting don’t want to be told they have no reason to be hurting. And, of course, no one should lie about what the Church teaches under the guise of “building a bridge” – and make himself look and feel “more-sensitive-than-thou.”

So what about our young friend invited to work for Courage? Will he take the job? If he does, will he be pigeonholed by both sides – treated with suspicion by partisans on one side because of his work with homosexuals or as an ignorant bigot who worked with one of those groups obedient to the Church by partisans on the other? If you were his friend, what would you advise?

Is the partisan posturing over “the best way” to help gay Christians really helping anyone? Or should we let people dedicated to the Church’s teaching do the best they can, and let gay men and women searching for guidance from the Church help us sort it all out? We can be honest about what the Church teaches, and they can be honest about who they are and how they hear what we’re telling them. If we as a Church say we care about gay people, about their lives and well-being, then we need pastors to help by being willing to both tell and listen to the truth.

 

*Image: The Calling of St. Matthew by Caravaggio, c. 1600 [Church of San Luigi dei Francesi, Rome]

 

Le Conflit :Hildegard GOSS-MAYR (née en 1930)

        Hildegard GOSS-MAYR dont l’action est inséparable de celle de Jean GOSS (qu’elle épouse en 1958), autrichienne, est un témoin majeur de la non-violence évangélique dans le monde. Elle est la fille du fondateur de la branche autrichienne du MIR (Kaspar MAYR), autant dire qu’elle s’est nourrie d’une tradition pacifiste familiale. Présidente d’honneur du Mouvement International de la Réconciliation (MIR) et membre du comité de parrainage de la Coordination française pour la Décennie et de celui de la Coordination international pour la Décennie de la culture de paix et de non-violence. Philosophe, écrivaine, militante de la paix, elle s’engage contre la guerre et pour la libération par la non-violence dès les heures sombres de l’Anschluss, du nazisme et de la Seconde Guerre Mondiale. Ayant fait ses études de philosophie à Vienne et à New Haven aux Etats-Unis, elle est la première femme à obtenir son doctorat  sub auspiciis en 1953 à l’université de Vienne.

Après avoir participé au rapprochement ente l’Europe de l’Est et l’Europe de l’Ouest dans les années 1950, elle obtient des pères conciliaires de Vatican II une reconnaissance de l’objection de conscience. Elle travaille ensuite en Amérique latine pour la construction d’un mouvement non-violent, collaborant avec Dom Hélder CÂMARA, Adolfo PEREZ ESQUIVEL, Dom Antonio FRAGOSO, évêque de Crateus (Brésil), puis plus tard avec Oscar ROMERO, archevêque de San Salvador.

Elle a un rôle déterminant, avec Jean GOSS, dans la préparation de la révolution non-violente aux Philippines (People Power) en 1986.

Elle forme de nombreux groupes à la non-violence active dans de nombreux pays, en Europe, dans les deux Amériques, en Asie et en Afrique.

Très peu de textes, dans l’ensemble de cet auteure,  rédigés pour la plupart en allemand, sont traduits en français.

 

Hildegard et Jean GOSS-MAYR, Une autre révolution, Violence des non-violents, Cerf, 1969 ; Evangile et luttes de paix : séminaire d’entrainement à la non-violence évangélique et ses méthodes d’enseignement, Bergers et Mages, 1989 ; Une révolution pour tous les hommes libres, Toulouse, Centre d’information pour l’ouverture au tiers-monde, 1969? ;

Hildegard GOSS-MAYR, Oser le combat non-violent aux côtés de Jean Goss, Cerf, 1998 ; Jean Goss, Mystique et militant de la non-violence (avec Jo HANSSENS, Namur, Fidélité, 2010.

Richard DEATS, Marked for life. The Story of Hildegard Goss-Mayr, Hyde Park, New York, New City Press, 2009. Gérard HOUVER, Jean et Hildegard GOSS : la non-violence, c’est la vie, Cerf, 1981.

Le Conflit Hubert CAMON (1855-1942) Le général français Hubert CAMON est avec Jean COLIN, l’un des deux auteurs de stratégie militaire les plus importants de la période de l’immédiat avant Première Guerre Mondiale. Avec La guerre napoléonienne, les systèmes d’opérations et La guerre napoléonienne, précis des campagnes en deux tomes (1925) il rivalise avec les auteurs allemands et se livre à une critique de CLAUSEWITZ. Il fait partie du renouveau de la pensée stratégique française d’après 1905. Polytechnicien, sortit dans l’artillerie, capitaine en 1884, il passe par l’École de guerre, devient chef d’escadron en 1898, puis enseigne l’art militaire à l’Ecole d’application de l’artillerie et du génie à partir de décembre 1890. Nommé lieutenant-colonel, il dirige l’Ecole d’artillerie du 10e corps en 1905. Devenu colonel !1909) puis général de brigade (1913), il prend le commandement de l’artillerie du 14e corps. Pendant la Première Guerre mondiale, il prend le commandement de la surveillance de la fabrication des matériels et projectiles de l’artillerie lourde. Admis au cadre de réserve en février 1917, il poursuit ses réflexions stratégiques. Ses premiers écrits concernent la technique de la téléphonie militaire et l’organisation du commandement (Nouveaux appareils de téléphonie militaire, Revue d’artillerie, 1885 ; Le commandement et ses auxiliaires, 1893) édités chez Berger-Levrault, habitué des éditions d’études militaires. A partir de 1890, il livre ses premières pages sur la guerre napoléonienne et la bataille. Féru comme beaucoup des études évolutionnistes (plus ou moins bien comprises), il remarque que les principales entrées en campagne de NAPOLÉON reproduisent un même schéma. Faisant la même remarques sur ses principales batailles, il tente de connaitre les méthodes, les systèmes qui avaient assuré ses victoires, à la lumière par exemple des 32 volumes de la Correspondance de NAPOLÉON. Il étudie de près tous les ordres de mission et estime y trouver d’autres enseignements que ceux qu’avaient dégagé CLAUSEWITZ. Comme l’Empereur n’a jamais fait un exposé complet de ses systèmes de batailles (beaucoup d’ordres étant oraux), il entreprend des recherches d’autres sources, notamment chez ses généraux et maréchaux, dont beaucoup ont publié leurs mémoires. Hubert CAMON constate alors que NAPOLÉON n’avait que deux système de manoeuvre et deux système correspondants de bataille qu’il modifie souvent. Comparant ces plans à des systèmes abstraits, il recherche dans quelle mesure et comment ils en différaient. Avant de mettre au point les analyses de campagne par lesquelles il y était arrivé, il fait publier une petite brochure en 1899, La bataille napoléonienne. Les écrivains militaires de l’époque la reçoivent sans indulgence. Ils critiquent la comparaison avec des organismes vivants qui, par accident, ne se développent pas toujours normalement. Lorsqu’il est nommé en décembre 1900 professeur au cours d’art militaire à l’Ecole d’application de l’artillerie et du génie, il reprend les études de ces batailles. Inlassablement, il peaufine ses analyses et approfondi non seulement l’étude des stratégies de NAPOLÉON, dont il possède plus d’informations que CLAUSEWITZ en fin de compte, insiste pour qu’on lise CLAUSEWITZ sérieusement sans en faire un stratégiste uniquement napoléonien, l’attaque lorsque tout le monde se focalise un peu trop sur lui, le défend lorsqu’on le délaisse un peu trop : tout CLAUSEWITZ pourrait-on dire, mais rien que CLAUSEWITZ. Il poursuit ensuite sur sa lancée après la Première Guerre mondiale, décortiquant ce que l’état-major allemand a compris et appliqué (incomplètement) du célèbre stratégiste et met en relief des erreurs du commandement de l’ennemi alors vaincu. Pour revenir en fin de carrière encore sur la stratégie napoléonienne. Loin d’être un va-t-en guerre surtout à la fin de la Grande guerre, il met l’accent sur l’aspect en ultime recours de la guerre pour traiter de la politique, rejoignant ainsi un des enseignements majeurs de CLAUSEWITZ sur le rapport entre les deux. S’il est moins étudié officiellement dans les écoles de guerre (il n’est pas méconnu aux Etats-Unis) que d’autres auteurs, il semble bien que ses livres soient pourtant très lus. Des écrits du général DE GAULLE l’indiquent et certaines manoeuvres militaires contemporaines s’en inspirent également (« manoeuvres sur les arrières »…). Hubert CAMON, La guerre napoléonienne, Les sytème d’opérations, Théorie et technique, Economica, 1996 ; Précis des compagnes, La guerre napoléonienne, Editions Historiques Teissèdre, Collection du Bicentenaire de l’épopée impériale, 1999. Bruno COLSON, Camon ou l’exégète de Napoléon, préface à la réédition de La guerre napoléonienne., Les systèmes d’opérations, Economica, Bibliothèque stratégique, 1996.

   Le général français Hubert CAMON est avec Jean COLIN, l’un des deux auteurs de stratégie militaire les plus importants de la période de l’immédiat avant Première Guerre Mondiale. Avec La guerre napoléonienne, les systèmes d’opérations et La guerre napoléonienne, précis des campagnes en deux tomes (1925) il rivalise avec les auteurs allemands et se livre à une critique de CLAUSEWITZ. Il fait partie du renouveau de la pensée stratégique française d’après 1905.

Polytechnicien, sortit dans l’artillerie, capitaine en 1884, il passe par l’École de guerre, devient chef d’escadron en 1898, puis enseigne l’art militaire à l’Ecole d’application de l’artillerie et du génie à partir de décembre 1890. Nommé lieutenant-colonel, il dirige l’Ecole d’artillerie du 10e corps en 1905. Devenu colonel !1909) puis général de brigade (1913), il prend le commandement de l’artillerie du 14e corps. Pendant la Première Guerre mondiale, il prend le commandement de la surveillance de la fabrication des matériels et projectiles de l’artillerie lourde. Admis au cadre de réserve en février 1917, il poursuit ses réflexions stratégiques.

Ses premiers écrits concernent la technique de la téléphonie militaire et l’organisation du commandement (Nouveaux appareils de téléphonie militaire, Revue d’artillerie, 1885 ; Le commandement et ses auxiliaires, 1893) édités chez Berger-Levrault, habitué des éditions d’études militaires.

A partir de 1890, il livre ses premières pages sur la guerre napoléonienne et la bataille. Féru comme beaucoup des études évolutionnistes (plus ou moins bien comprises), il remarque que les principales entrées en campagne de NAPOLÉON reproduisent un même schéma. Faisant la même remarques sur ses principales batailles, il tente de connaitre les méthodes, les systèmes qui avaient assuré ses victoires, à la lumière par exemple des 32 volumes de la Correspondance de NAPOLÉON. Il étudie de près tous les ordres de mission et estime y trouver d’autres enseignements que ceux qu’avaient dégagé CLAUSEWITZ. Comme l’Empereur n’a jamais fait un exposé complet de ses systèmes de batailles (beaucoup d’ordres étant oraux), il entreprend des recherches d’autres sources, notamment chez ses généraux et maréchaux, dont beaucoup ont publié leurs mémoires. Hubert CAMON constate alors que NAPOLÉON n’avait que deux système de manoeuvre et deux système correspondants de bataille qu’il modifie souvent. Comparant ces plans à des systèmes abstraits, il recherche dans quelle mesure et comment ils en différaient.

Avant de mettre au point les analyses de campagne par lesquelles il y était arrivé, il fait publier une petite brochure en 1899, La bataille napoléonienne. Les écrivains militaires de l’époque la reçoivent sans indulgence. Ils critiquent la comparaison avec des organismes vivants qui, par accident, ne se développent pas toujours normalement. Lorsqu’il est nommé en décembre 1900 professeur au cours d’art militaire à l’Ecole d’application de l’artillerie et du génie, il reprend les études de ces batailles. Inlassablement, il peaufine ses analyses et approfondi non seulement l’étude des stratégies de NAPOLÉON, dont il possède plus d’informations que CLAUSEWITZ en fin de compte, insiste pour qu’on lise CLAUSEWITZ sérieusement sans en faire un stratégiste uniquement napoléonien, l’attaque lorsque tout le monde se focalise un peu trop sur lui, le défend lorsqu’on le délaisse un peu trop : tout CLAUSEWITZ pourrait-on dire, mais rien que CLAUSEWITZ. Il poursuit ensuite sur sa lancée après la Première Guerre mondiale, décortiquant ce que l’état-major allemand a compris et appliqué (incomplètement) du célèbre stratégiste et met en relief des erreurs du commandement de l’ennemi alors vaincu. Pour revenir en fin de carrière encore sur la stratégie napoléonienne.

Loin d’être un va-t-en guerre surtout à la fin de la Grande guerre, il met l’accent sur l’aspect en ultime recours de la guerre pour traiter de la politique, rejoignant ainsi un des enseignements majeurs de CLAUSEWITZ sur le rapport entre les deux. S’il est moins étudié officiellement dans les écoles de guerre (il n’est pas méconnu aux Etats-Unis) que d’autres auteurs, il semble bien que ses livres soient pourtant très lus. Des écrits du général DE GAULLE l’indiquent et certaines manoeuvres militaires contemporaines s’en inspirent également (« manoeuvres sur les arrières »…).

Hubert CAMON, La guerre napoléonienne, Les sytème d’opérations, Théorie et technique, Economica, 1996 ; Précis des compagnes, La guerre napoléonienne, Editions Historiques Teissèdre, Collection du Bicentenaire de l’épopée impériale, 1999.

Bruno COLSON, Camon ou l’exégète de Napoléon, préface à la réédition de La guerre napoléonienne., Les systèmes d’opérations, Economica, Bibliothèque stratégique, 1996.

 

   Le général français Hubert CAMON est avec Jean COLIN, l’un des deux auteurs de stratégie militaire les plus importants de la période de l’immédiat avant Première Guerre Mondiale. Avec La guerre napoléonienne, les systèmes d’opérations et La guerre napoléonienne, précis des campagnes en deux tomes (1925) il rivalise avec les auteurs allemands et se livre à une critique de CLAUSEWITZ. Il fait partie du renouveau de la pensée stratégique française d’après 1905.

Polytechnicien, sortit dans l’artillerie, capitaine en 1884, il passe par l’École de guerre, devient chef d’escadron en 1898, puis enseigne l’art militaire à l’Ecole d’application de l’artillerie et du génie à partir de décembre 1890. Nommé lieutenant-colonel, il dirige l’Ecole d’artillerie du 10e corps en 1905. Devenu colonel !1909) puis général de brigade (1913), il prend le commandement de l’artillerie du 14e corps. Pendant la Première Guerre mondiale, il prend le commandement de la surveillance de la fabrication des matériels et projectiles de l’artillerie lourde. Admis au cadre de réserve en février 1917, il poursuit ses réflexions stratégiques.

Ses premiers écrits concernent la technique de la téléphonie militaire et l’organisation du commandement (Nouveaux appareils de téléphonie militaire, Revue d’artillerie, 1885 ; Le commandement et ses auxiliaires, 1893) édités chez Berger-Levrault, habitué des éditions d’études militaires.

A partir de 1890, il livre ses premières pages sur la guerre napoléonienne et la bataille. Féru comme beaucoup des études évolutionnistes (plus ou moins bien comprises), il remarque que les principales entrées en campagne de NAPOLÉON reproduisent un même schéma. Faisant la même remarques sur ses principales batailles, il tente de connaitre les méthodes, les systèmes qui avaient assuré ses victoires, à la lumière par exemple des 32 volumes de la Correspondance de NAPOLÉON. Il étudie de près tous les ordres de mission et estime y trouver d’autres enseignements que ceux qu’avaient dégagé CLAUSEWITZ. Comme l’Empereur n’a jamais fait un exposé complet de ses systèmes de batailles (beaucoup d’ordres étant oraux), il entreprend des recherches d’autres sources, notamment chez ses généraux et maréchaux, dont beaucoup ont publié leurs mémoires. Hubert CAMON constate alors que NAPOLÉON n’avait que deux système de manoeuvre et deux système correspondants de bataille qu’il modifie souvent. Comparant ces plans à des systèmes abstraits, il recherche dans quelle mesure et comment ils en différaient.

Avant de mettre au point les analyses de campagne par lesquelles il y était arrivé, il fait publier une petite brochure en 1899, La bataille napoléonienne. Les écrivains militaires de l’époque la reçoivent sans indulgence. Ils critiquent la comparaison avec des organismes vivants qui, par accident, ne se développent pas toujours normalement. Lorsqu’il est nommé en décembre 1900 professeur au cours d’art militaire à l’Ecole d’application de l’artillerie et du génie, il reprend les études de ces batailles. Inlassablement, il peaufine ses analyses et approfondi non seulement l’étude des stratégies de NAPOLÉON, dont il possède plus d’informations que CLAUSEWITZ en fin de compte, insiste pour qu’on lise CLAUSEWITZ sérieusement sans en faire un stratégiste uniquement napoléonien, l’attaque lorsque tout le monde se focalise un peu trop sur lui, le défend lorsqu’on le délaisse un peu trop : tout CLAUSEWITZ pourrait-on dire, mais rien que CLAUSEWITZ. Il poursuit ensuite sur sa lancée après la Première Guerre mondiale, décortiquant ce que l’état-major allemand a compris et appliqué (incomplètement) du célèbre stratégiste et met en relief des erreurs du commandement de l’ennemi alors vaincu. Pour revenir en fin de carrière encore sur la stratégie napoléonienne.

Loin d’être un va-t-en guerre surtout à la fin de la Grande guerre, il met l’accent sur l’aspect en ultime recours de la guerre pour traiter de la politique, rejoignant ainsi un des enseignements majeurs de CLAUSEWITZ sur le rapport entre les deux. S’il est moins étudié officiellement dans les écoles de guerre (il n’est pas méconnu aux Etats-Unis) que d’autres auteurs, il semble bien que ses livres soient pourtant très lus. Des écrits du général DE GAULLE l’indiquent et certaines manoeuvres militaires contemporaines s’en inspirent également (« manoeuvres sur les arrières »…).

Hubert CAMON, La guerre napoléonienne, Les sytème d’opérations, Théorie et technique, Economica, 1996 ; Précis des compagnes, La guerre napoléonienne, Editions Historiques Teissèdre, Collection du Bicentenaire de l’épopée impériale, 1999.

Bruno COLSON, Camon ou l’exégète de Napoléon, préface à la réédition de La guerre napoléonienne., Les systèmes d’opérations, Economica, Bibliothèque stratégique, 1996.

 

Russie politics JO: Les purges du CIO contre la Russie Sans même plus recourir au prétexte du dopage, le CIO a décapité le sport russe en enlevant 111 noms de la liste-le CIO est vendu aux américains dont tous les sportifs sont dopés et souvent drogués-et varia du 25/1/2018

 

 

Non suivi
EAQ
Evangile au Quotidien – l’EVANGILE AU QUOTIDIEN « Seigneur, vers qui irions-nous ? Tu as les paroles de la vie éternelle » Jn 6, 68 Vendredi 26 janvier 2018 Mémoire des saints Timothée et Tite, évêques, compagnons de
00:09
Non suivi
Hervé FABRE-AUBRESPY
Invitation – Cérémonie des voeux – 29 janvier à 19 heures à la Bastide blanche – Cabriès – ​Chers amis, Nous vous souhaitons une très bonne année 2018 ! Qu’elle vous apporte beaucoup de bonheur dans votre vie personnelle, familiale, professionnelle ou associative. Qu’elle soit
00:02
Non suivi
Long War Journal – FDD’s.
The Long War Journal (Site-Wide) – The Long War Journal (Site-Wide) Uighur group in Syria creates Palestinian sub-unit Uzbek group shows ambush in northern Afghanistan Iranian-backed Iraqi militias form coalition ahead of parliamentary
23:34
Non suivi
Veterans For Peace
VFP eNews: Olympic Truce Action, Women Call for Action and More! – If you’d like to view this email in a Web browser, please click here. Join or Renew Membership | Donate | Chapter Contacts | Online Store Thusday, January 25th Join Veterans Challenge Islamophobia
23:28
Non suivi
Russie politics
 Russie politics JO: Les purges du CIO contre la Russie  Sans même plus recourir au prétexte du dopage, le CIO a décapité le sport russe en enlevant 111 noms de la liste
Non suivi
Gaudium Press
GAUDIUM PRESS – Si no consigue abrir el email, haga click aqui. Gaudium Press Inicio | ¿Quiénes somos? | ¿Por qué Gaudium? | Haga parte | Portugués | Últimas Noticias Roma En la Audiencia General el Papa recuerda
23:13
Non suivi
Newsletter
Découvrez nos dernières parutions « Linguistique » – Janvier 2018 – Image Facebook Twitter YouTube Nos nouveautés Chers lecteurs, Voici nos dernières parutions. Bonne lecture ! Feuilleter ce livre MAYAS Une forêt de chiffres pour [ra]compter André Cauty Préface de Jean
23:09
Non suivi
ICH Newsletter
ICH: An Empire of Graveyards? – Having trouble viewing this email? Click here Not For Profit – For Justice 100% Non Commercial, Fearless, Forthright & Independent January 25, 2018 Op-Ed « Who Lost Turkey? » – The US-
23:09
Non suivi
Fort Russ
Fort Russ – Fort Russ Syrian army repels ISIL attacks in Deir Ez-Zor WATCH: Russia’s magnificent new IL-78 takes first flight Putin’s advice to students – « don’t be afraid to make mistakes »
23:00
Non suivi
KURT★BRINDLEY
[Nouvel article] The Irrepressible Nature of Irony* – Kurt Brindley a publié : »If you were to do a search on my site for the word « irony » — and why would you? — but, if you were to, of the ten results you receive, the first three of the
22:47
Non suivi
Newsletter
Découvrez nos dernières parutions « Musique » – Janvier 2018 – Image Facebook Twitter YouTube Nos nouveautés Chers lecteurs, Voici nos dernières parutions. Bonne lecture ! Feuilleter ce livre LANGSTON HUGHES ET LA RENAISSANCE DE HARLEM Emergence d’une voix
22:35
Non suivi
Economy & Markets
I’m changing my name to Charles Blockchain – Staying Ahead of the Crowd All Hell’s About to Break Loose In his latest video…Harry Dent reveals a landmark development so potentially explosive it could take down the American economy. Send this
22:28
Non suivi
Contact Atelier Paysan
[L’Atelier Paysan] Newsletter Janvier 2018 – Voir la version en ligne Facebook Twitter Flickr Le 25 janvier 2018, à Renage (38) ACTUS FORMATIONS ¯ ¯ ¯ Les prochaines formations : > Consultez la liste exhaustive sur la page « Formations
22:27
Non suivi
Money and Markets
A Stock Bigger Than Amazon and Google Combined – A new form of energy is going to disrupt at least three major parts of our economy. And I believe it’s going to make massive fortunes for those who in View in Browser | Thursday, January 25, 2018
22:25
Non suivi
La Charte de Fontevrault
[Nouvel article] Retour sur les échanges suscités par la présentation du PFM (Parti de … – alaintexier a publié : »De Alain Texier, Président fondateur de la Charte de Fontevrault à Frédéric, président du PFM Cher ami, si vous me permettez cette familiarité, Autour de vos écrits, les
22:19
Non suivi
Olivier Demeulenaere – R.
[Nouvel article] Bitcoin, Ethereum, Ripple : Macron veut réguler les cryptomonnaies ! – Olivier Demeulenaere a publié : » « Dans un discours prononcé au forum économique de Davos, Emmanuel Macron, le président de la République Française, a longuement argumenté en faveur de la
22:05
Non suivi
SCOTUSblog
SCOTUSblog – SCOTUSblog Symposium: Polling-place speech restrictions collide with modern free-speech doctrine Thursday round-up Petition of the day North Carolina redistricting wars return Justices release March
21:54
Non suivi
Eyes on Trade
Eyes On Trade: TPP-11 Countries Announce a Deal — While We Dodged a Bullet on ISDS Expa… – Eyes On Trade: TPP-11 Countries Announce a Deal — While We Dodged a Bullet on ISDS Expansion Here, Our International Allies Face a Major Fight TPP-11 Countries Announce a Deal — While We Dodged a
21:53
Non suivi
Pew Research Center
Americans’ top policy priorities for Trump and Congress – 46% of Americans disapprove of the tax law passed by Trump and Congress; 37% approve Is this email not displaying correctly? View it in your browser. January 25, 2018 Economic issues decline among
21:53
Non suivi
Blog uranopole.over-blog.
Le blog de pierre verhas a publié le nouvel article : Commenceraient-ils à avoir peur ? – Nouvel article sur le blog : http://uranopole.over-blog.com?utm_source=_ob_email&utm_medium=_ob_notification&utm_campaign=_ob_pushmail Commenceraient-ils à avoir peur ? I Les migrants
21:50
Non suivi
Tanya Granic Allen
The End of Patrick Brown – Olivier, As I’ve written to you several times in the past few months, “Patrick Brown won’t be leader of the PC Party forever, and that day might come sooner rather than later.” As you’ve
21:49
Non suivi
Blog lechatsurmonepaule..
Le blog de Robin Guilloux a publié le nouvel article : Rudolf Otto : Le numineux – Nouvel article sur le blog : http://lechatsurmonepaule.over-blog.fr?utm_source=_ob_email&utm_medium=_ob_notification&utm_campaign=_ob_pushmail Rudolf Otto : Le numineux Rudolf Otto, Le sacré, l
21:22
Non suivi
Blog marc-candelier.com
Blog de Marc Candelier a publié le nouvel article : La subversion Mondialiste Messianique – Nouvel article sur le blog : http://www.marc-candelier.com?utm_source=_ob_email&utm_medium=_ob_notification&utm_campaign=_ob_pushmail La subversion Mondialiste Messianique Conférence de
21:19
Non suivi
Gold Anti-Trust Action C.
[GATA] Mike Kosares: Why gold can beat hyperinflation – Mike Kosares: Why gold can beat hyperinflation Submitted by cpowell on 08:13PM ET Thursday, January 25, 2018. Section: Daily Dispatches 3:15p ET Thursday, January 25, 2018 Dear Friend of GATA and Gold:
21:16
Non suivi
Dawn Hawkins, NCOSE
Insider’s peak: NCOSE testifies before legislators in 2 states – NCOSE Educates, Gives Direction to Lawmakers & Influencers Dear Brandenburg, I’m excited this week to share how the National Center on Sexual Exploitation is influencing the influencers of our
21:06
Non suivi
Civitas et associations .
La Marche pour la Vie impose une réflexion stratégique – Alain Escada : “La Marche pour la Vie impose une réflexion stratégique” Le texte ci-dessous examine la Marche pour la Vie à la française (car différente de la façon dont se passent des marches du même
21:00
Non suivi
Ecofin Electricité
Ecofin Electricité – 25/01/2018 – https://www.agenceecofin.com/electricite Burkina Faso : 8 centrales photovoltaïques d’une capacité totale de 100 MW seront bientôt implantées JEUDI, 25 JANVIER, 2018 twitter Facebook Version
20:56
Non suivi
Blog gfaye.com
[J’ai tout compris – Blog de Guillaume Faye] La guérilla ethnique s’aggrave – J’ai tout compris – Blog de Guillaume Faye possède un nouvel article, ‘La guérilla ethnique s’aggrave’ Chaque année, pendant la nuit du Nouvel An, les incidents provoqués gratuitement
20:42
Non suivi
Editions l’Harmattan
Découvrez nos dernières parutions Afrique janvier 2018 (2ème quinzaine) – Image Facebook Twitter YouTube Afrique 2ème quinzaine janvier 2018 Chers lecteurs, Voici nos dernières parutions. Bonne lecture. SOCIOLOGIE Feuilleter ce livre ADOLESCENCE ET ÉDUCATION EN MILIEU
20:41
Non suivi
Mondialisation.ca
Le symptôme Trump, Palestine occupée, le plan nucléaire du Pentagone… – Suivez nous sur Facebook Suivez nous sur Twitter Visitez notre site Mondialisation TV Le symptôme Trump, Palestine occupée, le plan nucléaire du Pentagone… Par mondialisation.ca Mondialisation.ca, 25
25 janv.
Non suivi
Ecofin Oil and Gas
Ecofin Oil and Gas – 25/01/2018 – https://www.agenceecofin.com/hydrocarbures Nigéria : le Sénat donne 7 jours à la NNPC pour mettre fin à la pénurie de carburant qui prévaut dans les grandes villes JEUDI, 25 JANVIER, 2018 twitter
25 janv.
Non suivi
Christian Vanneste
Christian Vanneste – Christian Vanneste Non, la France n’est pas de retour ! Posted: 24 Jan 2018 09:53 PM PST parlementecrase Les Français ont pu entendre la traduction du discours de « leur » Président à Davos. Soyons
25 janv.
Non suivi
nsnbc international
[Nouvel article] How Uncle Sam launders marijuana money – Ellen H. Brown a publié : »Ellen H. Brown (nsnbc) : In a blatant example of “do as I say, not as I do,” the US government is profiting handsomely by accepting marijuana cash in the payment of taxes
25 janv.
Non suivi
TV Libertés
JT – Coup de ripolin sur le bac – JT – Coup de ripolin sur le bac Aujourd’hui sur tvlibertes.com Voir cet e-mail dans votre navigateur Coup de ripolin sur le bac Mercredi, le rapport Mathiot a été remis au ministre de l’
25 janv.
Non suivi
The Power Hour
Today’s Newsletter – January 24, 2018 – It’s All About The Truth Having trouble viewing this email? Click here Hi, just a reminder that you’re receiving this email because you have expressed an interest in The Power Hour. Don’t
25 janv.
Non suivi
La contre-révolution
[Nouvel article] Émeute dans un Intermarché à Beauvais pour du Nutella en promotion – ccr2013 a publié : »https://www.youtube.com/watch?v=oxbwj7VpUIE Ce genre de fait de société est vraiment révélateur de notre époque dégénérée et décadente. Que des gens se bagarrent pour acheter du
25 janv.
Non suivi
CounterPunch News
Roundups, Checkpoints and National ID Card – Note: Outlook 365 users may experience issues with links in this email. The issue is related to Outlook 365 and not with the links below. We have been in touch with Microsoft and were told they are
25 janv.
Non suivi
Fondation iFRAP
iFRAP > Prisons > La note du Macronomètre > NDDL, Exposition universelle, etc > Agricul… – Fondation iFRAP Think tank dédié à l’analyse des politiques publiques, laboratoire d’idées innovantes Twitter Facebook Google+ Youtube NEWSLETTER DU 25 JANVIER 2018 EDITO ÉTAT ET COLLECTIVITÉS
25 janv.
Non suivi
Campaign 18:05
Top 5 stories you need to know today: Presidents Club Dinner tops a sorry week for WPP … – View in web browser | Add to safe senders list Campaign 18:05 The five things you need to know today Most read Presidents Club Dinner tops a sorry week for WPP Jeremy Lee Presidents Club Dinner tops a
25 janv.
Non suivi
AGEFI Suisse
Newsletter du 25.01.18 – Informations économiques et financières Protectas vise le 100% digital d’ici 2020 Yves Berchten. L’entreprise de sécurité Protectas, aux 3000 employés en Suisse, décline localement la vision
25 janv.
Non suivi
DomTomNews
DOMTOM NEWS (Global) – DOMTOM NEWS (Global) Perte de contrôle dans le brouillard de la route des Tamarins Indonésie : des centaines d’enfants frappés par la rougeole en Papouasie A trop suivre leur GPS, ils finissent
25 janv.
Non suivi
medias-presse.info
[Nouvel article] La sécurité sociale cessera d’exister si nous continuons à ouvrir les … – Pierre-Alain Depauw a publié : » Belgique – Bart De Wever, président de la N-VA, plus important parti de Belgique et de Flandre, a déclaré qu’ouvrir les frontières aux migrants comme le
25 janv.
Non suivi
medias-presse.info
[Nouvel article] Ignace – Gardiens de prison et détenus radicalisés – Ignace a publié : » » Nouvel article sur medias-presse.info Ignace – Gardiens de prison et détenus radicalisés par Ignace Ignace – Gardiens de prison et détenus radicalisés Ignace | janvier 25,
25 janv.
Non suivi
La librairie Prions
Vos bonnes résolutions à petits prix – Il est encore temps de tenir vos bonnes résolutions Si vous avez des difficultés pour visualiser ce message, consultez notre version en ligne Il est encore temps de tenir vos bonnes résolutions pour
25 janv.
Non suivi
Laura Berny, Les Echos
La CDC, La Poste, la CNP dans le même bâteau ? – La CDC, La Poste, la CNP dans le même bâteau ? Les echos L’ACTUALITÉ DU JOUR PAR Laura Berny @lb93 À NE PAS MANQUER La CDC, La Poste, la CNP dans le même bâteau ? La formation d’un pôle
25 janv.
Non suivi
Bulletin of the Atomic S.
IT IS TWO MINUTES TO MIDNIGHT – Having trouble viewing this email? Click here to view an online version. IT IS NOW 2 MINUTES TO MIDNIGHT Because of the “extraordinary danger of the current moment,” the Science and Security Board of
25 janv.
Non suivi
Ecofin Télécom
Ecofin Télécom – 25/01/2018 – Rwanda : Airtel obtient l’approbation du régulateur télécoms pour acquérir Tigo JEUDI, 25 JANVIER, 2018 Impossible de voir la newsletter: Voir dans le navigateur Orange Cameroun a enregistré une
25 janv.
Non suivi
Flash info Mer et Marine
Histoire des porte-avions français : Un documentaire ce soir sur RMC Découverte – Mer et Marine Histoire des porte-avions français : Un documentaire ce soir sur RMC Découverte A découvrir ce jeudi soir un documentaire inédit de 52 minutes sur l’histoire des porte-avions français
25 janv.
Non suivi
Arrêt sur Info
Arrêt sur Info – Arrêt sur Info L’Europe essaie de contourner l’accord nucléaire iranien Facebook expose son plan pour censurer les fils de nouvelles et manipuler l’opinion publique Pierre Le Corf : « je
25 janv.
Non suivi
FPI – Le Gaulois
FPI – Le Gaulois – FPI – Le Gaulois Link to FPI – Le Gaulois La condamnation d’Éric ZEMMOUR est annulée Un euro trop fort pose problème à la BCE Ces féministes qui n’en sont plus – par Claude PICARD Le
25 janv.

 

Collège des bernardins:Cours,colloques et varia

Agenda

Art, foi, politique : un même acte

19€Acheter

RÉCONCILIER LA RÉPUBLIQUE ET SON ÉCOLE

Gemma Serrano

28€Acheter

Savoirs en questions et questionnements du savoir

10€Acheter

Techniques, promesses et utopies: où va la médecine ?

P. Brice de Malherbe

25€

Théologie, philosophie et antijudaïsme

Danielle Cohen-Levinas

23€

La résistance chrétienne au nazisme en Allemagne et en France

Michel Fourcade

La pensée juive

P. Antoine Guggenheim

23€Acheter

L’actualité d’Humanae Vitae

P. Brice de Malherbe

18€Acheter

La démocratie, une valeur spirituelle ?

P. Frédéric Louzeau

26€Acheter

Démocratie(s), liberté(s) et religions

Philippe Poirier

20€Acheter

Faire autorité aujourd’hui

Jacques Arènes

18€Acheter

HANDICAP, HANDICAPS ? Vie normale, vie parfaite, vie handicapée

24€Acheter

Le visage et la rencontre de l’autre

Agnès de Féo

10€Acheter

L’Anthropologie de Marcel Gauchet

P. Frédéric Louzeau

20€Acheter

Gouvernance mondiale et éthique au XXIe siècle

Mgr Éric de Moulins-Beaufort

22€Acheter

La spiritualité du cœur, Quatrième centenaire de la Visitation

Mgr Jérôme Beau

18€Acheter

LE CONFLIT :: Stress post-traumatique et stress lié à la guerre.

:

    De tout temps, le soldat est soumis à fortes pressions psychologiques sur les champs de bataille et même lors des casernements. Qu’il soit appelé ou engagé, le soldat vit la guerre et en subit les dommages physiques et psychologiques les plus divers. Sans doute parce que les dommages psychiques sont bien moins visibles que les blessures et mutilations et aussi parce que la morale militaire assimile vite la lâcheté aux symptômes constatés, ils n’ont fait l’objet d’études systématiques que depuis peu.

 

Les troubles comportementaux de guerre…

C’est dans les sociétés « pacifiques » que l’on peut rencontrer ce stress dans la vie civile et sans doute est-il encore plus important que dans la guerre elle-même, bien plus que dans des sociétés à propension belliqueuse. On ne risque peut-être pas grand chose en estimant que dans la plupart des cas dans le passé, hormis ceux des officiers estimés, leur existence a souvent été niée.

Ce stress post-traumatique a été également constaté lors de graves accidents sur les survivants, que ce soit sur mer, sur terre ou dans l’air, et c’est lors des catastrophes aériennes, en ce qui concerne les civils, que l’on a pris très tôt conscience de l’existence de tels stress.  Qu’ils soient civils ou militaires, les personnes confrontées un jour ou l’autre à un événement traumatique qui met en question leur perception du monde ou même d’elles-mêmes, présentent des comportements physiologiques comme psychologiques qui persistent longtemps.

On constate, dans le civil comme dans les armées, une très grande variabilité dans les atteintes psychiques. Au Canada, on estime que jusqu’à 10% des vétérans ayant été affectés dans une zone de guerre, y compris des membres des forces de maintien de la paix de l’ONU, seront atteints d’une affection chronique appelée état de stress post-traumatique (ESPT), alors que d’autres n’éprouveront que certains des symptômes associés à ce trouble.

Cet état de stress post-traumatique, celui subi par le soldat, fait partie d’un ensemble de troubles comportementaux de guerre, troubles psychiques et relationnels, parfois associés à des troubles psychomoteurs, connu depuis l’Antiquité. Rappelons que les troubles les plus fréquents constatés, par ordre de gravité, sont :

– insomnie ;

– cauchemars ;

– paranoïa ;

– culpabilité ;

– hallucinations ;

– dissociations de la personnalité ;

– comportements suicidaires : alcoolisme, consommation de drogues…

Tous ces symptômes sont renforcés par une impossibilité, au retour dans la famille ou la vie civile, de dire ou partager la violence qui a été donnée, vécue et ressentie, ce qui peut conduire à une désociabilisation. L’ancien soldat se plaçant par exemple souvent dans une situation d’incompris qui renforce sa vie solitaire ou avec d’autres soldats. Comme ceci est favorisée souvent par l’attitude globale de la société qui ne veut pas ou qui ne veut plus entendre parler de la guerre, ou d’une guerre précise. De plus, de nombreux soldats sont en outre tenus à un devoir de réserve ou ont dû promettre de ne pas révéler ce qu’ils ont fait ou vu, éventuellement contre leur gré et sous la menace. L’institution militaire, non seulement ne prend pas en charge souvent cet état psychique, mais renforce le secret autour.

Dès la Première Guerre Mondiale, la psychiatrie militaire a identifié divers syndromes, plus ou moins bien compris dits « Shell-Shock », « Battle Fatigue » et « Battle Stress ». De nombreux soldats étaient accusés d’être des simulateurs, et beaucoup ont été fusillés ou enfermés pour désertion pour cette raison.

 

Les troubles de stress post-traumatique….

C’est bien avant les Guerres du Golfe que sont intervenues, sous l’influence notamment des mouvements pacifistes et féministes et d’une partie du mouvement des anciens combattants dans les années 1980, de très nombreuses études autour de ce qu’on a appelé l’état de stress post-traumatique (ESPT). L’état d’épuisement physique et moral constaté sur place au combat ou à l’exposition d’armes chimiques ou encore de munitions toxiques, voire à une alimentation avariée, se prolonge dans le temps en un ensemble de  troubles de comportements.

Historiquement, même si l’appellation n’est pas encore fixée, les premières études remontent à la fin du XIXe siècle, avec par exemple les approches du neurologue allemand Hermann OPPENHEIM (1889), qui utilise le terme de « névrose traumatique » pour décrire la symptomatologie présentée par des accidentés de la construction du chemin de fer.

A strictement parler, le TSPT désigne un type de trouble anxieux qui se manifeste à la suite d’une expérience vécue comme traumatisante, avec une confrontation à des idées de mort. Le trouble de stress post-traumatique est une réaction psychologique consécutive à une situation durant laquelle l’intégrité physique et/ou psychologique du patient et/ou de son entourage a été menacée et/ou effectivement atteinte (notamment accident grave, mort violente, viol, agression, maladie grave, guerre, attentat-. Les capacités d’adaptation du sujet sont débordées. la réaction immédiate à l’événement se traduit par une peur intense, par un sentiment d’impuissance ou par un sentiment d’horreur.

En terme de classification, dans le DSM V, le trouble de stress post-traumatique (TSPT), moins fréquent que la réponse aigüe au stress, est un trouble anxieux. Les symptômes caractéristiques apparaissent après un événement traumatique. Dans ce cas, l’individu souffrant de TSPT évite systématiquement tout événement ou discussions menant à ses émotions. Malgré ces stratégies de défense, l’événement revient sans cesse dans les pensées de l’individu en flashback ou en cauchemar. Les symptômes caractéristiques sont considérés sévères moins de trois mois après l’événement déclencheur et chroniques si persistants au bout de trois moins et plus. Le TSPT est différent de la réaction aigüe au stress. Il peut entrainer une altération clinique dans des domaines importants du fonctionnement physiologique.

 

Des troubles bien difficiles à éradiquer…

Les symptômes persistants peuvent être classés dans trois grandes catégories : l’intrusion, l’évitement et l’hypervigilance. Ceci sans évoquer encore les problèmes connexes : dépression,  usage de l’alcool et des drogues, « dysfonctionnement » dans la vie familiale et dans les relations professionnelles. Diverses thérapeutiques sont proposées, avec plus ou moins d’efficacité, notamment sur le plan alimentaire, sur la gestion du sommeil, avec l’usage ou non d’une pharmacopée, qui n’a que des effets immédiats (au mieux), si l’ensemble de l’entourage et la société globale n’aide pas le patient. On peut penser que le climat « anti-terroriste » entretenu par les médias ne favorise pas son rétablissement.

On peut lire déjà dans le DSM IV, qui distingue l’état de stress post-traumatique de l’état de stress aigu comme d’ailleurs de l’anxiété généralisée :

 » A – Le sujet a été exposé à un événement traumatique dans lequel les deux éléments suivants étaient présents :

– le sujet a vécu, a été témoin ou a été confronté à un événement ou à des événement durant lesquels des individus ont pu mourir ou être très gravement blessés ou bien ont été menacés de mort ou de grave blessure ou bien durant lesquels son intégrité physique ou celle d’autrui a pu être menacée.

– la réaction du sujet à l’événement s’est traduite par une peur intense, un sentiment d’impuissance ou d’horreur.

B – L’événement traumatique est constamment revécu (intrusion), de l’une (ou de plusieurs) des façons suivantes :

– souvenirs répétés ou envahissants de l’événement provoquant une sentiment de détresse et comprenant des images, des pensées ou des perceptions ;

– rêves répétitifs de l’événement provoquant un sentiment de détresse ;

– impression ou agissements soudains « comme si » l’événement traumatique allait se reproduire (incluant le sentiment de revivre l’événement, des illusions, des hallucinations, et des épisodes dissociation (flash-back), y compris ceux qui surviennent au réveil ou au cours d’une intoxication) ;

– sentiments de détresse psychique, lors de l’exposition à des indices internes ou externes évoquant ou ressemblant à un aspect de l’événement traumatique en cause ;

– réactivité physiologique lors de l’exposition à des indices internes ou externes pouvant évoquer ou ressembler à un aspect de l’événement traumatique en cause.

C – Evitement persistant des stimulus associés au traumatisme et émoussement de la réactivité générale (ne préexistant pas au traumatisme), comme ne témoigne la présence d’au moins trois des manifestations suivantes :

– efforts pour éviter les pensées, les sentiments ou les conversations associées au traumatisme   ;

– efforts pour éviter les activités, les endroits ou les gens qui éveillent des souvenirs du traumatisme ;

– incapacité de se rappeler d’un aspect important du traumatisme ;

– réduction nette de l’intérêt pour des activités importantes ou bien réduction de la participation à ces mêmes activités ;

– sentiment de détachement d’autrui ou bien de devenir étranger par rapport aux autres ;

– restriction des affects ;

– sentiement d’avenir « bouché ».

D – Présence de symptômes persistants traduisant une activation neurovégétative (ne préexistant pas au traumatisme) comme en témoigne la présence d’au moins deux des manifestations suivantes :

– difficulté d’endormissement ou sommeil interrompu ;

– irritabilité ou accès de colère ;

– difficultés de concentration ;

– hypervigilance (par rapport à tout ce qui peut rappeler le traumatisme, peur d’avoir peur…) ;

– réaction de sursaut exagérée.

E – La perturbation (symptôme des critères B, C, D) dure plus d’un mois.

F – la perturbation entraine une souffrance cliniquement significative ou une altération du fonctionnement social, professionnel ou dans d’autres domaines importants. »

Le manuel DSM IV précise aussi, ce qui contribue parfois à des brouillages de diagnostic, mais cela est général pour tout le DSM et cela empire avec les suivants…, de spécifier si cet état est aigu (durée des symptômes de moins de trois mois), chronique (si la durée des symptômes est de trois mois ou plus) ou différé (si le début des symptômes survient au moins six mois après le facteur du stress)…

La littérature est si abondante de nos jours sur ce sujet qu’on peut facilement s’y perdre. La littérature psychiatrique est très abondante, et plus « popularisée » que les réflexions sociologiques ou politiques sur ce stress.

 

Mini DSM IV-TR, Critères diagnostiques, Masson, 2005. Journal international de victimologie (articles en libre accès, revue financée par le conseil de recherches en sciences humaines du Canada, www. jidv.com). Claude BARROIS, Les névroses traumatiques : Le psychothérapeute face aux détresses des chocs psychiques, Dunod, 1998.

PSYCHUS